Nouvelles du Ciel de Mai 2019

 

 

 

Les Titres

 

Comètes C/2019 K1 (ATLAS), C/2019 J3 (ATLAS) [24/05/2019]

La galaxie brille avec de nouvelles étoiles nées de la rencontre rapprochée [16/05/2019]

Des canaux aux cratères [16/05/2019]

Comètes C/2019 H1 (NEOWISE), C/2019 J1 (Lemmon), C/2019 J2 (Palomar) [13/05/2019]

Les astronomes de Hubble établissent une vision large de l'Univers en évolution [02/05/2019]

Repérer Gaia pour cartographier la voie lactée [02/05/2019]

 

 

Les Titres des "Nouvelles du Ciel" disponibles en Version Javascript ou Version XML

 

En savoir plus pour afficher les Titres des "Nouvelles du Ciel" de PGJ sur votre Site Web ou sur le Bureau de votre Ordinateur

 

LE GUIDE DU CIEL 2019-2020 de Guillaume CANNAT

 

25e édition

 

LE GUIDE DU CIEL est la référence des observateurs du ciel depuis 25 ans !

 

Tout ce qu'il faut savoir pour observer le ciel entre le 1er juin 2019 et le 30 juin 2020

 

Une mise à jour intégrale avec des pages de synthèse et une série de gros plans sur les plus importants phénomènes astronomiques des mois couverts par cette édition, les planètes et une sélection d'objets du ciel profond.

 

Et toujours autant de rendez-vous quotidiens pour suivre le ciel heure par heure...

 

- Parution : mai 2019

- Couverture souple pelliculée avec rabats, cahiers cousus et collés

- 17 x 24 cm, 352 pages

- Plus de 500 schémas, cartes célestes et photographies

- Imprimé intégralement en couleurs

- 25e édition

 

LE GUIDE DU CIEL 2019-2020
l'ouvrage le plus complet pour vivre votre passion des astres au quotidien !

 

Le Guide du Ciel est un ouvrage de 352 pages (format 17 x 24 cm, broché, couverture souple pelliculée avec rabats, cahiers cousus et collés, reliure particulièrement résistante) qui rassemble dans un seul volume toutes les données dont vous pourriez avoir besoin tout au long de l'année pour préparer vos observations.

 

Contrairement aux tablettes et autres portables, il est équipé d'une batterie en papier de très longue durée qui ne vous laissera jamais tomber sur le terrain au beau milieu de la nuit... et il a toujours du réseau !

 

Vous pouvez pré-commander en souscription votre exemplaire du GUIDE DU CIEL 2019-2020 en cliquant ici...

 

... à découvrir sur le site d'amds !

 

LE CIEL A L'OEIL NU EN 2019 de Guillaume CANNAT

17e édition

 

Le Ciel à l'il nu est l'ouvrage de référence des observateurs du ciel. Il vous guide en ville et en pleine nature pour pratiquer le plus simplement du monde l'une des plus vieilles activités humaines : l'observation du ciel étoilé, des planètes et de la Lune.

 

Cette dix-septième édition est truffée de conseils, saupoudrée de rappels mythologiques sur les constellations, épicée d'informations encyclopédiques sur les planètes et les étoiles et d'idées pour observer ou photographier facilement les plus beaux rendez-vous entre les planètes, le Soleil et la Lune visibles de janvier à décembre 2019.

 

Un cahier réunit en début d'ouvrage toutes les informations dont vous avez besoin pour observer le ciel ou choisir votre premier instrument.

 

Avec le site web associé à ce guide, vous pouvez obtenir des informations complémentaires, des cartes du ciel à imprimer, des images des astres à haute résolution et des liens directs vers les sites utiles pour votre pratique quotidienne du loisir astronomique.

 

150 illustrations, schémas photographiques, cartes du ciel, images inédites.

 

Guillaume Cannat observe et fait observer le ciel depuis plus de 40 ans. Il est l'auteur de plus de cinquante ouvrages sur l'astronomie et il tient le blog Autour du Ciel sur lemonde.fr. L'Union astronomique internationale a nommé une petite planète 22512 Cannat en reconnaissance de son travail de vulgarisation.

 

- Le Ciel à l'il nu en 2019

- 144 pages
- Format 17 x 24 cm

- ISBN : 979-10-90238-24-4

 

La collection « Le Ciel à l'oeil nu » a reçu le prix spécial du jury du Festival d'Astronomie de Haute-Maurienne-Vanoise

 

Le Ciel à l'il nu en 2019 est diffusé par GEODIF/SODIS

 

... Réservez dès maintenant votre exemplaire sur amds-edition.com !

 

LE GUIDE DU CIEL 2018-2019 de Guillaume CANNAT

 

24e édition

 

Tout ce qu'il faut savoir pour observer le ciel entre le 1er juin 2018 et le 30 juin 2019

 

Une mise à jour intégrale avec des pages de synthèse et une série de gros plans sur les plus importants phénomènes astronomiques des mois couverts par cette édition, les planètes et une sélection d'objets du ciel profond.

 

Et toujours autant de rendez-vous quotidiens pour suivre le ciel heure par heure...

 

- Parution : mai 2018

- Couverture souple pelliculée avec rabats, cahiers cousus et collés

- 17 x 24 cm, 352 pages

- Plus de 500 schémas, cartes célestes et photographies

- Imprimé intégralement en couleurs

- 24e édition

- ISBN-13 : 979-10-90238-23-7

 

LE GUIDE DU CIEL 2018-2019
l'ouvrage le plus complet pour vivre votre passion des astres au quotidien !

 

Le Guide du Ciel est un ouvrage de 352 pages (format 17 x 24 cm, broché, couverture souple pelliculée avec rabats, cahiers cousus et collés, reliure particulièrement résistante) qui rassemble dans un seul volume toutes les données dont vous pourriez avoir besoin tout au long de l'année pour préparer vos observations.

Contrairement aux tablettes et autres portables, il est équipé d'une batterie en papier de très longue durée qui ne vous laissera jamais tomber sur le terrain au beau milieu de la nuit... et il a toujours du réseau !

 

Vous pouvez d'ores et déjà réserver votre exemplaire du GUIDE DU CIEL 2018-2019 en cliquant ici...

 

... à découvrir sur le site d'amds !

 

 

 

Archives des Nouvelles du Ciel

Vous cherchez un ancien article ? Les Titres des Nouvelles du Ciel classés par Catégories

 

 

 

 


Sources ou Documentations non francophones

Sources ou Documentations en langue française

   

 

Si vous appréciez PGJ et si vous souhaitez voir votre site préféré continuer d'évoluer et de se développer, n'hésitez pas à m'apporter votre soutien sous forme de donation.

Merci d'avance à tous les éventuels généreux donateurs.

 

 

 

 

24 Mai 2019

Comètes C/2019 K1 (ATLAS), C/2019 J3 (ATLAS)

 

Nouvelles du Ciel

 

C/2019 K1 (ATLAS)

Un nouvel objet, découvert par l'équipe du projet ATLAS (Asteroid Terrestrial-impact Last Alert System), Mauna Loa, sur les images obtenues le 16 Mai 2019 avec le télescope Schmidt de 0.5-m f/2.0, a été rapporté comme étant une possible comète, mais aucun détail ne semble avoir été fourni. Après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center, de nombreux observateurs ont confirmé la nature cométaire de cet objet.

 

Les éléments orbitaux de la comète hyperbolique C/2019 K1 (ATLAS) indiquent un passage au périhélie le 08 Février 2020 à une distance d'environ 2,0 UA du Soleil.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K19/K19K13.html (MPEC 2019-K13)

 

Les observations supplémentaires indiquent une orbite parabolique avec un passage au périhélie le 13 Février 2020 à une distance d'environ 2,0 UA du Soleil.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K19/K19K37.html (MPEC 2019-K37)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2019%20K1;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


C/2019 J3 (ATLAS)

Initialement signalée comme étant une possible comète par l'équipe du projet ATLAS (Asteroid Terrestrial-impact Last Alert System), Haleakala, et figurant sur les images obtenues le 14 Mai 2019 avec le télescope Schmidt de 0.5-m f/2.0, le premier rapport d'activité cométaire est venu de W. Ryan (Magdalena Ridge Observatory, Socorro) qui a signalé une chevelure distincte de plus de 10" de diamètre sur les images CCD obtenues le 15 Mai 2019 avec le télescope Ritchey-Chretien de 2.4-m f/8.9. Après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center, de nombreux observateurs ont confirmé la nature cométaire de cet objet.

 

Les éléments orbitaux de la comète C/2019 J3 (ATLAS) indiquent un passage au périhélie le 01 Août 2019 à une distance d'environ 2,3 UA du Soleil, et une période d'environ 126 ans pour cette comète de type Halley (20 ans < P < 200 ans).

https://minorplanetcenter.net/mpec/K19/K19K14.html (MPEC 2019-K14)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2019%20J3;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


  

Date des PASSAGES au PERIHELIE des COMETES Date, Périodes de révolution, Distance au Soleil 

COMETES - Magnitudes prévues pour les prochains mois

Liste des comètes potentiellement observables - éléments orbitaux

 

Lost - Les Disparues... ou les comètes périodiques non revues.

 

Les différentes familles de comètes

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


 

Chasseur d'astéroïdes

de Michel ORY

 

Michel Ory, chasseur d'astéroïdes, nous raconte un monde qu'il connait bien : celui de ces petits objets célestes, tout là-haut, et de ceux qui les observent, ici-bas.

 

Non seulement les astéroïdes, ces « mini planètes » ont, chacun, leur histoire, mais le livre nous entraîne également à la rencontre de ceux qui les observent : un petit monde qui, lui aussi, gagne à être connu ! Un monde en voie d'extinction

 

Avec quelques astronomes amateurs, Michel Ory fait en effet partie des derniers Mohicans célestes, dont la vie est rythmée par l'observation du ciel. Car aujourd'hui, force est de constater que le reste de l'humanité ne vit plus en symbiose avec la voûte céleste.

 

Et pourtant, au-delà des écrans et du virtuel, le ciel étoilé est un patrimoine à préserver, comme le tigre du Bengale ou les grandes pyramides d'Égypte. C'est aussi un formidable terrain d'aventures, à redécouvrir de toute urgence.

 

Astronome amateur, Michel Ory parcourt inlassablement le ciel depuis près de vingt ans à la recherche de petits corps du système solaire, astéroïdes ou comètes. Ce chasseur infatiguable a découvert, à lui seul, plus de 200 astéroïdes et 2 comètes.

 

- 144 Pages

- 16,00

- ISBN : 978-2-7465-1782-0

- Dimensions : 17 x 24 cm

- Date de parution : 20/02/2019

 


16 Mai 2019

La galaxie brille avec de nouvelles étoiles nées de la rencontre rapprochée

 

Credit : NASA, ESA, and G. Illingworth (University of California, Santa Cruz; UCO/Lick Observatory)

 

On n'a pas besoin d'un doctorat en astrophysique pour reconnaître qu'il y a quelque chose d'étrange à propos de cette belle galaxie, NCG 4485. Comme le personnage de Batman Two-Face, un côté semble normal, mais l'autre est déformé par une tempête de formation d'étoiles en cours. Pourquoi cette asymétrie colorée dans une ville insulaire étoilée de plusieurs milliers d'années-lumière de large ? L'indice se trouve à l'extérieur de la photo. C'est une autre galaxie, NGC 4490, qui a été balayée par NGC 4485 il y a des millions d'années. L'attraction gravitationnelle entre les deux galaxies a comprimé le gaz interstellaire pour déclencher une vague de nouvelles naissances d'étoiles, comme en témoigne l'abondance de jeunes étoiles bleues et de nébuleuses rosâtres. Ainsi, d'une collision imminente entre deux galaxies vient le renouvellement stellaire et la naissance. C'est une marque de fabrique de notre Univers compulsif où même des choses aussi grandes que des galaxies peuvent se heurter dans la nuit.

 

Credit : NASA and ESA

Acknowledgment: T. Roberts (Durham University, UK), D. Calzetti (University of Massachusetts)

and the LEGUS Team, R. Tully (University of Hawaii), and R. Chandar (University of Toledo)

 

http://hubblesite.org/news_release/news/2019-30

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


16 Mai 2019

Des canaux aux cratères

 

Copyright ESA/DLR/FU Berlin, CC BY-SA 3.0 IGO

 

On croyait autrefois que Mars était traversée par un système de canaux d'irrigation - des canaux sombres traversant la surface de la planète, creusés par une société intelligente de martiens assoiffés. L'astronome qui a promu cette idée donne son nom au cratère présenté dans cette image de Mars Express de l'ESA: le cratère Lowell.

 

Vue en perspective du cratère Lowell - Crédit : ESA/DLR/FU Berlin, CC BY-SA 3.0 IGO

 

L'astronome et auteur américain Percival Lowell est peut-être mieux connu pour avoir popularisé cette théorie du canal à la fin des années 1800 et au début des années 1900; L'idée a été initialement proposée par le scientifique italien Giovanni Schiaparelli, qui a noté la présence de lignes noires sur Mars dans les observations des années 1870. Schiaparelli a décrit ces caractéristiques comme étant canali, ce qui a été traduit plus tard non par « chenaux » ou « ravins », mais par « canaux » - une phrase qui laissait supposer une origine un peu plus artificielle.

 

Le cratère Lowell dans le contexte - Crédit : ESA/DLR/FU Berlin, CC BY-SA 3.0 IGO

 

Bien que ces canali se soient révélés plus tard être une illusion d'optique lorsque les observations astronomiques se sont améliorées immanquablement en qualité et en précision, la notion d'une race de martiens assoiffés construisant des canaux a persisté pendant un certain temps et a continué d'avoir une influence considérable sur la science-fiction de l'époque, peut-être stimulée par l'industrialisation rapide - et la construction de canaux - survenue sur la Terre tout au long des années 1900.

 

Lowell a créé un observatoire en Arizona, aux États-Unis, uniquement pour l'observation de Mars, une planète qui captivait depuis longtemps son imagination et son intérêt. En dépit de son intérêt astronomique plus large pour notre Système solaire - y compris les prédictions d'une "Planète X" cachée au-delà d'Uranus, qui deviendra plus tard Pluton - Lowell est surtout relié à la planète rouge, faisant de l'astronome un homonyme pour le cratère montré dans ces images de Mars Express.

 

 

Vue en plan du cratère Lowell - Crédit : ESA/DLR/FU Berlin, CC BY-SA 3.0 IGO

 

Les données ont été rassemblées sur sept orbites d'engins spatiaux différents pour créer la mosaïque. L'orbite de Mars Express au cours des derniers mois a permis plusieurs nouvelles observations du cratère Lowell, qui sont utilisées avec des données plus anciennes pour former cette nouvelle vue détaillée.

 

Le cratère de Lowell mesure environ 200 km de diamètre et se situe dans une région de Mars appelée Aonia Terra, située dans les hauts plateaux sud de la planète. L'impact qui en a résulté aurait eu lieu entre 3,7 et 3,9 milliards d'années; depuis lors, il a subi une érosion et un remplissage. Son fond de cratère a été recouvert et aplati par diverses couches de sédiments, et son bord extérieur est marqué par de petites dunes et des ravines.

 

Vue topographique du cratère Lowell - Crédit : ESA/DLR/FU Berlin, CC BY-SA 3.0 IGO

 

L'image met également en évidence un anneau de montagnes s'élevant du sol du cratère et s'étendant sur 90 km. On pense que ce qu'on appelle "anneau de pic" s'est formé avec le cratère. L'immense énergie d'un événement d'impact important provoque un afflux de matière avant de s'effondrer à nouveau, formant ainsi le type de morphologie complexe que l'on voit ici, avec une irrégulière chaîne de montagnes entourant le centre du cratère, à l'intérieur du bord du cratère principal.

 

De tels caractéristiques sont également visibles dans les cratères ici sur Terre, ainsi que sur Vénus, Mercure et la Lune. Un cratère terrestre remarquable qui affiche ce type d'anneau de pic est le cratère Chicxulub - célèbre pour son rôle dans l'extinction des dinosaures il y a environ 66 millions d'années. Des études et des simulations de Chicxulub, qui a à peu près la même taille que le cratère Lowell, ont montré un anneau de pic qui s'est formé en un énorme pic central instable qui s'est ensuite effondré.

 

Mars Express est en orbite autour de la planète rouge depuis 2003 et continue de fournir une mine d'informations sur notre voisine planétaire.

 

http://www.esa.int/Our_Activities/Space_Science/Mars_Express/From_canals_to_craters

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


13 Mai 2019

Comètes C/2019 H1 (NEOWISE), C/2019 J1 (Lemmon), C/2019 J2 (Palomar)

 

Nouvelles du Ciel

 

C/2019 H1 (NEOWISE)

J. R. Masiero (WISE, Wide-field Infrared Survey Explorer) a signalé que cet objet pouvait être une comète, notant que cet objet semblait plus flou qu'un PSF (Point Spread Function, fonction d'étalement du point) typique dans le canal NEOWISE W2 (4,6 microns) le 18 Avril 2019. Quan-Zhi Ye (Palomar Mountain--ZTF) a fait remarquer que son image de prédécouverte obtenue le 09 Avril révélait une chevelure de 20" à 30" et que son image du 20 avril présentait une coma de 15" dans des conditions légèrement moins bonnes que la normale. Après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center, la nature cométaire de l'objet a été confirmée par de nombreux astrométristes.

 

Les éléments orbitaux elliptiques de la comète C/2019 H1 (NEOWISE) indiquent un passage au périhélie le 27 Avril 2019 à une distance d'environ 1,8 UA du Soleil.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K19/K19J24.html (MPEC 2019-J24)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2019%20H1;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


C/2019 J1 (Lemmon)

Une nouvelle comète a été signalée par R. A. Kowalski et D. Rankin, lesquels ont décrit une chevelure d'approximativement 10" et une faible et large queue de 40" en P.A 260 sur les images obtenues le 04 Mai 2019 dans le cadre du Mt. Lemmon Survey. La nuit suivante, ils ont noté une chevelure d'environ 21". Après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center, les caractéristiques cométaires de l'objet ont été confirmées par de nombreux astrométristes.

 

Les éléments orbitaux de la comète C/2019 J1 (Lemmon) indiquent un passage au périhélie le 08 Avril 2019 à une distance d'environ 2,4 UA du Soleil pour cette comète à très longue période (~840 ans).

https://minorplanetcenter.net/mpec/K19/K19JC2.html (MPEC 2019-J122)

 

Les observations supplémentaires indiquent un passage au périhélie le 09 Avril 2019 à une distance d'environ 2,4 UA du Soleil.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K19/K19TG9.html (MPEC 2019-T169)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2019%20J1;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


C/2019 J2 (Palomar)

Un nouvel objet a été rapporté en tant que comète par Quan-Zhi Ye (Palomar Mountain--ZTF) , qui a décrit celui-ci comme ayant une queue de 10"-15" en forme d'éventail en P.A. ~270 sur les images obtenues le 09 Mai 2019. Quan-Zhi Ye a signalé que sur une image obtenue par lui le 27 Avril 2019, l'objet présentait une queue de 12" en P.A. 270. Après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center, plusieurs astrométristes ont confirmé la nature cométaire de l'objet.

 

Les éléments orbitaux elliptiques de la comète C/2019 J2 (Palomar) indiquent un passage au périhélie le 20 Juillet 2019 à une distance d'environ 1,7 UA du Soleil pour cette comète à très longue période (~315 ans).

https://minorplanetcenter.net/mpec/K19/K19JC3.html (MPEC 2019-J123)

 

Les nouvelles observations indiquent un passage au périhélie le 19 Juillet 2019 à une distance d'environ 1,7 UA du Soleil.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K19/K19O96.html (MPEC 2019-O96)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2019%20J2;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


  

Date des PASSAGES au PERIHELIE des COMETES Date, Périodes de révolution, Distance au Soleil 

COMETES - Magnitudes prévues pour les prochains mois

Liste des comètes potentiellement observables - éléments orbitaux

 

Lost - Les Disparues... ou les comètes périodiques non revues.

 

Les différentes familles de comètes

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


02 Mai 2019

Les astronomes de Hubble établissent une vision large de l'Univers en évolution

 

Credit : NASA, ESA, and G. Illingworth (University of California, Santa Cruz; UCO/Lick Observatory)

 

Jusqu'où est loin? Comment savez-vous quand vous y êtes ? En 1995, les astronomes ont décidé d'utiliser le télescope spatial Hubble pour mener une expérience audacieuse afin de résoudre ce problème. Pendant 10 jours consécutifs, Hubble observa une minuscule étendue de ciel apparemment vide pendant un million de secondes.

 

Le pari du temps précieux de télescope a porté ses fruits. Hubble a capturé la faible lueur de myriades de galaxies jamais vues auparavant. Beaucoup de galaxies sont si loin qu'il leur a fallu des milliards d'années pour que leur lumière nous parvienne. Par conséquent, la vue est comme un "couloir temporel", où les galaxies peuvent être vues comme elles étaient il y a des milliards d'années. Hubble est devenu la machine temporelle ultime de l'astronomie.

 

L'image de repère résultante s'appelle le Hubble Deep Field. À cette époque, l'image a remporté la médaille d'or pour être le plus lointain aperçu de l'Univers jamais fait. Son succès retentissant a encouragé les astronomes à poursuivre une série d'enquêtes de champ profond de Hubble. Les sondages qui ont suivi ont permis de découvrir davantage de galaxies plus éloignées de la Terre, grâce aux nouvelles caméras installées sur Hubble lors des missions de service des astronautes. Les caméras ont augmenté la puissance du télescope pour lui permettre de regarder encore plus profondément dans l'Univers.

 

Ces enquêtes ont fourni aux astronomes un énorme album d'images montrant comment, à la suite du Big bang, les galaxies se sont construites au fil du temps pour devenir les grands et majestueux assemblages que l'on voit aujourd'hui dans l'Univers proche.

 

Parmi les études les plus remarquables, on peut citer le Great Observatories Origins Deep Survey (GOODS), en 2003; le Hubble Ultra Deep Field (HUDF), en 2004; et le eXtreme Deep Field (XDF), en 2012.

 

À présent, les astronomes publient une nouvelle image de champ profond en combinant les expositions de plusieurs de ces "expéditions de pêche" dans la galaxie. Leurs efforts ont permis de produire le «livre d'histoire» le plus vaste et le plus complet des galaxies de l'Univers. L'instantané, une combinaison de près de 7.500 expositions distinctes de Hubble, représente 16 années d'observations. Cette entreprise ambitieuse s'appelle le Hubble Legacy Field. La nouvelle vue contient environ 30 fois plus de galaxies que dans le HUDF. La gamme de longueurs d'onde s'étend de l'ultraviolet à la lumière infrarouge proche, capturant toutes les caractéristiques de l'assemblage de galaxies au fil du temps.

 

La mosaïque d'images présente un large portrait de l'Univers lointain et contient environ 265.000 galaxies. Elles s'étendent sur 13,3 milliards d'années, à seulement 500 millions d'années après la naissance de l'Univers dans le Big Bang.

 

Credit : NASA, ESA, and G. Illingworth (University of California, Santa Cruz; UCO/Lick Observatory)

 

http://hubblesite.org/news_release/news/2019-17

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


02 Mai 2019

Repérer Gaia pour cartographier la Voie lactée

 

Crédit : ESO

 

Le VST de l'ESO aide à déterminer l'orbite de l'engin spatial pour permettre la carte la plus précise jamais vue de plus d'un milliard d'étoiles

 

Cette image, composée de plusieurs observations saisies par le VLT Survey Telescope (VST) de l'ESO, montre la sonde Gaia de l'ESA comme une faible traînée de points sur la moitié inférieure du champ de vision rempli d'étoiles. Ces observations ont été prises dans le cadre d'un effort de collaboration en cours visant à mesurer l'orbite de Gaia et à améliorer la précision de sa carte stellaire sans précédent.

 

Crédit : ESO

 

Gaia , exploité par l'Agence spatiale européenne (ESA) , examine le ciel depuis son orbite pour créer la carte tridimensionnelle la plus grande et la plus précise de notre galaxie. Il y a un an, la mission Gaia a publié sa deuxième publication de données très attendue, qui comprenait des mesures de haute précision - positions, distance et mouvements propres - de plus d'un milliard d'étoiles de notre galaxie, la Voie lactée. Ce catalogue a permis des études transformationnelles dans de nombreux domaines de l'astronomie, abordant la structure, l'origine et l'évolution de la Voie lactée et générant plus de 1.700 publications scientifiques depuis son lancement en 2013.

 

Afin d'atteindre la précision nécessaire pour les cartes du ciel de Gaia, il est essentiel de déterminer la position de la sonde depuis la Terre. Par conséquent, pendant que Gaia scrute le ciel et recueille des données pour son recensement stellaire, les astronomes contrôlent régulièrement sa position à l'aide d'un réseau mondial de télescopes optiques, dont le VST à l'Observatoire Paranal de l'ESO [1]. Le VST est actuellement le plus grand télescope d'étude observant le ciel en lumière visible, et enregistre la position de Gaia dans le ciel toutes les deux nuits tout au long de de l'année.

 

« Les observations de Gaia nécessitent une procédure d'observation spéciale », a expliqué Monika Petr-Gotzens, qui coordonne l'exécution des observations de Gaia par l'ESO depuis 2013. « Le vaisseau spatial est ce que nous appelons une« cible mobile », car il se déplace rapidement par rapport à l'arrière-plan d'étoiles - suivre Gaia est vraiment un défi! »

 

« Le VST est l'outil idéal pour repérer le mouvement de Gaia », a expliqué Ferdinando Patat, chef du bureau des programmes d'observation de l'ESO. « L'utilisation d'une des installations au sol de premier ordre de l'ESO pour renforcer les observations spatiales de pointe est un bel exemple de coopération scientifique. »

 

« C'est une collaboration passionnante entre le sol et l'espace, qui utilise l'un des télescopes de classe mondiale de l'ESO pour ancrer les observations révolutionnaires du géomètre de milliards d'étoiles de l'ESA », a commenté Timo Prusti, responsable scientifique du projet Gaia à l'ESA.

 

Les observations du VST sont utilisées par les experts en dynamique de vol de l'ESA pour suivre Gaïa et affiner les connaissances de l'orbite de l'engin spatial. Une calibration minutieuse est nécessaire pour transformer les observations, dans lesquelles Gaia n'est qu'un grain de lumière parmi les étoiles brillantes, en informations orbitales significatives. Les données de la deuxième publication de Gaia ont été utilisées pour identifier chacune des étoiles dans le champ de vision et ont permis de calculer la position de l'engin spatial avec une précision étonnante - jusqu'à 20 milliarcsecondes.

 

« Il s'agit d'un processus difficile: nous utilisons les mesures d'étoiles de Gaia pour étalonner la position de son vaisseau et améliorer ses mesures, » explique Timo Prusti.

 

« Après un traitement long et minutieux de données, nous avons maintenant atteint la précision requise pour que les observations au sol de Gaia soient implémentées dans le cadre de la détermination de l'orbite », a déclaré Martin Altmann, responsable de la campagne de suivi optique au sol (GBOT, Ground Based Optical Tracking) du Centre d'astronomie de l'Université de Heidelberg, en Allemagne.

 

L'informations GBOT sera utilisée pour améliorer notre connaissance de l'orbite de Gaia non seulement dans les observations à venir, mais également pour toutes les données collectées depuis la Terre au cours des années précédentes, ce qui permettra d'améliorer les produits de données qui seront inclus dans les prochaines versions.

 

Notes

[1] Cette collaboration entre l'ESO et l'ESA n'est que l'un des nombreux projets de coopération ayant bénéficié de l'expertise des deux organisations dans la progression de l'astronomie et de l'astrophysique. Le 20 août 2015, les directeurs généraux de l'ESA et de l'ESO ont signé un accord de coopération visant à faciliter la synergie à travers de tels projets.

 

Plus d'informations :  

Afin de favoriser les échanges entre les missions spatiales et les installations au sol liées à l'astrophysique, ainsi qu'entre leurs communautés respectives, l'ESA et l'ESO unissent leurs forces pour organiser une série de réunions internationales d'astronomie. Le premier atelier conjoint ESA-ESO aura lieu en Novembre 2019 à l'ESO et un appel à propositions pour le deuxième atelier, qui aura lieu en 2020 à l'ESA, est actuellement ouvert.

 

L'ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 16 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Irlande, l'Italie, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages. VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est le plus grand télescope conçu exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est le partenaire européen d'ALMA, un télescope astronomique révolutionnaire. ALMA est le plus grand projet astronomique en cours de réalisation. L'ESO est actuellement en train de programmer la réalisation d'un télescope géant (ELT pour Extremely Large Telescope) de la classe des 39 mètres qui observera dans le visible et le proche infrarouge. L'ELT sera « l'il le plus grand au monde tourné vers le ciel ».

 

L'Agence spatiale européenne (ESA) est la porte d'entrée de l'Europe vers l'espace. Sa mission est de façonner le développement de la capacité spatiale de l'Europe et de veiller à ce que les investissements dans l'espace continuent de générer des avantages pour les citoyens de l'Europe et du monde.

 

L'ESA est une organisation internationale regroupant 22 États membres. En coordonnant les ressources financières et intellectuelles de ses membres, elle peut entreprendre des programmes et activités allant bien au-delà de la portée d'un seul pays européen.

 

Le satellite Gaia de l'ESA a été lancé en 2013 pour créer la carte en trois dimensions la plus précise de plus d'un milliard d'étoiles de la Voie lactée. Jusqu'à présent, la mission a publié deux séries de données: Gaia Data Release 1 en 2016 et Gaia Data Release 2 en 2018. D'autres versions suivront dans les prochaines années.

 

Liens :  

- ESOblog: How ESO collaborates with ESA

 

Source : ESO https://www.eso.org/public/france/news/eso1908/?lang

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


 

Si vous appréciez PGJ et si vous souhaitez voir votre site préféré continuer d'évoluer et de se développer, n'hésitez pas à m'apporter votre soutien sous forme de donation.

Merci d'avance à tous les éventuels généreux donateurs. 


 

Dans la majorité des cas, la "Nouvelle" est un texte composé à partir d'une ou plusieurs sources ou une traduction "libre" du texte d'origine. Chaque "Nouvelle" est accompagnée de la provenance exacte des informations au moyen d'un ou de plusieurs liens conduisant vers les pages servant de support à l'élaboration de la "Nouvelle". Ces liens peuvent vous être utiles pour approfondir le sujet.

 

Ceux-ci sont identifiés selon le code suivant :

Sources ou Documentations non francophones

Sources ou Documentations en langue française

 

Les liens proposés vers d'autres sites sont communiqués à titre indicatif et ne sauraient engager la responsabilité de PGJ, tant en ce qui concerne les contenus que les conditions d'accès.

 

Les articles de la rubrique "Nouvelles du Ciel" peuvent être librement reproduits à condition d'indiquer sur votre page :

Source : PGJ - "Nouvelles du Ciel" avec un lien vers la "Nouvelle" concernée ou vers la page d'accueil de PGJ

 

Toutefois, un petit nombre d'articles proviennent de sources extérieures. Dans ce cas, le lien figurant au bas de l'article conduisant vers la page d'origine est précédé de la mention "Source :" indiquant le réel auteur de l'information.

exemple : Source : http://...........

 

De même, les photos illustrant ces articles sont accompagnées des mentions de "Crédit" ou de "Copyright" correspondantes.

 

L'utilisation de ces photos est soumise à certaines règles, propres à chaque auteur, mais que l'on peut résumer ainsi :

- utilisation non-commerciale

- respect des mentions de "Crédit" ou de "Copyright".

 

Il vous appartient toutefois de vérifier auprès des auteurs si celles-ci peuvent être reproduites librement ainsi que les conditions spéciales d'utilisation.

 

Retour à l'accueil

Contact : Gilbert Javaux