Nouvelles du Ciel de Mai 2004

 

Les Titres

  

P/2004 K2 (McNaught) [28/05/2004]

L'Observatoire Virtuel Astrophysique s'avère être un outil essentiel [28/05/2004]

Comète C/2004 H6 (SWAN) [28/05/2004]

Des éléments nécessaires à la vie découverts dans des zones de formations planétaires [27/05/2004]

Les quasars viennent de galaxies ordinaires [26/05/2004]

La comète C/2001 Q4 (NEAT) vue de près [26/05/2004]

Première scientifique de Rosetta - Observation de la comète C/2002 T7 (LINEAR) [26/05/2004]

CASSINI-HUYGENS La mission Cassini/Huygens approche de Saturne et de Titan [26/05/2004]

Comètes SOHO : C/2003 V8, W3, W4, W5, W6, W7, W8, X1, X2, X3 [26/05/2004]

L'étoile la plus massive jamais observée [25/05/2004]

Les astéroïdes changent de couleur en vieillissant [25/05/2004]

MARS EXPRESS Arsia Mons [25/05/2004]

C/2004 K1 (Catalina) [24/05/2004]

Vent cosmique dans M82 [22/05/2004]

Comètes SOHO : C/2003 T12, U7, U8, U9, V2, V3, V4, V5, V6, V7 [22/05/2004]

CASSINI-HUYGENS Regard de plus près sur Titan [21/05/2004]

Comètes SOHO : C/2003 Q10, T9, T10, T11, U5, U6 [19/05/2004]

Les satellites irréguliers de Jupiter et de Saturne [18/05/2004]

2004 JG6, le second "apohele" [14/05/2004]

Bedout, le cratère d'impact de la Grande Extinction [13/05/2004]

Comètes SOHO : C/2003 Q7, Q8, Q9, R2, R3, S5, S6, S7, S8, T8, R4, R5, S9 [13/05/2004]

CASSINI-HUYGENS Cassini voit plus de détails [13/05/2004]

L'ombre d'un grand disque jette une nouvelle lumière sur la formation des étoiles de masse élevée [12/05/2004]

VISIR livre ses premières images [12/05/2004]

Spitzer ouvre ses archives à la communauté scientifique [12/05/2004]

La mort d'une étoile sculpte des échelons de gaz et de poussières [11/05/2004]

Le violent passé de la galaxie géante [11/05/2004]

XMM-Newton détecte le cycle solaire en rayons X dans une étoile éloignée [11/05/2004]

MARS EXPRESS Acheron Fossae [10/05/2004]

C/2004 HV 60 (SPACEWATCH) [10/05/2004]

CASSINI-HUYGENS Titan se dévoile [06/05/2004]

Tout près du coeur de NGC 1068 [06/05/2004]

Attendue depuis longtemps, la comète C/2001 Q4 (NEAT) est prochainement visible sous nos cieux [05/05/2004]

Comètes SOHO : C/2003 U4, W2, Y1, et C/2004 B2, 2004 C2, 2004 H4, 2004 H5 [05/05/2004]

Comètes SOHO : C/2003 P3, Q1, Q2, Q3, Q4, Q5, Q6 [05/05/2004]

L'Eclipse Totale de Lune du 04 Mai 2004 [01/05/2004]

 

Une Passion à Partager :

 

EVENEMENTS Astronomiques à ne pas rater, EPHEMERIDES Lune-Soleil-Planètes, PLANETES et SATELLITES, COMETES, ASTEROIDES...

 

 

Archives des Nouvelles du Ciel

Vous cherchez un ancien article ? Les Titres des Nouvelles du Ciel classés par Catégories

 

Sources ou Documentations

Sources ou Documentations en langue française


 


Le 28 Mai 2004

P/2004 K2 (McNaught)

 

Nouvelles du Ciel

 

La comète P/2004 K2 (McNaught), d'une magnitude voisine de 18, a été découverte le 20 Mai 2004 par Robert McNaught.

 

Les éléments orbitaux préliminaires indiquent un passage au périhélie au 16 Juin 2004 à une distance de 1,60 UA, et une période de 9.46 ans.

 

http://cfa-www.harvard.edu/mpec/K04/K04K61.html (MPEC 2004-K61)

 

Les observations supplémentaires indiquent un passage au périhélie au 16 Juin 2004 à une distance de 1,55 UA, et une période de 5,46 UA.

http://cfa-www.harvard.edu/mpec/K04/K04L44.html (MPEC 2004-L44)

 

http://cfa-www.harvard.edu/iau/Ephemerides/Comets/2004K2.html

 

Le 28 Mai 2004

L'Observatoire Virtuel Astrophysique s'avère être un outil essentiel

 

Crédit : ESO

 

L'équipe scientifique AVO dirigée par Paolo Padovani (ST-ECF/ESO) a employé l'Observatoire Virtuel Astrophysique (AVO pour Astrophysical Virtual Observatory) pour combiner l'information de longueurs d'ondes multiples, provenant du VLT de l'ESO, du HST (Hubble Space Telescope) de la NASA/ESA et du satellite de rayons X Chandra de la NASA.

 

Ils ont découvert 66 candidats AGN (Active Galaxy Nuclei) de Type-2 dans les champs de GOODS (The Great Observatories Origins Deep Survey), parmi lesquels 30 qualifiés en tant que quasars optiquement obscurcis (quasars de Type-2).

 

Seulement 9 objets de ce type étaient précédemment connus pour exister dans les champs de GOODS, aussi ce résultat quadruple efficacement la population connue de quasars de Type-2 dans ces champs

 

http://www.eso.org/outreach/press-rel/pr-2004/pr-14-04.html

   


Le 28 Mai 2004

Comète C/2004 H6 (SWAN)

 

Nouvelles du Ciel

Photo : SOHO/SWAN

(NASA/ESA)

 

Le 13 Mai 2004, X-M. Zhou, K. Cernis, et M. Mattiazzo ont indépendamment rapporté la découverte possible d'une comète dans les images UV de l'instrument SWAN du satellite SOHO. Les premières tentatives pour une confirmation de la comète depuis le sol ont été peu concluantes. Les nouvelles images de SWAN montraient toujours l'objet, et des rapports depuis l'Australie ont finalement confirmé sa présence.

 

La comète C/2004 H6 (SWAN) est passée au périhélie le 12 Mai 2004 à 0.78 UA d'après l'orbite préliminaire. Sa magnitude a été estimée à 5.7 au moment de son passage au plus près de Soleil. Elle deviendra visible pour les observateurs d'Europe centrale en Juillet.

 

C'est la quatrième comète découverte au moyen de l'instrument SWAN du satellite SOHO.

 

http://cfa-www.harvard.edu/iauc/08300/08347.html (IAUC 8346, IAUC 8347)

 

http://www.comethunter.de/

 

http://sohowww.nascom.nasa.gov/data/summary/swan/

   


Le 27 Mai 2004

Des éléments nécessaires à la vie découverts dans des zones de formations planétaires

 

RCW49

Photo : NASA/JPL-Caltech

 

La NASA a annoncé de nouvelles découvertes effectuées au moyen du télescope spatial Spitzer, comprenant la découverte de quantités significatives de glaces parsemées de matières organiques dans plusieurs zones de formations planétaires, ou des disques poussiéreux de formation de planètes, lesquels cercles enfantent des étoiles.

 

Ces matières, des particules de poussières glacées couvertes d'eau, de méthanol et de dioxyde de carbone, peuvent aider à expliquer l'origine de planétoïdes glacés comme les comètes.

 

En examinant cinq très jeunes étoiles dans la constellation du Taureau (Taurus), à 420 années-lumière de la Terre, des scientifiques de l'Université de Rochester de New York ont identifié des glaces. Des études précédentes ont identifié des matières organiques semblables dans l'espace, mais c'est la première fois que l'on les a vues sans équivoque dans la poussière composant des disques de formations planétaires.

 

Dans une autre découverte, Spitzer a trouvé un vide dans le disque autour de la jeune étoile CoKu Tau 4, âgée de seulement 1 million d'année. Cela pourrait indiquer la présence d'une planète très jeune ayant balayé la matière du disque.

 

Spitzer a aussi découvert deux des disques de formation de planètes les plus éloignés et les plus faibles jamais observés. Ces disques entourent deux des 300 étoiles nées récemment découvertes pour la première fois dans une nouvelle image stupéfiante de la nursery poussiéreuse stellaire appelée RCW 49, située à environ 13.700 années-lumière de la Terre dans la constellation du Centaure (Centaurus).

 

http://www.spitzer.caltech.edu/Media/releases/ssc2004-08/release.shtml

   


Le 26 Mai 2004

Les quasars viennent de galaxies ordinaires

 

Photo : Gemini Artwork by Jon LombergF

 

Les quasars brillants semblent être situés dans des galaxies plutôt ordinaires et non dans de très grandes galaxies ou des galaxies perturbées comme on le croyait auparavant.

 

En théorie, les quasars sont supposés être localisés dans les coeurs des galaxies, où la matière tombant sur un trou noir supermassif est transformé en un torrent aveugle de radiations.

 

Des observations infrarouges effectuées au moyen du Gemini North Telescope (GNT) d'Hawaii sur des quasars éloignés, chacun à environ 10 milliards d'années-lumière, ont conduit les astronomes à la conclusion que les galaxies dans lesquelles ces quasars sont localisés sont relativement ordinaires, semblables à bien des égards à la Voie lactée.

 

http://www.gemini.edu/project/announcements/press/2004-11.html

   


Le 26 Mai 2004

La comète C/2001 Q4 (NEAT) vue de près

 

Photo : T. Rector (University of Alaska Anchorage), Z. Levay and L. Frattare (Space Telescope Science Institute) and WIYN/NOAO/AURA/NSF

 

Cette image de la comète C/2001 Q4 (NEAT) a été prise au télescope WIYN de 0,9 mètres à l'Observatoire National de Kitt Peak, près de Tucson (Arizona), le 7 Mai 2004.

 

L'image a été prise avec la caméra Mosaïc I, laquelle a un champ de vision d'un degré carré, ou environ cinq fois la taille de la Lune. Même avec ce grand champ, seules la chevelure de la comète et la partie intérieure de sa queue sont visibles. Cette image en couleur a été assemblée en combinant des images prises par des filtres bleus, verts et rouges.

 

Un petit groupe d'étoiles (C0736-105, ou Melotte 72) est visible en bas à droite de l'image, entre la tête de la comète et l'étoile rouge vif dans le coin inférieur droit.

 

La comète C/2001 Q4 (NEAT) a été découverte le 24 août 2001, par le système Near Earth Asteroid Tracking (NEAT) exploité par le Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la NASA, à Pasadena (Californie).

 

La comète restera visible aux jumelles ou avec de petits télescopes pendant plusieurs semaines juste après le coucher du soleil, haut dans le ciel de l'hémisphère nord.

 

http://www.noao.edu/outreach/press/pr04/pr0404.html

 

C/2001 Q4 (NEAT)

   


Le 26 Mai 2004

Première scientifique de Rosetta - Observation de la comète C/2002 T7 (LINEAR)

 

Photo : ESA

 

Le chasseur de comète Rosetta de l'ESA, dont le voyage de 10 ans vers sa cible finale la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko a débuté le 02 Mars, est sur la bonne voie. La première phase de mise en marche touche à sa fin et Rosetta a exécuté avec succès sa première activité scientifique : l'observation de la comète Linear.

 

Les activités de mise en marche, qui ont commencé deux ou trois jours après le lancement, incluaient l'activation individuelle de tous les instruments à bord de la navette spatiale Rosetta et de l'atterrisseur Philae.

 

Ce premier travail de contrôle s'est déroulé impeccablement et a montré que le vaisseau spatial et tous les instruments fonctionnent bien et sont en excellente forme.

 

Les essais de mise en marche ont aussi montré le chemin pour la première activité scientifique de Rosetta : l'observation de la comète C/2002 T7 (LINEAR), qui voyage actuellement pour la première et unique fois à travers le Système Solaire intérieur et a offert à Rosetta une excellente occasion de réaliser sa première observation scientifique.

 

Le 30 Avril, le système de caméra OSIRIS, lequel a été prévu pour être mis en marche à cette date, a pris les images de cet unique visiteur cométaire. Le jour après, encore trois instruments à bord de Rosetta (ALICE, MIRO et VIRTIS) ont été activés en parallèle pour prendre des mesures de la comète. Bien que l'activation parallèle des instruments n'avait pas été projetée avant la fin de l'année, l'équipe de Rosetta avait confiance que cela ne pourrait être fait sans aucun risque en raison du progrès satisfaisant du test complet.

 

Les premières données des observations à distance confirment l'excellente performance des instruments. Les quatre instruments ont pris des images et le spectre de la comète C/2002 T7 (LINEAR) pour étudier sa chevelure et sa queue dans des longueurs d'ondes différentes, de l'ultraviolet aux micro-ondes. Rosetta a mesuré avec succès la présence de molécules d'eau dans l'atmosphère ténue autour de la comète. L'analyse détaillée des données exigera le calibrage complet des instruments, qui aura lieu dans les mois à venir.

 

La caméra OSIRIS a produit des images haute résolution de la comète C/2002 T7 (LINEAR) depuis une distance d'environ 95 millions de kilomètres. Une image montrant un noyau prononcé et une section de la fine queue s'étendant sur environ 2 millions de kilomètres a été obtenue par OSIRIS en lumière bleue et est disponible à :

http://esamultimedia.esa.int/images/spcs/rosetta/rosetta20040526a.tif  (~ 6 Mo)

 

L'observation couronnée de succès de la comète Linear était un premier essai positif pour l'ultime but de Rosetta, la Comète 67P/Churyumov-Gerasimenko, qui sera atteinte en 2014. Rosetta sera la première mission à entreprendre une exploration à long terme d'une comète de près pendant qu'elle l'accompagnera sur son trajet vers le Soleil.

 

L'étude approfondie sans précédent conduite par la navette spatiale Rosetta et son atterrisseur Philae aidera les scientifiques à déchiffrer la formation de notre Système Solaire il y a environ 4,600 milliards d'années et leur fournira des indices pour comprendre comment les comètes peuvent avoir contribué au début de vie sur Terre. En particulier, l'atterrisseur Philae, développé par un consortium européen sous la direction du German Aerospace Research Institute (DRL), analysera la composition et la structure de la surface de la comète.

 

Après les premières manoeuvres de Rosetta dans l'espace effectuées les 10 et 15 Mai avec la plus haute exactitude, la première phase de mise en marche s'achèvera la première semaine de Juin. Rosetta entrera alors en un calme ‘mode de croisière’ jusqu'en Septembre, lorsque débutera la deuxième phase de mise en marche. Ces activités, y compris l'interférence et la campagne de pointage, dureront jusqu'en Décembre.

 

Aussi le vaisseau spatial de Rosetta est bien sur le bon chemin de son épique voyage de 10 ans, à faire ce qui n'a jamais été tenté auparavant : se mettre en orbite et atterrir sur une comète.

 

COMMUNIQUE de L'ESA N°29-2004

http://www.esa.int/export/esaCP/Pr_29_2004_p_EN.html

 

Les dernières Infos sur la Mission ROSETTA vers la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko

   


Le 26 Mai 2004

La mission Cassini/Huygens approche de Saturne et de Titan

 

Photo : NASA/JPL-Caltech

 

Communiqué de Presse de l'ESA N° 28-2004 :

 

Lancée en Octobre 1997 par l'ASE et la NASA, la mission Cassini/Huygens* se dirige actuellement vers Saturne. Pendant que la sonde Huygens de l'ESA ira y atterrir – devenant ainsi le premier engin spatial à atteindre la surface d'une lune située aux confins du système solaire – l'orbiteur Cassini de la NASA poursuivra sa mission d'exploration de Saturne et de ses anneaux.

 

Le 30 Juin prochain (en heure avancée du Pacifique - le 1er Juillet en Europe), après un périple d'environ sept ans, ponctué de quatre manœuvres d'assistance gravitationnelle, le véhicule spatial sera inséré sur son orbite autour de Saturne, atteignant sa distance minimale par rapport à la planète. La sonde Huygens sera larguée par Cassini le 25 Décembre 2004 et atterrira sur Titan en Janvier 2005.

 

Une conférence de presse sera organisée le 3 Juin au siège de la NASA, à Washington, avec la participation de l'ESA. Elle permettra de présenter la mission et ses principales étapes, et d'informer les médias sur les manifestations qui seront organisées à leur intention.

 

Le service ESA TV transmettra également la conférence de presse via Eutelsat W1. Des informations sur les horaires de retransmission sont disponibles sur le site : http://television.esa.int

 

* La mission Cassini/Huygens est un projet mené en coopération par la NASA, l'Agence spatiale européenne et l'Agence spatiale italienne. Elle est gérée par le Jet Propulsion Laboratory (JPL) de l'Institut de technologie de Californie à Pasadena, pour le compte du Bureau des sciences spatiales de la NASA (Washington).

 

http://www.esa.int/export/esaCP/Pr_28_2004_p_FR.html

 

La Mission Cassini-Huygens un Dossier préparé par Cédric BEMER

   


Le 26 Mai 2004

Comètes SOHO : C/2003 V8, W3, W4, W5, W6, W7, W8, X1, X2, X3

 

Nouvelles du Ciel

Photo : SOHO/LASCO

(NASA/ESA)

 

Des comètes découvertes sur les images transmises par le satellite SOHO ont été mesurées et annoncées par les circulaires MPEC 2004-K54 et MPEC 2004-K55.

Ces comètes appartiennent au groupe de Kreutz.

 

C/2003 V8 (SOHO) (J. Sachs)

C/2003 W3 (SOHO) (X.-M. Zhou)

C/2003 W4 (SOHO) (D. Evans)

C/2003 W5 (SOHO) (M. Boschat)

http://cfa-www.harvard.edu/mpec/K04/K04K54.html (MPEC 2004-K54)

 

C/2003 W6 (SOHO) (J. Sachs)

C/2003 W7 (SOHO) (X.-M. Zhou)

C/2003 W8 (SOHO) (G. Gallina)

C/2003 X1 (SOHO) (T. Hoffman)

C/2003 X2 (SOHO) (M. Boschat)

C/2003 X3 (SOHO) (X.-M. Zhou)

http://cfa-www.harvard.edu/mpec/K04/K04K55.html (MPEC 2004-K55)

   


Le 25 Mai 2004

L'étoile la plus massive jamais observée

 

Crédit : DSS/GAPHE

 

Une équipe internationale dirigée par des astrophysiciens du Groupe d'Astrophysique des Hautes Énergies (GAPHE) de l'Université de Liège vient de découvrir l'étoile la plus massive jamais observée ! Il s'agit d'un couple baptisé WR20a, dont les deux composantes ont chacune une masse environ 80 fois plus grande que celle de notre Soleil. De telles étoiles finiront leur vie en explosant en supernova, donnant alors naissance à un trou noir.

 

http://www.ulg.ac.be/presse/communiques/etoile24052004.html

   


Le 25 Mai 2004

Les astéroïdes changent de couleur en vieillissant

 

Ida et Dactyl

Crédit : NASA/JPL

 

Une équipe d'astronomes, sous la conduite de Robert Jedicke de l'Institut pour l'Astronomie de l'Université d'Hawaii, a trouvé que les astéroïdes changent de couleur en vieillissant.

 

L'équipe a utilisé une variété de méthodes pour évaluer les âges d'astéroïdes qui s'étalent de 6 millions jusqu'à 3 milliards d'années. Des mesures précises de couleurs pour plus de 100.000 astéroïdes ont été obtenues par le SDSS (Sloan Digital Sky Survey). Les changements de couleurs seraient la conséquence de l'exposition aux rayons cosmiques et au vent solaire.

 

http://www.ifa.hawaii.edu/info/press-releases/Jedicke_asteroids5-17-04.html

   


Le 25 Mai 2004

Arsia Mons

 

Crédit : ESA/DLR/FU (G. Neukum)

 

La nouvelle image de la Caméra Stéréo à Haute Résolution (HRSC) de Mars Express montre le bouclier du volcan Arsia Mons situé sur Mars à 239° Est en longitude et 10°S de latitude.

 

Crédit : ESA/DLR/FU (G. Neukum) - image en encart : NASA

 

L'image a été prise depuis une altitude d'environ 400 kilomètres au cours de l'orbite 263 du vaisseau spatial Mars Express. La résolution initiale de l'image est de 20 mètres par pixel.

 

http://www.esa.int/SPECIALS/Mars_Express/SEM2EAHHZTD_0.html

   


Le 24 Mai 2004

C/2004 K1 (Catalina)

 

Nouvelles du Ciel

 

La comète C/2004 K1 (Catalina) a été découverte le 21 Mai 2004 par le Catalina Sky Survey et confirmée par de nombreux observateurs.

 

Les éléments orbitaux préliminaires indiquent un passage au périhélie à la magnitude 14,7 le 04 Juillet 2005 à une distance de 3,4 UA du Soleil.

 

http://cfa-www.harvard.edu/mpec/K04/K04K50.html (MPEC 2004-K50)

http://cfa-www.harvard.edu/mpec/K04/K04K69.html (MPEC 2004-K69)

 

http://cfa-www.harvard.edu/iau/Ephemerides/Comets/2004K1.html

   


Le 22 Mai 2004

Vent cosmique dans M82

 

Crédit : University of Wisconsin-Madison

 

M82, surnommée Starburst Galaxy, est une des galaxies du ciel les plus étudiées au cours de la nuit. A partir d'images combinées du télescope spatial Hubble (HST) et du télescope WIYN du Kitt Peak (Arizona), une équipe d'astronomes de l'UCL (University College London) et de l'Université de Wisconsin-Madison ont tracé l'origine du "supervent" de la galaxie qui provient du coeur de M82 et envoie un jet de particules à plus de 1,6 millions de km/h. Les travaux montrent que le vent n'est pas une simple entité, mais est composé de courants multiples de gaz qui s'étendent sur des dizaines d'années-lumière au-dessus et en dessous du disque de la galaxie. Ces vents violents ont été provoqués par la collision évitée de justesse avec la galaxie spirale voisine M81.

 

http://www.universetoday.com/am/publish/cosmic_hurricane_starburst_galaxy.html?2152004

   


Le 22 Mai 2004

Comètes SOHO : C/2003 T12, U7, U8, U9, V2, V3, V4, V5, V6, V7

 

Nouvelles du Ciel

Photo : SOHO/LASCO

(NASA/ESA)

 

Des comètes découvertes sur les images transmises par le satellite SOHO ont été mesurées et annoncées par les circulaires MPEC 2004-K33 et MPEC 2004-K34.

La comète C/2003 T12 n'appartient à aucun groupe connu, les autres comètes appartiennent au groupe de Kreutz.

 

C/2003 T12 (SOHO) (J. Danaher)

C/2003 U7 (SOHO) (X.-M. Zhou)

C/2003 U8 (SOHO) (X. Leprette)

C/2003 U9 (SOHO) (M. Boschat)

http://cfa-www.harvard.edu/mpec/K04/K04K33.html (MPEC 2004-K33)

 

C/2003 V2 (SOHO) (R. Kracht)

C/2003 V3 (SOHO) (M. Boschat)

C/2003 V4 (SOHO) (M. Boschat)

C/2003 V5 (SOHO) (M. Boschat)

C/2003 V6 (SOHO) (T. Hoffman)

C/2003 V7 (SOHO) (R. Matson)

http://cfa-www.harvard.edu/mpec/K04/K04K34.html (MPEC 2004-K34)

   


Le 21 Mai 2004

Regard de plus près sur Titan

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

La navette spatiale Cassini continue ses observations de Titan, la lune mystérieuse de Saturne, jetant un coup d'oeil rapide à la surface couverte de brume. La vue de Titan  par Cassini surpasse maintenant les observations terrestres dans sa capacité de montrer des détails.

 

Titan, la plus grande lune de Saturne, est une cible principale pour la sonde européenne Huygens embarquée sur Cassini. Perpétuellement enseveli sous une atmosphère brumeuse, les scientifiques pensent que Titan peut héberger des mers de méthane et des produits chimiques organiques, probablement comme ceux de la Terre primitive. Huygens sera la première mission à descendre à la surface d'une lune d'une autre planète et est de loin la descente la plus éloignée d'une mission robotisée jamais tentée sur un autre objet dans le système solaire.

 

Le vaisseau spatial Cassini était à 29.3 millions de kilomètres de Titan le 5 Mai 2004, lorsque l'image de gauche a été prise par l'un des filtres spectraux de la caméra à champ restreint spécifiquement conçus pour pénétrer dans l'atmosphère épaisse de la lune. La résolution de l'image est de 176 kilomètres par pixel, une amélioration de la résolution de 30 pour cent par rapport aux images publiées le 6 Mai.

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

L'image a été agrandie 10 fois et a été augmentée en contraste pour révéler des détails. Le modèle tacheté est un artefact du traitement. Les grandes variations de l'échelle de brillance sont réelles. Aucun nouveau traitement pour enlever les effets des couches atmosphériques n'a été exécuté.

 

Le réseau de système de coordonnées en surimpression sur l'image d'accompagnement de droite illustre les régions géographiques de la lune qui sont illuminées et visibles, ainsi que l'orientation de Titan - le nord est en haut et incliné de 25 degrés à gauche. La courbe jaune marque la position de la frontière entre le jour et la nuit sur Titan. Ces images montrent environ un quart de la surface de Titan, de 180 à 250 degrés de longitude ouest et chevauchent la partie de la surface montrée dans l'image précédente de Cassini.

 

http://photojournal.jpl.nasa.gov/catalog/PIA05392

   


Le 19 Mai 2004

Comètes SOHO : C/2003 Q10, T9, T10, T11, U5, U6

 

Nouvelles du Ciel

Photo : SOHO/LASCO

(NASA/ESA)

 

Des comètes découvertes sur les images transmises par le satellite SOHO ont été mesurées et annoncées par la circulaire MPEC 2004-K16.

Ces comètes appartiennent au groupe de Kreutz.

 

C/2003 Q10 (SOHO) (M. Boschat)

C/2003 T9 (SOHO) (X.-M. Zhou)

C/2003 T10 (SOHO) (J.Sachs)

C/2003 T11 (SOHO) (M. Boschat)

C/2003 U5 (SOHO) (X. Leprette)

C/2003 U6 (SOHO) (M. Boschat)

http://cfa-www.harvard.edu/mpec/K04/K04K16.html (MPEC 2004-K16)

   


Le 18 Mai 2004

Les satellites irréguliers de Jupiter et de Saturne

 

Conception d'artiste

Crédit : Jon Lomberg/Gemini Observatory

 

Les observations du télescope Gemini North Near Infrared Imager (NIRI) ont confirmé que beaucoup de satellites "irréguliers" tournant autour de Jupiter et de Saturne partagent une généalogie commune.

 

Hormis Mercure et Vénus, toutes les planètes de notre Système Solaire possèdent des satellites naturels. La Terre, dans sa course autour du Soleil, est accompagnée par la Lune, et Mars par les deux petites lunes Phobos et Deimos. Les planètes géantes gazeuses, quant à elles, sont escortées par une multitude de satellites. Jupiter compte désormais un peu plus de 60 satellites, Saturne plus de 30, Uranus environ 25 et Neptune plus de 10. Ces satellites peuvent être divisés en deux groupes : les réguliers et les irréguliers.

 

Les satellites "réguliers", bien souvent les plus grands et les plus brillants, orbitent autour de leur planète dans la même direction que les autres planètes autour du Soleil. Leur orbite est "prograde", presque circulaire et proche du plan équatorial de leur planète. Ces satellites "réguliers" se sont probablement formés au cours de la prime histoire du Système Solaire en même temps que la planète autour de laquelle ils circulent.

 

Mais les planètes géantes possèdent également un bon nombre de satellites "irréguliers", généralement petits et de faible éclat, circulant à des distances de plusieurs millions de kilomètres sur des orbites fortement inclinées et excentriques, tant "progrades" (i < 90°) que "rétrogrades" (i > 90°). Ces satellites irréguliers ont une orbite chaotique qui suggère que ces petites lunes se sont formées à l'extérieur des disques circumplanétaires et ont été capturées plus tard par la gravitation de la planète autour de laquelle elles tournent maintenant.

 

De récentes études ont confirmé que les couleurs optiques de chaque membre d'une famille étaient semblables à celles d'autres objets de cette famille. Des familles différentes possèdent des couleurs différentes, trahissant des propriétés superficielles et des corps d'origine différents.

 

Les astronomes Tommy Grav et Matthieu J. Holman du Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics (CfA) ont observé 10 satellites joviens et 4 satellites saturniens au moyen de la caméra Near Infrared Imager (NIRI) sur le GNT (Gemini North Telescope) en Février 2003.

 

Les couleurs homogènes des familles soutiennent l'hypothèse que ces familles sont en effet les restes de plus grands ancêtres qui ont été capturés et fragmentés par la suite.

 

Grav et Holman ont aussi trouvé que les couleurs infrarouges des familles de satellites irréguliers de Jupiter et de Saturne sont compatibles avec celles d'astéroïdes trouvés dans les parties extérieures de la ceinture principale d'astéroïdes située entre Mars et Jupiter.

 

http://www.gemini.edu/project/announcements/press/2004-9.html

http://www.journals.uchicago.edu/ApJ/journal/issues/ApJL/v605n2/18068/brief/18068.abstract.html

   


Le 14 Mai 2004

2004 JG6, le second "apohele"

 

Nouvelles du Ciel

 

Avec une distance à l'aphélie à l'intérieur de l'orbite terrestre (Q=0.9723 UA), l'astéroïde 2004 JG6 découvert le 11 Mai 2004 par Brian Skiff avec le LONEOS Schmidt de 0,59m  de l'Observatoire Lowell (Arizona), est le second "apohele" découvert à ce jour après la découverte de 2003 CP20 en Février 2003.

 

D'après sa luminosité, 2004 JG6 est estimée à un peu moins de 600 mètres de large. L'astéroïde tourne autour du Soleil en 0,5 ans sur une orbite inclinée de 19 degrés.

 

http://cfa-www.harvard.edu/mpec/K04/K04J60.html (MPEC 2004-J60)

 

Nouvelles du Ciel : L'astéroïde 2003 CP20 : le premier "Apohele" [13/02/2003]

   


Le 13 Mai 2004

Bedout, le cratère d'impact de la Grande Extinction

 

Crédit : BBC

 

Des chercheurs financés par la NASA et la National Science Foundation (NSF) pensent avoir localisé le site d'un cratère d'impact probablement associé à la plus grande extinction que la Terre ait connu il y a environ 250 millions d'années, où 90 pour cent de la vie marine et 80 pour cent de la vie terrestre ont péri.

 

L'équipe, sous la conduite de Becker Luann, un géologue de l'Université de Californie, Santa Barbara (UCSB), a trouvé la preuve d'un vaste cratère de 200 kilomètres de large, appelé Bedout, au large de la côte nord-ouest de l'Australie.

 

Au cours de leurs récentes recherches en Antarctique, Becker et son équipe ont trouvé des fragments de météorites dans les couches de sédiments correspondants au Permien. Ils ont également trouvé du quartz choqué à cet endroit ainsi qu'en Australie. Les chercheurs ont constaté que les indices correspondaient avec la grande extinction survenue à la fin du Permien, à l'époque où la Terre était composée d'un gigantesque et unique continent, la Pangée, entouré d'un Océan, la Panthalassa.

 

http://beckeraustralia.crustal.ucsb.edu/

 

http://news.bbc.co.uk/1/hi/sci/tech/3707023.stm

 

http://www.rochester.edu/news/show.php?id=1787

 

http://www.space.com/scienceastronomy/great_dying_040513.html

   


Le 13 Mai 2004

Comètes SOHO : C/2003 Q7, Q8, Q9, R2, R3, S5, S6, S7, S8, T8, R4, R5, S9

 

Nouvelles du Ciel

Photo : SOHO/LASCO

(NASA/ESA)

 

Des comètes découvertes sur les images transmises par le satellite SOHO ont été mesurées et annoncées par les circulaires MPEC 2004-J57, MPEC 2004-J58 et MPEC 2004-J59.

Les comètes C/2003 Q7, Q8, Q9, R2, R3, S5, S6, S7, S8, T8 appartiennent au groupe de Kreutz. Les comètes C/2003 R4, R5, S9 n'appartiennent à aucun groupe connu.

 

C/2003 Q7 (SOHO) (M. Boschat)

C/2003 Q8 (SOHO) (M. Boschat)

C/2003 Q9 (SOHO) (J.Sachs)

C/2004 R2 (SOHO) (X.-M. Zhou)

C/2004 R3 (SOHO) (J.Sachs)

http://cfa-www.harvard.edu/mpec/K04/K04J57.html (MPEC 2004-J57)

 

C/2004 S5 (SOHO) (X. Leprette)

C/2004 S6 (SOHO) (M. Boschat)

C/2003 S7 (SOHO) (J.Sachs)

C/2003 S8 (SOHO) (J.Sachs)

C/2003 T8 (SOHO) (R. Matson)

http://cfa-www.harvard.edu/mpec/K04/K04J58.html (MPEC 2004-J58)

 

C/2004 R4 (SOHO) (R. Kracht)

C/2004 R5 (SOHO) (K. Cernis)

C/2004 S9 (SOHO) (R. Kracht)

http://cfa-www.harvard.edu/mpec/K04/K04J59.html (MPEC 2004-J59)

   


Le 13 Mai 2004

Cassini voit plus de détails

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Comme Cassini s'approche de son rendez-vous avec Saturne, de nouveaux détails dans les bandes de nuages de l'atmosphère de la planète deviennent visibles.

 

Cassini a débuté son voyage vers le monde de Saturne il y a presque sept ans et est maintenant à moins de deux mois de l'insertion d'orbite prévue le 30 Juin. La caméra à champ restreint de Cassini a pris cette image le 16 Avril 2004, lorsque le vaisseau spatial était à 38,5 millions de kilomètres de Saturne.

 

Les régions sombres sont généralement des secteurs sans nuages d'altitude et les secteurs brillants sont des endroits avec des nuages hauts, épais qui cachent la vue des secteurs plus sombres en dessous. Une tache sombre est visible au pôle antarctique, ce qui est remarquable pour les scientifiques parce qu'elle est si petite et centrée. La tache pourrait être affectée par le champ magnétique de Saturne, lequel est presque aligné sur l'axe de rotation de la planète, à la différence des champs magnétiques de Jupiter et de la Terre. Du sud au nord, d'autres caractéristiques notables sont les deux taches blanches juste au-dessus de la tache sombre vers la droite et la grande caractéristique de forme allongée et sombre qui s'étend à travers le milieu. La bande plus sombre au-dessous de la caractéristique de forme allongée a commencé à montrer un modèle dentelé de nuages de hautes altitudes plus lumineux et colorés, une indication de conditions atmosphériques turbulentes.

 

Le mouvement des bandes de nuages à des vitesses différentes et leurs irrégularités peuvent être dus à des mouvements différents entre eux ou aux perturbations au-dessous de la couche de nuages visibles. De telles perturbations pourraient être produites par la chaleur interne de la planète. Saturne rayonne plus d'énergie qu'elle n'en reçoit du Soleil.

 

La lune Mimas (396 kilomètres de large) est visible (sur les images de plus grande résolution) à gauche du pôle antarctique. Saturne a actuellement 31 lunes connues. Depuis le lancement, des télescopes basés au sol ont découvert 13 nouvelles lunes. Cassini obtiendra une vue plus proche et pourrait découvrir de nouvelles lunes, peut-être incorporées dans les anneaux magnifiques de la planète.

 

Cette image a été prise au moyen d'un filtre sensible à la lumière proche de 727 nanomètres, une des bandes d'absorption proche de l'infrarouge du gaz méthane, qui est l'un des ingrédients de l'atmosphère de Saturne. La résolution de l'image est d'environ 231 kilomètres par pixel. Le contraste a été augmenté pour aider à la visibilité des caractéristiques dans l'atmosphère.

 

http://photojournal.jpl.nasa.gov/catalog/PIA05391

   


Le 12 Mai 2004

L'ombre d'un grand disque jette une nouvelle lumière sur la formation des étoiles de masse élevée

 

Crédit : ESO (VLT ANTU + ISAAC)

 

Basé sur un grand effort d'observation avec des télescopes et des instruments différents, surtout de l'ESO, une équipe d'astronomes européens a montré que dans la nébuleuse M17 une étoile massive élevée se forme via l'accrétion par un disque circumstellaire, c'est-à-dire de la même manière que les étoiles de faible masse.

 

Pour arriver à cette conclusion, les astronomes ont utilisé des instruments infrarouges très sensibles pour pénétrer dans le nuage moléculaire au sud-ouest de M 17 de sorte que la faible émission de gaz réchauffée par un groupe d'étoiles massives, en partie localisées derrière le nuage moléculaire, a pu être détectée à travers la poussière.

 

Dans la perspective de cette région chaude une grande silhouette opaque, qui ressemble à un disque évasé vu presque par la tranche, s'avère être associé à une nébuleuse de réflexion en forme de sablier. Ce système est parfaitement conforme à une étoile de masse élevée nouvellement formée entourée par un disque énorme d'accrétion et accompagnée d'un écoulement de masse bipolaire énergique.

 

http://www.eso.org/outreach/press-rel/pr-2004/pr-12-04.html

   


Le 12 Mai 2004

VISIR livre ses premières images

 

Le centre de la Galaxie

Crédit : ESO (VLT Melipal + VISIR)

 

L'instrument VISIR (acronyme pour "Vlt Imager and Spectrometer in the InfraRed" ou "Imageur et Spectromètre Infrarouge pour le VLT"), vient tout juste de délivrer ses premières images.

 

Installée au foyer de l'un des quatre télescopes géants de l'Observatoire Européen Austral (ESO) au mont Paranal (Chili), cette caméra-spectromètre est le fruit d'une collaboration entre le CEA-DAPNIA de Saclay et le laboratoire ASTRON de Dwingeloo (Pays-bas). Elle offre avec une résolution de l'ordre de 0,3 secondes d'arc (soit seulement 500 m sur la Lune), une qualité d'image inégalée dans la gamme de longueur d'ondes de l'infrarouge moyen (10-20 microns) où émettent principalement les poussières cosmiques.

 

Grâce à cet instrument, la communauté scientifique est désormais dotée d'un outil précieux pour l'étude de sites enfouis, la formation des planètes ou celles des étoiles, la chimie du milieu interstellaire ou bien encore l'évolution des galaxies.

 

Source : DSM/DAPNIA/Service d'Astrophysique 

 

http://www-dapnia.cea.fr/Sap/Actualites/Visir040511/page.shtml

 

http://www.cea.fr/fr/actualites/articles.asp?id=534

 

http://www.eso.org/outreach/press-rel/pr-2004/pr-13-04.html

   


Le 12 Mai 2004

Spitzer ouvre ses archives à la communauté scientifique

 

Crédit : NASA/JPL-Caltech/G. Helou (Caltech)

 

Le télescope spatial Spitzer ouvre ses archives à la communauté scientifique, bien avant le premier anniversaire de la mission.

 

Le SST (Spitzer Space Telescope), initialement dénommé Space Infrared Telescope Facility, a été lancé le 25 Août 2003. Travaillant dans l'infrarouge, Spitzer observe les galaxies, les étoiles naissantes, et récemment la formation des systèmes planétaires qui ont échappé au regard d'autres observatoires.

 

Les astronomes du monde entier ont désormais accès aux données du télescope infrarouge pour appronfondir leurs recherches et comparer les observations faites dans des longueurs d'ondes différentes en utilisant juste les données d'archives.

 

Pour célébrer l'ouverture de ses archives, le Spitzer Science Center (SSC) sort deux nouvelles images, NGC 300, une galaxie spirale située à 7,5 millions d'années-lumière dans la constellation australe du Sculpteur (Sculptor), et une région nuageuse d'étoiles naissantes dénommée Sharpless 140.

 

Crédit : NASA/JPL-Caltech/G. Melnick (Harvard-Smithsonian CfA)

 

http://www.spitzer.caltech.edu/Media/releases/ssc2004-07/release.shtml

 

http://ssc.spitzer.caltech.edu/

   


Le 11 Mai 2004

La mort d'une étoile sculpte des échelons de gaz et de poussières

 

Crédit : NASA; ESA; Hans Van Winckel (Catholic University of Leuven, Belgium); and Martin Cohen (University of California, Berkeley)

 

Une nouvelle image, prise avec la caméra WFPC2 (Wide Field Planetary Camera 2) du télescope spatial Hubble, révèle de nouveaux détails ahurissants de l'une des plus inhabituelles nébuleuses de notre Voie lactée. Cataloguée sous le nom de HD 44179, cette nébuleuse est plus communément appelée "le Rectangle Rouge" en raison de sa forme unique et sa couleur observée avec les télescopes terrestres.

 

Hubble a révélé une richesse de nouvelles caractéristiques dans le Rectangle Rouge que l'on ne peut pas voir avec les télescopes basés au sol qui examinent à travers l'atmosphère turbulente de la Terre.

 

Les images détaillées d'Hubble montrent que le Rectangle Rouge n'est pas vraiment rectangulaire, mais a une structure en forme de X, que les astronomes impliqués dans l'étude interprètent comme résultant des écoulements de gaz et de poussières de l'étoile du centre. Les écoulements, en forme de cônes, sont éjectés de l'étoile dans deux directions opposées. Aussi remarquables sont les traits droits qui apparaissent comme des barreaux sur une échelle, faisant ressembler le Rectangle Rouge à une toile d'araignée, une forme différente de toute autre nébuleuse connue dans le ciel. Ces échelons peuvent avoir émergé dans les épisodes d'éjection de masse de l'étoile se produisant tous les deux ou trois cent ans.

 

L'étoile dans le centre du Rectangle Rouge est celle qui a commencé sa vie comme une étoile semblable à notre Soleil. Elle s'approche maintenant de la fin de sa durée de vie et est dans le processus d'éjection de ses couches extérieures pour produire la nébuleuse visible. La perte des couches extérieures a commencé il y a environ 14.000 ans. Dans environ mille ans, l'étoile sera devenue plus petite et plus chaude et commencera à libérer un flot de lumière ultraviolet dans la nébuleuse environnante; à ce moment-là, le gaz dans la nébuleuse deviendra fluorescent, produisant ce que les astronomes appellent une nébuleuse planétaire.

 

A l'heure actuelle, cependant, l'étoile est toujours si froide que les atomes dans le gaz environnant ne rougeoient pas, et les particules de poussière environnantes peuvent seulement être vues parce qu'elles reflètent la lumière de l'étoile centrale. En outre, il y a des molécules mélangées dedans avec la poussière, qui émettent de la lumière dans la partie rouge du spectre. Les astronomes ne sont pas encore certains que ces types de molécules produisent la couleur rouge qui est si saisissante dans le rectangle rouge, mais suspectent qu'il s'agit d'hydrocarbures qui se forment dans l'écoulement frais de l'étoile centrale.

 

Une autre caractéristique remarquable du Rectangle Rouge, visible seulement avec la superbe résolution du télescope Hubble, est la bande sombre traversant l'étoile centrale. Cette bande sombre est l'ombre d'un disque dense de poussières qui entoure l'étoile. En fait, on ne peut pas voir directement l'étoile elle-même en raison de l'épaisseur du disque de poussières. Tout ce que nous pouvons voir est la lumière qui s'écoule perpendiculairement au disque et disperse ensuite les particules de poussières dans notre direction. Les astronomes ont constaté que l'étoile au centre est en réalité une paire d'étoiles proches qui orbitent l'une autour de l'autre avec une période d'environ 10 mois 1/2. Les interactions entre ces étoiles ont probablement causé l'éjection du disque de poussières épais qui obscurcit notre vue du système binaire. Le disque a dirigé les écoulements ultérieurs dans la direction perpendiculaire au disque, formant l'étrange structure bi-conique que nous voyons comme le Rectangle Rouge. Les raisons des éjections périodiques de plus de gaz et de poussières, qui produisent les échelons révélés dans l'image d'Hubble, restent inconnues.

 

Le Rectangle Rouge a été découvert initialement durant un vol de fusée au début des années 1970, avec lequel les astronomes cherchaient de fortes sources de radiation infrarouge. Cette source infrarouge se trouvait environ à 2.300 années-lumière de la Terre dans la direction de la constellation de la Licorne (Monoceros). Les étoiles entourées par des nuages de poussières sont des sources infrarouges souvent fortes parce que la poussière est chauffée par la lumière des étoiles et rayonne en lumière d'ondes longues. Les études de HD 44179 avec des télescopes basés au sol ont révélé une forme rectangulaire dans la poussière entourant l'étoile du centre, menant au nom de Rectangle Rouge qui a été inventé en 1973 par les astronomes Martin Cohen et Mike Merrill.

 

http://hubblesite.org/newscenter/newsdesk/archive/releases/2004/11/image/a

 

http://sci.esa.int/jump.cfm?oid=35040

   


Le 11 Mai 2004

Le violent passé de la galaxie géante

 

Crédit : NASA/CXC/W. Forman et al.

 

Les images obtenues sur plusieurs heures d'exposition en Juillet 2000 et Juillet 2002 de la galaxie elliptique géante M87 par l'Observatoire de Radio X Chandra, ainsi que les observations radio, ont fourni la preuve spectaculaire d'explosions répétitives au voisinage du trou noir supermassif de la galaxie.

 

M87, situé au milieu de l'amas de galaxies de la Vierge, à environ 50 millions d'années-lumière, est entouré par une atmosphère étendue du gaz de plusieurs millions de degrés Celsius.

 

L'image résultante a permis aux astronomes de voir plus en détail les structures découvertes par les observations précédentes avec Chandra et d'autres télescopes de rayons X, de découvrir de nouvelles caractéristiques, et de faire des comparaisons spécifiques avec les images radio, qui tracent la présence d'électrons de grande énergie dans un champ magnétique.

 

http://chandra.harvard.edu/press/04_releases/press_051004.html

   


Le 11 Mai 2004

XMM-Newton détecte le cycle solaire en rayons X dans une étoile éloignée

 

Crédit : SOHO (NASA/ESA)

 

Pendant des années, les astronomes se sont demandés si les étoiles semblables au Soleil passent par des cycles périodiques d'augmentation de l'activité en rayons X, comme ceux qui causent souvent des ennuis aux lignes téléphoniques et électriques ici sur Terre.

 

L'Observatoire de rayons X, MMX-Newton, a maintenant indiqué pour la première fois un comportement cyclique dans le rayonnement X émis par une étoile semblable au Soleil.

 

Une équipe d'astronomes, menée par Fabio Favata, de l'European Space Research and Technology Centre (Pays-Bas), a surveillé un nombre restreint d'étoiles de type solaire depuis le commencement de la mission de MMX-Newton en 2000. L'éclat en rayons X de HD 81809, une étoile localisée à environ 90 années-lumière dans la constellation de l'Hydre femelle (Hydra), a changé par plus de 10 fois en deux ans et demi, atteignant une crête bien définie au milieu de l'année 2002.

 

Cette découverte peut aider des scientifiques à comprendre comment les étoiles affectent le développement de la vie sur leurs planètes.

 

http://www.esa.int/esaSC/Pr_8_2004_s_en.html

   


Le 10 Mai 2004

Acheron Fossae

 

Crédit : ESA/DLR/FU (G. Neukum)

 

Les nouvelles images prises par Mars Express montrent la région d'Acheron Fossae, un secteur d'activité tectonique intense dans le passé, qui borde au nord le plateau Tharsis.

 

Crédit : ESA/DLR/FU (G. Neukum)

 

Ces images ont été prises au moyen de la caméra stéréo haute résolution (HRSC) au cours des orbites 37 et 143 depuis une altitude de 765 kilomètres (résolution de 30 mètres par pixel) et de 1.240 kilomètres (résolution de 50 mètres par pixel) respectivement.

 

http://www.esa.int/esaCP/SEMMDS77ESD_index_0.html

   


Le 10 Mai 2004

C/2004 HV 60 (SPACEWATCH)

 

Nouvelles du Ciel

 

La comète C/2004 HV 60 (SPACEWATCH) a été découverte le 25 Avril 2004, dans le cadre du programme de surveillance Spacewatch, en tant qu'astéroïde et répertorié comme tel sous la dénomination 2004 HV 60. L'objet a montré une activité cométaire sur les clichés pris le 08 Mai 2004 par F. Bernardi, J. Pittichova, et N. Moskovitz avec le télescope UH de 2,4m de Manau Kea (Hawaii).

 

Les éléments orbitaux indiquent un passage au périhélie au 21 Décembre 2003 à une distance de 3,1 UA.

 

http://cfa-www.harvard.edu/mpec/K04/K04J34.html (MPEC 2004-J34)

 

http://cfa-www.harvard.edu/iau/Ephemerides/Comets/2004HV60.html

   


Le 06 Mai 2004

Titan se dévoile

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Titan, la lune la plus mystérieuse de Saturne, se dévoile peu à peu sous l'oeil de la caméra à champ restreint du vaisseaux spatial Cassini-Huygens. Des caractéristiques de la surface précédemment observées seulement par les télescopes terrestres sont maintenant visibles dans les images de Titan prises à la mi-Avril au moyen d'un filtre centré à 938 nanomètres, conçu pour observer à travers l'épaisse atmosphère de la lune, et équipant la caméra à champ restreint. La résolution de l'image est de 230 kilomètres par pixel, et rivalise avec les meilleurs images prises depuis la Terre.

 

Les deux images ont été prises à quatre jours d'intervalle. Entre les deux images, Titan a effectué une rotation de 90 degrés. Les deux images combinées couvrent une superficie d'environ la moitié de la surface de Titan, et montrent des variations de brillance qui suggèrent une surface diversifiée comparable à la carte de la surface de Titan établie à partir des images prises en 1997 et 1998 au moyen d'un filtre centré à 1080 nanomètres par l'instrument NICMOS (Near Infrared Camera and Multi-Object Spectrometer) du télescope spatial Hubble.

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

La première occasion de voir des caractéristiques de la surface à petite échelle (2 kilomètres) aura lieu au cours d'un survol à 350.000 kilomètres du pôle antarctique de Titan le 02 Juillet 2004, seulement 30 heures après l'insertion de Cassini en orbite autour de la planète aux anneaux.

 

http://photojournal.jpl.nasa.gov/catalog/PIA05390

   


Le 06 Mai 2004

Tout près du coeur de NGC 1068

 

Crédit : ESO (VTLI+MIDI)

 

Les observations avec le VLTI (Very Large Telescope Interferometer) à l'Observatoire de l'ESO à Paranal (Chili) ont maintenant permis d'obtenir une image claire de l'environnement immédiat du trou noir au centre d'une galaxie active. Les nouveaux résultats concernent la galaxie spirale NGC 1068, localisée à une distance d'environ 50 millions d'années-lumière.

 

Ces résultats montrent une configuration de poussières comparativement chaude (50°C) mesurant 11 années-lumière de large et 7 années-lumière d'épaisseur, avec une zone intérieure, plus chaude (500°C), d'environ 2 années-lumière de large.

 

Ces observations confirment la théorie actuelle que les trous noirs aux centres de galaxies actives sont ensevelies dans une structure épaisse de gaz et de poussières, un "torus".

 

NGC 1068 (connue également sous le nom de Messier 77) est parmi les galaxies actives les plus brillantes et les plus proches. Située dans la constellation de la Baleine (Cetus) à une distance d'environ 50 millions d'années-lumière, elle ressemble à une galaxie spirale barrée plutôt normale. Le coeur de cette galaxie, toutefois, est très lumineux, non seulement dans le domaine optique, mais aussi dans l'ultraviolet et les rayons X. Un trou noir massif équivalent à environ 100 millions de fois la masse de notre Soleil est exigé pour représenter l'activité nucléaire dans NGC 1068.

 

http://www.eso.org/outreach/press-rel/pr-2004/pr-10-04.html

 

http://www.obspm.fr/actual/nouvelle/may04/n1068.fr.shtml

   


Le 05 Mai 2004

Attendue depuis longtemps, la comète C/2001 Q4 (NEAT) est prochainement visible sous nos cieux

 

Nouvelles du Ciel

 

La comète C/2001 Q4 (NEAT) sera au plus près de la Terre le 7 Mai 2004, à 48 millions de kilomètres (0.321 UA) et sa magnitude devrait atteindre 0.9 quelques jours avant son passage au périhélie (le 15 Mai 2004) à une distance de 0.962 UA du Soleil (environ 144 millions de km).

 

La comète sera visible en France à partir du 06 Mai 2004, observable après le coucher du Soleil en direction de l’ouest, sud-ouest, développant une majestueuse queue qui devrait s'étaler sur environ une vingtaine de degrés.

 

C/2001 Q4 (NEAT)

 

Trois comètes très brillantes dans le ciel

   


Le 05 Mai 2004

Comètes SOHO : C/2003 U4, W2, Y1, et C/2004 B2, 2004 C2, 2004 H4, 2004 H5

 

Nouvelles du Ciel

Photo : SOHO/LASCO

(NASA/ESA)

 

Des comètes découvertes sur les images transmises par le satellite SOHO ont été mesurées et annoncées par la circulaire MPEC 2004-J21 :

Ces comètes appartiennent au groupe de Meyer.

 

C/2003 U4 (SOHO) (R. Matson)

C/2003 W2 (SOHO) (X.-M. Zhou)

C/2003 Y1 (SOHO) (M. Meyer)

C/2004 B2 (SOHO) (R. Kracht)

C/2004 C2 (SOHO) (X. Leprette)

C/2004 H4 (SOHO) (R. Kracht)

C/2004 H5 (SOHO) (K. Battams)

 

http://cfa-www.harvard.edu/mpec/K04/K04J21.html (MPEC 2004-J21)

   


Le 05 Mai 2004

Comètes SOHO : C/2003 P3, Q1, Q2, Q3, Q4, Q5, Q6

 

Nouvelles du Ciel

Photo : SOHO/LASCO

(NASA/ESA)

 

Des comètes découvertes sur les images transmises par le satellite SOHO ont été mesurées et annoncées par la circulaire MPEC 2004-J19 :

Les comètes Q1 et Q6 appartiennent au groupe de Marsden, les comètes P3, Q2, Q3, Q4 et Q5 appartiennent au groupe de Kreutz.

 

C/2003 P3 (SOHO) (T. Hoffmann)

C/2003 Q1 (SOHO) (T. Hoffmann)

C/2003 Q2 (SOHO) (J. Sachs)

C/2003 Q3 (SOHO) (J. Sachs)

C/2003 Q4 (SOHO) (M. Boschat)

C/2003 Q5 (SOHO) (J. Sachs)

C/2003 Q6 (SOHO) (R. Kracht)

 

http://cfa-www.harvard.edu/mpec/K04/K04J19.html (MPEC 2004-J19)

   


Le 01 Mai 2004

L'Eclipse Totale de Lune du 04 Mai 2004

 

Crédit : François DEBRICON

 

Le 04 Mai 2004, nous assisterons à la première des deux éclipses totales de Lune de l'année 2004, et la troisième d'une série de quatre éclipses observables en Europe sur une période d'environ dix huit mois.

 

L'éclipse sera entièrement visible en Europe, Afrique, Asie et Australie. Les observateurs d'Amérique du Nord seront privés du spectacle, tandis que ceux d'Amérique du Sud pourront suivre les dernières étapes de l'éclipse au fur et à mesure du lever de la Lune. Au maximum de la phase de totalité, la Lune sera au zénith pour les observateurs de l'Ile de la Réunion et du nord de l'île de Madagascar. Sur une partie de l'Asie et de l'Australie, le phénomène sera observé uniquement dans ses premières phases avant le coucher du disque lunaire.

 

Les Horaires

Entrée dans la Pénombre

17h 50m 49s UT

Entrée dans l'ombre 

18h 48m 15s UT

Début de l'Eclipse Totale 

19h 52m 02s UT

Maximum de l'Eclipse

20h 30m 11s UT

Fin de l'Eclipse Totale

21h 08m 22s UT

Sortie de l'ombre

22h 12m 09s UT

Sortie de la Pénombre

23h 09m 29s UT

Magnitude = 1.309

Données : OCCULT Eclipses & Transits v1.5.0 

[DeltaT = 64.6 secs]

 

Note : toutes les heures sont exprimées en Temps Universel (UT).

Il convient donc d'ajouter, en France ainsi que dans les pays de l'Union Européenne, 2 heures pour obtenir l'heure légale. Ainsi, le début de l'Eclipse Totale commence à 19h52 UT, soit à 21h52 à votre montre.

 

 

En France, cette éclipse totale, visible en début de soirée, sera... partielle ! En effet, l'entrée dans la pénombre ne sera pas observable en France, et c'est une Lune partiellement éclipsée (environ 30%) que nous aurons le loisir d'observer au moment de son lever. Le début de l'éclipse totale se fera à 6° de hauteur pour les observateurs situés à Paris et au moment du maximum, la Lune éclipsée sera à seulement 10°32' au-dessus de l'horizon. Idéal cependant pour réaliser de superbes photographies !

 

Page Spéciale : http://pgj.pagesperso-orange.fr/lune040504.htm

 

L'Eclipse Totale de Lune du 04 Mai 2004 sera retransmise sur le Web.

 

http://www3.mira.be/lunareclipse040504/ (Belgique)

http://www.xs4all.nl/~pablito/Maan/2004-05-04/Maan_2004-05-04.html (Pays-Bas)

http://live.saros.org/ (Iles Canaries)

http://personal.telefonica.terra.es/web/astroeducaweb/live/live.html (Iles Canaries)

http://www.arrakis.es/~farr/live/live.html (Iles Canaries)

http://events.bluehyppo.com/comet/ (Malaisie)

http://www.parssky.net/live/ Live Broadcast of Lunar Eclipse (ParsSky, Iran)

http://www.nojum.ir/live Live Broadcast of Lunar Eclipse (Nojum, Iran)

http://serviastro.am.ub.es/eclipsi2004a/main_cas.html Universitat de Barcelona Departament d'Astronomia i Meteorologia - Bienvenidos al Eclipse de Luna

http://www.ucm.es/info/Astrof/obs_ucm/luna/eclipse_luna_4mayo04.html Observatorio, Universidad Complutense de Madrid (UCM), Madrid, Spain

http://www.ucm.es/info/Astrof/obs_ucm/luna/eclipse_luna_4mayo04/imagenes_directo.html

Observatorio UCM (Universidad Complutense de Madrid) Imágenes en directo del eclipse

http://www.planetmad.es/eclipseLUNA4mayo2004.htm

(Planetario de Madrid, Agrupación Astronómica de Madrid) Observación del eclipse total de Luna 4 mayo 2004

http://www.etacarina.co.za/astrocam.htm (EtaCarina-AstroCam, Sur África) Live Webcast

   


 

Retour à l'accueil

Contact : Gilbert Javaux