Nouvelles du Ciel de Février 2017

 

 

 

Les Titres

 

Le 20ème anniversaire de l'instrument STIS du télescope spatial Hubble [28/02/2017]

L'aube d'une nouvelle ère pour la Supernova 1987A [24/02/2017]

La naine ultrafroide et les sept planètes [22/02/2017]

Le télescope de la NASA révèle le plus grand lot de planètes de la taille de la Terre dans la zone habitable autour d'une étoile [22/02/2017]

Comètes 73P-BT/Schwassmann-Wachmann, C/2017 C1 (NEOWISE), C/2017 C2 (PANSTARRS) [20/02/2017]

Hubble témoigne qu'un objet massif de type comète pollue l'atmosphère d'une naine blanche [09/02/2017]

Le repas d'un trou noir bat tous les records ! [08/02/2017]

L'intrigante géométrie d'une proto-étoile révélée par ALMA [08/02/2017]

Comètes C/2017 B3 (LINEAR), P/2017 B4 (PANSTARRS) [07/02/2017]

Comètes P/2010 EY90 = 2017 B1 (Lemmon), C/2016 VZ18 (PANSTARRS), P/2010 J5 = 2017 B2 (McNaught) [01/02/2017]

Le chat céleste rencontre le homard cosmique [01/02/2017]

 

 

Les Titres des "Nouvelles du Ciel" disponibles en Version Javascript ou Version XML

 

En savoir plus pour afficher les Titres des "Nouvelles du Ciel" de PGJ sur votre Site Web ou sur le Bureau de votre Ordinateur

 

LE GUIDE DU CIEL 2017-2018 de Guillaume CANNAT

 

Souscription jusqu'au 30 avril ; expédition en mai 2017

 

 

23e édition

 

Tout ce qu'il faut savoir pour observer le ciel entre le 1er juin 2017 et le 30 juin 2018

 

Une mise à jour intégrale avec des pages de synthèse et une série de gros plans sur les plus importants phénomènes astronomiques des mois couverts par cette édition, les planètes et une sélection d'objets du ciel profond.

 

Et toujours autant de rendez-vous quotidiens pour suivre le ciel heure par heure...

 

- Parution : mai 2017
- Couverture souple pelliculée avec rabats, cahiers cousus et collés
- 17 x 24 cm, 352 pages
- Plus de 500 schémas, cartes célestes et photographies
- Imprimé intégralement en couleurs
- 23e édition
- ISBN-13 : 979-10-90238-20-6

 

LE GUIDE DU CIEL 2017-2018
l'ouvrage le plus complet pour vivre votre passion des astres au quotidien !

 

... à découvrir sur le site d'amds !

 

LE CIEL A L'OEIL NU EN 2017 de Guillaume CANNAT

 

Vous pouvez d'ores et déjà commander la nouvelle édition en cliquant ici...

 

En pré-commande ; expédition à parution (début octobre 2016)

Voici la nouvelle édition du Ciel à l'œil nu, l'ouvrage qu'il vous faut pour découvrir le ciel sans instrument (ou parfois avec de simples jumelles).

 

Le texte de cette quinzième édition est superbement illustré de photographies réalisées par l'auteur et par les meilleurs astrophotographes de la planète ; il passe en revue, de janvier à décembre, les plus beaux phénomènes astronomiques accessibles à tous et les agrémente de nouveaux encadrés pratiques, historiques, mythologiques et encyclopédiques. 

Le Ciel à l'œil nu est richement illustré par des dizaines de photographies astronomiques inédites et par des cartes très réalistes pour découvrir aisément les étoiles des quatre saisons. 

Si ce livre vous incite à lever les yeux plus souvent vers la voûte céleste, à contempler plus régulièrement la Lune et les planètes, les constellations et leurs étoiles, il aura atteint son but.

 

- 144 pages
- Près de 180 cartes, schémas, gravures et photographies en couleur
- Prix public TTC : 19,90 euros
- ISBN : 978-2-09-278835-6

 

La collection « Le Ciel à l'oeil nu » a reçu le prix spécial du jury du Festival d'Astronomie de Haute-Maurienne-Vanoise

 

Le Ciel à l'oeil nu en 2017 est diffusé par Nathan/Interforum

 

... Réservez dès maintenant votre exemplaire sur amds-edition.com !

 

CALENDRIER ASTRONOMIQUE 2017 de Guillaume CANNAT

Nouvelle Edition

 

En stock

 

L'expédition en Colissimo recommandé avec livraison contre signature est disponible cette année pour ce grand livre.

 

L'astronomie est l'une des sciences les plus spectaculaires. Les images réalisées avec les meilleurs instruments nous permettent de visiter le Système solaire, de plonger au cœur des nébuleuses où naissent de nouvelles étoiles, de survoler les majestueuses spirales galactiques, d'assister aux plus belles éruptions solaires ou d'admirer notre planète.

Guillaume Cannat a donc sélectionné 12 images exceptionnelles et il les a mises en valeur et expliquées.

 

Le grand format – ouvert, ce calendrier mesure pratiquement 35 x 60 cm – et un papier couché épais (200 g) ont été choisis pour garantir la plus belle reproduction possible.

Chaque mois, un calendrier annotable indique les dates des principaux phénomènes célestes : phases de la Lune, positions des planètes, éclipses, conjonctions, saisons, essaims d'étoiles filantes. La couleur d'impression des phénomènes vous renvoie pour en savoir plus vers les livres Le Ciel à l'œil nu en 2017 et Le Guide du Ciel 2016-2017 et 2017-2018 (parution mai 2017). 

Il existait déjà des calendriers muraux pour les amateurs de rugbymans ou de pin-up, les passionnés de fleurs ou de nature, les amoureux de la mer ou de la montagne, voilà enfin le calendrier qui manquait aux observateurs du ciel pour conserver le contact avec le ciel et ne rater aucun événement.

 

- Parution : 8 septembre 2016

- Couverture souple

- Format ouvert : 35 x 58 cm, 24 pages

- Trou de suspension

- ISBN-13 : 979-10-90238-19-0

 

Le Calendrier Astronomique 2017 est diffusé par GEODIF/SODIS.

 

... à découvrir sur le site d'amds !

 

LE GUIDE DU CIEL 2016-2017 de Guillaume CANNAT

 

 

22e année de parution

 

Tout ce qu'il faut savoir pour observer le ciel entre le 1er juin 2016 et le 30 juin 2017

 

Une mise à jour intégrale avec des pages de synthèse et une série de gros plans sur les plus importants phénomènes astronomiques des mois couverts par cette édition, les planètes et une sélection d'objets du ciel profond.

 

Et toujours autant de rendez-vous quotidiens pour suivre le ciel heure par heure...

 

- Couverture souple pelliculée avec rabats, cahiers cousus et collés

- 17 x 24 cm, 352 pages

- Plus de 500 schémas, cartes célestes et photographies

- Plus d'un millier de rendez-vous célestes

- Imprimé intégralement en couleurs

- ISBN-13 : 979-10-90238-18-3

 

LE GUIDE DU CIEL 2016-2017
l'ouvrage le plus complet pour vivre votre passion des astres au quotidien !

 

... à découvrir sur le site d'amds !

 

Pluie d'étoiles en Bretagne

Photos panoramiques de Laurent LAVEDER

 

Ce beau livre relié tout illustré rassemble d'exceptionnelles photos de paysages prises de nuit avec l'oeil averti d'un astronome amateur spécialisé dans l'observation du ciel à l'oeil nu. Les photographies sont accompagnées de légendes qui expliquent le contexte de la prise de vue, l'environnement, la description du phénomène, et le matériel utilisé.

 

Pour les amateurs de photographies, d'astres et de Bretagne !

 

... Un magnifique ouvrage à commander dès maintenant sur pixheaven.net - la photothèque d'images d'astronomie de Laurent Laveder ou sur le site des Editions Locus Solus

 

 

 

Archives des Nouvelles du Ciel

Vous cherchez un ancien article ? Les Titres des Nouvelles du Ciel classés par Catégories

 

 

 

 


Sources ou Documentations non francophones

Sources ou Documentations en langue française

 

 

Nuages noirs sur Ciel des Hommes : Si vous souhaitez que Ciel des Hommes vive et continue d'ouvrir chaque jour pour vous une nouvelle fenêtre sur l'Univers, n'hésitez pas à apporter votre aide de façon très concrète, en souscrivant des « abonnements de soutien ».

 

 

 

Si vous appréciez PGJ et si vous souhaitez voir votre site préféré continuer d'évoluer et de se développer, n'hésitez pas à m'apporter votre soutien sous forme de donation.

Merci d'avance à tous les éventuels généreux donateurs.

 

 

 

28 Février 2017

Le 20ème anniversaire de l'instrument STIS du télescope spatial Hubble

 

Crédit : NASA and ESA

 

Le polyvalent Spectrographe d'imagerie du télescope spatial (STIS) ouvre de nouvelles perspectives en astronomie


Il y a vingt ans, les astronautes de la deuxième mission d'entretien du télescope spatial Hubble ont installé le Spectrographe d'imagerie du télescope spatial (STIS, Space Telescope Imaging Spectrograph) à bord de Hubble. Cet instrument pionnier combine une caméra avec un spectrographe, qui fournit une «empreinte digitale» de la température d'un objet céleste, sa composition chimique, sa densité et son mouvement. STIS révèle également des changements dans l'Univers en évolution et ouvre la voie dans le domaine de l'imagerie à fort contraste. L'instrument polyvalent est sensible à une large gamme de longueurs d'onde de lumière, de l'ultraviolet à l'optique et dans le proche infrarouge. De l'étude des trous noirs, des étoiles monstres et du milieu intergalactique, à l'analyse des atmosphères des mondes autour des autres étoiles, STIS poursuit son épique mission pour explorer l'Univers.

 

Les astronautes Smith et Lee installent l'instrument STIS au cours de la deuxième mission de service du télescope spatial Hubble - Crédit : NASA and ESA

 

http://hubblesite.org/news_release/news/2017-06

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


24 Février 2017

L'aube d'une nouvelle ère pour la Supernova 1987A

 

Crédit : NASA, ESA, R. Kirshner (Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics and Gordon and Betty Moore Foundation), and M. Mutchler and R. Avila (STScI)

 

En février 1987, au sommet d'une montagne au Chili, l'opérateur de télescope Oscar Duhalde se trouvait à l'extérieur de l'Observatoire de Las Campanas et regardait le clair ciel nocturne. Là, dans une tache de luminosité d'aspect flou dans le ciel - le Grand Nuage de Magellan (LMC), une galaxie voisine - était une étoile brillante qu'il n'avait pas remarqué auparavant.

 

La même nuit, l'astronome canadien Ian Shelton était à Las Campanas observant des étoiles dans le Grand Nuage de Magellan. Alors que Shelton étudiait une plaque photographique du LMC plus tard dans la nuit, il remarqua un objet lumineux qu'il pensait au départ être un défaut dans la plaque. Quand il montra la plaque à d'autres astronomes à l'0bservatoire, il réalisa que l'objet était la lumière d'une supernova. Duhalde annonça qu'il voyait l'objet dans le ciel nocturne. L'objet s'est avéré être la Supernova 1987A, l'étoile en explosion la plus proche observée en 400 ans. Shelton a dû informer la communauté astronomique de sa découverte. Il n'y avait pas d'Internet en 1987, alors l'astronome descendit de la montagne vers la ville la plus proche et envoya un message au Bureau des Télégrammes Astronomiques de l'Union astronomique internationale, un bureau central pour annoncer les découvertes astronomiques.

 

Depuis cette découverte, une armada de télescopes, y compris le télescope spatial Hubble, a étudié la supernova. Hubble n'était même pas dans l'espace quand SN 1987A a été trouvée. La supernova, cependant, était l'un des premiers objets observés par Hubble après son lancement en 1990. Hubble a continué à surveiller l'étoile éclatée pendant près de 30 ans, donnant un aperçu des conséquences désagréables de l'auto-destruction violente d'une étoile. Hubble a donné aux astronomes une place au premier rang pour regarder l'éclairement d'un anneau autour de l'étoile morte comme l'onde de choc de la supernova l'a frappé.

 

Crédit : NASA, ESA, R. Kirshner (Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics and Gordon and Betty Moore Foundation), and M. Mutchler and R. Avila (STScI)

 

http://hubblesite.org/news_release/news/2017-08

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


22 Février 2017

La naine ultrafroide et les sept planètes

 

Crédit : ESO/N. Bartmann/spaceengine.org

 

Des exoterres tempérées découvertes au sein d'un système planétaire d'une extraordinaire richesse

 

Des astronomes ont découvert un système composé de sept planètes dont la taille avoisine celle de la Terre et distant de 40 années-lumière seulement. Ces planètes ont toutes été détectées lors de leur passage devant leur étoile hôte, une naine ultrafroide cataloguée TRAPPIST-1, au moyen de télescopes au sol et dans l'espace, parmi lesquels figure le Very Large Telescope de l'ESO. Un article à paraître ce jour au sein de la revue Nature précise que trois de ces planètes occupent la zone d'habitabilité et sont susceptibles d'être couvertes d'océans d'eau liquide, augmentant ainsi la probabilité que ce système abrite la vie. Ce système se distingue au travers du très grand nombre d'exoterres qu'il renferme, ainsi que du nombre d'exoterres potentiellement recouvertes d'eau liquide.

 

Vue d'artiste du système planétaire TRAPPIST-1 - Crédit : ESO/N. Bartmann/spaceengine.org

 

Des astronomes utilisant le télescope TRAPPIST–Sud installé à l'Observatoire de La Silla de l'ESO, le Very Large Telescope (VLT) situé à Paranal, le Télescope Spatial Spitzer de la NASA ainsi que d'autres télescopes disséminés dans le monde entier [1], viennent de confirmer l'existence d'au moins sept planètes de petite taille en orbite autour de la naine rouge et froide cataloguée TRAPPIST-1 [2]. L'ensemble des planètes, labellisées TRAPPIST-1b, c, d, e, f, g et h en fonction de la distance croissante à leur étoile hôte, présente des dimensions semblables à celles de la Terre [3].

 

L'observation des variations de luminosité stellaire générées par le passage de chacune des sept planètes devant leur étoile hôte – des événements baptisés transits – a procuré aux astronomes des informations relatives à leurs tailles, à leurs compositions ainsi qu'à leurs orbites respectives [4]. Il est ainsi apparu qu'au moins six des planètes intérieures sont semblables à la Terre, en termes de taille et de température.

 

Michael Gillon de l'Institut STAR à l'Université de Liège en Belgique et auteur principal de l'article, se réjouit de cette découverte : “Ce système planétaire est tout à fait surprenant – non seulement parce qu'il abrite un si grand nombre de planètes, mais également parce qu'elles sont toutes étonnamment semblables à notre Terre !”

 

Dotée d'une masse de 0,08 masse solaire seulement, TRAPPIST-1 est très petite à l'échelle stellaire – à peine plus grosse que la planète Jupiter. Bien que située à relative proximité de la Terre, au sein de la constellation du Verseau, elle paraît très peu brillante. Les astronomes suspectaient la possible présence de nombreuses exoterres à proximité directe de telles étoiles naines, ce qui leur a valu d'être élevées au rang de cibles prometteuses pour la recherche de vie extraterrestre. Toutefois, TRAPPIST-1 est à ce jour le seul et unique système de ce type à avoir fait l'objet d'une détection.

 

Amaury Triaud, co-auteur de l'étude, de préciser : “Le rayonnement issu d'étoiles naines telle TRAPPIST-1 est bien plus faible que celui émis par notre Soleil. La présence d'eau en surface suppose donc que les planètes se situent à plus grande proximité de leur étoile hôte que les planètes de notre Système Solaire. Par chance, il semble que ce type de configuration compacte existe autour de TRAPPIST-1 !”

 

L'équipe a  par ailleurs établi que toutes les planètes de ce système sont semblables en terme de taille à la Terre ainsi qu'à Vénus, voire sensiblement plus petites. Les mesures de densité invitent à penser que les six planètes les plus proches de leur étoile hôte sont de composition rocheuse.

 

En outre, les orbites planétaires sont semblables à celles des satellites joviens – bien inférieures donc à l'orbite de Mercure autour de notre Soleil. Les dimensions restreintes de TRAPPIST-1, sa faible température de surface également, se trouvent compensées par la proximité de ses planètes intérieures : TRAPPIST-1c, d et f reçoivent autant d'énergie en effet que Vénus, la Terre et Mars respectivement.

 

Chacune des sept planètes détectées au sein de ce système est susceptible d'abriter de l'eau liquide en surface. Leurs distances orbitales respectives permettent toutefois de hiérarchiser les probabilités. Les modèles climatiques suggèrent ainsi que les planètes les plus proches de leur étoile hôte, à savoir TRAPPIST-1b, c et d, sont probablement trop chaudes pour être totalement couvertes d'eau liquide. A l'inverse, TRAPPIST-1h se situe certainement à trop grande distance de TRAPPIST-1 pour que de l'eau liquide existe en surface – à moins que des processus de réchauffement alternatifs n'y surviennent [5]. Parce qu'elles se situent au cœur même de la zone d'habitabilité et sont susceptibles d'abriter des océans, TRAPPIST-1e, f et g constituent, pour les chasseurs d'exoplanètes, des candidates rêvées [6].

 

Ces nouvelles découvertes font de TRAPPIST-1 une cible privilégiée pour des études ultérieures. Le Télescope Spatial Hubble du consortium NASA/ESA est d'ores et déjà en quête d'informations sur l'existence ou non d'atmosphère autour de ces planètes. Emmanuel Jehin, l'un des membres de l'équipe, est très enthousiaste : “La prochaine génération de télescopes, tels le Télescope géant Européen (E-ELT pour European Extremely Large Telescope) de l'ESO et le Télescope Spatial James Webb du consortium NASA/ESA/CSA, seront bientôt en mesure de détecter de l'eau et peut-être des traces de vie sur ces autres mondes.”

 

Notes :

[1] Outre le Télescope Spatial Spitzer de la NASA, l'équipe a utilisé de nombreux instruments au sol : TRAPPIST–Sud installé à l'Observatoire de La Silla de l'ESO au Chili, HAWK-I qui équipe le Very Large Telescope de l'ESO au Chili, TRAPPIST–Nord au Maroc, le télescope UKIRT de 3,8 mètres à Hawaï, les télescopes Liverpool de 2 mètres et William Herschel de 4 mètres implantés à La Palma dans les Iles Canaries, et le télescope SAAO de 1 mètre en Afrique du Sud.

 

[2] TRAPPIST-Sud (le petit télescope dédié aux transits des planètes et des planétésimaux situé dans l'hémisphère sud) est un télescope robotique belge de 0,6 mètre de diamètre installé à l'Observatoire de La Silla de l'ESO au Chili et piloté depuis l'Université de Liège. Sa mission consiste principalement à observer le rayonnement en provenance de 60 des naines ultrafroides et des naines brunes – des étoiles dont la masse est trop faible pour que des réactions nucléaires se produisent en leurs cœurs – les plus proches de la Terre, afin de détecter la survenue de transits planétaires. TRAPPIST-Sud et son jumeau TRAPPIST-Nord sont les précurseurs du système SPECULOOS en cours d'installation à l'Observatoire Paranal de l'ESO.

 

[3] Début 2016, une équipe d'astronomes, également menée par Michael Gillon, annonçait la découverte de trois planètes en orbite autour de TRAPPIST-1. La survenue d'un triple transit – observé au moyen de l'instrument HAWK-1 qui équipe le VLT – les a conduit à intensifier leurs observations de suivi du système. Ce transit démontrait l'existence d'au moins une autre planète autour de l'étoile. Et la courbe de lumière attestait pour la première fois des transits simultanés de trois exoterres tempérées, dont deux situées au sein de la zone habitable.

 

[4] La méthode des transits est l'une des plus utilisées par les astronomes pour déterminer la présence d'une planète autour d'une étoile. L'observation de la lumière en provenance de l'étoile permet de déceler les éventuelles variations de luminosité qu'engendre le passage d'une planète devant son étoile et le long de la ligne de visée – un phénomène baptisé transit. Lorsqu'une planète décrit une orbite autour de son étoile, elle passe régulièrement devant son étoile hôte, ce qui se traduit par de faibles variations de la luminosité stellaire.

 

[5] Parmi ces processus figure l'effet de marée généré par l'attraction gravitationnelle de TRAPPIST-1, et qui se traduit par des déformations répétées de la planète, l'apparition de forces de frottement internes et donc le dégagement de chaleur. Ce processus est à l'origine du volcanisme actif sur Io, l'un des satellites de Jupiter. Dans l'éventualité où TRAPPIST-1h aurait conservé une atmosphère primitive riche en hydrogène, son refroidissement pourrait s'effectuer à un rythme très lent.

 

[6] Cette découverte met au jour le plus vaste échantillon d'exoplanètes orbitant en proche résonance les unes avec les autres. Les astronomes ont précisément mesuré le temps nécessaire à chaque planète du système pour parcourir une orbite complète autour de TRAPPIST-1 – soit leurs périodes de révolution – et en ont déduit le rapport entre la période de chaque planète et celle de la planète voisine plus distante. Les six planètes les plus proches de TRAPPIST-1 présentent des rapports voisins de simples ratios, tel 5:3 ou 3:2. Cela signifie que les planètes se sont vraisemblablement formées simultanément, loin de leur étoile, puis qu'elles se sont déplacées vers l'intérieur du système jusqu'à adopter leur configuration actuelle. Si cette hypothèse se vérifiait, cela signifierait qu'elles sont de faible densité et riches en éléments volatiles et, par voie de conséquence, dotées d'une surface gelée et/ou d'une atmosphère.

 

Plus d'informations :  

Ce travail de recherche a fait l'objet d'un article intitulé “Seven temperate terrestrial planets around the nearby ultracool dwarf star TRAPPIST-1”, par M. Gillon et al.,à paraître au sein de la revue Nature.

 

L'équipe est composée de M. Gillon (Université de Liège, Liège, Belgique), A. H. M. J. Triaud (Institut d'Astronomie, Cambridge, Royaume-Uni), B.-O. Demory (Université de Bern, Bern, Suisse; Laboratoire Cavendish, Cambridge, Royaume-Uni), E. Jehin (Université de Liège, Liège, Belgique), E. Agol (Université de Washington, Seattle, Etats-Unis; Institut d'Astrobiologie de la NASA, Laboratoire de Planétologie Virtuelle, Seattle, Etats-Unis), K. M. Deck (Institut de Technologie de Californie, Pasadena, CA, Etats-Unis), S. M. Lederer (Centre Spatial Johnson de la NASA, Houston, Etats-Unis), J. de Wit (Institut de Technologie du Massachusetts, Cambridge, MA, Etats-Unis), A. Burdanov (Université de Liège, Liège, Belgique), J. G. Ingalls (Institut de Technologie de Californie, Pasadena, Californie, Etats-Unis), E. Bolmont (Université de Namur, Namur, Belgique; Laboratoire AIM Paris-Saclay, CEA/DRF - CNRS - Univ. Paris Diderot - IRFU/SAp, Centre de Saclay, France), J. Leconte (Univ. Bordeaux, Pessac, France), S. N. Raymond (Univ. Bordeaux, Pessac, France), F. Selsis (Univ. Bordeaux, Pessac, France), M. Turbet (Sorbonne Universités, Paris, France), K. Barkaoui (Observatoire Oukaimeden, Marrakesh, Maroc), A. Burgasser (Université de Californie, San Diego, Californie, Etats-Unis), M. R. Burleigh (Université de Leicester, Leicester, Royaume-Uni), S. J. Carey (Institut de Technologie de Californie, Pasadena, CA, Etats-Unis), C. M. Copperwheat (Université John Moores de Liverpool, Liverpool, Royaume-Uni), L. Delrez (Université de Liège, Liège, Belgique; Laboratoire Cavendish, Cambridge, Royaume-Uni), C. S. Fernandes (Université de Liège, Liège, Belgique), D. L. Holdsworth (Université de Lancashire, Preston, Royaume-Uni), E. J. Kotze (Observatoire Astronomique d'Afrique du Sud, Cape Town, Afrique du Sud), A. Chaushev (Université de Leicester, Royaume-Uni), V. Van Grootel (Université de Liège, Liège, Belgique), Y. Almleaky (Université du Roi Abdulaziz, Jeddah, Arabie Saoudite; Centre du Roi Abdullah dédié aux Observations du Croissant et à l'Astronomie, Makkah Clock, Arabie Saoudite), Z. Benkhaldoun (Observatoire Oukaimeden, Marrakesh, Maroc), P. Magain (Université de Liège, Liège, Belgique), et D. Queloz (Laboratoire Cavendish, Cambridge, Royaume-Uni; Département d'Astronomie, Université de Genève, Suisse).

 

L'ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 15 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Brésil, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages. VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est le plus grand télescope conçu exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est le partenaire européen d'ALMA, un télescope astronomique révolutionnaire. ALMA est le plus grand projet astronomique en cours de réalisation. L'ESO est actuellement en train de programmer la réalisation d'un télescope européen géant (E-ELT pour European Extremely Large Telescope) de la classe des 39 mètres qui observera dans le visible et le proche infrarouge. L'E-ELT sera « l'œil le plus grand au monde tourné vers le ciel.

 

Liens :  

- Article scientifique

- Site Web dédié à TRAPPIST-1

- Communiqué de presse de la NASA

- Photos du VLT

 

Source : ESO http://www.eso.org/public/france/news/eso1706/?lang

 

Un cortège exceptionnel d'exoplanètes

 

TRAPPIST-1, C’est quoi?

Une histoire dessinée par Sylvain Rivaud alias Lepithec, auteur de bandes dessinées et illustrateur.

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


22 Février 2017

Le télescope de la NASA révèle le plus grand lot de planètes de la taille de la Terre dans la zone habitable autour d'une étoile

 

Illustration Credit: NASA/JPL-Caltech

 

Le télescope spatial Spitzer de la NASA a révélé le premier système connu de sept planètes de la taille de la Terre autour d'une étoile unique. Trois de ces planètes sont situées dans une zone appelée la zone habitable, où l'eau liquide est plus susceptible de prospérer sur une planète rocheuse. Le système établit un nouveau record pour le plus grand nombre de planètes dans la zone habitable trouvées en dehors de notre Système solaire. N'importe laquelle de ces sept planètes pourrait avoir de l'eau liquide, la clé de la vie telle que nous la connaissons. Le système d'exoplanètes est appelé TRAPPIST-1 et se trouve à seulement 40 années-lumière. Suite à la découverte de Spitzer, le télescope spatial Hubble de la NASA a lancé le dépistage de quatre des planètes, dont les trois à l'intérieur de la zone habitable. Ces observations visent à évaluer la présence d'atmosphères gonflées, dominées par l'hydrogène, typiques des mondes gazeux comme Neptune, autour de ces planètes. En mai 2016, l'équipe de Hubble a observé les deux planètes les plus profondes et n'a trouvé aucune preuve pour de telles atmosphères gonflées. Cette constatation a renforcé le cas que les planètes les plus proches de l'étoile sont de nature terrestre. Les astronomes planifient des études de suivi à l'aide du prochain télescope spatial James Webb de la NASA, qui devrait être lancé en 2018. Avec une sensibilité beaucoup plus grande, Webb pourra détecter les empreintes chimiques de l'eau, du méthane, de l'oxygène, de l'ozone et d'autres composants de l'atmosphère d'une planète. Webb analysera également les températures des planètes et les pressions de surface - des facteurs clés pour évaluer leur habitabilité.

 

Pour les illustrations et plus d'informations sur le système TRAPPIST-1, consultez le site https://exoplanets.nasa.gov

 

Illustration Credit: NASA/JPL-Caltech

 

http://hubblesite.org/news_release/news/2017-07

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


20 Février 2017

Comètes 73P-BT/Schwassmann-Wachmann, C/2017 C1 (NEOWISE), C/2017 C2 (PANSTARRS)

 

Nouvelles du Ciel

 

73P-BT/Schwassmann-Wachmann

Thierry Noël a signalé que la comète 73P/Schwassmann-Wachmann présentait un nouveau composant sur les images obtenues à distance le 10 Février 2017 avec le télescope Newton de 0.38-m f/4.6 de l'Atacama Desert Observatory, San Pedro de Atacama (Chili). Le nouveau fragment, désigné BT, plus brillant que la comète principale, connait probablement un sursaut d'activité de courte durée.

 

Les éléments orbitaux du composant désigné 73P-BT/Schwassmann-Wachmann indiquent un passage au périhélie le 16 Mars 2017 à une distance d'environ 0,9 UA du Soleil, et une période d'environ 5,44 ans.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K17/K17C79.html (MPEC 2017-C79)

http://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=17122

 


C/2017 C1 (NEOWISE)

Une nouvelle comète a été découverte sur les images infrarouges prises le 06 Février 2017 par le satellite WISE (Wide-field Infrared Survey Explorer) dans le cadre de son programme NEOWISE. Après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center, la nature cométaire de l'objet a été confirmée par plusieurs astrométristes.

 

Les éléments orbitaux paraboliques préliminaires de la comète C/2017 C1 (NEOWISE) indiquent un passage au périhélie le 21 Janvier 2017 à une distance d'environ 1,5 UA du Soleil.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K17/K17C82.html (MPEC 2017-C82)

http://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2017%20C1;old=0;orb=1;cov=0;log=0;cad=0#orb

 


C/2017 C2 (PANSTARRS)

Une nouvelle comète a été découverte sur les images CCD obtenues le 04 Février 2017 par les membres de l'équipe de recherche Pan-STARRS (Panoramic Survey Telescope & Rapid Response System) avec le télescope Ritchey-Chretien de 1.8m de Haleakala, Hawaii. La nature cométaire de l'objet a été confirmée par de nombreux observateurs après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center.

 

Les éléments orbitaux elliptiques de la comète C/2017 C2 (PANSTARRS) indiquent un passage au périhélie le 21 Janvier 2017 à une distance d'environ 2,4 UA du Soleil pour cette comète à très longue période (environ 1250 ans).

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K17/K17D22.html (MPEC 2017-D22)

http://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2017%20C2;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


  

Date des PASSAGES au PERIHELIE des COMETES Date, Périodes de révolution, Distance au Soleil 

COMETES - Magnitudes prévues pour les prochains mois

Liste des comètes potentiellement observables - éléments orbitaux

 

Lost - Les Disparues... ou les comètes périodiques non revues.

 

Les différentes familles de comètes

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


 

La première explosion nucléaire : un test pour la théorie de la formation de la Lune : L'analyse comparative des compositions chimiques des sables d'origine de Trinity (Nouveau Mexique, USA) et de ceux vitrifiés lors de la première explosion nucléaire jamais réalisée par l'homme a permis à deux chercheurs de l'Institut de physique du globe de Paris (IPGP / CNRS / Université Paris Diderot / Université La Réunion) de tester la théorie de la formation de la Lune. Et celle-ci en est ressortie confortée !

 


09 Février 2017

Hubble témoigne qu'un objet massif de type comète pollue l'atmosphère d'une naine blanche

 

Illustration Credit: NASA, ESA, and Z. Levy (STScI)

 

Les astronomes ont trouvé la première preuve des restes d'un objet semblable à une comète disséminé autour d'une étoile brûlée. Ils ont utilisé le télescope spatial Hubble de la NASA pour détecter les débris, qui ont pollué l'atmosphère d'une étoile compacte connue sous le nom de naine blanche. L'objet glacé, qui a été déchiqueté, est similaire à la comète de Halley en composition chimique, mais est 100.000 fois plus massif et a une quantité beaucoup plus élevée d'eau. Il est également riche en éléments essentiels à la vie, y compris l'azote, le carbone, l'oxygène et le soufre. Ces résultats sont des preuves d'une ceinture de corps de type cométaire semblable à la ceinture de Kuiper de notre Système solaire en orbite autour de la naine blanche. Il s'agit de la première preuve de matériel semblable à une comète qui pollue l'atmosphère d'une naine blanche. Les résultats suggèrent également la présence de planètes invisibles et survivantes autour de l'étoile brûlée.

 

Illustration Credit: NASA, ESA, and Z. Levy (STScI);
Science Credit: NASA, ESA, and S. Xu (European Southern Observatory

 

http://hubblesite.org/news_release/news/2017-09

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


08 Février 2017

Le repas d'un trou noir bat tous les records !

 

Illustration: CXC/M. Weiss; Rayons X: NASA/CXC/UNH/D. Lin et al, Visible: CFHT

 

Un trio d'observatoires à rayons X a capturé un événement remarquable : un trou noir situé à environ 2 milliards d'année-lumière qui engloutit de la matière à un rythme effréné pendant une décennie. Cette découverte a été réalisée en utilisant les données des observatoires à rayons X de la NASA Chandra & Swift et l'observatoire de l'ESA, XMM-Newton.

Cette vue d'artiste illustre ce que les astronomes appellent une dislocation d'étoile (DE) due aux intenses forces de marée gravitationnelles exercées par un trou noir sur une étoile. Ce phénomène survient lorsqu'une étoile se rapproche trop près du trou noir. Lors de ce type d'événement, certains débris de l'étoile sont éjectés à de très grandes vitesses, tandis que le reste de la matière (apparaissant en rouge sur la vue d'artiste) devient plus chaud lorsque celle-ci tombe sur le trou noir; ce qui génère un sursaut spécifique de lumière en rayons X. L'illustration montre également un vent (en bleu) issu de la matière tombant sur le trou noir.

Cet événement pourrait mettre en jeu la dislocation, par un trou noir, de l'étoile la plus massive jamais impliquée dans ce type d'événement ou pour la première fois une étoile de très faible masse qui a été complètement détruite. La source correspondante en rayons X est connue sous le nom de XJ1500+154 et est localisée dans une petite galaxie à environ 1.8 milliards d'années de la Terre. Le petit insert à gauche montre l'image de la galaxie hôte dans le visible. La source XJ1500+0154 se trouve au centre de cette galaxie. Ceci laisse à penser que le trou noir impliqué dans cet événement est un trou noir supermassif. Le petit insert à droite montre l'image de la source XJ1500+0154 observée avec Chandra dans le domaine des rayons X.

 

Illustration: CXC/M. Weiss; Rayons X: NASA/CXC/UNH/D. Lin et al, Visible: CFHT

 

La source n'était pas visible dans une observation prise avec Chandra datée du 2 avril 2005, mais elle a été clairement détectée par XMM-Newton le 23 juillet 2005. Le 5 juin 2008, Chandra a observé la source au moment où elle a atteint son intensité maximale devenant ainsi au moins 100 fois plus brillante en rayons X. Depuis lors, Chandra, Swift et XMM-Newton l'ont observée à de multiples reprises.

Les données en rayons X indiquent également que l'émission provenant de la matière autour du trou noir a dépassé de manière durable la limite d'Eddington. Cette limite correspond à une luminosité maximale pour la matière accrétée par le trou noir. Au-delà de cette limite, la pression de radiation issue de la matière accrétée prend le pas sur la gravité; ce qui conduit à l'apparition de vents de matière.

Cet événement peut améliorer notre compréhension de la croissance des trous noirs supermassifs dans l'univers jeune. En effet si les trous noirs supermassifs peuvent grossir, via des dislocations d'étoiles ou d'autres moyens, à des taux d'accrétion au dessus de la limite d'Eddington, cela pourrait expliquer comment les trous noirs supermassifs ont pu atteindre des masses d'environ 1 milliard de fois la masse du Soleil en seulement 1 milliard d'années.

Un papier décrivant ces résultats est paru le 6 février 2017 dans la revue Nature Astronomy. Les auteurs du papier sont Dacheng Lin (University of New Hampshire), James Guillochon (Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics), Stefanie Komossa (QianNan Normal University for Nationalities), Enrico Ramirez-Ruiz (University of California, Santa Cruz), Jimmy Irwin (University of Alabama), Peter Maksym (Harvard-Smithsonian), Dirk Grupe (Morehead State University), Olivier Godet (CNRS), Natalie Webb (CNRS), Didier Barret (CNRS), Ashley Zauderer (New York University), Pierre-Alain Duc (CEA-Saclay), Eleazar Carrasco (Gemini Observatory), and Stephen Gwyn (Herzberg Institute of Astrophysics).

 

Pour en savoir plus :

Site web de la mission Chandra

Actualité de la NASA, 6 février 2017, Black Hole Meal Sets Record for Duration and Size

Site Web de l'ESA dédié à la mission XMM-Newton

 

Reférences :

A likely decade-long sustained tidal disruption event, by Lin Dacheng et al., Nature Astronomy 1, Article number: 0033 (2017), doi:10.1038/s41550-016-0033

 

Source : Actualités du CNRS-INSU http://www.insu.cnrs.fr/node/6306

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


08 Février 2017

L'intrigante géométrie d'une proto-étoile révélée par ALMA

 

Crédits : Sakai, Nami et al.

 

Un des grands mystères de l'astrophysique réside dans la compréhension des différentes étapes de formation d'une étoile telle que la nôtre. Comment une étoile comme le Soleil a pu émerger de l'effondrement gravitationnel d'un nuage moléculaire reste encore un mystère par bien des aspects. Le gaz du le nuage parental est en rotation et possède un moment angulaire. Au fur et à mesure qu'il s'effondre, la force gravitationnelle devient dominante par rapport à la force centrifuge due à la rotation. C'est le moment angulaire qui, en-deçà d'un certain rayon appelé barrière centrifuge empêche cet effondrement.

 

L'interférométrie est le seul moyen d'atteindre une résolution spatiale suffisante pour découvrir ce qu'il se passe à petite échelle. Une équipe regroupant des chercheurs japonais (menée par Nami Sakai) et francais de l'Institut de Planétologie et d'Astrophysique de Grenoble et de l'Institut de recherche en astrophysique et planétologie de Toulouse apporte de nouvelles briques à cette compréhension du processus de formation stellaire grâce aux observations radio effectuées avec ALMA (Atacama Large Array Millimeter), interféromètre à 66 antennes situé dans le désert d'Atacama au Chili.

Cette équipe étudie une proto-étoile, appelée L1527, située dans le nuage moléculaire du Taureau, une région de formation d'étoiles située à environ 450 années lumière de notre Soleil, qui possède un disque interne en rotation (vu par la tranche) enfoui à l'intérieur de son nuage parental constitué de gaz et de poussières. Les observations ALMA ont permis de l'observer avec une précision, jusqu'ici inégalée, de plusieurs dizaine d'unités astronomiques (1 UA = distance Soleil-Terre). Cette même équipe avait précédemment mis en évidence la présence d'une zone de transition entre l'enveloppe externe et le disque protoplanétaire interne (qui plus tard formera des planètes).

 

Cette zone avait pu être caractérisée grâce à l'observation ALMA de l'émission de certaines espèces moléculaires comme SO et c-C3H2. Les nouvelles données portent sur l'observation de CCH et SO ; elles permettent de mieux comprendre l'effondrement de l'enveloppe d'une proto-étoile. La barrière centrifuge correspond à une zone où les particules arrêtent leur course vers le centre de la proto-étoile. Les observations montrent une accumulation de matière juste à l'extérieur de cette barrière (Figure 1). Une part significative du moment angulaire est ainsi perdue par cet « embouteillage » et l'onde de choc qu'il provoque conduit à un échauffement du gaz.

Le comportement observé est en accord avec un modèle balistique, ne nécessitant pas de forces magnétiques ou autres, dans lequel les particules de gaz se comportent comme de simples projectiles. D'autres observations à grande résolution spatiale sont en projet pour affiner la compréhension de cette dynamique. C'est un pas supplémentaire vers la connaissance de l'évolution de notre propre système solaire.

 

Ces résultats ont été publiés dans le journal MNRAS (Monthly Notices of the Royal Astronomical Society) édité par Oxford University Press.
Les auteurs de cette étude sont Nami Sakai,Yoko Oya, Aya E. Higuchi,Yuri Aikawa, Tomoyuki Hanawa, Cecilia Ceccarelli, Bertrand Lefloch, Ana López-Sepulcre, Yoshimasa Watanabe, Takeshi Sakai, Tomoya Hirota, Emmanuel Caux, Charlotte Vastel, Claudine Kahane.

 

Figure 1 : Carte d'émission de la molécule CCH (couleur) superposée à la carte du continuum de poussière à 0.8 mm. L'enveloppe en effondrement et en rotation tracée par CCH apparaît élargie à un rayon d'environ 150 unités astronomiques. Crédits : Sakai, Nami et al.

 

Pour en savoir plus :

Communiqué de presse d'ALMA Observatory

 

Reférences :

Vertical Structure of the Transition Zone from Infalling Rotating Envelope to Disk in the Class 0 Protostar, Sakai, Nami et al., IRAS04368+2557.

 

Source : Actualités du CNRS-INSU http://www.insu.cnrs.fr/node/6305

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


 

Observation de jets bleus depuis la Station spatiale internationale : La question de leur existence a fait l'objet de débats pendant de nombreuses années : d'insaisissables décharges électriques dans la haute atmosphère, nommées sylphes rouges, jets bleus, farfadets ou elfes. Faisant l'objet de rapports anecdotiques par des pilotes, ces phénomènes s'avèrent difficiles à étudier car ils se produisent au-dessus des orages. Proposée par l'Institut Spatial National du Danemark, l'expérience Thor, qui s'était déroulée pendant la mission « iriss » de 10 jours de l'astronaute de l'ESA Andreas Mogensen à bord de la Station, avait pour objet d'étudier les orages. Une liste d'endroits où des orages étaient prévus avait été communiquée à Andreas, qui a pris des photos avec l'appareil le plus sensible de la Station pour capturer ce que l'on appelle les phénomènes lumineux transitoires. Après analyse, l'équipe à l'origine de l'expérience a publié un article scientifique confirmant la présence de nombreux jets bleus d'une envergure de l'ordre du kilomètre autour de 18km d'altitude, et même d'un jet bleu à impulsion atteignant 40km d'altitude. Une vidéo enregistrée par Andreas au-dessus du Golfe du Bengale alors qu'il volait à 28000km/h montre clairement le phénomène électrique – le premier du genre.

 


07 Février 2017

Comètes C/2017 B3 (LINEAR), P/2017 B4 (PANSTARRS)

 

Nouvelles du Ciel

 

C/2017 B3 (LINEAR)

Un objet découvert le 26 Janvier 2017 avec le Space Surveillance Telescope de 3.5-m f/1 sur Atom Peak (White Sands Missile Range, NM, USA) dans le cadre du programme de recherche LINEAR, a montré des caractéristiques cométaires lors d'observations de suivi par de nombreux astrométristes après publication sur les pages NEOP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center.

 

Les éléments orbitaux paraboliques préliminaires de la comète C/2017 B3 (LINEAR) indiquent un passage au périhélie le 29 Janvier 2019 à une distance d'environ 3,8 UA du Soleil.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K17/K17C45.html (MPEC 2017-C45)

 

Les observations supplémentaires indiquent un passage au périhélie le 02 Février 2017 à une distance d'environ 3,9 UA du Soleil.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K17/K17E59.html (MPEC 2017-E59)

http://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2017%20B3;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


P/2017 B4 (PANSTARRS)

Une nouvelle comète a été découverte par les membres de l'équipe de recherche Pan-STARRS (Panoramic Survey Telescope & Rapid Response System) sur les images obtenues le 28 Janvier 2017 avec le télescope Ritchey-Chretien de 1.8m de Haleakala, Hawaii. La nature cométaire de l'objet a été confirmée par de nombreux observateurs après publication sur les pages NEOCP (NEO Confirmation Page) et PCCP (Possible Comet Confirmation Page) du Minor Planet Center.

 

Les éléments orbitaux elliptiques préliminaires de la comète P/2017 B4 (PANSTARRS) indiquent un passage au périhélie le 12 Janvier 2017 à une distance d'environ 2,7 UA du Soleil, et une période d'environ 8,9 ans pour cette comète de la famille de Jupiter.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K17/K17C46.html (MPEC 2017-C46)

 

Les observations supplémentaires indiquent un passage au périhélie le 05 Janvier 2017 à une distance d'environ 2,8 UA du Soleil, et une période d'environ 9,2 ans.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K17/K17E59.html (MPEC 2017-E59)

http://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=P%2F2017%20B4;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


  

Date des PASSAGES au PERIHELIE des COMETES Date, Périodes de révolution, Distance au Soleil 

COMETES - Magnitudes prévues pour les prochains mois

Liste des comètes potentiellement observables - éléments orbitaux

 

Lost - Les Disparues... ou les comètes périodiques non revues.

 

Les différentes familles de comètes

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


01 Février 2017

Comètes P/2010 EY90 = 2017 B1 (Lemmon), C/2016 VZ18 (PANSTARRS), P/2010 J5 = 2017 B2 (McNaught)

 

Nouvelles du Ciel

 

P/2010 EY90 = 2017 B1 (Lemmon)

Un objet découvert sur les images CCD obtenues le 26 Janvier 2017 par les membres de l'équipe de recherche Pan-STARRS (Panoramic Survey Telescope & Rapid Response System) avec le télescope Ritchey-Chretien de 1.8m de Haleakala, Hawaii, a été rapidement relié à l'astéroïde 2010 EY90 découvert le 14 Mars 2010 dans le cadre du Mt Lemmon Survey avec le télescope de 1.5-m et observé pour la dernière fois le 10 Mai 2010. L'objet a également été retrouvé sur des images du Mt Lemmon datant du 07 Janvier 2017.

 

Les éléments orbitaux de la comète P/2010 EY90 = 2017 B1 (Lemmon) indiquent un passage au périhélie le 27 Août 2017 à une distance d'environ 2,5 UA du Soleil, et une période d'environ 6,75 ans pour cette comète de type Encke.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K17/K17B82.html (MPEC 2017-B82)

http://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=P%2F2017%20B1;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 

Satisfaisant aux conditions requises, la comète P/2010 EY90 = 2017 B1 (Lemmon) a reçu la dénomination définitive de 349P/Lemmon en tant que 349ème comète périodique numérotée.

 


C/2016 VZ18 (PANSTARRS)

Les membres de l'équipe de recherche Pan-STARRS (Panoramic Survey Telescope & Rapid Response System) ont découvert un nouvel astéroïde sur les images CCD obtenues le 02 Novembre 2016 avec le télescope Ritchey-Chretien de 1.8m de Haleakala, Hawaii. L'objet, de type Apollo, n'avait pas montré d'activité cométaire jusqu'à présent, bien que circulant clairement sur une orbite de type cométaire. L'objet a révélé sa nature cométaire lorsqu'il a été imagé les 24, 25 et 27 Janvier 2017 par l'ESA Optical Ground Station, Tenerife.

 

Les éléments orbitaux de la comète C/2016 VZ18 (PANSTARRS) indiquent un passage au périhélie le 07 Mars 2017 à une distance d'environ 0,9 UA du Soleil.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K17/K17B83.html (MPEC 2017-B83)

http://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2016%20VZ18;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 


P/2010 J5 = 2017 B2 (McNaught)

La comète P/2010 J5 (McNaught), observée pour la dernière fois le 26 Août 2011, a été retrouvée lors d'observations les 26 et 29 Janvier 2017 par J. V. Scotti (LPL/Spacewatch II) avec le télescope de 1.8-m f/2.7.

 

Découverte le 12 Mai 2010 par Rob H. McNaught avec le télescope Uppsala Schmidt de 0.5-m dans le cadre du Siding Spring Survey, cette comète de type Encke, d'une période d'environ 8,3 ans, s'était approchée du Soleil à une distance d'environ 3,7 UA lors de son passage au périhélie le 06 Novembre 2009.

 

Pour ce nouveau retour, les éléments orbitaux de la comète P/2010 J5 = 2017 B2 (McNaught) indiquent un passage au périhélie le 08 Février 2018 à une distance d'environ 3,7 UA du Soleil, et une période d'environ 8,3 ans.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K17/K17BC3.html (MPEC 2017-B123)

http://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=P%2F2017%20B2;old=0;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 

Satisfaisant aux conditions requises, la comète P/2010 J5 = 2017 B2 (McNaught) a reçu la dénomination définitive de 350P/McNaught en tant que 347ème comète périodique numérotée.

 


  

Date des PASSAGES au PERIHELIE des COMETES Date, Périodes de révolution, Distance au Soleil 

COMETES - Magnitudes prévues pour les prochains mois

Liste des comètes potentiellement observables - éléments orbitaux

 

Lost - Les Disparues... ou les comètes périodiques non revues.

 

Les différentes familles de comètes

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


01 Février 2017

Le chat céleste rencontre le homard cosmique

 

Crédit : ESO

 

Les astronomes étudient depuis fort longtemps les nuages de gaz brillant et de poussière cosmique référencés NGC 6334 et NGC 6357. Cette nouvelle et gigantesque image acquise par le Télescope de Sondage du Very Large Telescope de l'ESO en constitue simplement la plus récente. Dotée de quelque deux milliards de pixels, elle est l'image la plus vaste publiée à ce jour par l'ESO. Les formes suggestives qu'arborent ces nuages expliquent leurs appellations respectives : la Nébuleuse de la Patte de Chat et la Nébuleuse du Homard.

 

Les Nébuleuses de la Patte de Chat et du Homard - Crédit : ESO

 

NGC 6334 se situe à quelque 5500 années-lumière de la Terre. NGC 6357 est quant à elle plus éloignée – distante d'environ 8000 années-lumière. L'une et l'autre appartiennent à la constellation du Scorpion, et se situent non loin de l'extrémité de sa redoutable queue.

 

Le scientifique britannique John Herschel fut le tout premier à repérer les traces de l'existence de ces deux objets, après plusieurs nuits d'observation en juin 1837, lors de son expédition de trois ans au Cap de Bonne Espérance en Afrique du Sud. La puissance limitée des télescopes de l'époque permirent à Herschel, qui effectuait ses observations à l'œil nu, de décrire l'extrémité la plus brillante de la Nébuleuse de la Patte de Chat. Les véritables contours des deux nébuleuses n'apparaîtront que des décennies plus tard sur les photographies, scellant à tout jamais leurs noms de baptême respectifs.

 

Les télescopes modernes permettent d'apercevoir trois coussinets, ainsi que des motifs semblables à des pinces au sein de la Nébuleuse du Homard toute proche. Ce sont en réalité des régions constituées de gaz – principalement d'hydrogène – dont les atomes sont excités par la lumière en provenance des étoiles nouvellement nées. Ces étoiles chaudes et brillantes, dont la masse équivaut à quelque 10 masses solaires, émettent un intense rayonnement ultraviolet. Lorsque ce rayonnement interagit avec les atomes d'hydrogène qui subsistent au sein de la pépinière stellaire, les atomes deviennent ionisés. Ces objets semblables à de vastes nuages dont l'éclat résulte de l'excitation des atomes d'hydrogène (et d'autres éléments) ont été baptisés nébuleuses en émission.

 

La puissance de la caméra OmegaCAM de 256 mégapixels installée sur le Télescope de Sondage (VST) du Très Grand Télescope a permis de générer cette image très détaillée sur laquelle apparaissent, pour la toute première fois, des filaments de poussière – de véritables pièges à lumière – serpentant entre les deux nébuleuses. Ce cliché, doté de 49511 x 39136 pixels, est le plus vaste publié à ce jour par l'ESO.

 

OmegaCAM succède à la célèbre caméra grand champ  (WFI pour Wide Field Imager) de l'ESO, qui équipe actuellement le télescope MPG/ESO de 2,2 mètres à La Silla. L'instrument WFI a photographié la Nébuleuse de la Patte de Chat en 2010, dans le domaine visible également, mais au moyen d'un filtre rehaussant l'éclat des nuages de gaz d'hydrogène (eso1003). Entre temps, le Very Large Telescope de l'ESO a acquis une vue profonde de la Nébuleuse du Homard, capturant les nombreuses étoiles chaudes et brillantes qui lui confèrent couleur et forme (eso1226).

 

Des instruments à la pointe de la technologie sont utilisés pour observer ces phénomènes. Toutefois, l'épaisse poussière présente au sein de ces nébuleuses masque la quasi-totalité de leur contenu. La Nébuleuse de la Patte de Chat est l'une des pépinières stellaires les plus actives du ciel nocturne : elle abrite des milliers de jeunes étoiles chaudes dont la lumière visible ne peut nous parvenir. L'observation dans le domaine de l'infrarouge, au moyen de télescopes tel VISTA de l'ESO, permet toutefois de traverser la poussière et de mettre en évidence la formation d'étoiles en son sein.

 

Le fait d'observer les nébuleuses dans différents domaines de longueur d'onde donne lieu à diverses comparaisons visuelles. Ainsi, une partie de NGC 6357 évoque une colombe, une autre un crâne, dans l'infrarouge ; ce qui lui a valu cette autre appellation : la Nébuleuse de la Guerre et de la Paix.

 

Plus d'informations :  

L'ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 15 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Brésil, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages. VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est le plus grand télescope conçu exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est le partenaire européen d'ALMA, un télescope astronomique révolutionnaire. ALMA est le plus grand projet astronomique en cours de réalisation. L'ESO est actuellement en train de programmer la réalisation d'un télescope européen géant (E-ELT pour European Extremely Large Telescope) de la classe des 39 mètres qui observera dans le visible et le proche infrarouge. L'E-ELT sera « l'œil le plus grand au monde tourné vers le ciel.

 

Liens :  

- Photos du VST

 

Source : ESO http://www.eso.org/public/france/news/eso1705/?lang

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


 

Gaia, lanceur d'alertes…pour les objets du système solaire : La mission spatiale européenne Gaia, lancée en 2013, a récemment complété l'étendue de ses activités de cartographie du ciel par la mise en service d'un système de lancement d'alertes quotidiennes pour le suivi des astéroïdes qu'elle découvre. Des astronomes et ingénieurs de l'Observatoire de Paris à l'Institut de Mécanique Céleste et de Calcul des Éphémérides (IMCCE) et de l'Observatoire de la Côte d'Azur (OCA), au sein du consortium d'analyse des données Gaia, ont largement contribué à sa mise en place. Après avoir délivré son premier catalogue stellaire le 14 septembre 2016, Gaia poursuit sa mission de cartographie d'un milliard d'objets célestes et s'y ajoute maintenant une fonction supplémentaire de lanceur d'alertes pour les astéroïdes.

 

Gaia détecte un nouvel astéroïde : Gaia-606 est le premier astéroïde détecté grâce aux données de Gaia. Le 26 octobre 2016, peu de temps après sa mise en service au centre de calcul GAIA du CNES, le logiciel de détection d'astéroïdes dans les données GAIA a émis sa 1ère « alerte » : la détection d'un objet se déplacement rapidement dans les données reçues du satellite européen. Des observations complémentaires effectuées par des équipes de l'Observatoire de Paris et de l'Observatoire de Haute-Provence dans les jours suivants ont identifié l'objet comme étant un astéroïde non catalogué à ce jour.

 

Pan-STARRS publie un catalogue de 3 milliards de sources astronomiques : Le projet Pan-STARRS publie le plus grand sondage numérique du ciel au monde. Le catalogue est basé sur 4 années d'observations de 3/4 du ciel nocturne et fournit des informations détaillées sur plus de 3 milliards d'étoiles, galaxies et autres sources.

 

Un nouveau test de vie sur d'autres planètes : Une méthode chimique simple pourrait considérablement améliorer la façon dont les scientifiques cherchent des signes de vie sur d'autres planètes. Le test utilise une technique à base de liquide connue sous le nom d'électrophorèse capillaire pour séparer un mélange de molécules organiques en ses composants. Il a été conçu spécifiquement pour analyser les acides aminés, les blocs de construction structurels de toute vie sur Terre. La méthode est 10.000 fois plus sensible que les méthodes actuelles employées par des engins spatiaux comme le rover Mars Curiosity de la NASA, selon une nouvelle étude publiée dans Analytical Chemistry. L'étude a été réalisée par des chercheurs du Jet Propulsion Laboratory de la NASA, à Pasadena, en Californie.

 


 

Si vous appréciez PGJ et si vous souhaitez voir votre site préféré continuer d'évoluer et de se développer, n'hésitez pas à m'apporter votre soutien sous forme de donation.

Merci d'avance à tous les éventuels généreux donateurs. 


 

Dans la majorité des cas, la "Nouvelle" est un texte composé à partir d'une ou plusieurs sources ou une traduction "libre" du texte d'origine. Chaque "Nouvelle" est accompagnée de la provenance exacte des informations au moyen d'un ou de plusieurs liens conduisant vers les pages servant de support à l'élaboration de la "Nouvelle". Ces liens peuvent vous être utiles pour approfondir le sujet.

 

Ceux-ci sont identifiés selon le code suivant :

Sources ou Documentations non francophones

Sources ou Documentations en langue française

 

Les liens proposés vers d'autres sites sont communiqués à titre indicatif et ne sauraient engager la responsabilité de PGJ, tant en ce qui concerne les contenus que les conditions d'accès.

 

Les articles de la rubrique "Nouvelles du Ciel" peuvent être librement reproduits à condition d'indiquer sur votre page :

Source : PGJ - "Nouvelles du Ciel" avec un lien vers la "Nouvelle" concernée ou vers la page d'accueil de PGJ

 

Toutefois, un petit nombre d'articles proviennent de sources extérieures. Dans ce cas, le lien figurant au bas de l'article conduisant vers la page d'origine est précédé de la mention "Source :" indiquant le réel auteur de l'information.

exemple : Source : http://...........

 

De même, les photos illustrant ces articles sont accompagnées des mentions de "Crédit" ou de "Copyright" correspondantes.

 

L'utilisation de ces photos est soumise à certaines règles, propres à chaque auteur, mais que l'on peut résumer ainsi :

- utilisation non-commerciale

- respect des mentions de "Crédit" ou de "Copyright".

 

Il vous appartient toutefois de vérifier auprès des auteurs si celles-ci peuvent être reproduites librement ainsi que les conditions spéciales d'utilisation.

 

Retour à l'accueil

Contact : Gilbert Javaux