Nouvelles du Ciel de Septembre 2017

 

 

 

Les Titres

 

Comète ou astéroïde ? Hubble découvre qu'un objet unique est un binaire [20/09/2017]

Une étoile en fin de vie projette une bulle de fumée [20/09/2017]

Hubble de la NASA capture les boursouflures de la planète ébène [14/09/2017]

Amerrissage ! En s'écrasant dans la boue martienne [14/09/2017]

L'enfer sous un ciel de titane [13/09/2017]

Comètes P/2012 T1 = 2017 O3 (PANSTARRS), P/2007 RS41 = 2017 Q2 (LONEOS) [10/09/2017]

La matière organique des comètes plus ancienne que le système solaire ? [05/09/2017]

Rencontres de type stellaire [01/09/2017]

ALMA détecte la présence de vastes réservoirs cachés de gaz turbulent dans de lointaines galaxies [30/08/2017]

 

 

Les Titres des "Nouvelles du Ciel" disponibles en Version Javascript ou Version XML

 

En savoir plus pour afficher les Titres des "Nouvelles du Ciel" de PGJ sur votre Site Web ou sur le Bureau de votre Ordinateur

 

LE GUIDE DU CIEL 2017-2018 de Guillaume CANNAT

 

23e édition

 

Tout ce qu'il faut savoir pour observer le ciel entre le 1er juin 2017 et le 30 juin 2018

 

Une mise à jour intégrale avec des pages de synthèse et une série de gros plans sur les plus importants phénomènes astronomiques des mois couverts par cette édition, les planètes et une sélection d'objets du ciel profond.

 

Et toujours autant de rendez-vous quotidiens pour suivre le ciel heure par heure...

 

- Parution : mai 2017
- Couverture souple pelliculée avec rabats, cahiers cousus et collés
- 17 x 24 cm, 352 pages
- Plus de 500 schémas, cartes célestes et photographies
- Imprimé intégralement en couleurs
- 23e édition
- ISBN-13 : 979-10-90238-20-6

 

LE GUIDE DU CIEL 2017-2018
l'ouvrage le plus complet pour vivre votre passion des astres au quotidien !

 

... à découvrir sur le site d'amds !

 

LE CIEL A L'OEIL NU EN 2017 de Guillaume CANNAT

 

Vous pouvez d'ores et déjà commander la nouvelle édition en cliquant ici...

 

Voici la nouvelle édition du Ciel à l'œil nu, l'ouvrage qu'il vous faut pour découvrir le ciel sans instrument (ou parfois avec de simples jumelles).

 

Le texte de cette quinzième édition est superbement illustré de photographies réalisées par l'auteur et par les meilleurs astrophotographes de la planète ; il passe en revue, de janvier à décembre, les plus beaux phénomènes astronomiques accessibles à tous et les agrémente de nouveaux encadrés pratiques, historiques, mythologiques et encyclopédiques. 

Le Ciel à l'œil nu est richement illustré par des dizaines de photographies astronomiques inédites et par des cartes très réalistes pour découvrir aisément les étoiles des quatre saisons. 

Si ce livre vous incite à lever les yeux plus souvent vers la voûte céleste, à contempler plus régulièrement la Lune et les planètes, les constellations et leurs étoiles, il aura atteint son but.

 

- 144 pages
- Près de 180 cartes, schémas, gravures et photographies en couleur
- Prix public TTC : 19,90 euros
- ISBN : 978-2-09-278835-6

 

La collection « Le Ciel à l'oeil nu » a reçu le prix spécial du jury du Festival d'Astronomie de Haute-Maurienne-Vanoise

 

Le Ciel à l'oeil nu en 2017 est diffusé par Nathan/Interforum

 

... Réservez dès maintenant votre exemplaire sur amds-edition.com !

 

 

 

Archives des Nouvelles du Ciel

Vous cherchez un ancien article ? Les Titres des Nouvelles du Ciel classés par Catégories

 

 

 

 


Sources ou Documentations non francophones

Sources ou Documentations en langue française

 

 

Nuages noirs sur Ciel des Hommes : Si vous souhaitez que Ciel des Hommes vive et continue d'ouvrir chaque jour pour vous une nouvelle fenêtre sur l'Univers, n'hésitez pas à apporter votre aide de façon très concrète, en souscrivant des « abonnements de soutien ».

 

 

 

Si vous appréciez PGJ et si vous souhaitez voir votre site préféré continuer d'évoluer et de se développer, n'hésitez pas à m'apporter votre soutien sous forme de donation.

Merci d'avance à tous les éventuels généreux donateurs.

 

 

 

 

20 Septembre 2017

Comète ou astéroïde ? Hubble découvre qu'un objet unique est un binaire

 

Crédit : NASA, ESA, and J. Agarwal (Max Planck Institute for Solar System Research)

 

Un astéroïde qui s'est divisé en deux il y a 5 000 ans et fait jaillir une queue de comète

 

Les astronomes classent les corps mineurs dans le Système solaire en fonction de leur emplacement et de leur composition physique. Les comètes sont un vague mélange de glace et de poussières qui tombent vers le Soleil au-delà des orbites des grandes planètes et cultivent de longues queues de poussière et de gaz en cours de route. Les astéroïdes sont rocheux ou métalliques et sont relégués dans une zone entre Mars et Jupiter. Mais la nature n'est pas si ordonnée. Le télescope spatial Hubble a photographié une paire d'astéroïdes en orbite avec une queue de poussière, ce qui est sans aucun doute une caractéristique de comète. L'objet étrange, appelé 2006 VW139/288P, est le premier astéroïde binaire connu qui est également classé comme une comète de la ceinture principale. Il y a approximativement 5 000 ans, 2006 VW139/288P a probablement éclaté en deux morceaux en raison d'une rotation rapide.

 

Crédit : NASA, ESA, and J. Agarwal (Max Planck Institute for Solar System Research)

 

http://hubblesite.org/news_release/news/2017-32

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


20 Septembre 2017

Une étoile en fin de vie projette une bulle de fumée

 

Crédit : ALMA (ESO/NAOJ/NRAO)/F. Kerschbaum

 

Les astronomes ont capturé, au moyen d'ALMA, une magnifique image d'une fine enveloppe de matière entourant une naine rouge exotique baptisée U Antliae. Ces observations permettront aux astronomes d'affiner leur compréhension de l'évolution des étoiles en toute fin de vie.

 

Une fine enveloppe de matière éjectée entoure la naine rouge froide U Antliae - Crédit : ALMA (ESO/NAOJ/NRAO)/F. Kerschbaum

 

Dans la peu lumineuse constellation méridionale d'Antlia (la Pompe à Air), l'observateur attentif détectera, au moyen de simples jumelles, une étoile d'un rouge prononcé dont la luminosité varie légèrement d'une semaine à l'autre. Cette singulière étoile se nomme U Antliae, et de nouvelles observations effectuées grâce au Vaste Réseau (Sub-)Millimétrique de l'Atacama (ALMA) viennent de révéler la présence d'une enveloppe sphérique d'une remarquable finesse à sa périphérie.

 

U Antliae [1] est une étoile carbonée, évoluée, froide et lumineuse située dans la branche asymptotique des géantes. Il y a 2700 ans environ, U Antliae a traversé une brève période de rapide perte de masse. Durant cette phase dont la durée n'excéda pas les quelques centaines d'années, la matière qui compose l'enveloppe observée par ALMA fut éjectée à grande vitesse. L'analyse détaillée de cette enveloppe a également révélé la présence de nuages de gaz ténus formant des sous-structures filamentaires.

 

L'acquisition de cette vue spectaculaire a été possible grâce à la capacité unique du radiotélescope ALMA installé sur le Plateau de Chajnantor dans le Désert de l'Atacama au Chili, à générer des images nettes à de multiples longueurs d'onde. ALMA est seul capable de déceler la présence d'aussi fines structures au sein de l'enveloppe d'U Antliae.

 

Les données nouvellement acquises par ALMA ne se résument pas à une simple image. ALMA produit un ensemble de données tridimensionnelles, ou cube de données, dont chaque tranche se réfère à une observation effectuée à une longueur d'onde légèrement différente. En raison de l'Effet Doppler,  diverses tranches du cube de données renseignent sur le mouvement qu'effectue le gaz à différentes vitesses, en direction ou à l'opposé de l'observateur. Cette enveloppe se distingue également par sa parfaite symétrie sphérique ainsi que par son extrême finesse. L'affichage des différentes vitesses permet de découper cette bulle cosmique en tranches virtuelles, tout comme la tomographie par ordinateur permet de découper en tranches le corps humain.

 

Déterminer la composition chimique des enveloppes et des atmosphères de ces étoiles, comprendre la formation de ces enveloppes consécutivement à une perte de masse, constituent le préalable à une meilleure connaissance des processus d'évolution des étoiles au sein de l'Univers jeune et des galaxies. Les enveloppes semblables à celle qui entoure U Antliae affichent une grande diversité de composants chimiques à base de carbone et d'autres éléments. Elles permettent également de recycler la matière et contribuent à hauteur de 70% à la poussière interstellaire.

 

Note :

[1] L'appellation U Antliae s'explique par le fait qu'elle est la quatrième étoile de luminosité variable de la constellation d'Antlia (la Pompe à air). La dénomination attribuée à ces étoiles variables suit une logique compliquée par la découverte d'un nombre toujours croissant d'objets de ce type.

 

Plus d'informations :  

Ce travail de recherche a fait l'objet d'un article intitulé “Rings and filaments. The remarkable detached CO shell of U Antliae”, par F. Kerschbaum et al., à paraître au sein de la revue Astronomy & Astrophysics.

 

L'équipe est composée de F. Kerschbaum (Université de Vienne, Autriche), M. Maercker (Université de Technologie Chalmers, Observatoire Spatial Onsala, Suède), M. Brunner (Université de Vienne, Autriche), M. Lindqvist (Université de Technologie Chalmers, Observatoire Spatial Onsala, Suède), H. Olofsson (Université de Technologie Chalmers, Observatoire Spatial Onsala, Suède), M. Mecina (Université de Vienne, Autriche), E. De Beck (Université de Technologie Chalmers, Observatoire Spatial Onsala, Suède), M. A. T. Groenewegen (Observatoire Royal de Belgique, Belgique), E. Lagadec (Observatoire de la Co^te d'Azur, CNRS, France), S. Mohamed (Université de Cape Town, Afrique du Sud), C. Paladini (Universite´ Libre de Bruxelles, Belgique), S. Ramstedt (Université Uppsala, Suède), W. H. T. Vlemmings (Université de Technologie Chalmers, Observatoire Spatial Onsala, Suède), et M. Wittkowski (ESO).

 

Liens :  

- La publication scientifique

- Photos d'ALMA

 

Source : ESO http://www.eso.org/public/france/news/eso1730/?lang

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


14 Septembre 2017

Hubble de la NASA capture les boursouflures de la planète ébène

 

Artwork: NASA, ESA, and G. Bacon (STScI)

 

Le monde étranger intercepte la plus grande partie de la lumière visible tombant dans son atmosphère

 

Ne cherchez pas le chat noir proverbial qui mange de la réglisse dans un bac à charbon sur la planète WASP-12b. De deux fois la taille de n'importe quelle planète trouvée dans notre Système solaire, le monde est aussi noir que l'asphalte frais. Contrairement aux autres planètes de sa classe, WASP-12b a la capacité unique de piéger au moins 94 pour cent de la lumière visible des étoiles tombant dans son atmosphère.

 

La température de l'atmosphère est un bouillonnant 4,600 degrés Fahrenheit (~2.500 degrés Celsius), qui empêche la formation de nuages réfléchissants sur le côté jour. La planète orbite tellement près de son hôte qu'elle est en rotation et révolution synchrones, ce qui signifie qu'elle garde toujours le même côté en face à l'étoile.

 

L'exoplanète ne dîne pas seule. Son étoile hôte fait également un festin : engloutir le matériel tourbillonnant de l'atmosphère surchauffée de l'exoplanète.

 

Cette exoplanète étrange fait partie d'une classe qu'on appelle « Jupiters chauds » qui orbitent très près de leur étoile hôte et sont chauffées à des températures extrêmes. WASP-12b circule autour d'une étoile semblable au Soleil à 1.400 années-lumière de la Terre.

 

Artwork: NASA, ESA, and G. Bacon (STScI)
Science: NASA, ESA, and T. Bell (McGill University)

 

http://hubblesite.org/news_release/news/2017-38

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


14 Septembre 2017

Amerrissage ! En s'écrasant dans la boue martienne

 

Copyright ESA/DLR/FU Berlin, CC BY-SA 3.0 IGO

 

Un impacteur s'écrasant contre une surface riche en glace a donné lieu à des caractéristiques d'écoulement complexes autour de cet ancien cratère sur Mars.

 

Vue en perspective - Copyright ESA/DLR/FU Berlin, CC BY-SA 3.0 IGO

 

Les impacts de comètes et d'astéroïdes ont façonné les surfaces des planètes et lunes rocheuses du Système solaire en 4,6 milliards d'années d'histoire et peuvent révéler les conditions environnementales au moment de leur formation.

 

Cratère d'impact riche en eau sur Mars - Copyright ESA/DLR/FU Berlin, CC BY-SA 3.0 IGO

 

Au cours d'un impact, l'énergie transférée au sol passe par la fusion et la vaporisation de l'impacteur et des parties de la surface, ainsi que l'excavation de grandes quantités de matière provenant du sol, projetant le tout sur le terrain environnant comme une couverture de débris.

 

Les caractéristiques de la matière éjectée peuvent donner des indications sur les conditions de la surface de la planète et son environnement en général.

 

Le cratère de 32 km de large vu au centre de cette image s'est clairement formé à un moment où l'eau ou la glace était présente près de la surface. L'énergie de l'impact a réchauffé le sous-sol riche en eau, lui permettant de circuler plus facilement, conduisant à la nature « fluidifiée » de la couverture d'éjecta.

 

Topographie d'une région à cratères sur Mars - Copyright ESA/DLR/FU Berlin, CC BY-SA 3.0 IGO

 

La périphérie des lobes de matériel excavé présente souvent une crête élevée : à mesure que le débit ralentit, les débris derrière lui s'entassent, poussant le matériel à sa périphérie dans des remparts.

 

Hellas Planitia et les environs dans son contexte - Copyright NASA MGS MOLA Science Team

 

De nombreux cratères sur Mars montrent cette tendance, parfois avec de multiples couches d'éjectas. Ici, jusqu'à trois couches de lobes d'éjectas peuvent être identifiés, certains d'entre eux se terminant par des remparts. Les multiples couches de dépôts d'éjectas peuvent résulter d'une combinaison d'impacts dans une couche enterrée du sol riche en eau et l'interaction de la matière éjectée avec l'atmosphère.

 

La scène se situe au nord du bassin d'impact Hellas, l'un des plus importants dans tout le Système solaire avec 2.300 km de diamètre. La région est dans une zone qui est soupçonnée d'être l'ancien bassin d'un lac.

 

De petits canaux peut également être vus au sud dans l'image principale (à gauche), fournissant plus de preuves du passé aquatique de la région.

 

Vue 3D d'une scène de cratères au nord de Hellas - Copyright ESA/DLR/FU Berlin, CC BY-SA 3.0 IGO

 

http://www.esa.int/Our_Activities/Space_Science/Mars_Express/Splashdown!_Crashing_into_martian_mud

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


13 Septembre 2017

L'enfer sous un ciel de titane

 

Crédit : ESO/M. Kornmesser

 

Le VLT de l'ESO détecte la présence d'oxyde de titane sur une exoplanète pour la première fois

 

Grâce au Very Large Telescope de l'ESO, des astronomes ont pour la première fois détecté la présence d'oxyde de titane dans l'atmosphère d'une exoplanète. Cette découverte concernant la planète de type Jupiter chaud baptisée WASP-19b a été permise par l'instrument FORS2. Ce dernier a délivré des informations concernant la composition chimique, la température ainsi que la pression de l'atmosphère de ce monde insolite et très chaud. Les résultats de cette étude paraissent ce jour au sein de la revue Nature.

 

Vue d'artiste de l'exoplanète WASP-19b - Crédit : ESO/M. Kornmesser

 

Une équipe d'astronomes dirigée par Elyar Sedaghati, un boursier de l'ESO récemment diplômé de l'Université Technique de Berlin, a étudié l'atmosphère de l'exoplanète WASP-19b à un niveau de détail encore inégalé. Cette planète remarquable est dotée d'une masse semblable à celle de Jupiter. Toutefois, elle est en orbite à une si grande proximité de son étoile hôte que sa période de révolution est de 19 heures seulement et que la température de son atmosphère avoisine les 2000 degrés Celsius.

 

Lorsque WASP-19b passe devant son étoile hôte, une fraction de la lumière stellaire traverse l'atmosphère planétaire, se teintant d'une subtile signature parvenant finalement à la Terre. Grâce à l'instrument FORS2 qui équipe le Very Large Telescope, l'équipe a été en mesure d'analyser avec soin cette lumière et de déduire la présence, au sein de l'atmosphère, de faibles quantités d'oxyde de titane, d'eau et de traces de sodium, ainsi que d'une brume particulièrement diffusante.

 

“La détection de telles molécules n'est pas une mince affaire” précise Elyar Sedaghati, qui contribua durant 2 ans à ce projet en qualité d'étudiant. “Nous avions non seulement besoin de données d'une exceptionnelle qualité, mais devions également procéder à une analyse sophistiquée. Pour ce faire, nous avons utilisé un algorithme capable d'explorer plusieurs millions de spectres couvrant une large gamme de compositions chimiques, de températures, ainsi que les propriétés des nuages et de la brume afin d'établir nos conclusions.”

 

L'oxyde de titane est rare sur Terre. Il est présent en revanche dans l'atmosphère d'étoiles froides. Dans les atmosphères de planètes chaudes telle WASP-19b, il se comporte tel un absorbeur de chaleur. En quantité suffisante, ces molécules empêchent la chaleur de pénétrer ou de s'échapper de l'atmosphère, produisant ainsi une inversion thermique – la température de la haute atmosphère est supérieure à celle de la basse atmosphère, ce qui constitue une situation inverse de la normale. L'ozone joue un rôle similaire au sein de l'atmosphère de la Terre, l'inversion se produisant au niveau de la stratosphère.

 

“La présence d'oxyde de titane dans l'atmosphère de WASP-19b peut avoir des effets considérables sur le gradient de température ainsi que la circulation atmosphérques”, ajoute Ryan Mac Donald, un autre membre de l'équipe, par ailleurs astronome à l'Université de Cambridge au Royaume-Uni. “Etre capable d'étudier les exoplanètes à un tel niveau de détail est à la fois prometteur et enthousiasmant”, ajoute également Nikku Madhusudhan de l'Université de Cambridge et qui a supervisé les interprétations théoriques des observations.

 

Les astronomes ont collecté des données d'observation de WASP-19b sur plus d'un an. La mesure des variations relatives du rayon planétaire à différentes longueurs d'onde de la lumière traversant l'atmosphère de l'exoplanète, puis la comparaison des observations aux modèles atmosphériques, leur ont permis de déduire diverses propriétés de l'atmosphère exoplanétaire, parmi lesquelles figure la composition chimique.

 

La découverte de la présence d'oxydes métalliques tel que l'oxyde de titane et d'autres substances, permettra de mieux modéliser les atmosphères exoplanétaires. A l'avenir, lorsque les astronomes seront capables d'observer les atmosphères de planètes potentiellement habitables, les modèles auront suffisamment gagné en précision pour leur permettre de correctement interpréter ces observations.

 

“Cette importante découverte est le fruit de la modernisation de l'instrument FORS2, précisément effectuée à ce titre” ajoute Henri Boffin de l'ESO, un membre de l'équipe qui dirigea ce projet de rénovation. “Depuis lors, FORS2 s'est imposé comme l'instrument le plus apte à procéder à ce type d'étude depuis le sol.”

 

Plus d'informations :  

Ce travail de recherche a fait l'objet d'un article intitulé “Detection of titanium oxide in the atmosphere of a hot Jupiter” par Elyar Sedaghati et. al., à paraître au sein de la revue Nature.

 

L'équipe se compose de Elyar Sedaghati (ESO; Centre Aérospatial Allemand, Allemagne; et TU Berlin, Allemagne), Henri M.J. Boffin (ESO), Ryan J. MacDonald (Université de Cambridge, Royaume-Uni), Siddharth Gandhi (Université de Cambridge, Royaume-Uni), Nikku Madhusudhan (Université de Cambridge, Royaume-Uni), Neale P. Gibson (Université de la Reine à Belfast, Royaume-Uni), Mahmoudreza Oshagh (Université Georg-August de Göttingen, Allemagne), Antonio Claret (Institut d'Astrophysique d'Andalousie - CSIC, Espagne) et Heike Rauer (Centre Aérospatial Allemand, Allemagne; et TU Berlin, Allemagne).

 

ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 16 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Brésil, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le Very Large Telescope (VLT), l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages - VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est le plus grand télescope conçu exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est également un partenaire majeur pour deux équipements à Chajnantor ; APEX et ALMA, le plus grand projet astronomique existant à ce jour. Et sur le Mont Armazones, à proximité de Paranal, l'ESO est en train de construire l'Extremely Large Telescope, l'ELT, de la classe des 39 mètres, qui sera "l'œil le plus grand au monde tourné vers le ciel".

 

Liens :  

- Publication scientifique dans Nature

- Photos du Very Large Telescope de l'ESO

 

Source : ESO http://www.eso.org/public/france/news/eso1729/?lang

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


 

Suivre la fin de mission de Cassini : Le « grand finale » de la mission internationale Cassini aura lieu vendredi avec la rentrée dans l’atmosphère de Saturne, qui mettra fin à 13 années d’exploration autour de la planète aux anneaux. 

 


 

 

Des forages dans une structure d'impact : Une première en France à Rochechouart : La première campagne de forages scientifiques dans l'unique structure d'impact en France a débuté le 5 septembre 2017 à Rochechouart. Situés en Charente en Haute Vienne, au coeur de la Réserve Naturelle Nationale de l'Astroblème de Rochechouart-Chassenon, ces forages auront pour mission d'extraire les traces passées d'un impact entre la Terre et un astéroïde de 1 km, voici 200 millions d'années. Plusieurs forages jusqu'à une profondeur de 150 mètres seront réalisés pendant 2 à 3 mois sur huit sites de la réserve. Pour que les scientifiques se saisissent pleinement de la richesse offerte par cette campagne de forage, le Centre International de la Recherche sur les impacts et sur Rochechouart (CIRIR)a été créé en 2016 et pilotera ces explorations en a ssurant l'interface avec la recherche internationale. D'ores et déjà, une soixantaine de chercheurs d'une douzaine de nationalités est associée au CIRIR pour l'exploitation de ces données. L'enjeu est bien d'instituer le site de l'Astroblème comme un laboratoire naturel au bénéfice de la recherche nationale et internationale.

 


10 Septembre 2017

Comètes P/2012 T1 = 2017 O3 (PANSTARRS), P/2007 RS41 = 2017 Q2 (LONEOS)

 

Nouvelles du Ciel

 

P/2012 T1 = 2017 O3 (PANSTARRS)

La comète P/2012 T1 (PANSTARRS), découverte le 06 Octobre 2012 par les membres de l'équipe de recherche Pan-STARRS (Panoramic Survey Telescope & Rapid Response System) avec le télescope Pan-STARRS 1 de 1,8 mètre d'ouverture, de l'Université d'Hawaii, situé au sommet du Haleakala sur l'île de Maui (Hawaii, USA), et observée pour la dernière fois le 15 Janvier 2013, a été retrouvée grâce aux observations des 01, 18 et 21 Juillet 2017 du Gemini South Observatory, Cerro Pachon.

 

La comète P/2012 T1 (PANSTARRS), d'une période d'environ 5,6 ans, était passée au plus près du Soleil le 21 Novembre 2012 à une distance d'environ 2,4 UA du Soleil.

Pour ce nouveau retour, les éléments orbitaux de la comète P/2012 T1 = 2017 O3 (PANSTARRS) indiquent un passage au périhélie le 11 Avril 2018 à une distance d'environ 2,4 UA du Soleil, et une période d'environ 5,6 ans pour cette comète de la Ceinture principale (MBC).

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K17/K17QB5.html (MPEC 2017-Q115)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=P%2F2017%20O3;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


P/2007 RS41 = 2017 Q2 (LONEOS)

Les membres de l'équipe de recherche de Pan-STARRS (Panoramic Survey Telescope & Rapid Response System) ont découvert une nouvelle comète sur les images obtenues le 22 Août 2017 avec le télescope Ritchey-Chretien de 1.8-m. L'objet a été relié à un objet ayant l'apparence d'un astéroïde découvert le 21 Août 2007 par le télescope de surveillance LONEOS. Cet astéroïde, répertorié comme tel sous la dénomination de 2007 RS41, avait été observé pour la dernière fois le 16 Octobre 2007.

 

Les éléments orbitaux de la comète P/2007 RS41 = 2017 Q2 (LONEOS) indiquent un passage au périhélie le 19 Août 2017 à une distance d'environ 3,1 UA du Soleil, et une période d'environ 10 ans pour cette comète de la famille de Jupiter.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K17/K17QB6.html (MPEC 2017-Q116)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=P%2F2017%20Q2;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


  

Date des PASSAGES au PERIHELIE des COMETES Date, Périodes de révolution, Distance au Soleil 

COMETES - Magnitudes prévues pour les prochains mois

Liste des comètes potentiellement observables - éléments orbitaux

 

Lost - Les Disparues... ou les comètes périodiques non revues.

 

Les différentes familles de comètes

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


05 Septembre 2017

La matière organique des comètes plus ancienne que le système solaire ?

 

© ESA/Rosetta/MPS for OSIRIS Team MPS / UPD / LAM / IAA / SSO / INTA / UPM / DASP / IDA

 

La matière organique découverte massivement dans le noyau de la comète “Tchouri” par la sonde Rosetta n'aurait pas été fabriquée au moment de la formation du système solaire, mais auparavant, dans l'espace interstellaire. C'est la théorie avancée par deux chercheurs français, dans un article publié le 31 août 2017 dans MNRAS.

 

Terminée en septembre 2016, la mission Rosetta de l'ESA a révélé que la matière organique représente près de 40% de la masse du noyau de la comète « Tchouri » (67P Churyumov-Gerasimenko). Composée de molécules à base de carbone, d'hydrogène, d'azote et d'oxygène, elle constitue l'une des briques de base de la vie telle que nous la connaissons sur Terre. Or cette matière organique trouvée en masse n'aurait pas été fabriquée au moment de la formation du système solaire, mais bien avant, dans le milieu interstellaire. C'est ce qu'avancent aujourd'hui Jean-Loup Bertaux, du Laboratoire atmosphères, milieux, observations spatiales (CNRS/UPMC/Univ. Versailles–Saint-Quentin-en-Yvelines), et Rosine Lallement, du laboratoire Galaxies, étoiles, physique et instrumentation (Observatoire de Paris/CNRS/Université Paris Diderot).  Et selon ces deux chercheurs français, une bonne partie de cette matière organique cométaire serait même déjà bien connue des astronomes.

Voilà 70 ans que l'analyse du spectre de la lumière des étoiles montre partout dans le milieu interstellaire des absorptions inconnues, à des longueurs d'ondes bien précises : les « Diffuse interstellar bands » (DIB),  attribuées à des molécules organiques complexes, qui constitueraient « le plus grand réservoir connu de matière organique dans l'univers » selon l'astrophysicien américain Theodore Snow. Cette matière organique interstellaire est généralement proportionnelle à la matière interstellaire dans son ensemble, sauf dans le cas d'un nuage très dense, comme une nébuleuse proto-solaire : au cœur de la nébuleuse, où la matière est encore plus dense, les DIB plafonnent, voire diminuent. C'est le signe que les molécules organiques qui provoquent les DIB disparaissent, par agglutination les unes aux autres. Une fois collées ensembles, elles ne peuvent plus absorber autant que lorsqu'elles flottent librement dans l'espace.

Ce type de nébuleuse primitive finit par former, par contraction, un système solaire comme le nôtre, composé de planètes… et de comètes. Or, on sait depuis la mission Rosetta que les noyaux de comètes se sont formés par accrétion hiérarchique dans la nébuleuse : les petits grains se sont collés les uns aux autres pour former des grains plus gros, lesquels se sont agglomérés à leur tour jusqu'à atteindre la taille d'un noyau de comète, de quelques kilomètres. Un processus non violent.

Les molécules organiques provoquant les DIBs et préexistantes dans les nébuleuses primitives n'ont donc probablement pas été détruites mais ont pu faire partie des grains constituant les noyaux cométaires, où elles sont toujours 4,6 milliards d'années plus tard. Une mission spatiale de retour d'échantillon, qui permettrait d'analyser en laboratoire la matière organique d'une comète, révèlerait enfin la nature exacte de cette mystérieuse matière interstellaire responsable des absorptions relevées vers les étoiles.

Si la matière organique des comètes a bel et bien été fabriquée dans le milieu interstellaire, et si elle a pu jouer un rôle dans l'émergence de la vie sur la Terre comme les scientifiques l'imaginent aujourd'hui, alors elle a pu également atteindre un grand nombre d'autres planètes de notre galaxie… et y engendrer également la vie ?

 

© ESA/Rosetta/MPS for OSIRIS Team MPS/UPD/LAM/IAA/SSO/INTA/UPM/DASP/IDA

Le noyau de la comète « Tchouri » (Churyumov-Gerasimenko) observé par la sonde européenne Rosetta.

 

Télécharger le communiqué de presse

 

Reférences :

Diffuse Interstellar Bands carriers and cometary organic material, Jean-Loup Bertaux Rosine Lallement, Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, 31 August 2017
Consulter le site web

 

Source : Actualités du CNRS-INSU http://www2.cnrs.fr/presse/communique/5175.htm

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


 

Le radar révèle deux lunes en orbite autour de l'astéroïde Florence : Les images radar de l'astéroïde 3122 Florence obtenues par l'antenne de 70 mètres du Goldstone Deep Space Communications Complex de la NASA entre le 29 Août et le 1er Septembre ont révélé que l'astéroïde possède deux petites lunes, et a également confirmé que l'astéroïde principal Florence à une taille d'environ 4,5 km. Florence n'est que le troisième astéroïde triple connu dans la population proche de la Terre sur plus de 16.400 qui ont été découverts à ce jour. Les trois triples astéroïdes près de la Terre ont été découverts avec des observations radar et Florence est le premier vu depuis que deux lunes ont été découvertes autour de l'astéroïde 1994 CC en Juin 2009.

 


01 Septembre 2017

Rencontres de type stellaire

 

Copyright ESA/Gaia/DPAC

 

Le mouvement de plus de 300 000 étoiles observées par le satellite Gaia de l'ESA révèle que de rares rencontres de type stellaire avec notre Soleil pourraient perturber le nuage de comètes situé aux confins de notre Système Solaire, et envoyer dans un lointain futur des comètes vers la Terre.

 

Dans l'attente d'une rencontre stellaire - Copyright ESA/Gaia/DPAC

Access the video

 

Alors que notre Système Solaire se déplace dans la Galaxie et que d'autres étoiles suivent elles aussi leur propre chemin, des rencontres sont inévitables, même si elles se produiront encore à plusieurs trillions de kilomètres. L'influence gravitationnelle des étoiles qui croisent près du réservoir de comètes de notre Système Solaire, le nuage d'Oort, pourrait dévier de leur trajectoire les comètes qui s'y trouvent, et les envoyer sur une orbite qui traverserait le Système Solaire interne.

 

C'est probablement la raison qui explique l'apparition de comètes dans nos cieux, et c'est également potentiellement ce qui pourrait envoyer des comètes sur une trajectoire de collision avec la Terre ou d'autres planètes.

 

L'un des principaux objectifs de Gaia est donc de comprendre les mouvements passés et futurs des étoiles grâce aux données précises qui seront collectés pendant les cinq années de la mission. Un premier catalogue de plus d'un milliard d'étoiles a récemment été mis à disposition, il comprend les distances et les mouvements de plus de deux millions d'étoiles. A ce jour, les mouvements relatifs au Soleil de plus de 300 000 étoiles ont été retracés dans la Galaxie, et le point de rencontre le plus rapproché déterminé jusqu'à cinq millions d'années dans le passé et dans le futur.

 

Suivi des mouvements stellaires - Copyright ESA/Gaia/DPAC

Access the video

 

Une étude récente a utilisé les mesures effectuées par Gaïa pour estimer le taux de rencontre stellaire. Pour les cinq millions d'années dans le passé et dans le futur, ce taux est d'une rencontre stellaire tous les 50 000 ans environ. Il est important de retenir qu'il n'y a aucune garantie que le passage d'une étoile forcerait des comètes vers le Système Solaire interne, ni que la Terre se retrouverait dans la ligne de tir.

 

Ces estimations seront affinées grâce aux prochaines données mises à disposition par Gaia. La prochaine publication de données est prévue en avril prochain, et contiendra des informations sur environ 20 fois plus d'étoiles, sur plus d'étoiles lointaines également, et permettra de reconstruire les mouvements des étoiles jusqu'à 25 millions d'années dans le passé ou dans le futur.

 

 

Source : ESA http://www.esa.int/fre/ESA_in_your_country/France/Rencontres_de_type_stellaire

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


30 Août 2017

ALMA détecte la présence de vastes réservoirs cachés de gaz turbulent dans de lointaines galaxies

 

Crédit : ESO/L. Benassi

 

La toute première détection de molécules de CH+ au sein de lointaines galaxies à formation d'étoiles offre un aperçu de l'histoire de la formation stellaire de l'Univers

 

ALMA a permis de détecter la présence de réservoirs turbulents de gaz froid autour de lointaines galaxies à formation d'étoiles. La découverte inédite de la molécule CH+ autorise l'étude, sous un angle nouveau, d'une époque critique de la formation stellaire au sein de l'Univers. La présence de cette molécule éclaire la façon dont les galaxies parviennent à prolonger leur phase d'intense formation stellaire. Les résultats de cette étude sont publiés dans la revue Nature.

 

Vue d'artiste du gaz alimentant les galaxies lointaines à formation d'étoiles - Crédit : ESO/L. Benassi

 

Une équipe pilotée par Edith Falgarone (Ecole Normale Supérieure et Observatoire de Paris, France) a utilisé le Vaste Réseau (Sub-)Millimétrique de l'Atacama (ALMA) pour détecter les signatures de la molécule d'hydrure de carbone CH+ [1] au sein de lointaines galaxies à formation d'étoiles [2]. L'équipe a identifié les signaux forts de la présence de CH+ dans cinq des six galaxies étudiées, parmi lesquelles figure le Cil Cosmique [3]. Cette nouvelle étude livre des informations permettant de mieux comprendre le processus de croissance des galaxies ainsi que l'influence de l'environnement galactique sur la formation stellaire.

 

“Le CH+ est une molécule particulière. Sa formation requiert une grande quantité d'énergie et son importante réactivité se traduit par une courte durée de vie et donc l'impossibilité d'être transportée sur de longues distances. La molécule de CH+ révèle les flux d'énergie au sein des galaxies et de leur environnement” explique Martin Zwaan, astronome à l'ESO, qui contribua à l'étude.

 

Afin de comprendre le rôle de révélateur que joue la molécule de CH+ vis à vis des flux d'énergie, considérons l'analogie suivante : un bâteau navigue sur l'océan tropical par nuit noire, sans Lune. Dans de bonnes conditions, le plancton fluorescent peut s'illuminer au passage du bateau. La turbulence générée par le bateau sillonnant l'eau excite le plancton – en d'autres termes, leur lumière révèle l'existence d'une eau sombre plus profonde ainsi que la présence de zones turbulentes. Parce que la molécule de CH+ ne se forme qu'en de petites zones de dissipation des mouvements turbulents de gaz, sa détection permet de tracer les flux d'énergie à l'échelle galactique.

 

Les observations de CH+ révèlent l'existence d'ondes de choc de densité élevée alimentées par des vents galactiques chauds et rapides issus des régions galactiques de formation stellaire. Ces vents parcourent la galaxie et en expulsent la matière. Toutefois leurs mouvements turbulents permettent à une partie de cette matière de se retrouver piégée par l'attraction gravitationnelle de la galaxie. La matière s'assemble alors pour former de vastes réservoirs turbulents de gaz froid de faible densité, qui s'étendent à plus de 30 000 années lumière de la région de formation stellaire de la galaxie [4].

 

“Le traçage de la molécule de CH+ nous apprend que l'énergie est stockée au sein de vents puissants à l'échelle galactique et donne lieu à des mouvements turbulents au sein de réservoirs jusqu'alors inconnus de gaz froid situés en périphérie de la galaxie” précise Edith Falgarone, l'auteur principal de cette nouvelle étude. “Nos résultats questionnent la théorie de l'évolution galactique. En acheminant la turbulence dans les réservoirs, ces vents galactiques étendent la durée de la phase de formation stellaire au lieu de l'interrompre.”

 

L'équipe a établi que les seuls vents galactiques ne suffisaient pas à reconstituer les réservoirs de gaz nouvellement découverts et suggère que l'apport de masse résulte de processus de fusion ou d'accrétion galactiques de flux de gaz cachés, conformément aux prédictions théoriques actuelles.

 

“Cette découverte offre une importante clé de compréhension du processus de régulation des flux de matière qui s'écoulent au sein des galaxies de l'Univers jeune caractérisées par une intense formation stellaire”, conclut Rob Ivison, Directeur de la Science à l'ESO et co-auteur de l'étude. “Elle témoigne des formidables résultats auxquels peut parvenir une équipe pluridisciplinaire de chercheurs au moyen de l'un des télescopes les plus puissants au monde.”

 

Notes :

[1] Le CH+ est un ion de la molécule CH que les chimistes nomment methylidyne. Elle est l'une des trois premières molécules découvertes dans le milieu interstellaire. C'était au début des années 1940. Depuis lors, la présence de CH+ dans l'espace interstellaire est demeurée un mystère : cet ion est extrêmement réactif en effet et disparaît donc beaucoup plus rapidement que tout autre.

 

[2] Ces galaxies sont caractérisées par des taux de formation stellaire bien plus élevés que ceux des galaxies calmes telle que la Voie Lactée. Ces structures sont donc idéales pour comprendre le processus de croissance galactique ainsi que l'interaction entre le gaz, la poussière, les étoiles et les trous noirs qui occupent les centres galactiques.

 

[3] ALMA a permis d'obtenir le spectre de chaque galaxie. Un spectre est un enregistrement de la lumière issue d'un objet astronomique par exemple, décomposée en différentes couleurs (ou longueurs d'onde), tout comme les gouttes de pluie dispersent la lumière pour former un arc en ciel. Parce que chaque élément est doté d'une “signature” unique, les spectres peuvent être utilisés pour établir la compositon chimique des objets observés.

 

[4] Ces réservoirs turbulents de gaz diffus semblent être de même nature que les halos géants lumineux qui entourent les quasars distants.

 

Plus d'informations :  

Ce travail de recherche a fait l'objet d'un article intitulé “Large turbulent reservoirs of cold molecular gas around high redshift starburst galaxies” par E. Falgarone et al., à paraître au sein de l'édition du 30 août 2017 de la revue Nature.

 

L'équipe est composée de E. Falgarone (Ecole Normale Supérieure et Observatoire de Paris, France), M.A. Zwaan (ESO, Allemagne), B. Godard (Ecole Normale Supérieure et Observatoire de Paris, France), E. Bergin (Université du Michigan, Etats-Unis), R.J. Ivison (ESO, Allemagne; Université d'Edimbourg, Royaume-Uni), P. M. Andreani (ESO, Allemagne), F. Bournaud (CEA/AIM, France), R. S. Bussmann (Université Cornell, Etats-Unis), D. Elbaz (CEA/AIM, France), A. Omont (IAP, CNRS, Sorbonne Universités, France), I. Oteo (Université d'Edimbourg, Royaume-Uni; ESO, Allemagne) et F. Walter (Institut Max Planck dédié à l'Astronomie, Allemagne).

 

ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 16 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Brésil, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le Very Large Telescope (VLT), l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages - VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est le plus grand télescope conçu exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est également un partenaire majeur pour deux équipements à Chajnantor ; APEX et ALMA, le plus grand projet astronomique existant à ce jour. Et sur le Mont Armazones, à proximité de Paranal, l'ESO est en train de construire l'Extremely Large Telescope, l'ELT, de la classe des 39 mètres, qui sera "l'œil le plus grand au monde tourné vers le ciel".

 

Liens :  

- Publication scientifique dans la revue Nature

- Photos d'ALMA

 

Source : ESO http://www.eso.org/public/france/news/eso1727/?lang

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


 

Si vous appréciez PGJ et si vous souhaitez voir votre site préféré continuer d'évoluer et de se développer, n'hésitez pas à m'apporter votre soutien sous forme de donation.

Merci d'avance à tous les éventuels généreux donateurs. 


 

Dans la majorité des cas, la "Nouvelle" est un texte composé à partir d'une ou plusieurs sources ou une traduction "libre" du texte d'origine. Chaque "Nouvelle" est accompagnée de la provenance exacte des informations au moyen d'un ou de plusieurs liens conduisant vers les pages servant de support à l'élaboration de la "Nouvelle". Ces liens peuvent vous être utiles pour approfondir le sujet.

 

Ceux-ci sont identifiés selon le code suivant :

Sources ou Documentations non francophones

Sources ou Documentations en langue française

 

Les liens proposés vers d'autres sites sont communiqués à titre indicatif et ne sauraient engager la responsabilité de PGJ, tant en ce qui concerne les contenus que les conditions d'accès.

 

Les articles de la rubrique "Nouvelles du Ciel" peuvent être librement reproduits à condition d'indiquer sur votre page :

Source : PGJ - "Nouvelles du Ciel" avec un lien vers la "Nouvelle" concernée ou vers la page d'accueil de PGJ

 

Toutefois, un petit nombre d'articles proviennent de sources extérieures. Dans ce cas, le lien figurant au bas de l'article conduisant vers la page d'origine est précédé de la mention "Source :" indiquant le réel auteur de l'information.

exemple : Source : http://...........

 

De même, les photos illustrant ces articles sont accompagnées des mentions de "Crédit" ou de "Copyright" correspondantes.

 

L'utilisation de ces photos est soumise à certaines règles, propres à chaque auteur, mais que l'on peut résumer ainsi :

- utilisation non-commerciale

- respect des mentions de "Crédit" ou de "Copyright".

 

Il vous appartient toutefois de vérifier auprès des auteurs si celles-ci peuvent être reproduites librement ainsi que les conditions spéciales d'utilisation.

 

Retour à l'accueil

Contact : Gilbert Javaux