Nouvelles du Ciel d'Avril 2018

 

 

 

Les Titres

 

Comètes P/2011 CR42 = 2018 H1 (Catalina), C/2018 EF9 (Lemmon), P/2018 H2 (PANSTARRS) [27/04/2018]

Le voleur stellaire est le compagnon survivant d'une supernova [26/04/2018]

Le retour de la couche détachée de Titan [26/04/2018]

Méga fusions anciennes de galaxies [25/04/2018]

Comètes P/2005 JN = 2018 F2 (Spacewatch), C/2018 C2 (Lemmon), C/2018 F3 (Johnson), C/2018 F4 (PANSTARRS) [18/04/2018]

Hubble fait la première mesure de distance précise à un ancien amas globulaire d'étoiles [06/04/2018]

L'étoile morte encerclée par la lumière [06/04/2018]

Hubble découvre l'étoile la plus lointaine jamais vue [03/04/2018]

 

 

Les Titres des "Nouvelles du Ciel" disponibles en Version Javascript ou Version XML

 

En savoir plus pour afficher les Titres des "Nouvelles du Ciel" de PGJ sur votre Site Web ou sur le Bureau de votre Ordinateur

 

LE GUIDE DU CIEL 2018-2019 de Guillaume CANNAT

 

24e édition

 

Tout ce qu'il faut savoir pour observer le ciel entre le 1er juin 2018 et le 30 juin 2019

 

  Souscription jusqu'au 30 avril ; expédition en mai 2018

 

Une mise à jour intégrale avec des pages de synthèse et une série de gros plans sur les plus importants phénomènes astronomiques des mois couverts par cette édition, les planètes et une sélection d'objets du ciel profond.

 

Et toujours autant de rendez-vous quotidiens pour suivre le ciel heure par heure...

 

- Parution : mai 2018

- Couverture souple pelliculée avec rabats, cahiers cousus et collés

- 17 x 24 cm, 352 pages

- Plus de 500 schémas, cartes célestes et photographies

- Imprimé intégralement en couleurs

- 24e édition

- ISBN-13 : 979-10-90238-23-7

 

LE GUIDE DU CIEL 2018-2019
l'ouvrage le plus complet pour vivre votre passion des astres au quotidien !

 

Le Guide du Ciel est un ouvrage de 352 pages (format 17 x 24 cm, broché, couverture souple pelliculée avec rabats, cahiers cousus et collés, reliure particulièrement résistante) qui rassemble dans un seul volume toutes les données dont vous pourriez avoir besoin tout au long de l’année pour préparer vos observations.

Contrairement aux tablettes et autres portables, il est équipé d’une batterie en papier de très longue durée qui ne vous laissera jamais tomber sur le terrain au beau milieu de la nuit... et il a toujours du réseau !

 

Vous pouvez d'ores et déjà réserver votre exemplaire du GUIDE DU CIEL 2018-2019 en cliquant ici...

 

... à découvrir sur le site d'amds !

 

LE CIEL A L'OEIL NU EN 2018 de Guillaume CANNAT

 

Voici la nouvelle édition du Ciel à l'œil nu, l'ouvrage qu'il vous faut pour découvrir le ciel sans instrument (ou parfois avec de simples jumelles). 

 

Le Ciel à l'oeil nu est l'ouvrage de référence des observateurs du ciel. Il vous guide en ville et en pleine nature pour pratiquer le plus simplement du monde l'une des plus vieilles activités humaines : l'observation du ciel étoilé, des planètes et de la Lune.

 

Cette seizième édition est truffée de conseils, de rappels mythologiques sur les constellations, d'informations encyclopédiques sur les planètes et les étoiles et d'idées pour observer ou photographier facilement les plus beaux rendez-vous entre les planètes, le Soleil et la Lune visibles de janvier à décembre 2018.

 

Un cahier réunit en début d'ouvrage toutes les informations dont vous avez besoin pour observer le ciel ou choisir votre premier instrument.

 

Avec le site web associé à ce guide, vous pouvez obtenir des informations complémentaires, des cartes du ciel à imprimer, des images des astres à haute résolution et des liens directs vers les sites utiles pour votre pratique quotidienne du loisir astronomique.

 

150 illustrations, schémas photographiques, cartes du ciel, images inédites.

 

Le Ciel à l'œil nu est richement illustré par des dizaines de photographies astronomiques inédites et par des cartes très réalistes pour découvrir aisément les étoiles des quatre saisons. 

Si ce livre vous incite à lever les yeux plus souvent vers la voûte céleste, à contempler plus régulièrement la Lune et les planètes, les constellations et leurs étoiles, il aura atteint son but.

 

Guillaume Cannat observe et fait observer le ciel depuis plus de 40 ans. Il est l'auteur de dizaines d'ouvrages sur l'astronomie et il tient le blog Autour du Ciel sur lemonde.fr. L'Union astronomique internationale a nommé une petite planète 22512 Cannat en reconnaissance de son travail de vulgarisation.

 

- Le Ciel à l'œil nu en 2018
- 144 pages
- Plus de 150 cartes, schémas, gravures et photographies en couleur
- Prix public TTC : 19,90 euros
- ISBN : 979-10-90238-22-0

 

La collection « Le Ciel à l'oeil nu » a reçu le prix spécial du jury du Festival d'Astronomie de Haute-Maurienne-Vanoise

 

Le Ciel à l'œil nu en 2018 est diffusé par GEODIF/SODIS

 

... Réservez dès maintenant votre exemplaire sur amds-edition.com !

 

 

 

Archives des Nouvelles du Ciel

Vous cherchez un ancien article ? Les Titres des Nouvelles du Ciel classés par Catégories

 

 

 

 


Sources ou Documentations non francophones

Sources ou Documentations en langue française

 

 

 

Si vous appréciez PGJ et si vous souhaitez voir votre site préféré continuer d'évoluer et de se développer, n'hésitez pas à m'apporter votre soutien sous forme de donation.

Merci d'avance à tous les éventuels généreux donateurs.

 

 

 

 

27 Avril 2018

Comètes P/2011 CR42 = 2018 H1 (Catalina), C/2018 EF9 (Lemmon), P/2018 H2 (PANSTARRS)

 

Nouvelles du Ciel

 

P/2011 CR42 = 2018 H1 (Catalina)

Erwin Schwab a signalé sa redécouverte de la comète P/2011 CR42 dans des images empilées prises à distance les 17 et 18 Avril 2018 avec le Schmidt f /3 de 0,8 m à Calar Alto. Aucune chevelure ou queue n'était visible sur les images avec un temps d'exposition total de 600s.

 

Ayant l'apparence d'un astéroïde et répertorié comme tel, 2011 CR42 a été découvert le 10 Février 2011 dans le cadre du Catalina Sky Survey. Une activité cométaire épisodique a été suggérée dans la CBET 2823 publiée le 23 Septembre 2011 suite aux observations en CCD de A. Waszczak (California Institute of Technology) et E. O. Ofek et D. Polishook (Weizmann Institute of Science) obtenues les 05 et 06 Mars 2011 avec le télescope Schmidt Oschin de 1.2-m f/2.44 du Palomar Mountain-PTF. L'objet, mal placé pour l'observation, n'avait pas pu être suivi au-delà du 24 Juin 2011. L'activité cométaire a finalement été confirmée grâce aux nouvelles observations obtenues entre Août et Octobre 2013. La comète P/2011 CR42 (Catalina), d'une période d'environ 6,5 ans, était passée au plus près du Soleil le 29 Novembre 2011 à une distance d'environ 2,5 UA du Soleil.

 

Pour ce nouveau retour, les éléments orbitaux elliptiques de la comète P/2011 CR42 = 2018 H1 (Catalina) indiquent un passage au périhélie le 22 Juin 2018 à une distance d'environ 2,5 UA du Soleil, et une période d'environ 6,5 ans pour cette comète de type Encke.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K18/K18H30.html (MPEC 2018-H30)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=P%2F2018%20H1;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 

Satisfaisant aux conditions requises, la comète P/2011 CR42 = 2018 H1 (Catalina) a reçu la dénomination définitive de 367P/Catalina en tant que 367ème comète périodique numérotée.

 


C/2018 EF9 (Lemmon)

Un objet ayant l'apparence d'un astéroïde a été découvert sur les images CCD obtenues le 09 Mars 2018 par le Mt. Lemmon Survey et a reçu la désignation de 2018 EF9 en tant que planète mineure, aucune activité cométaire n'ayant été détectée à l'époque. Les observations, rapportées par E. Kramer (au nom de l'équipe NEOWISE), du satellite NEOWISE des 07 et 08 Avril 2018 ont montré l'objet pour être étendu. La confirmation de la nature cométaire a été obtenue le 14 Avril par M. Knight et J. Bauer (Université du Maryland) à l'aide du Discovery Channel Telescope de 4.3-m. L'objet a montré une chevelure de 2.2" de large et une faible queue d'environ 7" de long en P.A. 170° (approximativement dans la direction anti-solaire).

 

Les éléments orbitaux de la comète C/2018 EF9 (Lemmon) indiquent un passage au périhélie le 23 Mai 2018 à une distance d'environ 1,5 UA du Soleil.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K18/K18H55.html (MPEC 2018-H5)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2018%20EF9;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


P/2018 H2 (PANSTARRS)

Les membres de l'équipe de recherche de Pan-STARRS (Panoramic Survey Telescope & Rapid Response System) ont découvert une nouvelle comète sur les images obtenues le 16 Avril 2018 avec le télescope Ritchey-Chretien de 1.8-m. La nature cométaire de l'objet a été confirmée par de nombreux astrométristes après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center. Des images antérieures à la découverte, obtenues par Pan-STARRS 1 en date du 17 Novembre 2017, ont été identifiées.

 

Les éléments orbitaux elliptiques de la comète P/2018 H2 (PANSTARRS) indiquent un passage au périhélie le 23 Janvier 2018 à une distance d'environ 2,0 UA du Soleil, et une période d'environ 9,2 ans pour cette comète de la famille de Jupiter.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K18/K18H93.html (MPEC 2018-H93)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=P%2F2018%20H2;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


  

Date des PASSAGES au PERIHELIE des COMETES Date, Périodes de révolution, Distance au Soleil 

COMETES - Magnitudes prévues pour les prochains mois

Liste des comètes potentiellement observables - éléments orbitaux

 

Lost - Les Disparues... ou les comètes périodiques non revues.

 

Les différentes familles de comètes

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


26 Avril 2018

Le voleur stellaire est le compagnon survivant d'une supernova

 

Crédits : NASA, ESA, S. Ryder (Australian Astronomical Observatory), and O. Fox (STScI)

 

Le compagnon d'une supernova n'est pas un spectateur innocent

 

Dans les dernières lueurs déclinantes d'une explosion de supernova, les astronomes utilisant le télescope spatial Hubble de la NASA ont photographié la première image d'un compagnon survivant à une supernova. C'est la preuve la plus convaincante que certaines supernovae proviennent de systèmes à deux étoiles. Le compagnon de l'étoile génitrice de la supernova 2001ig n'était pas un spectateur innocent de l'explosion - il a siphonné la quasi-totalité de l'hydrogène de l'enveloppe stellaire de l'étoile condamnée. SN 2001ig est classée comme une supernova de type IIB à enveloppe dépouillée, qui est un type relativement rare de supernova dans lequel la plupart, mais pas la totalité, de l'hydrogène a disparu avant l'explosion. Peut-être que la moitié de toutes les supernovae à enveloppe dépouillée a des compagnons - l'autre moitié perd leurs enveloppes extérieures par des vents stellaires.

 

Crédits : NASA, ESA, S. Ryder (Australian Astronomical Observatory), and O. Fox (STScI)

 

http://hubblesite.org/news_release/news/2018-20

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


26 Avril 2018

Le retour de la couche détachée de Titan

 

Crédit : NASA/JPL-Caltech/SSI/B. Seignovert

 

Parmi les diverses structures que l'on trouve dans les atmosphères planétaires, les "couches détachées" sont en général remarquables. On en trouve dans l'atmosphère terrestre [1], sur Titan [2], Vénus [3], Mars [4], Jupiter [5], Saturne [6] et enfin sur Pluton [7]. Dans la plupart des cas, ce sont des structures temporaires issues d'un processus s'écartant d'une situation stationnaire établie. Il s'agit de couches nuageuses transitoires ou de panaches de poussières produits par une circulation particulière ou par une activité ondulatoire. Ces couches ont un temps de vie caractéristique de quelques heures ou quelques jours et, en tous les cas, assez court par rapport au cycle saisonnier. Pour Pluton, l'activité ondulatoire semble travailler la couche de brume et créer des petites structures détachées semblables aux structures secondaires qui strient la couche détachée de Titan. Pour autant, leurs modes de formation peuvent différer. Ces structures sont particulièrement intéressantes car elles révèlent les interactions entre la dynamique et les processus physiques.

 

La couche détachée de Titan est particulière et diffère de celles trouvées sur les autres corps  car elle semble être quasi-permanente et globale. Il s'agit d'une "coquille" de brume continue à toutes les longitudes couvrant la couche principale du pôle sud à la région polaire nord, où elle fusionne avec la couche polaire d'hiver (Figure 1).  Elle a été observée par l'instrument ISS des sondes Voyager en 1980 et 19812 puis de nouveau par ISS sur Cassini en 2004. Entre ces deux dates, la couche est montée d'une altitude de 350 km à 515 km ce qui paraîssait, au départ, mystérieux. Les modèles de climat montrent que cette couche est modelée par les vents et constitue un révélateur de la circulation atmosphérique [8]. C'est aussi l'endroit où convergent et se mélangent les produits de la chimie (molécules organiques et prébiotiques, précurseurs d'aérosols) formés à très haute altitude et les aérosols déjà anciens de la couche principale. Cette théorie a cependant été contestée et mise en concurrence avec d'autres scénarii basés sur le rôle des processus microphysique uniquement. 

 

Figure 1 : Photos de Titan recomposées en couleur à partir des observations de l'imageur ISS à bord de Cassini. A gauche : Vue globale de la couche détachée, fin liseré bleuté recouvrant entièrement la couche principale de Titan . A droite : Détail de la couche où l'on voit les stries probablement produites par de l'activité ondulatoire au dessus de la couche détachée. Crédit : NASA/JPL-Caltech/SSI/B. Seignovert

 

Le suivi de la couche détachée grâce aux observations de Cassini sur la période 2004-2017 a permis de cerner une fraction importante du cycle saisonnier sur Titan. Cette période inclut la transition de l'équinoxe en 2009 qui voit la circulation basculer en quelques années, emportant ainsi la brume dans son mouvement. Alors qu'elle était stable depuis le début de la mission, à l'équinoxe, la couche détachée a commencé une descente rapide due à l'affaiblissement de la circulation verticale qui l'a amenée à 350 km en 2011 [9], une année Titanienne après les visites de 1980 et 1981. On comprend alors que Voyager a, en réalité, observé un moment de transition plutôt qu'une situation stationnaire. En 2011-2012, la couche détachée disparaît complètement. Les modèles de climat prédisent alors sa réapparition autour du solstice suivant (avril 2017), directement à son altitude de départ, c'est à dire autour de 500 km [10], [11]. Le retour de la couche détachée, dans les conditions prédites, constitue le test ultime pour valider l'origine dynamique de cette couche.

 

La réapparition, attendue au solstice, a eu lieu en réalité au débute de 2016 [12]. Par une coincidence incroyable, Robert West était au GSMA pendant cette nouvelle phase du cycle saisonnier, invité pendant 4 mois grâce au programme "Expertise de chercheur invité" de la région Champagne-Ardenne. Nous avons donc puanalyser cette structure en train d'apparaître, en profitant d'un accès direct aux données et de son expertise sur ce type d'analyse. Une structure cohérente a pris forme à l'échelle de la planète et gagne en intensité au cours du temps. La surprise vient du fait que cette première couche tombe ensuite d'une centaine de kilomètres en une année et disparait, laissant place à une autre couche qui réapparait plus haut et semble plus stable (Figure 2). Mais, la fin de la mission Cassini, en septembre 2017, est venu interrompre ce suivi et nous ne saurons donc pas ce qu'il se passe ensuite. Seules les modèles de climat pourront compléter l'histoire, avec l'aide de futures observations d'occultations stellaires, sensibles à la signature thermique de cette couche, et en attendant une nouvelle mission.

 

Figure 2 : Carte de l'extinction de la brume à l'équateur en fonction du temps (niveau de couleur) et altitude de la couche détachée établie à partir des profils I/F de Cassini (disques rouges, losanges cyans, carrés jaunes), de Voyager (triangle bleu) et d'occultation stellaire (étoiles violette et verte). La taille des cercles rouges est proportionnelle à l'épaisseur verticale de la couche de brume détachée. Les lignes pointillées verticales indiquent les emplacements des images que nous avons utilisées pour établir la carte des contours.

 

Ce résultat valide complètement l'origine dynamique de la couche détachée de Titan et montre que son évolution est conforme aux principales prédictions des modèles. Cependant, des différences notables existent entre modèles et réalité : l'altitude de la couche détachée et le timing du changement dans les modèles ne sont pas exactement conformes à la réalité. De plus, la couche détachée apparaît comme un surplus d'aérosols au dessus de 500 km dans les modèles, ajouté à la brume principale, alors qu'en réalité la couche détachée est matérialisée par une zone entre les deux couches quasiment dépourvue d'aérosols. Le retour de la couche détachée se passe de façon inattendue, avec ce scénario en deux temps, et qui n'est peut-être pas terminé. Ces résultats vont donc donner des contraintes assez strictes aux modèles de climat pour mieux comprendre le cycle saisonnier des aérosols, mais aussi de la dynamique dans la mesosphère. Grâce au corpus de donnée produit par les différents instruments de la mission Cassini, les études multi-instrumentales devraient, dans le futur, permettre d'étudier plus en détail ces interactions et de mieux caractériser cette zone éminement complexe. 

 

Figure 0 : Petite collection de couches détachées observées dans le système solaire. De haut en bas et de gauche à droite, sur terre, Mars, Vénus, Jupiter, Saturne et Pluton.

 

Notes :

[1] Space Photo: Crédit NASA, Astronaut Wheelock 

[2] Smith et al., Science, 212, 163-191, (1981), Smith et al., Science, 215, 504-537, (1982)

[3] Titov et al., Icarus 217, 682–701, (2012) / Crédit ESA

[4] Sanchez-Lavega et al., Icarus 299, 194–205,  (2018) / Crédit ESA

[5] Rages et al., Icarus 139, 211–226 (1999)  / Crédit NASA

[6] NASA/JPL-Caltech/Space Science Institute

[7] Gladstone et al., Science, (2016) /Crédit UJH/NASA

[8] Rannou,P.  et al., Nature,   418, 853--856, (2002)

[9] West et al., Geoph. Res. Letter, 38, L06204, (2011) 

[10] Lebonnois et al., Icarus 218, 707–722 (2012), 

[11] Larson, E.J.L, et al., Icarus 254, 122–134 (2015)

[12] West, R. A., Nature Astronomy, 2 avril 2018, (2018) 

 []

Référence : 

West, R. A., Seignovert, B. Rannou, P., Dumont, P., Turtle,  E. P.,Perry, J., Roy, M. and  Ovanessian, A. , "Titan’s Detached Haze: Seasonal Cycle", Nature Astronomy, 2 avril 2018, 2018

 

Source : Actualités du CNRS-INSU http://www.insu.cnrs.fr/node/9045

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


 

Gaia ouvre l'accès à la Voie lactée en 3D et en couleur : 450 scientifiques issus de 20 pays ont coordonné leurs efforts pour traiter et rendre exploitables les milliards de données brutes recueillies par le satellite Gaia. Il en résulte un trésor inestimable de paramètres astronomiques pour près de 1,7 milliard d'étoiles, que l'ESA ouvre à tous le 25 avril 2018, à 12h. Avec des répercussions attendues dans toutes les disciplines astrophysiques, ce Catalogue Gaia, deuxième du nom, bouleverse notre représentation de la Galaxie, dont il permet la cartographie en couleur, dynamique et tridimensionnelle, la plus détaillée jamais réalisée à ce jour. La France est le premier pays contributeur de la mission Gaia. Télécharger le communiqué de presse [Source : Communiqué de Presse du CNRS]

 


25 Avril 2018

Méga fusions anciennes de galaxies

 

Crédit : ESO/M. Kornmesser

 

ALMA et APEX détectent des conglomérats massifs de galaxies en formation dans l'Univers jeune

 

Les télescopes ALMA et APEX ont sondé l'Univers lointain – cette époque à laquelle l'Univers n'était âgé que du dixième de son âge actuel – et assisté aux tous débuts de gigantesques carambolages cosmiques : les collisions imminentes de jeunes galaxies à formation d'étoiles. Les astronomes pensaient que ces événements s'étaient produits quelque trois milliards d'années après le Big Bang. Ils ont donc été surpris de constater, au travers de ces nouvelles observations, que ces collisions sont en réalité survenues alors que l'Univers était deux fois plus jeune ! Ces anciens systèmes de galaxies sont supposés avoir contribué à la formation des structures les plus massives de l'Univers connu : les amas de galaxies.

 

Vue d'artiste de la mégafusion ancienne de galaxies - Crédit : ESO/M. Kornmesser

 

Grâce à ALMA (Atacama Large Millimeter/submillimeter Array) et à APEX (Atacama Pathfinder Experiment), deux équipes internationales de scientifiques pilotées par Tim Miller de l'Université Dalhousie au Canada et de l'Université de Yale aux Etats-Unis et par Ivan Oteo de l'Université d'Edimbourg au Royaume-Uni, ont découvert des concentrations étonnamment denses de galaxies sur le point de fusionner, constituant les noyaux de colossaux amas de galaxies à venir.

 

En sondant 90% de l'Univers observable, l'équipe de Miller a observé un protoamas de galaxies baptisé SPT2349-56. La lumière en provenance de cet objet a été émise dans notre direction alors que l'Univers n'était âgé que du dixième de son âge actuel.

 

Chacune des galaxies composant ce conglomérat cosmique est une galaxie à formation d'étoiles. L'extrême concentration de ces zones d'intense formation d'étoiles en fait la région la plus active observée à ce jour au sein de l'Univers jeune. Des milliers d'étoiles y naissent chaque année – contre une seule en revanche dans notre propre Voie Lactée.

 

L'équipe d'Oteo avait auparavant découvert, en combinant les résultats d'observation d'ALMA et d'APEX, un processus similaire de mégafusion de dix galaxies poussiéreuses à formation d'étoiles, surnommé “noyau rouge poussiéreux” en raison de sa couleur rouge prononcée.

 

Ivan Oteo explique la raison pour laquelle ces objets sont inattendus : “La durée de vie des sursauts stellaires poussiéreux est considérée comme relativement courte, parce qu'ils consomment leur gaz à une vitesse extraordinairement élevée. À tout instant, et en tout point de l'Univers, ces galaxies sont généralement minoritaires. Découvrir de nombreux sursauts stellaires poussiéreux brillant au même instant s'avère donc particulièrement déroutant. C'est une réalité qu'il reste à comprendre.”

 

Ces amas de galaxies en cours de formation nous sont tout d'abord apparus sous la forme de faibles tâches lumineuses, au travers du South Pole Telescope et de l'Observatoire Spatial Herschel. Les observations ultérieures effectuées au moyen d'ALMA et d'APEX ont montré qu'ils présentaient une structure pour le moins inhabituelle et confirmé qu'ils émettaient de la lumière depuis une époque plus reculée qu'attendu – datant d'1,5 milliards d'années après le Big Bang, en l'occurrence.

 

Dotées d'une résolution élevée, les nouvelles observations d'ALMA ont révélé que les deux lueurs repérées par APEX et Herschel ne sont pas issues d'objets isolés, mais de deux groupes respectivement composés de quatorze et dix galaxies massives, dont les rayons avoisinent la distance séparant la Voie Lactée de ses voisins les Nuages de Magellan.

 

Ces découvertes obtenues grâce à ALMA ne sont que le sommet de l'iceberg. Des observations complémentaires effectuées au moyen du télescope APEX montrent que le nombre réel de galaxies à formation d'étoiles est vraisemblablement trois fois plus élevé. Une autre campagne d'observations actuellement menée avec l'instrument MUSE installé sur le VLT de l'ESO conduit également à l'identification d'autres galaxies”, ajoute Carlos De Breuck, astronome à l'ESO.

 

Les modèles théoriques et informatiques actuels laissent à penser que le temps nécessaire à l'évolution de protoamas aussi massifs est plus long que ne le suggèrent les observations. En insérant les données d'ALMA, dotées d'une résolution et d'une sensibilité supérieures, dans les simulations informatiques sophistiquées, les chercheurs peuvent étudier la formation des amas moins d'1,5 milliard d'années après le Big Bang :

Le processus responsable de l'agrégation si rapide d'un si grand nombre de galaxies demeure un mystère. Cet amas ne s'est pas construit graduellement au fil des milliards d'années, contrairement à ce que pensaient les astronomes. Cette découverte offre la formidable opportunité d'étudier la façon dont les galaxies massives se sont rassemblées pour former de gigantesques amas galactiques”, conclut Tim Miller, doctorant à l'Université de Yale et auteur principal de l'un des articles.

 

Plus d'informations :  

Ce travail de recherche a donné lieu à deux articles, “The Formation of a Massive Galaxy Cluster Core at z = 4.3”, par T. Miller et al., à paraître au sein de la revue Nature, et “An Extreme Proto-cluster of Luminous Dusty Starbursts in the Early Universe”, par I. Oteo et al., publié dans l'Astrophysical Journal.

 

L'équipe de Miller est composée de : T. B. Miller (Université Dalhousie, Halifax, Canada; Université de Yale, New Haven, Connecticut, Etats-Unis), S. C. Chapman (Université Dalhousie, Halifax, Canada; Institut d'Astronomie, Cambridge, Royaume-Uni), M. Aravena (Université Diego Portales, Santiago, Chili), M. L. N. Ashby (Centre d'Astrophysique d'Harvard-Smithson, Cambridge, Massachusetts, Etats-Unis), C. C. Hayward (Centre d'Astrophysique Harvard-Smithson, Cambridge, Massachusetts, Etats-Unis; Centre de Simulations Astrophysiques, Institut Flatiron, New York, New York, Etats-Unis), J. D. Vieira (Université de l'llinois, Urbana, Illinois, Etats-Unis), A. Weiß (Institut Max-Planck dédié à la Radioastronomie, Bonn, Allemagne), A. Babul (Université de Victoria, Victoria, Canada), M. Béthermin (Aix-Marseille Université, CNRS, LAM, Laboratoire d'Astrophysique de Marseille, Marseille, France), C. M. Bradford (Institut de Technologie de Californie, Pasadena, Californie, Etats-Unis; Jet Propulsion Laboratory, Pasadena, Californie, Etats-Unis), M. Brodwin (Université du Missouri, Kansas City, Missouri, Etats-Unis), J. E. Carlstrom (Université de Chicago, Chicago, Illinois, Etats-Unis), Chian-Chou Chen (ESO, Garching, Allemagne), D. J. M. Cunningham (Université Dalhousie, Halifax, Canada; Université de Sainte Marie, Halifax, Nova Scotia, Canada), C. De Breuck (ESO, Garching, Allemagne), A. H. Gonzalez (Université de Floride, Gainesville, Floride, Etats-Unis), T. R. Greve (University College de Londres, Gower Street, Londres, Royaume-Uni), Y. Hezaveh (Université de Stanford, Stanford, Californie, Etats-Unis), K. Lacaille (Université Dalhousie, Halifax, Canada; Université McMaster, Hamilton, Canada), K. C. Litke (Observatoire Steward, Université d'Arizona, Tucson, Arizona, Etats-Unis), J. Ma (Université de Floride, Gainesville, Floride, Etats-Unis), M. Malkan (Université de Californie, Los Angeles, Californie, Etats-Unis), D. P. Marrone (Observatoire Steward, Université d'Arizona, Tucson, Arizona, Etats-Unis), W. Morningstar (Université de Stanford, Stanford, Californie, Etats-Unis), E. J. Murphy (Observatoire National de RadioAstronomie, Charlottesville, Virginie, Etats-Unis), D. Narayanan (Université de Floride, Gainesville, Floride, Etats-Unis), E. Pass (Université Dalhousie, Halifax, Canada), Université de Waterloo, Waterloo, Canada), R. Perry (Université Dalhousie, Halifax, Canada), K. A. Phadke (Université de l'Illinois, Urbana, Illinois, Etats-Unis), K. M. Rotermund (Université Dalhousie, Halifax, Canada), J. Simpson (Université d'Edimbourg, Observatoire Royal, Blackford Hill, Edimbourg; Université de Durham, Durham, Royaume-Uni), J. S. Spilker (Observatoire Steward, Université d'Arizona, Tucson, Arizona, Etats-Unis), J. Sreevani (Université de l'Illinois, Urbana, Illinois, Etats-Unis), A. A. Stark (Centre d'Astrophysique Harvard-Smithson, Cambridge, Massachusetts, Etas-Unis), M. L. Strandet (Institut Max-Planck dédié à la Radioastronomie, Bonn, Allemagne) et A. L. Strom (Observatoires de l'Institut Carnegie pour la Science, Pasadena, Californie, Etats-Unis).

 

L'équipe d'Oteo est composée de : I. Oteo (Institut d'Astronomie, Université d'Edimbourg, Observatoire Royal, Edimbourg, Royaume-Uni; ESO, Garching, Allemagne), R. J. Ivison (ESO, Garching, Allemagne; Institut d'Astronomie, Université d'Edimbourg, Observatoire Royal, Edimbourg, Royaume-Uni), L. Dunne (Institut d'Astronomie, Université d'Edimbourg, Observatoire Royal, Edimbourg, Royaume-Uni; Université de Cardiff, Cardiff, Royaume-Uni), A. Manilla-Robles (ESO, Garching, Allemagne; Université de Canterbury, Christchurch, Nouvelle Zélande), S. Maddox (Institut d'Astronomie, Université d'Edimbourg, Observatoire Royal, Edimbourg, Royaume-Uni; Université de Cardiff, Cardiff, Royaume-Uni), A. J. R. Lewis (Institut d'Astronomie, Université d'Edimbourg, Observatoire Royal, Edimbourg, Royaume-Uni), G. de Zotti (INAF-Observatoire Astronomique de Padoue, Padoue, Italie), M. Bremer (Université de Bristol, Tyndall Avenue, Bristol, Royaume-Uni), D. L. Clements (Imperial College, Londres, Royaume-Uni), A. Cooray (Université de Californie, Irvine, Californie, Etats-Unis), H. Dannerbauer (Institut d'Astrophysique des Canaries, La Laguna, Tenerife, Espagne; Université de La Laguna, Département d'Astrophysique, La Laguna, Tenerife, Espagne), S. Eales (Université de Cardiff, Cardiff, Royaume-Uni), J. Greenslade (Imperial College, Londres, Royaume-Uni), A. Omont (CNRS, Institut d'Astrophysique de Paris, Paris, France; UPMC Univ. Paris 06, Paris, France), I. Perez–Fournón (Université de Californie, Irvine, Californie, Etats-Unis; Institut d'Astrophysique des Canaries, La Laguna, Tenerife, Espagne), D. Riechers (Université de Cornell, Space Sciences Building, Ithaca, New York, Etats-Unis), D. Scott (Université de Colombie Britannique, Vancouver, Canada), P. van der Werf (Observatoire de Leiden, Université de Leiden, Leiden, Pays-Bas), A. Weiß (Institut Max-Planck dédié à la Radioastronomie, Bonn, Allemagne) et Z-Y. Zhang (Institut d'Astronomie, Université d'Edimbourg, Observatoire Royal, Edimbourg, Royaume-Uni; ESO, Garching, Allemagne).

 

L'ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 15 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages. VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est le plus grand télescope conçu exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est le partenaire européen d'ALMA, un télescope astronomique révolutionnaire. ALMA est le plus grand projet astronomique en cours de réalisation. L'ESO est actuellement en train de programmer la réalisation d'un télescope géant (ELT pour Extremely Large Telescope) de la classe des 39 mètres qui observera dans le visible et le proche infrarouge. L'ELT sera « l'œil le plus grand au monde tourné vers le ciel.

  

Liens :  

- Publication scientifique (Miller et al.)

- Publication scientifique (Oteo et al.)

- Photos d'APEX

- Photos d'ALMA

 

Source : ESO https://www.eso.org/public/france/news/eso1812/?lang

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


18 Avril 2018

Comètes P/2005 JN = 2018 F2 (Spacewatch), C/2018 C2 (Lemmon), C/2018 F3 (Johnson), C/2018 F4 (PANSTARRS)

 

Nouvelles du Ciel

 

P/2005 JN = 2018 F2 (Spacewatch)

La comète P/2005 JN (Spacewatch), observée pour la dernière fois le 25 Mai 2005, a été retrouvée le 17 Mars 2018 par P. Ruiz (ESA Optical Ground Station, Tenerife) et confirmée grâce aux observations de A. D. Grauer (Mt. Lemmon Survey) et de E. Schwab (Calar Alto-Schmidt).

 

Découverte initialement le 03 Mai 2005 en tant qu'astéroïde par le programme de surveillance Spacewatch, et répertorié sous la dénomination 2005 JN, l'objet avait révélé sa nature cométaire lors d'observations supplémentaires faites le 12 Mai 2005 par Carl W. Hergenrother (Lunar and Planetary Laboratory). Avec les données de prédécouverte du 04 Avril 2005 obtenues par le Catalina Sky Survey, et celles du 15 Avril 2005 par LONEOS, les calculs indiquent un passage au périhélie au 20 Juin 2005 à une distance de 2,2 UA du Soleil pour la comète P/2005 JN (Spacewatch), et une période de 6,5 ans.

 

Pour ce nouveau retour, les éléments orbitaux de la comète P/2005 JN = 2018 F2 (Spacewatch) indiquent un passage au périhélie le 21 Juillet 2018 à une distance d'environ 2,2 UA du Soleil, et une période d'environ 6,5 ans pour cette comète de type Encke.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K18/K18F85.html (MPEC 2018-F85)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=P%2F2018%20F2;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 

Satisfaisant aux conditions requises, la comète P/2005 JN = 2018 F2 (Spacewatch) a reçu la dénomination définitive de 366P/Spacewatch en tant que 366ème comète périodique numérotée.

 


C/2018 C2 (Lemmon)

Un objet ayant l'apparence d'un astéroïde a été découvert dans les images CCD prises le 05 Février 2018 avec le télescope de 1.5-m du Mt Lemmon Survey, et placé sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center pour confirmation. L'objet a une orbite légèrement hyperbolique, mais aucune activité cométaire n'a été détectée. L'objet a reçu en conséquence une désignation avec un préfixe de "A/". Des images antérieures à la découverte de A/2018 (Lemmon), obtenues le 28 Janvier 2018 par le Mt Lemmon Survey, ont été identifiées.

 

Le préfixe pour cet objet a été changé, passant de "A/" à "C/", suite à la réception du message suivant de M. Micheli : "Nous avons obtenu 2 expositions filtrées r de 60 secondes de A/2018 C2 à l'aide du télescope Canada-France-Hawaii le 22 Mars 2018. L'observateur de la queue était David Woodworth. L'objet est cométaire, affichant une large queue faible d'environ 10" vers l'ouest. Le coma n'est que marginalement prolongé, avec un FWHM de 0,9" par rapport à 0,8" d'étoiles proches."

 

Les éléments orbitaux hyperboliques de la comète C/2018 C2 (Lemmon) indiquent un passage au périhélie le 02 Juin 2018 à une distance d'environ 1,9 UA du Soleil.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K18/K18FD7.html (MPEC 2018-F136)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2018%20C2;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


C/2018 F3 (Johnson)

Jess A. Johnson a découvert une nouvelle comète sur les images CCD obtenues le 20 Mars 2018 dans le cadre du Mt. Lemmon Survey. La nature cométaire de l'objet a été confirmée par de nombreux astrométristes après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center.

 

Les éléments orbitaux paraboliques préliminaires de la comète C/2018 F3 (Johnson) indiquent un passage au périhélie le 14 Août 2017 à une distance d'environ 2,4 UA du Soleil.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K18/K18FD7.html (MPEC 2018-F137)

 

Les observations supplémentaires indiquent un passage au périhélie le 15 Août 2017 à une distance d'environ 2,4 UA du Soleil.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K18/K18HA5.html (MPEC 2018-H105)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2018%20F3;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


C/2018 F4 (PANSTARRS)

Les membres de l'équipe de recherche de Pan-STARRS (Panoramic Survey Telescope & Rapid Response System) ont découvert un objet ayant l'apparence d'un astéroïde sur les images CCD obtenues le 17 Mars 2018 avec le télescope Ritchey-Chretien de 1.8m. L'objet, placé sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center, n'a pas montré de signes d'activité cométaire à cette époque et a reçu la désignation de A/2018 F4 en tant qu'astéroïde hyperbolique.

 

Des signes d'activité cométaire ont été détectés lors d'observations supplémentaires. Krisztián Sarneczky, Konkoly Observatory, rapporte que cinq images CCD empilées non filtrées de 120 secondes prises le 09 Avril UT avec le télescope Schmidt de 0,60 m à Piszkesteto, en Hongrie, montre une large coma en forme d'éventail de près de 6" de diamètre, allongé vers l'est. Robert Weryk (Université d'Hawaii) rapporte que les images prises avec le CFHT de 3,6-m sur Mauna Kea le 13 Avril montre que l'objet a un FWHM (Full Width at Half Maximum , largeur à mi-hauteur du maximum du pic) de 2,4" (plus grand que le FWHM de 1,4" pour les étoiles proches) et une large et courte queue vers l'est. Par conséquent, cet objet a été redésigné en tant que comète.

 

Les éléments orbitaux hyperboliques de la comète C/2018 F4 (PANSTARRS) indiquent un passage au périhélie le 01 Décembre 2019 à une distance d'environ 3,4 UA du Soleil.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K18/K18H21.html (MPEC 2018-H21)

 

Les observations supplémentaires indiquent un passage au périhélie le 04 Décembre 2019 à une distance d'environ 3,4 UA du Soleil.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K18/K18HA5.html (MPEC 2018-H105)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2018%20F4;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


  

Date des PASSAGES au PERIHELIE des COMETES Date, Périodes de révolution, Distance au Soleil 

COMETES - Magnitudes prévues pour les prochains mois

Liste des comètes potentiellement observables - éléments orbitaux

 

Lost - Les Disparues... ou les comètes périodiques non revues.

 

Les différentes familles de comètes

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


 

Le plus grand catalogue de sources gamma de très haute énergie de la Galaxie jamais publié : La collaboration internationale H.E.S.S., à laquelle contribuent le CNRS et le CEA, publie le bilan de quinze années d'observations en rayons gamma de la Voie Lactée. Ses télescopes installés en Namibie ont permis d'étudier des populations de nébuleuses à vent de pulsar, des restes de supernovæ, mais aussi des micro-quasars, jamais détectés en rayons gamma. Ces études sont complétées par des mesures précises comme celles de l'émission diffuse au centre de notre galaxie. Cet ensemble de données servira désormais de référence pour la communauté scientifique internationale. Quatorze articles, soit le plus vaste ensemble de résultats scientifiques dans ce domaine, sont publiés le 9 avril 2018 dans un numéro spécial de la revue "Astronomy & Astrophysics". [Source : Communiqué de Presse du CNRS]

 

Coup de SOLEIL sur les brumes de TITAN : Une collaboration internationale, pilotée par le Laboratoire atmosphères, milieux, observations spatiales (LATMOS – UVSQ, Sorbonne Université, CNRS) et le synchrotron SOLEIL, prolonge l'héritage et la portée de la mission NASA-ESA Cassini-Huygens au laboratoire. Au coeur de leur travail : la géante Saturne et ses lunes glacées, et en particulier Titan qui possède une atmosphère presque jumelle de celle de la Terre. Les scientifiques ont découvert que les grains de brumes nanométriques se formant dans la haute atmosphère de Titan, se transforment chimiquement sous l'effet du rayonnement solaire : ils vieillissent. Comme la brume y est présente en abondance, l'impact de ces transformations sur le climat de Titan est aujourd'hui à considérer. Les résultats sont publiés dans la revue Nature Astronomy le 09 avril 2018. [Source : Communiqué de Presse du CNRS]

 


06 Avril 2018

Hubble fait la première mesure de distance précise à un ancien amas globulaire d'étoiles

 

Crédits : NASA, ESA, and T. Brown and S. Casertano (STScI)

 

Le mètre stellaire affiné aide les astronomes à améliorer leurs modèles d'évolution stellaires

 

Lorsque vous voulez connaître la taille d'une pièce, vous utilisez un ruban à mesurer pour calculer ses dimensions.

 

Mais vous ne pouvez pas utiliser un ruban à mesurer pour couvrir les immenses distances inconcevables dans l'espace. Et, jusqu'à présent, les astronomes n'avaient pas une méthode aussi précise pour mesurer avec précision les distances de certains des objets les plus anciens de notre Univers - d'anciens essaims d'étoiles à l'extérieur du disque de notre galaxie appelé amas globulaires.

 

Les distances estimées jusqu'aux amas globulaires de notre galaxie ont été obtenues en comparant la luminosité et les couleurs des étoiles aux modèles théoriques et à des observations d'étoiles locales. Mais l'exactitude de ces estimations varie, avec des incertitudes oscillant entre 10% et 20%.

 

Utilisant le télescope spatial Hubble de la NASA, les astronomes ont pu utiliser le même type de trigonométrie que les arpenteurs utilisent pour mesurer avec précision la distance à NGC 6397, l'un des amas globulaires les plus proches de la Terre. La seule différence est que les angles mesurés dans la caméra de Hubble sont infinitésimaux selon les normes des géomètres terrestres.

 

La nouvelle mesure établit la distance de l'amas à 7.800 années-lumière, avec seulement une marge d'erreur de 3%, et fournit une estimation indépendante pour l'âge de l'Univers. Les astronomes de Hubble ont calculé que NGC 6397 est âgé de 13,4 milliards d'années et s'est formé peu de temps après le Big Bang. La nouvelle mesure aidera également les astronomes à améliorer les modèles d'évolution stellaire.

 

Crédits : NASA, ESA, and T. Brown and S. Casertano (STScI)
Acknowledgement: NASA, ESA, and J. Anderson (STScI)

 

http://hubblesite.org/news_release/news/2018-24

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


06 Avril 2018

L'étoile morte encerclée par la lumière

 

Crédit : ESO/NASA, ESA and the Hubble Heritage Team (STScI/AURA)/F. Vogt et al.

 

Les données de MUSE pointent vers une étoile à neutrons isolée au-delà de notre galaxie

 

De nouvelles images du Very Large Telescope de l'ESO au Chili et d'autres télescopes révèlent un riche paysage d'étoiles et de nuages de gaz dans l'une de nos plus proches galaxies voisines, le Petit Nuage de Magellan. Les images ont permis aux astronomes d'identifier un cadavre stellaire insaisissable enfoui parmi les filaments de gaz laissés par une explosion de supernova vieille de 2000 ans. L'instrument MUSE a été utilisé pour établir où cet objet insaisissable se cache, et les données existantes de l'Observatoire des rayons X de Chandra ont confirmé son identité en tant qu'étoile à neutrons isolée.

 

ESO/NASA, ESA and the Hubble Heritage Team (STScI/AURA)/F. Vogt et al.

 

De nouvelles images spectaculaires, créées à partir d'images de télescopes terrestres et spatiaux [1] , racontent l'histoire de la recherche d'un objet manquant disparu caché dans un enchevêtrement complexe de filaments gazeux dans le Petit Nuage de Magellan, à environ 200.000 années-lumière de la Terre.

 

De nouvelles données de l'instrument MUSE sur le Very Large Telescope de l'ESO au Chili ont révélé un anneau de gaz remarquable dans un système appelé 1E 0102.2-7219, se dilatant lentement dans les profondeurs de nombreux autres filaments de gaz et de poussière laissés après une explosion de supernova. Cette découverte a permis à une équipe dirigée par Frédéric Vogt, un membre de l'ESO au Chili, de retrouver la toute première étoile à neutrons isolée à faible champ magnétique située au-delà de notre propre galaxie de la Voie Lactée.

 

L'équipe a remarqué que l'anneau était centré sur une source de rayons X qui avait été notée des années auparavant et désignée p1. La nature de cette source était restée un mystère. En particulier, il n'était pas clair si p1 se trouvait à l'intérieur du reste ou derrière. Ce n'est que lorsque l'anneau de gaz - qui comprend à la fois du néon et de l'oxygène - a été observé avec MUSE que l'équipe scientifique l'a remarqué encerclant parfaitement p1. La coïncidence était trop grande, et ils ont réalisé que p1 doit se trouver dans le reste de la supernova elle-même. Une fois l'emplacement de p1 connu, l'équipe a utilisé les observations radiographiques existantes de cette cible de l'Observatoire à rayons X Chandra pour déterminer qu'il s'agissait d'une étoile à neutrons isolée, avec un champ magnétique faible.

 

Selon Frédéric Vogt: « Si vous cherchez une source ponctuelle, vous ne pouvez pas être plus chanceux que lorsque l'Univers lui-même trace presque littéralement un cercle autour de l'endroit où vous devez chercher. "

 

Lorsque des étoiles massives explosent sous forme de supernovae, elles laissent derrière elles une nappe de gaz chaud et de poussière, connue sous le nom de résidu de supernova. Ces structures turbulentes sont la clé de la redistribution des éléments les plus lourds - qui sont cuits par des étoiles massives lorsqu'elles vivent et meurent - dans le milieu interstellaire, où elles forment finalement de nouvelles étoiles et planètes.

 

Typiquement d'à peine dix kilomètres de diamètre, mais pesant plus que notre Soleil, les étoiles à neutrons isolées avec de faibles champs magnétiques sont abondantes dans l'Univers, mais elles sont très difficiles à trouver car elles ne brillent qu'aux longueurs d'onde X [2]. Le fait que la confirmation de p1 en tant qu'étoile à neutrons isolée ait été validée par des observations optiques est donc particulièrement excitant.

 

La co-auteure Liz Bartlett, une autre boursière de l'ESO au Chili, résume cette découverte: "C'est le premier objet de ce genre à être confirmé au-delà de la Voie Lactée, rendu possible grâce à MUSE comme outil d'orientation. Nous pensons que cela pourrait ouvrir de nouveaux canaux de découverte et d'étude pour ces restes stellaires insaisissables."

 

Notes :

[1] L'image combine les données de l'instrument MUSE sur le Very Large Telescope de l'ESO au Chili et des télescopes spatiaux Hubble de la NASA/ESA et l'Observatoire Chandra X-Ray de la NASA.

 

[2] Les étoiles à neutrons à spin magnétique sont appelées pulsars. Ils émettent fortement en radio et dans d'autres longueurs d'onde et sont plus faciles à trouver, mais ils ne représentent qu'une petite fraction de toutes les étoiles à neutrons prédites.

 

Plus d'informations :  

Cette recherche a été présentée dans un article intitulé "Identification of the central compact object in the young supernova remnant 1E 0102.2-7219", par Frédéric PA Vogt et al., dans la revue Nature Astronomy.

 

L'équipe est composée de Frédéric P. A. Vogt (ESO, Santiago, Chile & ESO Fellow), Elizabeth S. Bartlett (ESO, Santiago, Chile & ESO Fellow), Ivo R. Seitenzahl (University of New South Wales Canberra, Australia), Michael A. Dopita (Australian National University, Canberra, Australia), Parviz Ghavamian (Towson University, Baltimore, Maryland, USA), Ashley J. Ruiter (University of New South Wales Canberra & ARC Centre of Excellence for All-sky Astrophysics, Australia) and Jason P. Terry (University of Georgia, Athens, USA).

L'ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. Il compte 15 États membres : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Brésil, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse, ainsi que l'État hôte du Chili et L'Australie en tant que partenaire stratégique. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages. VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est le plus grand télescope conçu exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est le partenaire européen d'ALMA, un télescope astronomique révolutionnaire. ALMA est le plus grand projet astronomique en cours de réalisation. L'ESO est actuellement en train de programmer la réalisation d'un télescope géant (ELT pour Extremely Large Telescope) de la classe des 39 mètres qui observera dans le visible et le proche infrarouge. L'ELT sera « l'œil le plus grand au monde tourné vers le ciel.

  

Liens :  

- Document de recherche en Nature Astronomy

- Photos du VLT

 

Source : ESO https://www.eso.org/public/france/news/eso1810/?lang

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


03 Avril 2018

Hubble découvre l'étoile la plus lointaine jamais vue

 

Crédits : NASA, ESA, and P. Kelly (University of Minnesota)

 

La bizarrerie cosmique amplifie la lueur faible de l'étoile lointaine


Grâce à une bizarrerie de la nature appelée «lentille gravitationnelle», une lentille naturelle dans l'espace qui a amplifié la lumière d'une étoile très lointaine. Les astronomes utilisant Hubble ont profité de ce phénomène pour repérer l'étoile lointaine et établir un nouveau record de distance pour l'étoile individuelle la plus éloignée jamais vue. Ils ont également utilisé l'étoile lointaine pour tester une théorie de la matière noire, et pour sonder la constitution d'un amas de galaxies. L'équipe a surnommé l'étoile "Icarus", après le personnage mythologique grec qui a volé trop près du Soleil sur des ailes de plumes et de cire qui a fondu. Son nom officiel est MACS J1149+2223 Lensed Star 1.

 

Crédits : NASA, ESA, and P. Kelly (University of Minnesota)

 

http://hubblesite.org/news_release/news/2018-13

 

http://www.insu.cnrs.fr/node/8754

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


 

Si vous appréciez PGJ et si vous souhaitez voir votre site préféré continuer d'évoluer et de se développer, n'hésitez pas à m'apporter votre soutien sous forme de donation.

Merci d'avance à tous les éventuels généreux donateurs. 


 

Dans la majorité des cas, la "Nouvelle" est un texte composé à partir d'une ou plusieurs sources ou une traduction "libre" du texte d'origine. Chaque "Nouvelle" est accompagnée de la provenance exacte des informations au moyen d'un ou de plusieurs liens conduisant vers les pages servant de support à l'élaboration de la "Nouvelle". Ces liens peuvent vous être utiles pour approfondir le sujet.

 

Ceux-ci sont identifiés selon le code suivant :

Sources ou Documentations non francophones

Sources ou Documentations en langue française

 

Les liens proposés vers d'autres sites sont communiqués à titre indicatif et ne sauraient engager la responsabilité de PGJ, tant en ce qui concerne les contenus que les conditions d'accès.

 

Les articles de la rubrique "Nouvelles du Ciel" peuvent être librement reproduits à condition d'indiquer sur votre page :

Source : PGJ - "Nouvelles du Ciel" avec un lien vers la "Nouvelle" concernée ou vers la page d'accueil de PGJ

 

Toutefois, un petit nombre d'articles proviennent de sources extérieures. Dans ce cas, le lien figurant au bas de l'article conduisant vers la page d'origine est précédé de la mention "Source :" indiquant le réel auteur de l'information.

exemple : Source : http://...........

 

De même, les photos illustrant ces articles sont accompagnées des mentions de "Crédit" ou de "Copyright" correspondantes.

 

L'utilisation de ces photos est soumise à certaines règles, propres à chaque auteur, mais que l'on peut résumer ainsi :

- utilisation non-commerciale

- respect des mentions de "Crédit" ou de "Copyright".

 

Il vous appartient toutefois de vérifier auprès des auteurs si celles-ci peuvent être reproduites librement ainsi que les conditions spéciales d'utilisation.

 

Retour à l'accueil

Contact : Gilbert Javaux