Nouvelles du Ciel de Mai 2021

 

 

 

Les Titres

   

Galaxie de travers NGC 2276 [27/05/2021]

Hubble traque les rafales radio rapides jusqu'aux bras spiraux des Galaxies [20/05/2021]

Des vapeurs de métaux lourds découvertes de manière inattendue dans les comètes de notre système solaire - et au-delà [19/05/2021]

Hubble observe la croissance d'une planète géante [29/04/2021]

 

 

Les Titres des "Nouvelles du Ciel" disponibles en Version Javascript ou Version XML

 

En savoir plus pour afficher les Titres des "Nouvelles du Ciel" de PGJ sur votre Site Web ou sur le Bureau de votre Ordinateur

 

LE GUIDE DU CIEL 2021-2022 de Guillaume CANNAT

 

Tout ce qu'il faut savoir pour observer le ciel entre le 1er juin 2021 et le 30 juin 2022

 

L'ouvrage incontournable pour les observateurs du ciel.
Vendu à plus de 210 000 exemplaires depuis sa création en 1995.

 

Il s'agit de la 27e édition du fameux Guide du Ciel de Guillaume Cannat, l'ouvrage de référence des observateurs du ciel.

 

Le guide le plus complet pour préparer des observations du ciel : plus de 1.000 phénomènes célestes annoncés (conjonctions, éclipses de Lune et de Soleil, étoiles filantes, occultations, aurores boréales, comètes, cycles solaires, etc.) ; des conseils pratiques ; des centaines de cartes, de photographies et de schémas.

 

En plus des nombreuses cartes du ciel et des rubriques habituelles mises à jour, cette édition contient :

• un dossier sur les prochaines éclipses de Lune et de Soleil.

• de nombreux conseils pour trouver et observer tout au long de l'année les plus belles formations lunaires: cratères, mers, montagnes...

• des gros plans sur des objets du ciel profond : amas stellaires, nébuleuses et galaxies.

• des centaines d'images, de cartes et de schémas.

 

- ISBN : 979-10-90238-33-6

- 352 pages 

- 17 x 24 cm

  

... à découvrir sur le site d'amds !

 

LE CIEL A L'OEIL NU EN 2021 de Guillaume CANNAT

19e édition

 

Ccommandez dès maintenant Le Ciel à l'œil nu en 2021 pour le recevoir par courrier suivi dès sa mise en vente.

 

Le Ciel à l'œil nu est l'ouvrage de référence des observateurs du ciel. Il vous guide en ville et en pleine nature pour pratiquer le plus simplement du monde l'une des plus vieilles activités humaines : l'observation du ciel étoilé, des planètes et de la Lune.

 

Cette dix-neuvième édition est truffée de récits d'observations et de conseils, saupoudrée de rappels mythologiques sur les constellations, épicée d'informations encyclopédiques sur les planètes et les étoiles et d'idées pour observer ou photographier facilement les plus beaux rendez-vous entre les planètes, le Soleil et la Lune visibles de janvier à décembre 2021.

 

Un cahier pratique réunit en début d'ouvrage toutes les informations dont vous avez besoin pour observer le ciel ou choisir votre premier instrument ; nouvelles tables d'orientation de la Grande Ourse et d'Orion.

 

Avec le site web associé à ce guide, vous pouvez obtenir des informations complémentaires, des cartes du ciel à imprimer, des images des astres à haute résolution et des liens directs vers les sites utiles pour votre pratique quotidienne du loisir astronomique.

 

150 illustrations, schémas photographiques, cartes du ciel, images inédites.

 

ISBN : 979-10-90238-31-2

144 pages

17 x 24 cm

 

Le Ciel à l'œil nu en 2021 est diffusé par GEODIF/SODIS

 

... Réservez dès maintenant votre exemplaire sur amds-edition.com !

 

LE GUIDE DU CIEL 2020-2021 de Guillaume CANNAT

 

Tout ce qu'il faut savoir pour observer le ciel entre le 1er juin 2020 et le 30 juin 2021

 

L'ouvrage incontournable pour les observateurs du ciel.
Vendu à plus de 200 000 exemplaires depuis sa création en 1995.

 

Il s'agit de la 26e édition du fameux Guide du Ciel de Guillaume Cannat, l'ouvrage de référence des observateurs du ciel.

 

Le guide le plus complet pour préparer des observations du ciel : plus de 1 000 phénomènes célestes annoncés (conjonctions, éclipses de Lune et de Soleil, étoiles filantes, occultations, aurores boréales, comètes, cycles solaires, etc.) ; des conseils pratiques ; des centaines de cartes, de photographies et de schémas.

 

En plus des nombreuses cartes du ciel et des rubriques habituelles mises à jour, cette édition contient :

• un dossier sur les prochaines éclipses de Lune et de Soleil.

• de nombreux conseils pour trouver et observer tout au long de l'année les plus belles formations lunaires: cratères, mers, montagnes...

• des gros plans sur des objets du ciel profond : amas stellaires, nébuleuses et galaxies.

• des centaines d'images, de cartes et de schémas.

 

- ISBN : 979-10-90238-30-5

- 352 pages 

- 17 x 24 cm

  

Vous pouvez commander en souscription votre exemplaire du GUIDE DU CIEL 2020-2021 en cliquant ici...

 

... à découvrir sur le site d'amds !

 

 

 

Archives des Nouvelles du Ciel

Vous cherchez un ancien article ? Les Titres des Nouvelles du Ciel classés par Catégories

 

 

 

 


Sources ou Documentations non francophones

Sources ou Documentations en langue française

   

 

Si vous appréciez PGJ et si vous souhaitez voir votre site préféré continuer d'évoluer et de se développer, n'hésitez pas à m'apporter votre soutien sous forme de donation.

Merci d'avance à tous les éventuels généreux donateurs.

  

 

 

 

27 Mai 2021

Galaxie de travers NGC 2276

 

Image: NASA, ESA, STScI, Paul Sell (University of Florida)

 

La magnifique galaxie spirale est étirée par la gravité du voisin de passage

 

Les myriades de galaxies spirales de notre Univers ressemblent presque toutes à des œufs au plat. Un renflement central d'étoiles vieillissantes est comme le jaune d'œuf, entouré d'un disque d'étoiles qui est le blanc d'œuf. La galaxie sur cette photo de Hubble a l'air de glisser de la poêle. Le renflement central est éteint dans un coin par rapport au disque environnant de jeunes étoiles bleues brillantes. En réalité, les étoiles du côté droit de la galaxie sont tirées comme de la barbe à papa par l'attraction gravitationnelle d'une galaxie voisine, qui n'est pas vue dans cette vue rapprochée. Les galaxies ne sont pas des objets solides mais des agglomérations ténues de dizaines de milliards d'étoiles. Lorsque deux galaxies se rapprochent l'une de l'autre, elles ressentent la gravité de l'autre et sont déformées, comme tirées sur de la barbe à papa. C'est l'équivalent dans l'Univers du poème pour enfants du 19ème siècle sur deux animaux en peluche - le chien vichy et le chat tacheté - qui se sont pris le bec et se sont mangés (The Duel - Eugene Field - 1850-1895). Ce n'est pas si dramatique dans ce cas. Les galaxies ne sont qu'un peu rongées en raison de leur proximité.

 

MEDIA CONTACT: Ray Villard
Space Telescope Science Institute, Baltimore, Maryland
IMAGE: NASA, ESA, STScI, Paul Sell (University of Florida)
ACKNOWLEDGMENT: Leo Shatz

 

https://hubblesite.org/contents/news-releases/2021/news-2021-029.html

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


Chasseur de comètes

de Michel ORY

 

Commander dès maintenant

 

Un des phénomènes les plus impressionnants de l'Univers nous dévoile peu à peu tous ses secrets.

 

Crainte de mauvais présages dans l'Antiquité, supposées maintenant avoir joué un rôle majeur dans le développement de la vie sur Terre, les comètes sont une éternelle source d'études et de fascination pour les astronomes amateurs comme pour les professionnels.

 

Fourmillant de conseils pratiques et d'anecdotes, le livre de Michel Ory nous immerge dans la vie quotidienne de ces chasseurs de comètes. Comment en découvrir une ? Comment se la faire attribuer ? Peut-on déterminer son orbite, calculer sa trajectoire, anticiper son retour ?

 

On découvre une communauté internationale de passionnés qui, depuis longtemps, contribue sans relâche à l'étude de ces phénomènes célestes. De nombreuses photos et des illustrations réalisées par le dessinateur de presse Pitch Comment viennent enrichir l'ensemble.

  

Professeur de physique au lycée cantonal de Porrentruy, ancien journaliste et astronome amateur passionné, Michel Ory écume les observatoires aux quatre coins du globe, à la recherche de ces phénomènes célestes. En 2008, par la découverte de 304P/Ory, il intègre la « communauté » des chasseurs/découvreurs de comètes.

 

Sommaire :

1. Découvrir sa première comète – 2. Origine et nature des comètes – 3. Les étoiles filantes, des poussières de comètes – 4. Cometography, la référence mondiale – 5. Mes amateur(e)s stars – 6. Souvent perdues, parfois retrouvées – 7. Ils ont décroché le jackpot – 8. L'affaire Bappu et la légende Ikeya – 9. Une comète pour la science – 10. Comment observer les comètes depuis son jardin ? – 11. Voir la prochaine grande comète – Annexe. Où évoluent les comètes dans le système solaire ? – Bibliographie – Glossaire – Index

 

Titre

Chasseur de comètes

Edition

1re édition

Date de parution

mars 2021

Nombre de pages

192 pages

Dimensions

210 × 150 mm

Poids

355 g

ISBN-13

9782807334908

 


 

20 Mai 2021

Hubble traque les rafales radio rapides jusqu'aux bras spiraux des Galaxies

 

Image processing: Alyssa Pagan (STScI)

 

Ces éruptions brillantes proviennent de jeunes galaxies massives.

 

Ils viennent de n'importe où dans le ciel: des éclairs mystérieux d'énergie radio qui disparaissent en un clin d'œil. Ils sont appelés sursauts radio rapides (FRBs, fast radio bursts), et les astronomes en ont repéré environ 1000 au cours des 20 dernières années. Mais ils vont et viennent si vite que les chercheurs n'ont pu retracer qu'une quinzaine d'entre eux jusqu'à leurs galaxies d'origine, toutes sont massives et éloignées de la Terre. Après cela, leur piste est froide. Les astronomes n'ont pas été en mesure de suivre les sursauts dans les quartiers où les ondes radio ont été diffusées. Leur emplacement pourrait offrir des indices sur la cause de l'un des événements les plus énigmatiques de l'astronomie moderne.

 

Les astronomes utilisent maintenant le télescope spatial Hubble comme un détective intergalactique sur la piste de ce mystère cosmique. Avec Hubble, ils ont suivi cinq FRBs jusqu'aux bras spiraux de cinq galaxies lointaines. Mais étonnamment, ces événements puissants ne proviennent pas des régions les plus lumineuses, qui brillent avec la lumière des étoiles massives. Ces indices aident les chercheurs à écarter plusieurs explications possibles pour les éruptions lumineuses, telles que la mort explosive des étoiles les plus jeunes et les plus massives. Les résultats des chercheurs favorisent une théorie de plus en plus populaire, selon laquelle les sursauts proviennent de magnétars, restes intensément magnétiques d'étoiles mortes effondrées.

 

Science: NASA, ESA, STScI, Alexandra Mannings (UC Santa Cruz), Wen-fai Fong (Northwestern)

Image processing: Alyssa Pagan (STScI)

 

https://hubblesite.org/contents/news-releases/2021/news-2021-010.html

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


19 Mai 2021

Des vapeurs de métaux lourds découvertes de manière inattendue dans les comètes de notre système solaire - et au-delà

 

Crédit : ESO/L. Calçada, SPECULOOS Team/E. Jehin, Manfroid et al.

 

Une nouvelle étude réalisée par une équipe belge à l'aide des données du Very Large Telescope de l'Observatoire Européen Austral (VLT de l'ESO) a montré que le fer et le nickel existent dans l'atmosphère des comètes du système solaire, même lorsqu’elles sont loin du Soleil. Une étude distincte réalisée par une équipe polonaise, qui a elle aussi utilisé des données de l'ESO, a révélé que le nickel sous forme gazeux est également présent dans la comète interstellaire 2I/Borisov. C'est la première fois que des atomes aussi lourds, habituellement observés dans les environnements chauds, sont découverts dans l'atmosphère froide de comètes lointaines.

 

Détection de métaux lourds dans l'atmosphère de la comète C/2016 R2 - Crédit : ESO/L. Calçada, SPECULOOS Team/E. Jehin, Manfroid et al.

 

"Ce fut une grande surprise de détecter des atomes de fer et de nickel dans l'atmosphère de toutes les comètes que nous avons observées au cours des deux dernières décennies, soit une vingtaine d'entre elles, et même dans celles éloignées du Soleil, dans le froid de l’espace", déclare Jean Manfroid de l'Université de Liège, en Belgique, premier auteur de la nouvelle étude sur les comètes du système solaire publiée aujourd'hui dans Nature.

 

Les astronomes connaissent l'existence de métaux lourds dans les poussières et les roches des noyaux cométaires. Mais, étant donné que les métaux sous forme solide ne se "subliment" généralement pas (deviennent gazeux) à basse température, ils ne s'attendaient pas à les trouver dans l'atmosphère des comètes qui voyagent loin du Soleil. Les vapeurs de nickel et de fer sont même détectées dans des comètes observées à plus de 480 millions de kilomètres du Soleil, soit plus de trois fois la distance Terre-Soleil.

 

L'équipe belge a trouvé que le fer et le nickel sont en quantités à peu près égales dans l'atmosphère de toutes comètes observées. Dans la matière du système solaire, par exemple dans le Soleil et les météorites, on trouve généralement environ dix fois plus de fer que de nickel. Ce nouveau résultat a donc des répercussions sur la manière dont les astronomes comprennent la formation des comètes et du système solaire, bien que l'équipe soit toujours en train d’essayer de comprendre ce que sont ces répercussions.

 

"Les comètes se sont formées il y a environ 4,6 milliards d'années, dans le très jeune système solaire, et n'ont quasi plus changé depuis. En ce sens, elles sont comme des fossiles pour les astronomes", explique Emmanuel Jehin, co-auteur de l'étude et également chercheur à l'Université de Liège.

 

Alors que les spectres optiques des comètes sont étudiés depuis des décennies, personne n'avait jusqu'à présent repéré la présence de nickel et de fer dans leurs atmosphères. "Cette découverte est passée sous les radars pendant de nombreuses années", explique Emmanuel Jehin.

 

L'équipe a utilisé les données de l'instrument UVES (Ultraviolet and Visual Echelle Spectrograph) du VLT de l'ESO, qui utilise la technique de la spectroscopie, pour analyser les atmosphères des comètes à différentes distances du Soleil. Cette technique permet aux astronomes de révéler la composition des astres: chaque élément chimique, atome ou molécule, laisse en effet une signature unique - un ensemble de raies - dans le spectre lumineux des objets observés.

 

L'équipe belge a repéré des raies faibles et non identifiées dans les spectres UVES et, en y regardant de plus près, elle a remarqué qu'elles signalaient la présence d'atomes neutres de fer et de nickel. Les chercheurs estiment que pour 100 kg d'eau dans l'atmosphère des comètes, il n'y a que 1 g de fer et à peu près la même quantité de nickel.

 

"Habituellement, le fer est dix fois plus abondant que le nickel, et dans les atmosphères de ces comètes, nous avons trouvé à peu près la même quantité pour les deux éléments. Nous sommes arrivés à la conclusion qu'ils pourraient provenir d'un type particulier de matériau à la surface du noyau de la comète, se sublimant à une température assez basse et libérant du fer et du nickel dans des proportions à peu près identiques", explique Damien Hutsemékers, également membre de l'équipe belge de l'Université de Liège.

 

Bien que les chercheurs ne soient pas encore sûrs de la nature exacte de ce matériau, les progrès de l’instrumentation pour l'astronomie - comme l’instrument METIS (Mid-infrared ELT Imager and Spectrograph) du prochain Extremely Large Telescope (ELT) de l'ESO – devraient permettre aux chercheurs de confirmer la source des atomes de fer et de nickel présents dans l'atmosphère des comètes.

 

L'équipe belge espère que cette étude ouvrira la voie à de futures recherches. "Maintenant, d’autres vont rechercher ces raies et celles des autres métaux dans les données provenant de nombreux télescopes", explique Emmanuel Jehin. "Nous pensons que cela va également déclencher de nouveaux travaux sur le sujet".

 

Métaux lourds interstellaires

 

Une autre étude remarquable publiée aujourd'hui dans la revue Nature montre que des métaux lourds sont également présents dans l'atmosphère de la comète interstellaire 2I/Borisov. Une équipe polonaise a observé cet objet, la première comète interstellaire à visiter notre système solaire, à l'aide du spectrographe X-shooter du VLT de l'ESO lors du passage au périhélie de la comète il y a environ un an et demi. Ils ont découvert que l'atmosphère de 2I/Borisov contient aussi du nickel gazeux.

 

"Au début, nous avions du mal à croire que le nickel atomique pouvait réellement être présent dans l’atmosphère de 2I/Borisov si loin du Soleil. Il nous a fallu de nombreux tests et vérifications avant de pouvoir nous convaincre", explique l'auteur de l'étude, Piotr Guzik, de l'université Jagellonne en Pologne. Cette découverte est surprenante car, avant les deux études publiées aujourd'hui, les gaz contenant des atomes de métaux lourds n'avaient été observés que dans des environnements chauds, par exemple dans l'atmosphère d'exoplanètes ultra-chaudes ou de comètes en cours d'évaporation qui passaient trop près du Soleil. 2I/Borisov a été observée alors qu'elle se trouvait à quelque 300 millions de kilomètres du Soleil, soit environ deux fois la distance Terre-Soleil.

 

L'étude détaillée des objets interstellaires est fondamentale pour la science car ils sont porteurs d'informations inestimables sur les systèmes planétaires extraterrestres dont ils sont issus. "Tout à coup, nous avons compris que le nickel est présent dans les atmosphères cométaires dans d'autres coins de la Galaxie", explique le coauteur Michal Drahus, également de l'Université Jagellonne.

 

Les études polonaise et belge montrent que 2I/Borisov et les comètes du système solaire ont encore plus en commun qu'on ne le pensait. "Imaginez maintenant que les comètes de notre système solaire aient leurs véritables analogues dans d'autres systèmes planétaires : c'est vraiment génial", conclut Michal Drahus.

 

Plus d'informations

Cette recherche a été présentée dans deux articles à paraître dans Nature.

 

L'équipe qui a réalisé l'étude “Iron and nickel atoms in cometary atmospheres even far from the Sun“ (https://doi.org/10.1038/s41586-021-03435-0) est composée de J. Manfroid, D. Hutsemékers & E. Jehin (STAR Institute, Université de Liège, Belgique).

 

L'équipe qui a réalisé l'étude “Gaseous atomic nickel in the coma of interstellar comet 2I/Borisov est composée de Piotr Guzik et Michal Drahus (Astronomical Observatory, Jagiellonian University, Kraków, Pologne).

 

L'ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 16 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l’Irlande, l'Italie, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages. VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est l'un des plus grands télescopes conçus exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est le partenaire européen d'ALMA, un télescope astronomique révolutionnaire. ALMA est le plus grand projet astronomique en cours de réalisation. L'ESO est actuellement en train de programmer la réalisation d'un télescope géant (ELT pour Extremely Large Telescope) de la classe des 39 mètres qui observera dans le visible et le proche infrarouge. L'ELT sera « l'œil le plus grand au monde tourné vers le ciel ».

 

Liens

- Articles scientifiques:

     - Nature, Manfroid et al.

     - Nature, Guzik and Drahus

- Photos du VLT

- Pour les journalistes : inscrivez-vous pour recevoir nos communiqués sous embargo dans votre langue.

- Pour les scientifiques : Vous avez une histoire ? racontez-la !

 

Source : ESO https://www.eso.org/public/france/news/eso2108/?lang

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


29 Avril 2021

Hubble observe la croissance d'une planète géante

 

Illustration: NASA, ESA, STScI, Joseph Olmsted (STScI)

 

L'exoplanète PDS 70b engloutit du gaz et de la poussière comme elle continue de prendre de la masse.

 

Avez-vous déjà fait un désordre complet dans votre cuisine pendant la cuisson? À certains moments, il peut sembler que de la farine flotte dans l'air, mais une fois que vous avez ajouté beaucoup d'eau et formé votre pâte, le pain ressemble plus à une boule. Un processus similaire est à l'œuvre dans un système solaire éloigné connu sous le nom de PDS 70, sauf que la farine et l'eau sont remplacées par du gaz et de la poussière. Dans le cas de la planète PDS 70b, le gaz et la poussière sont lentement aspirés alors que ce monde lointain construit sa masse sur des millions d'années.

 

Les chercheurs utilisant Hubble ont mesuré directement le taux de croissance de la masse de PDS 70b pour la première fois en utilisant les sensibilités ultraviolettes uniques de l'observatoire pour capturer le rayonnement d'un gaz extrêmement chaud tombant sur la planète. Le monde massif de la taille de Jupiter orbite à peu près à la même distance qu'Uranus du Soleil - bien qu'il se fraye un chemin à travers un désordre de gaz et de poussière alors qu'il se déplace dans le système solaire. La planète, qui a commencé à se former il y a environ 5 millions d'années, est peut-être à la fin de son processus de formation. Les découvertes des chercheurs ouvrent une nouvelle façon d'étudier la formation de planètes qui pourraient aider d'autres astronomes cherchant à en savoir plus sur la croissance des planètes géantes dans des systèmes solaires éloignés.

 

Science: McDonald Observatory–University of Texas, Yifan Zhou (UT)
Illustration: NASA, ESA, STScI, Joseph Olmsted (STScI)

 

https://hubblesite.org/contents/news-releases/2021/news-2021-021.html

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


 

Chasseur d'astéroïdes

de Michel ORY

 

Michel Ory, chasseur d'astéroïdes, nous raconte un monde qu'il connait bien : celui de ces petits objets célestes, tout là-haut, et de ceux qui les observent, ici-bas.

 

Non seulement les astéroïdes, ces « mini planètes » ont, chacun, leur histoire, mais le livre nous entraîne également à la rencontre de ceux qui les observent : un petit monde qui, lui aussi, gagne à être connu ! Un monde en voie d'extinction…

 

Avec quelques astronomes amateurs, Michel Ory fait en effet partie des derniers Mohicans célestes, dont la vie est rythmée par l'observation du ciel. Car aujourd'hui, force est de constater que le reste de l'humanité ne vit plus en symbiose avec la voûte céleste.

 

Et pourtant, au-delà des écrans et du virtuel, le ciel étoilé est un patrimoine à préserver, comme le tigre du Bengale ou les grandes pyramides d'Égypte. C'est aussi un formidable terrain d'aventures, à redécouvrir de toute urgence.

 

Astronome amateur, Michel Ory parcourt inlassablement le ciel depuis près de vingt ans à la recherche de petits corps du système solaire, astéroïdes ou comètes. Ce chasseur infatiguable a découvert, à lui seul, plus de 200 astéroïdes et 2 comètes.

 

- 144 Pages

- 16,00 €

- ISBN : 978-2-7465-1782-0

- Dimensions : 17 x 24 cm

 


 

Si vous appréciez PGJ et si vous souhaitez voir votre site préféré continuer d'évoluer et de se développer, n'hésitez pas à m'apporter votre soutien sous forme de donation.

Merci d'avance à tous les éventuels généreux donateurs. 


 

Dans la majorité des cas, la "Nouvelle" est un texte composé à partir d'une ou plusieurs sources ou une traduction "libre" du texte d'origine. Chaque "Nouvelle" est accompagnée de la provenance exacte des informations au moyen d'un ou de plusieurs liens conduisant vers les pages servant de support à l'élaboration de la "Nouvelle". Ces liens peuvent vous être utiles pour approfondir le sujet.

 

Ceux-ci sont identifiés selon le code suivant :

Sources ou Documentations non francophones

Sources ou Documentations en langue française

 

Les liens proposés vers d'autres sites sont communiqués à titre indicatif et ne sauraient engager la responsabilité de PGJ, tant en ce qui concerne les contenus que les conditions d'accès.

 

Les articles de la rubrique "Nouvelles du Ciel" peuvent être librement reproduits à condition d'indiquer sur votre page :

Source : PGJ - "Nouvelles du Ciel" avec un lien vers la "Nouvelle" concernée ou vers la page d'accueil de PGJ

 

Toutefois, un petit nombre d'articles proviennent de sources extérieures. Dans ce cas, le lien figurant au bas de l'article conduisant vers la page d'origine est précédé de la mention "Source :" indiquant le réel auteur de l'information.

exemple : Source : http://...........

 

De même, les photos illustrant ces articles sont accompagnées des mentions de "Crédit" ou de "Copyright" correspondantes.

 

L'utilisation de ces photos est soumise à certaines règles, propres à chaque auteur, mais que l'on peut résumer ainsi :

- utilisation non-commerciale

- respect des mentions de "Crédit" ou de "Copyright".

 

Il vous appartient toutefois de vérifier auprès des auteurs si celles-ci peuvent être reproduites librement ainsi que les conditions spéciales d'utilisation.

 

Retour à l'accueil

Contact : Gilbert Javaux