Nouvelles du Ciel d'Août 2019

 

 

 

Les Titres

 

Comètes P/2014 U2 = 2019 O1 (Kowalski), P/2010 U2 = 2019 P1 (Hill) [24/08/2019]

Nouveau portrait de Jupiter de Hubble [08/08/2019]

L'obscurité rencontre la lumière sur Mars [08/08/2019]

Anatomie d'une mouette cosmique [07/08/2019]

Hubble découvre une exoplanète «Heavy Metal» en forme de ballon de football [01/08/2019]

 

 

Les Titres des "Nouvelles du Ciel" disponibles en Version Javascript ou Version XML

 

En savoir plus pour afficher les Titres des "Nouvelles du Ciel" de PGJ sur votre Site Web ou sur le Bureau de votre Ordinateur

 

CALENDRIER ASTRONOMIQUE 2020 de Guillaume CANNAT

 

Pré-commande ; cet ouvrage sera expédié à parution (3 octobre 2019)

 

L'astronomie est l'une des sciences les plus spectaculaires. Les images réalisées avec les meilleurs instruments nous permettent de visiter le Système solaire, de plonger au cur des nébuleuses où naissent de nouvelles étoiles, de survoler les majestueuses spirales galactiques, d'assister aux plus belles éruptions solaires ou d'admirer notre planète.

 

Ce calendrier astronomique rassemble 12 nouvelles images exceptionnelles sélectionnées et commentées par Guillaume Cannat, l'auteur du Guide du Ciel, du Ciel à l'il nu et du blog Autour du Ciel.

 

Ces 12 photographies à couper le souffle ont été réalisées avec les meilleurs instruments professionnels terrestres et spatiaux, mais également par des amateurs talentueux. Elles sont imprimées à haute résolution en très grand format sur un papier couché épais pour garantir la plus belle reproduction possible.

 

Chaque mois, un calendrier annotable indique les dates des principaux phénomènes célestes : phases de la Lune, positions des planètes, éclipses, conjonctions, saisons, essaims d'étoiles filantes, etc.

 

- ISBN : 979-10-90238-29-9

- 24 pages

- 35 x 29 cm, soit 35 x 58 cm déplié 

 

Le Calendrier Astronomique 2020 est diffusé par GEODIF/SODIS.

 

... à découvrir sur le site d'amds !

 

LE CIEL A L'OEIL NU EN 2020 de Guillaume CANNAT

18e édition

 

Pré-commande ; cet ouvrage sera expédié à parution (fin septembre 2019).

 

Le Ciel à l'il nu est l'ouvrage de référence des observateurs du ciel. Il vous guide en ville et en pleine nature pour pratiquer le plus simplement du monde l'une des plus vieilles activités humaines : l'observation du ciel étoilé, des planètes et de la Lune.

 

Cette dix-huitième édition est truffée de récits d'observations et de conseils, saupoudrée de rappels mythologiques sur les constellations, épicée d'informations encyclopédiques sur les planètes et les étoiles et d'idées pour observer ou photographier facilement les plus beaux rendez-vous entre les planètes, le Soleil et la Lune visibles de janvier à décembre 2020.

 

Un cahier pratique réunit en début d'ouvrage toutes les informations dont vous avez besoin pour observer le ciel ou choisir votre premier instrument ; nouvelles tables d'orientation de la Grande Ourse et d'Orion.

 

Avec le site web associé à ce guide, vous pouvez obtenir des informations complémentaires, des cartes du ciel à imprimer, des images des astres à haute résolution et des liens directs vers les sites utiles pour votre pratique quotidienne du loisir astronomique.

 

150 illustrations, schémas photographiques, cartes du ciel, images inédites.

 

 

Guillaume Cannat observe et fait observer le ciel depuis plus de 40 ans. Il est l'auteur de plus de cinquante ouvrages sur l'astronomie et il tient le blog Autour du Ciel sur lemonde.fr. L'Union astronomique internationale a nommé une petite planète 22512 Cannat en reconnaissance de son travail de vulgarisation.

 

- Le Ciel à l'il nu en 2020

- 144 pages
- Format 17 x 24 cm

- ISBN : 979-10-90238-27-5

 

La collection « Le Ciel à l'oeil nu » a reçu le prix spécial du jury du Festival d'Astronomie de Haute-Maurienne-Vanoise

 

Le Ciel à l'il nu en 2020 est diffusé par GEODIF/SODIS

 

... Réservez dès maintenant votre exemplaire sur amds-edition.com !

 

LE GUIDE DU CIEL 2019-2020 de Guillaume CANNAT

 

25e édition

 

LE GUIDE DU CIEL est la référence des observateurs du ciel depuis 25 ans !

 

Tout ce qu'il faut savoir pour observer le ciel entre le 1er juin 2019 et le 30 juin 2020

 

Une mise à jour intégrale avec des pages de synthèse et une série de gros plans sur les plus importants phénomènes astronomiques des mois couverts par cette édition, les planètes et une sélection d'objets du ciel profond.

 

Et toujours autant de rendez-vous quotidiens pour suivre le ciel heure par heure...

 

- Parution : mai 2019

- Couverture souple pelliculée avec rabats, cahiers cousus et collés

- 17 x 24 cm, 352 pages

- Plus de 500 schémas, cartes célestes et photographies

- Imprimé intégralement en couleurs

- 25e édition

 

LE GUIDE DU CIEL 2019-2020
l'ouvrage le plus complet pour vivre votre passion des astres au quotidien !

 

Le Guide du Ciel est un ouvrage de 352 pages (format 17 x 24 cm, broché, couverture souple pelliculée avec rabats, cahiers cousus et collés, reliure particulièrement résistante) qui rassemble dans un seul volume toutes les données dont vous pourriez avoir besoin tout au long de l'année pour préparer vos observations.

 

Contrairement aux tablettes et autres portables, il est équipé d'une batterie en papier de très longue durée qui ne vous laissera jamais tomber sur le terrain au beau milieu de la nuit... et il a toujours du réseau !

 

Vous pouvez pré-commander en souscription votre exemplaire du GUIDE DU CIEL 2019-2020 en cliquant ici...

 

... à découvrir sur le site d'amds !

 

LE CIEL A L'OEIL NU EN 2019 de Guillaume CANNAT

17e édition

 

Le Ciel à l'il nu est l'ouvrage de référence des observateurs du ciel. Il vous guide en ville et en pleine nature pour pratiquer le plus simplement du monde l'une des plus vieilles activités humaines : l'observation du ciel étoilé, des planètes et de la Lune.

 

Cette dix-septième édition est truffée de conseils, saupoudrée de rappels mythologiques sur les constellations, épicée d'informations encyclopédiques sur les planètes et les étoiles et d'idées pour observer ou photographier facilement les plus beaux rendez-vous entre les planètes, le Soleil et la Lune visibles de janvier à décembre 2019.

 

Un cahier réunit en début d'ouvrage toutes les informations dont vous avez besoin pour observer le ciel ou choisir votre premier instrument.

 

Avec le site web associé à ce guide, vous pouvez obtenir des informations complémentaires, des cartes du ciel à imprimer, des images des astres à haute résolution et des liens directs vers les sites utiles pour votre pratique quotidienne du loisir astronomique.

 

150 illustrations, schémas photographiques, cartes du ciel, images inédites.

 

Guillaume Cannat observe et fait observer le ciel depuis plus de 40 ans. Il est l'auteur de plus de cinquante ouvrages sur l'astronomie et il tient le blog Autour du Ciel sur lemonde.fr. L'Union astronomique internationale a nommé une petite planète 22512 Cannat en reconnaissance de son travail de vulgarisation.

 

- Le Ciel à l'il nu en 2019

- 144 pages
- Format 17 x 24 cm

- ISBN : 979-10-90238-24-4

 

La collection « Le Ciel à l'oeil nu » a reçu le prix spécial du jury du Festival d'Astronomie de Haute-Maurienne-Vanoise

 

Le Ciel à l'il nu en 2019 est diffusé par GEODIF/SODIS

 

... Réservez dès maintenant votre exemplaire sur amds-edition.com !

 

 

 

Archives des Nouvelles du Ciel

Vous cherchez un ancien article ? Les Titres des Nouvelles du Ciel classés par Catégories

 

 

 

 


Sources ou Documentations non francophones

Sources ou Documentations en langue française

   

 

Si vous appréciez PGJ et si vous souhaitez voir votre site préféré continuer d'évoluer et de se développer, n'hésitez pas à m'apporter votre soutien sous forme de donation.

Merci d'avance à tous les éventuels généreux donateurs.

 

 

 

 

 

 

 

Cinq satellites Jovian ont maintenant reçu leur nom officiel, un peu plus d'un an après l'annonce de leur découverte.

Pour offrir au public une chance de participer à la désignation de ces corps célestes, le Carnegie Institute a lancé un concours via Twitter le 21 février 2019, invitant à suggérer des noms pour cinq des nouveaux satellites. Parallèlement à la campagne, le Working Group for Planetary System Nomenclature (WGPSN) de l'Union Astronomique Internationale (IAU) a fourni certaines règles auxquelles les suggestions devaient adhérer, notamment qu'il s'agisse de noms de personnages de la mythologie romaine ou grecque, descendants ou amoureux de Jupiter (Roman) ou de Zeus. (Grec).

 

À la suite du concours, les découvreurs ont classé les suggestions en fonction de leurs cinq noms éligibles préférés et les ont soumises au WGPSN. Le 19 Août, le groupe de travail a approuvé les noms suivants:

Eirene (S/2003 J5) - déesse de la paix et fille de Zeus et Thémis;
Philophrosyne (S/2003 J15) et Eupheme (S/2003 J3) - petites-filles de Zeus et filles d'Héphaïstos et d'Aglaia;
Pandia (S/2017 J4) et Ersa (S/2018 J1) - filles de Zeus et de la déesse lune Selene. Pandia est la déesse de la pleine lune et Ersa est la déesse de la rosée.

https://iau.org/news/announcements/detail/ann19054/

https://planetarynames.wr.usgs.gov/Page/Planets

 


24 Août 2019

Comètes P/2014 U2 = 2019 O1 (Kowalski), P/2010 U2 = 2019 P1 (Hill)

 

Nouvelles du Ciel

 

P/2014 U2 = 2019 O1 (Kowalski)

La comète P/2014 U2 (Kowalski), découverte initialement par Richard Kowalski sur les images CCD obtenues le 25 Octobre 2014 avec le télescope Schmidt de 0,68-m dans le cadre du Catalina Sky Survey, a été retrouvée par H. Sato via iTelescope Observatory, Siding Spring, sur les images CCD obtenues les 27 et 28 Juillet 2019 avec l'astrographe de 0.51-m f/6.8 et réducteur de focale f/4.5.

 

La comète P/2014 U2 (Kowalski), observée pour la dernière fois le 18 Janvier 2015, était passée au périhélie le 14 Octobre 2014 à une distance de 1,1 UA du Soleil.

 

Pour ce nouveau retour, les éléments orbitaux elliptiques de la comète P/2014 U2 = 2019 O1 (Kowalski) indiquent un passage au périhélie le 11 Octobre 2019 à une distance d'environ 1,1 UA du Soleil, et une période d'environ 4,95 ans pour cette comète de la famille de Jupiter.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K19/K19O84.html (MPEC 2019-O84)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=P%2F2014%20U2;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


P/2010 U2 = 2019 P1 (Hill)

La comète P/2010 U2 (Hill), découverte initialement par Rik E. Hill sur les images CCD obtenues le 17 Octobre 2010 avec le télescope Schmidt de 0.68-m dans le cadre du Catalina Sky Survey, a été retrouvée par Krisztian Sarneczky sur les images prises le 02 Août 2019 avec le télescope Schmidt de 0.6m de l'Universié de Szeged, Piszkesteto Station (Konkoly), avec des images de confirmation datant du 07 Août.

 

La comète P/2010 U2 (Hill), qui était passée au périhélie le 09 Novembre 2010 à environ 2,5 UA du Soleil, avait été observée pour la dernière fois le 08 Mars 2011.

 

Pour ce nouveau retour, les éléments orbitaux de la comète P/2010 U2 = 2019 P1 (Hill) indiquent un passage au périhélie le 14 Septembre 2019 à une distance d'environ 2,5 UA du Soleil, et une période d'environ 8,8 ans pour cette comète de la famille de Jupiter.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K19/K19P61.html (MPEC 2019-P61)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=P%2F2019%20P1;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


  

Date des PASSAGES au PERIHELIE des COMETES Date, Périodes de révolution, Distance au Soleil 

COMETES - Magnitudes prévues pour les prochains mois

Liste des comètes potentiellement observables - éléments orbitaux

 

Lost - Les Disparues... ou les comètes périodiques non revues.

 

Les différentes familles de comètes

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


08 Août 2019

Nouveau portrait de Jupiter de Hubble

 

Credit : NASA, ESA, A. Simon (Goddard Space Flight Center), and M.H. Wong (University of California, Berkeley)

 

Jupiter est le roi du Système solaire, plus massif que toutes les autres planètes du Système solaire combinées. Bien que les astronomes observent la planète géante gazeuse depuis des centaines d'années, celle-ci reste toujours un monde mystérieux.

 

Les astronomes n'ont pas de réponses définitives, par exemple, sur la raison pour laquelle les bandes de nuages et les tempêtes changent de couleur, ou pourquoi les tempêtes diminuent de taille. La principale caractéristique durable, la Grande Tache Rouge, a diminué depuis les années 1800. Cependant, la tempête géante est encore assez grosse pour engloutir la Terre.

 

La Tache Rouge est ancrée dans une atmosphère houleuse qui est alimentée par la chaleur provenant de l'intérieur profond de la planète monstre, qui génère une atmosphère turbulente. En revanche, la lumière du Soleil alimente l'atmosphère de la Terre. De Jupiter, cependant, le Soleil est beaucoup plus faible car la planète est beaucoup plus éloignée de lui. La haute atmosphère de Jupiter est pleine de nuages colorés, contenus dans des bandes qui défilent à des vitesses de vent différentes et dans des directions différentes. Les caractéristiques dynamiques telles que les cyclones et les anticyclones (tempêtes à haute pression qui tournent dans le sens inverse des aiguilles d'une montre dans l'hémisphère sud) abondent.

 

Tenter de comprendre les forces qui animent l'atmosphère de Jupiter, c'est comme essayer de prédire le motif que la crème produira lorsqu'elle est versée dans une tasse de café chaud. Les chercheurs espèrent que la surveillance annuelle de la planète réalisée par Hubble - en tant que météorologue interplanétaire - révélera le comportement changeant des nuages  de Jupiter. Les images de Hubble devraient aider à résoudre nombre de casse-têtes exceptionnels de la planète. Cette nouvelle image de Hubble fait partie de cette étude annuelle, baptisée programme Legacy Atmosphères d'Outer Planets, ou OPAL.

 

Credits: NASA, ESA, A. Simon (Goddard Space Flight Center), and M.H. Wong (University of California, Berkeley)

 

https://hubblesite.org/contents/news-releases/2019/news-2019-36

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


 

Chasseur d'astéroïdes

de Michel ORY

 

Michel Ory, chasseur d'astéroïdes, nous raconte un monde qu'il connait bien : celui de ces petits objets célestes, tout là-haut, et de ceux qui les observent, ici-bas.

 

Non seulement les astéroïdes, ces « mini planètes » ont, chacun, leur histoire, mais le livre nous entraîne également à la rencontre de ceux qui les observent : un petit monde qui, lui aussi, gagne à être connu ! Un monde en voie d'extinction

 

Avec quelques astronomes amateurs, Michel Ory fait en effet partie des derniers Mohicans célestes, dont la vie est rythmée par l'observation du ciel. Car aujourd'hui, force est de constater que le reste de l'humanité ne vit plus en symbiose avec la voûte céleste.

 

Et pourtant, au-delà des écrans et du virtuel, le ciel étoilé est un patrimoine à préserver, comme le tigre du Bengale ou les grandes pyramides d'Égypte. C'est aussi un formidable terrain d'aventures, à redécouvrir de toute urgence.

 

Astronome amateur, Michel Ory parcourt inlassablement le ciel depuis près de vingt ans à la recherche de petits corps du système solaire, astéroïdes ou comètes. Ce chasseur infatiguable a découvert, à lui seul, plus de 200 astéroïdes et 2 comètes.

 

- 144 Pages

- 16,00

- ISBN : 978-2-7465-1782-0

- Dimensions : 17 x 24 cm

- Date de parution : 20/02/2019

 


08 Août 2019

L'obscurité rencontre la lumière sur Mars

 

Copyright ESA/DLR/FU Berlin, CC BY-SA 3.0 IGO

 

Mars Express, de l'ESA, a capturé le contraste cosmique de Terra Cimmeria, une région des hauts plateaux méridionaux de Mars, caractérisée par des cratères d'impact, des vallées sculptées par l'eau, ainsi que du sable et de la poussière dans de nombreuses teintes chocolat et caramel.

 

Vue en plan de Terra Cimméria - Copyright : ESA/DLR/FU Berlin, CC BY-SA 3.0 IGO

 

Mars est souvent appelée la planète rouge en raison de la teinte caractéristique de son globe dans le ciel. Cependant, de près, la planète est  en fait couverte de toutes les couleurs - des blancs éclatants et des noirs foncés aux jaunes, aux rouges, aux verts et aux tons de cappuccino vus ici.

 

Ces différences de couleur sont visibles depuis les télescopes sur Terre. Elles sont indéniablement frappantes visuellement, mais révèlent également une quantité significative de la composition et des propriétés du matériau de surface elle-même.

 

Ces vues basées sur les données de Mars Express illustrent parfaitement la diversité de la surface martienne: les régions les plus sombres situées à droite (au nord) de l'image en haut de cette page sont riches en minéraux d'origine volcanique, dont le plus courant sur Mars est le basalte. Les taches plus claires à gauche (sud) sont en grande partie recouvertes de fine poussière de silicate.

 

Vue en perspective de Terra Cimmeria - Copyright : ESA/DLR/FU Berlin, CC BY-SA 3.0 IGO

 

On pense que Mars a connu autrefois une activité volcanique importante. La planète abrite certains des plus grands volcans du Système solaire, notamment le plus grand, Olympus Mons, et compte plusieurs provinces volcaniques remarquables (dont deux sont Tharsis et Elysium). Les volcans de ces régions ont autrefois libéré des cendres et de la poussière qui couvraient et revêtaient la surface de Mars, formant des sables basaltiques sombres qui ont été balayés et recouverts par d'autres matériaux au fil du temps.

 

Le plus grand cratère de l'image mesure 25 km de large et 300 m de profondeur. Cette profondeur relativement peu profonde est probablement due au fait que le cratère s'est rempli d'autres matériaux depuis sa formation. Ce cratère est entouré de plaines, de vallées et de «mesas», des monticules aux parois abruptes émergeant de la surface martienne.

 

Vue en perspective de Terra Cimmeria - Copyright : ESA/DLR/FU Berlin, CC BY-SA 3.0 IGO

 

Certaines de ces caractéristiques sont les vestiges d'un ancien système de vallée rempli d'eau, visible plus clairement dans le coin supérieur droit du cadre. Ces vallées s'étendent sur Terra Cimmeria, une fois que l'eau et les matériaux ont été déplacés dans toute la région.

 

Cette eau était emprisonnée dans la glace et la neige de surface, mais des recherches récentes laissent présager plusieurs épisodes de fonte qui ont débloqué l'eau des glaciers et l'ont envoyée sur Mars sous forme liquide.

 

Sur la gauche du cadre, on peut voir de minces traînées sombres qui serpentent et balayent Terra Cimmeria - un signe révélateur que des " diables de poussière " étaient autrefois présents ici. Les diables de poussière se forment comme des tourbillons de vent qui déplacent la couche supérieure de poussière de la surface martienne, l'envoyant tourbillonner dans les airs. Cela révèle à son tour une couche plus profonde de matériau de couleur différente, ce qui crée un net contraste visible.

 

Terra Cimmeria dans le contexte - Copyright : NASA MGS MOLA Science Team

 

Un autre groupe d'éléments sombres, mais plus grands, formés par le vent, appelés «traînées de vent», peut être vu près du centre-gauche de l'image en haut de la page - présenté ci-dessous également sous forme d'anaglyphe. Celles-ci se forment de la même manière que les traces de poussière du diable, sauf qu'elles ne sont pas causées par des tourbillons, mais par les vents locaux qui sont renforcés sur des caractéristiques topographiques telles que des cratères ou des falaises.

 

De ce fait, des traînées peuvent sembler émaner de ces caractéristiques. Les traînées de vent sont des indicateurs utiles dans les études atmosphériques; Par exemple, le vent qui formait les stries de cette image soufflait plus ou moins dans une direction approximative sud-est (étant donné que le nord est à droite).

 

Qu'elle soit altérée par l'eau, le vent, les impacts ou d'autres moyens, la surface de Mars est un environnement dynamique - et Mars Express de l'ESA, en orbite autour de Mars depuis 2003, a réussi à capturer toutes sortes de phénomènes sur la planète rouge au cours des 16 dernières années.

 

Terra Cimmeria en 3D - Copyright : ESA/DLR/FU Berlin, CC BY-SA 3.0 IGO

 

Utilisant des instruments tels que sa caméra stéréo haute résolution (High Resolution Stereo Camera), responsable de ces nouvelles images, la sonde a été témoin de tempêtes de poussière géantes soulevant des matériaux dans les airs pour masquer de vastes régions de la surface ; repérés des signes d'anciens systèmes d'eau souterraine qui font allusion au passé plus humide de la planète; et sondé l'atmosphère martienne pour détecter des traces de molécules que nous savons être liées à la vie sur Terre.

 

Elle a trouvé des signes d'activité tectonique à des échelles de temps bien plus récentes qu'on ne le pensait auparavant; regardé des nuages étranges se former et se dissiper avec les saisons; a exploré les plaques de glace trouvées aux pôles nord et sud de Mars ; et caractérisé les deux petites lunes mystérieuses de la planète, Phobos et Deimos.

 

La flotte de l'ESA sur Mars a augmenté avec l'arrivée de l'ESA-Roscosmos ExoMars Trace Gas Orbiter en 2016, qui effectue une analyse détaillée de l'atmosphère de la planète et en cartographie la surface. L'année prochaine, le rover ExoMars Rosalind Franklin et la plate-forme scientifique de surface qui l'accompagnera seront lancés pour approfondir notre compréhension de Mars depuis la surface intrigante de la planète.

 

Vue topographique de Terra Cimmeria - Copyright : ESA/DLR/FU Berlin, CC BY-SA 3.0 IGO

 

http://www.esa.int/Our_Activities/Space_Science/Mars_Express/Dark_meets_light_on_Mars

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


07 Août 2019

Anatomie d'une mouette cosmique

 

Crédit : ESO/VPHAS+ team/N.J. Wright (Keele University)

 

Le VST de l'ESO capture une mouette céleste en vol

 

Colorée et vaporeuse, cette collection d'objets fascinants est connue sous le nom de nébuleuse de la Mouette, nommée pour sa ressemblance à une mouette volante. Composée de poussière, d'hydrogène, d'hélium et de traces d'éléments plus lourds, cette région est le berceau chaud et énergétique de nouvelles étoiles. Les détails remarquables capturés ici par le télescope de sondages du VLT (VST) de l'ESO, révèlent les objets astronomiques individuels qui composent l'oiseau céleste, ainsi que les éléments plus fins qui s'y trouvent. Le VST est l'un des plus grands télescopes de sondages au monde observant le ciel en lumière visible.

 

La lueur rosée d'une mouette cosmique - Crédit : ESO/VPHAS+ team/N.J. Wright (Keele University)

 

Les principaux composants de la mouette sont trois grands nuages de gaz, le plus caractéristique étant Sharpless 2-296, formant ainsi les "ailes". S'étendant sur environ une centaine d'années-lumière d'un bout d'aile à l'autre, Sh2-296 affiche des matériaux incandescents et des bandes de poussière sombre qui se tissent parmi des étoiles brillantes.  C'est ici un bel exemple de nébuleuse à émission, en l'occurrence une région HII, indiquant la formation active de nouvelles étoiles, que l'on peut voir saupoudrant cette image.

 

Ce sont les radiations émanant de ces jeunes étoiles qui donnent aux nuages leurs couleurs fantastiques et les rend si accrocheurs, en ionisant le gaz environnant et en le faisant briller. Ce rayonnement est également le principal facteur qui détermine la forme des nuages, en exerçant une pression sur la matière environnante et en la sculptant selon les morphologies fantaisistes que nous voyons.  Comme chaque nébuleuse a une distribution unique d'étoiles et peut, comme celle-ci, être composée de plusieurs nuages, elles se présentent sous diverses formes, faisant appel à l'imagination des astronomes et évoquant des comparaisons avec des animaux ou des objets familiers.

 

Cette diversité de formes est illustrée par le contraste entre Sh2-296 et Sh2-292.  Cette dernière, visible ici juste en dessous des "ailes", est un nuage plus compact qui forme la "tête" de la mouette.  Son principal élément est une étoile gigantesque, extrêmement lumineuse appelée HD 53367, 20 fois plus massive que le Soleil, ici visible comme « l'il» perçant de la mouette.  Sh2-292 est à la fois une nébuleuse à émission et une nébuleuse à réflexion;  une grande partie de sa lumière est émise par le gaz ionisé qui entoure ses étoiles naissantes, mais une quantité non négligeable est également réfléchie par des étoiles extérieures.

 

Les bandes sombres qui interrompent l'homogénéité des nuages et leur donnent de la texture sont des bandes de poussière, des canaux de matière beaucoup plus denses qui cachent une partie du gaz lumineux se trouvant derrière eux. Les nébuleuses comme celle-ci ont des densités de quelques centaines d'atomes par centimètre cube, beaucoup moins que les meilleurs vides artificiels sur Terre. Néanmoins, les nébuleuses sont encore beaucoup plus denses que le gaz à l'extérieur dont la densité moyenne est d'environ 1 atome par centimètre cube.

 

La Mouette se situe le long de la frontière entre les constellations de Canis Major (Le Grand Chien) et de Monoceros (La Licorne), à une distance d'environ 3 700 années-lumière dans un bras de la Voie Lactée.  Les galaxies spirales peuvent contenir des milliers de ces nuages, presque tous concentrés le long de leurs bras spiraux.

 

Plusieurs nuages plus petits font également partie de la nébuleuse de la Mouette, y compris Sh2-297, qui est une petite addition noueuse à l'extrémité de «l'aile» supérieure de la mouette, Sh2-292 et Sh2-295.  Ces objets sont tous inclus dans le catalogue Sharpless, une liste de plus de 300 nuages de gaz incandescents compilés par l'astronome américain Stewart Sharpless.

 

Cette image a été prise à l'aide du VLT Survey Telescope (VST), l'un des plus grands télescopes au monde qui observe le ciel en lumière visible. Le VST est conçu pour photographier rapidement et en profondeur de grandes zones du ciel.

 

Pouvez-vous repérer la mouette sur cette photo ?  Nous invitons nos lecteurs à laisser libre cours à leur imagination et à dessiner l'oiseau sur notre photo comme ils la voient.  Partagez vos photos avec le contour de l'oiseau à l'aide du hashtag #SpotTheSeagull.

 

Plus d'informations :  

L'ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 16 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Irlande, l'Italie, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages. VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est l'un des plus grands télescopes conçus exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est le partenaire européen d'ALMA, un télescope astronomique révolutionnaire. ALMA est le plus grand projet astronomique en cours de réalisation. L'ESO est actuellement en train de programmer la réalisation d'un télescope géant (ELT pour Extremely Large Telescope) de la classe des 39 mètres qui observera dans le visible et le proche infrarouge. L'ELT sera « l'il le plus grand au monde tourné vers le ciel »

 

Source : ESO https://www.eso.org/public/france/news/eso1913/?lang

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


01 Août 2019

Hubble découvre une exoplanète «Heavy Metal» en forme de ballon de football

 

Credit : Artwork: NASA, ESA, and J. Olmsted (STScI)

 

Il n'existe pas de riffs de guitare électrique forts, caractéristiques de la musique heavy metal, qui se diffuse dans l'espace. Ce qui s'échappe de la planète, c'est le fer et le magnésium, appelés métaux lourds, parce qu'ils sont plus lourds que l'hydrogène et l'hélium légers. Les observations effectuées par le télescope spatial Hubble représentent la première fois qu'un gaz métallique lourd est détecté flottant loin d'une exoplanète.


Planète torride, WASP-121b orbite dangereusement près d'une étoile encore plus chaude que notre Soleil. Le rayonnement intense réchauffe la haute atmosphère de la planète à 4.600 degrés Fahrenheit. Apparemment, la basse atmosphère est encore si chaude que le fer et le magnésium restent sous forme gazeuse et ruissellent vers la haute atmosphère, où ils s'échappent dans l'espace sur les couches gazeuses d'hydrogène et d'hélium.


La planète brûlante est aussi si proche de son étoile qu'elle est sur le point d'être déchirée par l'attraction intense de cette dernière. Cette distance serrée signifie que la planète est en forme de ballon de football en raison des forces de marée gravitationnelles.

 

Credits: Artwork: NASA, ESA, and J. Olmsted (STScI);
Science: NASA, ESA, and D. Sing (Johns Hopkins University)

 

https://hubblesite.org/contents/news-releases/2019/news-2019-19

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


 

Si vous appréciez PGJ et si vous souhaitez voir votre site préféré continuer d'évoluer et de se développer, n'hésitez pas à m'apporter votre soutien sous forme de donation.

Merci d'avance à tous les éventuels généreux donateurs. 


 

Dans la majorité des cas, la "Nouvelle" est un texte composé à partir d'une ou plusieurs sources ou une traduction "libre" du texte d'origine. Chaque "Nouvelle" est accompagnée de la provenance exacte des informations au moyen d'un ou de plusieurs liens conduisant vers les pages servant de support à l'élaboration de la "Nouvelle". Ces liens peuvent vous être utiles pour approfondir le sujet.

 

Ceux-ci sont identifiés selon le code suivant :

Sources ou Documentations non francophones

Sources ou Documentations en langue française

 

Les liens proposés vers d'autres sites sont communiqués à titre indicatif et ne sauraient engager la responsabilité de PGJ, tant en ce qui concerne les contenus que les conditions d'accès.

 

Les articles de la rubrique "Nouvelles du Ciel" peuvent être librement reproduits à condition d'indiquer sur votre page :

Source : PGJ - "Nouvelles du Ciel" avec un lien vers la "Nouvelle" concernée ou vers la page d'accueil de PGJ

 

Toutefois, un petit nombre d'articles proviennent de sources extérieures. Dans ce cas, le lien figurant au bas de l'article conduisant vers la page d'origine est précédé de la mention "Source :" indiquant le réel auteur de l'information.

exemple : Source : http://...........

 

De même, les photos illustrant ces articles sont accompagnées des mentions de "Crédit" ou de "Copyright" correspondantes.

 

L'utilisation de ces photos est soumise à certaines règles, propres à chaque auteur, mais que l'on peut résumer ainsi :

- utilisation non-commerciale

- respect des mentions de "Crédit" ou de "Copyright".

 

Il vous appartient toutefois de vérifier auprès des auteurs si celles-ci peuvent être reproduites librement ainsi que les conditions spéciales d'utilisation.

 

Retour à l'accueil

Contact : Gilbert Javaux