Nouvelles du Ciel d'Octobre 2016

 

 

 

Les Titres

 

Une lueur fantomatique d'étoile morte [27/10/2016]

Le VLT de l'ESO détecte l'existence insoupçonnée de vastes halos de lumière autour de quasars distants [26/10/2016]

Image haute résolution d'Eta Carinae [19/10/2016]

Comètes C/2016 T1 (Matheny), C/2016 T2 (Matheny), C/2016 T3 (PANSTARRS) [19/10/2016]

Hubble révèle que l'Univers observable contient 10 fois plus galaxies qu'on le pensait [13/10/2016]

Glaciers enterrés sur Mars [13/10/2016]

L'ancien cœur de la Voie Lactée [12/10/2016]

Proxima b, une exoplanète recouverte d'un océan ? [07/10/2016]

Hubble détecte de géantes « boules de canon » tirant de l'étoile [06/10/2016]

Le sondeur de poussière de l'ESO révèle l'existence d'étoiles cachées [05/10/2016]

Comètes C/2016 R3 (Borisov), P/2016 SV = 2009 Q9 (PANSTARRS), C/2016 S1 (PANSTARRS), P/2016 R4 (Gibbs) [01/10/2016]

 

 

Les Titres des "Nouvelles du Ciel" disponibles en Version Javascript ou Version XML

 

En savoir plus pour afficher les Titres des "Nouvelles du Ciel" de PGJ sur votre Site Web ou sur le Bureau de votre Ordinateur

 

LE CIEL A L'OEIL NU EN 2017 de Guillaume CANNAT

 

Vous pouvez d'ores et déjà commander la nouvelle édition en cliquant ici...

 

En pré-commande ; expédition à parution (début octobre 2016)

Voici la nouvelle édition du Ciel à l'œil nu, l'ouvrage qu'il vous faut pour découvrir le ciel sans instrument (ou parfois avec de simples jumelles).

 

Le texte de cette quinzième édition est superbement illustré de photographies réalisées par l'auteur et par les meilleurs astrophotographes de la planète ; il passe en revue, de janvier à décembre, les plus beaux phénomènes astronomiques accessibles à tous et les agrémente de nouveaux encadrés pratiques, historiques, mythologiques et encyclopédiques. 

Le Ciel à l'œil nu est richement illustré par des dizaines de photographies astronomiques inédites et par des cartes très réalistes pour découvrir aisément les étoiles des quatre saisons. 

Si ce livre vous incite à lever les yeux plus souvent vers la voûte céleste, à contempler plus régulièrement la Lune et les planètes, les constellations et leurs étoiles, il aura atteint son but.

 

- 144 pages
- Près de 180 cartes, schémas, gravures et photographies en couleur
- Prix public TTC : 19,90 euros
- ISBN : 978-2-09-278835-6

 

La collection « Le Ciel à l'oeil nu » a reçu le prix spécial du jury du Festival d'Astronomie de Haute-Maurienne-Vanoise

 

Le Ciel à l'oeil nu en 2017 est diffusé par Nathan/Interforum

 

... Réservez dès maintenant votre exemplaire sur amds-edition.com !

 

CALENDRIER ASTRONOMIQUE 2017 de Guillaume CANNAT

Nouvelle Edition

 

En stock

 

L'expédition en Colissimo recommandé avec livraison contre signature est disponible cette année pour ce grand livre.

 

L'astronomie est l'une des sciences les plus spectaculaires. Les images réalisées avec les meilleurs instruments nous permettent de visiter le Système solaire, de plonger au cœur des nébuleuses où naissent de nouvelles étoiles, de survoler les majestueuses spirales galactiques, d'assister aux plus belles éruptions solaires ou d'admirer notre planète.

Guillaume Cannat a donc sélectionné 12 images exceptionnelles et il les a mises en valeur et expliquées.

 

Le grand format – ouvert, ce calendrier mesure pratiquement 35 x 60 cm – et un papier couché épais (200 g) ont été choisis pour garantir la plus belle reproduction possible.

Chaque mois, un calendrier annotable indique les dates des principaux phénomènes célestes : phases de la Lune, positions des planètes, éclipses, conjonctions, saisons, essaims d'étoiles filantes. La couleur d'impression des phénomènes vous renvoie pour en savoir plus vers les livres Le Ciel à l'œil nu en 2017 et Le Guide du Ciel 2016-2017 et 2017-2018 (parution mai 2017). 

Il existait déjà des calendriers muraux pour les amateurs de rugbymans ou de pin-up, les passionnés de fleurs ou de nature, les amoureux de la mer ou de la montagne, voilà enfin le calendrier qui manquait aux observateurs du ciel pour conserver le contact avec le ciel et ne rater aucun événement.

 

- Parution : 8 septembre 2016

- Couverture souple

- Format ouvert : 35 x 58 cm, 24 pages

- Trou de suspension

- ISBN-13 : 979-10-90238-19-0

 

Le Calendrier Astronomique 2017 est diffusé par GEODIF/SODIS.

 

... à découvrir sur le site d'amds !

 

LE GUIDE DU CIEL 2016-2017 de Guillaume CANNAT

 

 

22e année de parution

 

Tout ce qu'il faut savoir pour observer le ciel entre le 1er juin 2016 et le 30 juin 2017

 

Une mise à jour intégrale avec des pages de synthèse et une série de gros plans sur les plus importants phénomènes astronomiques des mois couverts par cette édition, les planètes et une sélection d'objets du ciel profond.

 

Et toujours autant de rendez-vous quotidiens pour suivre le ciel heure par heure...

 

- Couverture souple pelliculée avec rabats, cahiers cousus et collés

- 17 x 24 cm, 352 pages

- Plus de 500 schémas, cartes célestes et photographies

- Plus d'un millier de rendez-vous célestes

- Imprimé intégralement en couleurs

- ISBN-13 : 979-10-90238-18-3

 

LE GUIDE DU CIEL 2016-2017
l'ouvrage le plus complet pour vivre votre passion des astres au quotidien !

 

... à découvrir sur le site d'amds !

 

Pluie d'étoiles en Bretagne

Photos panoramiques de Laurent LAVEDER

 

Ce beau livre relié tout illustré rassemble d'exceptionnelles photos de paysages prises de nuit avec l'oeil averti d'un astronome amateur spécialisé dans l'observation du ciel à l'oeil nu. Les photographies sont accompagnées de légendes qui expliquent le contexte de la prise de vue, l'environnement, la description du phénomène, et le matériel utilisé.

 

Pour les amateurs de photographies, d'astres et de Bretagne !

 

... Un magnifique ouvrage à commander dès maintenant sur pixheaven.net - la photothèque d'images d'astronomie de Laurent Laveder ou sur le site des Editions Locus Solus

 

 

 

Archives des Nouvelles du Ciel

Vous cherchez un ancien article ? Les Titres des Nouvelles du Ciel classés par Catégories

 

 

 

 


Sources ou Documentations non francophones

Sources ou Documentations en langue française

 

 

Nuages noirs sur Ciel des Hommes : Si vous souhaitez que Ciel des Hommes vive et continue d'ouvrir chaque jour pour vous une nouvelle fenêtre sur l'Univers, n'hésitez pas à apporter votre aide de façon très concrète, en souscrivant des « abonnements de soutien ».

 

 

 

Si vous appréciez PGJ et si vous souhaitez voir votre site préféré continuer d'évoluer et de se développer, n'hésitez pas à m'apporter votre soutien sous forme de donation.

Merci d'avance à tous les éventuels généreux donateurs.

 

 

 

 

La mission lunaire de la NASA regarde les impacts géants : Les derniers résultats de la mission Gravity Recovery and Interior Laboratory (GRAIL) de la NASA fournissent un aperçu des impacts énormes qui ont dominé l’histoire de lune de la Terre et d'autres mondes solides comme la Terre, Mars et les satellites du Système solaire externe.

 

Galaxies anciennes et nouvelles partagent un point commun : Une équipe utilisant le Gemini Multi-Conjugate Adaptive Optics System (GeMS) avec Gemini South Adaptive Optics Imager (GSAOI) ont, pour la première fois, mesuré les masses stellaires par rapport à la taille physique de plusieurs galaxie dans un amas à un temps remontant à environ 5 milliards d’années. Les données suggèrent que la relation entre la masse stellaire et la taille a une pente constante au fil du temps.

 

Gaia espionne deux étoiles temporairement grossies : Lors du balayage du ciel pour mesurer la position de plus d'un milliard d'étoiles dans notre galaxie, le satellite Gaia de l’ESA a détecté deux cas rares d'étoiles dont la lumière était stimulée temporairement par d’autres objets célestes, en passant à travers leurs lignes de vue.

 


 

Les images détaillées de Schiaparelli et de son matériel de descente sur Mars : Une image haute résolution prise par un orbiteur de Mars de la NASA cette semaine révèle plus de détails sur la zone où le module ExoMars Schiaparelli a fini à la suite de sa descente le 19 Octobre.

 

Jeune système stellaire pris sur le fait de former de proches multiples : Pour la première fois, les astronomes ont vu un disque poussiéreux de matière autour d'une jeune étoile se fragmenter en un système à plusieurs étoiles. Les scientifiques avaient soupçonné qu'un tel processus, causé par l'instabilité gravitationnelle, était en œuvre, mais de nouvelles observations avec l'Atacama Large Millimeter/submillimeter Array (ALMA) et le Very Large Array (VLA) ont révélé le processus en action.

 


27 Octobre 2016

Une lueur fantomatique d'étoile morte

 

Credit : NASA and ESA

 

Dans la nouvelle de l'écrivain Edgar Allan Poe « The Tell-Tale Heart » ("Le Cœur révélateur"), un tueur avoue son crime après qu'il croit qu'entendre les battements de cœur de sa victime. Le rythme cardiaque s'avère être une illusion. Les astronomes, cependant, ont découvert un véritable « Cœur révélateur » dans l'espace, à 6.500 années-lumière de la Terre. Le « cœur » est le noyau écrasé d'une étoile morte depuis longtemps, appelée une étoile à neutrons, qui a explosé en supernova et maintenant bat encore avec une précision rythmique. La preuve de son rythme cardiaque est des impulsions ultra-rapides comme un phare d'énergie de l'étoile à neutrons tournant vite. La relique stellaire est incorporée dans le centre de la Nébuleuse du Crabe, les restes en lambeaux en expansion de l'étoile condamnée.

 

La nébuleuse a été identifiée en 1731 et nommée en 1844. En 1928, Edwin Hubble a lié la nébuleuse à une supernova observée pour la première fois au printemps 1054 A.D. Maintenant, la lueur de l'étoile grillée se révèle dans ce nouveau cliché du télescope spatial Hubble du cœur de la Nébuleuse du Crabe. La teinte verte a été ajoutée pour donner à l'image un thème d'Halloween.

 

Credit: NASA and ESA

Acknowledgment: M. Weisskopf (NASA Marshall Space Flight Center)

 

http://hubblesite.org/newscenter/archive/releases/2016/37/

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


26 Octobre 2016

Le VLT de l'ESO détecte l'existence insoupçonnée de vastes halos de lumière autour de quasars distants

 

Crédit : ESO/Borisova et al.

 

Une équipe internationale d'astronomes a détecté la présence de nuages de gaz lumineux autour de quasars distants. Ce nouveau sondage effectué par l'instrument MUSE qui équipe le Very Large Telescope de l'ESO suggère que de tels halos sont plus fréquents qu'attendu. En outre, les halos découverts dans le cadre de ce sondage arborent des propriétés en désaccord total avec les théories actuelles de formation des galaxies au sein de l'Univers jeune.

 

Halos brillants autour de quasars distants - Crédit : ESO/Borisova et al.

 

Une collaboration internationale d'astronomes, pilotée par un groupe de l'Institut de Technologie de la Fédération Suisse (ETH) basé à Zurich, Suisse, a utilisé le potentiel d'observation inégalé de l'instrument MUSE installé sur le Very Large Telescope (VLT) à l'Observatoire de Paranal de l'ESO, afin d'étudier le gaz qui entoure de lointaines galaxies actives, agées de moins de deux milliards d'années après le Big Bang. Ces galaxies actives, baptisées quasars, abritent en leurs cœurs des trous noirs supermassifs connus pour absorber les étoiles, le gaz, et toute autre matière, à un rythme effréné. S'ensuit l'émission, par le centre galactique, d'intenses rayonnements. De sorte que les quasars constituent les objets les plus brillants et les plus actifs de l'Univers.

 

Cette étude a porté sur 19 quasars, sélectionnés parmi les plus brillants observables au moyen de MUSE. Des études antérieures ont montré que 10% environ de l'ensemble des quasars étudiés alors étaient entourés de halos constitués de gaz du milieu intergalactique. Ces halos s'étendent sur près de 300 000 années lumière, en périphérie des quasars. En détectant la présence de vastes halos autour des 19 quasars observés – soit bien plus que les deux halos statistiquement attendus, cette nouvelle étude a créé la surprise. L'équipe attribue ce résultat d'observation au formidable bond technologique que représente l'instrument MUSE, et donc à son pouvoir de résolution nettement supérieur à celui des instruments antérieurs de semblable facture. Des observations plus poussées permettront, à l'avenir, d'accréditer ou non cette hypothèse.

 

“Il est encore trop tôt pour attribuer ce résultat à notre nouvelle technique d'observation ou à notre échantillon de quasars. Il nous reste donc beaucoup à apprendre ; nous sommes au tout début d'une nouvelle ère de découvertes” déclare Elena Borisova, principal auteur de l'étude et membre de l'ETH Zurich.

 

Cette étude avait pour objectif initial d'analyser les composants gazeux de l'Univers à grande échelle – une structure parfois baptisée toile cosmique, dont les quasars constitue les brillantes intersections [1]. Les composants gazeux de cette toile sont généralement extrêmement difficiles à détecter. Les halos de gaz lumineux qui entourent les quasars offraient donc l'opportunité quasi unique d'étudier le gaz qui compose cette structure cosmique à grande échelle.

 

Les 19 halos nouvellement détectés sont composés de gaz intergalactique relativement froid – de l'ordre de 10 000 degrés Celsius, ce qui constitue une autre surprise. Ce résultat est en effet en désaccord profond avec les modèles actuels de structure et de formation des galaxies qui suggèrent que le gaz situé à si grande proximité de galaxies devrait arborer des températures pouvant attendre le million de degrés.

 

La découverte témoigne de sa capacité à observer ce genre d'objet [2]. Sebastiano Cantalupo, co-auteur de l'étude, se montre très enthousiaste vis à vis de ce nouvel instrument et des opportunités qu'il offre : “Nous avons exploité les capacités uniques de MUSE dans le cadre de cette étude, ouvrant la voie à des sondages ultérieurs. Combinée à l'utilisation d'une nouvelle génération de modèles théoriques et numériques, cette approche continuera d'ouvrir une nouvelle fenêtre sur la formation de la structure cosmique ainsi que l'évolution galactique.”

 

Notes :

[1] La toile cosmique désigne la structure de l'Univers à l'échelle la plus vaste qui soit. Elle se compose de minces filaments de matière primordiale (principalement du gaz d'hydrogène et d'hélium) et de matière noire qui relient les galaxies entre elles et comblent le vide qui les sépare. La matière dont est constituée cette toile peut alimenter les galaxies, gouverner leur croissance et leur évolution.

 

[2] MUSE est un spectrographe de champ intégral qui combine des capacités de spectrographie et d'imagerie. Il peut observer des objets astronomiques étendus dans leur intégralité et déterminer, pour chaque pixel, l'intensité de la lumière émise en fonction de sa couleur ou longueur d'onde.

 

Plus d'informations :  

Ce travail de recherche a fait l'objet d'un article intitulé “Ubiquitous giant Lya nebulae around the brightest quasars at z ~ 3.5 revealed with MUSE”, à paraître au sein de la revue Astrophysical Journal.

 

L'équipe est composée de Elena Borisova, Sebastiano Cantalupo, Simon J. Lilly, Raffaella A. Marino et Sofia G. Gallego (Institut d'Astronomie, ETH Zurich, Suisse), Roland Bacon et Jeremy Blaizot (Université de Lyon, Centre de Recherche Astrophysique de Lyon, Saint-Genis-Laval, France), Nicolas Bouché (Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie, Toulouse, France), Jarle Brinchmann (Observatoire de Leiden, Leiden, Pays-Bas; Institut d'Astrophysique de Ciências do Espaço, Porto, Portugal), C Marcella Carollo (Institut d'Astronomie, ETH Zurich, Suisse), Joseph Caruana (Département de Physique, Université de Malte, Msida, Malte; Institut de Sciences Spatiales & d'Astronomie, Université de Malte, Malte), Hayley Finley (Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie, Toulouse, France), Edmund C. Herenz (Institut Leibniz dédié à l'Astrophysique de Potsdam, Potsdam, Allemagne), Johan Richard (Université de Lyon, Centre de Recherche Astrophysique de Lyon, Saint-Genis-Laval, France), Joop Schaye et Lorrie A. Straka (Observatoire de Leiden, Leiden, Pays-Bas), Monica L. Turner (Centre d'Astrophysique et de Recherches Spatiales MIT-Kavli, Massachusetts Institute of Technology, Cambridge, Massachusetts, Etats-Unis), Tanya Urrutia (Institut Leibniz dédié à l'Astrophysique de Potsdam, Potsdam, Allemagne), Anne Verhamme (Université de Lyon, Centre de Recherche Astrophysique de Lyon, Saint-Genis-Laval, France), Lutz Wisotzki (Institut Leibniz dédié à l'Astrophysique de Potsdam, Potsdam, Allemagne).

 

L'ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 15 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Brésil, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages. VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est le plus grand télescope conçu exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est le partenaire européen d'ALMA, un télescope astronomique révolutionnaire. ALMA est le plus grand projet astronomique en cours de réalisation. L'ESO est actuellement en train de programmer la réalisation d'un télescope européen géant (E-ELT pour European Extremely Large Telescope) de la classe des 39 mètres qui observera dans le visible et le proche infrarouge. L'E-ELT sera « l'œil le plus grand au monde tourné vers le ciel.

 

Liens :  

- L'article scientifique

- Photos du VLT

 

Source : ESO http://www.eso.org/public/france/news/eso1638/?lang

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


 

Des coulées de lave récemment actives sur le flanc oriental de Idunn Mons sur Vénus : La mission Venus Express de l'Agence spatiale européenne (ESA) a fourni une grande quantité de données provenant de la surface et de l'atmosphère de la planète jumelle intérieure de la Terre. Parmi ces observations, la cartographie de l'hémisphère austral de Vénus dans le domaine spectral du proche infrarouge à l'aide de l'instrument VIRTIS (Visible and InfraRed Thermal Imaging Spectrometer).

 

Objets cosmiques mystérieux en éruption découvert dans les rayons X : Les astronomes ont trouvé une paire d'objets cosmiques extraordinaires qui éclatent spectaculairement dans les rayons X. Cette découverte, obtenue avec l'observatoire Chandra X-ray de la NASA et l'observatoire XMM-Newton de l'ESA, peut représenter une nouvelle classe d'événements explosifs trouvés dans l'espace.

 

STEREO : 10 ans de vues solaires révolutionnaires : Lancé il y a 10 ans, le 25 Octobre 2006, les sondes spatiales jumelles de la mission STEREO (Solar and Terrestrial Relations Observatory) de la NASA nous ont donné une vue sans précédent du Soleil, y compris la première vue simultanée de l'étoile entière à la fois.

 


 

Alignements stellaires remarquables avec notre plus proche voisine Alpha du Centaure : L'étoile triple Alpha Centauri est notre plus proche voisine. Elle comporte deux étoiles similaires au Soleil (A et B) ainsi que l'étoile naine rouge Proxima autour de laquelle une planète de faible masse vient d'être découverte. Utilisant des observations de plusieurs instruments, nous avons déterminé la trajectoire apparente de Alpha Cen A et B sur le fond stellaire. Une conjonction remarquable de l'étoile A avec une étoile plus éloignée (S5) devrait se produire en 2028, à une séparation de seulement 15 millièmes de seconde d'angle (soit l'équivalent de la taille apparente d'une pièce d'un euro observée à 300 km de distance). La masse de l'étoile Alpha Cen A déforme l'espace-temps autour d'elle. Sa présence très proche va affecter la position apparente et la forme de l'étoile S5 lorsqu'elle rentrera dans son anneau d'Einstein. Des instruments imageurs en coronographie stellaire seront approprié pour une telle étude. Il reste un peu plus de 11 ans pour se préparer à l’événement. Le travail a été mené par Pierre Kervella du Laboratoire Franco-Chilien d'Astronomie (CNRS/Universidad de Chile), François Mignard et Frédéric Thévenin du Laboratoire Lagrange (Observatoire de la Côte d'Azur/CNRS/Université Nice Sophia Antipolis), et Antoine Mérand de l’ESO. Ce travail est publié dans la revue Astronomy and Asytrophysics et fait l'objet d'une annonce-presse de l'ESO. [Source : Actualités du CNRS-INSU http://www.insu.cnrs.fr/node/6069]

 

New Horizons : de possibles nuages sur Pluton, la prochaine cible est rougeâtre : La prochaine cible de la mission New Horizon de la NASA - qui a effectué un vol historique au-delà de Pluton en Juillet 2015 – ressemble fortement à sa célèbre destination principale. Les données de télescope spatial Hubble de la NASA indiquent que 2014 MU69, un petit objet de la ceinture Kuiper (KBO) à environ 1,6 milliards de kilomètres au-delà de Pluton, est rouge, si ce n'est pas plus rouge, que Pluton.

 

Cassini voit des changements saisonniers spectaculaires sur Titan : A l’approche du solstice d’hiver sud dans le système saturnien, la sonde Cassini de la NASA a révélé de spectaculaires changements saisonniers dans la température atmosphérique et la composition de la plus grande lune de Saturne, Titan.

 

Nuits nuageuses, journées ensoleillées sur les Jupiters chauds éloignés : Les mondes mystérieux des « Jupiters chauds » sont trop distants pour nous pour voir les nuages dans leurs atmosphères. Mais une étude récente utilisant le télescope spatial Kepler de la NASA et des techniques de modélisation informatique trouvent des indices où ces nuages pourraient se réunir et de quoi ils sont vraisemblablement faits.

 

Les volcans sur Io : suivi à long terme avec l'optique adaptative : La lune Io de Jupiter est le monde le plus actif volcaniquement dans notre Système solaire. Maintenant, la plus longue série de fréquent pistage à haute résolution de l'émission thermique de Io fournit des analyses sur les volcans de Io.

 


 

Zoomer sur la peau du chasseur de la constellation d'Orion : En combinant les informations issues de l'interféromètre ALMA et du radiotélescope de 30m de l'IRAM, une équipe internationale d'astronomes, dirigée par Javier Goicoechea a obtenu l'image la plus détaillée à ce jour de la barre d'Orion, qui délimite la frontière entre matière diffuse et matière dense dans la région de formation d'étoiles massives la plus proche de la Terre. Cette image offre des informations inédites pour l'étude de la morphologie et de l'activité de cette région fascinante du ciel

 


 

Y a t'il des mini-lunes près des anneaux alpha et beta d'Uranus ? Les occultations du Radio Science Subsystem (RSS) de Voyager 2 des anneaux alpha et bêta d'Uranus présentent des variations de profondeur optique quasi périodiques avec des longueurs d'onde radiales qui varient avec la longitude. Ces motifs peuvent être les sillages de petites lunes en orbite à l'extérieur de ces anneaux. Selon les structures observées dans les anneaux, il est estimé que les mini-lunes auraient besoin d'être situées à environ 100 km à l'extérieur des demi-grand axes des anneaux et d'être de 2-7 km de rayon. Ces mini-lunes pourraient aider à garder les anneaux confinés. En raison de leurs faibles rayons et du faible albédo présumé, la luminosité attendue de ces mini-lunes est de l'ordre du bruit dans les images de Voyager 2.

 


 

Le TGO d'ExoMars a atteint son orbite – la situation de l'EDM est en cours d'évaluation : L'orbiteur pour la détection de gaz à l'état de trace (TGO) de la mission ExoMars 2016 de l'ESA s'est inséré sur une orbite elliptique autour de la Planète rouge, après une manœuvre de capture réussie ayant nécessité l'allumage de son moteur principal pendant 139 minutes. En revanche, le contact avec l'atterrisseur expérimental de la mission n'a pas encore été rétabli. 

 

L'astronome ukrainien Klim Churyumov, co-découvreur avec Svetlana Gerasimenko de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko, est décédé le 15 Octobre 2016 à l'âge de 79 ans.

 


19 Octobre 2016

Image haute résolution d'Eta Carinae

 

Crédit : ESO/G. Weigelt

 

L'interféromètre du VLT détecte l'existence de vents violents au sein d'un système stellaire massif bien connu

 

Une équipe internationale d'astronomes a utilisé le VLTI (Very Large Telescope Interferometer) pour cartographier, avec une précision encore inégalée, le système d'étoiles Eta Carinae. De nouvelles structures, pour le moins inattendues, ont été détectées au sein de ce système binaire – notamment dans l'espace situé entre les étoiles où des vents stellaires extrêmement puissants interfèrent. L'acquisition de ces nouvelles données sur cet énigmatique système stellaire pourrait contribuer à affiner notre connaissance des processus d'évolution des étoiles très massives.

 

Vue détaillée du système Eta Carinae - Crédit : ESO/G. Weigelt

 

Une équipe d'astronomes dirigée par Gerd Weigelt de l'Institut Max Planck dédié à la Radioastronomie (MPIfR) a acquis, au moyen Very Large Telescope Interferometer (VLTI) situé à l'Observatoire de Paranal de l'ESO, une image unique du système d'étoiles Eta Carinae dans la Nébuleuse de la Carène.

 

Ce système binaire de dimensions étendues se compose de deux étoiles massives en orbite l'une autour de l'autre, sièges de puissants vents stellaires dont la vitesse atteint les dix millions de kilomètres par heure [1]. De leurs multiples interférences résulte une importante turbulence, au sein de la région qui sépare les deux étoiles – une zone longtemps demeurée inaccessible à toute étude.

 

La puissance dégagée par la paire d'étoiles Eta Carinae se traduit par la survenue de phénomènes dramatiques, telle cette “Gigantesque Eruption” observée par les astronomes vers 1830. Nous savons aujourd'hui que cette éruption résulta de l'expulsion, par l'étoile la plus étendue du système, de vastes quantités de gaz et de poussière sur une échelle de temps très courte. Elle donna lieu à l'apparition de lobes distincts, aujourd'hui encore visibles, qui composent la Nébuleuse Homunculus. Les collisions, à des vitesses extrêmement élevées, des vents stellaires issus de l'une et l'autre étoiles, ont pour effets de porter le milieu environnant à des températures voisines de plusieurs millions de degrés et de générer d'intenses déluges de rayons X.

 

La région centrale, siège des collisions entre ondes de pression, est si peu étendue – un millier de fois plus petite que la Nébuleuse Homunculus, que les télescopes au sol et dans l'espace sont longtemps demeurés incapables de précisément la cartographier. L'équipe a utilisé l'énorme potentiel, en termes de résolution, de l'instrument AMBER qui équipe le VLTI, afin de sonder, pour la toute première fois, ce turbulent royaume. Une astucieuse combinaison – selon le principe de l'interférométrie – de trois des quatre Télescopes Auxiliaires du VLT, a permis d'augmenter d'un facteur dix le pouvoir de résolution que procure une seule Unité Télescopique du VLT, et d'obtenir l'image la plus détaillée à ce jour du système, et d'acquérir des données inattendues concernant sa structure interne.

 

Cette nouvelle image acquise par le VLTI révèle clairement l'existence inattendue d'une structure, en forme d'éventail, entre les deux étoiles du système Eta Carinae, précisément là où le vent puissant issu de l'étoile la plus petite et la plus chaude, interfère avec le vent de densité plus élevée en provenance de l'étoile de dimensions plus étendues.

 

“Nos rêves sont devenus réalité le jour où nous sommes parvenus à acquérir des clichés extrêmement détaillés dans le domaine infrarouge. Le VLTI nous offre l'incroyable opportunité d'affiner notre compréhension des processus physiques à l'œuvre au sein du système Eta Carinae et de nombreux autres objets astrophysiques tout aussi importants”, ajoute Gerd Weigelt.

 

Outre les images, les observations spectrales de la zone de collision ont permis de mesurer les vitesses des puissants vents stellaires [2]. Connaissant ces vitesses, l'équipe d'astronomes a été en mesure de générer des modèles numériques plus précis de la structure interne de cet incroyable système d'étoiles, ce qui contribuera à affiner notre compréhension des processus à l'origine de la perte de masse de ces étoiles extrêmement massives au cours de leur existence.

 

Dieter Schertl (MPIfR), l'un des membres de l'équipe, se réjouit :GRAVITY et MATISSE, deux des instruments nouvellement installés sur le VLTI, nous offriront des images interférométriques dotées d'un niveau de détail bien plus élevé et sur une gamme de longueurs d'onde plus étendue. Disposer de données sur une fraction plus large du spectre électromagnétique permettra de déterminer les propriétés physiques d'un grand nombre d'objets astrophysiques.”

 

Notes :

[1] Les deux étoiles sont si massives et brillantes que le rayonnement qu'elles émettent arrache leurs surfaces et les expulse dans l'espace. Cette éjection de matière stellaire produit un “vent stellaire” susceptible de se déplacer à plusieurs millions de kilomètres par heure.

 

[2] Ces mesures ont été effectuées grâce à l'effet Doppler. Les astronomes utilisent l'effet Doppler (ou décalage spectral) pour déterminer avec précision la vitesse à laquelle les étoiles et d'autres objets astrophysiques s'approchent ou s'éloignent de la Terre. Ce déplacement dans l'un et l'autre sens se traduit par un léger décalage spectral dont il est possible de déduire la rapidité du mouvement.

 

Plus d'informations :  

Ce travail de recherche a fait l'objet d'un article à paraître au sein de la revue Astronomy and Astrophysics.

 

L'équipe est composée de G. Weigelt (Institut Max Planck dédié à la RadioAstronomie, Allemagne), K.-H. Hofmann (Institut Max Planck dédié à la RadioAstronomie, Allemagne), D. Schertl (Institut Max Planck dédié à la RadioAstronomie, Allemagne), N. Clementel (Observatoire Astronomique Sud- Africain, Afrique du Sud), M.F. Corcoran (Centre Goddard des Vols Spatiaux, Etats-Unis; Association des Universités de Recherche sur l'Espace, Etats-Unis), A. Damineli (Université de São Paulo, Brésil), W.-J. de Wit (Observatoire Européen du Ciel Austral, Chili), R. Grellmann (Université de Cologne, Allemagne), J. Groh (Université de Dublin, Irlande), S. Guieu (Observatoire Européen du Ciel Austral, Chili), T. Gull (Centre Goddard des Vols Spatiaux, Etats-Unis), M. Heininger (Institut Max Planck dédié à la Radioastronomie, Allemagne), D.J. Hillier (Université de Pittsburgh, Etats-Unis), C.A. Hummel (Observatoire Européen du Ciel Austral, Allemagne), S. Kraus (Université d'Exeter, Royaume-Uni), T. Madura (Centre Goddard des Vols Spatiaux, Etats-Unis), A. Mehner (Observatoire Européen du Ciel Austral, Chili), A. Mérand (Observatoire Européen du Ciel Austral, Chili), F. Millour (Université de Nice Sophia Antipolis, France), A.F.J. Moffat (Université de Montréal, Canada), K. Ohnaka (Université Catholique du Nord, Chili), F. Patru (Osservatoire Astrophysique d'Arcetri, Italie), R.G. Petrov (Université de Nice Sophia Antipolis, France), S. Rengaswamy (Institut Indien d'Astrophysics, Inde), N.D. Richardson (Université de Toledo, Etats-Unis), T. Rivinius (Observatoire Européen du Ciel Austral, Chili), M. Schöller (Observatoire Européen du Ciel Austral, Allemagne), M. Teodoro (Centre Goddard des Vols Spatiaux, Etats-Unis), et M. Wittkowski (Observatoire Européen du Ciel Austral, Allemagne).

 

L'ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 15 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Brésil, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages. VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est le plus grand télescope conçu exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est le partenaire européen d'ALMA, un télescope astronomique révolutionnaire. ALMA est le plus grand projet astronomique en cours de réalisation. L'ESO est actuellement en train de programmer la réalisation d'un télescope européen géant (E-ELT pour European Extremely Large Telescope) de la classe des 39 mètres qui observera dans le visible et le proche infrarouge. L'E-ELT sera « l'œil le plus grand au monde tourné vers le ciel.

 

Liens :  

- L'article scientifique

- Photos du VLT

- Modélisation 3D de la Nébuleuse Homunculus

- Simulations du système Eta Carinae

 

Source : ESO http://www.eso.org/public/france/news/eso1637/?lang

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


19 Octobre 2016

Comètes C/2016 T1 (Matheny), C/2016 T2 (Matheny), C/2016 T3 (PANSTARRS)

 

Nouvelles du Ciel

 

C/2016 T1 (Matheny)

Rose G. Matheny a signalé la découverte d'une nouvelle comète sur les images CCD obtenues le 06 Octobre 2016 avec le télescope de 1.5-m dans le cadre du Mount Lemmon Survey. Après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center, la nature cométaire de l'objet a été confirmée par de nombreux observateurs.

 

Les éléments orbitaux paraboliques préliminaires de la comète C/2016 T1 (Matheny) indiquent un passage au périhélie le 30 Janvier 2017 à une distance d'environ 2,3 UA du Soleil.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K16/K16TB7.html (MPEC 2016-T117)

 

Les observations supplémentaires indiquent un passage au périhélie le 02 Février 2017 à une distance d'environ 2,3 UA du Soleil.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K16/K16U66.html (MPEC 2016-U66)

http://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2016%20T1;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


C/2016 T2 (Matheny)

Rose G. Matheny a annoncé sa découverte d'une autre comète sur les images CCD prises le 10 Octobre 2016 avec le télescope de 1.5-m du Mt. Lemmon. La nature cométaire de l'objet a été confirmée par de nombreux observateurs après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center.

 

Les éléments orbitaux paraboliques préliminaires de la comète C/2016 T2 (Matheny) indiquent un passage au périhélie le 26 Décembre 2016 à une distance d'environ 1,9 UA du Soleil.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K16/K16TD5.html (MPEC 2016-T135)

http://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2016%20T2;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


C/2016 T3 (PANSTARRS)

R. Weryk et E. Lilly (Institute for Astronomy, University of Hawaii) ont signalé la découverte d'une nouvelle comète sur trois expositions en bande i obtenues le 10 Octobre 2016 avec le Canada-France-Hawaii Telescope de 3.6-m de Mauna Kea. Après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center, la nature cométaire de l'objet a également été confirmée par d'autres astrométristes.

 

Les éléments orbitaux paraboliques préliminaires de la comète C/2016 T3 (PANSTARRS) indiquent un passage au périhélie le 06 Septembre 2017 à une distance d'environ 2,6 UA du Soleil.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K16/K16U10.html (MPEC 2016-U10)

 

Les observations supplémentaires indiquent un passage au périhélie le 06,9 Septembre 2017 à une distance d'environ 2,6 UA du Soleil.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K16/K16Y22.html (MPEC 2016-Y22)

http://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2016%20T3;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


  

Date des PASSAGES au PERIHELIE des COMETES Date, Périodes de révolution, Distance au Soleil 

COMETES - Magnitudes prévues pour les prochains mois

Liste des comètes potentiellement observables - éléments orbitaux

 

Lost - Les Disparues... ou les comètes périodiques non revues.

 

Les différentes familles de comètes

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


 

Une galaxie avec un double coeur : Les dernières photos haute résolution de la galaxie elliptique géante NGC 5419 montrent clairement un double noyau. La nature de cette structure est restée incertaine jusqu'à ce que les scientifiques du Max Planck Institute for Extraterrestrial Physics ont mesuré les vitesses des étoiles. Une analyse détaillée des images et des données cinématiques suggère que cette galaxie héberge deux trous noirs supermassifs en son centre, d'une masse totale d'au moins 7 milliards de masses solaires, avec un espacement de seulement environ 200 années-lumière.

 

Les briques des briques de la vie viennent de la lumière stellaire : La vie existe dans une multitude de formes merveilleuses, mais si vous cassez tout organisme jusqu'à ses parties élémentaires, c'est tout à fait les mêmes trucs : des atomes de carbone reliés à l'hydrogène, l'oxygène, l'azote et d'autres éléments. Mais comment ces substances fondamentales sont créées dans l'espace a été un mystère de longue date.

 


 

CoRoT : mise à disposition de la version finale des données et publication du CoRoT Legacy Book : Dix ans après le lancement du satellite franco-européen CoRoT depuis le cosmodrome de Baïkonour par une fusée Soyuz II-1-b, la communauté scientifique a célébré la mise à disposition de la version finale des données et la publication du CoRoT Legacy book, le 30 septembre 2016, à l'Observatoire de Paris.

 


 

Nouvelles observations de Fermi : découverte d'une nouvelle binaire gamma : Des observations du télescope spatial Fermi ont permis à une équipe internationale menée par le NASA Goddard Space Flight Center (GSFC) et comprenant des chercheurs français de l'Institut de Planétologie et d'Astrophysique de Grenoble (CNRS/Université Grenoble Alpes) et de l'Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie (CNRS/Université Toulouse Paul Sabatier) de découvrir la première binaire gamma dans une autre galaxie, la plus lumineuse jamais observée. Ce système, nommé LMC P3, est composé d’une étoile de plusieurs dizaines de fois la masse du soleil et d’un objet compact pouvant être une étoile à neutrons ou un trou noir. Il est à l’origine d’une émission cyclique de rayonnement gamma, la forme la plus énergétique de la lumière, plusieurs milliards de fois plus énergétique que la lumière visible. [Source : Actualités du CNRS-INSU]

 


13 Octobre 2016

Hubble révèle que l'Univers observable contient 10 fois plus galaxies qu'on le pensait

 

Image Credit: NASA, ESA, the GOODS Team, and M. Giavalisco (University of Massachusetts, Amherst)

 

Dans le roman d'Arthur C. Clarke "2001: A Space Odyssey", l'astronaute David Bowman s'exclame: «Mon Dieu, c'est plein d'étoiles!" avant qu'il soit attiré dans un trou de ver construit par les aliens dans l'espace. Lorsque le télescope spatial Hubble a fait ses plus profondes vues de l'Univers, les astronomes ont pu ainsi s'exclamer : «Mon Dieu, c'est plein de galaxies!" Le Hubble Ultra Deep Field, par exemple, a révélé 10.000 galaxies de différentes formes, tailles, couleurs, et âges, le tout dans une zone d'environ un dixième du diamètre de la pleine Lune. Ce qui est hallucinant est que ces innombrables galaxies, bien que nombreuses, peuvent représenter seulement 10 pour cent de la population totale de galaxies de l'Univers. C'est selon les estimations d'une nouvelle étude des enquêtes en profondeur de champ de Hubble. Les auteurs de l'étude sont arrivés à la conclusion stupéfiante qu'il existe au moins 10 fois plus de galaxies dans l'Univers observable que pensaient les astronomes.

 

Selon les auteurs, les 90 pour cent de galaxies manquantes de l'Univers sont trop faibles et trop lointaines pour être détectées par la moisson actuelle de télescopes, dont Hubble. Pour les découvrir, les astronomes devront attendre les futurs télescopes beaucoup plus grands et plus puissants. Les chercheurs sont arrivés à leur résultat en convertissant minutieusement les images du champ profond de Hubble en images 3-D afin qu'ils puissent effectuer des mesures précises sur le nombre de galaxies à différentes époques de l'histoire de l'Univers.

 

Science Credit: NASA, ESA, and C. Conselice (University of Nottingham, UK)

Image Credit: NASA, ESA, the GOODS Team, and M. Giavalisco (University of Massachusetts, Amherst)

 

http://hubblesite.org/newscenter/archive/releases/2016/39/

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


13 Octobre 2016

Glaciers enterrés sur Mars

 

Copyright : ESA/DLR/FU Berlin, CC BY-SA 3.0 IGO

 

Ce fatras de blocs érodés se trouve le long de la frontière distincte entre les hautes terres du sud de la planète rouge et les basses terres du nord, avec des restes d'anciens glaciers s'écoulant autour d'eux.

 

Colles Nili - Copyright : ESA/DLR/FU Berlin, CC BY-SA 3.0 IGO

 

Cette frontière est une des caractéristiques les plus anciennes et les plus importantes sur Mars, marquant une différence de hauteur de plusieurs kilomètres.

 

Colles Nili dans le contexte - Copyright : NASA MGS MOLA Science Team

 

La scène présentée ici, capturée par la caméra à haute résolution sur Mars Express de l'ESA le 29 mai, n'est qu'un exemple du terrain le long de cette frontière ancienne et se concentre sur la partie de la région de Colles Nili.

 

« Colles » vient du mot Latin pour « colline », et en effet cette région héberge une bande de ces caractéristiques. Ce sont les restes d'érosion probables d'un ancien plateau, comme suggéré par leur similitude de hauteur vue dans la carte topographique.

 

Un zoom sur l'image principale en couleurs et la vue en perspective montre que certains des monticules sont entourés par de lisses dépôts en couches s'inclinant doucement loin des flancs des collines.

 

Topographie de Colles Nili - Copyright : ESA/DLR/FU Berlin, CC BY-SA 3.0 IGO

 

Un regard plus attentif révèle d'autres caractéristiques plus fines sur les planchers de canal autour des monticules et à l'intérieur de quelques-uns des cratères d'impact : des séries de crêtes et de creux.

 

Aussi bien les dépôts en couches que les crêtes et les creux sont supposés être associés à de la glace enfouie qui a depuis été couverte par la poussière sousfflée par le vent et les débris locaux du plateau qui s'érode, peut-être lorsqu'une couche de glace sous-jacente s'est retirée.

 

Vue en perspective de Colles Nili - Copyright : ESA/DLR/FU Berlin, CC BY-SA 3.0 IGO

 

De similaires caractéristiques sont retrouvent tout au long de la frontière à l'échelle planétaire et sont censées représenter plusieurs épisodes de glaciation dans les dernières 100 millions d'années.

 

Plus tard, la poussière volcanique a soufflé d'ailleurs pour créer des stries frappantes de matière sombre vues dans différents endroits, mais largement majoritaire dans la partie droite de l'image principale en couleurs.

 

Un regard à l'intérieur d'un grand cratère vu en haut à droite de l'image principale, ainsi que dans la partie supérieure gauche de la vue en perspective, montre que cette matière sombre a été entassée dans les dunes à l'intérieur du cratère, vraisemblablement par les vents dominants.

 

Vue 3D de Colles Nili - Copyright : ESA/DLR/FU Berlin, CC BY-SA 3.0 IGO

 

Mars Express a été en orbite autour de la planète rouge depuis 2003. La semaine prochaine, il jouera un rôle important dans l'écoute des signaux de Schiaparelli, l'entrée d'ExoMars, la descente et l'atterrissage du démonstrateur, lorsque l'atterrisseur fera sa descente de six minutes à travers l'atmosphère vers la surface.

 

Mars Express, le ravitailleur Trace Gas Orbiter de Schiaparelli et Mars Reconnaissance Orbiter de la NASA vont enregistrer les signaux de Schiaparelli pour confirmer son arrivée à bon port, et par la suite, ils agiront comme relais de données de la surface.

 

Pour en savoir plus sur ExoMars : esa.int/exomars

 

Source : http://www.esa.int/Our_Activities/Space_Science/Mars_Express/Buried_glaciers_on_Mars

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


12 Octobre 2016

L'ancien cœur de la Voie Lactée

 

Crédit : ESO/VVV Survey/D. Minniti

 

VISTA découvre les vestiges d'un très vieil amas globulaire

 

Grâce au télescope infrarouge VISTA de l'ESO, l'existence de vieilles étoiles classées parmi les RR Lyrae vient d'être pour la première fois mise en évidence au cœur même de la Voie Lactée. Ce type d'étoiles coexiste bien souvent avec d'anciennes populations stellaires âgées de plus de 10 milliards d'années. Cette découverte invite à penser que la croissance du bulbe central de la Voie Lactée résulte vraisemblablement de la fusion d'amas stellaires primordiaux. Peut-être même ces étoiles constituent-elles les vestiges de l'amas stellaire le plus massif et le plus âgé de toute la Voie Lactée.

 

Etoiles variables à proximité du centre galactique - Crédit : ESO/VVV Survey/D. Minniti

 

Une équipe menée par Dante Minniti (Université Andres Bello, Santiago, Chili) et Rodrigo Contreras (Université Catholique Pontificale du Chili, Santiago, Chili) a utilisé des données d'observation du télescope de sondage infrarouge VISTA acquises dans le cadre de l'enquête publique baptisée VVV (Variables dans la Voie Lactée) de l'ESO, dans le but d'étudier les régions centrales de la Voie Lactée. L'observation en lumière infrarouge, moins affectée par la poussière cosmique que la lumière visible, depuis l'Observatoire de Paranal de l'ESO, un site offrant d'excellentes conditions de visibilité, a permis à l'équipe d'obtenir la vue la plus détaillée à ce jour de cette région du ciel. Ils ont ainsi découvert l'existence insoupçonnée d'une douzaine de vieilles étoiles RR Lyrae au cœur même de la Voie Lactée.

 

A l'instar de nombreuses autres galaxies, notre Voie Lactée est densément peuplée en son centre – sa proximité en fait toutefois un objet d'étude privilégié. La découverte de ces étoiles de type RR Lyrae offre aux astronomes l'opportunité de trancher entre deux théories concurrentes de formation de ces bulbes.

 

Les étoiles RR Lyrae sont bien souvent détectées au sein d'amas globulaires de densité élevée. Ce sont des étoiles variables, et la luminosité de chacune d'elles fluctue régulièrement. Connaissant la périodicité de chaque cycle ainsi que la brillance de chaque étoile RR Lyrae, les astronomes sont en mesure de déterminer leur distance à la Terre [1].

 

Malheureusement, ces excellentes étoiles chandelles-standards, capables de nous renseigner sur les distances au sein de notre Univers proche, sont fréquemment éclipsées par des étoiles plus jeunes, plus brillantes, et parfois mêmes masquées par la poussière environnante. Pour cette raison, localiser des étoiles RR Lyrae au sein des régions centrales et extrêmement peuplées de la Voie Lactée s'avéra longtemps mission impossible – jusqu'à ce que le sondage public VVV soit effectué dans le domaine infrarouge. Pour autant, la localisation des étoiles RR Lyrae parmi la multitude d'étoiles plus brillantes s'avéra ardue aux dires des membres de l'équipe.

 

Leur travail acharné se trouva toutefois récompensé par l'identification d'une douzaine d'étoiles RR Lyrae. Leur découverte suggère que les restes des anciens amas globulaires sont dispersés au cœur du bulbe de la Voie Lactée.

 

Rodrigo Contreras explique : “La découverte d'étoiles RR Lyrae au centre de la Voie Lactée n'est pas sans conséquence sur la formation des noyaux galactiques. Elle confirme l'hypothèse selon laquelle le bulbe était à l'origine constitué de quelques amas globulaires qui progressivement ont fusionné.”

 

L'hypothèse selon laquelle la formation des bulbes galactiques résulterait de la fusion d'amas globulaires est concurrente de la théorie qui attribue ces renflements à l'accrétion rapide de gaz. La découverte de ces étoiles RR Lyrae – qui résident presque toujours au sein d'amas globulaires – plaide nettement en faveur de la constitution du bulbe à partir de processus de fusion. Par extension, les autres bulbes galactiques semblables à celui de notre Voie Lactée ont dû se former similairement.

 

Ces étoiles offrent des éléments de preuve à une importante théorie de l'évolution galactique.  Vraisemblablement âgées de plus de 10 milliards d'années, elles constituent en outre les seules survivantes, peu brillantes mais bien réelles, de l'amas stellaire probablement le plus âgé et le plus massif de la Voie Lactée.

 

Notes :

[1] A l'instar d'autres variables régulières telles les Céphéides, les étoiles RR Lyrae sont caractérisées par une étroite relation entre la rapidité de leurs variations de brillance et leur luminosité apparente.  Une périodicité plus longue caractérise les étoiles plus brillantes. Cette relation période-luminosité permet de déterminer la distance d'une étoile, connaissant sa périodicité et sa luminosité apparente.

 

Plus d'informations :  

Ce travail de recherche a fait l'objet d'un article à paraître au sein de la revue The Astrophysical Journal Letters.

 

L'équipe est composée de D. Minniti (Institut Milenio d'Astrophysique, Santiago, Chili; Département de Physique, Université Andrés Bello, Santiago, Chili; Observatoire du Vatican, Cité-Etat du Vatican, Italie), R.C. Ramos (Institut Milenio d'Astrophysique, Santiago, Chili; Université Catholique Pontificale du Chili, Institut d'Astrophysique, Santiago, Chili), M. Zoccali (Institut Milenio d'Astrophysique, Santiago, Chili; Université Catholique Pontificale du Chili, Institut d'Astrophysique, Santiago, Chili), M. Rejkuba (Observatoire du Ciel Austral, Garching près de Munich, Allemagne; Cluster d'Excellence sur l'Univers, Garching, Allemagne), O.A. Gonzalez (Centre de Technologie dédiée à l'Astronomie du Royaume-Uni, Observatoire Royal, Edimbourg, Royaume-Uni), E. Valenti (Observatoire du Ciel Austral, Garching près de Munich, Allemagne), F. Gran (Institut Milenio d'Astrophysique, Santiago, Chili; Université Catholique Pontificale du Chili, Institut d'Astrophysique, Santiago, Chili)

 

L'ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 15 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Brésil, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages. VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est le plus grand télescope conçu exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est le partenaire européen d'ALMA, un télescope astronomique révolutionnaire. ALMA est le plus grand projet astronomique en cours de réalisation. L'ESO est actuellement en train de programmer la réalisation d'un télescope européen géant (E-ELT pour European Extremely Large Telescope) de la classe des 39 mètres qui observera dans le visible et le proche infrarouge. L'E-ELT sera « l'œil le plus grand au monde tourné vers le ciel.

 

Liens :  

- L'article scientifique

- Sondage public de l'ESO “Variables dans la Voie Lactée (VVV)

 

Source : ESO http://www.eso.org/public/france/news/eso1636/?lang

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


 

Kepler de la NASA obtient la « grande image  » de la comète 67P : Le 30 Septembre, l'Agence spatiale européenne a conclu sa mission Rosetta et l'étude de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko. Au cours du dernier mois de la mission, le vaisseau spatial chasseur de planètes Kepler de la NASA avait une occasion unique pour fournir une « grande image » de la comète, puisqu'elle était impossible à observer depuis la Terre.

 

 ExoMars arrive à la planète rouge : La mission ExoMars 2016 s'insérera en orbite autour de la planète rouge le 19 Octobre. Dans le même temps, son atterrisseur Schiaparelli descendra à la surface.

 

 Ce qui balance une étoile autour d'une autre étoile ou une planète lointaine ? : Une équipe internationale d'astronomes utilisant le télescope Subaru et dirigée par un étudiant diplômé membre de SOKENDAI (The Graduate University de Advanced Studies, Japon) a découvert des compagnons encerclant des étoiles de masse « intermédiaire ».

 


07 Octobre 2016

Proxima b, une exoplanète recouverte d'un océan ?

 

© Brugger et al.

 

Une exoplanète rocheuse et d'une masse proche de celle de la Terre a récemment été détectée autour de Proxima du Centaure, l'étoile la plus proche de notre Soleil. Cette planète, baptisée Proxima b, se trouve sur une orbite qui lui permettrait d'avoir de l'eau liquide à sa surface, soulevant ainsi la question de son habitabilité. Dans une étude à paraitre dans The Astrophysical Journal Letters, une équipe internationale dirigée par des chercheurs du Laboratoire d'astrophysique de Marseille (CNRS/Aix-Marseille Université) vient de déterminer ses dimensions et les propriétés de sa surface, qui favoriseraient effectivement son habitabilité. Selon elle, cette planète pourrait être de type « planète océan », avec un océan recouvrant toute sa surface, et une eau semblable à celle de certaines lunes glacées autour de Jupiter ou Saturne. Les chercheurs montrent aussi que la composition de Proxima b pourrait ressembler à celle de Mercure, avec un noyau métallique représentant les deux tiers de la masse de la planète. Ces résultats serviront de base aux futures études visant à déterminer l'habitabilité de Proxima b.

Proxima du Centaure, l'étoile la plus proche du soleil, abrite un système planétaire composé d'au moins une planète. C'est en analysant et complétant d'anciennes observations qu'une telle découverte a récemment été faite, marquant ainsi le domaine de la recherche d'exoplanètes. Ces nouvelles mesures ont montré que cette planète, nommée Proxima Centauri b – ou plus simplement Proxima b –, possède une masse proche de celle de la Terre (1,3 fois cette dernière) et orbite autour de son étoile à une distance de 0,05 unités astronomiques (soit un dixième de la distance Soleil-Mercure). Contrairement à ce que l'on pourrait penser, une distance aussi faible n'implique pas une température élevée à la surface de Proxima b. Comme Proxima du Centaure est une naine rouge, sa masse et son rayon ne correspondent qu'à un dixième de ceux du Soleil, et sa luminosité est mille fois plus faible que notre étoile. A une telle distance, Proxima b se trouve donc dans la zone habitable de son étoile. Elle est susceptible d'abriter de l'eau liquide à sa surface et donc d'abriter des formes de vie.

 

Figure 1 – Diagramme masse-rayon comparant les positions de plusieurs exoplanètes connues à celles de planètes du système solaire. Les courbes correspondent à certaines compositions spécifiques utilisées dans le modèle de structure interne. La zone d'existence de Proxima b est dessinée en gris et prend en compte l'incertitude sur sa masse et ses différentes compositions possibles.

© Brugger et al.

 

Cependant on sait très peu de choses sur Proxima b, en particulier son rayon demeure inconnu. Il est donc impossible de savoir à quoi ressemble la planète, ni de quoi elle est composée. La mesure du rayon d'une exoplanète s'effectue normalement lors d'un transit, où cette dernière éclipse son étoile. Mais un tel événement a une faible probabilité (1,5%), et plusieurs observations de l'étoile ne montrent en effet aucun signe de transit.

Il existe un autre moyen pour estimer le rayon d'une planète si l'on connaît sa masse, en simulant le comportement des matériaux qui la composent. C'est la méthode utilisée par une équipe de chercheurs Franco-Américaine issue du Laboratoire d'Astrophysique de Marseille (CNRS/Aix-Marseille Université) et du Département d'Astronomie de l'Université de Cornell. Avec l'aide d'un modèle de structure interne, ils ont exploré les différentes compositions que Proxima b pourrait présenter et en ont déduit les valeurs correspondantes du rayon de la planète. Ils ont restreint leur étude au cas de planètes potentiellement habitables en simulant des planètes denses et solides, formées d'un noyau métallique et un manteau rocheux comme dans les planètes telluriques du système solaire, tout en autorisant l'incorporation d'une importante masse d'eau dans leur composition.

 

Figure 2 – Comparaison des deux cas extrêmes obtenus pour Proxima b avec la Terre. Ce schéma montre la structure interne de chaque planète. De gauche à droite : Proxima b avec le plus petit rayon atteignable (65% de noyau métallique, entouré d'un manteau rocheux séparé en deux phases), la Terre (idem avec 32,5% de noyau), et Proxima b avec le plus grand rayon autorisé (50% de manteau rocheux entouré d'une couche d'eau sous forme solide puis liquide).

© Brugger et al.

 

Ces hypothèses autorisent une grande diversité de compositions pour Proxima b, le rayon de la planète pouvant varier entre 0,94 et 1,40 fois le rayon de la Terre (6371 km). L'étude montre ainsi que Proxima b possède un rayon minimum de 5990 km, et que la seule manière d'obtenir cette valeur est d'avoir une planète très dense, composée d'un noyau métallique d'une masse valant 65% de celle de  la planète, le reste étant un manteau rocheux (formé de silicates) présent jusqu'en surface. La frontière entre ces deux matériaux est alors située à environ 1500 km de profondeur. Avec une telle composition, Proxima b serait très proche de la planète Mercure, qui présente elle aussi un noyau métallique très massif. Ce premier cas n'exclut cependant pas la présence d'eau à la surface de la planète, comme sur Terre où la masse d'eau ne dépasse pas 0,05% de la masse de la planète. A l'opposé, Proxima b peut aussi présenter un rayon maximal de 8920 km, à condition qu'elle soit composée à 50% de roches entourées de 50% d'eau. Dans ce cas, Proxima b serait recouverte d'un unique océan liquide de 200 km de profondeur. En-dessous, la pression serait tellement forte que l'eau liquide se transformerait en glace à haute pression, avant d'atteindre la limite avec le manteau à 3100 km de profondeur. Dans ces deux cas extrêmes, une fine atmosphère gazeuse pourrait englober la planète, comme sur Terre, rendant Proxima b potentiellement habitable.

De tels résultats apportent des informations complémentaires importantes aux différents scénarios de formation qui ont été proposés pour Proxima b. Certains impliquent une planète complètement sèche, tandis que d'autres autorisent la présence d'une quantité significative d'eau dans sa composition. Les travaux de l'équipe de chercheurs permettent d'avoir une estimation du rayon de la planète dans chacun de ces scénarios. De même, cela permet de restreindre la quantité d'eau disponible sur Proxima b, qui est sujette à une évaporation sous l'influence des rayons ultraviolets et X de l'étoile hôte, qui sont beaucoup plus violents que ceux issus du Soleil.

De futures observations de Proxima du Centaure permettront d'affiner cette étude à l'avenir. En particulier, la mesure des abondances stellaires en éléments lourds (Mg, Fe, Si…) diminuera le nombre de compositions possibles pour Proxima b, permettant une détermination encore plus précise du rayon de Proxima b.

 

Pour en savoir plus : 

A terrestrial planet candidate in a temperate orbit around Proxima Centauri, Guillem Anglada-Escudé, Pedro J. Amado, John Barnes, et al. Nature, 25 août 2016. DOI: 10.1038/nature19106

 

Référence : 

Possible internal structures and composition of Proxima Centauri b, Bastien Brugger, Olivier Mousis, Magali Deleuil & Jonathan I. Lunine. The Astrophysical Journal Letters, sous presse.

 

Source : Actualités du CNRS-INSU http://www.insu.cnrs.fr/node/6047

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


06 Octobre 2016

Hubble détecte de géantes « boules de canon » tirant de l'étoile

 

Artist's Illustration Credit: NASA, ESA, and A. Feild (STScI)

 

De grandes boules de feu ! Le télescope spatial Hubble a détecté des blobs super chauds de gaz, chacun deux fois plus massifs que la planète Mars, étant éjectés à proximité d'une étoile mourante. Les boules de plasma filent si vite à travers l'espace qu'elles se déplaceraient de la Terre à la Lune en 30 minutes. Ce stellaire "feu de canon" a continué une fois tous les 8.5 ans pendant au moins les 400 dernières années, estiment les astronomes. Les boules de feu représentent un casse-tête pour les astronomes parce que la matière éjectée ne pouvait pas avoir été tirée par l'étoile hôte, appelée V Hydrae. L'étoile est une géante rouge gonflée, demeurant à 1.200 années-lumière, qui a probablement perdu au moins la moitié de sa masse dans l'espace lors de son agonie.

 

La meilleure explication actuelle est que les boules de plasma ont été lancées par une étoile compagnon invisible sur une orbite elliptique autour de la géante rouge. L'orbite allongée amène le compagnon tous les 8,5 ans à l'intérieur de l'atmosphère bouffie de V Hydrae, où il engloutit la matière de l'étoile ballonnée. Ce matériau se dépose ensuite dans un disque autour du compagnon, et sert de rampe de lancement pour les blobs de plasma, qui se déplacent à environ 800.000 kilomètres par heure. Ce système stellaire pourrait expliquer une variété éblouissante de formes rougeoyantes découvertes par Hubble que l'on voit autour d'étoiles mourantes, appelées nébuleuses planétaires, affirment les chercheurs.

 

Credit: NASA, ESA, and R. Sahai (JPL)

Artist's Illustration Credit: NASA, ESA, and A. Feild (STScI)

 

http://hubblesite.org/newscenter/archive/releases/2016/34/

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


05 Octobre 2016

Le sondeur de poussière de l'ESO révèle l'existence d'étoiles cachées

 

Crédit : ESO

 

Sur cette nouvelle image de la nébuleuse Messier 78, les jeunes étoiles diffusent une lumière bleutée au sein de leur environnement proche, tandis que les étoiles naissantes de couleur rouge émergent de leurs cocons de poussière cosmique. Ces étoiles sont pour la plupart invisibles à l'œil nu, masquées par la poussière. Seul un instrument tel VISTA (Télescope de Sondage dans les domaines Visible et Infrarouge) de l'ESO, capable d'observer le ciel dans le proche infrarouge, est en mesure de sonder cette poussière, et donc d'aider les astronomes à percer les secrets d'un tel environnement stellaire.

 

VISTA observe Messier 78 - Crédit : ESO

 

Messier 78, abréviée M78, constitue un exemple bien connu de nébuleuse par réflexion. Elle se situe à quelque 1600 années-lumière de la Terre au sein de la constellation d'Orion (Le Chasseur), dans l'angle supérieur gauche des trois étoiles qui dessinent la Ceinture d'Orion, ce célèbre point de repère céleste. Messier 78 figure au centre de cette image, sous l'aspect d'une région diffuse de couleur bleutée ; l'autre nébuleuse par réflexion, située à droite, a été baptisée NGC 2071. La découverte de Messier 78 en 1780 a été attribuée à l'astronome français Pierre Méchain. Elle a été ajoutée au catalogue de l'astronome français Charles Messier au mois de décembre de cette même année, et en constitue le 78e objet.

 

Observée dans le domaine visible au moyen d'instruments tel l'Imageur à grand champ de l'ESO à l'Observatoire de La Silla, Messier 78 revêt l'aspect d'une région étendue, brillante, azurée, entourée de sombres rubans (voir eso1105). La poussière cosmique reflète et diffuse la lumière en provenance des jeunes étoiles de couleur bleue situées au cœur de Messier 78, ce qui explique sa classification parmi les nébuleuses par réflexion.

 

Les bandes de couleur sombre consistent en réalité en d'épais nuages de poussière qui bloquent la lumière visible en provenance des régions plus profondes. Ces régions de plus grande densité et de température moins élevée constituent des sites privilégiés de formation de nouvelles étoiles. Lorsque Messier 78 et ses proches voisines sont observées dans le domaine millimétrique – entre les ondes radio et la lumière infrarouge, au moyen du télescope APEX (Atacama Pathfinder Experiment) par exemple, une lueur apparaît : il s'agit de la lumière émise par les grains de poussière confinés au sein de poches dont la température excède très légèrement celle de leur environnement, extrêmement froid (voir eso1219). Sous l'effet de leur propre poids, ces poches s'effondreront et s'échaufferont, pour finalement donner lieu à la formation de nouvelles étoiles.

 

Entre les domaines visible et submillimétrique se situe le proche infrarouge, cette portion du spectre électromagnétique dans laquelle opère le télescope VISTA (Télescope de Sondage dans le Visible et l'Infrarouge), que les astronomes utilisent afin de recueillir d'importantes informations concernant les sources de lumière stellaire nichées au cœur de Messier 78. Au centre de cette image figurent deux supergéantes bleues baptisées HD 38563A et HD 38563B, sources d'intenses rayonnements. Dans la partie droite de l'image, la supergéante HD 290861 illumine NGC 2071.

 

Outre les grosses étoiles chaudes et bleues, VISTA est capable d'apercevoir les nombreuses étoiles en formation au sein de la poussière qui emplit cette région du ciel – en témoignent ces multiples taches de couleurs rouge et jaune qui figurent sur cette image. Ces étoiles naissantes et fort colorées occupent les filaments de poussière qui entourent NGC 2071 ainsi que la trainée de poussière située dans la partie gauche de l'image. Certaines d'entre elles sont des étoiles de type T Tauri. Elles sont relativement brillantes, mais pas encore suffisamment chaudes pour permettre l'enclenchement des réactions de fusion nucléaire en leurs cœurs. D'ici quelques dizaines de millions d'années, elles atteindront leur pleine maturité stellaire, et prendront place aux côtés de leurs congénères, illuminant à leur tour Messier 78.

 

Plus d'informations :  

L'ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 15 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Brésil, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages. VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est le plus grand télescope conçu exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est le partenaire européen d'ALMA, un télescope astronomique révolutionnaire. ALMA est le plus grand projet astronomique en cours de réalisation. L'ESO est actuellement en train de programmer la réalisation d'un télescope européen géant (E-ELT pour European Extremely Large Telescope) de la classe des 39 mètres qui observera dans le visible et le proche infrarouge. L'E-ELT sera « l'œil le plus grand au monde tourné vers le ciel.

 

Liens :  

- Photos de VISTA

 

Source : ESO http://www.eso.org/public/france/news/eso1635/?lang

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


 

 Les étoiles novae : des usines à lithium : Une équipe scientifique internationale associant un astrophysicien de l'Observatoire de Paris parvient à mesurer une quantité importante de lithium dans une étoile de type nova. De quoi éclairer le mystère sur l'origine de la présence du lithium dans l'Univers... Ces travaux font l'objet d'une lettre publiée le lundi 26 septembre 2016 dans la Monthly Notices of the Royal Astronomical Society.

 

 Les spirales aident la naissance de la planète : Des scientifiques ont découvert une structure de bras spiral frappant le disque de gaz et de poussière autour de la jeune star Elias 2-27. La structure comprend la matière à proximité du plan médian du disque - à savoir la région où peuvent naître de nouvelles planètes. Cela signifie que les spirales sont soit une conséquence de la présence de jeunes planètes, soit elles créent les conditions sous lesquelles de nouvelles planètes apparaissent tout d'abord.

 

 Déformations et vagues dans les modèles entièrement cosmologiques de disques galactiques : Les disques stellaires de galaxies spirales proches ne sont généralement pas plats et présentent souvent des vagues et des courbures. Même notre propre disque galactique semble être ondulé. On ignore encore ce qui cause ces structures. Une équipe de chercheurs du MPA, ainsi que des collaborateurs extérieurs, ont revisité cette question en analysant les nouvelles simulations de formation de galaxies spirales.

 


01 Octobre 2016

Comètes C/2016 R3 (Borisov), P/2016 SV = 2009 Q9 (PANSTARRS), C/2016 S1 (PANSTARRS), P/2016 R4 (Gibbs)

 

Nouvelles du Ciel

 

C/2016 R3 (Borisov)

Gennady Borisov a signalé sa découverte d'une comète diffuse présentant une coma d'un diamètre de 16 secondes d'arc sur trois expositions non filtrées de 70 secondes obtenues le 11 Septembre 2016 avec l'astrographe Genon de 0.3-m f/1.5 de l'Observatoire MARGO (près de Nauchnij, Crimé). Après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center, la nature cométaire de l'objet a été confirmée par de nombreux observateurs.

 

Les éléments orbitaux paraboliques préliminaires de la comète C/2016 R3 (Borisov) indiquent un passage au périhélie le 10 Octobre 2016 à une distance d'environ 0,44 UA du Soleil.

 

L'orbite préliminaire pour cet objet est présentée comme une orbite parabolique, mais les observations disponibles sont compatibles avec des orbites de période intermédiaire avec des périodes aussi courtes que 50 ans, voire même 30 ans. Comme suggéré par les routines de vérification du MPC, et par Maik Meyer (Limburg, Allemagne), l'orbite de cet objet est très similaire à celle de C/1915 R1 (Mellish), pour laquelle une orbite parabolique a été publiée par Einaarson and Alter (1915, Lick Obs. Bull. 8, 151) basée sur seulement trois observations (qui a ensuite été comparée à d'autres observations disponibles). Une nouvelle orbite pour C/1915 R1, issue de toutes les observations disponibles indiquent un passage au périhélie le 13 Octobre 1915 à une distance d'environ 0,46 UA du Soleil.

 

Les tentatives par Gareth V. Williams (et S. Nakano) pour relier les apparitions de 1915 et 2016 n'ont pas réussi. Les tentatives ont été faites pour n = 0, 1, 2 et 3 retours (ratés) intervenant entre les passages au périhélie de 1915 et 2016. Les deux comètes ne semblent ne pas être le même objet, mais la possibilité d'une origine commune demandera une étude plus approfondie.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K16/K16S03.html (MPEC 2016-S03)

http://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2016%20R3;old=0;orb=1;cov=0;log=0;cad=0#orb

http://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F1915%20R1;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


P/2016 SV = 2009 Q9 (PANSTARRS)

Eva Lilly, Robert Weryk, et Richard Wainscoat rapportent la découverte d'une apparente comète dans quatre expositions en bande r obtenues le 21 Septembre 2016 avec le télescope Pan-STARRS1 de 1.8-m à Haleakala. Des images antérieures à la découverte obtenues par Pan-STARRS1 les 20 Juin et 19 Septembre ont été identifiées plus tard. Après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center, de nombreux observateurs ont confirmé la nature cométaire de l'objet.

 

Gareth V. Williams a identifié cette comète avec les observations d'une seule nuit obtenues via le Catalina Sky Survey par Andrea Boattini le 26 Août 2009 et par Alex R. Gibbs le 19 Octobre 2009.

 

Les éléments orbitaux de la comète P/2016 SV = 2009 Q9 (PANSTARRS) indiquent un passage au périhélie le 11 Septembre 2016 à une distance d'environ 2,2 UA du Soleil, et une période d'environ 6,8 ans pour cette comète de la famille de Jupiter.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K16/K16S61.html (MPEC 2016-S61)

http://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=P%2F2009%20Q9;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 

Satisfaisant aux conditions requises, la comète P/2016 SV = 2009 Q9 (PANSTARRS) a reçu la dénomination définitive de 347P/PANSTARRS en tant que 347ème comète périodique numérotée.

 


C/2016 S1 (PANSTARRS)

Robert Weryk et Eva Lilly ont signalé la découverte d'une comète apparente dans quatre expositions en bande r obtenues le 21 Septembre 2016 avec le télescope Pan-STARRS1 de 1.8-m à  Haleakala. Après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center, la nature cométaire de l'objet a été confirmée par de nombreux observateurs.

 

Les éléments orbitaux elliptiques préliminaires de la comète C/2016 S1 (PANSTARRS) indiquent un passage au périhélie le 11 Mars 2017 à une distance d'environ 2,4 UA du Soleil, et une période d'environ 30,9 ans pour cette comète de type Halley classique.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K16/K16S93.html (MPEC 2016-S93)

 

Les observations supplémentaires indiquent un passage au périhélie le 16 Mars 2017 à une distance d'environ 2,4 UA du Soleil, et une période d'environ 20,2 ans.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K16/K16U08.html (MPEC 2016-U08)

http://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2016%20S1;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


P/2016 R4 (Gibbs)

Alex R. Gibbs a signalé sa découverte d'une comète sur les images CCD obtenues le 10 Septembre 2016 avec le télescope de 1.5-m du Mt. Lemmon. Après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center, la nature cométaire de l'objet a été confirmée par de nombreux astrométristes.

 

Tenant compte également des observations antérieures à la découverte, à savoir le 18 Juillet et le 14 Août 2016 avec le télescope Pan-STARRS1, le 28 Août au Mt. Lemmon, et le 10 Septembre au Crni Vrh Observatory, les éléments orbitaux elliptiques préliminaires de la comète P/2016 R4 (Gibbs) indiquent un passage au périhélie le 20 Juillet 2016 à une distance d'environ 2,8 UA du Soleil, et une période d'environ 12,3 ans pour cette comète de la famille de Jupiter.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K16/K16S94.html (MPEC 2016-S94)

http://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=P%2F2016%20R4;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


  

Date des PASSAGES au PERIHELIE des COMETES Date, Périodes de révolution, Distance au Soleil 

COMETES - Magnitudes prévues pour les prochains mois

Liste des comètes potentiellement observables - éléments orbitaux

 

Lost - Les Disparues... ou les comètes périodiques non revues.

 

Les différentes familles de comètes

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


 

Si vous appréciez PGJ et si vous souhaitez voir votre site préféré continuer d'évoluer et de se développer, n'hésitez pas à m'apporter votre soutien sous forme de donation.

Merci d'avance à tous les éventuels généreux donateurs. 


 

Dans la majorité des cas, la "Nouvelle" est un texte composé à partir d'une ou plusieurs sources ou une traduction "libre" du texte d'origine. Chaque "Nouvelle" est accompagnée de la provenance exacte des informations au moyen d'un ou de plusieurs liens conduisant vers les pages servant de support à l'élaboration de la "Nouvelle". Ces liens peuvent vous être utiles pour approfondir le sujet.

 

Ceux-ci sont identifiés selon le code suivant :

Sources ou Documentations non francophones

Sources ou Documentations en langue française

 

Les liens proposés vers d'autres sites sont communiqués à titre indicatif et ne sauraient engager la responsabilité de PGJ, tant en ce qui concerne les contenus que les conditions d'accès.

 

Les articles de la rubrique "Nouvelles du Ciel" peuvent être librement reproduits à condition d'indiquer sur votre page :

Source : PGJ - "Nouvelles du Ciel" avec un lien vers la "Nouvelle" concernée ou vers la page d'accueil de PGJ

 

Toutefois, un petit nombre d'articles proviennent de sources extérieures. Dans ce cas, le lien figurant au bas de l'article conduisant vers la page d'origine est précédé de la mention "Source :" indiquant le réel auteur de l'information.

exemple : Source : http://...........

 

De même, les photos illustrant ces articles sont accompagnées des mentions de "Crédit" ou de "Copyright" correspondantes.

 

L'utilisation de ces photos est soumise à certaines règles, propres à chaque auteur, mais que l'on peut résumer ainsi :

- utilisation non-commerciale

- respect des mentions de "Crédit" ou de "Copyright".

 

Il vous appartient toutefois de vérifier auprès des auteurs si celles-ci peuvent être reproduites librement ainsi que les conditions spéciales d'utilisation.

 

Retour à l'accueil

Contact : Gilbert Javaux