Nouvelles du Ciel de Juillet 2020

 

 

 

Les Titres

   

Un étonnant papillon cosmique photographié par un télescope de l'ESO [30/07/2020]

Hubble voit l'été sur Saturne [23/07/2020]

Un télescope de l'ESO capture la toute première image d'un système multi-planétaire autour d'une étoile de type Soleil [22/07/2020]

Comètes C/2019 T2 (Lemmon), C/2020 M5 (ATLAS), C/2020 N1 (PANSTARRS) [20/07/2020]

Comètes P/2020 M1 (PANSTARRS), P/2020 M2 = P/2012 SB6 (Lemmon), C/2020 M3 (ATLAS) [03/07/2020]

 

 

Les Titres des "Nouvelles du Ciel" disponibles en Version Javascript ou Version XML

 

En savoir plus pour afficher les Titres des "Nouvelles du Ciel" de PGJ sur votre Site Web ou sur le Bureau de votre Ordinateur

 

LE GUIDE DU CIEL 2020-2021 de Guillaume CANNAT

 

Tout ce qu'il faut savoir pour observer le ciel entre le 1er juin 2020 et le 30 juin 2021

 

L'ouvrage incontournable pour les observateurs du ciel.
Vendu à plus de 200 000 exemplaires depuis sa création en 1995.

 

Il s'agit de la 26e édition du fameux Guide du Ciel de Guillaume Cannat, l'ouvrage de référence des observateurs du ciel.

 

Le guide le plus complet pour préparer des observations du ciel : plus de 1 000 phénomènes célestes annoncés (conjonctions, éclipses de Lune et de Soleil, étoiles filantes, occultations, aurores boréales, comètes, cycles solaires, etc.) ; des conseils pratiques ; des centaines de cartes, de photographies et de schémas.

 

En plus des nombreuses cartes du ciel et des rubriques habituelles mises à jour, cette édition contient :

un dossier sur les prochaines éclipses de Lune et de Soleil.

de nombreux conseils pour trouver et observer tout au long de l'année les plus belles formations lunaires: cratères, mers, montagnes...

des gros plans sur des objets du ciel profond : amas stellaires, nébuleuses et galaxies.

des centaines d'images, de cartes et de schémas.

 

- ISBN : 979-10-90238-30-5

- 352 pages 

- 17 x 24 cm

  

Vous pouvez pré-commander en souscription votre exemplaire du GUIDE DU CIEL 2020-2021 en cliquant ici...

 

... à découvrir sur le site d'amds !

 

CALENDRIER ASTRONOMIQUE 2020 de Guillaume CANNAT

 

 

L'astronomie est l'une des sciences les plus spectaculaires. Les images réalisées avec les meilleurs instruments nous permettent de visiter le Système solaire, de plonger au cur des nébuleuses où naissent de nouvelles étoiles, de survoler les majestueuses spirales galactiques, d'assister aux plus belles éruptions solaires ou d'admirer notre planète.

 

Ce calendrier astronomique rassemble 12 nouvelles images exceptionnelles sélectionnées et commentées par Guillaume Cannat, l'auteur du Guide du Ciel, du Ciel à l'il nu et du blog Autour du Ciel.

 

Ces 12 photographies à couper le souffle ont été réalisées avec les meilleurs instruments professionnels terrestres et spatiaux, mais également par des amateurs talentueux. Elles sont imprimées à haute résolution en très grand format sur un papier couché épais pour garantir la plus belle reproduction possible.

 

Chaque mois, un calendrier annotable indique les dates des principaux phénomènes célestes : phases de la Lune, positions des planètes, éclipses, conjonctions, saisons, essaims d'étoiles filantes, etc.

 

- ISBN : 979-10-90238-29-9

- 24 pages

- 35 x 29 cm, soit 35 x 58 cm déplié 

 

Le Calendrier Astronomique 2020 est diffusé par GEODIF/SODIS.

 

... à découvrir sur le site d'amds !

 

LE CIEL A L'OEIL NU EN 2020 de Guillaume CANNAT

18e édition

 

 

Le Ciel à l'il nu est l'ouvrage de référence des observateurs du ciel. Il vous guide en ville et en pleine nature pour pratiquer le plus simplement du monde l'une des plus vieilles activités humaines : l'observation du ciel étoilé, des planètes et de la Lune.

 

Cette dix-huitième édition est truffée de récits d'observations et de conseils, saupoudrée de rappels mythologiques sur les constellations, épicée d'informations encyclopédiques sur les planètes et les étoiles et d'idées pour observer ou photographier facilement les plus beaux rendez-vous entre les planètes, le Soleil et la Lune visibles de janvier à décembre 2020.

 

Un cahier pratique réunit en début d'ouvrage toutes les informations dont vous avez besoin pour observer le ciel ou choisir votre premier instrument ; nouvelles tables d'orientation de la Grande Ourse et d'Orion.

 

Avec le site web associé à ce guide, vous pouvez obtenir des informations complémentaires, des cartes du ciel à imprimer, des images des astres à haute résolution et des liens directs vers les sites utiles pour votre pratique quotidienne du loisir astronomique.

 

150 illustrations, schémas photographiques, cartes du ciel, images inédites.

 

 

Guillaume Cannat observe et fait observer le ciel depuis plus de 40 ans. Il est l'auteur de plus de cinquante ouvrages sur l'astronomie et il tient le blog Autour du Ciel sur lemonde.fr. L'Union astronomique internationale a nommé une petite planète 22512 Cannat en reconnaissance de son travail de vulgarisation.

 

- Le Ciel à l'il nu en 2020

- 144 pages
- Format 17 x 24 cm

- ISBN : 979-10-90238-27-5

 

Le Ciel à l'il nu en 2020 est diffusé par GEODIF/SODIS

 

... Réservez dès maintenant votre exemplaire sur amds-edition.com !

 

 

 

Archives des Nouvelles du Ciel

Vous cherchez un ancien article ? Les Titres des Nouvelles du Ciel classés par Catégories

 

 

 

 


Sources ou Documentations non francophones

Sources ou Documentations en langue française

   

 

Si vous appréciez PGJ et si vous souhaitez voir votre site préféré continuer d'évoluer et de se développer, n'hésitez pas à m'apporter votre soutien sous forme de donation.

Merci d'avance à tous les éventuels généreux donateurs.

  

 

 

 

30 Juillet 2020

Un étonnant papillon cosmique photographié par un télescope de l'ESO

 

Crédit : ESO

 

Semblable à un papillon avec sa structure symétrique, ses belles couleurs et ses motifs complexes, cette étonnante bulle de gaz baptisée NGC 2899 paraît voltiger dans le ciel sur cette nouvelle image acquise par le Very Large Telescope (VLT) de l'ESO. Jusqu'à présent, cet objet n'avait pas fait l'objet d'un cliché aussi détaillé : même les bords extérieurs de la nébuleuse planétaire se distinguent de l'arrière-plan étoilé.

 

Nouvelle image de la nébuleuse planétaire NGC 2899 acquise par le VLT de l'ESO - Crédit : ESO

 

Les vastes étendues de gaz qui composent NGC 2899 s'étendent à quelque deux années lumière du centre de la nébuleuse. Lorsque ce gaz atteint des températures voisines de dix mille degrés, un voile brillant et étincelant se superpose aux étoiles de la Voie Lactée. Ces températures élevées résultent de l'irradiation du gaz par l'étoile mère de la nébuleuse ce qui fait briller le gaz d'hydrogène en un hallo rougeâtre autour du gaz d'oxygène, de couleur bleue.

 

Cet objet distant de 3000 à 6500 années lumière de la Terre dans la constellation Vela (Les Voiles) de l'hémisphère sud, se compose de deux étoiles centrales, vraisemblablement à l'origine de son apparence quasi symétrique. Après que l'une des deux étoiles ait atteint la fin de sa vie et expulsé ses enveloppes externes, l'autre étoile interagit désormais avec le flux de gaz, générant les deux lobes visibles sur cette image. Seules 10 à 20 % des nébuleuses planétaires [1] arborent ce type de forme bipolaire.

 

Astronomers were able to capture this highly detailed image of NGC 2899 using the FORS instrument installed on UT1 (Antu), one of the four 8.2-metre telescopes that make up ESO's VLT in Chile. Standing for FOcal Reducer and low dispersion Spectrograph, this high-resolution instrument was one of the first to be installed on ESO's VLT and is behind numerous beautiful images and discoveries from ESO. FORS has contributed to observations of light from a gravitational wave source, has researched the first known interstellar asteroid, and has been used to study in depth the physics behind the formation of complex planetary nebulae.

 

Les astronomes ont pu capturer cette image très détaillée de NGC 2899 grâce à l'instrument FORS (Réducteur de F0cale et Spectrographe à faible dispersion) installé sur l'UT1 (Antu), l'un des quatre télescopes de 8,2 mètres de diamètre qui composent le VLT de l'ESO au Chili.  Cet instrument doté d'une résolution élevée fut l'un des tout premiers à équiper le VLT de l'ESO. Il livra de nombreux et magnifiques clichés et fut à l'origine de belles découvertes pour les astronomes de l'ESO. FORS a contribué à observer la lumière en provenance d'une source d'ondes gravitationnelles, a effectué des recherches concernant le tout premier astéroïde interstellaire, et a été utilisé pour étudier dans le détail les processus physiques à l'origine de la formation des nébuleuses planétaires complexes.

 

Cette image a été créée dans le cadre du Programme des Joyaux Cosmiques de l'ESO, une initiative visant à produire, au moyen des télescopes de l'ESO, des clichés intéressants, intrigants ou visuellement attrayants, à des fins d'enseignement et de diffusion auprès du grand public. Ce programme utilise le temps de télescope qui ne peut être alloué aux observations scientifiques. L'ensemble des données collectées peut être utilisé à des fins scientifiques, et est mis à disposition des astronomes au travers des archives scientifiques de l'ESO.

 

Notes

[1] Contrairement à ce que leur appellation suggère, les nébuleuses planétaires n'ont rien à voir avec les planètes. Les premiers astronomes les ayant observées ont simplement relevé leur apparence planétaire. En réalité, elles se forment lorsque d'anciennes étoiles dotées de plus de six masses solaires atteignent la fin de leur existence, s'effondrent sur elles-mêmes et expulsent leurs enveloppes de gaz, riches en éléments lourds. Un intense rayonnement ultraviolet ionise et illumine ces coquilles en mouvement, les faisant briller des milliers d'années durant tandis qu'elles se dispersent lentement dans l'espace, faisant des nébuleuses planétaires des phénomènes de relative courte durée à l'échelle des temps astronomiques.

 

Plus d'informations :  

L'ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 16 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Irlande, l'Italie, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages. VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est l'un des plus grands télescopes conçus exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est le partenaire européen d'ALMA, un télescope astronomique révolutionnaire. ALMA est le plus grand projet astronomique en cours de réalisation. L'ESO est actuellement en train de programmer la réalisation d'un télescope géant (ELT pour Extremely Large Telescope) de la classe des 39 mètres qui observera dans le visible et le proche infrarouge. L'ELT sera « l'il le plus grand au monde tourné vers le ciel ».

 

Liens :

- Le Programme des Joyaux Cosmiques de l'ESO

- Photos du VLT

- Scientifiques, vous avez une histoire à raconter ? Expliquez vos recherches

 

Source : ESO https://www.eso.org/public/france/news/eso2012/?lang

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


 

Chasseur d'astéroïdes

de Michel ORY

 

Michel Ory, chasseur d'astéroïdes, nous raconte un monde qu'il connait bien : celui de ces petits objets célestes, tout là-haut, et de ceux qui les observent, ici-bas.

 

Non seulement les astéroïdes, ces « mini planètes » ont, chacun, leur histoire, mais le livre nous entraîne également à la rencontre de ceux qui les observent : un petit monde qui, lui aussi, gagne à être connu ! Un monde en voie d'extinction

 

Avec quelques astronomes amateurs, Michel Ory fait en effet partie des derniers Mohicans célestes, dont la vie est rythmée par l'observation du ciel. Car aujourd'hui, force est de constater que le reste de l'humanité ne vit plus en symbiose avec la voûte céleste.

 

Et pourtant, au-delà des écrans et du virtuel, le ciel étoilé est un patrimoine à préserver, comme le tigre du Bengale ou les grandes pyramides d'Égypte. C'est aussi un formidable terrain d'aventures, à redécouvrir de toute urgence.

 

Astronome amateur, Michel Ory parcourt inlassablement le ciel depuis près de vingt ans à la recherche de petits corps du système solaire, astéroïdes ou comètes. Ce chasseur infatiguable a découvert, à lui seul, plus de 200 astéroïdes et 2 comètes.

 

- 144 Pages

- 16,00

- ISBN : 978-2-7465-1782-0

- Dimensions : 17 x 24 cm

- Date de parution : 20/02/2019

 


23 Juillet 2020

Hubble voit l'été sur Saturne

 

Crédits : NASA, ESA, A. Simon (Goddard Space Flight Center), M.H. Wong (University of California, Berkeley), and the OPAL Team

 

En observant Saturne et la Terre de loin, les astronomes extraterrestres noteraient que la Terre tourne autour du Soleil près de 30 fois pour chaque orbite terminée par Saturne. C'est parce que la Terre est 10 fois plus proche du Soleil que Saturne, et donc prise dans l'emprise gravitationnelle plus ferme du Soleil. Chaque fois que la Terre «a un tour d'avance» sur la lente Saturne, comme deux coureurs de NASCAR, les astronomes dirigent Hubble vers le monde glamour pour l'observer de près. Comme la Terre, Saturne est inclinée sur son axe et traverse ainsi les saisons. Dans cet instantané, c'est l'été dans l'hémisphère nord. La vue nette de Hubble montre une activité nuageuse à bandes multiples réchauffée de plus en plus par la lumière directe du Soleil. Le spectaculaire système d'anneaux reste aussi mystérieux que magnifique. Les astronomes débattent encore intensément pour savoir si les anneaux sont une décoration relativement nouvelle pour la planète géante gazeuse ou s'ils sont aussi vieux que le Système solaire lui-même.

 

Crédits : NASA, ESA, A. Simon (Goddard Space Flight Center), M.H. Wong (University of California, Berkeley), and the OPAL Team

 

https://hubblesite.org/contents/news-releases/2020/news-2020-43

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


22 Juillet 2020

Un télescope de l'ESO capture la toute première image d'un système multi-planétaire autour d'une étoile de type Soleil

 

Crédit : ESO/Bohn et al.

 

Le Very Large Telescope de l'Observatoire Européen Austral (VLT de l'ESO) a acquis la toute première image d'une jeune étoile de type Soleil accompagnée de deux exoplanètes géantes. Les images de systèmes dotés de plusieurs planètes sont extrêmement rares. De plus, les astronomes n'avaient encore jamais observé de manière directe plus d'une planète en orbite autour d'une étoile semblable au Soleil. Ce type d'observations peut permettre aux astronomes de mieux comprendre les processus de formation et d'évolution des planètes de notre propre Système Solaire.

 

Toute première image dun système multi-planétaire autour dune étoile de type Soleil - Crédit : ESO/Bohn et al.

 

Voici quelques semaines, l'ESO a publié une magnifique image du VLT révélant la naissance d'un système planétaire. Le même télescope, doté du même instrument, vient d'acquérir la toute première image directe d'un système planétaire autour d'une étoile de type Soleil, située à quelque 300 années lumière de la Terre et baptisée TYC 8998-760-1.

 

 « Cette découverte offre un aperçu d'un environnement particulièrement semblable à notre Système Solaire, bien que situé à un stade beaucoup plus précoce de son évolution » révèle Alexander Bohn, doctorant à l'Université de Leiden aux Pays Bas, auteur principal de l'étude publiée ce jour au sein de The Astrophysical Journal Letters.

 

« Les astronomes ont détecté, de manière indirecte, la présence de milliers de planètes dans notre galaxie. Seule une fraction de ces exoplanètes a toutefois fait l'objet d'une imagerie directe » précise Matthew Kenworthy, Professeur Associé à l'Université de Leiden et co-auteur de l'étude. Et d'ajouter : « les observations directes jouent un rôle essentiel dans la recherche d'environnements susceptibles d'accueillir la vie ». L'imagerie directe de deux ou plusieurs exoplanètes orbitant autour de la même étoile est encore plus rare. Seuls deux systèmes de ce type ont fait l'objet d'observations directes à ce jour. L'un et l'autre orbitent autour d'étoiles nettement différentes de notre Soleil. La nouvelle image acquise par le VLT de l'ESO est la toute première image directe révélant la présence de plus d'une exoplanète autour d'une étoile de type Soleil. Le VLT de l'ESO fut également le tout premier télescope à imager directement une exoplanète. C'était en 2004. Il captura alors un point lumineux autour d'une naine brune, une étoile en fin de vie.

 

« Notre équipe a été en mesure d'acquérir le tout premier cliché de deux géantes gazeuses en orbite autour d'une étoile jeune, semblable à notre Soleil », déclare Maddalena Reggiani, post-doctorante à la KU Leuven en Belgique, qui participa à cette étude. Sur cette nouvelle image, les deux planètes figurent tels deux points brillants distants de leur étoile hôte située dans l'angle supérieur gauche du cliché (cliquez sur l'image pour l'afficher dans sa totalité). L'acquisition de plusieurs images à différents instants a permis à l'équipe de différencier ces planètes des étoiles peuplant le fond du ciel.

 

Les deux géantes gazeuses orbitent autour de leur étoile hôte à des distances voisines de 160 et 320 fois la distance Terre-Soleil. Elles sont donc situées sur des orbites nettement plus éloignées de leur étoile que ne le sont Jupiter et Saturne du Soleil. Ces deux géantes gazeuses de notre Système Soalire sont respectivement distantes de notre Soleil de 5 et 10 fois la distance Terre-Soleil. En outre, l'équipe a découvert que les deux exoplanètes sont dotées de masses nettement supérieures à celles de Jupiter et Saturne : l'une avoisine en effet 14 fois la masse de Jupiter, l'autre la plus externe six fois la masse de Jupiter.

 

L'équipe d' Alexander Bohn a acquis le cliché de ce système dans le cadre de sa recherche de jeunes planètes géantes orbitant autour d'étoiles semblables au Soleil mais bien plus jeunes. L'étoile TYC 8998-760-1 est âgée de 17 millions d'années seulement et se trouve dans la constellation australe de Musca (La Mouche). Alexander Bohn la décrit telle une « version très jeune de notre propre Soleil ».

 

L'acquisition de ces images a été possible grâce aux performances élevées de l'instrument SPHERE installé sur le VLT de l'ESO dans le désert chilien de l'Atacama. SPHERE bloque le flux de lumière en provenance de l'étoile au moyen d'un dispositif baptisé coronagraphe, permettant aux planètes de luminosité moindre d'être détectées. Les planètes les plus âgées, telles celles peuplant notre Système Solaire, sont trop froides pour être décelées au moyen de cette technique, au contraire des planètes plus jeunes, et donc plus chaudes, qui rayonnent davantage dans l'infrarouge. L'acquisition de plusieurs images au cours de l'année passée, combinée à l'utilisation de données datées de moins de trois ans, a permis à l'équipe de confirmer l'appartenance des deux planètes au même système stellaire.

 

D'autres observations de ce système, au moyen notamment du futur Extremely Large Telescope (ELT) de l'ESO, permettront aux astronomes de localiser le site de formation de ces planètes : l'emplacement qu'indique le cliché actuel, situé à grande distance de leur étoile hôte, ou une position antérieure, dont elles auraient lentement migré. L'ELT de l'ESO permettra également de sonder les interactions entre les deux planètes du même système. Alexander Bohn  conclut : « La possibilité que de futurs instruments, tels ceux qui seront installés sur l'ELT, soient en mesure de détecter la présence de planètes de masse encore plus faible autour de cette même étoile, constituera une étape importante vers une meilleure compréhension des systèmes multi-planétaires, avec de potentielles implications sur l'histoire de notre propre Système Solaire. »

 

Plus d'informations :  

Ce travail de recherche a fait l'objet d'un article intitulé Two directly-imaged, wide-orbit giant planets around the young, solar analogue TYC 8998-760-1 à paraître au sein de la revue The Astrophysical Journal Letters.

 

L'équipe est composée de Alexander J. Bohn (Observatoire de Leiden, Université de Leiden, Pays-Bas), Matthew A. Kenworthy (Observatoire de Leiden), Christian Ginski (Institut d'Astronomie Anton Pannekoek, Université d'Amsterdam, Pays-Bas et Observatoire de Leiden), Steven Rieder (Université d'Exeter, Département de Physique, Royaume-Uni), Eric E. Mamajek (Jet Propulsion Laboratory, Institut de Technologie de Californie, Etats-Unis et Département de Physique & d'Astronomie, Université de Rochester, Etats-Unis), Tiffany Meshkat (IPAC, Institut de Technologie de Californie, Etats-Unis), Mark J. Pecaut (Université Rockhurst, Département de Physique, Etats-Unis), Maddalena Reggiani (Institut d'Astronomie, KU Leuven, Belgique), Jozua de Boer (Observatoire de Leiden), Christoph U. Keller (Observatoire de Leiden), Frans Snik (Observatoire de Leiden) et John Southworth (Université de Keele, Royaume-Uni).

 

Pour toute question concernant cet article, veuillez contacter Carlo Manara (cmanara@eso.org), astronome à l'ESO, qui n'a pas participé à l'étude.

 

L'ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 16 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Irlande, l'Italie, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages. VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est l'un des plus grands télescopes conçus exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est le partenaire européen d'ALMA, un télescope astronomique révolutionnaire. ALMA est le plus grand projet astronomique en cours de réalisation. L'ESO est actuellement en train de programmer la réalisation d'un télescope géant (ELT pour Extremely Large Telescope) de la classe des 39 mètres qui observera dans le visible et le proche infrarouge. L'ELT sera « l'il le plus grand au monde tourné vers le ciel ».

 

Liens :

- Publication scientifique

- Photos du VLT

- Vous êtes scientifiques et avez une histoire à raconter ? Présentez votre recherche

 

Source : ESO https://www.eso.org/public/france/news/eso2011/?lang  

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


20 Juillet 2020

Comètes C/2019 T2 (Lemmon), C/2020 M5 (ATLAS), C/2020 N1 (PANSTARRS)

 

Nouvelles du Ciel

 

C/2019 T2 (Lemmon)

Un objet découvert par le Mt. Lemmon Survey dans les images prises le 09 Octobre 2019 avec le télescope de 1.5-m, avec des observations antérieures du Mt. Lemmon des 26 Août et 19 Septembre 2019 et de PanSTARRS les 10 et 12 Septembre 2019, et répertorié sous la dénomination de A/2019 T2, a été observé en Mai et Juin 2020 comme présentant des caractéristiques cométaires.

 

Les éléments orbitaux elliptiques de la comète C/2019 T2 (Lemmon) indiquent un passage au périhélie le 22 Avril 2021 à une distance d'environ 2,6 UA du Soleil.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K20/K20N14.html (MPEC 2020-N14)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2019%20T2;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


C/2020 M5 (ATLAS)

Un nouvel objet a été signalé le 30 Juin 2020 comme un possible géocroiseur par l'équipe ATLAS-MLO (Asteroid Terrestrial-impact Last Alert System, Mauna Loa). Après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center, de nombreux astrométristes ont confirmé la nature cométaire de l'objet. Des observations antérieures à la découverte, obtenues les 10 Août, le 31 Octobre, les 24 et 29 Novembre 2019 par Pan-STARRS 1, Haleakala, ont été signalées par la suite.

 

Les éléments orbitaux elliptiques de la comète C/2020 M5 (ATLAS) indiquent un passage au périhélie le 19 Août 2021 à une distance d'environ 3,0 UA du Soleil.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K20/K20O30.html (MPEC 2020-O30)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2020%20M5;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


C/2020 N1 (PANSTARRS)

Un nouvel objet a été signalé par Pan-STARRS 1 le 03 Juillet 2020 comme un candidat géocroiseur. Une unique observation obtenue par Pan-STARRS 1 avant la découverte, en date du 01 Juillet 2020, a été rapportée par la suite. Après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center, plusieurs astrométristes ont confirmé la nature cométaire de l'objet.

 

Les éléments orbitaux hyperboliques de la comète C/2020 N1 (PANSTARRS) indiquent un passage au périhélie le 12 Mars 2021 à une distance d'environ 1,3 UA du Soleil.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K20/K20O31.html (MPEC 2020-O31)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2020%20N1;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


Date des PASSAGES au PERIHELIE des COMETES Date, Périodes de révolution, Distance au Soleil 

COMETES - Magnitudes prévues pour les prochains mois

Liste des comètes potentiellement observables - éléments orbitaux

 

Lost - Les Disparues... ou les comètes périodiques non revues.

 

Les différentes familles de comètes

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


03 Juillet 2020

Comètes P/2020 M1 (PANSTARRS), P/2020 M2 = P/2012 SB6 (Lemmon), C/2020 M3 (ATLAS)

 

Nouvelles du Ciel

 

P/2020 M1 (PANSTARRS)

Un nouvel objet a été signalé le 17 Juin 2020 par Y. Ramanjooloo pour le compte de Pan-STARRS 1 comme une possible comète, notant une chevelure très condensée de 1,4" et une queue de 3,8 " en PA 228°. L'objet a été trouvé par la suite être associé avec des observations antérieures obtenues les 24 et 28 Mai. La nature cométaire de l'objet a été confirmée par plusieurs observateurs après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center.

 

Les éléments orbitaux elliptiques de la comète P/2020 M1 (PANSTARRS) indiquent un passage au périhélie le 21 Décembre 2019 à une distance d'environ 2,6 UA du Soleil, et une période d'environ 11,5 ans pour cette comète de la famille de Jupiter.

https://minorplanetcenter.net//mpec/K20/K20M76.html (MPEC 2020-M76)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=P%2F2020%20M1;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


P/2020 M2 = P/2012 SB6 (Lemmon)

Hidetaka Sato (Tokyo, Japon) a signalé la redécouverte de la comète P/2012 SB6 (Lemmon) sur les images CCD obtenues le 29 Juin 2020 via iTelescope Observatory, Siding Spring, avec l'astrographe 0.51-m f/6.8 et réducteur de focale de f/4.5 et le 30 Juin via iTelescope Observatory, Mayhill, avec l'astrographe 0.43-m f/6.8 et réducteur de focale de f/4.5, notant une chevelure fortement condensée de 12" et un soupçon de queue en éventail de 10" vers l'ouest.

 

La comète P/2012 SB6 (Lemmon), découverte initialement le 17 Septembre 2012 en tant qu'astéroïde par R. A. Kowalski et S. M. Larson dans le cadre du Mt. Lemmon Survey, et répertorié comme tel sous la dénomination de 2012 SB6, avait révélé par la suite sa nature cométaire. La comète, d'une période d'environ 7,7 ans avec un passage au périhélie le 31,9 Octobre 2012, avait été observée pour la dernière fois le 06 Février 2013.

 

Les éléments orbitaux elliptiques de la comète P/2020 M2 = P/2012 SB6 (Lemmon) indiquent un passage au périhélie le 19 Juin 2020 à une distance d'environ 2,2 UA du Soleil, et une période d'environ 7,7 ans pour cette comète de la famille de Jupiter.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K20/K20N01.html (MPEC 2020-N01)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=P%2F2020%20M2;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 

Satisfaisant aux conditions requises, la comète P/2020 M2 = P/2012 SB6 (Lemmon) a reçu la dénomination définitive de 397P/Lemmon en tant que 397ème comète périodique numérotée.

 


C/2020 M3 (ATLAS)

L'équipe ATLAS (Asteroid Terrestrial-impact Last Alert System) a signalé un possible géocroiseur découvert le 27 Juin 2020 dans les images obtenues avec le télescope de 0.5-m de Mauna-Loa. Après publication sur la page NEOCP (NEO Confirmation Page) du Minor Planet Center, plusieurs astrométristes ont rapporté des signes d'activité cométaire.

 

Les éléments orbitaux paraboliques préliminaires de la comète C/2020 M3 (ATLAS) indiquent un passage au périhélie le 24 Octobre 2020 à une distance d'environ 1,3 UA du Soleil.

https://minorplanetcenter.net//mpec/K20/K20N11.html (MPEC 2020-N11)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2020%20M3;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


Date des PASSAGES au PERIHELIE des COMETES Date, Périodes de révolution, Distance au Soleil 

COMETES - Magnitudes prévues pour les prochains mois

Liste des comètes potentiellement observables - éléments orbitaux

 

Lost - Les Disparues... ou les comètes périodiques non revues.

 

Les différentes familles de comètes

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


 

Si vous appréciez PGJ et si vous souhaitez voir votre site préféré continuer d'évoluer et de se développer, n'hésitez pas à m'apporter votre soutien sous forme de donation.

Merci d'avance à tous les éventuels généreux donateurs. 


 

Dans la majorité des cas, la "Nouvelle" est un texte composé à partir d'une ou plusieurs sources ou une traduction "libre" du texte d'origine. Chaque "Nouvelle" est accompagnée de la provenance exacte des informations au moyen d'un ou de plusieurs liens conduisant vers les pages servant de support à l'élaboration de la "Nouvelle". Ces liens peuvent vous être utiles pour approfondir le sujet.

 

Ceux-ci sont identifiés selon le code suivant :

Sources ou Documentations non francophones

Sources ou Documentations en langue française

 

Les liens proposés vers d'autres sites sont communiqués à titre indicatif et ne sauraient engager la responsabilité de PGJ, tant en ce qui concerne les contenus que les conditions d'accès.

 

Les articles de la rubrique "Nouvelles du Ciel" peuvent être librement reproduits à condition d'indiquer sur votre page :

Source : PGJ - "Nouvelles du Ciel" avec un lien vers la "Nouvelle" concernée ou vers la page d'accueil de PGJ

 

Toutefois, un petit nombre d'articles proviennent de sources extérieures. Dans ce cas, le lien figurant au bas de l'article conduisant vers la page d'origine est précédé de la mention "Source :" indiquant le réel auteur de l'information.

exemple : Source : http://...........

 

De même, les photos illustrant ces articles sont accompagnées des mentions de "Crédit" ou de "Copyright" correspondantes.

 

L'utilisation de ces photos est soumise à certaines règles, propres à chaque auteur, mais que l'on peut résumer ainsi :

- utilisation non-commerciale

- respect des mentions de "Crédit" ou de "Copyright".

 

Il vous appartient toutefois de vérifier auprès des auteurs si celles-ci peuvent être reproduites librement ainsi que les conditions spéciales d'utilisation.

 

Retour à l'accueil

Contact : Gilbert Javaux