Nouvelles du Ciel de Décembre 2020

 

 

 

Les Titres

   

Comètes P/2020 X1 (ATLAS), C/2020 X2 (ATLAS), C/2020 X3 (SOHO) [22/12/2020]

La tempête sombre sur Neptune prend la direction inverse, perdant peut-être un fragment [16/12/2020]

Hubble épingle une exoplanète étrange avec une orbite lointaine [10/12/2020]

Comètes P/2020 W1 (Rankin), C/2020 V2 (ZTF), P/2020 V3 (PANSTARRS), P/2020 V4 (Rankin), P/2005 CR16 = 2003 WR168 = 2020 W2 (NEAT-LINEAR) [06/12/2020]

Hubble capture la décoloration sans précédent de la nébuleuse Stingray [03/12/2020]

Le radiotélescope Arecibo s'est effondré [02/12/2020]

2020 SO : astéroïde ou objet artificiel ? [02/12/2020]

 

 

Les Titres des "Nouvelles du Ciel" disponibles en Version Javascript ou Version XML

 

En savoir plus pour afficher les Titres des "Nouvelles du Ciel" de PGJ sur votre Site Web ou sur le Bureau de votre Ordinateur

 

LE CIEL A L'OEIL NU EN 2021 de Guillaume CANNAT

19e édition

 

Vous pouvez pré-commander cet ouvrage et il vous sera expédié dès sa parution (équinoxe de septembre).

 

Précommandez dès maintenant Le Ciel à l'śil nu en 2021 pour le recevoir par courrier suivi dès sa mise en vente.

 

Le Ciel à l'śil nu est l'ouvrage de référence des observateurs du ciel. Il vous guide en ville et en pleine nature pour pratiquer le plus simplement du monde l'une des plus vieilles activités humaines : l'observation du ciel étoilé, des planètes et de la Lune.

 

Cette dix-neuvième édition est truffée de récits d'observations et de conseils, saupoudrée de rappels mythologiques sur les constellations, épicée d'informations encyclopédiques sur les planètes et les étoiles et d'idées pour observer ou photographier facilement les plus beaux rendez-vous entre les planètes, le Soleil et la Lune visibles de janvier à décembre 2021.

 

Un cahier pratique réunit en début d'ouvrage toutes les informations dont vous avez besoin pour observer le ciel ou choisir votre premier instrument ; nouvelles tables d'orientation de la Grande Ourse et d'Orion.

 

Avec le site web associé à ce guide, vous pouvez obtenir des informations complémentaires, des cartes du ciel à imprimer, des images des astres à haute résolution et des liens directs vers les sites utiles pour votre pratique quotidienne du loisir astronomique.

 

150 illustrations, schémas photographiques, cartes du ciel, images inédites.

 

ISBN : 979-10-90238-31-2

144 pages

17 x 24 cm

 

Le Ciel à l'śil nu en 2021 est diffusé par GEODIF/SODIS

 

... Réservez dès maintenant votre exemplaire sur amds-edition.com !

 

LE GUIDE DU CIEL 2020-2021 de Guillaume CANNAT

 

Tout ce qu'il faut savoir pour observer le ciel entre le 1er juin 2020 et le 30 juin 2021

 

L'ouvrage incontournable pour les observateurs du ciel.
Vendu à plus de 200 000 exemplaires depuis sa création en 1995.

 

Il s'agit de la 26e édition du fameux Guide du Ciel de Guillaume Cannat, l'ouvrage de référence des observateurs du ciel.

 

Le guide le plus complet pour préparer des observations du ciel : plus de 1 000 phénomènes célestes annoncés (conjonctions, éclipses de Lune et de Soleil, étoiles filantes, occultations, aurores boréales, comètes, cycles solaires, etc.) ; des conseils pratiques ; des centaines de cartes, de photographies et de schémas.

 

En plus des nombreuses cartes du ciel et des rubriques habituelles mises à jour, cette édition contient :

• un dossier sur les prochaines éclipses de Lune et de Soleil.

• de nombreux conseils pour trouver et observer tout au long de l'année les plus belles formations lunaires: cratères, mers, montagnes...

• des gros plans sur des objets du ciel profond : amas stellaires, nébuleuses et galaxies.

• des centaines d'images, de cartes et de schémas.

 

- ISBN : 979-10-90238-30-5

- 352 pages 

- 17 x 24 cm

  

Vous pouvez pré-commander en souscription votre exemplaire du GUIDE DU CIEL 2020-2021 en cliquant ici...

 

... à découvrir sur le site d'amds !

 

LE CIEL A L'OEIL NU EN 2020 de Guillaume CANNAT

18e édition

 

 

Le Ciel à l'śil nu est l'ouvrage de référence des observateurs du ciel. Il vous guide en ville et en pleine nature pour pratiquer le plus simplement du monde l'une des plus vieilles activités humaines : l'observation du ciel étoilé, des planètes et de la Lune.

 

Cette dix-huitième édition est truffée de récits d'observations et de conseils, saupoudrée de rappels mythologiques sur les constellations, épicée d'informations encyclopédiques sur les planètes et les étoiles et d'idées pour observer ou photographier facilement les plus beaux rendez-vous entre les planètes, le Soleil et la Lune visibles de janvier à décembre 2020.

 

Un cahier pratique réunit en début d'ouvrage toutes les informations dont vous avez besoin pour observer le ciel ou choisir votre premier instrument ; nouvelles tables d'orientation de la Grande Ourse et d'Orion.

 

Avec le site web associé à ce guide, vous pouvez obtenir des informations complémentaires, des cartes du ciel à imprimer, des images des astres à haute résolution et des liens directs vers les sites utiles pour votre pratique quotidienne du loisir astronomique.

 

150 illustrations, schémas photographiques, cartes du ciel, images inédites.

 

 

Guillaume Cannat observe et fait observer le ciel depuis plus de 40 ans. Il est l'auteur de plus de cinquante ouvrages sur l'astronomie et il tient le blog Autour du Ciel sur lemonde.fr. L'Union astronomique internationale a nommé une petite planète 22512 Cannat en reconnaissance de son travail de vulgarisation.

 

- Le Ciel à l'śil nu en 2020

- 144 pages
- Format 17 x 24 cm

- ISBN : 979-10-90238-27-5

 

Le Ciel à l'śil nu en 2020 est diffusé par GEODIF/SODIS

 

... Réservez dès maintenant votre exemplaire sur amds-edition.com !

 

 

 

Archives des Nouvelles du Ciel

Vous cherchez un ancien article ? Les Titres des Nouvelles du Ciel classés par Catégories

 

 

 

 


Sources ou Documentations non francophones

Sources ou Documentations en langue française

   

 

Si vous appréciez PGJ et si vous souhaitez voir votre site préféré continuer d'évoluer et de se développer, n'hésitez pas à m'apporter votre soutien sous forme de donation.

Merci d'avance à tous les éventuels généreux donateurs.

  

 

 

 

22 Décembre 2020

Comètes P/2020 X1 (ATLAS), C/2020 X2 (ATLAS), C/2020 X3 (SOHO)

 

Nouvelles du Ciel

 

P/2020 X1 (ATLAS)

Alan Fitzsimmons a signalé la découverte d'une comète dans les images CCD obtenues par ATLAS-HKO (Asteroid Terrestrial-impact Last Alert System, Haleakala) le 04 Décembre 2020, notant une chevelure de 10" s'étendant sur 6" vers l'angle de position de 220°. Des images antérieures à la découverte, obtenues le 01 Décembre 2020 par ATLAS-MLO, le 02 Décembre par le Catalina Sky Survey et par Pan-STARRS 1, et le 03 Décembre par ATLAS-HKO, ont été identifiées. Après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center, la nature cométaire de l'objet a été confirmée par de nombreux observateurs.

 

Les éléments orbitaux elliptiques de la comète P/2020 X1 (ATLAS) indiquent un passage au périhélie le 01 Août 2020 à une distance d'environ 2,8 UA du Soleil, et une période d'environ 9,5 ans pour cette comète de la famille de Jupiter.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K20/K20X71.html (MPEC 2020-X71)

 

Les observations supplémentaires indiquent un passage au périhélie le 21 Juillet 2020 à une distance d'environ 2,8 UA du Soleil, et une période d'environ 9,6 ans.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K21/K21AJ0.html (MPEC 2021-A190)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=P%2F2020%20X1;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem 

 


C/2020 X2 (ATLAS)

Aren (Ari) Heinze a signalé la découverte d'une comète dans les images obtenues par ATLAS-MLO (Asteroid Terrestrial-impact Last Alert System, Mauna Loa) le 10 Décembre 2020, notant une chevelure condensée de 4,5". Des détections antérieures à la découverte, remontant jusqu'au 25 Septembre 2020, ont été identifiées. La nature cométaire de l'objet a été confirmée par de nombreux observateurs après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center.

 

Les éléments orbitaux elliptiques de la comète C/2020 X2 (ATLAS) indiquent un passage au périhélie le 15 Novembre 2020 à une distance d'environ 3,8 UA du Soleil, et une période d'environ 66,3 ans pour cette comète de la famille de Jupiter.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K20/K20XF6.html (MPEC 2020-X156)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2020%20X2;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


C/2020 X3 (SOHO)

Karl Battams, Naval Research Laboratory, Washington, a signalé qu'une nouvelle comète a été trouvée par Worachate Boonplod dans les images prises le 14 Décembre 2020 par l'instrument LASCO C2 (Large Angle Spectrometric Coronagraph) à bord de SOHO (Solar and Heliospheric Observatory). Karl Battams a identifié par la suite des images SOHO remontant au 13 Décembre et des images obtenues le 14 Décembre par l'instrument COR2-A à bord de STEREO-A (Solar TErrestrial RElations Observatory).

 

La comète a été imagée depuis la Terre depuis l'Argentine par Andreas Möller lors de l'éclipse totale de Soleil du 14 Décembre 2020. Nick James, présent sur le même site (site Astro-Trails, Neuquen, Argentine) qu'Andeas Möller, a également imagé la nouvelle comète rasante appartenant au groupe de Kreutz I, ainsi que la comète C/2020 S3 (Erasmus), lors de l'éclipse totale de Soleil.

 

Les éléments orbitaux paraboliques préliminaires de la comète C/2020 X3 (SOHO) indiquent un passage au périhélie le 14 Décembre 2020 à une distance d'environ 0,005 UA du Soleil.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K20/K20Y19.html (MPEC 2020-Y19)

https://groups.io/g/comets-ml/message/29292

https://www.high-iso.de/other/sofi_20201214/comet.jpg

http://nickdjames.com/eclipse2020/2020x3_20201214_1609_ndj.jpg

https://pgj.pagesperso-orange.fr/familles.htm#groupes

https://pgj.pagesperso-orange.fr/kreutz

 


Date des PASSAGES au PERIHELIE des COMETES Date, Périodes de révolution, Distance au Soleil 

COMETES - Magnitudes prévues pour les prochains mois

Liste des comètes potentiellement observables - éléments orbitaux

 

Lost - Les Disparues... ou les comètes périodiques non revues.

 

Les différentes familles de comètes

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


 

Chasseur d'astéroïdes

de Michel ORY

 

Michel Ory, chasseur d'astéroïdes, nous raconte un monde qu'il connait bien : celui de ces petits objets célestes, tout là-haut, et de ceux qui les observent, ici-bas.

 

Non seulement les astéroïdes, ces « mini planètes » ont, chacun, leur histoire, mais le livre nous entraîne également à la rencontre de ceux qui les observent : un petit monde qui, lui aussi, gagne à être connu ! Un monde en voie d'extinction…

 

Avec quelques astronomes amateurs, Michel Ory fait en effet partie des derniers Mohicans célestes, dont la vie est rythmée par l'observation du ciel. Car aujourd'hui, force est de constater que le reste de l'humanité ne vit plus en symbiose avec la voûte céleste.

 

Et pourtant, au-delà des écrans et du virtuel, le ciel étoilé est un patrimoine à préserver, comme le tigre du Bengale ou les grandes pyramides d'Égypte. C'est aussi un formidable terrain d'aventures, à redécouvrir de toute urgence.

 

Astronome amateur, Michel Ory parcourt inlassablement le ciel depuis près de vingt ans à la recherche de petits corps du système solaire, astéroïdes ou comètes. Ce chasseur infatiguable a découvert, à lui seul, plus de 200 astéroïdes et 2 comètes.

 

- 144 Pages

- 16,00 €

- ISBN : 978-2-7465-1782-0

- Dimensions : 17 x 24 cm

 


16 Décembre 2020

La tempête sombre sur Neptune prend la direction inverse, perdant peut-être un fragment

 

Crédit : NASA, ESA, M.H. Wong (University of California, Berkeley), and A. Simon (NASA Goddard Space Flight Center)

 

Les chercheurs sont intrigués par le demi-tour de la tempête et l'apparition soudaine d'une nouvelle tache sombre

 

Lorsque le vaisseau spatial Voyager 2 de la NASA a survolé Neptune en 1989 après une odyssée de près de 5 milliards de kilomètres, les astronomes s'attendaient à observer de près une planète bleu-vert qui semblait aussi dépourvue de caractéristiques qu'une bille. Au lieu de cela, ils ont été choqués et intrigués de voir un monde dynamique et turbulent de tempêtes tourbillonnantes, y compris une fonctionnalité géante appelée la Grande Tache Sombre, qui se profile dans l'hémisphère sud de Neptune.

 

Le tourbillon rappelle la légendaire Grande Tache Rouge de Jupiter, une tempête monstrueuse qui sévit depuis des centaines d'années. Cette Grande Tache Noire avait-elle été brassée depuis le même laps de temps ? Ou était-ce une tempête plus éphémère ?

 

Les scientifiques ont dû attendre 1994, lorsque le télescope spatial Hubble et sa vision précise ont scruté Neptune au loin. Le mystérieux endroit avait disparu ! Ce jeu de "peek-a-boo" ("coucou") planétaire s'est poursuivi lorsque Hubble a repéré une autre tempête sombre apparaissant dans l'hémisphère nord de Neptune en 1995. Au cours des trois dernières décennies, Hubble a continué à observer la planète, observant plusieurs autres taches sombres aller et venir.

 

Seul Hubble peut étudier ces taches car il a la vision nette pour les observer en lumière visible. Hubble a montré que ces tempêtes vivent quelques années avant de disparaître ou de s'estomper.

 

Les chercheurs pensaient que l'actuelle tempête géante dans l'hémisphère nord se dirigeait vers la destruction lorsqu'elle a mystérieusement interrompu son voyage vers le sud et a commencé à dériver vers le nord. En même temps que le sensationnel renversement de la tache, une nouvelle caractéristique sombre légèrement plus petite est apparue près de sa plus grande cousine et a ensuite disparu. Ces événements surprenants ajoutent au mystère de ce monde dynamique.

 

Crédit : NASA, ESA, M.H. Wong (University of California, Berkeley), and A. Simon (NASA Goddard Space Flight Center)

 

https://hubblesite.org/contents/news-releases/2020/news-2020-59

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


10 Décembre 2020

Hubble épingle une exoplanète étrange avec une orbite lointaine

 

Crédit : NASA, ESA, M. Nguyen (University of California, Berkeley), R. De Rosa (European Southern Observatory), and P. Kalas (University of California, Berkeley and SETI Institute)

 

Les résultats suggèrent que la planète Neuf, si tant est qu'elle existe, aurait pu se former très tôt

 

Bien que chaque planète de notre Système solaire ait été visitée par des engins spatiaux au cours des 60 dernières années, la frontière extérieure du Système solaire, au-delà de Neptune, a été à peine explorée. Il y a des preuves circonstancielles qu'une planète de cinq fois la masse de la Terre - surnommée la Planète Neuf - pourrait se tapir dans l'abîme. Si elle réelle, elle se déplace le long d'une orbite très large, l'amenant 800 fois plus loin du Soleil que la Terre. Bien que les astronomes n'aient pas encore trouvé ce monde légendaire - s'il existe - ils ont trouvé un autre indice à 336 années-lumière d'ici.

 

Des astronomes analysant les images de Hubble de l'étoile double, HD 106906, ont découvert une planète sur une énorme orbite de 15.000 ans qui l'entraîne aussi loin de son duo stellaire que la planète Neuf le serait de notre Soleil. Ceci est la preuve par l'observation que des mondes aussi éloignés peuvent exister autour d'autres étoiles. Les chercheurs émettent l'hypothèse que la planète s'est retrouvée là dans un jeu de flipper planétaire où l'attraction gravitationnelle d'une étoile passante a modifié la forme de l'orbite. Peut-être qu'une étoile passante a eu une influence similaire sur notre Système solaire il y a 4,6 milliards d'années.

 

Crédit : NASA, ESA, M. Nguyen (University of California, Berkeley), R. De Rosa (European Southern Observatory), and P. Kalas (University of California, Berkeley and SETI Institute)

 

https://hubblesite.org/contents/news-releases/2020/news-2020-53

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


 

La sonde japonaise Hayabusa-2 a rapporté des échantillons d'astéroïde sur Terre : Le vaisseau, lancé en 2014, a relâché une capsule de prélèvements qui est retombée samedi en Australie. Elle a été récupérée dimanche matin dans le désert de Woomera.

Six ans presque jour pour jour après avoir quitté la Terre, le 3 décembre 2014, la sonde japonaise Hayabusa-2 s'en est revenue au bercail, au terme d'un voyage de 5,3 milliards de kilomètres. Samedi 5 décembre, à l'approche de notre planète, le vaisseau dont le nom signifie « faucon pèlerin » a relâché une petite capsule contenant des échantillons prélevés sur l'astéroïde Ryugu. En fin d'après-midi (heure française), celle-ci est entrée dans l'atmosphère au-dessus de l'Australie et s'est posée, sous parachute, dans le désert de Woomera, à quelques centaines de kilomètres au nord d'Adélaïde. [Source : Le Monde]

https://fr.wikipedia.org/wiki/Hayabusa_2

 


06 Décembre 2020

Comètes P/2020 W1 (Rankin), C/2020 V2 (ZTF), P/2020 V3 (PANSTARRS), P/2020 V4 (Rankin), P/2005 CR16 = 2003 WR168 = 2020 W2 (NEAT-LINEAR)

 

Nouvelles du Ciel

 

P/2020 W1 (Rankin)

Dave Rankin a signalé la découverte d'une comète dans les images obtenues le 16 Novembre 2020 avec le télescope de 1.5-m du Mt. Lemmon Survey, notant une chevelure condensée de 4" et une queue droite de 5" à l'angle de position de 250°. Des détections antérieures à la découverte remontant jusqu'au 29 Août 2020, obtenues par le Mt. Lemmon Survey,  Pan-STARRS 1 et Pan-STARRS 2, ont été rapportées par la suite.

 

Les éléments orbitaux elliptiques de la comète P/2020 W1 (Rankin) indiquent un passage au périhélie le 04 Avril 2020 à une distance d'environ 5,2 UA du Soleil, et une période d'environ 19,3 ans pour cette comète de la famille de Jupiter.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K20/K20WH0.html (MPEC 2020-W170)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=P%2F2020%20W1;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


C/2020 V2 (ZTF)

Une nouvelle comète a été détectée le 02 Novembre 2020 par le Palomar Mountain - Zwicky Transient Facility. Ce nouvel objet a été soumis à l'origine dans le cadre d'une astrométrie accidentelle du 31 Octobre 2020 par le ZTF. Après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center, de nombreux astrométristes ont confirmé la nature cométaire de cet objet. Des observations antérieures à la découverte, obtenues par le Mt. Lemmon Survey et remontant jusqu'au 18 Avril 2020, ont été identifiées.

 

Les éléments orbitaux hyperboliques de la comète C/2020 V2 (ZTF) indiquent un passage au périhélie le 08 Mai 2023 à une distance d'environ 2,2 UA du Soleil.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K20/K20WH7.html (MPEC 2020-W177)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2020%20V2;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


P/2020 V3 (PANSTARRS)

Yudish Ramanjooloo a signalé la découverte d'une comète dans deux image de 45 secondes en bande w obtenues le 10 Novembre 2020 par Pan-STARRS 1, notant une chevelure condensée de 2,45" et une queue droite de 3,2" en P.A. 281°. Une unique détection antérieure à la découverte, datant du 17 Octobre 2020, a été rapportée par le Mt. Lemmon Survey.

 

Les éléments orbitaux elliptiques de la comète P/2020 V3 (PANSTARRS) indiquent un passage au périhélie le 08 Décembre 2020 à une distance d'environ 6,2 UA du Soleil, et une période d'environ 24,3 ans pour cette comète de la famille de Jupiter.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K20/K20WH8.html (MPEC 2020-W178)

 

Les observations supplémentaires indiquent un passage au périhélie le 07 Février 2021 à une distance d'environ 6,2 UA du Soleil, et une période d'environ 24,2 ans.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K21/K21AJ0.html (MPEC 2021-A190)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=P%2F2020%20V3;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


P/2020 V4 (Rankin)

David Rankin a signalé la découverte d'une comète dans les images obtenues par le M. Lemmon Survey le 15 Novembre 2020. Des détections antérieures à la découverte, remontant jusqu'au 22 Septembre 2019, faites par Pan-STARRS 1, le Mt. Lemmon Survey, et la station XuYi de l'Observatoire de la Montagne Pourpre, ont été signalées par la suite.

 

Les éléments orbitaux de la comète P/2020 V4 (Rankin) indiquent un passage au périhélie le 17 Décembre 2020 à une distance d'environ 5,1 UA du Soleil, et une période d'environ 28,5 ans pour cette comète de la famille de Jupiter.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K20/K20WH9.html (MPEC 2020-W179)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=P%2F2020%20V4;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


P/2005 CR16 = 2003 WR168 = 2020 W2 (NEAT-LINEAR)

David Rankin a rapporté la découverte d'une comète, qui était dans le même champ que P/2020 W1, dans des images prises le 16 Novembre 2020 par le Mount Lemmon Survey. Il a signalé une chevelure condensée de 9" dans de bonnes conditions de vision. Une astrométrie de suivi ultérieure et des orbites améliorées ont permis au MPC de trouver des positions de prédécouverte et de relier l'objet à la planète mineure multi-opposition 2005 CR16 = 2003 WR168.

 

- 2005 CR16 découvert le 02 Février 2005 par Lincoln Laboratory ETS, New Mexico

- 2003 WR168 découvert le 19 Novembre 2003 par Palomar Mountain/NEAT

 

Carl Hergenrother a réexaminé l'astrométrie de 2005 CR16 des images de la station Catalina (693) obtenues le 08 Mars 2005 et a signalé un coma diffus de 20". Sam Deen a trouvé une astrométrie non rapportée de 2005 CR16 du télescope Canada-France-Hawaï (568) du 11 Avril 2005 et a également signalé une apparence diffuse de l'objet.

 

Les éléments orbitaux de la comète P/2005 CR16 = 2003 WR168 = 2020 W2 (NEAT-LINEAR) indiquent un passage au périhélie le 23 Juin 2021 à une distance d'environ 3,2 UA du Soleil, et une période d'environ 17,1 ans pour cette comète de la famille de Jupiter.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K20/K20X10.html (MPEC 2020-X10)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=2003%20WR168;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

http://www.oaa.gr.jp/~oaacs/nk/nk4254.htm

https://minorplanetcenter.net/db_search/show_object?utf8=%E2%9C%93&object_id=2005+CR16

 

Satisfaisant aux conditions requises, la comète P/2005 CR16 = 2003 WR168 = 2020 W2 (NEAT-LINEAR) a reçu la dénomination définitive de 410P en tant que 410ème comète périodique numérotée.

 


Date des PASSAGES au PERIHELIE des COMETES Date, Périodes de révolution, Distance au Soleil 

COMETES - Magnitudes prévues pour les prochains mois

Liste des comètes potentiellement observables - éléments orbitaux

 

Lost - Les Disparues... ou les comètes périodiques non revues.

 

Les différentes familles de comètes

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


 

Chasseur d'astéroïdes

de Michel ORY

 

Michel Ory, chasseur d'astéroïdes, nous raconte un monde qu'il connait bien : celui de ces petits objets célestes, tout là-haut, et de ceux qui les observent, ici-bas.

 

Non seulement les astéroïdes, ces « mini planètes » ont, chacun, leur histoire, mais le livre nous entraîne également à la rencontre de ceux qui les observent : un petit monde qui, lui aussi, gagne à être connu ! Un monde en voie d'extinction…

 

Avec quelques astronomes amateurs, Michel Ory fait en effet partie des derniers Mohicans célestes, dont la vie est rythmée par l'observation du ciel. Car aujourd'hui, force est de constater que le reste de l'humanité ne vit plus en symbiose avec la voûte céleste.

 

Et pourtant, au-delà des écrans et du virtuel, le ciel étoilé est un patrimoine à préserver, comme le tigre du Bengale ou les grandes pyramides d'Égypte. C'est aussi un formidable terrain d'aventures, à redécouvrir de toute urgence.

 

Astronome amateur, Michel Ory parcourt inlassablement le ciel depuis près de vingt ans à la recherche de petits corps du système solaire, astéroïdes ou comètes. Ce chasseur infatiguable a découvert, à lui seul, plus de 200 astéroïdes et 2 comètes.

 

- 144 Pages

- 16,00 €

- ISBN : 978-2-7465-1782-0

- Dimensions : 17 x 24 cm

 


03 Décembre 2020

Hubble capture la décoloration sans précédent de la nébuleuse Stingray

 

Crédit : NASA, ESA, B. Balick (University of Washington), M. Guerrero (Instituto de Astrofísica de Andalucía), and G. Ramos-Larios (Universidad de Guadalajara)

 

Des images couvrant 20 ans révèlent une nébuleuse en voie de disparition

 

Les grandes choses prennent du temps. Cela est vrai lorsqu'il s'agit de nombreux processus dans l'Univers. Par exemple, il faut des millions d'années pour que les étoiles - les éléments constitutifs de l'Univers - se forment. Ensuite, de nombreuses étoiles durent des milliards d'années avant de mourir et de commencer à éjecter des enveloppes de gaz qui brillent contre l'immensité de l'espace - ce que nous appelons des nébuleuses. Il peut être extrêmement rare de capturer certains de ces processus en temps réel.

 

Heureusement pour nous, il semble que la nébuleuse Stingray, Hen 3-1357, était destinée à se démarquer de la foule depuis ses débuts. Elle a été surnommée la plus jeune nébuleuse planétaire connue en 1998 après que Hubble eut un rare aperçu des dernières étapes de la vie de l'étoile centrale. Aujourd'hui, vingt ans après son premier cliché, la nébuleuse Stingray retient l'attention des astronomes pour une raison très différente.

 

Des images de 2016 montrent une nébuleuse qui s'est radicalement estompée au cours des deux dernières décennies. De plus, les enveloppes de gaz qui entouraient l'étoile centrale ont changé, elles ne sont plus aussi nettes qu'elles l'étaient autrefois. Des changements comme celui-ci n'ont jamais été capturés avec cette clarté auparavant.

 

Crédit : NASA, ESA, B. Balick (University of Washington), M. Guerrero (Instituto de Astrofísica de Andalucía), and G. Ramos-Larios (Universidad de Guadalajara)

 

https://hubblesite.org/contents/news-releases/2020/news-2020-55

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


02 Décembre 2020

Le radiotélescope Arecibo s'est effondré

 

Crédit : Mario Roberto Durán Ortiz, CC BY-SA 4.0

 

L'astronomie a perdu une icône hier, 1er Décembre, lorsque le grand observatoire d'Arecibo à Porto Rico s'est effondré. À 06h55, heure locale, un câble majeur s'est cassé, laissant tomber un dôme de plus d'une tonne sur l'antenne au-dessous. L'une des trois tours hautes comme un gratte-ciel qui soutenaient le dôme s'est cassée à mi-hauteur.

 

Le 20 Septembre 2017, les vents de l'ouragan Maria brisèrent une des antennes d'alimentation de 29 m du radiotélescope et sa chute de 150 m perfora en dessous le fond concave servant à refléter et converger les signaux vers les antennes au-dessus, ce qui réduisit considérablement sa capacité à fonctionner jusqu'à ce que des réparations puissent être effectuées.

 

Le 10 Août 2020 un des câbles auxiliaires soutenant une plateforme de l'observatoire situé au-dessus du radiotélescope s'est sectionné, provoquant une entaille de près de 30 mètres de long sur le réflecteur du télescope. Le 06 Novembre 2020 un des câbles principaux s'est détaché, provoquant de nouveaux dégâts sur le réflecteur, endommageant d'autres câbles dans sa chute et déstabilisant l'ensemble porteur. Après une inspection du site, la National Science Foundation (NSF) annonce qu'il y a un risque imminent d'effondrement du radiotélescope, rendant périlleuse toute tentative de réparation. En conséquence le radiotélescope est mis définitivement hors service après 57 ans de service et son démantèlement était prévu à court terme.

 

Le radiotélescope géant sphérique, mis en service en 1963, ne ressemblait à aucun autre: il envoyait des messages aux étoiles, écoutait le tic-tac des pulsars lointains, aidait à protéger la Terre des astéroïdes, apprenait à des générations d'étudiants à devenir astronomes, et bien plus encore. C'est une perte majeure.

 

Crédit : Mario Roberto Durán Ortiz, CC BY-SA 4.0

 

https://spaceweather.com/archive.php?view=1&day=02&month=12&year=2020

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Radiot%C3%A9lescope_d%27Arecibo

 

https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/radiotelescope-radiotelescope-arecibo-effondre-84111/

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


02 Décembre 2020

2020 SO : astéroïde ou objet artificiel ?

 

Crédit : Gianluca Masi, Ceccano, Italy

 

2020 SO, un petit objet découvert le 17 Septembre 2020 par Pan-STARRS 1 à l'observatoire de Haleakala, et repertorié sous la dénomination de 2020 SO, est probablement le propulseur de fusée de l'étage supérieur Centaur qui a aidé à envoyer le vaisseau spatial Surveyor 2 de la NASA vers la Lune le 20 Septembre 1966, selon Paul Chodas du centre Near Earth Object de la NASA au JPL.

 

L'objet a été temporairement capturé le 08 Novembre quand il est entré dans la sphère de Hill de la Terre. Il est entré par le point extérieur de Lagrange L2 et sortira par le point de Lagrange L1. Au cours de son orbite géocentrique autour de la Terre, 2020 SO a fait une approche au plus près de la Terre le 1er Décembre 2020 à une distance au périgée d'environ 0,13 distances lunaires (50.000 km). Il effectuera également une autre approche le 02 Février 2021, à une distance de périgée d'environ 0,59 LD (225.000 km). Il quittera la sphère de Hill de la Terre vers le 07 Mars 2021 et repartira sur une nouvelle orbite autour du Soleil.

 

L'atterrisseur lunaire Surveyor 2 a été lancé vers la Lune le 20 Septembre 1966, sur une fusée Atlas-Centaur. La mission a été conçue pour reconnaître la surface lunaire avant les missions Apollo qui ont conduit au premier atterrissage lunaire avec équipage en 1969. Peu de temps après le décollage, Surveyor 2 s'est séparé de son amplificateur d'étage supérieur Centaur comme prévu. Mais le contrôle du vaisseau spatial a été perdu un jour plus tard quand l'un de ses propulseurs n'a pas réussi à s'allumer, le jetant dans une vrille. Le vaisseau spatial s'est écrasé sur la Lune juste au sud-est du cratère Copernic le 23 Septembre 1966. La fusée de l'étage supérieur Centaur, quant à elle, a dépassé la Lune et a disparu dans une orbite inconnue autour du Soleil.

 

Image prise le 01 Décembre 2020 par Gianluca Masi, Ceccano, Italy - MPC code:470 - The Virtual Telescope Project - www.virtualtelescope.eu

 

https://spaceweather.com/archive.php?view=1&day=02&month=12&year=2020

 

http://www.nickdjames.com/spacecraft/2020so_20201130_ndj.gif

 

https://en.wikipedia.org/wiki/2020_SO

 

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=2020%20SO;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 

https://www.jpl.nasa.gov/news/news.php?feature=7783

 

https://spaceweathergallery.com/indiv_upload.php?upload_id=170242 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


 

Si vous appréciez PGJ et si vous souhaitez voir votre site préféré continuer d'évoluer et de se développer, n'hésitez pas à m'apporter votre soutien sous forme de donation.

Merci d'avance à tous les éventuels généreux donateurs. 


 

Dans la majorité des cas, la "Nouvelle" est un texte composé à partir d'une ou plusieurs sources ou une traduction "libre" du texte d'origine. Chaque "Nouvelle" est accompagnée de la provenance exacte des informations au moyen d'un ou de plusieurs liens conduisant vers les pages servant de support à l'élaboration de la "Nouvelle". Ces liens peuvent vous être utiles pour approfondir le sujet.

 

Ceux-ci sont identifiés selon le code suivant :

Sources ou Documentations non francophones

Sources ou Documentations en langue française

 

Les liens proposés vers d'autres sites sont communiqués à titre indicatif et ne sauraient engager la responsabilité de PGJ, tant en ce qui concerne les contenus que les conditions d'accès.

 

Les articles de la rubrique "Nouvelles du Ciel" peuvent être librement reproduits à condition d'indiquer sur votre page :

Source : PGJ - "Nouvelles du Ciel" avec un lien vers la "Nouvelle" concernée ou vers la page d'accueil de PGJ

 

Toutefois, un petit nombre d'articles proviennent de sources extérieures. Dans ce cas, le lien figurant au bas de l'article conduisant vers la page d'origine est précédé de la mention "Source :" indiquant le réel auteur de l'information.

exemple : Source : http://...........

 

De même, les photos illustrant ces articles sont accompagnées des mentions de "Crédit" ou de "Copyright" correspondantes.

 

L'utilisation de ces photos est soumise à certaines règles, propres à chaque auteur, mais que l'on peut résumer ainsi :

- utilisation non-commerciale

- respect des mentions de "Crédit" ou de "Copyright".

 

Il vous appartient toutefois de vérifier auprès des auteurs si celles-ci peuvent être reproduites librement ainsi que les conditions spéciales d'utilisation.

 

Retour à l'accueil

Contact : Gilbert Javaux