Nouvelles du Ciel de Février 2015

 

 

 

Les Titres

 

Comètes C/2015 D1 (SOHO), C/2015 C2 (SWAN), C/2015 D2 (PANSTARRS), C/2015 D3 (PANSTARRS) [28/02/2015]

VLT – au-delà de Hubble, MUSE dessine l'image tridimensionnelle de l'Univers lointain [26/02/2015]

Hubble obtient la meilleure vue sur un disque circumstellaire de débris déformé par une planète [20/02/2015]

Les collines de Mars cachent un passé glacial [19/02/2015]

L'étrange mystère de la naine manquante [18/02/2015]

Comètes P/2015 A3 (PANSTARRS), C/2015 B1 (PANSTARRS), C/2015 B2 (PANSTARRS), P/2015 C1 (TOTAS-Gibbs) [17/02/2015]

La longévité des galaxies spirales à deux barres enfin expliquée grâce à la simulation numérique [12/02/2015]

Un partenariat stellaire voué à la catastrophe [09/02/2015]

Planck dévoile le côté dynamique de l'Univers [06/02/2015]

Hubble capture une rare triple conjonction de lunes [05/02/2015]

VISTA perce la Voie Lactée [04/02/2015]

 

 

Les Titres des "Nouvelles du Ciel" disponibles en Version Javascript ou Version XML

 

En savoir plus pour afficher les Titres des "Nouvelles du Ciel" de PGJ sur votre Site Web ou sur le Bureau de votre Ordinateur

 

Archives des Nouvelles du Ciel

Vous cherchez un ancien article ? Les Titres des Nouvelles du Ciel classés par Catégories

 

 

 

 


Sources ou Documentations non francophones

Sources ou Documentations en langue française

 

 

Nuages noirs sur Ciel des Hommes : Si vous souhaitez que Ciel des Hommes vive et continue d'ouvrir chaque jour pour vous une nouvelle fenêtre sur l'Univers, n'hésitez pas à apporter votre aide de façon très concrète, en souscrivant des « abonnements de soutien ».

 

 

 

  

Les télescopes de la NASA et de l'ESA donnent forme au vents furieux de trou noir : Nuclear Spectroscopic Telescope Array (NuSTAR) de la NASA et le télescope XMM-Newton de l'ESA montrent que des vents violents d'un supermassif trou noir crachent dans toutes les directions - un phénomène qui avait été suspecté, mais difficile à prouver jusqu'à présent. Cette découverte a donné aux astronomes leur première occasion de mesurer la force de ces vents ultra-rapides et prouver qu'ils sont assez puissants pour inhiber la capacité de la galaxie hôte de faire de nouvelles étoiles.

 

Vivre sur le bord : Des étoiles trouvées loin du centre de la galaxie : Des astronomes utilisant des données provenant de WISE (Wide-field Infrared Survey Explorer) de la NASA ont trouvé un amas formant des étoiles à la limite de notre Voie lactée. C'est la première fois que des astronomes trouvent des étoiles en train de naître dans un tel endroit distant.

 

Chandra de la NASA trouve un membre intrigant de l'arbre généalogique de trou noir : Un objet cosmique nouvellement découvert peut aider à apporter des réponses à certaines questions de longue date concernant comment les trous noirs évoluent et influencent leur environnement, selon une nouvelle étude à l'aide de l'Observatoire de rayons X Chandra de la NASA. L'objet intrigant, appelée NGC-2276-3c, est situé dans le bras de la galaxie spirale NGC 2276, qui est à environ 100 millions d'années-lumière de la Terre. NGC-2276-3c semble être ce que les astronomes appellent un « trou noir de masse intermédiaire » (IMBH, intermediate-mass black hole).

 

Des poches de calme protègent les molécules autour d'un trou noir supermassif : Des chercheurs utilisant l'Atacama Large Millimeter/submillimeter Array (ALMA) ont découvert des régions où certaines molécules organiques supportent en quelque sorte le rayonnement intense près du trou noir supermassif au centre de la galaxie NGC 1068, également connue par les astronomes amateurs sous le nom de M77.

 


28 Février 2015

Comètes C/2015 D1 (SOHO), C/2015 C2 (SWAN), C/2015 D2 (PANSTARRS), C/2015 D3 (PANSTARRS)

 

Nouvelles du Ciel

 

C/2015 D1 (SOHO)

Une comète a été détectée par Worachate Boonplod, et mesurée par Karl Battams, M.-T. Hui, et Matthew Knight, sur les images transmises par les coronographes LASCO C2 et C3 du satellite SOHO.

 

Issues vraissemblablement de fragmentations successives d'une comète-mère, les comètes vues par SOHO peuvent être regroupées en plusieurs groupes en fonction de leurs paramètres orbitaux : Kreutz I et II, Meyer, Marsden, Kracht I et II, et autres comètes n'appartenant à aucun groupe connu à l'heure actuelle. La nouvelle comète semble faire partie de cette dernière catégorie.

 

Les éléments orbitaux de la comète C/2015 D1 (SOHO) indiquent un passage au périhélie le 19 Février 2015 à une distance d'environ 0,028 UA du Soleil, soit à une distance de seulement 4,2 millions de kilomètres de la surface du Soleil.

 

Alors que la grande majorité des comètes s'approchant assez près du Soleil pour être observées par SOHO ne survivent généralement pas et s'évaporent dans l'intense fournaise de la couronne solaire, la nouvelle comète a survécu à sa venue au plus près du Soleil et pourrait être détectée par les observateurs au sol dans les semaines à venir.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K15/K15D73.html (MPEC 2015-D73)

http://www.nasa.gov/content/goddard/soho-sees-something-new-near-the-sun/

 


C/2015 C2 (SWAN)

Rob Matson a signalé une nouvelle comète dans les images de l'instrument SWAN (Solar Wind ANisotropies) du satellite SOHO (Solar and Heliospheric Observatory) prises entre le 15 et le 22 Février 2015. Michael Mattiazzo et Vladimir Bezugly ont signalé le même objet. Terry Lovejoy (Birkdale) a imagé la comète le 25 Février 2015. Après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center, la nature cométaire de l'objet a été confirmée grâce aux observations de A. Maury, J.-F. Soulier, et J.-G. Bosch (CAO, San Pedro de Atacama), H. Sato (via iTelescope Observatory, Siding Spring), P. Cox et C. Drescher (via Slooh.com Chile Observatory, La Dehesa), et M. Masek, J. Jurysek, et K. Honkova (Pierre Auger Observatory, Malargue).

 

Les éléments orbitaux préliminaires de la comète C/2015 C2 (SWAN) indiquent un passage au périhélie le 04 Mars 2015 à une distance d'environ 0,7 UA du Soleil.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K15/K15DB0.html (MPEC 2015-D110)

http://www.ast.cam.ac.uk/~jds/coms15.htm#15C2

 


C/2015 D2 (PANSTARRS)

Une nouvelle comète a été découverte par les membres de l'équipe du programme de recherche Pan-STARRS (Panoramic Survey Telescope & Rapid Response System) sur les images obtenues le 18 Février 2015 avec le télescope Ritchey-Chretien de 1.8m. Après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center, la nature cométaire de l'objet a été confirmée grâce aux observations de T. Linder et R. Holmes (Cerro Tololo), R. J. Wainscoat et P. Forshay (Mauna Kea), H. Sato (via iTelescope Observatory, Siding Spring), R. Furgoni et G. Favero (Osservatorio del Celado, Castello Tesino), P. Dupouy et J. B. de Vanssay (Observatoire de Dax), A. Maury, J.-F. Soulier et J.-G. Bosch (W96 CAO, San Pedro de Atacama), B. Stecklum et C. Hoegner (Karl Schwarzschild Observatory, Tautenburg). Il est apparu également que l'objet était similaire à celui détecté les 19 Janvier 2015 par l'équipe de Pan-STARRS.

 

Les éléments orbitaux de la comète C/2015 D2 (PANSTARRS) indiquent un passage au périhélie le 06 Octobre 2013 à une distance d'environ 5,6 UA du Soleil, et une période d'environ 46,6 ans pour cette comète de la famille de Jupiter.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K15/K15DB1.html (MPEC 2015-D111)

 

Les observations supplémentaires indiquent un passage au périhélie le 23 Septembre 2013 à une distance d'environ 5,6 UA du Soleil, et une période d'environ 46,7 ans.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K15/K15G03.html (MPEC 2015-G03)

http://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2015%20D2;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


C/2015 D3 (PANSTARRS)

Les membres de l'équipe du programme de recherche Pan-STARRS (Panoramic Survey Telescope & Rapid Response System) ont découvert une nouvelle comète sur les images obtenues le 19 Février 2015 avec le télescope Ritchey-Chretien de 1.8m. Après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center, la nature cométaire de l'objet a été confirmée grâce aux observations de A. Maury, J.-F. Soulier, J.-G. Bosch, et T. Noel (CAO, San Pedro de Atacama), H. Sato (via iTelescope Observatory, Mayhill), A. C. Gilmore et P. M. Kilmartin (Mount John Observatory, Lake Tekapo), T. Lister (Sutherland-LCOGT A), P. Cox, B. Lutkenhoner et D. G. Cranford Jr (via Slooh.com Chile Observatory, La Dehesa), et E. Sheridan (Kanab).

 

Les éléments orbitaux de la comète C/2015 D3 (PANSTARRS) indiquent un passage au périhélie le 20 Juin 2016 à une distance d'environ 8,0 UA du Soleil.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K15/K15DB2.html (MPEC 2015-D112)

 

Les observations supplémentaires indiquent un passage au périhélie le 26 Avril 2016 à une distance d'environ 8,1 UA du Soleil.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K15/K15G03.html (MPEC 2015-G03)

http://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2015%20D3;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


 

Date des PASSAGES au PERIHELIE des COMETES Date, Périodes de révolution, Distance au Soleil 

COMETES - Magnitudes prévues pour les prochains mois

Liste des comètes potentiellement observables - éléments orbitaux

 

Lost - Les Disparues... ou les comètes périodiques non revues.

 

Les différentes familles de comètes

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


26 Février 2015

VLT – au-delà de Hubble, MUSE dessine l'image tridimensionnelle de l'Univers lointain

 

Crédit : ESO/MUSE Consortium/R. Bacon

 

L'instrument MUSE installé sur le Très Grand Télescope (VLT) de l'ESO a offert aux astronomes la meilleure image en trois dimensions jamais réalisée de l'Univers profond. Après avoir pointé pendant seulement 27 heures la région du « champ profond sud de Hubble » (HDF-S pour Hubble Deep Field South), les nouvelles observations révèlent les distances, les mouvements et bien d'autres propriétés de bien plus de galaxies que ce que l'on avait pu observer dans cette petite partie du ciel. Ces observations vont aussi au-delà de Hubble et dévoilent des objets invisibles précédemment.

 

MUSE va au-delà de Hubble dans le champ profond sud de Hubble  - Crédit : ESO/MUSE Consortium/R. Bacon

 

Grâce à des très longues observations pointées sur quelques régions du ciel, les astronomes ont réalisé de nombreuses images de l'Univers lointain, dites champs profonds. Ces images ont révélé de nombreuses informations sur l'Univers lorsqu'il était tout jeune. La plus célèbre d'entre elles est celle du Champ profond de Hubble réalisées avec le télescope spatial Hubble NASA/ESA pendant plusieurs jours à la fin 1995. Cette image spectaculaire, et emblématique, a transformé notre vision de l'Univers jeune. Deux années plus tard une vue similaire était produite sur une portion du ciel de l'hémisphère sud : le Champ profond sud de Hubble.

 

Toutefois, ces images à elles seules ne suffisent pas à tout comprendre des objets du ciel profond. Pour obtenir plus d'informations, les astronomes étaient alors contraints d'observer un-à-un les objets avec d'autres instruments, tâche longue et laborieuse. Mais maintenant, pour la première fois, le nouvel instrument MUSE peut réaliser les deux actions en même temps et bien plus rapidement.

 

L'une des premières observations réalisées avec MUSE après qu'il ait été installé et testé sur le VLT en 2014 a été une longue observation du champ profond sud de Hubble. Le résultat dépasse toutes les espérances.

 

« Après seulement quelques heures d'observation au Chili nous avons jeté un œil aux données et nous avons découvert beaucoup de galaxies – c'était très encourageant. De retour en Europe nous avons commencé à étudier les données plus en détail. C'était comme pécher en eau profonde et chaque nouvelle « prise » générait beaucoup d'enthousiasme et de discussion sur les « espèces » que nous étions en train de découvrir » explique Rolland Bacon, (Centre de Recherche Astrophysique de Lyon, France, CNRS), chercheur responsable de l'instrument MUSE et de l'équipe qui a réalisé ces observations.

 

Ainsi pour chaque élément de l'image du HDF-S prise par MUSE il n'y a pas seulement des pixels, mais aussi un spectre révélant l'intensité des différentes couleurs de la lumière à cet endroit - près de 90 000 spectres au total [1]. À partir de ces spectres il est possible de connaitre la distance, la composition et les mouvements internes de centaines de galaxies lointaines - ainsi que de quelques étoiles très faiblement lumineuses appartenant à notre galaxie.

 

Bien que le temps de pose total ait été bien plus court que pour les images de Hubble, les données de MUSE du HDF-S dévoilent plus de vingt objets très peu lumineux dans cette petite zone du ciel que Hubble n'avait pas du tout observés [2].

 

« Notre plus grande excitation a été de constater que nous voyions des galaxies extrêmement distantes, qui n'étaient même pas visible dans les images les plus profondes de Hubble. Après tant d'années de travail sur l'instrument, cela a été un joie immense de voir l'instrument en action et nos rêves se concrétiser » ajoute Roland Bacon.

 

L'analyse détaillée des spectres mesurés du HDF-S a permis à l'équipe de déterminer la distance de 189 galaxies. Certaines de ces galaxies sont relativement proches mais la plupart sont très éloignées et très anciennes et datent de moins d'un milliard d'années après le Big Bang. C'est plus de 10 fois le nombre de mesure de distance dont nous disposions précédemment dans cette zone du ciel.

 

Pour les galaxies les plus proches, MUSE est capable de les observer avec un luxe de détail sans précèdent.  En observant les différentes parties de la même galaxie, MUSE peut ainsi déterminer leur rotation et mettre en évidence comment les autres propriétés varient d'un endroit à l'autre. C'est un des moyen les plus puissant pour comprendre comment les galaxies évoluent au cours du temps cosmique.

 

 « Maintenant que nous avons démontré les capacités exceptionnelles de MUSE pour explorer l'Univers profond, nous allons observer d'autres champ profonds tels que le Champ ultra-profond de Hubble. Nous serons en mesure d'étudier des milliers de galaxies et d'en découvrir de nouvelles, très ténues ou très lointaines. Ces jeunes galaxies, observées telles qu'elles étaient il y a 10 milliards d'années ont progressivement grandi pour devenir des galaxies semblables à notre Voie lactée d'aujourd'hui » conclut Roland Bacon.

 

Notes

[1] Chaque spectre couvre une gamme de longueurs d'onde allant de la partie bleue du spectre jusqu'au proche infrarouge (375 – 930 nanomètres).

 

[2] MUSE est particulièrement sensible aux objets qui émettent le gros de leur énergie à certaines longueurs d'onde bien spécifiques telles que celles montrées dans les données sous forme de points brillants. Les galaxies du jeune Univers présentent typiquement ce genre de spectre car elles contiennent de l'hydrogène gazeux qui rayonne dans l'ultraviolet depuis les jeunes et chaudes étoiles.

 

Plus d'informations

Cette recherche a été présentée dans un articles intitulé “The MUSE 3D view of the Hubble Deep Field South” par R. Bacon et al., publié dans la revue Astronomy & Astrophysics du 26 février 2015.

 

L'équipe est composée de R. Bacon (Observatoire de Lyon, CNRS, Université Lyon, Saint Genis Laval, France [Lyon]), J. Brinchmann (Leiden Observatory, Leiden University, Leiden, Pays-Bas [Leiden]), J. Richard (Lyon), T. Contini (Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie, CNRS, Toulouse, France; Université de Toulouse, France [IRAP]), A. Drake (Lyon), M. Franx (Leiden), S. Tacchella (ETH Zurich, Institute of Astronomy, Zurich, Suisse [ETH]), J. Vernet (ESO, Garching, Allemagne), L. Wisotzki (Leibniz-Institut für Astrophysik Potsdam, Potsdam, Allemagne [AIP]), J. Blaizot (Lyon), N. Bouché (IRAP), R. Bouwens (Leiden), S. Cantalupo (ETH), C.M. Carollo (ETH), D. Carton (Leiden), J. Caruana (AIP), B. Clément (Lyon), S. Dreizler (Institut für Astrophysik, Universität Göttingen, Göttingen, Allemagne [AIG]), B. Epinat (IRAP; Aix Marseille Université, CNRS, Laboratoire d'Astrophysique de Marseille, Marseille, France), B. Guiderdoni (Lyon), C. Herenz (AIP), T.-O. Husser (AIG), S. Kamann (AIG), J. Kerutt (AIP), W. Kollatschny (AIG), D. Krajnovic (AIP), S. Lilly (ETH), T. Martinsson (Leiden), L. Michel-Dansac (Lyon), V. Patricio (Lyon), J. Schaye (Leiden), M. Shirazi (ETH), K. Soto (ETH), G. Soucail (IRAP), M. Steinmetz (AIP), T. Urrutia (AIP), P. Weilbacher (AIP) and T. de Zeeuw (ESO, Garching, Allemagne; Leiden).

 

L'ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 16 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Brésil, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages. VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est le plus grand télescope conçu exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est l'un des partenaires majeurs d'ALMA, le plus grand projet astronomique en service. Et, sur le Cerro Armazones, à proximité de Paranal, l'ESO est en train de construire le télescope géant européen de 39 mètres, l'E-ELT, qui sera « l'œil le plus grand au monde tourné vers le ciel ».

 

Liens

- L'article scientifique

- Photos du VLT

 

Source : ESO http://www.eso.org/public/france/news/eso1507/

 

http://www.insu.cnrs.fr/node/5224

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


  

La "brillante tache" sur Cérès a un compagnon de moindre luminosité : La planète naine Cérès continue d'intriguer les scientifiques maintenant que la sonde Dawn de la NASA se rapproche de sa capture en orbite autour de l'objet. Les dernières images de Dawn, prises à près de 46.000 kilomètres de Cérès, révèlent qu'une tache brillante qui se démarque dans les précédentes images se trouve à proximité d'une autre zone claire.

 

Trou noir monstre découvert à l'aube cosmique : Des scientifiques ont découvert le plus brillant quasar dans l'Univers primitif, alimenté par le trou noir le plus massif encore connu à l'époque. L'équipe internationale dirigée par des astronomes de l'Université de Pékin en Chine et de l'Université de l'Arizona annoncent leurs conclusions dans la revue scientifique Nature ce jeudi. La découverte de ce quasar, nommé SDSS J0100+2802, marque une étape importante dans la compréhension de la façon dont les quasars, les objets les plus puissants de l'Univers, ont évolué depuis l'époque première, seulement 900 millions d'années après le Big Bang, qui est probablement survenu il y a 13,7 milliards d'années. Le quasar, avec sa masse du trou noir central de 12 milliards de masses solaires et la luminosité de 420 billions de soleils, est à une distance de 12,8 milliards d'années-lumière de la Terre.

 


  

Les régions du noyau de 67P/Churyumov-Gerasimenko : À ce jour, le noyau de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko a été divisé en 19 régions distinctes et 5 catégories en fonction de la morphologie de la surface. En accord avec l’Union astronomique internationale, ces 19 régions ont reçu des noms de divinités égyptiennes (orthographe anglo-saxonne) : Aker, Anubis, Anuket, Apis, Ash, Aten, Atum, Babi, Bastet, Hathor, Hapi, Hatmehit, Imhotep, Khepry, Ma’at, Maftet, Nut, Serqet, Seth.

 


 

20 Février 2015

Hubble obtient la meilleure vue sur un disque circumstellaire de débris déformé par une planète

 

Crédit : NASA, ESA, and D. Apai and G. Schneider (University of Arizona)

 

Plus d'une décennie avant que des planètes soient trouvées en orbite autour d'étoiles normales, le monde de l'astronomie a été intrigué par la découverte d'un vaste disque aplati, de profil, de poussières et de gaz entourant l'étoile nouveau-né Bêta Pictoris. Il est apparu pour valider l'hypothèse du philosophe allemand Immanuel Kant, il y a 230 ans, que notre Système solaire est né lorsque les planètes se sont condensées à partir du matériel de la nébuleuse dans le plan d'un tel disque. (Ce modèle a été indépendamment proposé par le savant français Pierre-Simon Laplace en 1796).

 

Bien que près de deux douzaines disques de débris circumstellaires ont été vues par le télescope spatial Hubble à ce jour, Beta Pictoris est la premier et le meilleur exemple de à quoi ressemble un jeune système planétaire en formation. C'est parce qu'il peut être vu de profil, et qu'il s'agit du seul disque à ce jour où une planète a également été photographiée. Hubble a été utilisé pour étudier intensivement le disque pendant les deux dernières décennies et cette dernière photo - par rapport à ses précédentes observations - montre que les particules du disque semblent tourner en douceur autour de l'étoile comme un majestueux manège. Les télescopes terrestres ont trouvé un monde de la taille de Jupiter incorporé dans le disque en 2009, et les observations futures peuvent fournir plus d'objets planétaires.

 

Crédit : NASA, ESA, and D. Apai and G. Schneider (University of Arizona)

 

http://hubblesite.org/newscenter/archive/releases/2015/06/

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


19 Février 2015

Les collines de Mars cachent un passé glacial

 

Crédit : ESA/DLR/FU Berlin, CC BY-SA 3.0 IGO

 

Un réseau complexe de collines isolées, de crêtes et de petits bassins couvrant 1.400 km sur Mars semble cacher de grandes quantités d'eau et de glace.

 

Phlegra Montes s'étend de la région volcanique Elysium à environ 30°N et en profondeur dans les basses terres du nord à environ 50°N, et est un produit d'anciennes forces tectoniques. Son âge est estimé à 3,65-3,91 milliards d'années.

 

Pointe sud de Phlegra Montes - Crédit : ESA/DLR/FU Berlin, CC BY-SA 3.0 IGO

 

Mars Express de l'ESA a imagé la partie de Phlegra Montes vue ici le 08 Octobre 2014. Il capture l'extrémité sud de l'étendue centrée sur 31ºN / 160ºE.

 

Phlegra Montes dans son contexte - Crédit : NASA MGS MOLA Science Team

 

Sur la base des données radar de Mars Reconnaissance Orbiter de la NASA combinées avec des études de la géologie de la région d'autres orbiteurs, les scientifiques croient que de vastes glaciers recouvraient cette région il y a plusieurs centaines de millions d'années.

 

Et on pense que la glace est toujours là aujourd'hui, peut-être à seulement 20 m sous la surface.

 

L'inclinaison de l'axe polaire de la planète est soupçonné d'avoir varié considérablement au fil du temps, conduisant à modifier de manière significative les conditions climatiques. Cela a permis le développement de glaciers à ce que sont aujourd'hui les latitudes moyennes de Mars.

 

Topographie de la pointe sud de Phlegra Montes - Crédit : ESA/DLR/FU Berlin, CC BY-SA 3.0 IGO

 

Des caractéristiques visibles dans la chaîne de montagnes Phlegra Montes fournissant des preuves solides de l'activité glaciaire comprennent des tabliers de débris rocheux entourant un grand nombre de collines. Des caractéristiques similaires sont observées dans les régions glaciaires sur Terre, où le matériel a progressivement chuté plus bas grâce à la présence de glace sous la surface.

 

Des caractéristiques supplémentaires dans la région incluent de petites vallées coupant à travers les collines et apparaissant couler dans les régions de basse altitude, en particulier vers le centre de l'image.

 

Vue en perspective de Phlegra Montes - Crédit : ESA/DLR/FU Berlin, CC BY-SA 3.0 IGO

 

Le terrain bosselé offre un contraste distinct aux plaines lisses qui dominent la partie supérieure de cette image. Le matériel ici est considéré être d'origine volcanique, peut-être originaire du volcan Hecates Tholus dans Elysium à quelques 450 km à l'ouest, quelque temps après la formation de Phlegra Montes.

 

En regardant de plus près, des « crêtes de rides » peuvent être vues dans la plaine de lave. Ces caractéristiques résultent de la contraction et du refroidissement de la lave en raison de forces de compression tectoniques suite à son éruption à la surface.

 

La pointe sud de Phlegra Montes en 3D - Crédit : ESA/DLR/FU Berlin, CC BY-SA 3.0 IGO

 

Cette région de Phlegra Montes et de ses environs locales illustrent certains des principaux processus géologiques qui ont travaillé pour façonner la planète rouge au fil du temps, des forces tectoniques anciennes, à la glaciation et l'activité volcanique.

 

http://www.esa.int/Our_Activities/Space_Science/Mars_Express/Mars_hills_hide_icy_past

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


  

Le plus proche survol d'une étoile de notre Système solaire : la faible étoile a traversé le nuage d'Oort il y a 70.000 ans : Des astronomes des États-Unis, Europe, Chili et Afrique du Sud ont déterminé qu'il y a 70.000 ans une faible étoile récemment découverte est susceptible d'être passée à travers le nuage lointain de comètes du Système solaire, le nuage d'Oort. Aucune autre étoile n'est connue pour avoir jamais approché notre Système solaire d'aussi près -- cinq fois plus proche que l'actuelle étoile la plus proche, Proxima Centauri. Ils ont analysé la vitesse et la trajectoire d'un système stellaire de faible masse surnommé « étoile de Scholz. »

WISE 0720-0846 (de son nom complet de désignation WISE J072003.20-084651.2, également connu comme l'étoile de Scholz d'après son découvreur) est un système binaire à environ 17–23 années-lumière (5.1–7.2 parsecs) du Soleil dans la constellation australe de la Licorne (Monoceros) près du plan galactique. La primaire est une naine rouge avec une classification stellaire de M9±1 et a 86±2 fois la masse de Jupiter. Le secondaire est probablement une naine brune T5 avec 65±12 fois la masse de Jupiter. Le système a une masse solaire de 0,15. La paire orbite à une distance d'environ 0,8 unité astronomique (120 millions de kilomètres). Le système possède une magnitude apparente de 18.3 et son âge est estimé à 3 milliards d'années. On estime que le système WISE 0720-0846 est passé à environ 52.000 unités astronomiques (0,25 parsecs ; 0,82 années-lumière) du Soleil il y a environ 70.000 ans. Les comètes perturbées du nuage d'Oort mettraient à peu près 2 millions années pour arriver à l'intérieur du Système solaire. Au plus près l'étoile aurait eu une magnitude apparente d'environ 10,3. De telles approches étroites sont supposées se produire tous les 100.000 ans environ. L'étoile a été découverte pour être une étoile voisine par l'astronome Ralf-Dieter Scholz, annoncée sur arXiv en Novembre 2013, et a été surnommée l'étoile de Scholz.

 


18 Février 2015

L'étrange mystère de la naine manquante

 

Crédit : ESO/J. Girard

 

Le nouvel instrument SPHERE révèle sa puissance

 

L'instrument SPHERE qui, depuis peu, équipe le Très Grand Télescope de l'ESO, a été utilisé afin de détecter la présence supposée d'une naine brune en orbite autour de l'étrange système d'étoiles doubles V471 Tauri. SPHERE a offert aux astronomes l'image la mieux résolue à ce jour des environs de cet étonnant objet – pour autant, ils n'ont rien découvert. La surprenante absence de cette hypothétique naine brune questionne la validité de la théorie censée rendre compte de l'étrange comportement de V471 Tauri. Ce résultat inattendu fait l'objet d'une explication détaillée au sein du tout premier article scientifique rédigé sur la base des observations de SPHERE.

 

L'instrument SPHERE installé sur le VLT  - Crédit : ESO/J. Girard

 

Certaines paires d'étoiles sont constituées de deux étoiles normales dotées de masses sensiblement différentes. Lorsque l'étoile de masse légèrement supérieure vieillit et grossit au point de devenir une géante rouge, de la matière est transférée à l'autre étoile. Au fil du temps, cette matière forme une vaste enveloppe gazeuse qui enserre le système double. Puis le nuage se disperse, ce qui se traduit par le rapprochement des deux étoiles. Cette paire resserrée se compose dès lors d'une naine blanche et d'une étoile plus classique [1].

 

V471 Tauri constitue ce type de paire stellaire [2]. Il figure au sein de l'amas des Hyades dans la constellation du Taureau. Son âge est estimé à 600 millions d'années, et sa distance à la Terre avoisine les 163 années-lumière. Il est composé de deux étoiles situées à très grande proximité l'une de l'autre, dont la période de révolution est d'une douzaine d'heures. A deux reprises lors de chaque orbite, l'une des deux étoiles passe devant l'autre – ce type d'éclipse se traduit par des variations périodiques de luminosité du système observées depuis la Terre.

 

Une équipe d'astronomes conduite par Adam Hardy (Université de Valparaiso, Valparaiso, Chili), a dans un premier temps utilisé le système ULTRACAM installé sur le Télescope de Nouvelle Technologie (NTT pour New Technology Telescope) afin de mesurer, avec grande précision, ces variations de luminosité. Les instants auxquels se produisent les éclipses ont ainsi été déterminés avec une précision inférieure à deux secondes – ce qui constitue une réelle avancée comparé aux mesures antérieures.

 

Le fait que les éclipses ne se produisent pas à intervalles de temps réguliers pouvait fort bien s'expliquer par l'existence d'une naine brune à proximité de la paire d'étoiles – sa présence ayant pour effet de perturber gravitationnellement leurs orbites respectives. D'autres indices plaidaient également en faveur de l'existence d'un second objet de petite taille.

 

Jusqu'à présent, il s'était avéré impossible toutefois de capturer l'image d'une naine brune de faible luminosité à si grande proximité d'étoiles plus brillantes. Grâce à l'instrument SPHERE récemment installé sur le Très Grand Télescope de l'ESO, l'équipe a été en mesure d'observer, pour la toute première fois, cette région du ciel présumée occupée par la naine brune en question. Les images de SPHERE, dont la très haute résolution aurait pu permettre de facilement localiser cet objet [3], n'ont toutefois rien révélé.

 

“De nombreux articles suggèrent l'existence de tels objets circumbinaires, mais les résultats obtenus dans le cadre de notre étude mettent sérieusement en doute cette hypothèse”, note Adam Hardy.

 

L'absence d'un tel objet en orbite autour de ce système binaire étant avérée, quelle pourrait être la cause des étranges variations orbitales observées ? Plusieurs hypothèses ont été formulées, certaines d'entre elles ont d'ores et déjà été écartées. Reste la possibilité que ces perturbations résultent de variations du champ magnétique à l'intérieur de l'étoile la plus massive [4], semblables à celles, de moindre magnitude, observées dans le Soleil.

 

“Une étude telle que celle-ci a nécessité de nombreuses années de travail, mais son achèvement a requis l'arrivée d'instruments nouveaux et puissants tel que SPHERE. C'est ainsi que la science progresse : les observations effectuées au moyen de nouveaux outils, technologiquement plus aboutis, viennent confirmer, ou dans notre cas infirmer, les hypothèses jadis formulées. Il s'agit là d'un excellent moyen d'entamer la carrière observationnelle de ce formidable instrument” conclut Adam Hardy.

 

Notes

[1] De telles paires sont qualifiées de binaires à post enveloppe commune.

 

[2] Cette appellation découle du fait que cet objet constitue la 471ème étoile variable (ou paire d'étoiles, comme le montre l'analyse plus détaillée) identifiée au sein de la constellation du Taureau.

 

[3] Les images de SPHERE sont dotées d'une résolution si élevée qu'elles auraient immanquablement révélé l'existence d'un compagnon tel qu'une naine brune 70 000 fois moins brillante que l'étoile centrale et distante de seulement 0,26 secondes d'arc. Dans le cas présent, la naine brune supposée aurait été caractérisée par une brillance nettement plus élevée.

 

[4] Cet effet a été baptisé mécanisme Applegate (du nom de l'astrophysicien qui l'a décrit en 1992). Il se traduit par des variations régulières de la forme de l'étoile, qui peuvent produire des variations de la luminosité apparente de l'étoile double observée depuis la Terre.

 

Plus d'informations

Ce travail de recherche a fait l'objet d'un article intitulé “The First Science Results from SPHERE: Disproving the Predicted Brown Dwarf around V471 Tau” par A. Hardy et al., à paraître au sein de la revue Astrophysical Journal Letters le 18 février 2015.

 

L'équipe est composée de A. Hardy (Université Valparaíso, Valparaíso, Chili), M.R. Schreiber (Université Valparaíso), S.G. Parsons (Université Valparaíso), C. Caceres (Université Valparaíso), G. Retamales (Université Valparaíso), Z. Wahhaj (ESO, Santiago, Chili), D. Mawet (ESO, Santiago, Chili), H. Canovas (Université Valparaíso), L. Cieza (Université Diego Portales, Santiago, Chili; Université Valparaíso), T.R. Marsh (Université de Warwick, Coventry, Royaume-Uni), M.C.P. Bours (Université de Warwick), V.S. Dhillon (Université de Sheffield, Sheffield, Royaume-Uni) et A. Bayo (Université Valparaíso).

 

L'ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 16 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Brésil, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages. VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est le plus grand télescope conçu exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est l'un des partenaires majeurs d'ALMA, le plus grand projet astronomique en service. Et, sur le Cerro Armazones, à proximité de Paranal, l'ESO est en train de construire le télescope géant européen de 39 mètres, l'E-ELT, qui sera « l'œil le plus grand au monde tourné vers le ciel ».

 

Liens

- L'article scientifique

- Photos du VLT

 

Source : ESO http://www.eso.org/public/france/news/eso1506/

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


  

85 ans après la découverte de Pluton, New Horizons de la NASA aperçoit les petites lunes en orbite autour de Pluton : 85 ans exactement après la découverte historique de Pluton par Clyde Tombaugh, la sonde de la NASA prête à rencontrer la planète glacée cet été fournit ses premières vues des petites lunes en orbite autour de Pluton. Les lunes, Nix et Hydra sont visibles dans une série d'images prises par la sonde New Horizons du 27 Janvier au 08 février, à des distances allant d'environ 201 millions à 186 millions de kilomètres.

 

Les classiques explosions de nova sont les principales fabriques de lithium dans l'Univers : Une équipe d'astronomes du National Astronomical Observatory of Japan (NAOJ), de l'Osaka Kyoiku University, de la Nagoya University et de la Kyoto Sangyo University ont observé Nova Delphini 2013, qui a eu lieu le 14 Août 2013. En utilisant l'instrument High Dispersion Spectrograph (HDS) du télescope Subaru de 8,2 mètres pour observer cet objet, ils ont découvert que l'explosion produit une grande quantité de lithium.

 

La matière noire guide la croissance des trous noirs supermassifs : Une nouvelle étude de collections d'étoiles en forme de ballon de football appelées galaxies elliptiques fournit de nouvelles connaissances sur le lien entre une galaxie et son trou noir. Elle constate que la main invisible de la matière noire influence en quelque sorte la croissance de trou noir.

 

Cérès : Une pente raide et un cratère avec un système de rayons : De nouvelles images de la planète naine montrent une gamme impressionnante de différentes structures de surface. Seulement environ 55.000 kilomètres séparent encore la sonde spatiale Dawn de la NASA de sa cible, la planète naine Cérès. Les images récentes obtenues le 12 Février 2015, à une distance d'environ 80.000 kilomètres affichent maintenant pour la première fois un côté de la planète naine que Dawn n'avait pas encore imagé.

 

Une nouvelle façon de voir Titan:  la « dépoussiérer » : Pendant 10 ans de découverte, la sonde Cassini de la NASA a levé le voile brumeux qui obscurcit la surface de Titan, la plus grande lune de Saturne. L'instrument radar de Cassini a cartographié près de la moitié de la surface de la lune géante, révélé de vastes et désertiques étendues de dunes de sable. et sondé les profondeurs des mers d'hydrocarbures extensibles. Ce qui pourrait rendre cette générosité scientifique encore plus étonnante ? Eh bien, que se passerait-il si les images radar pouvaient encore mieux regarder ?

 

G299.2-2.9:  L'étoile explosée fleurit comme une fleur cosmique : Parce que les champs de débris d'étoiles éclatées, connus comme les restes de supernova, sont très chauds, énergiques et brillent dans la lumière de rayons X, l'Observatoire à rayons X Chandra de la NASA s'est avéré être un outil précieux pour les étudier. Le reste de supernova appelé G299.2-2.9 (ou G299 pour faire court) est situé au sein de notre Voie lactée, mais la nouvelle image de Chandra de celui-ci rappelle une belle fleur ici sur Terre.

 

Pourquoi les galaxie à sursaut de formation d'étoiles (en anglais, galaxie starburst), « éclatent » ? ALMA voit des pépinières de super étoiles au cœur de la galaxie du Sculpteur
Les galaxies à sursaut transmutent le gaz en nouvelles étoiles à un rythme vertigineux - jusqu'à 1.000 fois plus rapide que des galaxies spirales typiques comme la Voie lactée. Pour aider à comprendre pourquoi certaines galaxies « éclatent », alors que d'autres ne le font pas, une équipe internationale d'astronomes a utilisé l'Atacama Large Millimeter/submillimeter Array (ALMA) pour disséquer un amas de nuages de formation d'étoiles au cœur de NGC 253, l'une des galaxies à sursaut les plus proches de la Voie lactée.

 


17 Février 2015

Comètes P/2015 A3 (PANSTARRS), C/2015 B1 (PANSTARRS), C/2015 B2 (PANSTARRS), P/2015 C1 (TOTAS-Gibbs)

 

Nouvelles du Ciel

 

P/2015 A3 (PANSTARRS)

Un objet ayant l'apparence d'un astéroïde découvert le 08 Janvier 2015, et observé à nouveau le 10 Janvier, par les membres de l'équipe du programme de recherche Pan-STARRS (Panoramic Survey Telescope & Rapid Response System), ainsi que par J. V. Scotti, A. F. Tubbiolo (LPL/Spacewatch II) le 11 Janvier, a révélé sa nature cométaire lors d'observations de confirmation effectuées le 18 Janvier avec le télescope Canada-France-Hawaii de 3,6m de Mauna Kea.

 

Les éléments orbitaux de la comète P/2015 A3 (PANSTARRS) indiquent un passage au périhélie le 22 Février 2015 à une distance d'environ 1,1 UA du Soleil, et une orbite rétrograde avec une période d'environ 22,0 ans pour cette comète de type Halley (20 ans < P < 200 ans).

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K15/K15BD4.html (MPEC 2015-B134)

http://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=P%2F2015%20A3;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


C/2015 B1 (PANSTARRS)

Les membres de l'équipe du programme de recherche Pan-STARRS (Panoramic Survey Telescope & Rapid Response System) ont découvert une nouvelle comète sur les images obtenues le 29 Janvier 2015 avec le télescope Ritchey-Chretien de 1.8m. Après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center, il est apparu que l'objet était similaire à un objet détecté les 19 et 21 Janvier 2015 par l'équipe de Pan-STARRS.

 

Les éléments orbitaux préliminaires de la comète C/2015 B1 (PANSTARRS) indiquent un passage au périhélie le 25 Septembre 2016 à une distance d'environ 3,7 UA du Soleil.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K15/K15C12.html (MPEC 2015-C12)

 

Les observations supplémentaires indiquent un passage au périhélie le 20 Septembre 2016 à une distance d'environ 5,9 UA du Soleil, et une période d'environ 30,0 ans.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K15/K15H37.html (MPEC 2015-H37)

http://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2015%20B1;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


C/2015 B2 (PANSTARRS)

Une nouvelle comète a été découverte par les membres de l'équipe du programme de recherche Pan-STARRS (Panoramic Survey Telescope & Rapid Response System) sur les images obtenues le 29 Janvier 2015 avec le télescope Ritchey-Chretien de 1.8m. Après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center, la nature cométaire de l'objet a été confirmée grâce aux observations de H. Sato (via iTelescope Observatory, Siding Spring), T. Lister (Sutherland-LCOGT B), A. Maury et J.-F. Soulier (CAO, San Pedro de Atacama), T. Linder et R. Holmes (Cerro Tololo), T. H. Bressi et R. A. Mastaler (LPL/Spacewatch II), P. Dupouy et J. B. de Vanssay (Observatoire de Dax), W. H. Ryan (Magdalena Ridge Observatory, Socorro), R. Melia et C. Colazo (Cordoba-Bosque Alegre). Il est apparu également que l'objet était similaire à un objet détecté les 06 Janvier 2015 par l'équipe de Pan-STARRS.

 

Les éléments orbitaux préliminaires de la comète C/2015 B2 (PANSTARRS) indiquent un passage au périhélie le 06 Mai 2016 à une distance d'environ 3,3 UA du Soleil.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K15/K15C71.html (MPEC 2015-C71)

http://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2015%20B2;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


P/2015 C1 (TOTAS-Gibbs)

Une nouvelle comète a été découverte sur les images obtenues les 11 et 12 Février 2015 avec le télescope de 1.0-m f/4.4 de l'ESA Optical Ground Station, Tenerife, dans le cadre du Teide Observatory Tenerife Asteroid Survey (TOTAS), et indépendament sur les images CCD obtenues le 13 Février par A. R. Gibbs avec le télescope de 1.5-m dans le cadre du Mt. Lemmon Survey. Après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center, la nature cométaire de l'objet a été confirmée grâce aux observations de H. B. Zhao, B. Li, G. Zhaori, R. Q. Hong et L. F. Hu (Purple Mountain Observatory, XuYi Station), N. Mishevskiy (Ananjev), L. Hudin (ROASTERR-1 Observatory, Cluj-Napoca), J. Ticha, M. Tichy et M. Kocer (Klet Observatory-KLENOT), P. Dupouy et J. B. de Vanssay (Observatoire de Dax), B. Lutkenhoner (via Slooh.com Chile Observatory, La Dehesa), H. Sato (via iTelescope Observatory, Mayhill), W. H. Ryan (Magdalena Ridge Observatory, Socorro), R. Ligustri (via iTelescope Observatory, Siding Spring), S. M. Tilley (via iTelescope Observatory, Siding Spring), A. Diepvens (Olmen), K. Sarneczky (University of Szeged, Piszkesteto Stn. (Konkoly)), H. Bill (Siegen), B. Stecklum (Karl Schwarzschild Observatory, Tautenburg), F. Losse (St Pardon de Conques), P. Lindner (Hoyerswerda), D. Caporicci, E. Pettarin et F. Piani (Farra d'Isonzo). Des images antérieures à la découverte, datant des 23 et 25 Janvier 2015 obtenues par l'équipe de Pan-STARRS 1, ont été identifiées.

 

Les éléments orbitaux de la comète P/2015 C1 (TOTAS-Gibbs) indiquent qu'il s'agit d'une comète de la famille de Jupiter avec un passage au périhélie le 01 Mai 2015 à une distance d'environ 2,9 UA du Soleil, et une période d'environ 17 ans.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K15/K15D07.html (MPEC 2015-D07)

http://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=P%2F2015%20C1;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


 

Date des PASSAGES au PERIHELIE des COMETES Date, Périodes de révolution, Distance au Soleil 

COMETES - Magnitudes prévues pour les prochains mois

Liste des comètes potentiellement observables - éléments orbitaux

 

Lost - Les Disparues... ou les comètes périodiques non revues.

 

Les différentes familles de comètes

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


  

Les futurs véhicules d'exploration spatiale bénéficieront du riche héritage laissé par l'ATV : Le cinquième véhicule ravitailleur automatique de l'ESA vient de terminer ce jour sa mission à destination de la Station spatiale internationale (ISS) : il s'est consumé en rentrant en toute sécurité dans l'atmosphère au-dessus d'une zone inhabitée du Pacifique sud. L'achèvement de cette mission, qui a eu lieu comme prévu à 18h30 TU (19h30 heure de Paris) marque la fin du programme de Véhicule de transfert automatique (ATV). Ce dernier a permis de desservir la Station grâce aux véhicules spatiaux les plus complexes jamais réalisés en Europe, lors de cinq vols dont le premier a eu lieu en 2008. 

 

De mystérieux panaches de Mars déconcertent les astronomes : Des panaches vus arrivant haut au-dessus de la surface de Mars sont à l'origine un émoi parmi les scientifiques qui étudient l'atmosphère de la planète rouge. À deux reprises en Mars et Avril 2012, des astronomes amateurs ont signalé de nettes caractéristiques comme des panaches en développement sur la planète. Les panaches ont été vus s'élevant à plus de 250 km d'altitude au-dessus de la même région de Mars à deux reprises. En comparaison, des caractéristiques similaires observées dans le passé n'avaient pas dépassé 100 km.

 

Rosetta - spécial survol : Samedi 14 Février 2015, Rosetta passait à moins de seulement 6 km de la surface de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko dans le premier survol proche dédié de la mission. L'approche s'est déroulée à 12h41 UT au-dessus de la région de Imhotep sur le grand lobe de la comète.

 


  

Des étoiles jumelles dépareillées repérées dans la salle d'accouchement : La plupart des étoiles de notre galaxie vont par paires. En particulier, les étoiles les plus massives ont habituellement un compagnon. Ces jumeaux ont tendance à être des partenaires un peu égaux quand il s'agit de la masse - mais pas toujours. Dans une quête pour trouver des paires d'étoiles dépareillées dite binaires extrêmes en rapport de masse, les astronomes ont découvert une nouvelle classe d'étoiles binaires. Une étoile est entièrement formée, tandis que l'autre est encore à ses balbutiements.

 

Le VLA trouve une inattendue « tempête » au cœur de la galaxie : Des astronomes utilisant le Very Large Array (VLA) de la National Science Foundation ont trouvé une activité étonnamment énergique dans ce qu'ils ont par ailleurs considéré comme une galaxie « ennuyeuse », et leur découverte donne un aperçu important sur la façon dont les trous noirs supermassifs peuvent avoir un effet catastrophique sur les galaxies dans lequel ils résident.

 

Souriez et l'Univers sourit avec vous : Un amas de galaxies d'aspect optimiste semble nous sourire dans une image nouvellement publiée du télescope spatial Hubble. L'amas - désigné SDSS J1038+4849 - semble avoir deux yeux et un nez dans le cadre d'un visage heureux.

 

Des astronomes capturent un système de plusieurs étoiles dans les premières étapes de la formation : Pour la première fois, des astronomes ont capturé un système stellaire multiple dans les premiers stades de sa formation, et leurs observations directes de ce processus appuient fortement une des plusieurs voies proposées pour produire de tels systèmes. Les scientifiques ont étudié un nuage de gaz à environ 800 années-lumière de la Terre, se focalisant sur un noyau de gaz qui contient une jeune proto-étoile et trois condensations denses qui, disent-ils, s'effondreront en étoiles dans la période astronomiquement courte de 40.000 ans. Parmi les quatre éventuelles étoiles, les astronomes prédisent que trois peuvent devenir un système stellaire triple stable. Les scientifiques ont utilisé le VLA et le GBT, ainsi que le James Clerk Maxwell Telescope (JCMT) à Hawaï, pour étudier un noyau dense de gaz appelé Barnard 5 (B5) dans une région où de jeunes étoiles se forment dans la constellation de Persée. Cet objet était connu pour contenir une jeune formation d'étoiles.

 


12 Février 2015

La longévité des galaxies spirales à deux barres enfin expliquée grâce à la simulation numérique

 

© Hervé Wozniak (Université de Strasbourg/CNRS)

 

Un astronome de l'Observatoire astronomique de Strasbourg (CNRS/Université de Strasbourg), vient de réaliser les premières simulations numériques de galaxies spirales possédant deux barres imbriquées de façon quasi-permanente. La compréhension de la très grande longévité de cette structure double résistait aux simulations qui ne prennent en compte que les effets de la gravitation sur les étoiles ainsi que le gaz. Jusqu'à présent dans ces simulations, la barre nucléaire se dissolvait au bout de quelques dizaines de millions d'années, ce qui n'est pas compatible avec la fréquence à laquelle elles sont observées. La prise en compte du phénomène de formation stellaire permet de réconcilier les prédictions des simulations avec les observations.

Les galaxies barrées représentent plus de 75% des galaxies à disque dans l'Univers. Plus d'un tiers d'entre elles possèdent une seconde barre, plus petite, appelée barre nucléaire, qui s'imbrique à la façon des poupées russes et qui tourne plus vite que la grande barre principale. Cette barre stellaire nucléaire est soupçonnée d'accélérer la concentration en gaz du milieu interstellaire dans les régions qui entourent le trou noir galactique central.

La grande fréquence d'observation de ce phénomène indique une grande longévité. Or depuis les années 90, si des simulations numériques avaient permis d'expliquer la formation de ces emboîtements de barres, elles ne parvenaient pas à rendre compte de leur stabilité sur plusieurs milliards d'années. En effet, l'accumulation de gaz dans le noyau d'une galaxie provoque, dans les simulations, la dissolution de la barre nucléaire en quelques dizaines ou centaines de millions d'années, voire même la dissolution de la barre à grande échelle. Depuis, seule une poignée de simulations contenant exclusivement des étoiles avaient réussies à maintenir le système double suffisamment longtemps.

 

Un instant d'une simulation montrant les deux barres. Les contours en gris représentent le gaz qui s'accumule dans un anneau circumnucléaire et le long de la barre nucléaire.

© Hervé Wozniak (Université de Strasbourg/CNRS)

 

Exemple d'une galaxie à double-barres nommée GOODS J033230.93-273923.7, découverte avec la caméra ACS du Hubble Space Telescope. C'est la galaxie de ce type la plus éloignée connue, à une distance de 2,3 milliards d'années-lumières. http://x-astro.net/research_S2B.html

© Thorsten Lisker (Université de Basel), Victor P. Debattista (Université de Washington), Ignacio Ferreras (KCL), Peter Erwin (MPE), STScI

 

Depuis ces phénomènes sont étudiés à l'aide de simulations numériques plus réalistes qui couplent les effets de la gravitation, de l'évolution chimique et de la formation stellaire. Ces simulations modélisent, à l'aide de « particules », la dynamique des étoiles mais aussi celle du gaz du milieu interstellaire et, en fonction de critères standards sur les propriétés du gaz, simulent le déclenchement de la formation de nouvelles particules qui représentent les nouvelles générations d'étoiles. Ces simulations, gourmandes en temps de calcul, nécessitent le plus souvent le recours à des supercalculateurs.

Un astronome de l'Observatoire astronomique de Strasbourg (Université de Strasbourg et CNRS) vient de comprendre les mécanismes à l'œuvre pour former et maintenir sur le long terme des barres imbriquées à l'aide de simulations numériques qu'il a développées. Ces simulations ont été partiellement réalisées sur le tout récent supercalculateur équipant l'Université de Strasbourg, financé par l'Equipex Equip@Meso [1].

Une des clés de la longévité des doubles-barres est en fait la formation stellaire. Celle-ci a pour effet de transformer en étoiles le gaz qui s'accumule vers le noyau. La concentration de gaz dans le noyau étant plus faible, l'effet destructeur sur la barre nucléaire est amoindri. De plus ces nouvelles étoiles viennent accroître la masse de la barre nucléaire. L'étude suggère également que les deux barres tournent à des vitesses tellement différentes qu'elles ne se perturbent pas l'une l'autre via le mécanisme physique de résonance.

 

Le vert représente le gaz, les couleurs allant du bleu foncé ou rouge les étoiles tandis que les régions bleues ciel

sont les régions où le gaz se transforme en étoiles. © Hervé Wozniak (Université de Strasbourg/CNRS)

 

Note(s) :

[1] L'objectif du projet Equip@Meso est de développer les équipements et les interactions au sein des centres de calcul régionaux. Il a été retenu dans le cadre des appels à projet Equipex 2010, avec une enveloppe globale de 10,5 millions d'euros sur la période 2011-2019. C'est l'un des douze projets de plus de 10 millions d'euros retenus dans ce cadre.

 

Source :  

- How can double-barred galaxies be long-lived ?, H. Wozniak, Astronomy & Astrophysics, 2014

 

Source : Actualités du CNRS-INSU http://www.insu.cnrs.fr/node/5116

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


  

Deep Space Climate Observatory : Depuis des années, les météorologues de l'espace sont inquiétés par le vieillissement de la sonde ACE, qui fournit des alertes précoces des éjections de masse coronale et autres tempêtes solaires sur Terre. Lancé en 1997, ACE pourrait s'arrêter à tout moment, nous laissant aveugle sur l'arrivée des tempêtes. Le 11 février 2015, la NASA, la NOAA et l'US Air Force ont lancé un remplaçant -- le Deep Space Climate Observatory (DSCOVR) : DSCOVR a été lancé à 23h03 UTC à bord une fusée SpaceX Falcon 9 de l'armée de l'Air depuis Cap Canaveral en Floride. Le vaisseau spatial est maintenant en route vers le point L1 où il suivra le vent solaire à 1,6 million de kilomètres en amont de la Terre. Après l'activation réussie du satellite et les vérifications 150 jours environ après son lancement, DSCOVR remplacera ACE en tant que notre système d'alerte principal pour les tempêtes magnétiques solaires. Outre la surveillance du vent solaire, DSCOVR regardera également vers la Terre. La caméra EPIC de l'engin spatial possède dix filtres pour photographier notre planète aux longueurs d'onde allant de l'ultraviolet à la lumière visible. Les images en couleurs réelles du plein Soleil faisant face à la Terre seront accessibles au public environ 24 heures après qu'elles soient prises. Les premières images seront postées environ six mois après le lancement. Les observations de EPIC serviront à mesurer l'ozone et les aérosols, la hauteur des nuages, les propriétés de végétation et la réflectivité en ultraviolet de Terre. Un autre instrument à bord, appelé NISTAR, mesure l'énergie solaire réfléchie par la surface éclairée de Terre. Cela permettra aux scientifiques du climat de suivre les changements dans le bilan radiatif de la Terre causés par les activités humaines et les phénomènes naturels.

 


  

Réussite de la première mission de l'avion spatial expérimental de l'ESA : Le Véhicule expérimental intermédiaire (IXV) de l'ESA, conçu pour doter l'Europe d'une capacité de rentrée autonome qui préfigure un futur système de transport spatial réutilisable, a parfaitement réussi sa mission de vol suborbital : il vient d'effectuer sa rentrée dans l'atmosphère avant d'amerrir dans l'océan Pacifique, à l'ouest des îles Galapagos.

 


  

Rosetta : Le sud de la comète se réchauffe : Le côté sud de la comète de Rosetta va changer radicalement au cours des prochains mois. Sous l'influence du Soleil, il peut perdre une couche de surface de plusieurs mètres. Les hémisphères nord et sud de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko de Rosetta subissent l'érosion du Soleil à des degrés très divers. Ceci est le résultat d'une analyse récente effectuée par l'équipe OSIRIS de Rosetta. Basé sur les données acquises par le système d'imagerie scientifique OSIRIS, les scientifiques ont utilisé un modèle thermique pour estimer la quantité de matériel que les deux hémisphères perdent pendant une orbite lorsque la glace se sublime de la surface de la comète transportant des grains de poussière avec elle. Alors que l'hémisphère sud peut être largement remodelé en perdant une couche de plusieurs mètres, l'hémisphère nord sera beaucoup moins affecté. Depuis l'arrivée de Rosetta, l'hémisphère sud de la comète tournait le dos au Soleil. À partir de mai, il sera illuminé de nouveau. Les scientifiques s'attendent à voir des changements spectaculaires alors.

 


09 Février 2015

Un partenariat stellaire voué à la catastrophe

 

Crédit : ESO/L. Calçada

 

Découverte d'une paire d'étoiles sur le point de fusionner et de donner lieu à une supernova

 

Des astronomes viennent d'identifier, au moyen d'équipements de l'ESO et de télescopes installés sur les Iles Canaries, deux étoiles étonnamment massives au cœur de la nébuleuse planétaire Henize 2-428. Parce qu'elles orbitent l'une autour de l'autre, les deux étoiles devraient progressivement se rapprocher l'une de l'autre au point de fusionner, d'ici quelque 700 millions d'années, puis donner lieu à une vaste explosion en supernova. Les résultats de cette étude paraîtront au sein de l'édition en ligne de la revue Nature le 9 février 2015.

 

Vue d'artiste de deux naines blanches vouées à fusionner et à créer une supernova de type Ia

Crédit : ESO/L. Calçada

 

L'équipe d'astronomes, dirigée par M. Santander-García (Observatoire Astronomique National,  Alcalá de Henares, Espagne ; Institut des Sciences des Matériaux de Madrid (CSIC), Madrid, Espagne), a découvert une paire d'étoiles de type naine blanche – des restes d'étoiles très denses, de petites dimensions – voisines l'une de l'autre et dont la masse totale avoisine 1,8 masse solaire. Il s'agit de la paire d'étoiles la plus massive découverte à ce jour [1], dont la fusion prochaine se traduira par une explosion thermonucléaire non contrôlée et donnera lieu à une supernova de type Ia [2].

 

L'équipe à l'origine de cette découverte tentait de résoudre une énigme bien différente. Elle essayait de comprendre le processus de création, par des étoiles âgées, de nébuleuses aux formes si étranges et asymétriques. La nébuleuse planétaire [3] Henize 2-428 constituait l'un de leurs objets d'étude.

 

“Lorsque nous avons observé l'étoile centrale de cet objet au moyen du Très Grand Télescope de l'ESO, nous avons découvert non pas une, mais deux étoiles au cœur de ce nuage lumineux étrangement asymétrique », révèle l'un des co-auteurs de cette étude, Henri Boffin de l'ESO.

 

Cette découverte accrédite l'hypothèse selon laquelle l'existence d'un système central d'étoiles doubles serait à l'origine des formes étranges qu'arborent certaines de ces nébuleuses. Toutefois, un résultat bien plus intéressant encore était à venir.

 

“D'autres observations, effectuées au moyen de télescopes installés dans les Iles Canaries, nous ont permis de déterminer les orbites des deux étoiles, d'en déduire leurs masses respectives ainsi que la distance les séparant. Et là, grosse surprise !“ nous confie Romano Corradi, autre co-auteur de l'étude et chercheur à l'Institut d'Astrophysique des Canaries (Tenerife, IAC).

 

Il est apparu que chacune des deux étoiles est dotée d'une masse légèrement inférieure à celle du Soleil et que leur période orbitale avoisine les quatre heures. Elles sont si proches l'une de l'autre qu'en vertu de la théorie de la relativité générale d'Einstein, elles continueront de se rapprocher, spiralant sous l'effet de l'émission d'ondes gravitationnelles, puis fusionneront en une seule et même étoile d'ici 700 millions d'années.

 

L'étoile résultante sera si massive que rien ne pourra s'opposer à son effondrement gravitationnel ni, par la suite, à son explosion, sous la forme d'une supernova. “Jusqu'à présent, la formation d'une supernova de type Ia consécutive à la fusion de deux naines blanches constituait un scénario purement théorique”, explique David Jones, co-auteur de l'article et boursier de l'ESO à l'époque de l'obtention de ces données. “La paire d'étoiles située au cœur de Henize 2-428 constitue bel et bien une réalité !”

 

“Ce système est pour le moins énigmatique” conclut Santander. “Sa découverte aura des répercussions importantes sur l'étude des supernovae de type Ia, largement utilisées à des fins de mesure des distances astronomiques, et intimement liées à la découverte de l'accélération de l'expansion de l'Univers sous l'effet de l'énergie noire”.

 

Notes

[1] La limite de Chandrasekar constitue la masse limite supérieure d'une naine blanche, au-delà de laquelle elle s'effondre sous son propre poids. Sa valeur est voisine d'1,4 masse solaire.

 

[2] Une supernova de type Ia se produit lorsqu'une naine blanche acquiert de la matière supplémentaire – suite à l'accrétion d'un compagnon stellaire ou à la fusion avec une autre naine blanche. Lorsque sa masse dépasse la limite de Chandrasekar, l'étoile commence à se contracter. Sa température augmente et des réactions nucléaires en chaîne se produisent, conduisant à l'explosion de l'étoile, à sa fragmentation en de multiples morceaux.

 

[3] Les nébuleuses planétaires n'ont rien à voir avec les planètes. Leur appellation tire son origine du XVIIIème siècle, époque à laquelle l'observation de certains de ces objets au travers de petits télescopes révéla leur forme arrondie, semblable à celle des disques de planètes lointaines.

 

Plus d'informations

Cette étude a fait l'objet d'un article intitulé “The double-degenerate, super-Chandrasekhar nucleus of the planetary nebula Henize 2-428” par M. Santander-García et al., à paraître dans l'édition en ligne de la revue Nature le 9 février 2015.

 

L'équipe est composée de M. Santander-García (Observatoire Astronomique National, Alcalá de Henares, Espagne; Institut des Sciences des Matériaux de Madrid (CSIC), Madrid, Espagne), P. Rodríguez-Gil (Institut d'Astrophysique des Canaries, La Laguna, Tenerife, Espagne [IAC]; Université de La Laguna, Tenerife, Espagne), R. L. M. Corradi (IAC; Université de La Laguna), D. Jones (IAC; Université de La Laguna), B. Miszalski (Observatoire Astronomique d'Afrique du Sud, Observatoire, Afrique du Sud [SAAO]), H. M. J. Boffin (ESO, Santiago, Chili), M. M. Rubio-Díez (Centre d'Astrobiologíe, CSIC-INTA, Torrejón de Ardoz, Espagne) et M. M. Kotze (SAAO).

 

L'ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 16 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Brésil, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages. VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est le plus grand télescope conçu exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est l'un des partenaires majeurs d'ALMA, le plus grand projet astronomique en service. Et, sur le Cerro Armazones, à proximité de Paranal, l'ESO est en train de construire le télescope géant européen de 39 mètres, l'E-ELT, qui sera « l'œil le plus grand au monde tourné vers le ciel ».

 

Liens

- L'article scientifique paru dans Nature

- Photos du VLT

 

Source : ESO http://www.eso.org/public/france/news/eso1505/

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


  

Curiosity de la NASA analysant un échantillon de montagne martienne : Le second morceau d'une montagne martienne pris par le rover Curiosity de la NASA fait allusion aux effets de l'eau il y a longtemps qui était plus acide que démontré dans un avant-goût du rover du mont Sharp, un enregistrement de roche feuilletée des environnements martiens anciens.

 

Temps à prendre dans l'Univers : Les événements astrophysiques importants dans notre Voie lactée, comme des explosions cosmiques, peuvent être corrélés chronologiquement à l'aide d'isotopes radioactifs. Les scientifiques de l'Université de Vienne, de la Technical University of Vienna, de l'Australian National University (ANU) et de l'Institut Paul-Scherrer en Suisse sont parvenus à déterminer exactement la demi-vie de l'isotope radioactif du fer-60. Il s'agit de la base pour une horloge astronomique précise pour mesurer des périodes de temps dans l'Univers.

 


06 Février 2015

Planck dévoile le côté dynamique de l'Univers

 

Crédits : ESA - collaboration Planck/E. Hivon/CNRS

 

La collaboration Planck, qui implique notamment le CNRS, le CEA, le CNES et plusieurs universités et établissements français, révèle à partir d'aujourd'hui des données issues des quatre années d'observation du satellite Planck de l'Agence spatiale européenne (ESA). La mission Planck est dédiée à l'étude du rayonnement fossile, l'écho lumineux du Big-Bang. Les mesures, faites dans neuf bandes de fréquence, permettent de construire des cartes de la température du ciel mais aussi de sa polarisation [1], qui nous donne des informations supplémentaires à la fois sur l'Univers très jeune (âgé de 380 000 ans) et sur le champ magnétique de notre Galaxie. Ces données et les articles associés sont soumis à la revue Astronomy & Astrophysics et sont disponibles sur le site web de l'ESA [2]. Des informations qui permettront notamment de mieux déterminer le contenu en matière et en énergie de l'Univers, l'époque de la naissance des premières étoiles ainsi que le taux actuel d'expansion de l'espace.

 

>> Le communiqué sur la page presse du CNRS <<

 

De 2009 à 2013, le satellite Planck de l'ESA a observé le rayonnement fossile, la plus ancienne image de l'Univers. L'héritage légué par ce projet inclut de très nombreuses données uniques et essentielles pour plusieurs domaines de l'astrophysique. Citons entre autres la carte de l'émission polarisée de la poussière interstellaire ainsi qu'un catalogue de 13188 nuages denses et froids de notre Galaxie et de 1653 amas de galaxies détectés par leur interaction avec le rayonnement fossile, mais aussi des informations sur la façon dont la matière s'est peu à peu concentrée lors des dix derniers milliards d'années et, enfin et surtout, la carte de ce rayonnement fossile sur tout le ciel. Cet outil permet aux chercheurs de visualiser la distribution de matière 380 000 ans après le Big Bang. Grâce à ces données, nos connaissances sur l'Univers jeune deviennent dynamiques et permettent d'explorer tous les rouages du modèle cosmologique.

 

Crédits : ESA - collaboration Planck/E. Hivon/CNRS

 

Le rayonnement fossile

Sur la carte ci-dessus, les couleurs indiquent les écarts de la température du rayonnement fossile par rapport à sa valeur moyenne. Les zones bleues, plus froides, et les zones rouges, plus chaudes, témoignent des variations dans la densité de la matière tôt dans l'histoire de l'Univers. La direction et l'intensité de la polarisation apparaissent en filigrane sur la carte de température. Elles forment une empreinte qui témoigne des mouvements de matière qui chute vers les régions les plus denses et fuit les régions moins denses. Ces structures s'observent à différentes échelles sur le ciel.

 

Ces nouvelles données ont permis de déterminer de façon précise le contenu matériel de l'Univers :
•    4,9% de son énergie aujourd'hui est composé de matière ordinaire,
•    25,9% de matière noire, dont la nature reste inconnue,
•    69,2% d'une autre forme d'énergie, distincte de la matière noire et dont la nature précise est plus mystérieuse.

 

On sait également mieux déterminer l'époque de la naissance des premières étoiles, qui est désormais estimé aux alentours de 550 millions d'années après le Big Bang. Enfin, grâce à ces données d'une très grande précision, les chercheurs ont pu évaluer le taux actuel d'expansion de l'espace, ce qui conduit à estimer l'âge de l'Univers à 13,77 milliards d'années.

 

Mais ce qui a considérablement augmenté avec les données relatives à la polarisation du rayonnement fossile, c'est la capacité des cosmologistes à tester un certain nombre d'hypothèses qu'ils font sur l'Univers, que ce soit en rapport avec les lois physiques qui le régissent ou les propriétés de ses constituants (neutrinos et matière noire par exemple [3]). Le nouveau catalogue d'amas de galaxies a en outre permis d'affiner les paramètres cosmologiques régissant la formation des structures dans l'Univers, comme la masse des neutrinos et l'époque de réionisation [4]. Aujourd'hui, ces données fournissent aux chercheurs du monde entier une base particulièrement solide pour explorer les époques les plus anciennes proches du Big Bang. En particulier, le phénomène appelé inflation cosmique qui, vraisemblablement, a transformé l'Univers initialement peut-être très chaotique en un milieu relativement homogène mais parsemé de minuscules fluctuations de densité qui permettront plus tard aux galaxies de se former.

 

Le regard de Planck sur le magnétisme de notre galaxie

 

Images de la polarisation de la poussière interstellaire (gauche) et de l'émission synchrotron (droite). Les couleurs indiquent l'intensité de l'émission. La texture de l'image reflète la polarisation de l'émission. Là où elle est régulière, elle montre l'orientation du champ magnétique. Ailleurs l'information représentée sur l'image est plus complexe à analyser. Les motifs irréguliers sont associés à des changements de la direction du champ magnétique.

Crédits : ESA/collaboration Planck/M.-A. Miville-Deschênes/CNRS

 

L'espace interstellaire de notre Galaxie n'est pas vide. Il contient du gaz et de minuscules grains de poussière : la matière dont notre Galaxie dispose pour former de nouvelles étoiles et leurs planètes. La poussière interstellaire rayonne aux longueurs d'onde d'observation du satellite Planck. Comme la Terre ou le Soleil, l'espace interstellaire est parcouru par un champ magnétique. La force magnétique tend à aligner les grains, ce qui polarise leur rayonnement. Planck a mesuré pour la première fois cette polarisation sur l'ensemble du ciel.

 

La découverte du magnétisme de notre Galaxie est liée à celle des rayons cosmiques. Sans le champ magnétique, ces particules, accélérées par les supernovæ à des vitesses proches de la vitesse de la lumière, quitteraient rapidement la Galaxie. La force magnétique les retient. Le champ magnétique est lui tenu par la matière interstellaire. La matière, le champ magnétique et les rayons cosmiques constituent un ensemble dynamique : ils agissent en interaction les uns avec les autres. L'importance du champ magnétique dans ce trio est avérée depuis longtemps, mais les observations dont nous disposons pour l'étudier sont encore trop fragmentaires. Les astrophysiciens cherchent depuis longtemps à comprendre comment la gravité se joue du champ magnétique pour initier la formation des étoiles.

 

La mission Planck révèle aujourd'hui deux cartes inédites de la polarisation du ciel : une de l'émission synchrotron [5] des électrons du rayonnement cosmique et une de l'émission de la poussière interstellaire. Les données révèlent la structure du champ magnétique Galactique avec des détails sans précédent. La polarisation de l'émission synchrotron, comme celle de la poussière, indique la direction du champ magnétique. L'interprétation des observations est complexe car nous n'avons accès qu'à une projection d'une structure qui par essence est en trois dimensions. Les données doivent être confrontées à des modèles et des simulations numériques pour comprendre l'interaction entre matière et champ magnétique. Ce travail a déjà commencé au sein du consortium Planck mais il reste beaucoup à faire tant les données sont denses en information.

 

Note(s) :

[1] La polarisation est une propriété de la lumière au même titre que la couleur ou que la direction de propagation. Cette propriété est invisible pour l'œil humain mais elle nous est familière (lunettes de soleil aux verres polarisés, lunettes 3D au cinéma, par exemple). Un faisceau lumineux qui se propage est en fait la résultante de minuscules vibrations d'un champ électrique et d'un champ magnétique. Si le champ électrique oscille préférentiellement dans une direction donnée, alors la lumière est polarisée. Certains phénomènes physiques produisent naturellement de la lumière polarisée, c'est le cas dans le rayonnement fossile. La mesure de la polarisation est faite par les deux instruments à bord du satellite dans ses sept canaux de 30 à 353 GHz. L'information est actuellement disponible dans quatre de ces sept canaux : dans les trois bandes de l'instrument basse fréquence et dans le canal à 353 GHz de l'instrument haute fréquence.

 

[2] Les résultats sont disponibles à cette adresse : http://www.cosmos.esa.int/web/planck/publications

 

[3] Voir la nouvelle INSU du 01/12/2014 « Planck : nouvelles révélations sur la matière noire et les neutrinos fossiles »

 

[4] L'Univers primordial était ionisé - les électrons et les protons n'étaient pas liés. L'émission du rayonnement fossile correspond à la formation des atomes : l'Univers est devenu neutre. Mais on sait par des études de quasars que l'Univers est aujourd'hui ionisé, et ce depuis plus de 12 ou 13 milliards d'années. Entre 380 000 ans et 1 milliard d'années l'Univers a donc été réionisé.

 

[5] L'émission synchrotron est le rayonnement émis par toute particule chargée en présence d'un champ magnétique. Son nom fait référence aux accélérateurs de particules où il est particulièrement intense. L'intensité du rayonnement dépend de l'énergie des électrons et de l'intensité du champ magnétique.

 

Les principaux laboratoires français impliqués dans la mission Planck :

Les laboratoires français suivants ont été impliqués dans la construction puis dans l'analyse des données de l'instrument HFI (des mesures brutes aux cartes par fréquence), ainsi que dans l'interprétation astrophysique et cosmologique de l'ensemble des données de la mission Planck. Ces résultats sont notamment issus des mesures faites avec cet instrument, assemblé sous la direction de l'Institut d'astrophysique spatiale (CNRS/Université Paris-Sud) et exploité sous la direction de l'Institut d'astrophysique de Paris (CNRS/UPMC) par différents laboratoires impliquant le CEA, le CNRS et des universités et établissements :

- APC, AstroParticule et cosmologie (Université Paris Diderot/CNRS/CEA/Observatoire de Paris), à Paris.

- IAP, Institut d'astrophysique de Paris (CNRS/UPMC), à Paris.

- IAS, Institut d'astrophysique spatiale (Université Paris-Sud/CNRS), à Orsay.

- Institut Néel (CNRS), à Grenoble.

- IPAG, Institut de planétologie et d'astrophysique de l'Observatoire des sciences de l'Univers de Grenoble (CNRS/Université Joseph Fourier), à Grenoble.

- IRAP, Institut de recherche en astrophysique et planétologie de l'Observatoire Midi-Pyrénées (Université Paul Sabatier/CNRS), à Toulouse.

- CEA-IRFU, Institut de recherche sur les lois fondamentales de l'Univers du CEA, à Saclay.

- LAL, Laboratoire de l'accélérateur linéaire (CNRS/Université Paris-Sud), à Orsay.

- LERMA, Laboratoire d'étude du rayonnement et de la matière en astrophysique (Observatoire de Paris/CNRS/ENS/Université Cergy-Pontoise/UPMC), à Paris.

- LPSC, Laboratoire de physique subatomique et de cosmologie (Université Joseph-Fourier/CNRS/Grenoble-INP), à Grenoble.

- CC-IN2P3 du CNRS, Centre de calcul de l'Institut national de physique nucléaire et de physique des particules (IN2P3) du CNRS.

 

Pour en savoir plus :  

- Un article de CNRSleJournal qui retrace en vidéo les derniers résultats de la mission Planck

- Le site web grand public de la mission Planck : www.planck.fr

- Le site web du CNES sur Planck : http://smsc.cnes.fr/PLANCK/Fr/

- Films « Mission Planck » : 2013, images de l'Univers en formation, Planck 2014, de nouveaux résultats et Planck 2014, voir l'invisible, réalisés par Véronique Kleiner, produits par CNRS Images

- Ces vidéos sont disponibles auprès de la vidéothèque du CNRS, videotheque-diffusion@cnrs.fr

- Une foire aux questions sur les résultats et la mission Planck, à télécharger (PDF)

 

Source : Actualités du CNRS-INSU http://www.insu.cnrs.fr/node/5196

 

http://www.obspm.fr/planck-nouvelles-revelations.html

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


05 Février 2015

Hubble capture une rare triple conjonction de lunes

 

Crédit : NASA, ESA, and the Hubble Heritage Team (STScI/AURA)

 

Déclenchant une série d'instantanés comme un photographe de sport lors d'une course de NASCAR, le télescope spatial Hubble a capturé une vue rare sur trois des plus grandes lunes de Jupiter, passant comme un éclair à travers la face barrée de la planète géante gazeuse : Europe, Callisto et Io. Les quatre plus grandes lunes de Jupiter sont visibles communément passant devant le disque de la planète géante et projetant les ombres sur ses sommets des nuages. Cependant, voir trois lunes passant devant le disque de Jupiter dans le même temps est rare, seulement une ou deux fois en une dizaine d'années. Absente de la séquence, prise le 24 janvier 2015, est la lune Ganymède qui était trop loin de Jupiter en séparation angulaire pour faire partie de la conjonction.

 

Crédit : NASA, ESA, and the Hubble Heritage Team (STScI/AURA)

 

http://hubblesite.org/newscenter/archive/releases/2015/05/

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


  

Planck révèle que les premières étoiles sont nés tard : Les nouvelles cartes du satellite Planck dévoile la lumière "polarisée" du jeune Univers à travers le ciel entier, révélant que les premières étoiles se sont formées beaucoup plus tard qu'on le pensait.

 

Rosetta fond sur la comète pour une rencontre rapprochée : La sonde Rosetta de l'ESA se prépare à une rencontre rapprochée avec sa comète le 14 février, pendant laquelle elle passera à juste 6km de la surface. La journée du mardi 3 février était la dernière pendant laquelle Rosetta se trouvait à 26km de la comète 67P/Churyumov–Gerasimenko, et marquait la fin de la période d'orbite actuelle et le début d'une nouvelle phase pour le reste de cette année. Rosetta a pris hier une nouvelle direction afin de préparer la rencontre rapprochée de la semaine prochaine. Elle va d'abord s'éloigner jusqu'à une distance d'environ 140km de la comète, qu'elle atteindra le 7 février, avant de fondre sur la comète pour la rencontre rapprochée qui aura lieu à 13h41 heure de Paris le 14 février. Le passage au plus près se fera au niveau du plus grand lobe de la comète, au-dessus de la région Imhotep.

 


04 Février 2015

VISTA perce la Voie Lactée

 

Crédit : ESO/VVV consortium/D. Minniti

 

Un nouveau cliché infrarouge de la Nébuleuse du trèfle révèle l'existence de nouvelles étoiles variables lointaine

 

Une image récemment acquise au moyen du télescope de sondage VISTA de l'ESO révèle la célèbre Nébuleuse du trèfle sous un jour nouveau, comme nimbée d'une lumière fantomatique. L'observation dans le domaine infrarouge permet aux astronomes de percer les régions centrales et poussiéreuses de la Voie Lactée, et donc d'observer de nombreux objets jadis masqués. En particulier, l'analyse d'une infime partie de l'un des sondages effectués par VISTA a abouti à la découverte de deux nouvelles étoiles variables de type Céphéide situées bien au-delà de la Nébuleuse du trèfle, très lointaines donc. Il s'agit des toutes premières étoiles de ce type détectées dans le plan central de la Voie Lactée, au-delà du bulbe central.

 

VISTA observe la Nébuleuse du trèfle et révèle l'existence d'étoiles variables masquées

Crédit : ESO/VVV consortium/D. Minniti

 

Le télescope VISTA équipe l'Observatoire de Paranal de l'ESO au Chili. Dans le cadre de ses missions d'exploration du ciel austral, il cartographie les régions centrales de la Voie Lactée dans le domaine infrarouge, à la recherche de nouveaux objets dissimulés. Ce sondage noté VVV (Variables VISTA dans la Voie Lactée) consiste également à régulièrement observer les mêmes régions du ciel afin de repérer l'éventuelle existence d'objets dont la luminosité varie au fil du temps.

 

Une infime partie de la vaste base de données VVV a servi à créer cette nouvelle image saisissante d'un célèbre objet, la région de formation d'étoiles notée Messier 20, plus généralement connue sous l'appellation Nébuleuse du trèfle en raison des bandes sombres et fantomatiques qui la scindent en trois parties distinctes, nettement visibles au travers d'un télescope.

 

Les images classiques de la Nébuleuse du trèfle la montrent dans le domaine visible : elles révèlent ses lueurs rosées et bleutées résultant, d'une part de l'émission de photons par l'hydrogène ionisé, d'autre part de la diffusion de lumière de jeunes étoiles chaudes par de la poussière. Sur ces clichés figurent également de vastes nuages de poussière en absorption. L'image acquise par le télescope VISTA dans le domaine infrarouge se distingue nettement de ces clichés habituels : la nébuleuse n'est que l'ombre d'elle-même en effet. Les nuages de poussière paraissent bien moins proéminents et l'éclat des nuages d'hydrogène est à peine visible. La structure en trois parties est quasiment invisible.

 

Sur cette nouvelle image, le peu d'attrait visuel que suscite la nébuleuse se trouve toutefois compensé par le magnifique panorama qui s'offre au regard. Les épais nuages de poussière qui emplissent le disque de notre galaxie absorbent la lumière visible, mais sont transparents au rayonnement infrarouge que VISTA peut capter. Ainsi donc, VISTA peut voir bien au-delà de la Nébuleuse du trèfle et détecter des objets inconnus, situés de l'autre côté de la galaxie.

 

Par chance, cette image offre l'une de ces surprises que réserve l'imagerie infrarouge : une nouvelle paire d'étoiles variables, en apparence proche de la Nébuleuse du trèfle, en réalité environ sept fois plus éloignée [1], a été découverte lors de l'analyse des données de VISTA. Il s'agit d'étoiles variables de type Céphéide, brillantes mais instables, dont la luminosité varie périodiquement. Cette paire d'étoiles, dont les astronomes pensent qu'elles constituent les membres les plus éclatants d'un amas d'étoiles, sont les toutes premières variables Céphéides détectées à si grande distance de la Terre et à si grande proximité du plan central, de l'autre côté de la galaxie. Leur brillance varie selon une période de onze jours.

 

Notes

[1] La Nébuleuse du trèfle se situe à quelque 5200 années-lumière de la Terre ; le centre de la Voie Lactée à environ 27 000 années-lumière, dans la même direction, et les Céphéides nouvellement découvertes sont distantes de quelques 37 000 années lumière. 

 

Plus d'informations

Ces résultats ont fait l'objet d'un article intitulé “Discovery of a Pair of Classical Cepheids in an Invisible Cluster Beyond the Galactic Bulge”, par I. Dekany et al., récemment publié dans la revue Astrophysical Journal Letters.

 

L'équipe est composée de I. Dékány (Institut d'Astrophysique du Millénaire, Santiago, Chili; Université Catholique du Chili, Santiago, Chili), D. Minniti (Université Andres Bello, Santiago, Chili; Institut d'Astrophysique du Millénaire ; Centre d'Astrophysique et des Technologies Associées; Observatoire du Vatican, Etat du Vatican, Italie), G. Hajdu (Université Catholique du Chili; Institut d'Astrophysique du Millénaire), J. Alonso-García (Université Catholique du Chili; Institut d'Astrophysique du Millénaire), M. Hempel (Université Catholique du Chili), T. Palma (Institut d'Astrophysique du Millénaire; Université Catholique du Chili), M. Catelan (Université Catholique du Chili; Institut d'Astrophysique du Millénaire), W. Gieren (Institut d'Astrophysique du Millénaire; Université de la Conception, Chili) et D. Majaes (Université de Sainte Marie, Halifax, Canada; Université de Mont Saint Vincent, Halifax, Canada).

 

L'ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 16 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Brésil, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages. VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est le plus grand télescope conçu exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est l'un des partenaires majeurs d'ALMA, le plus grand projet astronomique en service. Et, sur le Cerro Armazones, à proximité de Paranal, l'ESO est en train de construire le télescope géant européen de 39 mètres, l'E-ELT, qui sera « l'œil le plus grand au monde tourné vers le ciel ».

 

Liens

- L'article scientifique

- Photos de VISTA

- The Le sondage Variable VISTA  dans la Voie Lactée

 

Source : ESO http://www.eso.org/public/france/news/eso1504/

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


  

Des astronomes du CWRU trouvent de nouveaux détails dans la première galaxie spirale connue : Les astronomes du CWRU (Case Western Reserve University) ont regardé profondément dans l'espace pour découvrir les nouvelles fonctionnalités d'une galaxie qui a été esquissée et photographiée depuis 170 ans. Les chercheurs ont pu voir de faibles panaches s'étendant du nord-est et sud de la galaxie spirale voisine M51a, également appelée la "Galaxie du Tourbillon", en prenant ce qui est essentiellement une photographie faite par une exposition de 20 heures. L'image fournit également de nouveaux détails du panache nord-ouest linéaire, qui lui-même est de presque 120.000 années-lumière de long et révèle un manque d'étoiles dans une partie de la queue du sud-est.

 

Samedi 21 mars 2015 : la « marée du siècle » : La prochaine « marée du siècle », la première du nouveau millénaire, se produira le 21 mars. En France, l'ampleur de la marée par rapport à sa valeur moyenne est indiquée par le coefficient de marée, une valeur comprise entre 20 et 120. Le 21 mars, il atteindra 119. Calculé par le SHOM (Service hydrographique et océanographique de la marine) pour le port de Brest, il est ensuite appliqué aux côtes de l'Atlantique et de la Manche. La marée sera spectaculaire, en particulier dans la baie du Mont Saint-Michel. La célèbre baie est le deuxième endroit au monde, après la baie de Fundy au Canada, où le marnage, différence entre une pleine mer et une basse mer successives, est le plus important. Le 21 mars 2015, le marnage dans la baie du Mont Saint-Michel atteindra 14,15 m soit une hauteur plus importante qu'un immeuble de 4 étages ! La prudence est de mise car la mer va remonter très vite dans la baie. La dernière "marée du siècle" s'était produite le 10 mars 1997 et les prochaines auront lieu le 3 mars 2033 et le 14 mars 2051.

 


  

L'image nette record de Lofar donne aux astronomes une nouvelle vision de la galaxie M 82 : Une équipe internationale d'astronomes dirigée de Chalmers a utilisé le radiotélescope géant Lofar pour créer l'image astronomique la plus nette jamais prise aux longueurs d'onde de radio très longues. Faite en observant simultanément depuis quatre pays, dont la Suède, l'image montre le centre de la galaxie Messier 82 (M 82), également connue comme la Galaxie Cigare, à 11,5 millions d'années-lumière de la Terre. M 82 forme des étoiles beaucoup plus rapidement que notre galaxie, la Voie lactée, et est un objet de prédilection pour de nombreux astronomes qui étudient l'évolution des étoiles et des galaxies. Dans les images prises en lumière visible, M 82 abonde en étoiles, gaz et poussières. Lofar nous montre une scène complètement différente. Dans la nouvelle image extrêmement nette de Lofar nous voyons une collection de points lumineux, qui sont probablement des restes de supernovae, explique Eskil Varenius (Chalmers), qui a dirigé l'équipe internationale de scientifiques derrière la nouvelle image.

 

Les jeunes galaxies vivant rapidement meurent en perdant le gaz qui les maintient en vie : Les galaxies peuvent mourir prématurément parce que le gaz dont elles ont besoin pour faire de nouvelles étoiles est soudainement éjecté, suggère la recherche publiée aujourd'hui. La plupart des galaxies vieillissent lentement car elles manquent de matières premières nécessaires à la croissance sur des milliards d'années. Mais une étude pilote regardant des galaxies qui meurent jeunes a trouvé que certaines pourraient éjecter ce gaz dès le début, les obligeant à rougir et mourir prématurément.

 


  

La météorite peut représenter le "fond en gros" de la croûte cabossée de Mars : Une nouvelle analyse spectroscopique de "Black Beauty", une météorite trouvée dans le désert marocain, a donné aux scientifiques une meilleure image de la croûte au-dessous de la poussière rouge de Mars. NWA 7034, une météorite trouvée il y a quelques années dans le désert marocain, est comme aucune autre roche jamais trouvée sur Terre. Elle a été montrée être un morceau de la croûte martienne vieux de 4,4 milliards d'années, et selon une nouvelle analyse, les rochers comme ceci peuvent couvrir de vastes étendues de Mars. Dans un nouveau document, les scientifiques rapportent que des mesures spectroscopiques de la météorite sont en correspondance parfaite avec les mesures orbitales des plaines martiennes sombres, des zones où la couche de poussière rouge de la planète est mince et les rochers dessous sont exposés. Les résultats suggèrent que la météorite, surnommée Black Beauty, est représentative du "fond en gros" des roches sur la surface de Mars, dit Kevin Cannon, un étudiant diplômé de l'Université Brown et auteur principal du nouveau papier. La recherche, co-rédigée par Jack Mustard de Brown et Carl Agee de l'Université du Nouveau-Mexique, est sous presse dans la revue Icarus.

 


 

Si vous appréciez PGJ et si vous souhaitez voir votre site préféré continuer d'évoluer et de se développer, n'hésitez pas à m'apporter votre soutien sous forme de donation.

Merci d'avance à tous les éventuels généreux donateurs. 


 

Dans la majorité des cas, la "Nouvelle" est un texte composé à partir d'une ou plusieurs sources ou une traduction "libre" du texte d'origine. Chaque "Nouvelle" est accompagnée de la provenance exacte des informations au moyen d'un ou de plusieurs liens conduisant vers les pages servant de support à l'élaboration de la "Nouvelle". Ces liens peuvent vous être utiles pour approfondir le sujet.

 

Ceux-ci sont identifiés selon le code suivant :

Sources ou Documentations non francophones

Sources ou Documentations en langue française

 

Les liens proposés vers d'autres sites sont communiqués à titre indicatif et ne sauraient engager la responsabilité de PGJ, tant en ce qui concerne les contenus que les conditions d'accès.

 

Les articles de la rubrique "Nouvelles du Ciel" peuvent être librement reproduits à condition d'indiquer sur votre page :

Source : PGJ - "Nouvelles du Ciel" avec un lien vers la "Nouvelle" concernée ou vers la page d'accueil de PGJ

 

Toutefois, un petit nombre d'articles proviennent de sources extérieures. Dans ce cas, le lien figurant au bas de l'article conduisant vers la page d'origine est précédé de la mention "Source :" indiquant le réel auteur de l'information.

exemple : Source : http://...........

 

De même, les photos illustrant ces articles sont accompagnées des mentions de "Crédit" ou de "Copyright" correspondantes.

 

L'utilisation de ces photos est soumise à certaines règles, propres à chaque auteur, mais que l'on peut résumer ainsi :

- utilisation non-commerciale

- respect des mentions de "Crédit" ou de "Copyright".

 

Il vous appartient toutefois de vérifier auprès des auteurs si celles-ci peuvent être reproduites librement ainsi que les conditions spéciales d'utilisation.

 

Retour à l'accueil

Contact : Gilbert Javaux