Nouvelles du Ciel de Mai 2016

 

 

 

Les Titres

 

La comète de Rosetta renferme les ingrédients de la vie [30/05/2016]

Les télescopes de la NASA trouvent des indices sur comment les trous noirs géants se sont formés si rapidement [24/05/2016]

Hubble prend un portrait de Mars près de l'approche au plus près [19/05/2016]

Un magnifique exemple d'écrin stellaire [18/05/2016]

Hubble capture des vues d'un jet en rotation avec la comète 252P/LINEAR [12/05/2016]

Comètes P/2016 J1-A (PANSTARRS) et P/2016 J1-B (PANSTARRS, C/2016 J2 (Denneau) [10/05/2016]

Trois mondes potentiellement habitables découverts autour d'une étoile naine extrêmement froide proche du système solaire [02/05/2016]

 

 

Les Titres des "Nouvelles du Ciel" disponibles en Version Javascript ou Version XML

 

En savoir plus pour afficher les Titres des "Nouvelles du Ciel" de PGJ sur votre Site Web ou sur le Bureau de votre Ordinateur

 

LE GUIDE DU CIEL 2016-2017 de Guillaume CANNAT

 

 Souscription jusqu'au 30 avril ; expédition en mai 2016

 

22e année de parution

 

Tout ce qu'il faut savoir pour observer le ciel entre le 1er juin 2016 et le 30 juin 2017

 

Une mise à jour intégrale avec des pages de synthèse et une série de gros plans sur les plus importants phénomènes astronomiques des mois couverts par cette édition, les planètes et une sélection d'objets du ciel profond.

 

Et toujours autant de rendez-vous quotidiens pour suivre le ciel heure par heure...

 

- Couverture souple pelliculée avec rabats, cahiers cousus et collés

- 17 x 24 cm, 352 pages

- Plus de 500 schémas, cartes célestes et photographies

- Plus d'un millier de rendez-vous célestes

- Imprimé intégralement en couleurs

- ISBN-13 : 979-10-90238-18-3

 

LE GUIDE DU CIEL 2016-2017
l'ouvrage le plus complet pour vivre votre passion des astres au quotidien !

 

... à découvrir sur le site d'amds !

 

LE CIEL A L'OEIL NU EN 2016 de Guillaume CANNAT

 

Vous pouvez d'ores et déjà commander la nouvelle édition en cliquant ici...

 

Intégralement inédit, le texte de cette quatorzième édition est superbement illustré de photographies réalisées par l'auteur et par les meilleurs astrophotographes de la planète ; il passe en revue, de janvier à décembre 2016, les plus beaux phénomènes astronomiques accessibles à tous et les agrémente de nouveaux encadrés pratiques, historiques, mythologiques et encyclopédiques.

 

En 2016, nous pourrons en outre assister à plus de 60 rassemblements crépusculaires ou nocturnes entre les planètes et la Lune, avec, notamment, plusieurs conjonctions extrêmement serrées entre Vénus, Mercure, Mars et Jupiter qui feront la joie des observateurs. Chacun de ces phénomènes est présenté en détail, avec des conseils pour l'observer et un schéma de qualité photographique pour se préparer au spectacle.

 

Le Ciel à l'œil nu est richement illustré par des dizaines de photographies astronomiques inédites et par des cartes très réalistes pour découvrir aisément les étoiles des quatre saisons.

 

Si ce livre vous incite à lever les yeux plus souvent vers la voûte céleste, à contempler plus régulièrement la Lune et les planètes, les constellations et leurs étoiles, il aura atteint son but.

 

- 144 pages
- Près de 180 cartes, schémas, gravures et photographies en couleur
- Prix public TTC : 18,50 euros
- ISBN : 978-2-09-278715-1

 

La collection « Le Ciel à l'oeil nu » a reçu le prix spécial du jury du Festival d'Astronomie de Haute-Maurienne-Vanoise

 

Le Ciel à l'oeil nu en 2016 est diffusé par Nathan/Interforum

 

Cet ouvrage sera disponible début octobre, mais vous pouvez le pré-commander pour le recevoir à parution

 

... Réservez dès maintenant votre exemplaire sur amds-edition.com !

 

CALENDRIER ASTRONOMIQUE 2016 de Guillaume CANNAT

Nouvelle Edition

 

L'astronomie est l'une des sciences les plus spectaculaires. Les images réalisées avec les meilleurs instruments nous permettent de visiter le Système solaire, de plonger au cœur des nébuleuses où naissent de nouvelles étoiles, de survoler les majestueuses spirales galactiques, d'assister aux plus belles éruptions solaires ou d'admirer notre planète vue de l'espace ou de survoler la comète "Tchouri".

 

Ce calendrier astronomique rassemble 12 images exceptionnelles sélectionnées et commentées par Guillaume Cannat, l'auteur du Guide du Ciel, du Ciel à l'oeil nu et du blog Autour du Ciel.

 

Ces 12 photographies à couper le souffle ont été imprimées à haute résolution en grand format sur un papier couché plus épais pour garantir la plus belle réproduction possible.

 

Chaque mois, un calendrier annotable indique les dates des principaux phénomènes célestes : phase de la Lune, positions des planètes, éclipses, conjonctions, saisons, essaims d'étoiles filantes, etc...

 

Il existait déjà des calendriers muraux pour les amateurs de rugbymans ou de pin-up, les passionnés de fleurs ou de nature, les amoureux de la mer ou de la montagne, voilà enfin le calendrier qui manquait aux observateurs du ciel !

 

ISBN

979-10-90238-17-6

Format

29 x 35 cm

Nbre pages

24

Prix

18,00 €

Parution

10 Septembre 2015

 

... à découvrir sur le site d'amds !

 

Pluie d'étoiles en Bretagne

Photos panoramiques de Laurent LAVEDER

 

Ce beau livre relié tout illustré rassemble d'exceptionnelles photos de paysages prises de nuit avec l'oeil averti d'un astronome amateur spécialisé dans l'observation du ciel à l'oeil nu. Les photographies sont accompagnées de légendes qui expliquent le contexte de la prise de vue, l'environnement, la description du phénomène, et le matériel utilisé.

 

Pour les amateurs de photographies, d'astres et de Bretagne !

 

... Un magnifique ouvrage à commander dès maintenant sur pixheaven.net - la photothèque d'images d'astronomie de Laurent Laveder ou sur le site des Editions Locus Solus

 

 

 

Archives des Nouvelles du Ciel

Vous cherchez un ancien article ? Les Titres des Nouvelles du Ciel classés par Catégories

 

 

 

 


Sources ou Documentations non francophones

Sources ou Documentations en langue française

 

 

Nuages noirs sur Ciel des Hommes : Si vous souhaitez que Ciel des Hommes vive et continue d'ouvrir chaque jour pour vous une nouvelle fenêtre sur l'Univers, n'hésitez pas à apporter votre aide de façon très concrète, en souscrivant des « abonnements de soutien ».

 

 

 

Si vous appréciez PGJ et si vous souhaitez voir votre site préféré continuer d'évoluer et de se développer, n'hésitez pas à m'apporter votre soutien sous forme de donation.

Merci d'avance à tous les éventuels généreux donateurs.

 

 

 

 

Lancement officiel de FRIPON, un réseau de surveillance du ciel français pour pister les météorites : Mardi 31 mai 2016 marque le lancement officiel de FRIPON, un réseau connecté, unique au monde, de recherche de météorites. À terme constitué de 100 caméras implantées sur tout le territoire français, FRIPON inaugure une surveillance du ciel, de jour et de nuit, à 360°. Né de l'expertise scientifique conjuguée de l'Observatoire de Paris, du Muséum national d'Histoire naturelle, de l'Université Paris-Sud, d'Aix-Marseille Université et du CNRS, ce maillage vise à détecter les chutes de météorites, à mesurer leur trajectoire et enfin à déterminer leur zone de chute pour organiser des campagnes de recherche sur le terrain. [Communiqué de presse]

 

En savoir plus... FRIPON (Fireball Recovery and Inter Planetary Observation Network)

 


30 Mai 2016

La comète de Rosetta renferme les ingrédients de la vie

 

 

Crédit : ESA/Rosetta/NavCam – CC BY-SA IGO 3.0

 

Des ingrédients considérés comme cruciaux dans l'origine de la vie sur Terre ont été découverts sur la comète que la sonde Rosetta de l'ESA observe depuis bientôt deux ans.

 

La comète de Rosetta - Crédit : ESA/Rosetta/NavCam – CC BY-SA IGO 3.0

 

Un acide aminé que l'on trouve communément dans les protéines, la glycine, et un composant clé de l'ADN et des membranes cellulaires, le phosphore, font partie de ces ingrédients.

 

Les scientifiques débattent depuis longtemps de la forte probabilité que des astéroïdes aient apporté l'eau et les molécules organiques sur Terre après que celle-ci se soit refroidie suite à sa formation, et qu'ils aient fourni quelques-uns des éléments de base permettant l'émergence de la vie.

 

Alors que l'on savait déjà que la composition de l'eau sur certaines comètes et sur certains astéroïdes se rapproche de celles des océans sur Terre, Rosetta a découvert une différence significative sur sa comète, alimentant ainsi le débat sur le rôle joué par les comètes et les astéroïdes dans l'origine de l'eau sur Terre.

 

Mais de nouveaux résultats révèlent que les comètes avaient néanmoins le potentiel de transmettre des ingrédients indispensables à la vie telle que nous la connaissons.

 

La comète de Rosetta renferme les ingrédients de la vie

Copyright : Spacecraft: ESA/ATG medialab; Comet: ESA/Rosetta/NavCam – CC BY-SA IGO 3.0; data: Altwegg et al. (2016)

  

Des traces du plus simple des acides aminés, la glycine, avaient été trouvées dans des échantillons de la Comète Wild-2 ramenés sur Terre en 2006 lors de la mission Stardust de la NASA. Une possible contamination terrestre de ces échantillons de poussières en avait néanmoins rendu l'analyse extrêmement difficile.

 

Rosetta, a quant à elle détecté de manière directe et répétée de la glycine dans la chevelure, ou coma, de sa comète.

 

« C'est la première détection non ambiguë de glycine sur une comète, » explique Kathrin Altwegg, investigatrice principale de l'instrument ROSINA qui a effectué les mesures, et auteure principale de l'article scientifique publié aujourd'hui dans Science Advances.

 

L'autre détection passionnante effectuée par Rosetta et décrite dans l'article est celle du phosphore, un élément clé de tous les organismes vivants connus. On le trouve par exemple dans la structure de l'ADN, dans les membranes cellulaires et lors du transport de l'énergie chimique au sein des cellules pour le métabolisme.

 

“La multitude de molécules organiques déjà identifiées par Rosetta, auxquelles s'ajoute maintenant l'enthousiasmante confirmation d'éléments fondamentaux comme la glycine et le phosphore, confirme notre idée que les comètes ont le potentiel de transmettre les molécules clés de la chimie prébiotique, » ajoute Matt Taylor, le scientifique de la mission Rosetta pour l'ESA.

 

« L'un des objectifs principaux de la mission Rosetta était de prouver que les comètes sont des réservoirs de matériaux primitifs au sein du Système Solaire et qu'elles auraient pu amener ces ingrédients vitaux sur Terre, et nous sommes donc ravis de ce résultat. »

 

http://www.esa.int/fre/ESA_in_your_country/France/La_comete_de_Rosetta_renferme_les_ingredients_de_la_vie

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


 

La comète de Rosetta contient des ingrédients pour la vie : Des ingrédients considérés comme cruciaux pour l'origine de la vie sur Terre ont été découverts sur la comète que la sonde Rosetta de l'ESA sondait depuis presque deux ans. Ils comprennent de la glycine, des acides aminés, qui se trouvent couramment dans les protéines, et du phosphore, un élément clé de l'ADN et des membranes cellulaires.

 


 

Des tsunamis géants ont balayé les côtes de l'océan martien des tout débuts : Une nouvelle étude financée par la NASA indique que des tsunamis géants ont joué un rôle fondamental dans la formation des terrains côtiers martiens, supprimant une grande partie de la controverse qui, pendant des décennies, a entouré l'hypothèse que des océans ont existé au début de l'histoire martienne.

 

Le radar de la NASA trouve un enregistrement de l'âge glaciaire dans la calotte polaire de Mars : Les scientifiques à l'aide de données radar de Mars Reconnaissance Orbiter de la NASA (MRO) ont trouvé un enregistrement de la plus récente glaciation martienne enregistrée dans la calotte polaire nord de la planète. Les nouveaux résultats concordent avec les modèles précédents qui indiquent qu'une période glaciaire a pris fin il y a environ 400.000 ans.

 

Meilleur gros plan de New Horizons de la surface de Pluton : C'est la vue plus détaillée du terrain de Pluton, que vous verrez probablement pendant un très long moment. Cette bande de mosaïque - s'étendant à travers l'hémisphère qui faisait face à la sonde New Horizons lorsqu'elle a survolé Pluton le 14 juillet 2015 - comprend maintenant toutes les images en haute résolution prises par la sonde de la NASA.

 


 

La plus faible galaxie au début de l'Univers jamais détectée et confirmée : Une équipe internationale de scientifiques a détecté et confirmé la plus faible galaxie du jeune Univers en utilisant le W. M. Keck Observatory au sommet du Maunakea, à Hawaii. En plus d'utiliser les plus puissant télescope du monde, l'équipe s'est appuyé sur une lentille gravitationnelle pour voir l'objet incroyablement faible né juste après le Big Bang.

 

Les mystèrieux panaches de Mars sont-ils causés par la météo spatiale ? : De mysterieux nuages de grande hauteur vus apparaissant soudainement dans l'atmosphère martienne en une poignée d'occasions peuvent être liés à la météorologie spatiale, d'après les scientifiques de Mars Express.

 


24 Mai 2016

Les télescopes de la NASA trouvent des indices sur comment les trous noirs géants se sont formés si rapidement

 

 

X-ray Credit : NASA/CXC/Scuola Normale Superiore/F. Pacucci, et al. - Optical Credi t: NASA/STScI -

Illustration Credit : NASA/CXC/M. Weiss

 

À l'aide de données provenant de trois des grands observatoires de la NASA (le télescope spatial Hubble, l'Observatoire Chandra de rayons X et le télescope spatial Spitzer), les scientifiques ont trouvé la meilleure preuve à ce jour que dans les débuts de l'Univers, les trous noirs supermassifs ont été produits par l'effondrement direct d'un nuage de gaz. Si ce résultat est confirmé, il pourrait conduire à de nouvelles informations sur la façon dont les trous noirs ont été formés et ont grandi il y a des milliards d'années. L'illustration de cet artiste dépeint une «graine» possible pour la formation d'un trou noir supermassif. Les encadrés contiennent les images de Chandra (en haut) et de Hubble (en bas) de l'un des deux grermes candidats, où les propriétés dans les données correspondent à celles prédites par des modèles sophistiqués réalisés par des chercheurs du mécanisme d'effondrement direct.

 

X-ray Credit: NASA/CXC/Scuola Normale Superiore/F. Pacucci, et al.

Optical Credit: NASA/STScI

Illustration Credit: NASA/CXC/M. Weiss

 

Pour plus d'informations sur cette étude : http://chandra.harvard.edu/press/16_releases/press_052416.html

 

http://hubblesite.org/newscenter/archive/releases/2016/19/

  

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


 

Système de Kepler-223 : des indices sur la migration planétaire : Les quatre planètes du système stellaire Kepler-223 semblaient avoir peu en commun avec les planètes de notre Système solaire aujourd'hui. Mais une nouvelle étude utilisant des données du télescope spatial Kepler de la NASA suggère une ressemblance possible dans le passé lointain. Les planètes Kepler-223 tournent autour de leur étoile dans la même configuration que Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune ont peut-être eu dans l'histoire des débuts de notre Système solaire, avant de migrer vers leurs emplacements actuels.

 

L'océan d'Europe peut avoir un équilibre chimique comme la Terre : Une nouvelle étude de la NASA de modélisation des conditions dans l'océan de la lune Europe de Jupiter suggère que l'équilibre nécessaire d'énergie chimique pour la vie pourrait exister là, même si la lune ne dispose pas d'activité hydrothermale volcanique.

 


19 Mai 2016

Hubble prend un portrait de Mars près de l'approche au plus près

 

 

Crédit : NASA, ESA, the Hubble Heritage Team (STScI/AURA), J. Bell (ASU), and M. Wolff (Space Science Institute)

 

Le 12 Mai 2016, des astronomes utilisant le télescope spatial Hubble de la NASA ont capturé cette image saisissante de Mars, quand la planète était à 80 millions de kilomètres de la Terre. La photo révèle des détails aussi petits que 32 à 48 kilomètres de large. Cette observation a été faite juste quelques jours avant l'opposition de Mars le 22 Mai, lorsque le Soleil et Mars seront sur les côtés opposés exactes de la Terre. Mars sera également à 76 millions de kilomètres de la Terre. Le 30 Mai, Mars sera la plus proche à la Terre qu'elle a été en 11 ans, à une distance de 75,3 millions de kilomètres. Mars est particulièrement photogénique lors de l'opposition, car elle peut être vue entièrement illuminée par le Soleil vue depuis la Terre.

 

Crédit : NASA, ESA, the Hubble Heritage Team (STScI/AURA), J. Bell (ASU), and M. Wolff (Space Science Institute)

 

http://hubblesite.org/newscenter/archive/releases/2016/15/

  

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


18 Mai 2016

Un magnifique exemple d'écrin stellaire

 

Crédit : ESO

 

Sur cette image acquise par le Très Grand Télescope (VLT) de l'ESO, le rayonnement issu des flamboyantes étoiles bleues excite le gaz expulsé lors d'un récent épisode de formation d'étoiles. De ce processus résulte une nébuleuse en émission étonnamment colorée cataloguée LHA 120-N55, dont les étoiles semblent orner un vêtement de gaz brillant. L'étude de ces magnifiques objets permet aux astronomes de mieux connaître les conditions régnant au sein des sites d'évolution des jeunes étoiles.

 

Le nuage de gaz brillant LHA 120-N55 dans le Grand Nuage de Magellan - Crédit : ESO

 

LHA 120-N55,  plus connu sous le diminutif N55, est un nuage de gaz brillant du Grand Nuage de Magellan (LMC), une galaxie satellite de la Voie Lactée située à quelque 163 000 années lumière de la Terre. N55 occupe l'intérieur d'une coquille géante ou superbulle notée LMC 4. Les superbulles, qui bien souvent s'étendent sur des centaines d'années lumière, sont de vastes cavités en forme de bulle qui se forment lorsque des vents violents issus d'étoiles récemment formées et d'ondes de choc émises lors de l'explosion de supernovae, expulsent de concert la plupart du gaz et de la poussière qui les environnent.

 

La matière qui aujourd'hui compose N55 est toutefois parvenue à survivre en revêtant l'aspect d'une petite poche de gaz et de poussière. Elle consiste à présent en une nébuleuse autonome, confinée à l'intérieur de la superbulle. Un ensemble d'étoiles brillantes de couleurs bleue et blanche – noté LH 72, est même apparu, quelques centaines de millions d'années après que les événements ayant donné naissance à la superbulle soient survenus. Les étoiles qui composent LH 72 sont âgées de quelques millions d'années seulement, elles ne dispersent donc aucune matière environnante. Elles constituent plutôt une seconde génération d'étoiles dans cette région du ciel.

 

La formation récente d'une nouvelle génération d'étoiles explique également les couleurs typiques qu'arbore leur environnement sur cette image. Le rayonnement intense émis par les brillantes étoiles bleues-blanches arrache les électrons des atomes d'hydrogène qui composent N55 et confère au gaz cette couleur rose caractéristique en lumière visible. Cette signature révèle aux astronomes la présence de gaz d'hydrogène au sein des galaxies, ainsi que celle d'étoiles nouvellement formées.

 

Le calme semble à présent régner au sein de la région de formation d'étoiles N55. Toutefois, des bouleversements majeurs sont à venir. Dans quelques millions d'années, certaines des étoiles les plus massives et les plus brillantes de l'amas LH 72 se comporteront en supernovae et expulseront le contenu matériel de N55. Une bulle se propagera ainsi à l'intérieur de la superbulle, et le cycle de vie et de mort stellaires se poursuivra chez ce proche voisin de notre galaxie hôte.

 

Cette nouvelle image a été acquise au moyen du Réducteur de Focale et du Spectrographe à faible dispersion (FORS2) installé sur le VLT de l'ESO. Elle s'inscrit dans le cadre du programme des Joyaux Cosmiques de l'ESO, dont l'objectif est de produire des images d'objets intéressants, intriguants ou visuellement attrayants au moyen des télescopes de l'ESO pour les besoins de l'enseignement et de la diffusion auprès du grand public. Ce programme utilise du temps de télescope qui ne peut être dévolu à l'observation scientifique. L'ensemble des données collectées peut toutefois être utilisé à des fins scientifiques, et est mis à disposition des astronomes au travers des archives de l'ESO.

 

Plus d'informations :  

L'ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 15 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Brésil, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages. VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est le plus grand télescope conçu exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est le partenaire européen d'ALMA, un télescope astronomique révolutionnaire. ALMA est le plus grand projet astronomique en cours de réalisation. L'ESO est actuellement en train de programmer la réalisation d'un télescope européen géant (E-ELT pour European Extremely Large Telescope) de la classe des 39 mètres qui observera dans le visible et le proche infrarouge. L'E-ELT sera « l'œil le plus grand au monde tourné vers le ciel.

 

Liens :  

- Photos du VLT

 

Source : ESO http://www.eso.org/public/france/news/eso1616/?lang

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


 

Reste de supernova Tycho : Chandra capture en film les débris en expansion d'une explosion stellaire : Pour la première fois, un film a été fait de l'évolution du reste de supernova Tycho. Cette séquence comprend les observations de rayons X de Chandra espacées sur une décennie et demie. Tycho appartient à une classe de super-novae utilisées pour mesurer l'expansion de l'Univers, aussi les détails de ces explosions sont très importants.

 

Le rôle de l'hélium dans la pulsation des premières naines blanches : Avant que les étoiles de moyenne-faible masse deviennent des naines blanches, elles pulsent sauvagement et crachent finalement leurs couches externes dans l'espace - formant souvent de belle nébuleuses planétaires. Les mêmes étoiles sont prévues pour poursuivre les pulsations au cours de leur transformation en une naine blanche, si elles possèdent de l'hélium dans leurs atmosphères.

 

Les galaxies employées à jouer différentes règles : Des chercheurs de l'ETH ont étudié la formation des étoiles dans les galaxies lointaines et ont fait une découverte inattendue : une corrélation qui existe aujourd'hui entre la proportion d'éléments chimiques lourds dans une galaxie et le taux auquel les nouvelles étoiles se sont formées dans cette galaxie ne s'applique pas il y a dix milliards d'années. Cette observation aide les scientifiques à comprendre comment les galaxies avec leurs étoiles et planètes se sont formées sur des milliards d'années.

 

Quatre planètes synchronisées révèlent des indices sur comment les planètes se forment : La recherche de planètes en orbita autour d'autres étoiles dans notre galaxie a révélé une extraordinaire famille de planètes dont les orbites sont si soigneusement règlées qu'elles assurent la stabilité à long terme pour leur système planéraire.

 


 

L'astrophysicien français André Brahic, grand vulgarisateur et découvreur des anneaux de Neptune, est mort ce dimanche 15 Mai 2016.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Andr%C3%A9_Brahic

http://www.cieletespace.fr/node/22096

http://www.leparisien.fr/sciences/astronomie-andre-brahic-decouvreur-des-anneaux-de-neptune-est-mort-15-05-2016-5797819.php

http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2016/05/15/decouvreur-des-anneaux-de-neptune-andre-brahic-est-mort/

http://www.sciencesetavenir.fr/espace/astrophysique/20160515.OBS0522/specialiste-de-neptune-et-saturne-l-astrophysicien-andre-brahic-est-mort.html

 


 

Deuxième cycle de saisons martiennes achevé pour le rover Curiosity : Le rover Curiosity de Mars de la NASA achève aujourd'hui sa deuxième année martienne depuis l'atterrissage à l'intérieur du cratère Gale il y a près de quatre années terrestres, ce qui signifie qu'il a enregistré des modèles environnementaux à travers deux cycles complets de saisons martiennes.

 

007 OR10 : Plus grand monde sans nom du Système solaire : Récemment, un groupe d'astronomes a combiné les données de deux observatoires spatiaux pour révéler quelque chose de surprenant : une planète naine, nommée 2007 OR10 est significativement plus grande qu'on le croyait aupraravant.

 

La vie secrète de la nébuleuse d'Orion : Tout amas d'étoiles, dont certains parmi les plus gros spécimens, peuvent se former dans un temps relativement court. Après examen d'un filament de gaz et de poussières qui inclut la bien connue nébuleuse d'Orion, Amelia Santos et Andrew Gould, du Max Planck Institute for Astronomy proposent un nouveau modèle pour ce mode rapide de formation d'étoiles. Ils démontrent que le filament en question est une structure souple, tenue ensemble par la gravité et stabilisée par des champs magnétiques qui oscillent.

 

Grandeur et décadence des lacs martiens : Il y a une abondance de preuves, recueillies au cours des dernières décennies, qui suggère que l'eau liquide était abondante dans l'histoire des débuts de Mars - l'une de nos plus proches et des plus étudiées voisines. Toutefois, la taille, l'évolution et la durée des corps permanents d'eau, comme les lacs, sur la surface de Mars sont toujours matière à de grands débats. Une étude récente, utilisant des données provenant de plusieurs engins spatiaux opérant auprès de Mars, dresse un portrait détaillé de l'ascension et de la baisse des corps permanents d'eau dans une région de Mars qui a accueilli autrefois l'un de ses plus grands lacs.

 


12 Mai 2016

Hubble capture des vues d'un jet en rotation avec la comète 252P/LINEAR

 

 

Crédit : NASA, ESA, and J.-Y. Li (Planetary Science Institute)

 

Pendant des milliers d'années, les hommes ont enregistré les observations de mystérieuses comètes qui parcourent le ciel de nuit. Ces vagabondes célestes, les «boules de neige» de poussière et de glace, sont des visiteuses rapides en mouvement venues des profondeurs froides de l'espace. Certaines d'entre elles visitent périodiquement le Système solaire interne au cours de leurs voyages autour du Soleil.

 

Des astronomes utilisant le télescope spatial Hubble de la NASA ont capturé des images de la comète 252P/LINEAR juste après qu'elle soit passée près de la Terre le 21 Mars. La visite a été l'une des rencontres les plus proches entre une comète et notre planète. La comète a voyagé à 5,3 millions de kilomètres de la Terre, soit environ 14 fois la distance entre notre planète et la Lune. Les images révèlent un jet étroit et bien défini de poussière éjectée par le noyau fragile de glace de la comète. Ces observations représentent également l'objet céleste le plus proche que Hubble a observé, autre que la Lune. La comète sera de retour à l'intérieur du Système solaire à nouveau en 2021.

 

Crédit : NASA, ESA, and J.-Y. Li (Planetary Science Institute)

 

http://hubblesite.org/newscenter/archive/releases/2016/14/

  

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


 

La mission Kepler de la NASA annonce la plus grande collection de planètes jamais découvertes : La mission Kepler de la NASA a vérifié 1.284 nouvelles planètes -- la plus grande découverte de planètes à ce jour. « Cette annonce fait plus que doubler le nombre de planètes confirmées de Kepler, » a déclaré Ellen Stofan, scientifique en chef au siège de la NASA à Washington. « Cela nous donne espoir que quelque part là-bas, autour d'une étoile qui ressemble beaucoup à la nôtre, nous pouvons finalement découvrir une autre Terre ». L'analyse a été réalisée sur le catalogue de planètes candidates de Juillet 2015 du télescope spatial Kepler, qui a identifié 4.302 planètes possibles. Pour 1.284 des candidates, la probabilité d'être une planète est supérieure à 99 % - le minimum requis pour obtenir le statut de « planète ». Les 1.327 autres candidates sont plus susceptibles de ne pas d'être des planètes réelles, mais elles ne répondent pas au seuil de 99 pour cent et nécessiteront une étude supplémentaire. Les 707 restantes sont plus susceptibles d'être d'autres phénomènes astrophysiques. Cette analyse a également validé 984 candidates qui ont déjà été vérifiées par d'autres techniques.

 


10 Mai 2016

Comètes P/2016 J1-A (PANSTARRS) et P/2016 J1-B (PANSTARRS), C/2016 J2 (Denneau)

 

Nouvelles du Ciel

 

P/2016 J1-A (PANSTARRS) et P/2016 J1-B (PANSTARRS)

R. Weryk et R. Wainscoat ont signalé la découverte d'une comète visible dans quatre expositions en bande w obtenues le 05 Mai 2016 avec le télescope Pan-STARRS1 de 1.8-m à Haleakala. Les images de suivi obtenues par Wainscoat le 06 Mai 2016 avec le Canada-France-Hawaii Telescope de 3.6-m au sommet du Mauna Kea ont montré une seconde comète dans le champ, se déplaçant dans la même direction à un rythme pratiquement identique. Le composant le plus brillant (désigné composant A) montre une queue vraiment mince, tandis que l'objet plus faible (composant B) montre également une queue de similaire longueur mais plus large. Après publication du composant A sur la page PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center, de nombreux astrométristes ont confirmé la nature cométaire de cet objet.

 

Les éléments orbitaux très préliminaires de la comète P/2016 J1-A (PANSTARRS), établies à partir de 24 observations entre le 05 et le 08 Mai, indiquent un passage au périhélie le 25 Août 2016 à une distance d'environ 2,3 UA du Soleil, et une période d'environ 5,51 ans pour cette comète de la ceinture principale (MBC). Les très préliminaires éléments orbitaux pour la comète P/2016 J1-B (PANSTARRS), le composant B, basés sur ceux pour le composant A et établis sur seulement 10 observations entre le 06 et le 08 Mai, indiquent un passage au périhélie le 25 Août 2016 à une distance d'environ 2,3 UA du Soleil, et une période d'environ 5,51 ans.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K16/K16J90.html (MPEC 2016-J90)

http://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=P%2F2016%20J1-A;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

http://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=P%2F2016%20J1-B;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 

Les observations supplémentaires indiquent un passage au périhélie le 24 Juin 2016 à une distance d'environ 2,4 UA du Soleil pour P/2016 J1-A (PANSTARRS) et un passage au périhélie le 21 Juin 2016 à une distance d'environ 2,4 UA du Soleil pour P/2016 J1-B (PANSTARRS).

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K16/K16M09.html (MPEC 2016-M09)

 

 


C/2016 J2 (Denneau)

Larry Denneau (Université de Hawaii) a signalé la découverte d'une comète légèrement diffuse sur les images CCD obtenues le 06 Mai 2016 avec le nouveau télescope Schmidt ATLAS de 0.5-m f/2.0 à Haleakala. Après publication sur la page PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center, de nombreux astrométristes ont confirmé la nature cométaire de cet objet.

 

Les éléments orbitaux paraboliques préliminaires de la comète C/2016 J2 (Denneau) indiquent un passage au périhélie le 12 Avril 2016 à une distance d'environ 1,5 UA du Soleil.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K16/K16J91.html (MPEC 2016-J91)

http://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2016%20J2;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


 

Date des PASSAGES au PERIHELIE des COMETES Date, Périodes de révolution, Distance au Soleil 

COMETES - Magnitudes prévues pour les prochains mois

Liste des comètes potentiellement observables - éléments orbitaux

 

Lost - Les Disparues... ou les comètes périodiques non revues.

 

Les différentes familles de comètes

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


 

Neuvième planète : un monde qui ne devrait pas exister : Plus tôt cette année les scientifiques ont présenté des preuves pour la planète Neuf, une planète de la masse de Neptune dans une orbite elliptique 10 fois plus éloignée de notre Soleil que Pluton. Depuis les théoriciens se demandent comment cette planète a pu se retrouver dans une telle orbite lointaine.

 

Des indices sur les volcans sous la glace sur Mars antique : De nouvelles preuves de Mars Reconnaissance Orbiter de la NASA suggèrent que des volcans sont entrés en éruption sous une couche de glace sur Mars il y a des milliards d'années, loin de toute couche de glace sur la planète rouge d'aujourd'hui. La recherche sur les volcans aide à voir où s'étendait la glace sur Mars antique.

 

Jets d'Encelade : Surprises dans la lumière stellaire : Au cours d'une récente séance d'observation d'étoiles, la sonde Cassini de la NASA a regardé un passage d'une étoile lumineuse derrière le panache de gaz et de poussières qui se répand de la lune glacée Encelade de Saturne. L'observation a conduit à un surprenant nouvel indice sur l'activité géologique remarquable sur Encelade : il semble que certains des jets étroits qui éclatent de la surface de la lune soufflent avec furie accrue quand la lune est plus éloignée de Saturne dans son orbite.

 

ALMA mesure la masse du trou noir avec une extrême précision : Les trous noirs supermassifs, pesant quelques millions à quelques milliards de fois la masse du Soleil, dominent le centre de leur galaxie hôte. Pour déterminer la masse réelle d'un trou noir supermassif, les astronomes doivent mesurer la force de son attraction gravitationnelle sur les étoiles et les nuages de gaz qui pullulent autour de lui.

 


 

 INTRUS 2016 JS5, un astéroïde de type Apollo d'environ 3 mètres de diamètre observé pour la première fois le 05 Mai 2016 à 05h19 UTC par Cerro Tololo-DECam, annoncé par la circulaire MPEC 2016-J56 du 05 Mai 2016, est passé le 05 Mai  2016 vers 22h47 UTC (<1mn) à une distance d'environ 196.000 km, soit environ 0,53 LD (1 LD = Distance moyenne Terre-Lune = 380.400 km), de la surface de notre planète. Peu après, le 06 Mai 2016 vers 04h42 UTC (<1mn), la petite planète s'est approchée à une distance d'environ 238.000 km (0,63 LD) de la surface de la Lune.

 


 

Même en ébullition, l'eau façonne bien le relief martien : L'eau liquide n'existe sur Mars actuellement qu'en faible quantité, en ébullition et seulement durant les heures les plus chaudes de l'été : son rôle a donc été généralement considéré jusqu'ici comme négligeable. Une équipe internationale, dirigée par la Française Marion Massé, du Laboratoire de planétologie et géodynamique de Nantes (CNRS/Université de Nantes) , vient pourtant de montrer que dès son apparition à la surface de Mars, même si elle entre immédiatement en ébullition, l'eau crée un écoulement instable et tumultueux, pouvant éjecter les sédiments et engendrer des avalanches sèches. L'écoulement d'un liquide bouillonnant  en faible quantité  modifie donc fortement la surface. La découverte de ce processus exotique inconnu sur notre planète change considérablement notre manière d'interpréter la surface martienne, rendant difficile une comparaison directe d'écoulements sur Terre et sur Mars. Ce résultat est publié le 2 Mai 2016 dans la revue Nature Geoscience.

 


02 Mai 2016

Trois mondes potentiellement habitables découverts autour d'une étoile naine extrêmement froide proche du système solaire

 

Crédit : ESO/M. Kornmesser

 

Le meilleur endroit à ce jour pour chercher la vie au-delà du système solaire

 

En utilisant le télescope TRAPPIST de l'Observatoire de La Silla de l'ESO, des astronomes ont découvert trois planètes en orbite autour d'une étoile naine très froide à seulement 40 années lumières de la Terre. Ces trois mondes ont des tailles et des températures semblables à celle de Vénus et de la Terre et sont les meilleures cibles à ce jour pour chercher la vie au-delà du système solaire. Ce sont les premières planètes jamais découvertes à ce jour autour d'une telle étoile si petite et si peu lumineuse. Ces nouveaux résultats seront présentés dans l'édition du 2 mai 2016 de la revue Nature.

 

Vue d'artiste de l'étoile naine extrêmement froide TRAPPIST-1 depuis la surface d'une de ses planètes  - Crédit : ESO/M. Kornmesser

 

Une équipe d'astronomes dirigées par Michaël Gillon, de l'Institut d'Astrophysique et Géophysique de l'Université de Liège en Belgique, a utilisé le télescope belge TRAPPIST [1] pour observer l'étoile 2MASS J23062928-0502285, maintenant également appelée TRAPPIST-1. Ils ont découvert que la luminosité de cette étoile faible et froide diminuait légèrement à intervalles réguliers, indiquant que plusieurs objets passaient entre cette étoile et la Terre [2]. Des analyses précises ont montré que trois planètes de taille similaire à celle de la Terre étaient présentes.

 

TRAPPIST-1 est une étoile très froide – elle est beaucoup plus froide et plus rouge que le Soleil et à peine plus grosse que Jupiter. De telles étoiles sont à la fois commune dans la Voie Lactée et de grande longévité, mais c'est la première fois que des planètes ont été détectées autour de l'une d'elles. Bien qu'elle soit si proche de la Terre, cette étoile est trop faible et trop rouge pour pouvoir être observée à l‘œil nu, voire avec un grand télescope amateur. Elle se situe dans la constellation du Verseau.

 

Emmanuël Jehin, un des co-auteurs de cette nouvelle étude est très enthousiaste : « Il s'agit véritablement d'un changement de paradigme par rapport à la population de planètes et à la manière de les chercher dans l'Univers. Jusqu'à présent, l'existence de tels « mondes rouges » en orbite autour d'étoiles naines ultra-froides était purement théorique, mais maintenant nous n'avons pas qu'une seule planète isolée autour d'une de ces étoiles rouges et faibles, mais nous avons un système complet de trois planètes ! »

 

Michaël Gillon, le premier auteur de l'article pressentant cette découverte, explique l'importance de cette nouvelle découverte : « Pourquoi essayons-nous de détecter des planètes semblables à la Terre autour des plus petites et plus froides étoiles dans le voisinage du Soleil ? La raison est très simple : les systèmes autour de ces petites étoiles sont les seuls endroits où nous pouvons détecter la vie sur des exoplanètes de taille semblable à celle de la Terre avec nos technologies actuelles. Aussi, si nous voulons trouver de la vie ailleurs dans l'Univers, c'est là que nous devons commencer à chercher. »

 

Les astronomes vont chercher des traces de vie en étudiant les effets que peut avoir l'atmosphère d'une planète en transit sur la lumière qui parvient jusqu'à la Terre. Pour des planètes de taille similaire à celle de la Terre en orbite autour de la plupart des étoiles, cet effet infime est complétement noyé par la brillance de l'étoile. Ce n'est que dans le cas des faibles étoiles naines rouges – du même type que TRAPPISTE-1 – que l'effet est suffisamment important pour être détecté.

 

De nouvelles observations avec de plus grands télescopes, incluant l'instrument HAWK-I sur le VLT de 8 mètres de l'ESO au Chili, ont montré que des planètes en orbite autour de TRAPPIST – 1 avaient des tailles très proches de celles de la Terre. Deux des planètes ont respectivement une période orbitale d'environ 1,5 et 2,4 jours, et concernant la troisième planète, sa période orbitale est beaucoup moins bien déterminée et se situe entre 4,5 et 73 jours.

 

“Avec de telles courtes périodes orbitales, les planètes se situent à une distance entre 20 et 100 fois plus proche de leur étoile que la Terre l'est du Soleil. En termes d'échelle, la structure de ce système planétaire est bien plus semblable au système de Jupiter et de ces lunes que du système solaire » explique Michaël Gillon.

 

Bien qu'elles soient en orbite à proximité de leur étoile naine, les deux planètes situées dans le système interne ne reçoivent respectivement que quatre fois et deux fois la quantité de lumière reçues par la Terre car leur étoile est beaucoup plus faible que le Soleil. Cela les situe toutefois plus proche de l'étoile que la zone habitable pour ce système, même s'il est possible qu'elles possèdent certaines régions habitables à leur surface. L'orbite de la troisième et plus externe planète n'est pas encore bien connue, mais elle reçoit très probablement moins de lumière que la Terre n'en reçoit, peut être suffisamment toutefois pour se situer dans la zone habitable.

 

« Grace à plusieurs télescopes géants actuellement en cours de construction, parmi lesquels l'E-ELT de l'ESO et le télescope spatial James Webb NASA/ESA/CSA qui devrait être lancé en 2018, nous serons rapidement capables d'étudier la composition atmosphérique de ces planètes et de les explorer dans un premier temps pour y trouver de l'eau puis pour y détecter des traces d'activité biologique. C'est un pas de géant dans la recherche de la vie dans l'Univers, » conclut Julien de Wit, un des co-auteurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) aux USA.

 

Cette étude ouvre une nouvelle piste pour la chasse aux exoplanètes car environ 15% des planètes proches du Soleil sont des étoiles naines extrêmement froides, et elle permet également de souligner le fait que la recherche d'exoplanètes est maintenant entrée dans le domaine des cousines de la Terre potentiellement habitables. Le sondage TRAPPIST est un prototype pour un projet plus ambitieux appelé SPECULOOS qui sera installé à l'Observatoire de Paranal de l'ESO [3].

 

Notes :

[1] TRAPPIST (pour TRAnsiting Planets and PlanetesImals Small Telescope) est un télescope Belge de 0,6 mètre géré par l'Université de Liège et basé à l'Observatoire de La Silla de l'ESO au Chili. Il consacre la plupart de son temps à contrôler la lumière d'une soixantaine d'étoiles naines extrêmement froides et de naines brunes (des « étoiles »qui ne sont pas suffisamment massives pour initier en leur cœur une fusion nucléaire permanente) parmi les plus proches de la Terre, recherchant des transits planétaires. Dans le cas de cette étude, la cible REAPPIST-1 est une naine extrêmement froide avec environ 0,05% de la luminosité du Soleil et une masse d'environ 8% la masse du Soleil.

 

[2] Il s'agit d'une des principales méthodes utilisées par les astronomes pour mettre en évidence la présence d'une planète autour d'une étoile. Ils observent la lumière provenant d'une étoile afin de voir si une partie de la lumière n'est pas bloquée au moment où la planète passe devant son étoile dans le champ de vision depuis la Terre – au moment où la planète transite devant l'étoile, comme disent les astronomes. Alors que la planète est en orbite autour de son étoile, nous espérons voir une faible diminution régulière de la lumière provenant de l'étoile à chaque passage de la planète.

 

[3] SPECULOOS est principalement financé par le Conseil Européen de la Recherche et est également piloté par l'Université de Liège. Quatre télescopes robotiques d'un mètre vont être installés à l'Observatoire de Paranal pour chercher des planètes habitables autour de 500 étoiles extrêmement froides au cours des cinq prochaines années.

 

Plus d'informations :  

Cette recherche a été présentée dans un article intitulé “Temperate Earth-sized planets transiting a nearby ultracool dwarf star”, par M. Gillon et al., publié dans la revue Nature.

 

L'équipe est composée de : M. Gillon (Institut d'Astrophysique et Géophysique, Université de Liège, Belgique), E. Jehin (Institut d'Astrophysique et Géophysique, Université de Liège, Belgique), S. M. Lederer (NASA Johnson Space Center, USA), L. Delrez (Institut d'Astrophysique et Géophysique, Université de Liège, Belgique), J. de Wit (Department of Earth, Atmospheric and Planetary Sciences, Massachusetts Institute of Technology, USA), A. Burdanov (Institut d'Astrophysique et Géophysique, Université de Liège, Belgique), V. Van Grootel (Institut d'Astrophysique et Géophysique, Université de Liège, Belgique), A. Burgasser (Center for Astrophysics and Space Science, University of California, San Diego, USA et Infrared Telescope Facility, gérée par l'University of Hawaii), C. Opitom (Institut d'Astrophysique et Géophysique, Université de Liège, Belgique), A. H. M. J. Triaud (Cavendish Laboratory, Cambridge, Royaume-Uni), B-O. Demaury (Cavendish Laboratory, Cambridge, Royaume-Uni), D.K. Sahu (Indian Institute of Astrophysics, Bangalore, Indes), D. B. Gagliuffi (Center for Astrophysics and Space Science, University of California, San Diego, USA et Infrared Telescope Facility, gérée par l'University of Hawaii), P. Magain (Institut d'Astrophysique et Géophysique, Université de Liège, Belgique) and D. Queloz (Cavendish Laboratory, Cambridge, Royaume-Uni).

 

L'ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 15 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Brésil, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages. VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est le plus grand télescope conçu exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est le partenaire européen d'ALMA, un télescope astronomique révolutionnaire. ALMA est le plus grand projet astronomique en cours de réalisation. L'ESO est actuellement en train de programmer la réalisation d'un télescope européen géant (E-ELT pour European Extremely Large Telescope) de la classe des 39 mètres qui observera dans le visible et le proche infrarouge. L'E-ELT sera « l'œil le plus grand au monde tourné vers le ciel.

 

Liens :  

- L'article scientifique

- TRAPPIST est l'acronyme de "TRAnsiting Planets and PlanetesImals Small Telescope”, plus d'informations ici et sur le site web de TRAPPIST

- SPECULOOS est l'acronyme de "Search for habitable Planets EClipsing ULtra-cOOl Stars". Pour plus d'informations, regardez ici.

 

Source : ESO http://www.eso.org/public/france/news/eso1615/?lang

 

http://www.nature.com/nature/journal/v532/n7598/abs/nature17169.html

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


 

La recherche de la NASA donne de nouvelles perspectives sur la façon dont la Lune s'est retrouvée « encrée » : Une puissante combinaison d'observations et de simulations informatiques donne de nouveaux indices sur la façon dont la Lune a obtenu ses mystérieux « tatouages » - des motifs tourbillonnant de lumière et d'obscurité sur plus d'une centaine d'endroits à travers la surface lunaire.

 

Des vents puissants repérés de mystérieuses binaires de rayons X : XMM-Newton de l'ESA a découvert du gaz s'écoulant à un quart de la vitesse de la lumière de très lumineuses binaires de rayons X dans deux galaxies voisines.

 

Les échos de lumière donnent des indices sur le disque protoplanétaire : Imaginez que vous voulez mesurer la taille d'une pièce, mais il fait complètement noir. Si vous criez, vous pouvez dir si l'espace où vous êtes est relativement grand ou petit, selon combien de temps il faut pour entendre l'écho après qu'il rebondisse sur le mur.

 


 

Si vous appréciez PGJ et si vous souhaitez voir votre site préféré continuer d'évoluer et de se développer, n'hésitez pas à m'apporter votre soutien sous forme de donation.

Merci d'avance à tous les éventuels généreux donateurs. 


 

Dans la majorité des cas, la "Nouvelle" est un texte composé à partir d'une ou plusieurs sources ou une traduction "libre" du texte d'origine. Chaque "Nouvelle" est accompagnée de la provenance exacte des informations au moyen d'un ou de plusieurs liens conduisant vers les pages servant de support à l'élaboration de la "Nouvelle". Ces liens peuvent vous être utiles pour approfondir le sujet.

 

Ceux-ci sont identifiés selon le code suivant :

Sources ou Documentations non francophones

Sources ou Documentations en langue française

 

Les liens proposés vers d'autres sites sont communiqués à titre indicatif et ne sauraient engager la responsabilité de PGJ, tant en ce qui concerne les contenus que les conditions d'accès.

 

Les articles de la rubrique "Nouvelles du Ciel" peuvent être librement reproduits à condition d'indiquer sur votre page :

Source : PGJ - "Nouvelles du Ciel" avec un lien vers la "Nouvelle" concernée ou vers la page d'accueil de PGJ

 

Toutefois, un petit nombre d'articles proviennent de sources extérieures. Dans ce cas, le lien figurant au bas de l'article conduisant vers la page d'origine est précédé de la mention "Source :" indiquant le réel auteur de l'information.

exemple : Source : http://...........

 

De même, les photos illustrant ces articles sont accompagnées des mentions de "Crédit" ou de "Copyright" correspondantes.

 

L'utilisation de ces photos est soumise à certaines règles, propres à chaque auteur, mais que l'on peut résumer ainsi :

- utilisation non-commerciale

- respect des mentions de "Crédit" ou de "Copyright".

 

Il vous appartient toutefois de vérifier auprès des auteurs si celles-ci peuvent être reproduites librement ainsi que les conditions spéciales d'utilisation.

 

Retour à l'accueil

Contact : Gilbert Javaux