Nouvelles du Ciel de Février 2018

 

 

 

Les Titres

 

L'amélioration de l'étalon Hubble donne de nouvelles preuves pour la nouvelle physique dans l'Univers [22/02/2018]

Comètes C/2018 A6 (Gibbs), C/2018 B1 (Lemmon), P/2018 C1 (Lemmon-Read) [21/02/2018]

Hubble voit la mystérieuse tempête de Neptune qui rétrécit [15/02/2018]

Le cannibalisme galactique généralisé du Quintette de Stephan scruté par le CFHT [06/02/2018]

De l'eau probablement en abondance sur les planètes du système TRAPPIST-1 [06/02/2018]

Hubble sonde les atmosphères d'exoplanètes dans la zone habitable TRAPPIST-1 [05/02/2018]

De l'ombre à la lumière [31/01/2018]

 

 

Les Titres des "Nouvelles du Ciel" disponibles en Version Javascript ou Version XML

 

En savoir plus pour afficher les Titres des "Nouvelles du Ciel" de PGJ sur votre Site Web ou sur le Bureau de votre Ordinateur

 

LE GUIDE DU CIEL 2017-2018 de Guillaume CANNAT

 

23e édition

 

Tout ce qu'il faut savoir pour observer le ciel entre le 1er juin 2017 et le 30 juin 2018

 

Une mise à jour intégrale avec des pages de synthèse et une série de gros plans sur les plus importants phénomènes astronomiques des mois couverts par cette édition, les planètes et une sélection d'objets du ciel profond.

 

Et toujours autant de rendez-vous quotidiens pour suivre le ciel heure par heure...

 

- Parution : mai 2017
- Couverture souple pelliculée avec rabats, cahiers cousus et collés
- 17 x 24 cm, 352 pages
- Plus de 500 schémas, cartes célestes et photographies
- Imprimé intégralement en couleurs
- 23e édition
- ISBN-13 : 979-10-90238-20-6

 

LE GUIDE DU CIEL 2017-2018
l'ouvrage le plus complet pour vivre votre passion des astres au quotidien !

 

... à découvrir sur le site d'amds !

 

LE CIEL A L'OEIL NU EN 2017 de Guillaume CANNAT

 

Vous pouvez d'ores et déjà commander la nouvelle édition en cliquant ici...

 

Voici la nouvelle édition du Ciel à l'œil nu, l'ouvrage qu'il vous faut pour découvrir le ciel sans instrument (ou parfois avec de simples jumelles).

 

Le texte de cette quinzième édition est superbement illustré de photographies réalisées par l'auteur et par les meilleurs astrophotographes de la planète ; il passe en revue, de janvier à décembre, les plus beaux phénomènes astronomiques accessibles à tous et les agrémente de nouveaux encadrés pratiques, historiques, mythologiques et encyclopédiques. 

Le Ciel à l'œil nu est richement illustré par des dizaines de photographies astronomiques inédites et par des cartes très réalistes pour découvrir aisément les étoiles des quatre saisons. 

Si ce livre vous incite à lever les yeux plus souvent vers la voûte céleste, à contempler plus régulièrement la Lune et les planètes, les constellations et leurs étoiles, il aura atteint son but.

 

- 144 pages
- Près de 180 cartes, schémas, gravures et photographies en couleur
- Prix public TTC : 19,90 euros
- ISBN : 978-2-09-278835-6

 

La collection « Le Ciel à l'oeil nu » a reçu le prix spécial du jury du Festival d'Astronomie de Haute-Maurienne-Vanoise

 

Le Ciel à l'oeil nu en 2017 est diffusé par Nathan/Interforum

 

... Réservez dès maintenant votre exemplaire sur amds-edition.com !

 

 

 

Archives des Nouvelles du Ciel

Vous cherchez un ancien article ? Les Titres des Nouvelles du Ciel classés par Catégories

 

 

 

 


Sources ou Documentations non francophones

Sources ou Documentations en langue française

 

 

 

Si vous appréciez PGJ et si vous souhaitez voir votre site préféré continuer d'évoluer et de se développer, n'hésitez pas à m'apporter votre soutien sous forme de donation.

Merci d'avance à tous les éventuels généreux donateurs.

 

 

 

 

 

 

Un astronome amateur capture la naissance d'une supernova : Une observation sans précédent d'une supernova, explosion d'une étoile massive, a pu être capturée à ses tout débuts par un astronome amateur, au moment exact où la supernova est devenue visible dans le ciel. Ces données et des observations complémentaires obtenues par une batterie de télescopes ont permis à une équipe de chercheurs de plusieurs instituts du CONICET, en Argentine, et de l'université Paris Diderot, du CNRS et du CEA, en France, de tester, pour la première fois, les prédictions théoriques sur l'évolution initiale de telles explosions stellaires. Ces résultats sont publiés dans la revue Nature le 22 février 2018. Télécharger le communiqué de presse

Note : CONICET est l'agence nationale scientifique d'Argentine (Consejo Nacional de Investigaciones Científicas y Técnicas / Conseil National de Recherches Scientifiques et Techniques

Références : A surge of light at the birth of a supernova, Nature, le 22 février 2018. DOI : 10.1038

 


22 Février 2018

L'amélioration de l'étalon Hubble donne de nouvelles preuves pour la nouvelle physique dans l'Univers

 

Illustration: NASA, ESA, A. Feild (STScI), and A Riess (STScI/JHU)

 

La nouvelle étude est la mesure la plus précise du taux d'expansion de l'Univers

 

Les bonnes nouvelles: les astronomes ont fait la mesure la plus précise à ce jour de la vitesse à laquelle l'univers est en expansion depuis le Big Bang. Les nouvelles éventuellement troublantes: cela peut signifier qu'il y a quelque chose d'inconnu dans la composition de l'Univers. Les nouveaux nombres restent en contradiction avec les mesures indépendantes de l'expansion de l'Univers primitif. Est-ce que quelque chose d'imprévu se produit dans les profondeurs de l'espace ?

 

Les astronomes ont fait un long chemin depuis le début des années 1900 alors qu'ils n'avaient pas la moindre idée que nous vivions dans un Univers en expansion. Avant que cela puisse être réalisé, les astronomes avaient besoin d'un bâton de mesure céleste précis pour calculer les distances aux objets lointains. À cette époque, des taches de lumière floues que nous connaissons maintenant comme des galaxies ont été considérées par de nombreux astronomes comme des objets à l'intérieur de notre Voie lactée. Mais, en 1913, l'astronome Henrietta Leavitt de Harvard a découvert des étoiles pulsantes uniques qui maintiennent une luminosité constante, peu importe où elles résident. Appelées variables Céphéides, ces étoiles devinrent des échelles fiables pour les astronomes pour mesurer les distances cosmiques de la Terre.

 

Quelques années plus tard, s'appuyant sur le travail de pionnier de Leavitt, l'astronome Edwin Hubble a trouvé une étoile variable Céphéide dans la nébuleuse d'Andromède. En mesurant la distance énorme de l'étoile, Hubble a prouvé que la nébuleuse était vraiment une galaxie entière — une île séparée de milliards d'étoiles loin de notre Voie lactée.

 

Il a continué à trouver beaucoup plus de galaxies à travers l'espace. Lorsqu'il a utilisé des variables Céphéides pour mesurer les distances des galaxies, il a constaté que plus une galaxie est éloignée, plus vite elle semble s'éloigner de nous. Cela l'a conduit à la découverte monumentale que notre Univers est uniformément en expansion dans toutes les directions. Et, même l'âge de l'Univers, qu'aujourd'hui nous connaissons est de 13,8 milliards ans, pourrait être calculé à partir du taux d'expansion.

 

Leavitt n'aurait pas imaginé que son travail sur les variables céphéides deviendrait le premier échelon solide d'une échelle de distance cosmique de techniques interconnectées qui permettrait des mesures à travers des milliards d'années-lumière.

 

Les derniers résultats du télescope Hubble qui solidifient l'échelle cosmique confirment une divergence lancinante montrant que l'Univers se développe plus vite maintenant que ce qu'on attendait de sa trajectoire vue peu après le Big Bang. Les chercheurs suggèrent qu'il peut y avoir une nouvelle physique en oeuvre pour expliquer l'incohérence. Une idée est que l'Univers contient une nouvelle particule subatomique à grande vitesse. Une autre possibilité est que l'énergie sombre, déjà connue pour accélérer le cosmos, peut éloigner les galaxies les unes des autres avec une force encore plus grande ou croissante.

 

L'étude de Hubble étend le nombre d'étoiles Céphéides analysées à des distances allant jusqu'à 10 fois plus loin dans notre galaxie que les résultats précédents de Hubble. Les nouvelles mesures aident à réduire le risque que l'écart dans les valeurs soit une coïncidence à 1 sur 5 000.

 

Illustration: NASA, ESA, A. Feild (STScI), and A Riess (STScI/JHU)

Science: NASA, ESA, and A. Riess (STScI/JHU)

 

http://hubblesite.org/news_release/news/2018-12

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


21 Février 2018

Comètes C/2018 A6 (Gibbs), C/2018 B1 (Lemmon), P/2018 C1 (Lemmon-Read)

 

Nouvelles du Ciel

 

C/2018 A6 (Gibbs)

Alex R. Gibbs a découvert une nouvelle comète sur les images CCD obtenues le 15 Janvier 2018 dans le cadre du Mt. Lemmon Survey. Après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center, de nombreux astrométristes ont confirmé la nature cométaire de l'objet.

 

Les éléments orbitaux paraboliques préliminaires de la comète C/2018 A6 (Gibbs) indiquent un passage au périhélie le 24 Mai 2019 à une distance d'environ 2,8 UA du Soleil.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K18/K18BA0.html (MPEC 2018-B100)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2018%20A6;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 

Avec la découverte de cette nouvelle comète, Alex R. Gibbs compte désormais 31 comètes à son actif (30 comètes découvertes en tant qu'unique découvreur et 1 découverte partagée).

Les Grands Chasseurs de Comètes 

 


C/2018 B1 (Lemmon)

Une nouvelle comète a été découverte sur les images CCD obtenues le 25 Janvier 2018 avec le télescope de 1.5-m dans le cadre du Mt. Lemmon Survey. La nature cométaire de l'objet a été confirmée par de nombreux astrométristes après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center. Des images antérieures à la découverte, obtenues les 16 et 28 Janvier 2017 par les membres de l'équipe de recherche de Pan-STARRS (Panoramic Survey Telescope & Rapid Response System), ont également été identifiées.

 

Les éléments orbitaux hyperboliques de la comète C/2018 B1 (Lemmon) indiquent un passage au périhélie le 30 Mars 2018 à une distance d'environ 5,1 UA du Soleil.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K18/K18C27.html (MPEC 2018-C27)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2018%20B1;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


P/2018 C1 (Lemmon-Read)

Un objet montrant des caractéristiques cométaires a été découvert par Mike T. Read sur les images obtenues le 09 Février 2018 avec le télescope Spacewatch de 0.9-m f/3 de Kitt Peak. Il a également été découvert comme un objet ayant l'apparence d'un astéroïde et possible néo dans les images du 04 Février 2018 obtenues avec le télescope de 1.5-m du Mt. Lemmon Survey. Après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center, la nature cométaire a été confirmée et des images antérieures à la découverte prises le 16 Janvier 2018 par Pan-STARRS 1, Haleakala ont été trouvées.

 

Les éléments orbitaux elliptiques de la comète P/2018 C1 (Lemmon-Read) indiquent un passage au périhélie le 25 Février 2018 à une distance d'environ 2,6 UA du Soleil, et une période d'environ 13,1 ans pour cette comète de la famille de Jupiter.

https://minorplanetcenter.net/mpec/K18/K18C77.html (MPEC 2018-C77)

https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=P%2F2018%20C1;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


  

Date des PASSAGES au PERIHELIE des COMETES Date, Périodes de révolution, Distance au Soleil 

COMETES - Magnitudes prévues pour les prochains mois

Liste des comètes potentiellement observables - éléments orbitaux

 

Lost - Les Disparues... ou les comètes périodiques non revues.

 

Les différentes familles de comètes

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


 

La formation de la galaxie d'Andromède enfin élucidée : La galaxie spirale Andromède s'est structurée il y a moins de 3 milliards d'années, à la suite d'une collision majeure survenue entre deux galaxies. C'est la conclusion rapportée par une étude adossée à des moyens de calculs informatiques sans précédent et dirigée par un astronome de l'Observatoire de Paris - PSL, au département Galaxies, Etoiles, Physique et Instrumentation - GEPI (Observatoire de Paris - PSL / CNRS / Université Paris Diderot). Celle-ci paraît en ligne dans la revue Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, en date du 14 février 2018. Télécharger le communiqué
Références : Ce travail de recherche a fait l'objet d'un article intitulé “A 2-3 billion year old major merger paradigm for the Andromeda galaxy and its outskirts”, par F. Hammer et al., à paraître le 14 février 2018 dans la revue Monthly Notices of the Royal Astronomical Society (arXiv: 1801.04279). Consulter le site web

 


15 Février 2018

Hubble voit la mystérieuse tempête de Neptune qui rétrécit

 

Crédit : NASA, ESA, and M.H. Wong and A.I. Hsu (UC Berkeley)

 

Les tempêtes sur Neptune jouent à faire coucou avec les astronomes planétaires

 

A 4,8 milliards de kilomètres sur la plus lointaine planète connue de notre Système solaire, une inquiétante tempête sombre et puante rétrécit comme le montrent les images de Neptune prises par le télescope spatial Hubble. D'immenses tempêtes sombres sur Neptune ont été découvertes à la fin des années 1980 par le vaisseau spatial Voyager 2. Depuis lors, seul Hubble a suivi ces caractéristiques insaisissables qui jouent un jeu de coucou au fil des ans. Hubble a trouvé deux tempêtes sombres qui sont apparues au milieu des années 1990 puis ont disparu. Cette dernière tempête a été vue pour la première fois en 2015, mais elle est en train de disparaître. Le matériau de la tache sombre peut être du sulfure d'hydrogène, avec la forte odeur d'œufs pourris.

 

Crédit : NASA, ESA, and M.H. Wong and A.I. Hsu (UC Berkeley)

 

http://hubblesite.org/news_release/news/2018-08

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


06 Février 2018

Le cannibalisme galactique généralisé du Quintette de Stephan scruté par le CFHT

 

Crédit: NASA/JPL-Caltech

 

Une image multi-couleur extrêmement profonde du Télescope Canada-France-Hawaii (CFHT) apporte une nouvelle lumière sur la manière dont s'est formé ce célèbre groupe de 5 galaxies en cours de collision. Elle révèle des structures qui avaient jusqu'à présent échappé aux observateurs, en particulier la présence d'un halo rouge très étendu, constitué de vieilles étoiles, et centré sur une galaxie elliptique, NGC 7317, dont le rôle dans la dynamique de la collision avait été totalement ignoré dans les études précédentes. Ces résultats viennent d'être publiés dans la revue Monthly notices of the Royal Astronomical Society par une équipe de l'Observatoire astronomique de Strasbourg, du département d'astrophysique du CEA et de l'Observatoire de Lund (Suède).

 

L'image complète grand champ, capturée par la caméra MegaCam de 380 Mpx, et centrée sur la galaxie spirale proche NGC 7331, était initialement destinée à illustrer l'édition 2018 du calendrier du CFHT. Elle présente un grand nombre de structures galactiques et extragalactiques, certaines étendues et de très faibles brillances de surface, dont des filaments de poussières d'avant-plan (des cirrus de la Voie Lactée). L'attention des chercheurs s'est toutefois focalisée sur une concentration compacte de galaxies, présente dans ce champ mais bien plus distante à l'arrière plan de NGC 7331: il s'agit du fameux Quintette de Stephan, du nom de l'astronome français Édouard Stephan qui l'a observé pour la première fois.

 

Ce groupe compact de 5 galaxies spirales et elliptiques (en excluant une spirale, en apparence liée au système, mais bien située à l'avant plan, à la même distance que la galaxie massive NGC 7331), qui a été immortalisé par le télescope spatial Hubble avec une image devenue iconique, sert de prototype aux astrophysiciens pour étudier l'évolution collective des galaxies, soumises à toutes sortes de processus: interactions et collisions lentes, formant de multiples queues dites de marée, choc galactique à grande vitesse, balayage du gaz, flambée de formation stellaire et d'amas intergalactique.

 

A terme ce phénomène de cannibalisme galactique généralisé devrait aboutir à la formation d'une galaxie elliptique géante. A cause de ces spécificités, le Quintette de Stephan a été l'objet d'un grand nombre d'études basées sur les observations multi-longueur d'onde mais aussi sur les simulations numériques. La détection par le CFHT d'un halo rouge formé de vieilles étoiles et centré sur une galaxie qu'on pensait inerte ou récemment arrivée, la galaxie elliptique NGC 7317, implique que au contraire cette dernière interagit depuis très longtemps avec les autres membres du groupe. Le Quintette de Stephan serait donc bien plus âgé qu'on ne l'imaginait. Les modèles de formation et d'évolution de ce système emblématique devront donc être révisés.

 

Ce travail illustre le regain d'intérêt que connaît actuellement l'imagerie profonde optique tournée vers les galaxies proches. Plusieurs programmes d'observation, dont plusieurs réalisés au CFHT qui est particulièrement bien adapté pour ces études, s'attachent à reconstruire l'histoire passée des galaxies grâce à la détection dans leur environnement de structures faibles et étendues, une technique connue sous le nom d'archéologie galactique.

 

Chaque année le CFHT produit en collaboration avec l'éditeur italien Coelum un calendrier "Hawaiian Starlight" sur la base de belles images du ciel capturées par MegaCam. Ces images résultent d'observations dédiées obtenues grâce à du temps discrétionnaire du directeur lorsque les conditions atmosphériques, en particulier la stabilité de l'atmosphère sur le site d'observation du Maunakea, ne se prêtent pas aux observations scientifiques. Certaines de ces images peuvent parfois se révéler être d'un grand intérêt scientifique comme c'est le cas ici pour le Quintette de Stephan.

 

Champ complet de l´image CFHT-MegaCam dans les longueur d'ondes optique (un fort contrast et saturation révèle la nature des divers composants). Image: CFHT/Coelum, Jean-Charles Cuillandre (CFHT/CEA Saclay/Obs. de Paris) & Giovanni Anselmi (Coelum).

 

Référencve :

https://academic.oup.com/mnrasl/article-abstract/475/1/L40/4794952?redirectedFrom=fulltext

 

Source : Actualités du CNRS-INSU http://www.insu.cnrs.fr/node/8379

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


06 Février 2018

De l'eau probablement en abondance sur les planètes du système TRAPPIST-1

 

Crédit : ESO/M. Kornmesser

 

Premier aperçu de la composition d'exoplanètes de type Terre

 

Une nouvelle étude révèle que les sept planètes en orbite autour de la naine ultra-froide et proche TRAPPIST-1 sont principalement composées de roches, et que certaines d'entre elles pourraient potentiellement contenir de l'eau en quantités supérieures à la Terre. Les densités des planètes, désormais plus précisément connues, laissent à penser que certaines de ces planètes pourraient être composées d'eau à hauteur de 5 pour cent de leur masse – à comparer aux océans terrestres qui ne constituent que 0.02% de la masse de la Terre. Les planètes les plus chaudes situées à plus grande proximité de leur étoile hôte sont susceptibles d'être environnées d'atmosphères de vapeur de densité élevée. Les plus distantes d'entre elles sont probablement recouvertes de glace. En termes de taille, de densité et de quantité d'ensoleillement, la quatrième planète apparaît comme la plus semblable à la Terre. Elle est certainement la plus rocheuse des sept planètes et a une température compatible avec de l'eau liquide à sa surface.

 

Artist's impressions of the TRAPPIST-1 planetary system - Crédit : ESO/M. Kornmesser

 

Des planètes en orbite autour de l'étoile rouge TRAPPIST-1 distante de 40 années-lumière de la Terre, ont été pour la première fois détectées en 2016 par le télescope TRAPPIST-South installé à l'Observatoire de La Silla de l'ESO. L'année suivante, des observations plus poussées menées au moyen de télescopes au sol tels le Very Large Telescope de l'ESO et le Spitzer Space Telescope de la NASA, ont montré que le système était composé d'au moins sept planètes dont la taille avoisine celle de la Terre. Elles furent baptisées TRAPPIST-1b, c, d, e, f, g et h, selon leur distance croissante à l'étoile centrale [1].

 

Des observations complémentaires viennent d'être effectuées à la fois avec des télescopes au sol parmi lesquels l'Observatoire de Paranal de l'ESO avec l'instrument SPECULOOS pratiquement terminé et les télescopes spatiaux de la NASA Spitzer Space Telescope et Kepler Space Telescope. Une équipe de scientifiques pilotée par Simon Grimm de l'Université de Berne en Suisse a ensuite appliqué les méthodes avancées de modélisation numérique à l'ensemble des données disponibles et en a déduit les valeurs de densité des planètes avec une précision supérieure à celle précédemment obtenue [2].

 

Simon Grimm revient sur la méthode de détermination des masses planétaires : “Les planètes du système TRAPPIST-1 sont situées à si grande proximité les unes des autres qu'elles interagissent au plan gravitationnel, de sorte que les instants auxquels elles passent devant leur étoile hôte se décalent progressivement. Ces décalages dépendent de la masse des planètes, de leurs distances respectives ainsi que d'autres paramètres orbitaux. Aidés d'un modèle informatique, nous sommes en mesure de simuler les orbites planétaires, de faire coïncider les transits calculés avec les valeurs observées, et donc d'en déduire les masses planétaires.”

 

Eric Agol, l'un des membres de l'équipe, explique l'intérêt des résultats obtenus : “Les études portant sur les exoplanètes ont depuis un certain temps pour objectif de déterminer la composition des planètes dont les dimensions et la température sont semblables à celles de la Terre. La découverte du système TRAPPIST-1 d'une part, les capacités des installations de l'ESO au Chili et du Télescope Spatial Spitzer de la NASA d'autre part, nous ont permis d'y parvenir – nous disposons désormais du tout premier aperçu de la composition d'exoplanètes de taille terrestre !”

 

Les mesures des densités, lorsqu'elles sont combinées aux modèles de compositions des planètes, suggèrent que les sept planètes du système TRAPPIST-1 ne sont pas des mondes rocheux stériles. Ils semblent être composés de matière volatile, probablement de l'eau [3], en quantités significatives – pouvant parfois atteindre 5% de la masse planétaire ; à titre comparatif, la quantité d'eau sur Terre ne représente que 0,02% de sa masse.

 

“Bien qu'elles nous renseignent sur les compositions planétaires, les valeurs de densités ne révèlent rien concernant l'habitabilité potentielle de ces planètes. Toutefois, cette étude constitue un pas important, dans la mesure où nous continuons d'explorer ce facteur d'habitabilité”, précise Brice-Olivier Demory, co-auteur à l'Université de Berne.

 

Les planètes intérieures TRAPPIST-1b et c sont vraisemblablement composées d'un noyau rocheux et entourées d'une atmosphère plus épaisse que celle de la Terre. TRAPPIST-1d est la moins massive des planètes – sa masse n'excède pas le tiers de la masse terrestre. Les scientifiques n'ont pu déterminer avec certitude la présence d'une atmosphère étendue, d'un océan ou d'une couche de glace en surface.

 

Les scientifiques ont été surpris de constater que  TRAPPIST-1e est la seule planète du système dont la densité avoisine celle de la Terre, laissant à penser qu'elle est vraisemblablement dotée d'un noyau de fer plus dense et qu'elle n'a pas nécessairement une atmosphère épaisse, un océan ou une couche de glace en surface. Le fait que TRAPPIST-1e semble de composition plus rocheuse que les autres planètes est étrange. En termes de taille, de densité et d'irradiation en provenance de son étoile, elle est la planète la plus semblable à la Terre.

 

TRAPPIST-1f, g et h sont suffisamment éloignées de leur étoile hôte pour que de l'eau glacée recouvre leurs surfaces. Dans l'éventualité où elles seraient dotées d'une fine enveloppe atmosphérique, la présence de molécules complexes tel le dioxyde de carbone s'avèrerait improbable.

 

“Il est intéressant de noter que les planètes les plus denses ne sont pas celles situées à proximité directe de l'étoile hôte, et que les planètes les plus froides ne peuvent être entourées d'une atmosphère épaisse” précise Caroline Born, co-auteure de l'étude basée à l'Université de Zurich en Suisse.

 

A l'avenir, le système TRAPPIST-1 continuera d'être la cible d'études avancées depuis le sol et l'espace, au moyen de nombreuses installations tels l'Extremely Large Telescope de l'ESO et le James Webb Space Telescope du consortium NASA/ESA/CSA.

 

Les astronomes tentent de détecter d'autres planètes autour de naines rouges semblables à TRAPPIST-1. Comme l'explique Michaël Gillon, l'un des membres de l'équipe [4] : “Ce résultat souligne tout l'intérêt d'explorer les naines froides et proches telle TRAPPIST-1, à la recherche de transits de planètes de type Terre. Tel est précisément l'objectif de SPECULOOS, notre nouvel outil de recherche d'exoplanètes qui entrera très prochainement en service à l'Observatoire de Paranal de l'ESO au Chili.”

 

Notes :

[1] Les planètes ont été détectées au moyen de l'instrumentation ci-après : TRAPPIST-South à l'Observatoire de La Silla de l'ESO au Chili ; TRAPPIST-North au Maroc ; NASA Spitzer Space Telescope ; l'instrument HAWK-I de l'ESO sur le Very Large Telescope implanté à l'Observatoire de Paranal au Chili ; le télescope UKIRT de 3,8 mètres à Hawaï ; le télescope Liverpool de 2 mètres et le télescope William Herschel de 4 mètres à La Palma, Iles Canaries ; et le télescope SAAO d'1 mètre en Afrique du Sud.

 

[2] La détermination des densités des exoplanètes n'est pas chose aisée. Elle requiert la connaissance préalable des dimensions et de la masse de la planète considérée. Les planètes du système TRAPPIST-1 ont été détectées au moyen de la méthode des transits – en recherchant les variations de luminosité de l'étoile générées par le passage de la planète devant son disque. Cette méthode permet de correctement estimer la taille de la planète. La détermination de sa masse est plus ardue – en l'absence de tout autre effet, les planètes dotées de masses différentes sont caractérisées par de semblables orbites qu'aucune méthode directe ne permet de différencier. Le cas des systèmes multiplanétaires est plus simple – les planètes les plus massives déforment les orbites des autres planètes, en particulier celles des planètes les plus légères. Ce qui affecte les instants auxquels se produisent les transits. L'équipe emmenée par Simon Grimm a utilisé ces effets complexes et subtils à la fois pour estimer les masses les plus probables des sept planètes, en se basant sur un vaste corpus de données temporelles ainsi que des techniques d'analyse et de modélisation de données très sophistiquées.

 

[3] Les modèles utilisés tiennent également compte d'autres éléments volatils, tel le dioxyde de carbone. Toutefois, ils privilégient l'eau, sous forme de vapeur, de liquide ou de glace, le composant le plus répandu à la surface de la planète considérée constituant la plus abondante source d'éléments volatils dans les disques protoplanétaires d'abondance solaire.

 

[4] Le réseau de télescopes de sondage SPECULOOS est en cours de finalisation à l'Observatoire de Paranal de l'ESO.

 

Plus d'informations :  

Ce travail de recherche a fait l'objet d'un article intitulé “The nature of the TRAPPIST-1 exoplanets”, by S. Grimm et al., à paraître au sein de la revue Astronomy & Astrophysics.

 

L'équipe est composée de Simon L. Grimm (Université de Bern, Centre dédié à l'Espace et à l'Habitabilité, Bern, Suisse), Brice-Olivier Demory (Université de Bern, Centre dédié à l'Espace et à l'Habitabilité, Bern, Suisse), Michaël Gillon (Institut de Recherche en Sciences Spatiales, Technologies et Astrophysique, Université de Liège, Liège, Belgique), Caroline Dorn (Université de Bern, Centre dédié à l'Espace et à l'Habitabilité, Bern, Suisse; University de Zurich, Institut des Sciences de l'Informatique, Zurich, Suisse), Eric Agol (Université de Washington, Seattle, Washington, Etats-Unis; Laboratoire Planétaire Virtuel de l'Institut d'Astrobiologie de la NASA, Seattle, Washington, Etats-Unis; Institut d'Astrophysique de Paris, Paris, France), Artem Burdanov (Institut de Recherche en Sciences Spatiales, Technologies et Astrophysique, Université de Liège, Liège, Belgique), Laetitia Delrez (Laboratoire Cavendish, Cambridge, Royaume-Uni; Institut de Recherche en Sciences Spatiales, Technologies et Astrophysique, Université de Liège, Liège, Belgique), Marko Sestovic (Université de Bern, Centre dédié à l'Espace et à l'Habitabilité, Bern, Suisse), Amaury H.M.J. Triaud (Institut d'Astronomie, Cambridge, Royaume-Uni; Université de Birmingham, Birmingham, Royaume-Uni), Martin Turbet (Laboratoire de Météorologie Dynamique, IPSL, Sorbonne Universités, UPMC Univ Paris 06, CNRS, Paris, France), Émeline Bolmont (Université Paris Diderot, AIM, Sorbonne Paris Cité, CEA, CNRS, Gif-sur-Yvette, France), Anthony Caldas (Laboratoire d'astrophysique de Bordeaux, Univ. Bordeaux, CNRS, Pessac, France), Julien de Wit (Département des Sciences de la Terre, de l'Atmosphère et des Planètes, Institut de Technologie du Massachusetts, Cambridge, Massachusetts, Etats-Unis), Emmanuël Jehin (Institut de Recherche en Sciences Spatiales, Technologies et Astrophysics, Université de Liège, Liège, Belgique), Jérémy Leconte (Laboratoire d'astrophysique de Bordeaux, Univ. Bordeaux, CNRS, Pessac, France), Sean N. Raymond (Laboratoire d'astrophysique de Bordeaux, Univ. Bordeaux, CNRS, Pessac, France), Valérie Van Grootel (Institut de Recherche en Sciences Spatiales, Technologies et Astrophysique, Université de Liège, Liège, Belgique), Adam J. Burgasser (Centre d'Astrophysique et des Sciences Spatiales, Université de Californie San Diego, La Jolla, Californie, Etats-Unis), Sean Carey (IPAC, Institut de Technologie de Californie, Pasadena, Californie, Etats-Unis), Daniel Fabrycky (Département d'Astronomie et d'Astrophysique, Univ. de Chicago, Chicago, Illinois, Etats-Unis), Kevin Heng (Université de Bern, Centre dédié à l'Espace et à l'Habitabilité, Bern, Suisse), David M. Hernandez (Département de Physique et Institut Kavli dédié à l'Astrophysique et à la Recherche Spatiale, Institut de Technologie du Massachusetts, Cambridge, Massachusetts, Etats-Unis), James G. Ingalls (IPAC, Institut de Technologie de Californie, Pasadena, Californie, Etats-Unis), Susan Lederer (Centre Spatial Johnson de la NASA, Houston, Texas, Etats-Unis), Franck Selsis (Laboratoire d'astrophysique de Bordeaux, Univ. Bordeaux, CNRS, Pessac, France) et Didier Queloz (Laboratoire Cavendish, Cambridge, Royaume-Uni).

 

L'ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 15 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Brésil, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages. VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est le plus grand télescope conçu exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est le partenaire européen d'ALMA, un télescope astronomique révolutionnaire. ALMA est le plus grand projet astronomique en cours de réalisation. L'ESO est actuellement en train de programmer la réalisation d'un télescope géant (ELT pour Extremely Large Telescope) de la classe des 39 mètres qui observera dans le visible et le proche infrarouge. L'ELT sera « l'œil le plus grand au monde tourné vers le ciel.

  

Liens :  

- Publication scientifique

- Lien vers le communiqué Hubble dédié aux atmosphères des planètes du système TRAPPIST-1

- Informations complémentaires concernant  TRAPPIST-South

- Informations complémentaires concernant  SPECULOOS

- Le Spitzer Space Telescope de la NASA

- Le Kepler Space Telescope de la NASA

 

Source : ESO https://www.eso.org/public/france/news/eso1805/?lang

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


05 Février 2018

Hubble sonde les atmosphères d'exoplanètes dans la zone habitable TRAPPIST-1

 

Artist's Concept: NASA and JPL/Caltech

 

Les mondes dans la zone habitable de l'étoile ne sont pas étouffés sous des atmosphères primordiales

À seulement 40 années-lumière - un jet de pierre à l'échelle de notre galaxie - plusieurs planètes de la taille de la Terre tournent autour de l'étoile naine rouge TRAPPIST-1. Quatre des planètes se trouvent dans la zone habitable de l'étoile, une région éloignée de l'étoile où l'eau liquide, la clé de la vie telle que nous la connaissons, pourrait exister sur les surfaces des planètes.

Les astronomes utilisant le télescope spatial Hubble de la NASA ont effectué la première étude spectroscopique de ces mondes. Hubble révèle qu'au moins trois des exoplanètes ne semblent pas contenir d'atmosphères gonflées et riches en hydrogène similaires aux planètes gazeuses comme Neptune. Cela signifie que les atmosphères peuvent être plus superficielles et riches en gaz plus lourds comme ceux que l'on trouve dans l'atmosphère terrestre, tels que le dioxyde de carbone, le méthane et l'oxygène.

Les astronomes prévoient d'utiliser le télescope spatial James Webb de la NASA, dont le lancement est prévu en 2019, pour approfondir les atmosphères planétaires afin de rechercher la présence de tels éléments qui pourraient suggérer si ces mondes lointains sont habitables.

 

Artist's Concept: NASA and JPL/Caltech
Science: NASA, ESA, and J. de Wit (MIT), H. Wakeford (University of Exeter/STScI), and N. Lewis (STScI)

 

http://hubblesite.org/news_release/news/2018-07

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


31 Janvier 2018

De l'ombre à la lumière

 

Crédit : ESO/R. Colombari

 

Un nuage sombre de poussière cosmique serpente au travers de cette spectaculaire image à grand champ, constellée d'intenses points de lumière émise par de jeunes étoiles. Ce nuage dense constitue une région de formation d'étoiles baptisée Lupus 3, au sein de laquelle naissent d'étincelantes étoiles chaudes à partir de l'effondrement de masses de gaz et de poussière. Cette image est composée de clichés acquis par le Télescope de Sondage du VLT ainsi que le télescope MPG/ESO de 2,2 mètres. Elle offre la vue la plus détaillée à ce jour de cette région du ciel.

 

La région de formation stellaire Lupus 3 - Crédit : ESO/R. Colombari

 

La région de formation d'étoiles Lupus 3 se situe au sein de la constellation du Scorpion, à quelque 600 années-lumière seulement de la Terre. Elle fait partie d'un complexe de dimensions plus étendues, les Nuages du Loup, dont l'appellation s'explique par la proximité directe de la constellation du Loup. Les nuages s'étendent, telle de la vapeur noyant des millions d'étoiles. En réalité, ils constituent une nébuleuse sombre.

 

Les nébuleuses consistent en de vastes étendues de gaz et de poussière qui lient les étoiles entre elles et dont les dimensions peuvent excéder les centaines d'années-lumière. De nombreuses nébuleuses étincellent à la lueur des étoiles chaudes qui les composent. A l'inverse, les nébuleuses sombres piègent le rayonnement issu des objets célestes qu'elles renferment. Parce qu'elles sont constituées de particules de poussière froide et dense qui absorbent et diffusent la lumière qui traverse le nuage, elles ont également été baptisées nébuleuses en absorption.

 

Parmi les nébuleuses sombres les plus célèbres figurent la Nébuleuse du Sac de Charbon et le Grand Rift, dont les dimensions sont suffisamment étendues pour être visibles à l'oeil nu, totalement noires sur fond de Voie Lactée illuminée.

 

Lupus 3 est dotée d'une forme irrégulière, semblable à celle d'un étrange serpent cosmique. Cette image révèle une région contrastée, constituée d'épais sentiers de couleur sombre parsemés de brillantes étoiles bleues. A l'instar de la plupart des nébuleuses sombres, Lupus 3 est une région active de formation d'étoiles, principalement constituée de protoétoiles et de très jeunes étoiles. Des perturbations en provenance de régions voisines peuvent se traduire par la contraction gravitationnelle des zones les plus denses de la nébuleuse, puis la hausse de leur température et l'augmentation de leur densité. S'ensuit la naissance d'une protoétoile au cœur de ce nuage collapsé régi par des conditions extrêmes.

 

Les deux étoiles brillantes situées au centre de cette image ont évolué de cette façon. Au tout début de leur existence, le rayonnement qu'elles émettaient s'est trouvé en grande partie piégé dans l'épais voile de leur nébuleuse hôte, visible au travers des seuls télescopes opérant dans l'infrarouge et le domaine radio. Mais à mesure que leur température et leur éclat ont augmenté, leur intense rayonnement et leurs puissants vents stellaires ont balayé leurs proches environnements, éjectant le gaz et la poussière, de sorte que leur lumière a pu s'échapper de leur sombre pépinière.

 

La compréhension des nébuleuses est essentielle à la connaissance des processus de formation stellaire. En effet, il est fort probable que le Soleil soit né, il y a plus de quatre milliards d'années, au sein d'une région de formation d'étoiles semblable à Lupus 3. Parce qu'elle constitue l'une des pépinières stellaires les plus proches de la Terre, Lupus 3 a fait l'objet de nombreuses études. En 2013, le télescope MPG/ESO de 2,2 mètres à l'Observatoire de La Silla de l'ESO au Chili a capturé une image de plus petites dimensions de ses colonnes de fumée et des étoiles brillantes qui la composent (eso1303).

 

Plus d'informations :  

L'ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 15 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Brésil, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages. VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est le plus grand télescope conçu exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est le partenaire européen d'ALMA, un télescope astronomique révolutionnaire. ALMA est le plus grand projet astronomique en cours de réalisation. L'ESO est actuellement en train de programmer la réalisation d'un télescope géant (ELT pour Extremely Large Telescope) de la classe des 39 mètres qui observera dans le visible et le proche infrarouge. L'ELT sera « l'œil le plus grand au monde tourné vers le ciel.

  

Liens :  

- Photos du Télescope de Sondage du VLT

- Photos du télescope MPG/ESO de 2,2 mètres

 

Source : ESO https://www.eso.org/public/france/news/eso1804/?lang

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


 

Si vous appréciez PGJ et si vous souhaitez voir votre site préféré continuer d'évoluer et de se développer, n'hésitez pas à m'apporter votre soutien sous forme de donation.

Merci d'avance à tous les éventuels généreux donateurs. 


 

Dans la majorité des cas, la "Nouvelle" est un texte composé à partir d'une ou plusieurs sources ou une traduction "libre" du texte d'origine. Chaque "Nouvelle" est accompagnée de la provenance exacte des informations au moyen d'un ou de plusieurs liens conduisant vers les pages servant de support à l'élaboration de la "Nouvelle". Ces liens peuvent vous être utiles pour approfondir le sujet.

 

Ceux-ci sont identifiés selon le code suivant :

Sources ou Documentations non francophones

Sources ou Documentations en langue française

 

Les liens proposés vers d'autres sites sont communiqués à titre indicatif et ne sauraient engager la responsabilité de PGJ, tant en ce qui concerne les contenus que les conditions d'accès.

 

Les articles de la rubrique "Nouvelles du Ciel" peuvent être librement reproduits à condition d'indiquer sur votre page :

Source : PGJ - "Nouvelles du Ciel" avec un lien vers la "Nouvelle" concernée ou vers la page d'accueil de PGJ

 

Toutefois, un petit nombre d'articles proviennent de sources extérieures. Dans ce cas, le lien figurant au bas de l'article conduisant vers la page d'origine est précédé de la mention "Source :" indiquant le réel auteur de l'information.

exemple : Source : http://...........

 

De même, les photos illustrant ces articles sont accompagnées des mentions de "Crédit" ou de "Copyright" correspondantes.

 

L'utilisation de ces photos est soumise à certaines règles, propres à chaque auteur, mais que l'on peut résumer ainsi :

- utilisation non-commerciale

- respect des mentions de "Crédit" ou de "Copyright".

 

Il vous appartient toutefois de vérifier auprès des auteurs si celles-ci peuvent être reproduites librement ainsi que les conditions spéciales d'utilisation.

 

Retour à l'accueil

Contact : Gilbert Javaux