Nouvelles du Ciel de Janvier 2011

 

 

 

Les Titres

 

La cicatrice de Jupiter provient probablement d'un corps rocheux [28/01/2011]

Hubble trouve la candidate galaxie la plus lointaine jamais vue dans l'Univers [27/01/2011]

Première image 3D de l'environnement proche d'une étoile supergéante chaude [26/01/2011]

Survol rapproché de Mars Express de la lune martienne Phobos [21/01/2011]

La nébuleuse d'Orion : encore pleine de surprises [19/01/2011]

Comètes C/2011 A3 (Gibbs) et P/2006 U1 = 2011 A4 (LINEAR) [19/01/2011]

Comète C/2011 A2 (Scotti) [15/01/2011]

Deux visages de la galaxie du Tourbillon [14/01/2011]

Comète P/2011 A1 (Larson) [13/01/2011]

La plus grande image du ciel jamais obtenue [12/01/2011]

Planck éclaire d'un jour nouveau la scène cosmique [12/01/2011]

Hubble se concentre sur une bizarrerie spatiale [11/01/2011]

Hubble constate que les étoiles chétives ont du punch [11/01/2011]

Des suies à l'origine de l'appauvrissement en carbone d'une exoplanète [06/01/2011]

Vista scrute profondément au coeur de la Lagune bleue [05/01/2011]

 

 

Nouvelles du Ciel SPECIAL CASSINI-HUYGENS

 

 

A la découverte de SATURNE

A la découverte de TITAN

A la découverte de PHOEBE

A la découverte de JAPET

A la découverte de DIONE

A la découverte de RHEA

A la découverte de TETHYS

A la découverte de ENCELADE

A la découverte de MIMAS

A la découverte des petits satellites de SATURNE

 

 Les Rencontres Rapprochées de la sonde CASSINI avec les Lunes de SATURNE

 

 La Mission Cassini-Huygens

Un Dossier préparé par Cédric BEMER

 

 

Les Titres des "Nouvelles du Ciel" disponibles en Version Javascript ou Version XML

 

En savoir plus pour afficher les Titres des "Nouvelles du Ciel" de PGJ sur votre Site Web ou sur le Bureau de votre Ordinateur

 

Sources ou Documentations non francophones

Sources ou Documentations en langue française

 

Archives des Nouvelles du Ciel

Vous cherchez un ancien article ? Les Titres des Nouvelles du Ciel classés par Catégories

 

Les EVENEMENTS ASTRONOMIQUES MARQUANTS DE 2010

 

 

 


  Rappel e-Media

 

Si vous étes témoin du passage dans le ciel d'un météore très lumineux, n'hésitez pas à établir un rapport d'observation.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le bras manipulateur canadien prend le contrôle d'un cargo nippon : Le bras robotique canadien Canadarm de la Station spatiale internationale (ISS) s'est emparé jeudi 27 Janvier 2011 à 11h45 UTC du cargo japonais HTV-2 lancé le 22 Janvier vers l'ISS depuis le pas de tir Yoshinobu, au centre spatial de Tanegashima. D'une masse de 16 tonnes, le cargo HTV-2 est long de 9,8 m pour 4,4 m de diamètre. Le HTV-2 a acheminé quelque 5,3 tonnes de fret dont des produits alimentaires, environ 80 litres d'eau potable et des équipements pour le laboratoire japonais Kibo. Le cargo japonais s'est arrimé le jour même à 14h45 UTC au module américain Harmony de l'ISS.

 

Le cargo spatial russe Progress M-09M a été lancé le vendredi 28 Janvier 2011 à destination de la Station spatiale internationale (ISS). Le cargo, à bord d'une fusée porteuse Soyouz-U, a décollé du centre spatial de Baïkonour au Kazakhstan à 01h32 UTC et s'est placé en orbite comme prévu. Le cargo spatial doit ravitailler l'ISS et son équipage avec 2.666 kg d'articles divers, notamment du carburant, des denrées alimentaires, de l'eau potable, des vêtements et articles d'hygiène personnelle. Le Progress M-09M s'est arrimé à l'ISS ce dimanche 30 Janvier.

 


 

INTRUS 2011 BY10, un astéroïde de type Apollo d'à peu près 13 mètres de diamètre observé pour la première fois le 24 Janvier 2011 à 10h33 UTC par le Mt. Lemmon Survey, annoncé par la circulaire MPEC 2011-B32, est passé auprès de notre planète le 20 Janvier 2011 vers 08h26 UTC (± 3 minutes) à une distance nominale estimée à environ 356.000 km, soit environ 0,93 LD (1 LD = Distance moyenne Terre-Lune = 380.000 km). Quelques heures après, le 20 Janvier 2011 vers 20h04 UTC (± 2 minute), l'astéroïde s'est approché à une distance nominale d'environ 262.700 km (0,68 LD) de la Lune.

 

INTRUS 2011 BW11, un astéroïde de type Apollo d'environ 7 mètres de diamètre découvert le 26 Janvier 2011 à 06h21 UTC par le Catalina Sky Survey, annoncé par la circulaire MPEC 2011-B36, s'est approché de notre planète le 25 Janvier 2011 vers 06h33 UTC (< 1 minute) à une distance nominale estimée à environ 128.800 km, soit environ 0,34 LD (1 LD = Distance moyenne Terre-Lune = 380.000 km). Peu après, le 25 Janvier 2011 vers 07h19 UTC (< 1 minute), l'astéroïde est passé à une distance nominale d'environ 364.700 km (0,95 LD) de la Lune.

 


28 Janvier 2011

La cicatrice de Jupiter provient probablement d'un corps rocheux

 

Crédit : NASA/JPL-Caltech/IRTF/

STScI/ESO/Gemini Observatory/AURA/A. Wesley

 

Un astéroïde allant très vite d'à peu près de la taille du Titanic a causé la cicatrice qui est apparue dans l'atmosphère de Jupiter le 19 juillet 2009, selon deux documents publiés récemment dans le journal Icarus.

 

Ces images en infrarouge obtenues du IRTF (Infrared Telescope Facility) de Mauna Kea, Hawaii,

montrent les débris de particules dans l'atmosphère de Jupiter après la rencontre d'un objet

avec l'atmosphère de la planète le 19 Juillet 2009.

Crédit image : NASA/IRTF/JPL-Caltech/University of Oxford

 

Les données de trois télescopes infrarouges ont permis à des scientifiques d'observer les chaudes températures atmosphériques et les conditions chimiques uniques liées aux débris d'impact. En rassemblant des signatures des gaz et des sombres débris produits par l'onde de choc d'impact, une équipe internationale de scientifiques a pu en déduire que l'objet était plus probablement un astéroïde rocheux qu'une comète glacée. Parmi les équipes étaient celle menée par Glenn Orton, un astronome au JPL (Jet Propulsion Laboratory) de la NASA, à Pasadena en Californie, et Leigh Fletcher, chercheur à l'Université d'Oxford, Royaume-Uni, qui a commencé le travail alors qu'il était boursier postdoctoral au JPL.

 

"Le fait que l'impact lui-même s'est produit de rien du tout et l'implication que cela pourrait bient être un astéroïde plutôt qu'une comète nous montre que le Système solaire externe est un lieu complexe, violent et dynamique, et que de nombreuses surprises peuvent nous attendre là-bas," note Orton. "Il y a encore beaucoup de choses à règler dans le Système solaire externe."

 

Cette image en infrarouge, montrant la radiation thermique à une longueur d'onde

de 9,7 microns, a été obtenue par le télescope Gemini North à Hawaii.

Crédit image : Gemini Observatory/AURA/UC Berkeley/SSI/ JPL-Caltech

 

La nouvelle conclusion est également compatible avec des preuves à partir des résultats du télescope spatial Hubble en indiquant que les débris d'impact en 2009 étaient plus lourds ou plus denses que les débris de la comète Shoemaker-Levy 9, le dernier objet connu pour se jeter dans l'atmosphère de Jupiter en 1994.

 

Avant cette collision, les scientifiques pensaient que les seuls objets qui avaient touché Jupiter étaient des comètes de glace dont les orbites instables les avaient amenées assez près de Jupiter pour être aspirées par l'attraction gravitationnelle de la planète. Ces comètes sont connues comme des comètes de la famille de Jupiter. Les scientifiques pensaient que Jupiter avait déjà dégagé la plupart des autres objets, comme les astéroïdes, de sa sphère d'influence. Outre Shoemaker-Levy, les scientifiques ne connaissent que seulement deux autres impacts au cours de l'été 2010, qui ont illuminé l'atmosphère de Jupiter.

 

Ces images montrent huit différents aspects des conséquences d'un corps,

probablement un astéroïde, percutant Jupiter le 19 Juillet 2009.

Crédit image : NASA/JPL-Caltech/IRTF/STScI/ESO/Gemini Observatory/AURA/A. Wesley

 

L'objet du 19 Juillet 2009 a probablement frappé Jupiter entre 9 et 11 heures UTC. L'astronome amateur Anthony Wesley d'Australie était le premier à noter la cicatrice sur Jupiter, qui est apparue comme une tache foncée dans les longueurs d'onde du visible. La cicatrice est apparue aux latitudes moyennes sud. Wesley a prévenu Orton et ses collègues, qui ont immédiatement utilisé du temps d'observation existant au IRTF (Infrared Telescope Facility) de la NASA à Mauna Kea, Hawaii, la nuit suivante et a proposé du temps d'observation sur foule d'autres observatoires au sol, dont l'observatoire Gemini Nord, à Hawaii, le télescope Gemini Sud au Chili, et le Very Large Telescope de l'Observatoire Européen Austral au Chili. Des données ont été acquises à intervalles réguliers pendant la semaine suivant la collision de 2009.

 

Les données ont montré que l'impact avait réchauffé la stratosphère inférieure de Jupiter par près de 3 à 4 Kelvin à environ 42 kilomètres au-dessus du sommet de ses nuages. Bien que 3 à 4 Kelvin ne semblent pas beaucoup, il s'agit d'un dépôt significatif d'énergie parce qu'il est réparti un énorme secteur.

 

En plongeant dans l'atmosphère de Jupiter, l'objet a créé un canal de gaz et de débris atmosphériques surchauffés. Une explosion profondément au-dessous des nuages - libérant probablement une énergie d'au moins environ 200 trillions de trillion d'ergs, ou plus de 5 milliards de tonnes de TNT -- a lancé alors des débris matériels le long du canal, au-dessus du sommet des nuages, pour retomber dans l'atmosphère, en créant les particules d'aérosol et les températures chaudes observées dans l'infrarouge. Le retour de souffle a exhumé le gaz d'ammoniaque et d'autres gaz d'une partie plus inférieure de l'atmosphère connue sous le nom de troposphère dans une partie plus élevée de l'atmosphère connue sous le nom de stratosphère.

 

"Les comparaisons entre les images de 2009 et les résultats de Shoemaker-Levy commencent à montrer des différences intrigantes entre les sortes d'objets qui ont frappé Jupiter," commente Fletcher. "Les débris foncés, l'atmosphère réchauffée et la remontée de l'ammoniaque étaient semblables pour cet impact et Shoemaker-Levy, mais le panache dans ce cas-ci n'a pas atteint de telles altitudes, n'a pas réchauffé la haute stratosphère, et contenait des signatures pour des hydrocarbures, des silicates et des silices qui n'ont pas été vus auparavant. La présence d'hydrocarbures, et l'absence de monoxyde de carbone, fournissent des preuves irréfutables pour un impacteur pauvre en eau en 2009."

 

La détection de la silice dans ce mélange de gaz de l'atmosphère jovienne, des morceaux transformés de l'impacteur et des dérivés des réactions chimiques de grande énergie, était significative parce que l'abondante silice pouvait seulement être produite dans l'impact lui-même, par un corps rocheux capable de pénétrer très profondément dans l'atmosphère de Jupiter avant d'exploser, mais pas par un noyau beaucoup plus faible de comète. En supposant que l'impacteur avait une densité de type roche d'environ 2,5 grammes par centimètre cube, les scientifiques ont calculé un diamètre probable de 200 à 500 mètres.

 

Les scientifiques ont calculé l'ensemble des orbites possibles qui pourraient amener un objet sur Jupiter dans la bonne fourchette de dates et au bons endroits. Ils ont alors examiné le catalogue des astéroïdes et des comètes connus pour trouver les types d'objets dans ces orbites. Un objet appelé 2005 TS100 - lequel est probablement un astéroïde mais pourrait être une comète éteinte - était l'un des plus proches. Bien que cet objet n'était pas le réel impacteur, il a une orbite très chaotique et a fait plusieurs approches de très près à Jupiter dans les modèles informatiques, démontrant qu'un astéroïde pourrait avoir foncé sur Jupiter.

 

"On ne s'attendait pas à trouver un astéroïde qui était le probable coupable de cet impact, mais nous avons maintenant appris que Jupiter peut être frappé par une diversité d'objets," note Paul Chodas, un scientifique au Near-Earth Object Program Office de la NASA au JPL. "Les impacts d'astéroïdes sur Jupiter étaient considérés comme assez rare par rapport aux impacts des soi-disant 'comètes de la famille de Jupiter", mais maintenant il semble qu'il peut y a une population importante d'astéroïdes dans cette catégorie."

 

Les scientifiques cherchent toujours à comprendre qu'elle est cette fréquence chez Jupiter, mais des astéroïdes de cette taille frappent la Terre environ une fois tous les 100.000 ans. Les prochaines étapes dans cette recherche seront d'employer des simulations détaillées de l'impact pour affiner la taille et les propriétés de l'impacteur, et de continuer à utiliser l'imagerie infrarouge, ainsi que des longueurs d'onde visibles, pour rechercher des débris de futurs impacts de cette taille ou plus petit.

 

http://www.jpl.nasa.gov/news/news.cfm?release=2011-028

 

Nouvelles du Ciel Un autre flash sur Jupiter ! [23/08/2010]

Nouvelles du Ciel Le mystérieux flash sur Jupiter n'a laissé aucun nuage de débris [17/06/2010]

Nouvelles du Ciel Les images de Hubble suggèrent qu'un astéroïde rocheux a percuté Jupiter [03/06/2010]

Nouvelles du Ciel Premiers résultats traitant de l'impact d'un corps céleste sur la planète Jupiter [21/05/2010]

Nouvelles du Ciel Hubble capture la collision rare de Jupiter [24/07/2009]

Nouvelles du Ciel Les nouvelles images de la NASA indique qu'un objet a frappé Jupiter [21/07/2009]

  

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


 

Le chasseur de comète aperçoit sa Valentine : Le vaisseau spatial Stardust a retransmis ses premières images de la comète Tempel 1, la cible d'un survol prévu pour le jour de la Saint Valentin, le 14 Février. Les images ont été prises les 18 et 19 Janvier depuis une distance de 26,3 millions de kilomètres, et de 25,4 millions de kilomètres respectivement. Le 14 février, Stardust survolera à environ 200 kilomètres le noyau de la comète.

 


27 Janvier 2011

Hubble trouve la candidate galaxie la plus lointaine jamais vue dans l'Univers

 

Crédit : NASA, ESA, G. Illingworth (University of California, Santa Cruz), R. Bouwens (University of California, Santa Cruz, and Leiden University), and the HUDF09 Team

 

A quelle distance est le lointain ? Et, quand savez-vous quand vous y arrivez ? Ce n'est pas une devinette du Dr. Seuss, mais l'ultime "frontière finale" faisant face aux astronomes. Nous sommes sur le point de voir presque aussi loin que nous le pouvons dans l'Univers des étoiles et des galaxies. La question peut être mieux formulée : Comment le jeune est-il jeune ? Et comment savez-vous quand vous avez vu les tout premiers objets qui ont jamais existé ? C'est parce que plus loin nous examinons dans l'espace plus loin dans le temps nous voyons. Nous sommes accoutumé aux communications instantanées sur Terre, mais la lumière des étoiles prend des frais de déplacement. Il faut des milliards d'années pour que les informations nous parviennent de l'Univers lointain.

 

Hubble Ultra Deep Field 2009-2010 and UDFj-39546284

Crédit : NASA, ESA, G. Illingworth (University of California, Santa Cruz),

R. Bouwens (University of California, Santa Cruz, and Leiden University), and the HUDF09 Team

 

Aujourd'hui, les astronomes ont poussé le télescope spatial Hubble jusqu'à ses limites pour trouver ce qu'ils croient être l'objet le plus éloigné jamais vu dans l'Univers. Sa lumière a voyagé 13,2 milliards d'années pour atteindre Hubble. Le faible objet, appelé UDFj-39546284, est une galaxie compacte d'étoiles bleues qui ont existé 480 millions d'années après le Big Bang, seulement quatre pour cent de l'âge actuel de l'Univers. Elle est minuscule. Les astronomes ont été surpris de découvrir que ces observations offrent la preuve que la vitesse à laquelle l'Univers formait des étoiles a augmenté précipitamment sur un laps de temps d'environ 200 millions d'années. Cet énorme changement du taux de naissance d'étoiles signifie que si les astronomes peuvent sonder un peu plus loin dans le temps ils vont voir bien plus de changements spectaculaires. Cela nécessitera la puissance du télescope spatial James Webb, le successeur prévu de Hubble, qui sera lancé plus tard cette décennie.

 

http://hubblesite.org/newscenter/archive/releases/2011/05/

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

  

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


26 Janvier 2011

Première image 3D de l'environnement proche d'une étoile supergéante chaude

 

© F. Millour et al.

 

Comment expliquer que l'étoile supergéante chaude en fin de vie HD 62623 soit entourée d'un disque généralement associé à des étoiles en formation ? Une équipe internationale, menée par Florentin Millour du laboratoire Hippolyte Fizeau (CNRS/Observatoire de la Côte d'Azur/Université Nice Sophia-Antipolis) et Anthony Meilland de l'institut Max-Planck de radioastronomie (Allemagne), vient de résoudre ce mystère en réalisant pour la première fois une image 3D de l'étoile et de son environnement. Pour y parvenir, les chercheurs ont adapté une technique utilisée en radioastronomie (1) pour reconstruire des images à partir d'observations interférométriques (2) infrarouges réalisées au Very Large Telescope Interferometer (VLTI) de l'Observatoire Européen Austral (ESO) au Chili. Ils montrent que la présence d'un compagnon de la taille du Soleil aux côtés de HD 62623 pourrait expliquer le phénomène. Cette nouvelle technique d'imagerie 3D va permettre d'étudier de nombreux objets astrophysiques avec beaucoup plus de détails qu'auparavant. Ces travaux sont publiés dans Astronomy and Astrophysics.

 

HD 62623 est une étoile supergéante chaude plutôt exotique : contrairement à sa jumelle Deneb, et à la quasi-totalité des autres étoiles de même classe spectrale, elle est entourée d'un environnement circumstellaire dense et complexe contenant à la fois du plasma et de la poussière. Or les supergéantes chaudes, très brillantes, sont supposées posséder de puissants vents stellaires qui, entretenus par la très forte luminosité de l'étoile, devraient empêcher l'accumulation de matière et la formation de poussière dans leur environnement proche. Afin de mieux comprendre les processus physiques en jeu dans ce type d'objets, il est nécessaire, d'une part de démêler la géométrie des zones d'émission du gaz et de celle de la poussière et d'autre part d'accéder à la cinématique (mouvement) de l'environnement le plus proche de l'étoile.

 

Grâce à des observations interférométriques réalisées avec l'instrument infrarouge AMBER (Astronomical Multiple BEam Recombiner) installé sur le Very Large Telescope Interferometer (VLTI) de l'ESO au Chili, l'équipe conduite par Florentin Millour et Anthony Meilland a réussi, en utilisant simultanément des observations à très haute résolution angulaire et à haute résolution spectrale, à synthétiser une image 3D de HD 62623 à travers un télescope virtuel d'environ 130 m de diamètre (les plus grands télescopes mondiaux existants font 8 à 10 m de diamètre). Ils ont de plus grandement amélioré cette image en adaptant une technique dite « d'auto-calibration » utilisée en interférométrie radio (3). L'image 3D obtenue montre ainsi non seulement la forme de l'environnement proche de HD 62623, mais aussi sa cinématique. Cette dernière information précieuse était jusqu'à présent perdue lors de la reconstruction des images.

 

L'image 3D obtenue a ainsi permis de localiser précisément la zone de formation de la poussière et de mettre en évidence la cinématique du gaz autour de l'étoile, qui se trouve être en rotation Képlérienne (4), tout comme les planètes dans notre système solaire (voir figure ci-dessous). La présence d'un compagnon proche, de masse comparable à celle du Soleil, semble être la clé du mystère de la présence d'un tel disque autour de HD 62623. Bien que ce compagnon, qui est plusieurs dizaines de milliers de fois moins brillant que l'étoile centrale, ne puisse être détecté directement dans les images, sa présence est trahie par l'existence d'une cavité séparant le disque de gaz de l'étoile centrale. La binarité semble donc pouvoir expliquer les caractéristiques exotiques de HD62623, comme celle de nombreuses autres étoiles massives en fin de vie, comme par exemple Eta Carinae (l'une des étoiles les plus massives de notre Galaxie).

 

Cette nouvelle technique d'imagerie 3D va permettre de mieux comprendre de nombreux objets astrophysiques encore relativement méconnus et surtout trop petits pour être sondés avec des télescopes classiques, tels les disques et jets des étoiles jeunes, ou encore les régions centrales des noyaux actifs de galaxies.

 

Pour en savoir plus sur AMBER :

 - Communiqué de presse du lancement d'AMBER avec le film sur l'instrument (http://www.insu.cnrs.fr/a695,teleobjectif-geant-observer-ciel.html)
- Site AMBER au LAOG (http://www-laog.obs.ujf-grenoble.fr/amber/)

 

© F. Millour et al. 2011 A&A, 526, 107

Images 3D de HD 62623 obtenues avec le VLTI (à gauche), comparées à un modèle de disque en rotation (à droite). Les encarts montrent la cinématique du gaz (3ème dimension) : le gaz représenté en bleu se rapproche de l'observateur, tandis que le gaz représenté en rouge s'en éloigne.

 

Notes :

(1) La radioastronomie utilise des antennes pour sonder le rayonnement électromagnétique dans le domaine des ondes radio émis par des astres tels que les galaxies ou les étoiles.

(2) L'interférométrie consiste à observer un même objet avec plusieurs télescopes et à combiner les faisceaux provenant de chacun des télescopes de manière à obtenir une image cohérente correspondant à ce qui serait observé avec un télescope virtuel dont le diamètre serait équivalent à la distance séparant les télescopes utilisés. Elle est couramment utilisée dans le domaine radio et maintenant dans le domaine infrarouge.

(3) L'interférométrie radio combine plusieurs antennes radio pour améliorer la résolution des images obtenues en radioastronomie. Elle s'apparente à l'interférométrie infrarouge, utilisée ici.

(4) Trajectoire en ellipse autour de l'étoile et surtout, dans ce cas, décroissance de la vitesse des astres (ici du disque) en fonction de la distance au Soleil (ici HD 62623).

 

Références :

Imaging the spinning gas and dust in the disc around the supergiant A[e] star HD 62623
F. Millour1;2, A. Meilland2, O. Chesneau1, Ph. Stee1, S. Kanaan1;3, R. Petrov1, D. Mourard1, and S.Kraus2;4
1 Laboratoire FIZEAU, Université de Nice-Sophia Antipolis, Observatoire de la Cote d'Azur, 06108 Nice, France
2 Max-Planck-Institute for Radioastronomy, Auf dem Hügel 69, 53121, Bonn, Germany
3 Departamento de Física y Astronomía, Universidad de Valparaíso, Errazuriz 1834, Valparaso, Chile.
4 Department of Astronomy, University of Michigan, 500 Church Street, Ann Arbor, Michigan 48109-1090, USA
Astronomy & Astrophysics manuscript no. 16193paper : Consulter le site web

 

Source : CNRS http://www2.cnrs.fr/presse/communique/2088.htm

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


 

Des acides aminés pourraient être présents à la surface de Titan : Une étude expérimentale récente menée sur des analogues d'aérosols de l'atmosphère de Titan synthétisés au LISA (Laboratoire Interuniversitaire des Systèmes Atmosphériques, CNRS, Universités Paris-est Créteil et Paris Diderot), a montré que dans des conditions simulant l'environnement de Titan, ces aérosols pouvaient une fois au sol produire des acides aminés.

 


 

Le cargo spatial Progress M-08M fait ses adieux à l'ISS : La mission du cargo spatial russe Progress M-08M au sein de la Station spatiale internationale (ISS) est terminée, il a été désarrimé et finira ses jours dans la zone du Pacifique interdite à la navigation, a annoncé lundi à RIA Novosti un porte-parole du Centre russe de contrôle des vols (Tsoup). "L'ordre de désarrimer a été donné à 3h40, heure de Moscou (0.40 GMT). Actuellement, le cargo est déjà séparé de la station. Vers 9h07 les fragments du cargo qui n'auront pas brulé dans les couches denses de l'atmosphère s'abîmeront dans le Pacifique", a indiqué l'interlocuteur de l'agence. Les cargos précédents servaient aussi à réaliser des expériences scientifiques avant d'être immergés dans l'océan, mais cette fois-ci, il a été décidé de se séparer du cargo le jour même du désarrimage. [Source : RIA Novosti]

 


 

Décollage de la fusée emportant un véhicule cargo pour l'ISS : Une fusée japonaise, emportant un véhicule cargo inhabité pour la Station spatiale internationale (ISS), a décollé samedi 22 Janvier 2011 dans l'après-midi de l'île de Tanegashima (sud), a annoncé l'Agence d'exploration spatiale japonaise (Jaxa). Le tir était un succès et le cargo a réussi à se séparer de la fusée comme prévu, a indiqué la Jaxa. La fusée H-2B, dont le décollage était itinialement prévu pour jeudi dernier, a été lancée à 14H37 heure locale (05H37 GMT) depuis le centre spatial de Tanegashima après un report de jeux jours pour cause de météo défavorable. Selon la Jaxa, la fusée emporte le véhicule cargo HTV2, qui devrait rejoindre l'ISS vendredi. Le cargo comprend également des équipements pour le laboratoire japonais Kibo, des nourritures et de l'eau potable pour les résidents de l'ISS.

 


21 Janvier 2011

Survol rapproché de Mars Express de la lune martienne Phobos

 

Crédit : ESA/DLR/FU Berlin (G. Neukum)

 

Mars Express a retourné des images du survol de Phobos le 09 Janvier 2011. Mars Express est passé auprès de la plus grande lune de Mars à une distance de 100 km.

 

Image du canal Stéréo-1 de Phobos : Cette image a été photométriquement augmentée pour illuminer des secteurs plus foncés. Résolution : 4.1 m/pixel.

Crédit : ESA/DLR/FU Berlin (G. Neukum)

 

Image en 3-D (anaglyphe rouge-cyan) : La caméra HRSC a enregistré des images de Phobos le 9 janvier 2011 depuis une distance de 100 kilomètres avec une résolution de 8.1 m/pixel. En raison de la géométrie de visionnement en stéréo pendant le survol une petite partie du bord de la lune est seulement visible pour l'oeil droit ayant pour résultat une perception en 3-D anormale dans ce secteur. Cette partie a été légèrement ajustée pour une meilleure vision. Egalement, pour l'oeil gauche au bord gauche de l'image quatre petites lacunes de données ont été interpolées.

Crédit : ESA/DLR/FU Berlin (G. Neukum)

 

Images SRC : 7 images SRC avec une résolution d'environ 3 m/pixel ont été superposées à l'image de nadir du HRSC. Les images Super Resolution Channel montrent plus de détails de la surface de Phobos.

Crédit : ESA/DLR/FU Berlin (G. Neukum)

 

Séquence de 5 canaux HRSC, orbite 8974 : (de gauche à droite) stéréo S1 (4.1 m/pixel), photométrique P1 (8.1 m/pixel), nadir ND (3.9 m/pixel), photométrique p2 (8.2 m/pixel), stéréo S2 (4.3 m/pixel).

Crédit : ESA/DLR/FU Berlin (G. Neukum)

 

Site d'atterrissage prévu de la mission russe Phobos-Grunt : Image de Phobos avec une résolution de 8.2 m/pixel en orbite 8974. Les ellipses indiquent les sites d'atterrissage prévus (en rouge) et actuellement considérés (en bleu) pour la mission russe Phobos-Grunt.

Crédit : ESA/DLR/FU Berlin (G. Neukum)

 

http://www.esa.int/SPECIALS/Mars_Express/SEMIPY6SXIG_0.html

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


 

Pas de lien direct entre les trous noirs et la matière sombre : Les trous noirs massifs ont été trouvés dans les centres de presque toutes les galaxies, où les plus grandes galaxies - qui sont aussi celles enfoncées dans les plus grands halos de matière noire - recèlent la plupart des trous noirs massifs. Cela a conduit à spéculer qu'il ya un lien direct entre la matière sombre et les trous noirs, c'est-à-dire, que la physique exotique contrôle la croissance d'un trou noir. Les scientifiques du Max Planck Institute of Extraterrestrial Physics, de l'Observatoire de l'Université de Munich, et l'Université du Texas à Austin ont mené une vaste étude des galaxies pour prouver que la masse du trou noir n'est pas directement liée à la masse du halo de matière sombre, mais plutôt semble être déterminée par la formation du bulbe de galaxie. Leurs conclusions sont publiées dans une lettre à la revue Nature le 20 Janvier.

 

La plus chaude planète découverte : Les astronomes ont découvert la plus chaude planète extrasolaire à ce jour. A une température de 3.200 degrés Celsius la géante de gaz WASP-33b est plus chaude que de nombreuses étoiles. Son orbite serrée et la chaude étoile hôte sont responsables des températures élevées.

 


19 Janvier 2011

La nébuleuse d'Orion : encore pleine de surprises

 

Crédit : ESO and Igor Chekalin

 

Cette image de la nébuleuse d'Orion à l'aspect éthéré a été obtenue avec la caméra WFI installée sur le télescope de 2,2 mètres MGP/ESO à l'Observatoire de La Silla au Chili. Cette nébuleuse est bien plus qu'un bel objet céleste. En offrant aux astronomes une vue en gros plan d'une région massive de formation stellaire, elle permet de faire progresser notre compréhension de la naissance et de l'évolution des étoiles. Les données utilisées pour cette image ont été sélectionnées par Igor Chekalin (Russie), qui a participé au concours d'astrophotographie « Les Trésors Cachés 2010 de l'ESO ». La composition de la nébuleuse d'Orion réalisée par Igor Chekalin a obtenu le septième plus haut score du concours alors qu'une autre de ses images remportait le premier prix.

 

Crédit : ESO and Igor Chekalin

 

La nébuleuse d'Orion, aussi connue sous le nom de Messier 42, est l'un des objets célestes les plus faciles à reconnaître et l'un des mieux étudiés. C'est un énorme complexe de gaz et de poussière où se forment des étoiles massives et c'est la région de ce genre la plus proche de la Terre. Le gaz lumineux y est si brillant qu'elle peut être vue à l'il nu et c'est un paysage fascinant quand on l'observe au télescope. Malgré son caractère familier et sa proximité, il y a encore beaucoup à apprendre sur cette nurserie stellaire. Ce n'est par exemple qu'en 2007 que l'on a constaté qu'elle était plus proche de la Terre que ce que l'on pensait : 1350 années-lumière au lieu de 1500 années-lumière.

 

Les astronomes ont utilisé la caméra WFI (Wide Field Imager) avec le télescope de 2,2 mètres MGP/ESO à l'Observatoire de La Silla de l'ESO au Chili pour observer les étoiles dans Messier 42. Ils ont trouvé que les naines rouges peu lumineuses situées dans l'amas d'étoiles associées au gaz lumineux irradiaient au total bien plus de lumière que ce que l'on pensait auparavant, leur donnant ainsi une autre vision de l'intérieur de ce fameux objet et des étoiles qu'il héberge. Les données recueillies pour ce projet scientifique, sans aucune intention initiale d'en faire une image en couleurs, ont maintenant été réutilisées pour créer l'image très détaillée de Messier 42 présentée ici.

 

Cette image est composée de plusieurs clichés pris, au total, avec cinq filtres différents. La lumière passée à travers un filtre rouge ainsi que celle passée à travers un filtre montrant le rayonnement de l'hydrogène sont colorées en rouge. La lumière dans la partie jaune-vert du spectre est colorée en vert, la lumière bleue en bleue et la lumière passée à travers un filtre ultraviolet a été colorée en violet. Les temps de pose ont été d'environ 52 minutes à travers chaque filtre.

 

L'image a été traitée par l'ESO en utilisant les données observationnelles trouvées par Igor Chekalin (Russie) [1] qui a participé au concours d'astrophotographie « Les Trésors Cachés 2010 de l'ESO» [2], organisé par l'ESO en octobre-novembre 2010 pour tous ceux qui aiment faire de belles images du ciel nocturne en utilisant de véritables données astronomiques.

 

Notes

[1] Igor Chekalin a cherché dans les archives de l'ESO et a identifié des jeux de données qu'il a utilisés pour composer son image de Messier 42 qui fut classée septième du concours, sur près de 100 images. Son travail original est visible ici. Igor Chekalin a reçu le premier prix du concours pour sa réalisation de l'image de Messier 78. Il a également soumis une image de NGC3169, NGC3166 et SN 2003cg qui a été classée seconde.

 

[2] Le concours « Les Trésors cachés 2010 de l'ESO » a donné l'opportunité aux astronomes amateurs de chercher dans les archives volumineuses de données astronomiques de l'ESO, espérant dénicher un joyau bien caché n'attendant qu'à être taillé par les concurrents. Les participants ont proposé près de cent images et les dix personnes les plus douées ont reçu des prix très attrayants, dont un voyage totalement pris en charge pour le vainqueur à destination du VLT (Very Large Telescope) de l'ESO au Cerro Paranal, au Chili, le télescope optique le plus avancé au monde. Les dix gagnants ont soumis un total de 20 images qui ont été parmi les mieux classées du concours sur près de 100 images.

 

Plus d'informations 

L'ESO - l'Observatoire Européen Austral - est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 14 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et VISTA, le plus grand télescope pour les grands relevés. L'ESO est le partenaire européen d'ALMA, un télescope astronomique révolutionnaire. ALMA est le plus grand projet astronomique en cours de réalisation. L'ESO est actuellement en train de programmer la réalisation d'un télescope européen géant l'E-ELT- qui disposera d'un miroir primaire de 42 mètres de diamètre et observera dans le visible et le proche infrarouge. L'E-ELT sera « l'il tourné vers le ciel » le plus grand au monde.

 

Liens

Le concours « les Trésors Cachés de l'ESO 2010 » 

Les articles scientifiques :

http://adsabs.harvard.edu/abs/2009ApJS..183..261D

http://iopscience.iop.org/0004-637X/722/2/1092

Des photos de l'Observatoire de La Silla

 

Source : ESO http://www.eso.org/public/france/news/eso1103/

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


19 Janvier 2011

Comètes C/2011 A3 (Gibbs) et P/2006 U1 = 2011 A4 (LINEAR)

 

Nouvelles du Ciel

 

C/2011 A3 (Gibbs)

Une nouvelle comète a été découverte le 15 janvier 2011 par Alex Gibbs dans le cadre du Catalina Sky Survey. La nature cométaire de l'objet a été confirmée, après publication sur la page NEOCP du Minor Planet Center, par K. Nishiyama, T. Sakamoto et A. Asami (Bisei Spaceguard Center--BATTeRS), J. Camarasa (Paus Observatory, Sabadell), L. Buzzi (Schiaparelli Observatory), H. Sato (Nerpio Obs.), S. Baroni, L. Buzzi, P. Concari, S. Foglia, G. Galli, M. Tombelli, P. Camilleri, G. Sostero et E. Guido (Tzec Maun Observatory, Mayhill), Rolando Ligustri (RAS Observatory, Mayhill), Ernesto Guido (RAS Observatory, Mayhill), A. Boattini (Mt. Lemmon Survey), et K. Kadota (Ageo Obs.).

 

Les éléments orbitaux préliminaires de la comète C/2011 A3 (Gibbs) indiquent un passage au périhélie le 04 Octobre 2011 à une distance d'environ 1,1 UA du Soleil.

http://www.minorplanetcenter.org/mpec/K11/K11B07.html (MPEC 2011-B07)

 

Les observations supplémentaires indiquent un passage au périhélie le 16 Décembre 2011 à une distance d'environ 2,3 UA du Soleil.

http://www.minorplanetcenter.org/mpec/K11/K11C16.html (MPEC 2011-C16)

http://ubasti.cfa.harvard.edu/~cgi/ReturnPrepEph?d=c&o=CK11A030

http://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2011%20A3;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 

P/2006 U1 = 2011 A4 (LINEAR)

Leonid Elenin (Lyubertsy, Russie) a annoncé sa redécouverte de la comète P/2006 U1 (LINEAR) les 14 et 15 Janvier 2011, en utilisant l'astrographe de 45-cm f/2.8 commandé à distance de l'Observatoire ISON-NM près de Mayhill.

 

La comète P/2006 U1, découverte le 19 Octobre 2006 par le télescope de surveillance LINEAR, avait été observée pour la dernière fois le 13 Janvier 2007.

 

Les éléments orbitaux de la comète P/2006 U1 = 2011 A4 (LINEAR) indiquent un passage au périhélie le 16 Avril 2011 à une distance d'environ 0,5 UA du Soleil, et une période d'environ 4,63 ans.

http://www.minorplanetcenter.org/mpec/K11/K11B08.html (MPEC 2011-B08)

 

Satisfaisant aux conditions requises, la comète P/2006 U1 = 2011 A4 (LINEAR) a reçu la dénomination définitive de 249P/LINEAR en tant que 249ème comète périodique numérotée.

http://ubasti.cfa.harvard.edu/~cgi/ReturnPrepEph?d=c&o=0249P

http://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=P%2F2010%20A4;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 

Date des PASSAGES au PERIHELIE des COMETES Date, Périodes de révolution, Distance au Soleil 

COMETES - Magnitudes prévues pour les prochains mois

Liste des comètes potentiellement observables - éléments orbitaux

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


 

INTRUS 2011 AN52, un astéroïde de type Apollo d'à peu près 6 mètres de diamètre découvert le 14 Janvier 2011 à 07h50 UTC par le Mt. Lemmon Survey, annoncé par la circulaire MPEC 2011-A71, s'approche de notre planète le 17 Janvier 2011 vers 23h19 UTC (< 1 minute) à une distance nominale estimée à environ 318.700 km, soit environ 0,84 LD (1 LD = Distance moyenne Terre-Lune = 380.000 km). Quelques heures auparavant, le 17 Janvier 2011 vers 17h29 UTC (± 1 minute), l'astéroïde passe à une distance nominale d'environ 317.000 km (0,83 LD) de la Lune.

 


15 Janvier 2011

Comète C/2011 A2 (Scotti)

 

Nouvelles du Ciel

 

Une nouvelle comète a été découverte le 11 Janvier 2011 par Jim V. Scotti (Lunary and Planetary Laboratory) avec le télescope de 0.9-m du Steward Observatory, Kitt Peak. Des observations supplémentaires ont été effectuées par J. V. Scotti et T. H. Bressi avec le télescope Spacewatch II de 1.8-m. Après publication sur la page NEOCP du Minor Planet Center, l'objet a été confirmé par N. Hashimoto, S. Okumura (Bisei Spaceguard Center--BATTeRS), P. Ruiz (ESA Optical Ground Station, Tenerife), T. Lister (Siding Spring-Faulkes Telescope South), H. Sato (Nerpio Obs.), G. Hug (Sandlot Observatory, Scranton), et W. H. Ryan (Magdalena Ridge Observatory, Socorro).

 

Les éléments orbitaux préliminaires de la comète C/2011 A2 (Scotti) indiquent un passage au périhélie le 01 Janvier 2011 à une distance d'environ 1,7 UA du Soleil.

http://www.minorplanetcenter.org/mpec/K11/K11A65.html (MPEC 2011-A65)

 

Les observations supplémentaires indiquent qu'il s'agit d'une comète périodique avec un passage au périhélie le 22 Décembre 2010 à une distance d'environ 1,5 UA du Soleil, et une période d'environ 5,7 ans.

http://www.minorplanetcenter.org/mpec/K11/K11D06.html (MPEC 2011-D06)

http://ubasti.cfa.harvard.edu/~cgi/ReturnPrepEph?d=c&o=CK11A020

http://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2011%20A2;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 

Date des PASSAGES au PERIHELIE des COMETES Date, Périodes de révolution, Distance au Soleil 

COMETES - Magnitudes prévues pour les prochains mois

Liste des comètes potentiellement observables - éléments orbitaux

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


14 Janvier 2011

Deux visages de la galaxie du Tourbillon

 

Crédit pour l'image NICMOS : NASA, ESA, M. Regan and B. Whitmore (STScI), and R. Chandar (University of Toledo); Crédit pour l'image ACS : NASA, ESA, S. Beckwith (STScI), and the Hubble Heritage Team (STScI/AURA)

 

Ces images par le télescope spatial Hubble montrent deux vues de face radicalement différentes de la galaxie spirale M51, surnommée la galaxie du Tourbillon (ou Whirlpool Galaxy).

 

Crédit pour l'image NICMOS : NASA, ESA, M. Regan and B. Whitmore (STScI), and R. Chandar (University of Toledo) ; Crédit pour l'image ACS : NASA, ESA, S. Beckwith (STScI), and the Hubble Heritage Team (STScI/AURA)

 

L'image à gauche, prise en lumière visible, met en évidence les attributs d'une galaxie spirale typique, y compris les bras gracieux et incurvés, les roses régions de formation stellaire, et les brillantes rangées bleues d'amas d'étoiles. Dans l'image à droite, la majeure partie de la lumière des étoiles a été enlevée, révélant la structure squelettique de poussières de Whirlpool, comme on le voit en lumière proche infrarouge. Cette nouvelle image est la vue la plus nette de la poussière dense dans M51. Les lignes étroites de poussières révélérs par Hubble reflètent le surnom de la galaxie, la galaxie du Tourbillon, comme si elles tourbillonnaient vers noyau de la galaxie. Ces images ont étébprésentées le 13 Janvier 2011, à la réunion de l'American Astronomical Society à Seattle, Washington.

 

http://hubblesite.org/newscenter/archive/releases/2011/03/

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

  

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


 

Chandra image le torrent de formation d'étoiles : Une nouvelle image de l'Observatoire de rayons X Chandra de Messier 82, ou M82, montre le résultat d'une formation d'étoiles à vitesse surmultipliée. A une distance de seulement 12 millions d'années-lumière, M82 fournit un laboratoire cosmique unique pour étudier des conditions semblables à celles qui existaient il y a des milliards d'années quand les étoiles se formaient à un rythme effréné dans la plupart des galaxies.

 

Des astronomes découvrent des paires liées étroitement de trous noirs massifs : Une équipe d'astronomes a découvert 16 paires étroitement liées de trous noirs supermassifs dans des galaxies en train de fusionner. Ces paires de trous noirs, également appelées des binaires, sont environ cent mille fois plus rapprochées que la plupart de celles qui avaient été observées auparavant, fournissant aux astronomes un aperçu de la façon dont ces mastodontes et leurs galaxies hôtes fusionnent - une partie cruciale pour comprendre l'évolution de l'Univers. Bien que peu de similaires paires proches ont été vues précédemment, ceci est la plus grande population de tels objets observés en tant que résultat d'une recherche systématique.

 

Pas si standard que ça : Des astronomes ont déniché la première preuve directe que « les bougies standard » utilisées pour illuminer la taille de l'Univers, nommée Céphéides, perdent de la masse, les rendant pas tout à fait standard que l'on pensait. Les résultats, faits avec le télescope spatial Spitzer de la NASA, aideront les astronomes à faire des mesures bien plus précises de la taille, de l'âge et du rythme d'expansion de notre Univers.

 

L'amas de galaxies le plus lointain : Des astronomes ont découvert une métropole galactique en pleine expansion, la plus éloignée connue dans le premier Univers. Cette collection antique de galaxies s'est vraisemblablement développée dans un amas moderne de galaxies semblable aux massives vues aujourd'hui. L'amas en développement, appelé COSMOS-AzTEC3, a été découvert et caractérisé par des télescopes de multi-longueur d'onde, dont les télescopes spatiaux Spitzer, Chandra et Hubble, et les télescopes au sol W.M. Keck Observatory et le Subaru Telescope du Japon. Les scientifiques se réfèrent à ce groupe croissant de galaxies comme un proto-amas. COSMOS-AzTEC3 est le proto-amas massif le plus éloigné connu, et également un des plus jeunes, parce qu'on le voit quand l'Univers lui-même était jeune. L'amas est approximativement à 12.6 milliards d'années-lumière de la Terre. On estime que notre Univers est âgé de 13.7 milliards d'années. Précédemment, des versions plus adultes de ces amas avaient été repérées à une distance de 10 milliards d'années-lumière.

 


13 Janvier 2011

Comète P/2011 A1 (Larson)

 

Nouvelles du Ciel

 

Steve M. Larson a annoncé sa découverte d'une nouvelle comète le 10 Janvier 2011 dans le cadre du Catalina Sky Survey. Des images de confirmation ont été prises par Richard A. Kowalski (Mt. Lemmon Survey), et après publication sur la page NEOCP du Minor Planet Center, W. H. Ryan (Magdalena Ridge Observatory, Socorro) a également confirmé la nature cométaire de cet objet. Des observations de la comète effectuées le 11 Décembre 2010 dans le cadre du Catalina Sky Survey ont été identifiées par Tim Spahr (MPC).

 

Les éléments orbitaux préliminaires de la comète P/2011 A1 (Larson) indiquent un passage au périhélie le 15 Novembre 2010 à une distance d'environ 2,2 UA du Soleil, et une période d'environ 7,3 ans.

http://www.minorplanetcenter.org/mpec/K11/K11A46.html (MPEC 2011-A46)

 

Les observations supplémentaires indiquent un passage au périhélie le 14 Novembre 2010 à une distance d'environ 2,2 UA du Soleil, et une période d'environ 7,2 ans.

http://www.minorplanetcenter.org/mpec/K11/K11A67.html (MPEC 2011-A67)

 

La comète P/2011 A1 (Larson), à l'occasion de ses précédents passages au périhélie du 31 Mai 1996 et du 30 Août 2003, a été retrouvée par Syuichi Nakano dans les observations Spacewatch du Steward Observatory de Kitt Peak datant du 22 Décembre 1995 et du 29 Février 2004, et également par Maik Mayer dans les données Palomar Mountain/NEAT en date des 09 et 29 Octobre 2002.

http://www.minorplanetcenter.org/mpec/K11/K11F21.htm (MPEC 2011-F21)

 

Satisfaisant aux conditions requises, la comète P/2011 A1 (Larson) a reçu la dénomination définitive de 250P/Larson en tant que 250ème comète périodique numérotée.

 

http://www.oaa.gr.jp/~oaacs/nk/nk2048.htm

 

http://ubasti.cfa.harvard.edu/~cgi/ReturnPrepEph?d=c&o=PK11A010

http://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=%20P%2F2011%20A1;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 

Date des PASSAGES au PERIHELIE des COMETES Date, Périodes de révolution, Distance au Soleil 

COMETES - Magnitudes prévues pour les prochains mois

Liste des comètes potentiellement observables - éléments orbitaux

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


 

Le radar révèle les caractéristiques de l'astéroïde : L'imagerie radar du Goldstone Solar System Radar de la NASA dans le désert de Californie les 11 et 12 Décembre 2010 a révélé les caractéristiques déterminantes de l'astéroïde 2010 JL33 récemment découvert. Les images ont été transformées en un film court qui montre la rotation et la forme de l'objet céleste. Une équipe menée par Marina Brozovic, une scientifique au JPL (Jet Propulsion Laboratory) de la NASA à Pasadena, Californie, a fait la découverte. « L'astéroïde 2010 JL33 a été découvert le 06 Mai par le Mount Lemmon Survey en Arizona, mais avant les observations par radar, peu était connu à son sujet, » note Lance Benner, un scientifique au JPL. Les données du radar indiquent que 2010 JL33 est un objet irrégulier et ovale d'approximativement 1,8 kilomètre de large qui tourne une fois toutes les neuf heures. Le dispositif le plus remarquable de l'astéroïde est une grande concavité qui peut être un cratère d'impact. Les images dans le film couvre environ 90 pour cent d'une rotation. Au moment où il était imagé, l'astéroïde était à environ 22 fois la distance entre la Terre et la Lune (8,5 millions de kilomètres). A cette distance, les signaux par radio de l'antenne radar de Goldstone employée pour faire les images ont mis 56 secondes pour aller de la Terre à l'astéroïde et revenir à nouveau vers la Terre.

 


12 Janvier 2011

La plus grande image du ciel jamais obtenue

 

© M. Blanton, SDSS-III

 

La collaboration Sloan Digital Sky Survey-III, qui regroupe notamment des chercheurs du CNRS et du CEA, vient de mettre à la disposition de la communauté scientifique internationale le plus grand relevé du ciel jamais effectué, à l'occasion de la réunion annuelle de la Société Américaine d'Astronomie qui se tient à Seattle du 10 au 13 janvier 2011. Ce relevé a permis de construire une image dont on a extrait un catalogue de sources d'une grande partie du ciel en cinq couleurs et d'une qualité sans précédent (couverture du ciel, profondeur, précision de la mesure des luminosités). Ce catalogue, qui contient environ 470 millions d'objets (galaxies, étoiles, quasars...), fait l'objet d'une publication dans la revue Astrophysical Journal Supplements.

 

L'image du ciel obtenue est d'une résolution d'un térapixel (mille milliards de pixels) et en cinq couleurs. Comme le prestigieux relevé du ciel Palomar Sky Survey des années 1950, elle devrait être la référence des observateurs pour de nombreuses années à venir. Elle permettra aux astronomes de trouver dans le ciel les objets qui leur serviront à appréhender un grand nombre de questions astronomiques restées sans réponse jusqu'à maintenant. Ce relevé a pu être effectué grâce à l'installation, dès 1998, de la caméra numérique la plus puissante au monde sur le télescope de 2,5 m de diamètre de l'observatoire d'Apache Point au Nouveau Mexique (États-Unis). Cette caméra a permis de constituer une image en une dizaine d'années de plus du tiers de tout le ciel. Il n'est pas possible de couvrir davantage le ciel dans de bonnes conditions depuis un seul site de prises de vue (ici, le Nouveau Mexique). Le relevé est donc terminé. L'image est désormais le point de départ d'études spectroscopiques ambitieuses ayant pour but de caractériser des sources extragalactiques sélectionnées grâce à leurs couleurs et d'en faire le spectre à l'aide d'un spectrographe capable d'observer plus de mille objets à la fois.

 

Le relevé de SDSS-III. En haut à gauche, un détail révélant la galaxie spirale M 33. En haut au centre, détail de M 33 avec ses bras spiraux et les régions d'hydrogène ionisé en bleu qui sont des zones de formation intense d'étoiles. En haut à droite, détail de l'une de ces régions HII, NGC 604. En bas à gauche, l'hémisphère sud et à droite, l'hémisphère nord. © M. Blanton, SDSS-III.

 

L'une de ces études, SDSS-III Baryon Oscillation Spectroscopic Survey (BOSS) ou « recherche spectroscopique des oscillations baryoniques », a débuté il y a plus d'un an et durera cinq ans. Elle a pour but de mesurer la distance de millions de galaxies et quasars afin de mettre en évidence les structures de l'Univers à grande échelle. Elle permettra d'obtenir de nouveaux éléments pour comprendre la nature de l'énergie noire, l'un des grands mystères de la physique actuelle. D'autres informations issues de l'image serviront également à compléter les données scientifiques accumulées sur la structure de notre Galaxie, enrichissant ainsi le catalogue des étoiles du relevé SEGUE-2 (Sloan Extension for Galactic Understanding and Evolution). Ce dernier contient les mesures spectroscopiques de 118 000 étoiles à différentes latitudes. Il concerne à la fois des mesures des vitesses des étoiles et des mesures de propriétés intrinsèques (température, luminosité et composition chimique) qui vont permettre de tracer la structure, la dynamique et caractériser l'évolution de la composition chimique de notre Galaxie. Avec ce relevé, les chercheurs souhaitent obtenir de nouvelles informations sur la formation et l'évolution de notre Galaxie, ce qui permettra de mieux comprendre la formation des galaxies dans l'Univers.

 

La communauté française est très impliquée dans ces études puisque six laboratoires français y participent : le laboratoire Astroparticule et cosmologie (CEA/CNRS/Université Paris Diderot- Paris 7/Observatoire de Paris), l'Institut d'astrophysique de Paris (CNRS/UPMC), l'Institut de Recherche sur les lois Fondamentales de l'Univers (IRFU, CEA), le Laboratoire d'astrophysique de Marseille (CNRS/Université de Provence), le Centre de physique des particules de Marseille (CNRS/Université de la Méditerranée) et l'Observatoire Terre-Homme-Environnement-Temps-Astronomie de Franche-Comté (CNRS/Université de Besançon). Ces laboratoires participent aux relevés BOSS et SEGUE-2.

 

Référence : 

Aihara et al., The Eighth Data Release of the Sloan Digital Sky Survey: First Data from SDSS-III, arxiv/astro-ph 1101.1559 ; Une description du relevé SDSS-III est publiée à la même occasion : Eisenstein et al., SDSS-III: Massive Spectroscopic Surveys of the Distant Universe, the Milky Way Galaxy, and Extra-Solar Planetary Systems, arxiv/astro-ph 1101.1529. Les données sont disponibles sur http://www.sdss3.org/dr8.

 

Source : Communiqué CNRS - CEA http://www.insu.cnrs.fr/co/univers/observer-modeliser/observer/la-plus-grande-image-du-ciel-jamais-obtenue

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


12 Janvier 2011

Planck éclaire d'un jour nouveau la scène cosmique

 

Crédit : ESA/Planck Collaboration

 

Les premiers résultats scientifiques de la mission Planck de l'ESA ont été présentés à la presse aujourd'hui à Paris. Ils concernent au premier chef les objets les plus froids de l'univers, depuis la Voie lactée jusqu'aux confins de l'espace.

 


Crédit : ESA/Planck Collaboration

 

Pour paraphraser William Shakespeare, on pourrait écrire : "L'univers est un théâtre et les galaxies ne sont que des acteurs". C'est ce théâtre et ces acteurs que la mission Planck nous révèle aujourd'hui, avec pour toile de fond l'évolution de notre univers.

Après la publication par l'ESA, en juillet dernier, du premier relevé complet du ciel réalisé par le satellite Planck, voici maintenant les premiers résultats scientifiques de la mission.

Présentés cette semaine par les scientifiques regroupés au sein de la "Collaboration Planck" lors d'une grande conférence tenue à Paris, ces résultats sont issus de 25 articles soumis à la revue Astronomy & Astrophysics.

Ils s'appuient, pour la plupart d'entre eux, sur la première édition du catalogue de sources compactes, qui constitue, en quelque sorte, le casting de la pièce.

Etabli à partir du relevé du ciel réalisé en continu par Planck dans les longueurs d'onde millimétriques et submillimétriques, ce catalogue contient plusieurs milliers de sources très froides, qu'il appartient maintenant à la communauté scientifique d'explorer.

"C'est une étape majeure pour Planck. Jusqu'ici, tout tournait autour de la collecte des données et de leur potentiel prometteur. Maintenant, nous pouvons enfin passer au stade des découvertes," a déclaré Jan Tauber, responsable scientifique du projet Planck à l'ESA.

On peut se représenter l'univers comme la scène du grand théâtre cosmique sur laquelle se déroule une pièce en trois actes.

Les télescopes fonctionnant dans la lumière visible ne donnent à voir pratiquement que le dernier acte : le ballet des galaxies qui nous entourent. En effectuant des mesures dans des longueurs d'onde comprises entre l'infrarouge et les ondes hertziennes, Planck parvient à remonter le temps et à nous présenter les deux actes précédents.

Les résultats publiés aujourd'hui contiennent de nouvelles informations importantes sur l'acte II, qui correspond à la formation des galaxies.

Planck a mis en évidence une autre population de galaxies invisibles par des moyens classiques, constituées à partir de nuages de poussière il y a plusieurs milliards d'années et au sein desquelles les étoiles se sont formées à un rythme 10 à 1000 fois supérieur à celui que connaît notre galaxie aujourd'hui. Aucune observation de cette population n'avait encore été faite dans ces longueurs d'ondes.

"Pour l'instant, nous sommes en train d'apprendre à utiliser ces données pour en extraire le maximum d'informations", déclare Jean-Loup Puget du CNRS, Université Paris-Sud, Orsay (France).

A terme, c'est l'acte I qui nous sera révélé par Planck avec un luxe de détails inédit : celui de la formation des premières structures à grande échelle de l'univers, qui allaient, plus tard, donner naissance aux galaxies. Ces structures peuvent être mises en évidence par l'étude du rayonnement fossile, écho du Big Bang émis 380 000 ans seulement après celui-ci, lorsque l'univers est entré en phase de refroidissement.

Or, pour pouvoir faire des observations précises, il faut tout d'abord éliminer les émissions parasites provenant de tout un ensemble de sources qui occupent le devant de la scène. Il s'agit notamment des différents objets répertoriés dans la première édition du catalogue de sources compactes, ainsi que de diverses sources d'émission diffuse.

Aujourd'hui, une étape importante vient d'être annoncée dans la suppression de cette contamination. On connaissait l'existence d'une "émission micro-onde anormale", rayonnement diffus étroitement corrélé avec les régions de poussière dense de notre galaxie, mais on en cherchait en vain l'origine depuis plusieurs dizaines d'années.

Or, les mesures réalisées par Planck sur un éventail de longueurs d'onde exceptionnel confirment la théorie selon laquelle cette émission provient de grains de poussière animés d'une vitesse de rotation de plusieurs dizaines de milliards de cycles par seconde, qui entrent en collision soit avec des atomes évoluant à haute vitesse, soit avec des photons ultraviolets. 

Cette découverte permet d'isoler les données Planck de la "pollution" micro-onde locale avec une plus grande précision, débarrassant ainsi le rayonnement fossile de toute altération.

"C'est un progrès considérable, rendu possible par l'exceptionnelle qualité des données Planck", déclare Clive Dickinson de l'Université de Manchester (Royaume-Uni).

Parmi les nombreux autres résultats présentés aujourd'hui, Planck a révélé de nouveaux détails sur une autre catégorie d'acteurs du théâtre cosmique : les amas de galaxies lointains, dont la silhouette massive se détache du fond cosmologique.

Les scientifiques en ont recensé jusqu'ici 189, y compris 20 amas inconnus, dont l'existence est en cours de validation par XMM-Newton, l'observatoire dans le rayonnement X de l'ESA.

En balayant la totalité du ciel, Planck met toutes les chances de son côté pour détecter les rares apparitions des amas les plus massifs, dont le nombre est un indicateur fiable permettant de caractériser l'univers dans lequel nous vivons, notamment sa vitesse d'expansion et la quantité de matière qu'il contient. 

"Ces observations sont autant d'éléments qui font progresser notre connaissance de l'univers", déclare Nabila Aghanim du CNRS, Université Paris-Sud, Orsay (France).

David Southwood, Directeur Science et Exploration robotique à l'ESA, ajoute : "Les résultats d'aujourd'hui ne sont que la partie émergée de l'iceberg. Planck va au-delà de nos attentes grâce au dévouement de tous ceux qui ont participé au projet".

"Ce catalogue contient encore une masse de données brutes qui promettent bien d'autre découvertes. Sans oublier l'objectif ultime de notre quête : le rayonnement fossile proprement dit".

Planck continue à scruter l'univers. Grâce à ses prochaines observations, qui doivent être publiées en janvier 2013, le rideau se lèvera sur le rayonnement fossile, scène d'ouverture du grand théâtre cosmique par laquelle toute a commencé.

 

Source : Communiqué de presse de l'ESA N°03-2011 http://www.esa.int/export/esaCP/SEMUVC3SNIG_France_0.html

 

Communiqué INSU-CNES-CEA  http://www.insu.cnrs.fr/a3668,satellite-planck-livre-ses-premiers-resultats.html

 

http://sci.esa.int/science-e/www/object/index.cfm?fobjectid=48201

 

http://www.sciops.esa.int/index.php?project=PLANCK&page=Planck_Published_Papers

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


 

Dans les enquêtes Deep Galaxy, les astronomes obtiennent un soutien - de la gravité : Dans un article publié aujourd'hui dans la revue scientifique Nature, une équipe internationale d'astronomes prédit que les galaxies de premier plan auront une incidence sur des images des galaxies très lointaines. Les champs gravitationnels des galaxies de premier plan déforment l'espace comme un miroir déformant. Cela signifie qu'une fraction importante des galaxies lointaines d'arrière-plan apparaîtront sur le ciel près des galaxies de premier plan. Les bonnes nouvelles sont que les galaxies éloignées apparaîtront plus brillantes en raison d'un phénomène appelé effet de lentille gravitationnelle. Cela devra être pris en compte lorsque les astronomes prévoient de rechercher des galaxies les plus lointaines de l'Univers avec le projet de télescope spatial James Webb.

 

Les Trésors Cachés de l'ESO mis à jour : Le concours de photographies d'astronomie Les Trésors Cachés de l'ESO 2010 » a obtenu près de 100 réponses et l'ESO est heureux d'annoncer la liste des gagnants. Le concours « Les Trésors Cachés » a donné aux astronomes amateurs l'opportunité de chercher un joyau cosmique bien caché dans les archives volumineuses de données astronomiques de l'ESO. Igor Chekalin, un passionné d'astronomie de Russie remporte le premier prix de cette difficile, mais gratifiante compétition : Un super voyage au VLT de l'ESO à Paranal, au Chili.

 


11 Janvier 2011

Hubble se concentre sur une bizarrerie spatiale

 

Crédit : NASA, ESA, and A. Feild (STScI)

 

Une fantomatique et lumineuse goutte verte de gaz est devenue l'une des grandes histoires de mystère cosmique de l'astronomie. La singularité spatiale a été remarquée en 2007 par l'enseignante hollandaise Hanny van Arkel tout en participant au projet en ligne Galaxie Zoo. La goutte cosmique, appelée Hanny Voorwerp (l'Objet d'Hanny en Néerlandais), semble être une île verte solitaire flottant près d'une galaxie en spirale d'aspect normal, appelée IC 2497. Depuis la découverte, les astronomes perplexes ont utilisé un tas de télescopes, y compris des observatoires de rayons X et de radio, pour aider à dénouer le mystère. Les astronomes ont constaté que le Voorwerp d'Hanny est la seule partie visible d'une bande gazeuse de 300 années-lumière de long s'étendant autour de la galaxie. Le verdâtre Voorwerp est visible parce qu'un faisceau de projecteur de la lumière du noyau de la galaxie l'a illuminé. Ce faisceau provient d'un quasar, un objet lumineux et énergique qui est alimenté par un trou noir. Une rencontre avec une autre galaxie peut avoir alimenté le trou noir et avoir étiré la bande gazeuse d'IC 2497.

 

Illustration Credit: NASA, ESA, and A. Feild (STScI)

Science Credit: NASA, ESA, W. Keel (University of Alabama), and the Galaxy Zoo Team

 

Maintenant, avec l'aide du télescope spatial Hubble, des astronomes ont découvert une poche de jeunes amas d'étoiles (colorée en jaune-orange dans l'image) au bout du vert Voorwerp d'Hanny. Hubble montre également que le gaz découlant d'IC 2497 (l'objet rosâtre avec les bras tourbillonnant en spirale) peut avoir incité la naissance d'étoile en comprimant le gaz dans le Voorwerp d'Hanny.

 

http://hubblesite.org/newscenter/archive/releases/2011/01/

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

  

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


11 Janvier 2011

Hubble constate que les étoiles chétives ont du punch

 

Crédit : NASA, ESA, and G. Bacon (STScI)

 

Une étude de plus de 200.000 étoiles dans notre galaxie de la Voie lactée a dévoilé le comportement parfois irascible de minuscules étoiles naines rouges. Ces étoiles, qui sont plus petites que le Soleil, peuvent relâcher des éruptions puissantes appelées "flares" qui peuvent libérer l'énergie de plus de 100 millions de bombes atomiques. Les naines rouges sont les étoiles les plus abondantes dans notre Univers et sont vraisemblablement des hôtes à de nombreuses planètes. Cependant, leur comportement erratique a pu rendre la vie désagréable, sinon impossible, pour beaucoup de mondes étrangers. Les éruptions que les étoiles relâchent frapperaient toutes les planètes les satellisant avec de la lumière UV, des éclats de rayons X, et un jet de particules chargées appelé vent stellaire.

 

Artwork Credit: NASA, ESA, and G. Bacon (STScI)

Science Credit: NASA, ESA, A. Kowalski (University of Washington), R. Osten and

K. Sahu (STScI), and S. Hawley (University of Washington)

 

En étudiant la lumière de 215.000 naines rouges collectée dans les observations du télescope spatial Hubble, les astronomes ont trouvé 100 éruptions stellaires. Les observations, réalisées sur une période de sept jours, constituent la plus grande surveillance continue d'étoiles naines rouges jamais entreprise. L'illustration montre une étoile naine rouge relâchant une puissante éruption. Une hypothétique planète est au premier plan.

 

http://hubblesite.org/newscenter/archive/releases/2011/02/

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

  

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


 

Survol à venir de la comète Tempel 1 : Le vaisseau spatial STARDUST-NeXT est placé pour survoler la comète Tempel 1 à une distance de seulement 200 kilomètres le jour de la saint Valentin, le 14 Février 2011 vers 8:36 p.m. PST (vers 04h36 UTC le 15 Février). La rencontre marque la première fois qu'une comète est visitée à deux reprises par des sondes de la Terre. La nouvelle visite fournit également la première occasion pour des observations de près d'une comète avant et après un seul passage orbital autour du Soleil. February 14, 2011 at about 8:36 p.m. PST

 

Le télescope Fermi capture des orages projettant de l'antimatière dans l'espace : Des scientifiques utilisant le télescope spatial de rayons gamma Fermi ont détecté des faisceaux d'antimatière produits au-dessus d'orages sur Terre, un phénomène jamais vu auparavant. Les scientifiques pensent que les particules d'antimatière ont été formées dans un flash de rayons gamma terrestre (TGF, terrestrial gamma-ray flash), un sursaut bref produit à l'intérieur d'orages et associé aux éclairs. Il est estimé qu'environ 500 TGFs se produisent quotidiennement dans le monde, mais la plupart ne sont pas détectés.

 

La mission Kepler découvre sa première planète rocheuse : La mission Kepler a confirmé la découverte de sa première planète rocheuse, nommée Kepler-10b. Mesurant 1,4 fois la taille de la Terre, c'est la plus petite planète découverte en dehors de notre Système solaire. La découverte de cette soi-disant exoplanète est basée sur plus de huit mois de données collectées par le vaisseau spatial de Mai 2009 jusqu'au début de Janvier 2010.

 

Cassini sonde Rhéa pour des indices sur les anneaux de Saturne : La lune de glace Rhéa de Saturne pourrait sembler un endroit étrange pour rechercher des indices pour comprendre les vastes anneaux majestueux encerclant Saturne. Mais c'est ce que le vaisseau spatial Cassini prévoit de faire lors de son prochain survol de Rhéa. Lors de l'approche au plus près, Cassini passera à environ 69 kilomètres de la surface à 04h53 UTC le mardi 11 Janvier. Ce survol est le plus proche que Cassini effectuera au-dessus de la surface de la lune glaciale.

 

Dans les galaxies éloignées, de nouveaux indices pour le mystère centenaire des molécules : Dans une étude qui repousse les limites des observations actuellement possibles depuis la Terre, une équipe de la NASA et de scientifiques européens ont enregistré les "empreintes digitales" de molécules mystérieuses dans deux galaxies lointaines, Andromède et le Triangle. Les astronomes peuvent compter sur un main le nombre de galaxies examinées jusqu'ici pour de telles empreintes digitales, qui sont pensées appartenir à de grandes molécules organiques, note le chef d'équipe, Martin Cordiner du Goddard Center for Astrobiology au Goddard Space Flight Center de la NASA à Greenbelt, Md.

 


 

Regard sur l'intérieur de Vesta : Une nouvelle sorte d'astéroïde a été découvert par des scientifiques à l'Université du Nord Dakota et du Max-Planck-Institute for Solarsystem Research. La composition minéralogique de l'objet 1999 TA10 révèle qu"il ne provient pas de la couche externe mais des parties internes de son astéroïde d'origine, Vesta. Un astéroïde avec une telle composition était inconnu auparavant.

 

L'intérieur profond de la Lune ressemble au noyau terrestre : La Lune, le voisin le plus proche de la Terre, a été longtemps étudiée pour nous aider à mieux comprendre notre propre planète. D'un intérêt particulier est l'intérieur lunaire, qui pourrait détenir des indices sur ses origines anciennes. Afin d'essayer d'extraire de l'information sur l'intérieur très profond de la Lune, une équipe de chercheurs a appliqué une nouvelle technologie à de vieilles données. Des données séismiques d'Apollo ont été réanalysées en utilisant des méthodologies modernes et il a été détecté ce que beaucoup de scientifiques prévoyaient : la Lune a un noyau. Selon les résultats de l'équipe, publiés le 06 Janvier dans l'édition en ligne de Science, la lune possède un noyau riche en fer avec une boule intérieure solide de presque 240 kilomètres de rayon, et une enveloppe liquide externe épaisse d'environ 90 kilomètres.

 

Les points chauds dans les fontaines sur la surface du Soleil peuvent expliquer le mystère du réchauffement de la couronne : Les observations de SDO (Solar Dynamics Observatory) de la NASA et du satellite japonais Hinode montrent que certains gaz dans les jets géants comme des fontaines dans l'atmosphère du Soleil connus sous le nom de spicules peuvent atteindre des températures de millions de degrés. La conclusion offre une possible nouvelle base sur la façon dont la haute atmosphère du Soleil devient tellement plus chaude que la surface du Soleil.

 

Le défilé d'identité dégage les collisions cosmiques du soupçon de favoriser la croissance de trou noir : Que se produit-il quand les galaxies entrent en collision ? Pendant des années, ces collisions cosmiques ont été blâmées pour déclencher des accès violents aux coeurs des galaxies. Maintenant, une partie remarquable de travail de détective a rendu son verdict : les fusions galactiques n'aiguisent généralement pas l'appétit des trous noirs qui alimentent ces noyaux galactiques actifs, signifiant que d'autres et moins spectaculaires phénomènes sont responsables. Dans une nouvelle étude, la plus grande de la sorte jusqu'ici, des astronomes ont mis en place une parade d'identification de galaxies pour examiner cette théorie. En comparant 140 galaxies actives à un groupe témoin de plus de 1200 galaxies inactives comparables, ils ont constaté qu'il n'y a eu aucun lien significatif entre l'activité d'AGN et les fusions galactiques dans les huit derniers milliards d'années. Par conséquent, d'autres phénomènes tels que des instabilités dans les galaxies, des collisions de nuages moléculaires ou de perturbation de marée par d'autres galaxies passant très près doivent être à blâmer à la place.

 


 

Dans le Science du 07 Janvier 2011 (Source : EurekAlert/American Association for the Advancement of Science) :

D'étranges flashes venant de la nébuleuse du Crabe : La nébuleuse du Crabe, l'un des objets astronomiques les plus étudiés dans le ciel, est connue pour ses émissions régulières de rayonnements. Deux travaux distincts dans le Science de cette semaine décrivent cependant des sursauts gamma uniques et inattendus venant de cette nébuleuse qui remettent en question les théories actuelles sur les accélérations de particules. Les émissions de cette nébuleuse sont traditionnellement stables au point que les astronomes les utilisent comme référence pour calibrer les autres sources de rayonnement qu'ils observent dans le ciel. Mais en septembre, Marco Tavani et ses collègues ont détecté avec le satellite AGILE de l'Agence Spatiale Italienne un puissant flash de rayons gamma venant de la nébuleuse du Crabe. Les chercheurs ont remarqué que ce phénomène était parallèle à un autre flash, toujours inexpliqué, qui avait déjà été détecté par AGILE venant de la nébuleuse du Crabe en octobre 2007. Durant ces deux flashes, il n'y a eu aucun signe de variation dans le pulsar qui alimente en énergie la nébuleuse. Il semble ainsi que les deux flashes aient été causés par des émissions issues de la nébuleuse elle-même. Ceci amène les chercheurs à proposer que un à deux puissants flashes de rayons gamma se produisent chaque année dans la nébuleuse. Dans un autre article, A. Abdo et ses collègues apportent des détails fournis par le Large Area Telescope à bord du télescope spatial Fermi à rayons gamma sur le flash de rayons gamma de septembre 2010, venant aussi de la nébuleuse du Crabe, et d'un autre qui s'est produit en février 2009, avant que le satellite AGILE n'y prête attention. Au cours de l'épisode de février précisent les auteurs, le flux de rayons gamma a été multiplié par quatre. En raison de la brièveté de ces flashes, Abdo et ses collègues suggèrent que les rayons gamma sont émis par rayonnement synchrotron produit par les particules d'énergie la plus élevée qui puissent être associées à des sources discrètes astronomiques.

[Référence :

« Discovery of Powerful Gamma-Ray Flares from the Crab Nebula » par M. Tavani de l'INAFIASF Roma à Rome, Italie, et collaborateurs.

« Gamma-Ray Flares from the Crab Nebula » par A.A. Abdo de la National Science Foundation à Washington, DC, et collaborateurs.]

 

Dans le Science du 07 Janvier 2011 (Source : EurekAlert/American Association for the Advancement of Science) :

Des données vieilles de 30 ans renseignent sur le noyau de la Lune : Des données de l'ère des missions Apollo apportent un nouvel éclairage sur les profondeurs de la Lune selon une nouvelle analyse d'informations vieilles de 30 ans issues de l'expérience Apollo Passive Seismic Experiment qui a mesuré les ondes sismiques sur la Lune jusqu'au milieu des années 1970. Si ces nouveaux résultats confirment en général ce que les scientifiques avaient pu déduire sur le noyau lunaire, ils donnent aussi des informations précises et directes sur sa taille et sa structure. Depuis l'Apollo Experiment, divers efforts ont été tentés pour extraire à partir de cet ensemble unique de données toute l'information possible sur l'intérieur de la Lune. Des progrès récents en informatique et méthodologiques montrent la possibilité, en retraitant les vieilles données sismiques, de mettre au jour des informations jusqu'alors inaccessibles. Renee Weber et ses collègues ont reanalysé les données d'Apollo en utilisant une méthode réservée au traitement des enregistrements sismiques terrestres. Leurs résultats montrent que le noyau lunaire, comme celui de la Terre, consiste en une graine solide interne et un noyau externe en fusion. Il diffère toutefois du noyau terrestre par une épaisse couche partiellement fondue située autour du noyau externe. Combiné aux données sismiques, un modèle minéralogique suggère que le noyau interne riche en fer contient moins de 6 pour cent d'éléments légers tels que le soufre.

[Référence : « Seismic Detection of the Lunar Core » par R.C. Weber du NASA Marshall Space Flight Center Huntsville, AL ; P.-Y. Lin et E.J. Garnero de l'Arizona State University Tempe, AZ ; Q. Williams de l'Université de Californie, Santa Cruz à Santa Cruz, CA ; P. Lognonne de l'Université Paris Diderot à Saint- Maur-des-Fossés, et de Sorbonne Paris Cité à Paris, France.]

 


06 Janvier 2011

Des suies à l'origine de l'appauvrissement en carbone d'une exoplanète

 

Crédit : INSU/CNRS

 

L'atmosphère de la Jupiter chaude HD189733b serait elle en partie voilée par des suies ? C'est ce que propose une équipe internationale [1] conduite par des chercheurs de l'Observatoire des Sciences de l'Univers THETA de Franche-Comté (UTINAM, INSU-CNRS, Université de Franche Comté) afin d'expliquer la mesure de l'appauvrissement en carbone de cette exoplanète par rapport à son étoile parente. Ce résultat sera publié dans Astrophysical Journal.

 

 

Dessin d'artiste d'exoplanètes gravitant autour de leur étoile. Crédit : INSU/CNRS

 

Les scénarios de formation des planètes géantes sont centrés autour de deux paradigmes : formation par instabilité du disque circumstellaire selon le mode de formation des étoiles et formation par instabilité nucléée où le gaz de l'enveloppe s'accrète autour d'un noyau constitué de rocs et de glaces. Ces deux scénarios favorisent l'émergence de planètes dont les métallicités sont supérieures à celles de leurs étoiles parentes. C'est ce que démontrent depuis plusieurs décennies les déterminations d'abondances en éléments volatils dans les planètes géantes du système solaire. Pour l'instant aucun consensus n'a été atteint au sujet des mesures des abondances du carbone et de l'oxygène (détectés sous formes de méthane, de monoxyde et de dioxyde de carbone) dans HD189733b. Plusieurs études indépendantes [2] ont récemment suggéré la possibilité que cette planète -ainsi que d'autres Jupiter chaudes- possèdent des métallicités inférieures à celles de leurs étoiles parentes. Ces mesures, si elles sont avérées, suscitent la question de savoir comment une planète possédant les caractéristiques de Jupiter en termes de masse et de taille a pu se forger une telle métallicité au cours de sa formation.

 

Dans cette étude, les chercheurs ont tout d'abord élaboré un modèle décrivant la composition des planétésimaux accrétés par HD189733b pendant sa formation dans le disque circumstellaire. Connaissant la quantité minimale et la composition des éléments lourds présents dans la planète, ces chercheurs ont ensuite déterminé la métallicité résultante de HD189733b. Ils ont montré qu'elle devrait être enrichie par rapport à celle de l'étoile parente, de manière analogue à Jupiter, et non pas appauvrie comme les mesures le suggèrent. En même temps, des modèles photochimiques récents [3] proposent qu'une fraction substantielle du carbone pourrait exister sous formes d'hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et de suies, quasiment indétectables, dans les parties supérieures de l'enveloppe de HD189733b. En considérant cette hypothèse, les chercheurs ont montré que le rajout d'une fraction plausible de carbone sous forme de HAP et de suies dans l'enveloppe de HD189733b augmenterait significativement sa métallicité. Elle deviendrait supérieure à celle de son étoile parente et serait cohérente avec la structure interne de la planète et les modèles de formation existants.

 

Une mesure diagnostique qui permettrait de vérifier l'hypothèse de l'existence de HAP et de suies dans HD189733b serait la détection de précurseurs chimiques tels que l'acétylène.

 

Notes :

[1] Font partie de cette équipe : Olivier Mousis, Jean-Marc Petit, Sylvain Picaud ; Institut Utinam, (Observatoire des Sciences de l'Univers THETA/INSU, CNRS, Université de Franche Comté). Jonathan I. Lunine ; Université de Rome Tor Vergata. Kevin Zahnle ; Nasa Ames Research Center. Ludovic Biennier, Daniel Cordier, Robert Georges, Brian Mitchell ; Institut de Physique de Rennes, (CNRS, Université de Rennes 1). Torrence V. Johnson ; Jet Propulsion Laboratory, Caltech. Vincent Boudon ; Laboratoire Interdisciplinaire Carnot de Bourgogne, (CNRS, Université de Bourgogne). Caitlin Griffith ; Lunar and Planetary Laboratory/ University of Arizona. Nicolas Iro ; NASA/Goddard Space Flight Center. Ulysse Marboeuf ; laboratoire de Planétologie de Grenoble, (CNRS, Université Joseph Fourier, Observatoire des Sciences de l'Univers de Grenoble/INSU).

 

[2] « Molecular Signatures in the Near-Infrared Dayside Spectrum of HD 189733b », M. R. Swain, G. Vasisht ; G. Tinetti, J. Bouwman, P. Chen, Y. Yung, D. Deming, & P. Deroo. The Astrophysical Journal 690, L114-L117 (2009).

 

« A temperature and abundance retrieval method for exoplanet atmospheres »,  N. Madhusudhan, & S. Seager. The Astrophysical Journal 707, 24-39 (2009).

 

[3] « Thermometric soots on warm Jupiters ? », K. Zahnle, M. S. Marley, & J. J. Fortney. Astrophysical Journal, soumis.

 

Référence :

« On the volatile enrichments and heavy element content in HD189733b », O. Mousis, J. I. Lunine, J.-M. Petit, K. Zahnle, L. Biennier, S. Picaud, T. V. Johnson, J. B. A. Mitchell, V. Boudon, D. Cordier, M. Devel, R. Georges, C. Griffith, N. Iro, M. S. Marley, & U. Marboeuf, à paraître le 10 janvier 2011 dans Astrophysical Journal.

 

Source : INSU/CNRS http://www.insu.cnrs.fr/co/univers/les-exoplanetes/des-suies-a-l-origine-de-l-appauvrissement-en-carbone-d-une-exoplanete

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


05 Janvier 2011

Vista scrute profondément au coeur de la Lagune bleue

 

Crédit : ESO/VVV

 

Cette nouvelle image infrarouge de la nébuleuse de la Lagune a été prise dans le cadre du programme d'étude de la Voie Lactée s'étalant sur cinq ans réalisé avec le télescope VISTA de l'ESO à l'Observatoire de Paranal au Chili. Il s'agit là d'une petite partie d'une image bien plus grande de la région entourant la nébuleuse, image qui constitue elle aussi une simple partie d'un très grand sondage.

 

Crédit : ESO/VVV
Acknowledgment: Cambridge Astronomical Survey Unit

 

Les astronomes utilisent actuellement le télescope VISTA (Visible and Infrared Survey Telescope for Astronomy) de l'ESO pour passer au peigne fin les régions centrales de la Voie Lactée afin de trouver des objets variables et de cartographier sa structure de manière extrêmement détaillée, comme jamais cela n'a encore été fait. Ce gigantesque sondage s'appelle « VISTA Variables in the Via Lactea » (VVV) [1]. La nouvelle image infrarouge présentée ici a été prise dans le cadre de ce sondage. Elle montre la nurserie d'étoiles appelée la Nébuleuse de la Lagune (aussi connue en tant que Messier 8, voir le communiqué eso0936), située à environ 4 000 à 5 000 années-lumière de la Terre dans la constellation du Sagittaire.

 

Les observations dans l'infrarouge permettent aux astronomes de plonger leur regard au travers des voiles de poussière qui les empêchent de voir les objets célestes en lumière visible. C'est parce que la lumière visible, dont la longueur d'onde est à peu près de la même taille que celle des particules de poussière, est fortement dispersée, alors que la plus grande longueur d'onde de la lumière infrarouge peut passer à travers la poussière en restant pratiquement intacte. VISTA, avec son miroir de 4,1 mètres de diamètre le plus grand télescope au monde pour les grands sondages est dédié à l'observation de grandes zones du ciel en profondeur et rapidement, dans les longueurs d'onde du proche infrarouge. Il se prête par conséquent idéalement à l'étude de la naissance des étoiles.

 

Les étoiles se forment généralement dans de grands nuages moléculaires de gaz et de poussière qui s'effondrent sous leur propre poids. Toutefois, la nébuleuse de la Lagune héberge également un certain nombre de régions bien plus compactes de gaz et de poussière en train de s'effondrer appelées globules de Bok [2]. Ces nuages sombres sont si denses qu'ils peuvent bloquer la lumière des étoiles situées en arrière-plan, même dans l'infrarouge. Mais la structure la plus connue de la nébuleuse, d'où elle tient d'ailleurs son nom, est la bande de poussière en forme de lagon qui dessine sa trace sinueuse au travers du nuage de gaz rougeoyant.

 

Les jeunes étoiles chaudes, qui émettent un intense rayonnement dans l'ultraviolet, sont à l'origine de la forte luminosité de la nébuleuse. Mais la nébuleuse de la Lagune héberge également de bien plus jeunes étoiles venant à peine de naître. Ces étoiles récemment nées, détectées dans la nébuleuse, sont tellement jeunes qu'elles sont encore entourées par leur disque d'accrétion natal. De telles jeunes étoiles éjectent occasionnellement des jets de matière depuis leurs pôles. Quand cette matière éjectée se fraye un passage dans le gaz environnant, il se forme de brèves traînées lumineuses appelées objets de Herbig-Haro [3], rendant ces étoiles « nourrissons » faciles à repérer. Au cours des cinq dernières années, plusieurs objets de Herbig-Haro ont été détectés dans la nébuleuse de la Lagune, le baby-boom est donc clairement toujours en cours ici.

 

Notes

[1] Ce sondage, l'un des six sondages de VISTA actuellement en cours, va photographier les parties centrales de la Voie Lactée de nombreuses fois sur une période de cinq ans et détectera un très grand nombre de nouveaux objets variables.

 

[2] Bart Bok était un astronome américano-allemand qui a passé la plus grande partie de sa longue carrière entre les États-Unis et l'Australie. Il a été le premier à repérer les taches sombres qui portent maintenant son nom dans les régions de formation stellaire et a émis l'hypothèse qu'elles devaient être associées aux toutes premières étapes de la formation stellaire. Ces « bébés » étoiles cachés ont pu être observés de manière directe seulement quand l'imagerie infrarouge a été possible, plusieurs décennies plus tard.

 

[3] Bien qu'ils ne furent pas les premiers à voir de tels objets, les astronomes George Herbig et Guillermo Haro ont été les premiers à étudier en détail le spectre de ces objets étranges et à réaliser qu'il ne s'agissait pas simplement de paquets de gaz et de poussière qui réfléchissaient la lumière, ou qui brillaient sous l'influence du rayonnement ultraviolet des jeunes étoiles, mais que c'était une nouvelle classe d'objets associés à la formation stellaire.

 

Plus d'informations

L'équipe scientifique pour le VVV comprend Dante Minniti (Universidad Catolica, Chili, Phil Lucas (University of Hertfordshire, Royaume Uni), Ignacio Toledo  (Universidad Catolica) et Maren Hempel  (Universidad Catolica).

 

L'ESO - l'Observatoire Européen Austral - est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 14 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et VISTA, le plus grand télescope pour les grands relevés. L'ESO est le partenaire européen d'ALMA, un télescope astronomique révolutionnaire. ALMA est le plus grand projet astronomique en cours de réalisation. L'ESO est actuellement en train de programmer la réalisation d'un télescope européen géant l'E-ELT- qui disposera d'un miroir primaire de 42 mètres de diamètre et observera dans le visible et le proche infrarouge. L'E-ELT sera « l'il tourné vers le ciel » le plus grand au monde.

 

Liens

Page principale du sondage VVV

Les télescopes pour les grands sondages

 

Source : ESO http://www.eso.org/public/france/news/eso1101/

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


 

Etoiles d'aujourd'hui et de demain d'Andromède : Deux observatoires de l'ESA ont combiné leur puissance pour montrer la galaxie d'Andromède dans une nouvelle lumière. Herschel voit des anneaux de formation d'étoiles dans cette image la plus détaillée de la galaxie d'Andromède jamais prise en longueurs d'onde infrarouge, et XMM-Newton montre les étoiles mourantes répandant des rayons X dans l'espace.

 


 

Le Soleil, la Lune et la Terre alignés face au PROBA2 : Le micro-satellite ESA Proba-2 a rencontré une conjonction remarquable des sphères ce 4 janvier 2011. Le soleil, la lune et la terre se sont alignés face au satellite, en une version grandeur nature de la célèbre ouverture du classique de la science-fiction '2001, l'odyssée de l'espace'.

 

Une fillette de dix ans du Canada découvre une explosion stellaire : La Société Astronomique Royale du Canada (RASC) a annoncé la découverte d'une supernova par une astronome amateur de dix ans - la plus jeune personne à ce jour à avoir fait une telle découverte. Kathryn Aurora Gray, âgée de dix ans, du New Brunswick sous la surveillance d'astronomes, Paul Gray et David Lane, ont rapporté la découverte d'une supernova de magnitude 17 dans la galaxie UGS 3378 dans la constellation de la Girafe (Camelopardalis), comme annoncée dans l'IAU Electronic Telegram 2618. La galaxie a été imagée le soir du réveillon de la Nouvelle Année, et la supernova a été découverte le 02 Janvier 2011 par Kathryn Aurora Gray et Paul Gray.

 


 

Si vous appréciez PGJ et si vous souhaitez voir votre site préféré continuer d'évoluer et de se développer, n'hésitez pas à m'apporter votre soutien sous forme de donation.

Merci d'avance à tous les éventuels généreux donateurs. 


 

Dans la majorité des cas, la "Nouvelle" est un texte composé à partir d'une ou plusieurs sources ou une traduction "libre" du texte d'origine. Chaque "Nouvelle" est accompagnée de la provenance exacte des informations au moyen d'un ou de plusieurs liens conduisant vers les pages servant de support à l'élaboration de la "Nouvelle". Ces liens peuvent vous être utiles pour approfondir le sujet.

 

Ceux-ci sont identifiés selon le code suivant :

Sources ou Documentations non francophones

Sources ou Documentations en langue française

 

Les liens proposés vers d'autres sites sont communiqués à titre indicatif et ne sauraient engager la responsabilité de PGJ, tant en ce qui concerne les contenus que les conditions d'accès.

 

Les articles de la rubrique "Nouvelles du Ciel" peuvent être librement reproduits à condition d'indiquer sur votre page :

Source : PGJ - "Nouvelles du Ciel" avec un lien vers la "Nouvelle" concernée ou vers la page d'accueil de PGJ

 

Toutefois, un petit nombre d'articles proviennent de sources extérieures. Dans ce cas, le lien figurant au bas de l'article conduisant vers la page d'origine est précédé de la mention "Source :" indiquant le réel auteur de l'information.

exemple : Source : http://...........

 

De même, les photos illustrant ces articles sont accompagnées des mentions de "Crédit" ou de "Copyright" correspondantes.

 

L'utilisation de ces photos est soumise à certaines règles, propres à chaque auteur, mais que l'on peut résumer ainsi :

- utilisation non-commerciale

- respect des mentions de "Crédit" ou de "Copyright".

 

Il vous appartient toutefois de vérifier auprès des auteurs si celles-ci peuvent être reproduites librement ainsi que les conditions spéciales d'utilisation.

 

Retour à l'accueil

Contact : Gilbert Javaux