Nouvelles du Ciel de Novembre 2020

 

 

 

Les Titres

   

Comètes P/2013 J4 = P/2019 Y2 (PANSTARRS-Fuls), P/2005 XA54 = 2020 V1 (LONEOS-Hill) [23/11/2020]

Hubble attrape un possible ''jeu d'ombre'' du disque autour d'un trou noir [19/11/2020]

Hubble de la NASA voit la luminosité inexpliquée d'une explosion colossale [12/11/2020]

Comètes P/2013 TL117 (Lemmon), C/2014 OG392 (PANSTARRS), P/2020 S7 (PANSTARRS), C/2020 S8 (Lemmon), C/2020 T5 (Lemmon), P/2020 U2 (PANSTARRS), C/2020 U3 (Rankin), C/2020 U4 (PANSTARRS), C/2020 U5 (PANSTARRS), P/2007 R2 = 2020 R8 (Gibbs) [01/11/2020]

 

 

Les Titres des "Nouvelles du Ciel" disponibles en Version Javascript ou Version XML

 

En savoir plus pour afficher les Titres des "Nouvelles du Ciel" de PGJ sur votre Site Web ou sur le Bureau de votre Ordinateur

 

LE CIEL A L'OEIL NU EN 2021 de Guillaume CANNAT

19e édition

 

Vous pouvez pré-commander cet ouvrage et il vous sera expédié dès sa parution (équinoxe de septembre).

 

Précommandez dès maintenant Le Ciel à l'œil nu en 2021 pour le recevoir par courrier suivi dès sa mise en vente.

 

Le Ciel à l'œil nu est l'ouvrage de référence des observateurs du ciel. Il vous guide en ville et en pleine nature pour pratiquer le plus simplement du monde l'une des plus vieilles activités humaines : l'observation du ciel étoilé, des planètes et de la Lune.

 

Cette dix-neuvième édition est truffée de récits d'observations et de conseils, saupoudrée de rappels mythologiques sur les constellations, épicée d'informations encyclopédiques sur les planètes et les étoiles et d'idées pour observer ou photographier facilement les plus beaux rendez-vous entre les planètes, le Soleil et la Lune visibles de janvier à décembre 2021.

 

Un cahier pratique réunit en début d'ouvrage toutes les informations dont vous avez besoin pour observer le ciel ou choisir votre premier instrument ; nouvelles tables d'orientation de la Grande Ourse et d'Orion.

 

Avec le site web associé à ce guide, vous pouvez obtenir des informations complémentaires, des cartes du ciel à imprimer, des images des astres à haute résolution et des liens directs vers les sites utiles pour votre pratique quotidienne du loisir astronomique.

 

150 illustrations, schémas photographiques, cartes du ciel, images inédites.

 

ISBN : 979-10-90238-31-2

144 pages

17 x 24 cm

 

Le Ciel à l'œil nu en 2021 est diffusé par GEODIF/SODIS

 

... Réservez dès maintenant votre exemplaire sur amds-edition.com !

 

LE GUIDE DU CIEL 2020-2021 de Guillaume CANNAT

 

Tout ce qu'il faut savoir pour observer le ciel entre le 1er juin 2020 et le 30 juin 2021

 

L'ouvrage incontournable pour les observateurs du ciel.
Vendu à plus de 200 000 exemplaires depuis sa création en 1995.

 

Il s'agit de la 26e édition du fameux Guide du Ciel de Guillaume Cannat, l'ouvrage de référence des observateurs du ciel.

 

Le guide le plus complet pour préparer des observations du ciel : plus de 1 000 phénomènes célestes annoncés (conjonctions, éclipses de Lune et de Soleil, étoiles filantes, occultations, aurores boréales, comètes, cycles solaires, etc.) ; des conseils pratiques ; des centaines de cartes, de photographies et de schémas.

 

En plus des nombreuses cartes du ciel et des rubriques habituelles mises à jour, cette édition contient :

• un dossier sur les prochaines éclipses de Lune et de Soleil.

• de nombreux conseils pour trouver et observer tout au long de l'année les plus belles formations lunaires: cratères, mers, montagnes...

• des gros plans sur des objets du ciel profond : amas stellaires, nébuleuses et galaxies.

• des centaines d'images, de cartes et de schémas.

 

- ISBN : 979-10-90238-30-5

- 352 pages 

- 17 x 24 cm

  

Vous pouvez pré-commander en souscription votre exemplaire du GUIDE DU CIEL 2020-2021 en cliquant ici...

 

... à découvrir sur le site d'amds !

 

LE CIEL A L'OEIL NU EN 2020 de Guillaume CANNAT

18e édition

 

 

Le Ciel à l'œil nu est l'ouvrage de référence des observateurs du ciel. Il vous guide en ville et en pleine nature pour pratiquer le plus simplement du monde l'une des plus vieilles activités humaines : l'observation du ciel étoilé, des planètes et de la Lune.

 

Cette dix-huitième édition est truffée de récits d'observations et de conseils, saupoudrée de rappels mythologiques sur les constellations, épicée d'informations encyclopédiques sur les planètes et les étoiles et d'idées pour observer ou photographier facilement les plus beaux rendez-vous entre les planètes, le Soleil et la Lune visibles de janvier à décembre 2020.

 

Un cahier pratique réunit en début d'ouvrage toutes les informations dont vous avez besoin pour observer le ciel ou choisir votre premier instrument ; nouvelles tables d'orientation de la Grande Ourse et d'Orion.

 

Avec le site web associé à ce guide, vous pouvez obtenir des informations complémentaires, des cartes du ciel à imprimer, des images des astres à haute résolution et des liens directs vers les sites utiles pour votre pratique quotidienne du loisir astronomique.

 

150 illustrations, schémas photographiques, cartes du ciel, images inédites.

 

 

Guillaume Cannat observe et fait observer le ciel depuis plus de 40 ans. Il est l'auteur de plus de cinquante ouvrages sur l'astronomie et il tient le blog Autour du Ciel sur lemonde.fr. L'Union astronomique internationale a nommé une petite planète 22512 Cannat en reconnaissance de son travail de vulgarisation.

 

- Le Ciel à l'œil nu en 2020

- 144 pages
- Format 17 x 24 cm

- ISBN : 979-10-90238-27-5

 

Le Ciel à l'œil nu en 2020 est diffusé par GEODIF/SODIS

 

... Réservez dès maintenant votre exemplaire sur amds-edition.com !

 

 

 

Archives des Nouvelles du Ciel

Vous cherchez un ancien article ? Les Titres des Nouvelles du Ciel classés par Catégories

 

 

 

 


Sources ou Documentations non francophones

Sources ou Documentations en langue française

   

 

Si vous appréciez PGJ et si vous souhaitez voir votre site préféré continuer d'évoluer et de se développer, n'hésitez pas à m'apporter votre soutien sous forme de donation.

Merci d'avance à tous les éventuels généreux donateurs.

  

 

 

23 Novembre 2020

Comètes P/2013 J4 = P/2019 Y2 (PANSTARRS-Fuls), P/2005 XA54 = 2020 V1 (LONEOS-Hill)

 

Nouvelles du Ciel

 

P/2013 J4 = P/2019 Y2 (PANSTARRS-Fuls)

Sam Deen a montré que la comète P/2019 Y2 (Fuls), découverte le 21 Décembre 2019 par D. Carson Fuls dans les images du Mt. Lemmon Survey est identique avec la comète P/2013 J4 (PANSTARRS), découverte le 05 Mai 2013 par les membres de l'équipe de PANSTARRS sur les images CCD obtenues avec le télescope Pan-STARRS1 de 1,8-m de Haleakala. La comète est passée à 0,34 UA de Jupiter le 26 Novembre 2010 dans une rencontre qui a sensiblement modifié l'orbite. Seiichi Nakano, Sumoto, Japan, a confirmé l'identification (réf. CBET 4792).

 

Les éléments orbitaux de la comète P/2013 J4 = P/2019 Y2 (PANSTARRS-Fuls) indiquent un passage au périhélie le 31 Janvier 2020 à une distance d'environ 2,1 UA du Soleil, et une période d'environ 6,4 ans pour cette comète de la famille de Jupiter.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K20/K20V68.html (MPEC 2020-V68)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=P%2F2019%20Y2;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

https://people.ast.cam.ac.uk/~jds/coms19.htm#19Y2

http://www.oaa.gr.jp/~oaacs/nk/nk4135.htm

 

Satisfaisant aux conditions requises, la comète P/2013 J4 = P/2019 Y2 (PANSTARRS-Fuls) a reçu la dénomination définitive de 407P/PANSTARRS-Fuls en tant que 407ème comète périodique numérotée.

 


P/2005 XA54 = 2020 V1 (LONEOS-Hill)

La comète P/2005 XA54 (LONEOS-Hill) a été retrouvée dans les images prises le 03 Novembre 2020 par le Zwicky Transient Facility du Mont Palomar et indépendamment le 16 Novembre 2020 par le Mt Lemmon Survey.

 

Découverte le 06 Janvier 2006 par Rik Hill comme une évidente comète sur les images du Catalina Sky Survey, cette comète a été identifiée par Tim Spahr comme étant un objet trouvé à l'origine par le télescope de surveillance LONEOS, le 04 Décembre 2005, et répertorié comme planète mineure sous la désignation de 2005 XA54. La comète P/2005 XA54 (LONEOS-Hill), d'une période de 15,0 ans, s'est approchée du Soleil le 06 Mars 2006 à une distance de 1,7 UA.

 

Pour ce nouveau retour, les éléments orbitaux de la comète P/2005 XA54 = 2020 V1 (LONEOS-Hill) indiquent un passage au périhélie le 28 Janvier 2021 à une distance d'environ 1,7 UA du Soleil, et une période d'environ 14,9 ans pour cette comète de la famille de Jupiter.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K20/K20W25.html (MPEC 2020-W25)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=P%2F2005%20XA54;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 

Satisfaisant aux conditions requises, la comète P/2005 XA54 = 2020 V1 (LONEOS-Hill) a reçu la dénomination définitive de 409P/LONEOS-Hill en tant que 409ème comète périodique numérotée.

 


Date des PASSAGES au PERIHELIE des COMETES Date, Périodes de révolution, Distance au Soleil 

COMETES - Magnitudes prévues pour les prochains mois

Liste des comètes potentiellement observables - éléments orbitaux

 

Lost - Les Disparues... ou les comètes périodiques non revues.

 

Les différentes familles de comètes

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


 

Chasseur d'astéroïdes

de Michel ORY

 

Michel Ory, chasseur d'astéroïdes, nous raconte un monde qu'il connait bien : celui de ces petits objets célestes, tout là-haut, et de ceux qui les observent, ici-bas.

 

Non seulement les astéroïdes, ces « mini planètes » ont, chacun, leur histoire, mais le livre nous entraîne également à la rencontre de ceux qui les observent : un petit monde qui, lui aussi, gagne à être connu ! Un monde en voie d'extinction…

 

Avec quelques astronomes amateurs, Michel Ory fait en effet partie des derniers Mohicans célestes, dont la vie est rythmée par l'observation du ciel. Car aujourd'hui, force est de constater que le reste de l'humanité ne vit plus en symbiose avec la voûte céleste.

 

Et pourtant, au-delà des écrans et du virtuel, le ciel étoilé est un patrimoine à préserver, comme le tigre du Bengale ou les grandes pyramides d'Égypte. C'est aussi un formidable terrain d'aventures, à redécouvrir de toute urgence.

 

Astronome amateur, Michel Ory parcourt inlassablement le ciel depuis près de vingt ans à la recherche de petits corps du système solaire, astéroïdes ou comètes. Ce chasseur infatiguable a découvert, à lui seul, plus de 200 astéroïdes et 2 comètes.

 

- 144 Pages

- 16,00 €

- ISBN : 978-2-7465-1782-0

- Dimensions : 17 x 24 cm

 


19 Novembre 2020

Hubble attrape un possible ''jeu d'ombre'' du disque autour d'un trou noir

 

Crédit : NASA, ESA, and W.P. Maksym (CfA)

 

L'anneau de poussière du trou noir peut projeter des ombres du cœur d'une galaxie

 

Les trous noirs sont les monstres de l'Univers : des machines à manger voraces qui avalent tout ce qui s'aventure près d'elles.


Ces mastodontes compacts attirent les étoiles et le gaz dans un disque qui tourne autour d'eux. L'alimentation génère une quantité prodigieuse d'énergie, produisant une puissante bouffée de lumière à partir de gaz retombant surchauffé.

 

Ces disques sont si éloignés qu'il est presque impossible d'en discerner le moindre détail. Mais par une bizarrerie d'alignement, les astronomes peuvent avoir un aperçu de la structure du disque autour du trou noir dans la galaxie voisine IC 5063. Le télescope spatial Hubble a observé une collection de rayons lumineux étroits et d'ombres sombres rayonnant du centre brillant de la galaxie active.


Une explication possible de cet effet est que le disque poussiéreux de matière entourant le trou noir projette son ombre dans l'espace. Une partie de la lumière pénètre dans les trous de l'anneau de poussière, créant les rayons lumineux qui ressemblent aux projecteurs accompagnant une première de film de Hollywood. Ces faisceaux révélateurs fournissent des indices sur la distribution de matériaux près du trou noir qui provoque le jeu d'ombre.


Ce qui est fascinant, c'est que nous pouvons voir le même jeu de lumière et d'ombre dans notre ciel au coucher du Soleil, quand le Soleil couchant projette des stries de rayons lumineux et d'ombres sombres à travers des nuages épars.

 

Crédit : NASA, ESA, and W.P. Maksym (CfA)

 

https://hubblesite.org/contents/news-releases/2020/news-2020-58

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


 

Le 13 Novembre 2020, le petit astéroïde géocroiseur 2020 VT4 est passé à environ 380 kilomètres de la surface de la Terre, au-dessus de l'océan Pacifique sud. De ce fait, ce petit corps est, à ce jour (15 Novembre 2020), l'astéroïde connu passé le plus près de la surface terrestre en dehors des objets ayant percuté la Terre et des bolides rasants. Le précédent record était détenu par 2020 QG, passé à 3 000 kilomètres, suivi de 2011 CQ, passé à 5 500 kilomètres.

 


12 Novembre 2020

Hubble de la NASA voit la luminosité inexpliquée d'une explosion colossale

 

Crédit : NASA, ESA, W. Fong (Northwestern University), and T. Laskar (University of Bath, UK)

 

La collision d'une étoile à neutrons libère une explosion de lumière infrarouge déroutante

 

Dans notre Univers infini, les étoiles peuvent se cogner la nuit. Quand cela se produit entre deux étoiles écrasées et brûlées appelées étoiles à neutrons, le spectacle de feux d'artifice qui en résulte, appelé kilonova, est incompréhensible. L'énergie dégagée par la collision brille brièvement 100 millions de fois plus que notre Soleil.
Que reste-t-il de la collision ? Typiquement un objet encore plus écrasé appelé trou noir. Mais dans ce cas, Hubble a trouvé des indices médico-légaux sur quelque chose d'encore plus étrange qui se passe après la collision frontale.

 

Le flot intense de rayons gamma signalant aux astronomes cet événement a déjà été observé dans d'autres fracas stellaires. Mais quelque chose d'inattendu est apparu dans la vision proche infrarouge de Hubble. Même si un jet de rayonnement provenant des suites de l'explosion - allant des rayons X aux ondes radio - semblait typique, l'effusion de rayonnement infrarouge ne l'était pas. Il était 10 fois plus brillant que prévu pour les kilonovae. Sans Hubble, le sursaut gamma serait apparu comme beaucoup d'autres, et les scientifiques n'auraient pas été au courant de l'étrange composante infrarouge.

 

L'explication la plus plausible est que les étoiles à neutrons en collision ont fusionné pour former une étoile à neutrons plus massive. C'est comme écraser deux coccinelles Volkswagen ensemble et obtenir une limousine. Cette nouvelle bête a généré un puissant champ magnétique, ce qui en fait une classe unique d'objet appelé un magnétar. Le magnétar a déposé de l'énergie dans le matériau éjecté, ce qui l'a fait briller encore plus fortement dans la lumière infrarouge que prévu. (Si un magnétar volait à moins de 160.000 kilomètres de la Terre, son champ magnétique intense effacerait les données de chaque carte de crédit sur notre planète !)

 

Crédit : NASA, ESA, W. Fong (Northwestern University), and T. Laskar (University of Bath, UK)

 

https://hubblesite.org/contents/news-releases/2020/news-2020-48

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


01 Novembre 2020

Comètes P/2013 TL117 (Lemmon), C/2014 OG392 (PANSTARRS), P/2020 S7 (PANSTARRS), C/2020 S8 (Lemmon), C/2020 T5 (Lemmon), P/2020 U2 (PANSTARRS), C/2020 U3 (Rankin), C/2020 U4 (PANSTARRS), C/2020 U5 (PANSTARRS), P/2007 R2 = 2020 R8 (Gibbs)

 

Nouvelles du Ciel

 

P/2013 TL117 (Lemmon)

La comète P/2013 TL117 (Lemmon) a été retrouvée par Erwin Schwab dans les images CCD obtenues le 17 Octobre 2020 avec le télescope Schmidt de 0.8-m f/3 de Calar Alto-Schmidt. La comète a été retrouvée indépendamment par Dave D. Balam du Dominion Astrophysical Observatory le 22 Octobre, par Toshihiko Ikemura et Hirohisa Sato les 23 et 24 Octobre du Shinshiro Observatory, et par Richard Weryk de Pan-STARRS 2 le 25 Octobre 2020.

 

Des détections supplémentaires ont été trouvées par Richard Weryk dans les images prises en Juin par Pan-STARRS 1 et en Septembre par Pan-STARRS 2.

Observée pour la dernière fois le 24 Mai 2014, l'objet ayant l'apparence d'un astéroïde, un géocroiseur de type Amor, découvert le 04 Octobre 2013 dans le cadre du Mt. Lemmon Survey et répertorié sous la désignation de 2013 TL117 mais également sous celle de 2013 UT2 lorsqu'il a été à nouveau observé les 24, 25 et 28 Octobre 2013 [MPEC 2013-U68 : 2013 TL117 = 2013 UT2], avait révélé sa nature cométaire lors d'observations supplémentaires et par conséquent avait reçu la désignation cométaire de P/2013 TL117 (Lemmon) [MPEC 2013-X59)]. La comète, d'une période d'environ 6,8 ans, était passée au périhélie le 18 Février 2014 à une distance d'environ 1,1 UA du Soleil.

 

La comète P/2013 TL117 (Lemmon) peut s'approcher à environ 0,5 UA de Jupiter et à environ 0,21 UA de la Terre, ce qu'elle a fait le 22 Janvier 1980. Le 15 Décembre 2020, la comète s'approchera à environ 0,46 UA de notre planète.

 

Pour son nouveau retour, les éléments orbitaux de la comète P/2013 TL117 (Lemmon) indiquent un passage au périhélie le 24 Décembre 2020 à une distance d'environ 1,1 UA du Soleil, et une période d'environ 6,8 ans pour cette comète de la famille de Jupiter.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K20/K20UN1.html (MPEC 2020-U231)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=P%2F2020%20U1;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 

Satisfaisant aux conditions requises, la comète P/2013 TL117 (Lemmon) a reçu la dénomination définitive de 405P/Lemmon en tant que 405ème comète périodique numérotée.

 


C/2014 OG392 (PANSTARRS)

Un objet ayant l'apparence d'un astéroïde a été découvert dans les images prises le 24 Juillet 2014 par PanSTARRS 1 avec le télescope Ritchey-Chretien de 1.8m. Des observations supplémentaires remontant à Juillet 2011 ont été identifiées.

 

Colin O. Chandler, North Arizona University, a examiné les images de cet objet, classé à l'origine comme un Centaure, prises en 2017 et 2019 par le Cerro Tololo Inter-American Observatory, ainsi que celles de Las Campanas Observatory et du Lowell Discovery Telescope en 2019, notant la présence d'une chevelure.

 

Les éléments orbitaux elliptiques de la comète C/2014 OG392 (PANSTARRS) indiquent un passage au périhélie le 26 Novembre 2021 à une distance d'environ 0,9 UA du Soleil, et une période d'environ 42,7 ans pour cette comète de type Chiron (TJupiter > 3; a > aJupiter).

https://minorplanetcenter.net/mpec/K20/K20UO1.html (MPEC 2020-U241)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2014%20OG392;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


P/2020 S7 (PANSTARRS)

Yudish Ramanjooloo a signalé la découverte potentielle d'une comète le 16 Septembre 2020 par Pan-STARRS 1. Le suivi ultérieur le 17 septembre par R. Weryk avec le télescope de 2.24-m de l'Université de Hawaii, Mauna Kea, a révélé une chevelure très condensée de 0,08" et une queue de 1" vers l'angle de position de 220°. David Rankin et R. Weryk ont par la suite signalé des détections de pré-découverte remontant au 22 Août 2020.

 

Les éléments orbitaux elliptiques de la comète P/2020 S7 (PANSTARRS) indiquent un passage au périhélie le 28 Novembre 2020 à une distance d'environ 2,9 UA du Soleil, et une période d'environ 11,3 ans pour cette comète de la famille de Jupiter.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K20/K20UO3.html (MPEC 2020-U243)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=P%2F2020%20S7;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


C/2020 S8 (Lemmon)

Un objet initialement présenté en tant que possible géocroiseur découvert le 18 Septembre 2020 par le Mount Lemmon Survey a été trouvé affichant des caractéristiques cométaires. David Rankin a indiqué que la comète semblait se composer de deux fragments dans quatre expositions de 30 secondes prises le 05 Octobre à l'Observatoire Steward, station du Mt. Lemmon. Des détections de découverte préalable ont été trouvées remontant à la fin du mois de Juillet.

 

Les éléments orbitaux elliptiques de la comète C/2020 S8 (Lemmon) indiquent un passage au périhélie le 10 Avril 2021 à une distance d'environ 2,3 UA du Soleil.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K20/K20UO4.html (MPEC 2020-U244)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2020%20S8;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


C/2020 T5 (Lemmon)

Un objet initialement signalé le 05 Octobre 2020 comme un possible géocroiseur par le Mt. Lemmon Survey a été observé montrant des caractéristiques cométaires. Des détections antérieures à la découverte, obtenues par Pan-STARRS 1, Haleakala en date du 19 Avril 2020 et par le Mt. Lemmon Survey le 19 Septembre 2020, ont été identifiées.

 

Les éléments orbitaux elliptiques de la comète C/2020 T5 (Lemmon) indiquent un passage au périhélie le 09 Octobre 2020 à une distance d'environ 1,8 UA du Soleil.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K20/K20UP1.html (MPEC 2020-U251)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2020%20T5;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


P/2020 U2 (PANSTARRS)

Richard Weryk a signalé la découverte d'une comète dans des images de Pan-STARRS 1 obtenues le 20 Octobre 2020, notant une chevelure diffuse de 0,9" et une assymétrique fonction d'étalement du point (point spread function ou PSF en anglais) en direction de l'angle de position de 220°. Weryk a trouvé par la suite des détections antérieures dans les données de Pan-STARRS 1 et Pan-STARRS 2 remontant au 17 Septembre 2020.

 

Les éléments orbitaux elliptiques de la comète P/2020 U2 (PANSTARRS) indiquent un passage au périhélie le 25 Décembre 2020 à une distance d'environ 1,8 UA du Soleil, et une période d'environ 7,3 ans pour cette comète de la famille de Jupiter.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K20/K20UP2.html (MPEC 2020-U252)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=P%2F2020%20U2;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


C/2020 U3 (Rankin)

David Rankin a signalé la découverte d'une comète dans les images prises le 22 Octobre 2020 par le Mt. Lemmon Survey, notant une chevelure très condensée de 5" et une queue droite de 7" en P.A. de 95°. R. Weryk a trouvé des observations antérieures remontant au 21 Juillet 2020 et d'autres astrométries de prédécouverte ont été trouvées dans le fichier de mini-trajectoires isolées.

 

Les éléments orbitaux elliptiques de la comète C/2020 U3 (Rankin) indiquent un passage au périhélie le 05 Février 2021 à une distance d'environ 2,2 UA du Soleil.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K20/K20UP4.html (MPEC 2020-U254)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2020%20U3;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


C/2020 U4 (PANSTARRS)

Richard Weryk et Yudish Ramanjooloo ont signalé la découverte d'une comète dans 4 images d'enquête de 45 secondes prises par Pan-STARRS 1 le 22 Octobre 2020, notant une chevelure diffuse de 0,5" et une queue droite de 4" à de l'angle de position de 120°. Par la suite, Weryk a localisé des détections antérieures remontant à Novembre 2019. Des détections antérieures à la découverte ont également été rapportées par le Mt. Lemmon Survey.

 

Les éléments orbitaux hyperboliques de la comète C/2020 U4 (PANSTARRS) indiquent un passage au périhélie le 07 Avril 2022 à une distance d'environ 5,3 UA du Soleil.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K20/K20UQ0.html (MPEC 2020-U260)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2020%20U4;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


C/2020 U5 (PANSTARRS)

Richard Weryk et Yudish Ramanjooloo ont rapporté la découverte d'une comète dans 4 images d'enquête de 45 secondes prises par Pan-STARRS 1 le 22 Octobre 2020, notant une chevelure diffuse de 0,8" et une queue droite de 4" à de l'angle de position de 220°. Weryk a également localisé des détections antérieures obtenues par Pan-STARRS 2. D'autres détections antérieures ont également été localisées sur les images du Mt. Lemmon Survey.

 

Les éléments orbitaux elliptiques de la comète C/2020 U5 (PANSTARRS) indiquent un passage au périhélie le 28 Avril 2022 à une distance d'environ 3,7 UA du Soleil.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K20/K20UQ1.html (MPEC 2020-U261)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2020%20U5;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


P/2007 R2 = 2020 R8 (Gibbs)

La comète P/2007 R2 (Gibbs) a été retrouvée dans les images CCD prises le 11 Septembre 2020 par Y. JeongAhn avec le télescope de 1.6-m f/3.22 du Korea Microlensing Telescope Network-SSO.

 

La comète P/2007 R2 (Gibbs), observée pour la dernière fois le 01 Décembre 2007, avait été découverte initialement par Alex R. Gibbs le 10 Septembre 2007 avec le télescope Schmidt de 0.68-m du Catalina Sky Survey, peu après son passage au périhélie du 26 Août 2007 à une distance d'environ 1,4 UA du Soleil. D'une période d'environ 6,3 ans, la comète n'a pourtant pas été revue à l'occasion de son retour au périhélie le 14 Janvier 2014.

 

Pour son nouveau retour, les éléments orbitaux de la comète P/2007 R2 = 2020 R8 (Gibbs) indiquent un passage au périhélie le 15 Septembre 2020 à une distance d'environ 1,6 UA du Soleil, et une période d'environ 6,75 ans pour cette comète de la famille de Jupiter.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K20/K20UQ9.html (MPEC 2020-U269)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=P%2F2020%20R8;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 

Satisfaisant aux conditions requises, la comète P/2007 R2 = 2020 R8 (Gibbs) a reçu la dénomination définitive de 406P/Gibbs en tant que 406ème comète périodique numérotée.

 


Date des PASSAGES au PERIHELIE des COMETES Date, Périodes de révolution, Distance au Soleil 

COMETES - Magnitudes prévues pour les prochains mois

Liste des comètes potentiellement observables - éléments orbitaux

 

Lost - Les Disparues... ou les comètes périodiques non revues.

 

Les différentes familles de comètes

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


 

Chasseur d'astéroïdes

de Michel ORY

 

Michel Ory, chasseur d'astéroïdes, nous raconte un monde qu'il connait bien : celui de ces petits objets célestes, tout là-haut, et de ceux qui les observent, ici-bas.

 

Non seulement les astéroïdes, ces « mini planètes » ont, chacun, leur histoire, mais le livre nous entraîne également à la rencontre de ceux qui les observent : un petit monde qui, lui aussi, gagne à être connu ! Un monde en voie d'extinction…

 

Avec quelques astronomes amateurs, Michel Ory fait en effet partie des derniers Mohicans célestes, dont la vie est rythmée par l'observation du ciel. Car aujourd'hui, force est de constater que le reste de l'humanité ne vit plus en symbiose avec la voûte céleste.

 

Et pourtant, au-delà des écrans et du virtuel, le ciel étoilé est un patrimoine à préserver, comme le tigre du Bengale ou les grandes pyramides d'Égypte. C'est aussi un formidable terrain d'aventures, à redécouvrir de toute urgence.

 

Astronome amateur, Michel Ory parcourt inlassablement le ciel depuis près de vingt ans à la recherche de petits corps du système solaire, astéroïdes ou comètes. Ce chasseur infatiguable a découvert, à lui seul, plus de 200 astéroïdes et 2 comètes.

 

- 144 Pages

- 16,00 €

- ISBN : 978-2-7465-1782-0

- Dimensions : 17 x 24 cm

 


 

Si vous appréciez PGJ et si vous souhaitez voir votre site préféré continuer d'évoluer et de se développer, n'hésitez pas à m'apporter votre soutien sous forme de donation.

Merci d'avance à tous les éventuels généreux donateurs. 


 

Dans la majorité des cas, la "Nouvelle" est un texte composé à partir d'une ou plusieurs sources ou une traduction "libre" du texte d'origine. Chaque "Nouvelle" est accompagnée de la provenance exacte des informations au moyen d'un ou de plusieurs liens conduisant vers les pages servant de support à l'élaboration de la "Nouvelle". Ces liens peuvent vous être utiles pour approfondir le sujet.

 

Ceux-ci sont identifiés selon le code suivant :

Sources ou Documentations non francophones

Sources ou Documentations en langue française

 

Les liens proposés vers d'autres sites sont communiqués à titre indicatif et ne sauraient engager la responsabilité de PGJ, tant en ce qui concerne les contenus que les conditions d'accès.

 

Les articles de la rubrique "Nouvelles du Ciel" peuvent être librement reproduits à condition d'indiquer sur votre page :

Source : PGJ - "Nouvelles du Ciel" avec un lien vers la "Nouvelle" concernée ou vers la page d'accueil de PGJ

 

Toutefois, un petit nombre d'articles proviennent de sources extérieures. Dans ce cas, le lien figurant au bas de l'article conduisant vers la page d'origine est précédé de la mention "Source :" indiquant le réel auteur de l'information.

exemple : Source : http://...........

 

De même, les photos illustrant ces articles sont accompagnées des mentions de "Crédit" ou de "Copyright" correspondantes.

 

L'utilisation de ces photos est soumise à certaines règles, propres à chaque auteur, mais que l'on peut résumer ainsi :

- utilisation non-commerciale

- respect des mentions de "Crédit" ou de "Copyright".

 

Il vous appartient toutefois de vérifier auprès des auteurs si celles-ci peuvent être reproduites librement ainsi que les conditions spéciales d'utilisation.

 

Retour à l'accueil

Contact : Gilbert Javaux