Nouvelles du Ciel d'Avril 2017

 

 

 

Les Titres

 

Des astrophysiciens ont étudié un pulsar en train de "rajeunir" dans une galaxie voisine [28/04/2017]

Comètes C/2017 F2 (PANSTARRS), P/2017 G1 (PANSTARRS), P/2017 G2 (PANSTARRS), C/2017 G3 (PANSTARRS) [24/04/2017]

Un nouvel angle sur deux galaxies spirales pour le 27ème anniversaire de Hubble [20/04/2017]

Des mers effervescentes sur Titan [20/04/2017]

Une exoplanète nouvellement découverte pourrait être la meilleure candidate pour la recherche de traces de vie [19/04/2017]

Hubble aperçoit la possible activité d'évacuation sur Europe [13/04/2017]

La comète « Tchouri » aurait mis plusieurs millions d'années à se former [08/04/2017]

ALMA capture de dramatiques feux d'artifice stellaires [07/04/2017]

Hubble prend le portrait en gros plan de Jupiter [06/04/2017]

Triplet de cratères [06/04/2017]

Comètes C/2017 D5 (PANSTARRS), C/2017 E5 (Lemmon), C/2017 F1 (Lemmon) [04/04/2017]

 

 

Les Titres des "Nouvelles du Ciel" disponibles en Version Javascript ou Version XML

 

En savoir plus pour afficher les Titres des "Nouvelles du Ciel" de PGJ sur votre Site Web ou sur le Bureau de votre Ordinateur

 

LE GUIDE DU CIEL 2017-2018 de Guillaume CANNAT

 

Souscription jusqu'au 30 avril ; expédition en mai 2017

 

 

23e édition

 

Tout ce qu'il faut savoir pour observer le ciel entre le 1er juin 2017 et le 30 juin 2018

 

Une mise à jour intégrale avec des pages de synthèse et une série de gros plans sur les plus importants phénomènes astronomiques des mois couverts par cette édition, les planètes et une sélection d'objets du ciel profond.

 

Et toujours autant de rendez-vous quotidiens pour suivre le ciel heure par heure...

 

- Parution : mai 2017
- Couverture souple pelliculée avec rabats, cahiers cousus et collés
- 17 x 24 cm, 352 pages
- Plus de 500 schémas, cartes célestes et photographies
- Imprimé intégralement en couleurs
- 23e édition
- ISBN-13 : 979-10-90238-20-6

 

LE GUIDE DU CIEL 2017-2018
l'ouvrage le plus complet pour vivre votre passion des astres au quotidien !

 

... à découvrir sur le site d'amds !

 

LE CIEL A L'OEIL NU EN 2017 de Guillaume CANNAT

 

Vous pouvez d'ores et déjà commander la nouvelle édition en cliquant ici...

 

En pré-commande ; expédition à parution (début octobre 2016)

Voici la nouvelle édition du Ciel à l'œil nu, l'ouvrage qu'il vous faut pour découvrir le ciel sans instrument (ou parfois avec de simples jumelles).

 

Le texte de cette quinzième édition est superbement illustré de photographies réalisées par l'auteur et par les meilleurs astrophotographes de la planète ; il passe en revue, de janvier à décembre, les plus beaux phénomènes astronomiques accessibles à tous et les agrémente de nouveaux encadrés pratiques, historiques, mythologiques et encyclopédiques. 

Le Ciel à l'œil nu est richement illustré par des dizaines de photographies astronomiques inédites et par des cartes très réalistes pour découvrir aisément les étoiles des quatre saisons. 

Si ce livre vous incite à lever les yeux plus souvent vers la voûte céleste, à contempler plus régulièrement la Lune et les planètes, les constellations et leurs étoiles, il aura atteint son but.

 

- 144 pages
- Près de 180 cartes, schémas, gravures et photographies en couleur
- Prix public TTC : 19,90 euros
- ISBN : 978-2-09-278835-6

 

La collection « Le Ciel à l'oeil nu » a reçu le prix spécial du jury du Festival d'Astronomie de Haute-Maurienne-Vanoise

 

Le Ciel à l'oeil nu en 2017 est diffusé par Nathan/Interforum

 

... Réservez dès maintenant votre exemplaire sur amds-edition.com !

 

CALENDRIER ASTRONOMIQUE 2017 de Guillaume CANNAT

Nouvelle Edition

 

En stock

 

L'expédition en Colissimo recommandé avec livraison contre signature est disponible cette année pour ce grand livre.

 

L'astronomie est l'une des sciences les plus spectaculaires. Les images réalisées avec les meilleurs instruments nous permettent de visiter le Système solaire, de plonger au cœur des nébuleuses où naissent de nouvelles étoiles, de survoler les majestueuses spirales galactiques, d'assister aux plus belles éruptions solaires ou d'admirer notre planète.

Guillaume Cannat a donc sélectionné 12 images exceptionnelles et il les a mises en valeur et expliquées.

 

Le grand format – ouvert, ce calendrier mesure pratiquement 35 x 60 cm – et un papier couché épais (200 g) ont été choisis pour garantir la plus belle reproduction possible.

Chaque mois, un calendrier annotable indique les dates des principaux phénomènes célestes : phases de la Lune, positions des planètes, éclipses, conjonctions, saisons, essaims d'étoiles filantes. La couleur d'impression des phénomènes vous renvoie pour en savoir plus vers les livres Le Ciel à l'œil nu en 2017 et Le Guide du Ciel 2016-2017 et 2017-2018 (parution mai 2017). 

Il existait déjà des calendriers muraux pour les amateurs de rugbymans ou de pin-up, les passionnés de fleurs ou de nature, les amoureux de la mer ou de la montagne, voilà enfin le calendrier qui manquait aux observateurs du ciel pour conserver le contact avec le ciel et ne rater aucun événement.

 

- Parution : 8 septembre 2016

- Couverture souple

- Format ouvert : 35 x 58 cm, 24 pages

- Trou de suspension

- ISBN-13 : 979-10-90238-19-0

 

Le Calendrier Astronomique 2017 est diffusé par GEODIF/SODIS.

 

... à découvrir sur le site d'amds !

 

LE GUIDE DU CIEL 2016-2017 de Guillaume CANNAT

 

 

22e année de parution

 

Tout ce qu'il faut savoir pour observer le ciel entre le 1er juin 2016 et le 30 juin 2017

 

Une mise à jour intégrale avec des pages de synthèse et une série de gros plans sur les plus importants phénomènes astronomiques des mois couverts par cette édition, les planètes et une sélection d'objets du ciel profond.

 

Et toujours autant de rendez-vous quotidiens pour suivre le ciel heure par heure...

 

- Couverture souple pelliculée avec rabats, cahiers cousus et collés

- 17 x 24 cm, 352 pages

- Plus de 500 schémas, cartes célestes et photographies

- Plus d'un millier de rendez-vous célestes

- Imprimé intégralement en couleurs

- ISBN-13 : 979-10-90238-18-3

 

LE GUIDE DU CIEL 2016-2017
l'ouvrage le plus complet pour vivre votre passion des astres au quotidien !

 

... à découvrir sur le site d'amds !

 

Pluie d'étoiles en Bretagne

Photos panoramiques de Laurent LAVEDER

 

Ce beau livre relié tout illustré rassemble d'exceptionnelles photos de paysages prises de nuit avec l'oeil averti d'un astronome amateur spécialisé dans l'observation du ciel à l'oeil nu. Les photographies sont accompagnées de légendes qui expliquent le contexte de la prise de vue, l'environnement, la description du phénomène, et le matériel utilisé.

 

Pour les amateurs de photographies, d'astres et de Bretagne !

 

... Un magnifique ouvrage à commander dès maintenant sur pixheaven.net - la photothèque d'images d'astronomie de Laurent Laveder ou sur le site des Editions Locus Solus

 

 

 

Archives des Nouvelles du Ciel

Vous cherchez un ancien article ? Les Titres des Nouvelles du Ciel classés par Catégories

 

 

 

 


Sources ou Documentations non francophones

Sources ou Documentations en langue française

 

 

Nuages noirs sur Ciel des Hommes : Si vous souhaitez que Ciel des Hommes vive et continue d'ouvrir chaque jour pour vous une nouvelle fenêtre sur l'Univers, n'hésitez pas à apporter votre aide de façon très concrète, en souscrivant des « abonnements de soutien ».

 

 

 

Si vous appréciez PGJ et si vous souhaitez voir votre site préféré continuer d'évoluer et de se développer, n'hésitez pas à m'apporter votre soutien sous forme de donation.

Merci d'avance à tous les éventuels généreux donateurs.

 

 

28 Avril 2017

Des astrophysiciens ont étudié un pulsar en train de "rajeunir" dans une galaxie voisine

 

Crédits : A. Zolotov.

 

Des scientifiques français de l'Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie, IRAP (CNRS/Université de Toulouse Paul Sabatier) ont publié les résultats d'une étude sur un pulsar unique ultra-lent XB091D. On estime que cette étoile à neutrons a capturé une étoile qualifiée de compagne, il y a seulement un million d'années et, depuis lors, elle retrouve graduellement sa rotation rapide initiale. Le jeune pulsar est situé dans l'un des plus anciens amas globulaires de la galaxie d'Andromède, ce qui démontre que cet amas était autrefois une galaxie naine.

 

Le plus lent pulsar à rayons X a été découvert dans un amas d'étoiles de la galaxie d'Andromède. C'est une étoile à neutrons de petite taille mais très dense qui capture le gaz de son étoile compagne. Le gaz tombe en spirale sur le pulsar et forme un point chaud et brillant sur sa surface. La période de rotation de l'étoile à neutrons est de 1,2 secondes, ce qui crée un effet-phare. Crédits : A. Zolotov.

 

Les jeunes étoiles massives meurent, en explosant comme des supernovae brillantes. Dans ce processus, les couches externes de leur matière sont rejetées et le noyau se rétrécit, devenant habituellement une étoile neutronique compacte et superdense. Fortement magnétisés, elles tournent rapidement, faisant des centaines de tours par seconde, mais elles finissent par perdre leur énergie de rotation et par ralentir, émettant alors des faisceaux de particules étroits. Elles émettent un rayonnement radiophonique ciblé qui atteint périodiquement la Terre, créant l'effet d'une source de pulsation régulière avec une période d'une milliseconde généralement.

 

Quand le pulsar rencontre une étoile ordinaire, il rajeunit et accélère à nouveau sa rotation. Après avoir formé avec elle un système binaire, l'étoile à neutrons commence à attirer de la matière en provenance de l'étoile ce qui forme un disque d'accrétion très chaud autour d'elle. Le disque gazeux se trouvant à côté de l'étoile à neutrons est déchiré par son champ magnétique, de sorte que la matière tombe sur elle, formant un «point chaud» – la température de ce point peut atteindre des millions de degrés et émet des rayons X. L'étoile à neutrons rotative peut alors être considérée comme un pulsar de rayons X pareil à une balise, alors que la matière qui continue de tomber sur elle donne une impulsion supplémentaire, ce qui accélère la rotation.

 

Alors en quelques centaines de milliers d'années, ce qui ne représente qu'un instant pour l'Univers, l'ancien pulsar, dont la rotation avait déjà ralenti à un seul tour en quelques secondes, peut à nouveau tourner mille fois plus vite. Ce phénomène rare a été observé par une équipe d'astrophysiciens de l'IRAP, en collaboration avec des scientifiques d'Italie et de Russie. Le pulsar à rayons X appelé XB091D a été découvert au début de son "rajeunissement" alors que sa rotation était la plus lente de tous les pulsars connus à ce jour. Cette étoile à neutrons effectuait sa rotation en 1,2 seconde ce qui est plus de dix fois plus lent que le record précédent. Selon les scientifiques, l'accélération de la rotation du pulsar a commencé il y a moins d'un million d'années.

 

La découverte a été faite en utilisant les observations recueillies par l'observatoire spatial XMM-Newton entre 2000 et 2013 et combinées par des astronomes de l'IRAP dans une base de données en ligne. L'accès à l'information sur environ 50 milliards de photons X a déjà permis aux scientifiques de différents pays de découvrir un certain nombre d'objets intéressants précédemment inaperçus. Parmi eux se trouvait le pulsar XB091D, qui a également été remarqué par un autre groupe d'astronomes italiens qui ont publié leurs résultats il y a plusieurs mois. XB091D n'est que le deuxième pulsar détecté en dehors de notre Galaxie et ses galaxies satellites les plus proches. Par la suite, deux autres pulsars de ce genre ont été détectés ultérieurement en utilisant le même catalogue en ligne.

 

 

"Les détecteurs sur le satellite XMM-Newton ne captent qu'un seul photon de ce pulsar toutes les cinq secondes. Par conséquent, la recherche de pulsars parmi les données XMM-Newton peut être comparée à la recherche d'une aiguille dans une botte de foin", explique Ivan Zolotukhin. En fait, pour cette découverte, nous avons dû créer des outils mathématiques complètement nouveaux qui nous ont permis de rechercher et d'extraire le signal périodique. En théorie, il existe de nombreuses applications pour cette méthode, y compris en dehors de l'astronomie. "

 

Sur la base de trente-huit observations de XMM-Newton, les astronomes ont réussi à caractériser en détail le système XB091D. C'est un pulsar à rayons X d'environ 1 million d'années, le compagnon de cette étoile à neutrons est une vieille étoile de taille modérée (environ quatre cinquièmes de la masse du Soleil). Le système binaire lui-même a une période de rotation de 30,5 heures, et l'étoile à neutrons tourne une fois sur son axe toutes les 1,2 secondes. Dans environ 50 mille ans, il accélèrera suffisamment sa rotation pour se transformer en un pulsar milliseconde ordinaire.

 

Cependant, ce ne sont pas seulement des paramètres orbitaux inhabituels que les astronomes ont pu observer, mais également l'endroit où se trouve XB091D. Les auteurs ont montré que XB091D est situé dans la galaxie voisine Andromède à 2,5 millions d'années-lumière, parmi les étoiles de l'amas globulaire B091D extrêmement dense, où dans une rayon de seulement 90 années-lumière, il y a plus d'un million de vieilles étoiles ayant un faible rayonnement. L'âge de l'amas globulaire lui-même est estimé à 12 milliards d'années, de sorte qu'aucune supernova récente n'aurait pu y donner naissance à un pulsar. 

 

"Dans notre Galaxie, aucun pulsar à rayons X si lent n'a jamais été observé dans cent cinquante amas globulaires connus, car leurs noyaux ne sont pas ni assez gros ni assez denses pour former des étoiles binaires proches à un taux suffisamment élevé", commente Ivan Zolotukhin.

 

Cela indique que le noyau de l'amas B091D, avec une composition extrêmement dense d'étoiles dans le XB091D, est beaucoup plus grand que celui d'un amas habituel. Donc, nous avons affaire à un objet rare de plus grande taille caractérisé par le résidu dense d'une petite galaxie absorbé auparavant par la galaxie Andromède. La densité des étoiles ici est d'environ dix millions de fois plus élevée que dans les environs du Soleil et cette région s'étend à 2,5 années-lumière. 

 

Selon les scientifiques, c'est l'environnement d'étoiles de haute densité au sein de l'amas globulaire B091D qui a permis à une étoile de neutrons de capturer un compagnon il y a environ un million d'années et de commencer le processus d'accélération et de «rajeunissement».

 

Pour en savoir plus :

- XMM-Newton Source Catalogue 

 

Reférences :

L'étude XB091D a été menée conjointement avec les astronomes de l'Observatoire de Cagliari (Italie) et de l'Université d'État de Moscou (Russie). Le financement partiel a été fourni par le Projet International de Coopération Scientifique (PICS) entre le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et Fondation Russe pour la Recherche Fondamentale (RFBR).

 

Ivan Yu. Zolotukhin, Matteo Bachetti, Nicola Sartore, Igor V. Chilingarian, Natalie A. Webb, The Slowest Spinning X-Ray Pulsar in an Extragalactic Globilar Cluster, The Astrophysical Journal, 25 avril 2017 

 

Source : Actualités du CNRS-INSU http://www.insu.cnrs.fr/node/6456

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


24 Avril 2017

Comètes C/2017 F2 (PANSTARRS), P/2017 G1 (PANSTARRS), P/2017 G2 (PANSTARRS), C/2017 G3 (PANSTARRS)

 

Nouvelles du Ciel

 

C/2017 F2 (PANSTARRS)

Les membres de l'équipe de recherche Pan-STARRS (Panoramic Survey Telescope & Rapid Response System) ont découvert une nouvelle comète sur les images CCD obtenues le 31 Mars 2017 avec le télescope Ritchey-Chretien de 1.8m de Haleakala, Hawaii. La nature cométaire de l'objet a été confirmée par de nombreux observateurs après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center.

 

Les éléments orbitaux elliptiques de la comète C/2017 F2 (PANSTARRS) indiquent un passage au périhélie le 06 Octobre 2017 à une distance d'environ 7 UA du Soleil, pour cette comète de la famille de Jupiter de longue période (~ 3700 ans).

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K17/K17G56.html (MPEC 2017-G56)

 

Les observations supplémentaires indiquent un passage au périhélie le 22 Novembre 2017 à une distance d'environ 7,0 UA du Soleil.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K17/K17N58.html (MPEC 2017-N58)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2017%20F2;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


P/2017 G1 (PANSTARRS)

Une nouvelle comète a été découverte sur les images CCD obtenues le 01 Avril 2017 par les membres de l'équipe de recherche Pan-STARRS (Panoramic Survey Telescope & Rapid Response System) avec le télescope Ritchey-Chretien de 1.8m de Haleakala, Hawaii. La nature cométaire de l'objet a été confirmée par de nombreux observateurs après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center. Des observations antérieures à la découverte, obtenues le 25 Mars 2017 par Pan-STARRS 1, ont également été identifiées.

 

Les éléments orbitaux elliptiques de la comète P/2017 G1 (PANSTARRS) indiquent un passage au périhélie le 12 Mai 2016 à une distance d'environ 2,6 UA du Soleil, et une période d'environ 21,5 ans pour cette comète de la famille de Jupiter.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K17/K17G57.html (MPEC 2017-G57)

 

Les observations supplémentaires indiquent un passage au périhélie le 13 Mai 2016 à une distance d'environ 2,6 UA du Soleil, et une période d'environ 21,5 ans.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K17/K17J52.html (MPEC 2017-J52)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=P%2F2017%20G1;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


P/2017 G2 (PANSTARRS)

Les membres de l'équipe de recherche Pan-STARRS (Panoramic Survey Telescope & Rapid Response System) ont découvert une nouvelle comète sur les images CCD obtenues le 03 Avril 2017 avec le télescope Ritchey-Chretien de 1.8m de Haleakala, Hawaii. La nature cométaire de l'objet a été confirmée par de nombreux observateurs après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center. Des observations antérieures à la découverte, obtenues le 18 Mars 2017 par Pan-STARRS 1, ont également été identifiées.

 

Les éléments orbitaux elliptiques de la comète P/2017 G2 (PANSTARRS) indiquent un passage au périhélie le 13 Juin 2017 à une distance d'environ 2,8 UA du Soleil, et une période d'environ 23,2 ans pour cette comète de type Halley classique.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K17/K17H41.html (MPEC 2017-H41)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=P%2F2017%20G2;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


C/2017 G3 (PANSTARRS)

Une nouvelle comète a été découverte sur les images CCD obtenues le 07 Avril 2017 par les membres de l'équipe de recherche Pan-STARRS (Panoramic Survey Telescope & Rapid Response System) avec le télescope Ritchey-Chretien de 1.8m de Haleakala, Hawaii. La nature cométaire de l'objet a été confirmée par de nombreux observateurs après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center.

 

Les éléments orbitaux elliptiques de la comète C/2017 G3 (PANSTARRS) indiquent un passage au périhélie le 15 Avril 2017 à une distance d'environ 2,6 UA du Soleil, pour cette comète à très longue période (~3800 ans).

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K17/K17H42.html (MPEC 2017-H42)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2017%20G3;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


  

Date des PASSAGES au PERIHELIE des COMETES Date, Périodes de révolution, Distance au Soleil 

COMETES - Magnitudes prévues pour les prochains mois

Liste des comètes potentiellement observables - éléments orbitaux

 

Lost - Les Disparues... ou les comètes périodiques non revues.

 

Les différentes familles de comètes

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


20 Avril 2017

Un nouvel angle sur deux galaxies spirales pour le 27ème anniversaire de Hubble

 

Crédit : NASA, ESA, and M. Mutchler (STScI)

 

Hubble célèbre son anniversaire avec une spectaculaire paire de galaxies


Lorsque le télescope spatial Hubble a été lancé à bord de la navette spatiale Discovery le 24 avril 1990, les astronomes ne pouvaient que rêver de ce qu'ils pourraient voir. Maintenant, 27 ans et plus d'un million d'observations plus tard, le télescope offre une autre vue magnifique de l'Univers - cette fois, une remarquable paire de galaxies spirales comme notre propre Voie lactée. Ces villes insulaires d'étoiles, qui sont à environ 55 millions d'années-lumière, donnent aux astronomes une idée de l'aspect de notre propre galaxie pour un observateur extérieur. La galaxie vue sur le bord s'appelle NGC 4302 et la galaxie inclinée est NGC 4298. Bien que les galaxies de soleils aient l'air tout à fait différentes parce qu'elles sont orientées dans des positions différentes dans le ciel, elles sont en réalité très similaires en termes de structure et de contenu.

 

Crédit : NASA, ESA, and M. Mutchler (STScI)

 

http://hubblesite.org/news_release/news/2017-14

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


20 Avril 2017

Des mers effervescentes sur Titan

 

Crédits : NASA/JPL-Caltech / ASI / Cornell

 

La mission Cassini-Huygens a révélé sur Titan, le plus grand satellite de Saturne, l'existence de mers probablement constituées de méthane, d'éthane et de diazote. Détecté en 2013, un phénomène jusqu'alors inexpliqué laissait apparaître puis disparaître des régions de surbrillance dans la mer Ligeia Mare, selon les images rapportées par le radar de l'orbiteur Cassini. Ce mystérieux phénomène surnommé « Magic Islands » a finalement trouvé une explication. Une équipe internationale, menée par un chercheur du Groupe de spectrométrie moléculaire et atmosphérique (CNRS / Université de Reims) vient de montrer que le mélange diazote – méthane – éthane est instable aux pressions et températures attendues dans les profondeurs de Ligeia Mare. D'après la circulation hydrodynamique de cette mer, un brassage de liquide se produit entre la surface et les profondeurs. Une partie du mélange de surface, riche en diazote, atteint ainsi les profondeurs qui contiennent plus d'éthane. Les liquides se séparent alors sous l'effet de la pression, et le diazote gazeux remonte à la surface. Ces bulles de diazote sont formées à une profondeur comprise entre 100 et 200m et peuvent atteindre un diamètre de quatre centimètres. Au gré de la météorologie marine de Titan, ce phénomène peut s'étendre sur des pans de mer de plusieurs centaines de kilomètres carrés. Selon l'étude publiée dans Nature Astronomy, cette effervescence reste éphémère, ce qui explique qu'elle ne soit pas systématiquement détectée par le radar de Cassini.

 

Fig. 1 : Image radar de la mer Ligeia Mare qui se situe dans la région polaire nord de Titan. Sur la gauche, des images de la région indiquée par le carré « Inset area » sont reportées. Réalisées lors de « flybys » de Cassini allant d'avril 2007 à janvier 2015, ces images montrent clairement l'apparition, puis la disparition, d'une « Magic Islands » à la surface de Ligeia Mare. Crédits : NASA/JPL-Caltech/ASI/Cornell

 

Pour en savoir plus :

- Texte détaillé rédigé par le chercheur

- Cassini : Mission to Saturn, site de la NASA

- Cassini-Huygens, site de l'ESA

 

Reférences :

Bubble streams in Titan's seas as product of liquid N2+CH4+C2H6 cryogenic mixture, Daniel Cordier, Fernando Garcia-Sanchez, Daimler N. Justo-Garcia, Gérard Liger-Belair, Nature Astronomy, 18 avril 2017. DOI : 10.1038/s41550-017-0102

 

Source : Actualités du CNRS-INSU http://www.insu.cnrs.fr/node/6439

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


19 Avril 2017

Une exoplanète nouvellement découverte pourrait être la meilleure candidate pour la recherche de traces de vie

 

Crédit : ESO/spaceengine.org

 

Une super-Terre rocheuse détectée, alors qu'elle passe régulièrement devant son étoile, au sein de la zone habitable d'une naine rouge calme

 

Une exoplanète en orbite autour d'une étoile de type naine rouge située à 40 années lumière de la Terre pourrait bien remporter à son tour le titre de “meilleure candidate pour la recherche de traces de vie au-delà du Système Solaire”. Une équipe internationale d'astronomes a découvert, au moyen de l'instrument HARPS de l'ESO à l'Observatoire de La Silla et d'autres télescopes disséminés sur Terre, une “super-Terre” décrivant une orbite au sein de la zone habitable de l'étoile LHS 1140, de faible luminosité. Cette planète arbore des dimensions ainsi qu'une masse supérieures à celles de la Terre, et a probablement retenu une large part de son atmosphère. Ces éléments, ajoutés au fait qu'elle transite régulièrement devant son étoile, en font l'une des cibles les plus prometteuses pour les études atmosphériques à venir. Les résultats de ces observations paraîtront au sein de l'édition du 20 avril 2017 de la revue Nature.

 

Vue d'artiste de l'exoplanète de type super-Terre baptisée LHS 1140b - Crédit : ESO/spaceengine.org

 

Cette super-Terre nouvellement découverte et baptisée LHS 1140b décrit une orbite au sein de la zone habitable d'une étoile de type naine rouge faiblement lumineuse référencée LHS 1140 et située dans la constellation de la Baleine (Le Monstre Marin) [1]. Les naines rouges sont beaucoup plus petites et bien plus froides que le Soleil. Bien que la distance séparant LHS 1140b de son étoile soit dix fois inférieure à la distance Terre – Soleil, LHS 1140b ne reçoit que la moitié de l'ensoleillement terrestre et occupe le centre de la zone habitable. Cette orbite nous apparaît de profil depuis la Terre. Chaque 25 jours, l'exoplanète passe devant son étoile, bloquant une fraction de la lumière qui nous en parvient.

 

“Cette exoplanète est la plus enthousiasmante de celles que j'ai observées au cours des dix dernières années”, précise Jason Dittmann du Centre d'Astrophysique Harvard-Smithson (Cambridge, Etats-Unis), auteur principal de l'étude. “Nous pouvions difficilement espérer découvrir meilleure candidate pour orienter l'une des plus grandes quêtes scientifiques – la recherche de traces de vie au-delà de la Terre.”

 

« La naine rouge se trouve actuellement dans une phase évolutive particulièrement favorable – LHS 1140 est animée d'une rotation plus lente et émet un rayonnement moins énergétique que d'autres étoiles semblables de faible masse”, détaille Nicola Astudillo-Defru de l'Université de Genève, Suisse, par ailleurs membre de l'équipe [2].

 

La vie telle que nous la connaissons exige la présence d'eau liquide en surface ainsi que l'existence d'une atmosphère planétaire. Dans le cas présent, la planète arbore des dimensions suffisamment vastes pour qu'un océan de magma ait pu couvrir sa surface, des millions d'années durant.  Cet océan de lave en fusion a pu enrichir l'atmosphère en vapeur qui, après que l'étoile soit entrée dans son actuelle phase évolutive – calme,  se serait condensée en eau liquide à la surface de la planète.

 

La découverte s'est initialement opérée au moyen de l'instrument Mearth, qui a détecté le tout premier signal – cette chute de luminosité caractéristique du passage de l'exoplanète devant son étoile hôte. Puis, l'instrument HARPS de l'ESO, ce chercheur de planètes d'une grande précision au moyen de la méthode des vitesses radiales, a effectué les observations de suivi nécessaires pour confirmer l'existence de la super-Terre. HARPS a également contribué à déterminer la période orbitale ainsi que la masse et la densité de l'exoplanète [3].

 

Les astronomes ont estimé l'âge de la planète à quelque cinq milliards d'années. En outre, ils ont évalué son diamètre à 1,4 diamètre terrestre – soit près de 18 000 kilomètres. Sa masse étant quelque sept fois supérieure à celle de la Terre et sa densité beaucoup plus élevée, il s'ensuit que l'exoplanète est certainement constituée de roches et dotée d'un noyau de fer particulièrement dense.

 

Cette super-Terre pourrait être la meilleure cible de futures observations destinées à étudier et caractériser son atmosphère, si elle existe. Deux des membres européens de l'équipe, Xavier Delfosse et Xavier Bonfils, chercheurs du CNRS à l'IPAG de Grenoble, France, concluent ainsi : “Le système LHS 1140 pourrait s'avérer être une cible plus importante encore que Proxima b ou TRAPPIST-1 pour la caractérisation à venir de planètes situées au sein de la zone habitable. Ce fut une année exceptionnelle en ce qui concerne les découvertes exoplanétaires !” [4,5].

 

En particulier, les prochaines observations effectuées au moyen du Télescope Spatial Hubble du consortium NASA/ESA permettront de déterminer avec précision la quantité de rayonnement qui frappe la surface de LHS 1140b, et donc de contraindre les conditions de vie sur cette exoplanète.

 

A l'avenir – lorsque de nouveaux télescopes tel que le Télescope Géant de l'ESO entreront en service, nous pourrons certainement observer plus en détail les atmosphères exoplanétaires. A ce titre, LHS 1140b constitue une cible de choix.

 

Notes :

[1] La zone habitable se compose d'un ensemble d'orbites planétaires autour d'une étoile, garantes de températures compatibles avec l'existence d'eau liquide à la surface de la planète.

 

[2] La planète occupe actuellement la zone habitable, au sein de laquelle sont réunies les conditions de la vie telle que nous la connaissons. Toutefois, il est probable que la planète n'ait pénétré cette zone que quarante millions d'années après que la naine rouge se soit formée. Au cours de cette phase, l'exoplanète aurait été soumise à l'activité et au passé volatile de son étoile hôte. Une jeune naine rouge peut aisément éjecter l‘eau contenue au sein de l'atmosphère d'une planète en formation dans son environnement proche, générant ainsi un effet de serre semblable à celui se produisant sur Vénus.

 

[3] Cet effort a permis la détection d'autres événements transitoires par Mearth, et donc d'enterriner, une fois pour toutes, la détection de l'exoplanète.

 

[4] La planète qui entoure Proxima b (eso1629) se situe à bien plus grande proximité de la Terre. Toutefois, elle ne transite probablement pas devant son étoile, rendant ainsi plus difficile la détection de son éventuelle atmosphère.

 

[5] A la différence du système TRAPPIST-1 (eso1706), aucune aute exoplanète n'a été détectée autour de LHS 1140. Les systèmes multi-planétaires sont pourtant censés être légion autour des naines rouges. Il est possible que la petitesse de leur taille ait empêché la découverte d'autres exoplanètes autour de LHS 1140.

 

Plus d'informations :  

Ce travail de recherche a fait l'objet d'un article intitulé “A temperate rocky super-Earth transiting a nearby cool star”, par J. A. Dittmann et al. publié dans l'édition du 20 Avril 2017 de la revue Nature.

 

L'équipe est composée de Jason A. Dittmann (Centre d'Astrophysique d'Harvard Smithson, Etats-Unis), Jonathan M. Irwin (Centre d'Astrophysique d'Harvard Smithson, Etats-Unis), David Charbonneau (Centre d'Astrophysique d'Harvard Smithson, Etats-Unis), Xavier Bonfils (Institut de Planétologie et d'Astrophysique de Grenoble – Université Grenoble-Alpes/CNRS, France), Nicola Astudillo-Defru (Observatoire de Genève, Suisse), Raphaëlle D. Haywood (Centre d'Astrophysique d'Harvard Smithson, Etats-Unis), Zachory K. Berta-Thompson (Université du Colorado, Etats-Unis), Elisabeth R. Newton (MIT, Etats-Unis), Joseph E. Rodriguez (Centre d'Astrophysique d'Harvard Smithson, Etats-Unis), Jennifer G. Winters (Centre d'Astrophysique d'Harvard Smithson, Etats-Unis), Thiam-Guan Tan (Télescope de Suivi des Exoplanètes à Perth, Australie), José-Manuel Almenara (Institut de Planétologie et d'Astrophysique de Grenoble - Université Grenoble-Alpes/CNRS, France; Observatoire de Genève, Suisse), François Bouchy (Aix Marseille Université, France), Xavier Delfosse (Institut de Planétologie et d'Astrophysique de Grenoble – Université Grenoble-Alpes / CNRS, France), Thierry Forveille (Institut de Planétologie et d'Astrophysique de Grenoble – Université Grenoble-Alpes/CNRS, France), Christophe Lovis (Observatoire de Genève, Suisse), Felipe Murgas (Institut de Planétologie et d'Astrophysique de Grenoble – Université Grenoble-Alpes / CNRS, France; IAC, Espagne), Francesco Pepe (Observatoire de Genève, Suisse), Nuno C. Santos (Institut d'Astrophysique et des Sciences d'Espaço et Université de Porto, Portugal), Stephane Udry (Observatoire de Genève, Suisse), Anaël Wünsche (CNRS/IPAG, France), Gilbert A. Esquerdo (Centre d'Astrophysique d'Harvard Smithson, Etats-Unis), David W. Latham (Centre d'Astrophysique d'Harvard Smithson, Etats-Unis) et Courtney D. Dressing (Caltech, Etats-Unis).

 

L'ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 16 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Brésil, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages. VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est le plus grand télescope conçu exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est le partenaire européen d'ALMA, un télescope astronomique révolutionnaire. ALMA est le plus grand projet astronomique en cours de réalisation. L'ESO est actuellement en train de programmer la réalisation d'un télescope européen géant (E-ELT pour European Extremely Large Telescope) de la classe des 39 mètres qui observera dans le visible et le proche infrarouge. L'E-ELT sera « l'œil le plus grand au monde tourné vers le ciel.

 

Liens :  

- L'article dans Nature

- Photos de La Silla

- Plus informations sur HARPS

 

Source : ESO http://www.eso.org/public/france/news/eso1712/?lang

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


 

19 avril 2017 : visite surprise d'un gros astéroïde ! Le mercredi 19 avril 2017 à 14h23 en temps légal français, l'astéroïde baptisé "2014 JO25" va passer à 1,8 millions de km de la Terre. Les astronomes de l'Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides de l'Observatoire de Paris livrent les circonstances de ce passage.

 


13 Avril 2017

Hubble aperçoit la possible activité d'évacuation sur Europe

 

Illustration Credit: NASA, ESA, W. Sparks (STScI), and the USGS Astrogeology Science Center

 

Meilleure preuve jusqu'à présent de la réapparition de panaches de vapeur d'eau jaillissant de la lune de Jupiter

 

Lorsque Galileo a découvert la lune Europe de Jupiter en 1610, ainsi que trois autres satellites tourbillonnant autour de la planète géante, on aurait à peine imaginé que c'était un tel monde d'émerveillement.

 

Cette révélation ne s'est produite qu'en 1979, lorsque Voyager 1 et 2 de la NASA ont survolé Jupiter et ont constaté que l'intérieur d'Europe, encapsulée sous une croûte de glace, a été maintenu au chaud pendant des milliards d'années. La température plus chaude est due à des forces de marée gravitationnelles qui fléchissent l'intérieur de la lune - comme en pressant une balle en caoutchouc - en la réchauffant. À l'époque, un scientifique de la mission a même spéculé que les Voyager pourraient prendre un instantané des geysers sur Europe.

 

Une telle activité s'est révélée si difficile à faire que les astronomes ont dû attendre plus de trois décennies pour que l'œil de Hubble surveille la lune pour détecter les signes d'activité d'évacuation. Un panache nouvellement découvert vu 100 kilomètres au-dessus de la surface en 2016 se trouve exactement au même endroit qu'un panache similaire vu sur la lune deux ans plus tôt par Hubble. Ces observations renforcent la preuve que les panaches sont un phénomène réel, qui se répandent de façon intermittente dans la même région sur le satellite.

 

L'emplacement des panaches correspond à la position d'une tache exceptionnellement chaude sur la croûte glaciaire de la lune, mesurée à la fin des années 1990 par l'engin spatial Galileo de la NASA. Les chercheurs spéculent que cela pourrait constituer une preuve circonstancielle de l'évacuation des matériaux de la sous-surface de la lune. Le matériel pourrait être associé à l'océan global qui est censé être présent sous la croûte congelée. Les panaches offrent l'occasion d'échantillonner ce qui pourrait se trouver dans l'océan, à la recherche de la vie sur cette lune éloignée.

 

Science Credit: NASA, ESA, and W. Sparks (STScI);
Illustration Credit: NASA, ESA, W. Sparks (STScI), and the USGS Astrogeology Science Center

 

http://hubblesite.org/news_release/news/2017-17

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


08 Avril 2017

La comète « Tchouri » aurait mis plusieurs millions d'années à se former

 

Crédits : d'après Mousis et al. 2017

 

Le chauffage produit par la désintégration d'isotopes de l'aluminium et du fer potentiellement présents dans la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko aurait été trop important au début de la vie de la nébuleuse protosolaire pour expliquer la présence de matériaux à basse température. En effet, la présence du monoxyde de carbone, de l'azote ou de l'argon, mise en évidence dans 67P/Churyumov-Gerasimenko par la mission Rosetta, n'est possible que si la comète s'est formée après 2 à 8 millions d'années d'évolution de la nébuleuse afin que celle-ci refroidisse suffisamment et permette à la comète de se former, tout en gardant ses matériaux les plus volatils. L'autre possibilité est que la comète se serait formée lentement sur tout cet intervalle de temps, lui permettant aussi de préserver une grande partie des glaces qu'elle a acquise depuis la nébuleuse. C'est ce que vient de montrer une équipe internationale dirigée par des chercheurs du Laboratoire d'Astrophysique de Marseille (CNRS/Aix-Marseille Université). L'étude a été publiée le 6 avril 2017 dans The Astrophysical Journal Letters

 

Les conditions de formation des comètes demeurent encore méconnues. Ces objets se sont agglomérés soit à partir de blocs de constructions directement formés dans la nébuleuse protosolaire, soit d'après des débris provenant de la destruction de plus gros corps parents. Dans ces conditions, l'équipe a simulé l'influence du chauffage radiogénique sur la structure et la composition de corps glacés de tailles comprises entre celles des lobes de 67P/Churyumov-Gerasimenko (~2.6 km) et de la comète Hale-Bopp (~70 km), en utilisant les abondances canoniques de l'aluminium 26 et le fer 60, les deux nuclides dont la désintégration est considérée comme une source de chaleur importante pour les corps planétaires formés au tout début de l'histoire du système solaire. 

 

Les résultats de l'étude décrivent qu'il est à la fois impossible de former rapidement 67P/Churyumov-Gerasimenko, ou bien son corps parent, et de préserver les espèces volatiles observées dans la coma par la mission Rosetta. Les simulations attestent que si la croissance a été très rapide, la comète ou son corps parent ont dû se former entre 2,2 et 7,7 millions d'années après l'apparition de la nébuleuse protosolaire. Par contre, si la comète ou son corps parent se sont accrétés lentement, mais toujours sur le même intervalle de temps, alors ils ont pu préserver la majorité de leurs espèces volatiles.

 

Des délais plus courts de formation ou d'accrétion, compris entre 0,5 et 6,7 millions d'années après la formation de la nébuleuse, sont envisageables si l'on admet que l'intérieur profond de la comète ou de son corps parent ont été appauvris en espèces volatiles par le chauffage radiogénique, et que les couches externes sont restées riches en glaces. Cependant, si 67P/Churyumov-Gerasimenko s'est formée à partir de morceaux issus d'un tel corps parent, ceux ci constitueraient probablement un mélange homogène et il serait impossible de savoir si ces débris proviennent des couches internes ou externe de l'objet primitif.

 

La principale conclusion de ce travail est que la question de l'origine et des conditions de formation des blocs de construction de 67P/Churyumov-Gerasimenko demeure encore sans réponse. Une mission de retour d'échantillons vers une autre comète de la famille de Jupiter sera probablement nécessaire pour apporter de nouvelles réponses.

 

De haut en bas : évolution temporelle du profil de température dans un petit corps possédant une taille de 2,6 km et constitué d'un mélange de poussières réfractaires et de glaces cristallines, avec des retards de formation de 0, 1 et 2 millions d'années après l'apparition de la nébuleuse protosolaire. Les colonnes de gauche et de droite correspondent respectivement à des rapports de mélanges poussières/glaces valant 1 et 4 dans la comète. La courbe noire correspond à l'isotherme identifiant la frontière entre les régions de stabilité et d'instabilité des glaces les plus volatiles. A une époque donnée, la comète chauffe plus lorsqu'elle est enrichie en poussières réfractaires (colonne de droite). En outre, la température globale du noyau diminue lorsque l'accrétion est tardive. Crédits : d'après Mousis et al. 2017

 

Reférences :

 Impact of radiogenic heating on the formation conditions of comet 67P/Churyumov-GerasimenkoO. Mousis, A. Drouard, P. Vernazza, J. I. Lunine, M., Monnereau, R. Maggiolo, K. Altwegg, H. Balsiger, J.-J. Berthelier, G. Cessateur, J. De Keyser, S. A. Fuselier, S. Gasc, A. Korth, T. Le Deun, U. Mall, B. Marty, H. Rème, M. Rubin, C.-Y. Tzou, J. H. Waite, and P. Wurz, The Astrophysical Journal Letters, 839:L4 (8 pp), 6 avril 2017

 

https://arxiv.org/pdf/1703.04227.pdf

 

Source : Actualités du CNRS-INSU http://www.insu.cnrs.fr/node/6425

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


07 Avril 2017

ALMA capture de dramatiques feux d'artifice stellaires

 

Crédit : ALMA (ESO/NAOJ/NRAO), J. Bally/H. Drass et al.

 

Les explosions d'étoiles sont le plus souvent assimilées à des supernovae, ou phases finales et particulièrement spectaculaires d'évolution stellaire. De nouvelles observations d'ALMA offrent cette fois un aperçu des processus explosifs se produisant à l'autre extrémité du cycle de vie des étoiles – au moment de leur naissance en l'occurrence. Les astronomes ont acquis ces dramatiques clichés en sondant les vestiges de la formation d'un groupe d'étoiles massives, démontrant par là-même la violence ainsi que l'extrême instabilité de ce processus.

 

ALMA observe une explosion stellaire au sein d'Orion - Crédit : ALMA (ESO/NAOJ/NRAO), J. Bally/H. Drass et al.

 

A  quelque 1350 années lumière de la Terre, au sein même de la constellation d'Orion (Le Chasseur), siège un centre de formation stellaire particulièrement dense et actif : le Nuage Moléculaire d'Orion 1 (OMC-1), qui fait partie intégrante du même complexe que la célèbre Nébuleuse d'Orion. Les étoiles naissent de l'effondrement gravitationnel d'un nuage de gaz des centaines de fois plus massif que notre Soleil. Dans les régions les plus denses, les protoétoiles s'enflamment puis dérivent aveuglément. Au fil du temps, certaines étoiles migrent en direction d'un même centre de gravité – bien souvent une protoétoile particulièrement massive. Si leurs trajectoires se croisent avant qu'elles ne s'échappent de leur cocon stellaire, de violentes interactions peuvent survenir.

 

Quelque 100 000 ans avant notre ère, plusieurs protoétoiles sont nées dans les profondeurs d'OMC-1. Sous l'effet de la gravité, elles se sont progressivement rapprochées les unes des autres, à des vitesses toujours plus élevées. Voici 500 ans, deux d'entre elles se sont finalement heurtées. Les astronomes ne peuvent se prononcer en faveur d'un processus d'accrétion ou d'une collision frontale. Quoiqu'il en soit, cet événement a généré une puissance éruption qui a propulsé d'autres protoétoiles situées à proximité et expulsé de colossaux jets de gaz et de poussière dans l'espace interstellaire à plus de 150 kilomètres par seconde. Cette interaction cataclysmique a libéré autant d'énergie que notre Soleil en émet durant 10 millions d'années.

 

500 ans plus tard, une équipe d'astronomes emmenée par John Bally (Université du Colorado, Etats-Unis), a utilisé le Vaste Réseau (Sub-)Millimétrique de l'Atacama (ALMA) pour sonder le coeur de ce nuage. Ils y ont découvert les débris éjectés lors de la naissance explosive de cet amas d'étoiles massives, semblables aux vestiges de feux d'artifice cosmiques constitués d'énormes jets de matière omnidirectionnels.

 

Ce type d'explosions est censé être de courte durée – à titre d'exemples, les vestiges observés par ALMA demeureront quelques siècles seulement. Bien qu'éphémères, ces explosions protostellaires sont peut-être relativement fréquentes. En détruisant leur nuage parent, ces événements peuvent contribuer à réguler le taux de formation stellaire au sein de ces immenses nuages moléculaires.

 

La nature explosive des débris qui parsèment OMC-1 fut pour la première fois suspectée en 2009, après que des observations aient été effectuées au moyen du Réseau Submillimétrique d'Hawaï. Bally et son équipe ont également observé cet objet dans le proche infrarouge grâce au télescope Gemini South implanté au Chili. Sur ces clichés figure la remarquable structure des jets de matière, qui s'étendent sur près d'une année lumière.

 

Toutefois, les nouvelles images acquises par ALMA témoignent de cette nature explosive en haute résolution, révélant de précieuses informations relatives à la distribution ainsi qu'au déplacement, à vitesse soutenue, du gaz de monoxyde de carbone (CO) à l'intérieur des jets. Ces données permettront aux astronomes de mieux comprendre l'origine de la puissance de l'explosion, ainsi que l'impact de tels événements sur la formation stellaire au sein de la galaxie.

 

Plus d'informations :  

L'ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 15 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Brésil, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages. VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est le plus grand télescope conçu exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est le partenaire européen d'ALMA, un télescope astronomique révolutionnaire. ALMA est le plus grand projet astronomique en cours de réalisation. L'ESO est actuellement en train de programmer la réalisation d'un télescope européen géant (E-ELT pour European Extremely Large Telescope) de la classe des 39 mètres qui observera dans le visible et le proche infrarouge. L'E-ELT sera « l'œil le plus grand au monde tourné vers le ciel.

 

Liens :  

- L'Article paru dans Nature

- Photos du the VLT

 

Source : ESO http://www.eso.org/public/france/news/eso1711/?lang

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


06 Avril 2017

Hubble prend le portrait en gros plan de Jupiter

 

Crédit : NASA, ESA, and A. Simon (GSFC)

 

La majestueuse planète géante est un tourbillon de nuages colorés

 

Nommée d'après le roi romain des dieux, l'immense planète Jupiter est sans aucun doute le roi du Système solaire. Contenant plus de masse que toutes les autres planètes combinées, l'immense champ gravitationnel de Jupiter dévie les comètes capricieuses qui, autrement, pourraient heurter la Terre, causant des ravages.

 

Cette photo éblouissante du télescope spatial Hubble de Jupiter a été prise quand elle était relativement proche de la Terre, à une distance de 668 millions de kilomètres. Hubble révèle la beauté complexe et détaillée des nuages de Jupiter comme disposés en bandes de différentes latitudes, connues sous le nom de régions tropicales. Ces bandes sont produites par l'air circulant dans différentes directions à différentes latitudes. Les secteurs de couleur plus claire, appelées zones, sont à haute pression où l'atmosphère s'élève. Les régions de basse pression plus sombres où l'air tombe sont appelées ceintures. La marque de la planète, la Grande Tache Rouge, est une tempête de longue durée d'à peu près le diamètre de la Terre. Des orages beaucoup plus petits apparaissent comme des ovales blanches ou brunes. Ces orages peuvent durer seulement quelques heures ou se prolonger pendant des siècles.

 

Crédit : NASA, ESA, and A. Simon (GSFC)

 

http://hubblesite.org/news_release/news/2017-15

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


06 Avril 2017

Triplet de cratères

 

Copyright ESA/DLR/FU Berlin, CC BY-SA 3.0 IGO

 

Au premier coup d'œil, cette scène peut sembler peu extraordinaire, mais le grand cratère allongé marque l'empreinte d'un corps impactant qui pourrait avoir été divisé en trois avant d'atteindre Mars.

 

Triple cratère dans Terra Sirenum - Copyright ESA/DLR/FU Berlin, CC BY-SA 3.0 IGO

 

Les images ont été acquises par Mars Express de l'ESA le 28 Janvier et se concentrent sur l'une des régions les plus anciennes de Mars, Terra Sirenum, dans les hauts plateaux du sud.

 

Terra Sirenum dans son contexte - Copyright NASA MGS MOLA Science Team

 

La fosse allongée au centre de la scène a une longueur de 45 km et une distance de 24 km. L'inspection du contour suggère que deux cratères de taille similaire et un plus petit ont fusionné pour créer la forme similaire à une trace de pas.

 

Deux groupes de matériaux surélevés peuvent être vus dans le plancher du cratère. Ces pics sont créés lorsque la cavité de cratère initiale produite par l'impact s'effondre sous la gravité. Le plus petit cratère a également un soupçon de pic central.

 

On pense que les cratères comme ceux-ci se sont formés en même temps, mais il y a un certain nombre d'idées sur la façon dont cela s'est produit. Par exemple, un objet aurait pu se briser en petits morceaux après son entrée dans l'atmosphère, en frappant rapidement la surface au même endroit.

 

Alternativement, il peut s'être brisé en deux ou trois gros morceaux lors du premier contact avec la surface, le mouvement vers l'avant des nouveaux fragments conduisant au deuxième et au troisième cratère.

 

Une autre idée est que plusieurs composants étroitement liés - comme un astéroïde double ou triple - pourraient aussi entraîner de tels cratères.

 

Topographie d'un triple cratère - Copyright ESA/DLR/FU Berlin, CC BY-SA 3.0 IGO

 

Dans tous les cas, le fait que les couches de débris projetés par l'événement semblent être continues et à une épaisseur uniforme autour du cratère semble plus indiquer que les impacts ont eu lieu en même temps.

 

En outre, le matériau éjecté est réparti de manière inégale autour de la cavité, de sorte qu'il existe deux lobes dominants de matière sur les côtés opposés, créant un motif d'éjection dit de "papillon".

 

Vue en perspective à travers un triple cratère - Copyright ESA/DLR/FU Berlin, CC BY-SA 3.0 IGO

 

Cette formation donne à penser que la surface a été frappée à un angle faible, avec le mouvement de l'objet du haut à droite vers le bas gauche menant à plus d'éjection en aval.

 

Le matériau éjecté s'est également déversé dans les cratères voisins, notamment ceux situés à l'extrême droite et en bas à droite de l'image principale.

 

Le cratère circulaire directement au-dessus du cratère allongé dans la vue principale est un type différent de cratère triple. Les deux petits cratères - l'un sur le bord et l'autre au sol - se sont formés à différents moments, déterminés par les lois de la superposition. Leurs bords sont bien définis, montrant que le plus grand cratère a eu le temps de se former avant de former les plus petits.

 

La forme déformée du bord du cratère le plus interne peut être liée à la formation du cratère allongé.

 

Vue anaglyphique de Terra Sirenum - Copyright ESA/DLR/FU Berlin, CC BY-SA 3.0 IGO

 

De nombreux autres exemples de cratères se chevauchant peuvent être trouvés dans cette scène, témoignant de la vieillesse de la région.

 

Ainsi que les connaissances sur l'histoire des cratères, les analyses par Mars Express et Mars Reconnaissance Orbiter de la NASA ont détecté des signatures de minéraux d'argile dans des matériaux stratifiés observés à l'intérieur des cratères et sur les plaines entre eux, ce qui suggère la présence d'eau ici il y a plus de 3,7 milliards d'années.

 

http://www.esa.int/Our_Activities/Space_Science/Mars_Express/Remnants_of_a_mega-flood_on_Mars

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


 

On a retrouvé les pôles magnétiques d'Uranus : La détection sur Uranus de nouvelles aurores polaires, dont les plus intenses jamais observées, apporte de nouvelles informations sur l'environnement magnétique atypique et mal connu de la septième planète du Système solaire. Des images rares obtenues par une équipe internationale sous la conduite d'un astronome de l'Observatoire de Paris au Laboratoire d'études spatiales et d'instrumentation en astrophysique (Observatoire de Paris / PSL / CNRS / université Pierre et Marie Curie / université Paris Diderot) paraissent le 3 avril 2017 dans la revue Journal of Geophysical Research.

Télécharger le communiqué de presse ou consultez la nouvelle sur le site de l'Observatoire de Paris https://www.obspm.fr/on-a-retrouve-les-poles.html

 


04 Avril 2017

Comètes C/2017 D5 (PANSTARRS), C/2017 E5 (Lemmon), C/2017 F1 (Lemmon)

 

Nouvelles du Ciel

 

C/2017 D5 (PANSTARRS)

Une nouvelle comète a été découverte sur les images CCD obtenues le 23 Février 2017 par les membres de l'équipe de recherche Pan-STARRS (Panoramic Survey Telescope & Rapid Response System) avec le télescope Ritchey-Chretien de 1.8m de Haleakala, Hawaii. La nature cométaire de l'objet a été confirmée par de nombreux observateurs après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center. Des observations antérieures à la découverte, obtenues le 10 Février 2017 par Pan-STARRS 1, ont été identifiées.

 

Les éléments orbitaux elliptiques de la comète C/2017 D5 (PANSTARRS) indiquent un passage au périhélie le 08 Janvier 2017 à une distance d'environ 2,1 UA du Soleil, pour cette comète à très longue période (~1200 ans).

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K17/K17G04.html (MPEC 2017-G04)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2017%20D5;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


C/2017 E5 (Lemmon)

Une nouvelle comète a été découverte sur les images CCD obtenues le 04 Mars 2017 dans le cadre du Mt. Lemmon Survey. La comète a également été identifiée sur des observations antérieures à la découverte, obtenues le  09 Février 2017 par Pan-STARRS 1. La nature cométaire de l'objet a été confirmée par de nombreux observateurs après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center.

 

Les éléments orbitaux ellitiques de la comète C/2017 E5 (Lemmon) indiquent un passage au périhélie le 10 Juin 2016 à une distance d'environ 1,7 UA du Soleil pour cette comète à très longue période (~ 8600 ans).

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K17/K17G05.html (MPEC 2017-G05)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2017%20E5;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


C/2017 F1 (Lemmon)

Une nouvelle comète a été découverte sur les images CCD obtenues le 20 Mars 2017 dans le cadre du Mt. Lemmon Survey. Après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center, de nombreux observateurs ont confirmé la nature cométaire de l'objet.

 

Les éléments orbitaux paraboliques préliminaires de la comète C/2017 F1 (Lemmon) indiquent un passage au périhélie le 26 Novembre 2017 à une distance d'environ 4,5 UA du Soleil.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K17/K17G06.html (MPEC 2017-G06)

 

Les observations supplémentaires indiquent un passage au périhélie le 08 Décembre 2017 à une distance d'environ 4,4 UA du Soleil.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K17/K17L52.html (MPEC 2017-L52)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2017%20F1;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


  

Date des PASSAGES au PERIHELIE des COMETES Date, Périodes de révolution, Distance au Soleil 

COMETES - Magnitudes prévues pour les prochains mois

Liste des comètes potentiellement observables - éléments orbitaux

 

Lost - Les Disparues... ou les comètes périodiques non revues.

 

Les différentes familles de comètes

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


 

Si vous appréciez PGJ et si vous souhaitez voir votre site préféré continuer d'évoluer et de se développer, n'hésitez pas à m'apporter votre soutien sous forme de donation.

Merci d'avance à tous les éventuels généreux donateurs. 


 

Dans la majorité des cas, la "Nouvelle" est un texte composé à partir d'une ou plusieurs sources ou une traduction "libre" du texte d'origine. Chaque "Nouvelle" est accompagnée de la provenance exacte des informations au moyen d'un ou de plusieurs liens conduisant vers les pages servant de support à l'élaboration de la "Nouvelle". Ces liens peuvent vous être utiles pour approfondir le sujet.

 

Ceux-ci sont identifiés selon le code suivant :

Sources ou Documentations non francophones

Sources ou Documentations en langue française

 

Les liens proposés vers d'autres sites sont communiqués à titre indicatif et ne sauraient engager la responsabilité de PGJ, tant en ce qui concerne les contenus que les conditions d'accès.

 

Les articles de la rubrique "Nouvelles du Ciel" peuvent être librement reproduits à condition d'indiquer sur votre page :

Source : PGJ - "Nouvelles du Ciel" avec un lien vers la "Nouvelle" concernée ou vers la page d'accueil de PGJ

 

Toutefois, un petit nombre d'articles proviennent de sources extérieures. Dans ce cas, le lien figurant au bas de l'article conduisant vers la page d'origine est précédé de la mention "Source :" indiquant le réel auteur de l'information.

exemple : Source : http://...........

 

De même, les photos illustrant ces articles sont accompagnées des mentions de "Crédit" ou de "Copyright" correspondantes.

 

L'utilisation de ces photos est soumise à certaines règles, propres à chaque auteur, mais que l'on peut résumer ainsi :

- utilisation non-commerciale

- respect des mentions de "Crédit" ou de "Copyright".

 

Il vous appartient toutefois de vérifier auprès des auteurs si celles-ci peuvent être reproduites librement ainsi que les conditions spéciales d'utilisation.

 

Retour à l'accueil

Contact : Gilbert Javaux