Nouvelles du Ciel de Janvier 2013

 

 

 

Les Titres

 

Les étoiles peuvent être des parents tardifs [31/01/2013]

Froide Andromède [28/01/2013]

Comètes P/2013 AL76 (Catalina) et C/2013 B2 (Catalina) [25/01/2013]

Mettre le feu à l'obscurité [23/01/2013]

Comètes P/2013 A2 (Scotti), P/2012 WA34 (Lemmon-PANSTARRS), P/2005 YQ127 = 2013 A3 (LINEAR), P/2006 K2 = 2013 B1 (McNaught) [21/01/2013]

Reull Vallis : une rivière courait à travers elle [17/01/2013]

Du gypse identifié sur Mars par ChemCam, une zone à forer pour le rover Curiosity [17/01/2013]

La lumière venue de l'ombre [16/01/2013]

Première mesure fine du « brouillard cosmique » dans l'Univers proche [16/01/2013]

Des fusées de poussière sur Mars [14/01/2013]

La NASA exclut un impact terrestre en 2036 pour l'astéroïde Apophis [11/01/2013]

Un fouillis d'étoiles exotiques [10/01/2013]

Les télescopes spatiaux voient des modèles météorologiques dans la naine brune [09/01/2013]

Hubble révèle une orbite planétaire dévoyée pour Fomalhaut b [09/01/2013]

Herschel intercepte l'astéroïde Apophis [09/01/2013]

Les étoiles binaires à grande séparation sont un danger pour les sytèmes planétaires [09/01/2013]

Comète C/2013 A1 (Siding Spring) [08/01/2013]

Découverte récente d'une météorite martienne unique, riche en eau [04/01/2013]

Un immense disque de galaxies naines autour de la galaxie d'Andromède [04/01/2013]

ALMA fait la lumière sur les écoulements de gaz formant des planètes [03/01/2013]

Comète C/2012 Y3 (McNaught) [02/01/2013]

 

 

Les Titres des "Nouvelles du Ciel" disponibles en Version Javascript ou Version XML

 

En savoir plus pour afficher les Titres des "Nouvelles du Ciel" de PGJ sur votre Site Web ou sur le Bureau de votre Ordinateur

 

Sources ou Documentations non francophones

Sources ou Documentations en langue française

 

Archives des Nouvelles du Ciel

Vous cherchez un ancien article ? Les Titres des Nouvelles du Ciel classés par Catégories

 

 

 

 


 

31 Janvier 2013

Les étoiles peuvent être des parents tardifs

 

Crédit : ESA–C. Carreau

 

Utilisant les capacités uniques de l'Observatoire spatial Herschel de l'ESA, des astronomes ont précisément «pesé» un disque stellaire, lui trouvant encore assez de masse pour produire 50 planètes de la taille de Jupiter, plusieurs millions d'années après que la plupart des autres étoiles ont déjà accouché.

 

Crédit : ESA–C. Carreau

 

Les disques proto-planétaires contiennent tous les ingrédients de base pour la fabrication de planètes. Ils sont constitués principalement d'hydrogène moléculaire froid, lequel est très transparent et pratiquement invisible.

 

Habituellement, il est beaucoup plus facile de mesurer l'émission de «contaminants» tels que la petite fraction de poussière mélangée dans le gaz, ou d'autres constituants du gaz, pour faire des estimations de la masse totale du disque.

 

Dans le passé, cette technique a causé d'importantes incertitudes dans les estimations de la masse d'hydrogène moléculaire, mais grâce aux capacités de longueurs d'ondes de l'infrarouge lointain et de sensibilité de Herschel, les astronomes ont utilisé une nouvelle méthode plus précise, à l'aide d'un proche parent de l'hydrogène moléculaire appelé deutérure d'hydrogène, ou hydrogène moléculaire «lourd».

 

Puisque le rapport de l'hydrogène moléculaire «normal» et «lourd» est très bien connu à partir des mesures dans notre voisinage solaire local, cette approche offre un moyen de «peser» la masse totale du disque d'une étoile avec dix fois plus de précision qu'auparavant.

 

Grâce à cette technique, une masse importante de gaz a été détectée dans un disque entourant TW Hydrae, une jeune étoile à seulement 176 années-lumière dans la constellation de l'Hydre.

 

«Nous ne nous attendions pas à trouver autant de gaz autour de cette étoile vieille de 10 millions d'années», explique le professeur Edwin Bergin de l'Université du Michigan, auteur principal du rapport publié dans Nature.

 

«Cette étoile a une masse beaucoup plus que nécessaire pour faire notre propre Système solaire et pourrait faire un système beaucoup plus exotique avec des planètes plus massives que Jupiter.»

 

Observer un tel disque massif autour de TW Hydrae est inhabituel pour les étoiles de cet âge parce que, en quelques millions d'années, la plupart du matériel est habituellement incorporé dans l'étoile centrale ou des planètes géantes, ou a été emporté par son vent stellaire fort.

 

«Avec une masse plus affinée, nous pouvons en apprendre davantage sur ce système du point de vue de son potentiel d'engendrer des planètes et la disponibilité des ingrédients qui pourraient être en mesure de donner une planète avec la vie», ajoute le professeur Bergin.

 

En effet, dans un enquête séparée d'Herschel, Les scientifiques ont déjà identifié TW Hydrae comme une étoile avec un disque qui contient assez d'eau pour remplir l'équivalent de plusieurs milliers d'océans de la Terre.

 

La nouvelle méthode pour «peser» le disque signifie que le volume de matériaux disponibles - y compris l'eau - pourrait être sous-estimé, dans ce système et dans d'autres.

 

Une réévaluation des masses de disques autour d'autres étoiles d'âges différents permettra de mieux comprendre le processus de construction de planète.

 

«Il peut y avoir différents résultats concernant la formation des planètes pour des systèmes d'âges différents», explique le co-auteur, le professeur Thomas Henning du Max Planck Institute for Astronomy, en Allemagne.

 

«Tout comme l'âge auquel les gens ont des enfants couvrent un large éventail, TW Hydrae semble être au bord de cette plage pour les étoiles, montrant que ce système particulier peut avoir besoin de plus de temps pour former des planètes, et qu'elle peut être un parent tardif.»

 

«La détection de l'hydrogène moléculaire lourd a été rendue possible grâce aux nouvelles capacités d'observation offertes par Herschel, fournissant ce bond en avant dans l'évaluation du disque autour de cette étoile», ajoute Göran Pilbratt, scientifique du projet Herschel de l'ESA.

 

http://www.esa.int/Our_Activities/Space_Science/Stars_can_be_late_parents

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


 

Quand une planète se comporte comme une comète : Venus Express de l'ESA a fait des observatons uniques de Vénus au cours d'une période de réduction de la pression du vent solaire, découvrant que l'ionosphère de la planète se gonfle comme la queue d'une comète sur son côte nuit.

 

La croûte de Mercure probablement faite de basalte riche en magnésium (AGU Journal Highlights - 28 January 2013) : Avec deux spectromètres de rayons X et de rayons gamma, la sonde MESSENGER (MErcury Surface, Space ENvironment, GEochemistry and Ranging), qui est entrée en orbite autour de Mercure en 2011, est bien équipée pour procéder à une analyse détaillée de la composition de la croûte de Mercure, la compréhension de ce qui pourrait aider à déterminer la nature de la formation de la planète, et de son passé volcanique. Utilisant des mesures spectrométriques et des analyses de laboratoire d'échantillons analogues à la surface de Mercure , Stockstill-Cahill et al. déterminent que les couches supérieures de la croûte de Mercure ressemblent le plus à des roches terrestres de basalte magnésien, mais avec des concentrations en fer plus faibles. Pour rendre leur décision, les auteurs ont utilisé un logiciel connu comme MELTS pour simuler le refroidissement et la cristallisation de la potentielle lave mercurienne avec des compositions chimiques différentes, estimant la température à laquelle se cristalliseraient les minéraux de la lave en fusion et l'abondance des différentes espèces minérales. De même, les auteurs ont simulé le refroidissement de roches terrestres riches en magnésium et d'échantillons météoritiques. Sur la base de leur analyse chimique de la composition, les auteurs déduisent un certain nombre de propriétés d'une lave tôt sur Mercure. Ils suggèrent que la lave aurait eu une très faible viscosité, se diffusant à travers la surface en se répandant mais en couches minces. En plus, ils ont calculé que les températures requises pour produire la lave riche en magnésium aurait été beaucoup plus élevées que pour les roches terrestres non enrichies en magnésium. Les auteurs disent que la lave de faible viscosité aurait laisser des marques révélatrices sur la surface de la planète qui pourraient être identifiées grâce à des observations supplémentaires de MESSENGER.

Source: Journal of Geophysical Research-Planets, doi: 10.1029/2012JE004140, 2012

Title: “Magnesium-rich crustal compositions on Mercury: Implications for magmatism from petrologic modeling”

Authors:

- Karen R. Stockstill-Cahill and Timothy J. McCoy (Department of Mineral Sciences, National Museum of Natural History, Smithsonian Institution, Washington, District of Columbia, USA);

- Larry R. Nittler and Shoshana Z. Weider (Department of Terrestrial Magnetism, Carnegie Institution of Washington, Washington, District of Columbia, USA);

- Steven A. Hauck, II (Department of Earth, Environmental, and Planetary Sciences, Case Western Reserve University, Cleveland, Ohio, USA).

 

Le volcanisme de Io contrôle l'activité magnétosphérique de Jupiter (AGU Journal Highlights - 28 January 2013) : La lune volcanique Io de Jupiter crache du gaz volcanique, qui atteint son atmosphère et devient ionisé, formant ce qu'on appelle le tore de plasma de Io. Ce tore de plasma peut interagir avec la magnétosphère de Jupiter, affectant peut-être l'activité aurorale à cet endroit. Pour aider à déterminer si l'activité volcanique de Io affecte la magnétosphère de Jupiter, Yoneda et al. ont analysé les observations au sol de la nébuleuse de sodium de Jupiter, ce qui donne une indication de l'activité volcanique de Io et le contenu du plasma dans le tore de plasma de Io, ainsi que les mesures par satellite des émissions radio appelée émission HOM, qui est un signe de l'activité aurorale de Jupiter. Ils observent que la nébuleuse de sodium de Jupiter a été renforcée à la fin Mai jusqu'à début Juin 2007, indiquant que l'activité volcanique de Io a augmenté durant cette période. Les chercheurs constatent que peu de temps après que cette augmentation a commencé, l'intensité des émissions HOM de Jupiter a diminué. En conséquence, les auteurs concluent que l'activité volcanique plus grande sur Io atténue l'activité aurorale dans la magnétosphère de Jupiter.

Source: Geophysical Research Letters, doi: 10.1002/grl.50095, 2013

Title: “Io's volcanism controls Jupiter's radio emissions”

Authors:

- M. Yoneda, F. Tsuchiya, H. Misawa, M. Kagitani, and S. Okano (Planetary Plasma and Atmospheric Research Center, Graduate School of Science, Tohoku University, Sendai city, Miyagi prefecture, Japan);

- B. Bonfond (Laboratoire de Physique Atmosphérique et Planétaire, Université de Liège, Liège, Belgium);

- C. Tao (Japan Aerospace Exploration Agency, 3-1-1 Yoshinodai, Chuo ward, Sagamihara city, Kanagawa prefecture, Japan).

 


28 Janvier 2013

Froide Andromède

 

Crédit : ESA/Herschel/PACS & SPIRE Consortium, O. Krause, HSC, H. Linz

 

Sur cette nouvelle image de la galaxie d'Andromède prise par l'observatoire spatial Herschel de l'ESA, de froides lignes incurvées d'étoiles en formation se révèlent avec des détails sans précédent.

 

Crédit : ESA/Herschel/PACS & SPIRE Consortium, O. Krause, HSC, H. Linz

 

La galaxie d'Andromède, alias M31, est la grande galaxie la plus proche de notre Voie lactée avec une distance de 2,5 millions d'années-lumière. Cela en fait un laboratoire naturel idéal pour étudier la formation d'étoiles et l'évolution d'une galaxie.

 

Sensible à l’infrarouge lointain émis par les objets froids comme la poussière mélangée au gaz, Herschel traque les nuages de gaz où naissent les étoiles. Cette nouvelle image révèle la partie la plus froide de la poussière de la galaxie, à seulement quelques dizaines de degrés au-dessus du zéro absolu. Elle apparaît en rouge sur cette image.

 

À l’opposé, les régions les plus chaudes, comme le bulbe central très densément peuplé qui abrite des étoiles plus anciennes, apparaissent en bleu.

 

Une structure complexe se révèle tout au long des 200 000 années-lumière de diamètre de la galaxie, avec des régions de formation d'étoiles organisée en bras spiraux et au moins cinq anneaux concentriques, entrecoupés de vides sombres d’où la formation stellaire est absente.

 

Cette nouvelle image montre clairement que, bien qu'abritant déjà plusieurs centaines de milliards d'étoiles, la grande galaxie d'Andromède en comptera bientôt encore beaucoup plus.

 

http://www.esa.int/fre/ESA_in_your_country/France/Froide_Andromede

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


 

Le pulsar caméléon qui étonne les astronomes : Une collaboration internationale incluant huit chercheurs français de l'Université d'Orléans, du CNRS, de l'Observatoire de la Côte d'Azur, de l'Observatoire de Lyon et de l'Observatoire de Paris, a fait une découverte importante concernant les pulsars qui oscillent régulièrement entre deux états : actif ou calme. L'émission d'ondes radio et de rayons X par ces étoiles à neutrons change en quelques secondes. Cela suggèrerait un changement rapide de tout leur environnement. Dans ses recherches, l'équipe a rassemblé des observations du télescope spatial XMM-Newton et de radiotélescopes, dont le réseau européen Low Frequency Array LOFAR.

 


25 Janvier 2013

Comètes P/2013 AL76 (Catalina) et C/2013 B2 (Catalina)

 

Nouvelles du Ciel

 

P/2013 AL76 (Catalina)

Un objet ayant l'apparence d'un astéroïde, découvert le 14 Janvier 2013 par J. A. Johnson et R. E. Hill dans le cadre du Catalina Sky Survey, a montré des caractéristiques cométaires au cours des observations de suivi effectuées par G. Hug (Sandlot Observatory, Scranton), P. Ruiz (ESA Optical Ground Station, Tenerife), P. Birtwhistle (Great Shefford), Hidetaka Sato (via iTelescope Observatory, Mayhill), et J. V. Scotti (LPL/Spacewatch II).

 

Les éléments orbitaux préliminaires de la comète P/2013 AL76 (Catalina) indiquent un passage au périhélie le 13 Décembre 2012 à une distance d'environ 2 UA du Soleil, et une période d'environ 15,8 ans.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K13/K13B77.html (MPEC 2013-B77)

http://scully.cfa.harvard.edu/cgi-bin/returnprepeph.cgi?d=c&o=PK13A76L

http://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=P%2F2013%20AL76;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 

 

C/2013 B2 (Catalina)

Une nouvelle comète a été découverte le 16 Janvier 2013 par J. A. Johnson dans le cadre du Catalina Sky Survey. Après publication sur la page NEOCP du Minor Planet Center de l'objet ayant l'apparence d'un astéroïde, la nature cométaire de l'objet a été confirmée par les observations de W. H. Ryan (Magdalena Ridge Observatory, Socorro), A. Asami, S. Okumura et T. Sakamoto (Bisei Spaceguard Center--BATTeRS), F. Losse (St Pardon de Conques), H. Sato (via iTelescope Observatory, Mayhill), T. H. Bressi (LPL/Spacewatch II), P. Dupouy, J. B. de Vanssay et G. Soulie (Observatoire de Dax), T. Lister (via Haleakala-Faulkes Telescope North), L. Buzzi (Schiaparelli Observatory), et par P. Benson, C. Everall, N. Howes, A. Tripp et E. Guido (via Haleakala-Faulkes Telescope North).

 

Les éléments orbitaux préliminaires de la comète C/2013 B2 (Catalina) indiquent un passage au périhélie le 30 Juin 2013 à une distance d'environ 3,7 UA du Soleil.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K13/K13B84.html (MPEC 2013-B84)

 

Les observations supplémentaires indiquent un passage au périhélie le 01 Juillet 2030 à une distance d'environ 3,7 UA du Soleil.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K13/K13F20.html (MPEC 2013-F20)

http://scully.cfa.harvard.edu/cgi-bin/returnprepeph.cgi?d=c&o=CK13B020

http://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2013%20B2;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

http://remanzacco.blogspot.it/2013/01/new-comet-c2013-b2-catalina.html

 

 

Date des PASSAGES au PERIHELIE des COMETES Date, Périodes de révolution, Distance au Soleil 

COMETES - Magnitudes prévues pour les prochains mois

Liste des comètes potentiellement observables - éléments orbitaux

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


 

Prendre la température de l'Univers : C'est la meilleure mesure du refroidissement de l'Univers depuis le Big bang. Les astronomes ont testé la théorie du Big bang grâce à une expérience difficile - mesurer la température de l'Univers quand il était à la moitié de son âge actuel. Une équipe internationale de scientifiques, dont deux astronomes de l'Observatoire de Paris, a effectué la mesure la plus précise à ce jour du refroidissement de l'Univers au cours de son histoire de 13,77 milliards d'années. Ils ont étudié des molécules dans les nuages de gaz d'une galaxie lointaine, si loin que sa lumière a mis la moitié de l'âge de l'univers à nous parvenir. Pour la mesure, ils ont utilisé l'interféromètre ATCA (Australia Telescope Compact Array) du CSIRO, un réseau de six radiotélescopes de 22 mètres à l'Est de l'Australie. L'article vient de sortir dans Astronomy & Astrophysics.

 

De grandes molécules carbonées voyagent dans le milieu interstellaire : Une équipe d’astronomes de l'IRAP (Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie) avec leur collaborateur de l'Observatoire de Cagliari (Italie) vient de démontrer qu'à proximité des étoiles, la molécule de fullerène, ou C60, est ionisée en C60+. Cela confirme bien la présence de C60+ dans le milieu interstellaire et surtout prouve que ces espèces sont en phase gazeuse et non sur des grains de poussière. Depuis presque 30 ans, les astronomes considèrent selon l’hypothèse PAH (hydrocarbures aromatiques polycycliques), que de grandes molécules carbonées en phase gazeuse jouent un rôle majeur dans la physique et la chimie des environnements cosmiques. Ces nouveaux travaux sur C60+ apportent une preuve directe de la validité de cette hypothèse et sont publiés le 22 janvier dans la revue Astronomy & Astrophysics.

 


23 Janvier 2013

Mettre le feu à l'obscurité

 

Crédit : ESO/APEX (MPIfR/ESO/OSO)/T. Stanke et al./Digitized Sky Survey 2

 

Une nouvelle image du télescope APEX (Atacama Pathfinder Experiment) au Chili, montre une vue magnifique de nuages de poussière cosmique dans la région d'Orion. Alors que ces nuages interstellaires denses semblent sombres et obscurs sur les observations en lumière visible, la caméra LABOCA d'APEX peut détecter le rayonnement de chaleur de la poussière et révéler l'emplacement caché où se forment les nouvelles étoiles. Mais l'un de ces nuages sombres n'est pas ce qu'il semble être.

 

Mettre le feu à l'obscurité - Crédit : ESO/APEX (MPIfR/ESO/OSO)/T. Stanke et al./Digitized Sky Survey 2

 

Dans l'espace, les nuages denses de gaz et de poussière cosmique sont les lieux de naissance des nouvelles étoiles. En lumière visible, cette poussière sombre et opaque cache les étoiles qui se trouvent derrière. Ces nuages sont si occultant que, quand l'astronome William Herschel observa l'un d'entre eux dans la constellation du Scorpion en 1774, il pensa qu'il s'agissait d'une région du ciel vide d'étoiles et l'on dit qu'il se serait exclamé,  « Ma parole, il y a un trou dans le ciel a cet endroit ! » [1]

 

Afin de mieux comprendre la formation des étoiles, les astronomes ont besoin de télescopes qui peuvent observer dans de plus grandes longueurs d'onde comme les longueurs d'onde submillimétriques dans lesquelles les sombres grains de poussière brillent plutôt que d'absorber la lumière. APEX, sur le plateau de Chajnantor dans les Andes chiliennes, est la plus grande antenne submillimétrique en service dans l'hémisphère sud et ce télescope est idéal pour étudier la naissance des étoiles.

 

Situé dans la constellation d'Orion, à 1500 années-lumière de la Terre, le complexe du nuage moléculaire d'Orion est la région de formation d'étoiles massive la plus proche de la Terre. Elle contient un trésor de nébuleuses lumineuses, de nuages sombres et de jeunes étoiles. La nouvelle image ne montre qu'une partie de ce grand complexe en lumière visible, avec les observations d'APEX superposées dans les tons brillants orange qui semblent mettre le feu aux nuages sombres. Souvent, les taches brillantes des images d'APEX correspondent aux endroits les plus sombres en lumière visible – le signe révélateur de nuages denses de poussière qui absorbent la lumière visible, mais qui brillent dans les longueurs d'onde submillimétriques et qui sont peut-être des lieux de formation d'étoiles.

 

La tache lumineuse en dessous du centre de l'image est la nébuleuse NGC1999. Cette région – quand on l'observe en lumière visible – est ce que les astronomes appellent une nébuleuse par réflexion, où le pâle rayonnement bleu de la lumière d'étoiles d'arrière-plan est réfléchi par les nuages de poussière. La nébuleuse est principalement illuminée par le rayonnement énergétique de la jeune étoile V380 Orionis [2] tapie en son cœur. Au centre de la nébuleuse, il y a une tache sombre que l'on peut voir encore plus clairement dans une image bien connue du télescope spatial NASA/ESA Hubble.

 

Normalement, une tache sombre comme celle-ci devrait indiquer un nuage dense de poussière cosmique, cachant les étoiles et la nébuleuse qui sont derrière lui. Toutefois, sur cette image nous pouvons voir que la tache reste noire de manière spectaculaire, même lorsque l'on ajoute les observations d'APEX. Grâce à ces observations d'APEX combinées avec des observations dans l'infrarouge réalisées avec d'autres télescopes, les astronomes supposent que cette tache est en fait un trou ou une cavité dans la nébuleuse, creusée par la matière qui s'écoule de l'étoile V380 Orionis. Pour une fois, il y a vraiment un trou dans le ciel !

 

La région sur cette image est située à environ deux degrés au sud de la grande et fameuse nébuleuse d'Orion (Messier 42), qui peut être vue sur le bord supérieur de l'image à plus grand champ en lumière visible tirée du Digitized Sky Survey.

 

Les observations d'APEX utilisées pour cette image ont été pilotées par Thomas Stanke (ESO), Tom Megeath (University of Toledo, USA), et Amy Stutz (Max Planck Institute for Astronomy, Heidelberg, Allemagne). APEX est une collaboration entre le Max Planck Institute for Radio Astronomy (MPIfR), l'observatoire  Onsala Space Observatory (OSO) et l'ESO. La gestion d'APEX à Chajnantor est confiée à l'ESO.

 

Notes

[1] En Allemand, “Hier ist wahrhaftig ein Loch im Himmel!”

 

[2] V380 Orionis a une température de surface très haute d'environ 10 000 Kelvins (environ la même chose en degrés Celsius), pratiquement deux fois celle de notre Soleil. Sa masse est estimée à 3,5 fois celle du Soleil.

 

Plus d'informations

L'ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 15 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Brésil, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages. VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est le plus grand télescope conçu exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est le partenaire européen d'ALMA, un télescope astronomique révolutionnaire. ALMA est le plus grand projet astronomique en cours de réalisation. L'ESO est actuellement en train de programmer la réalisation d'un télescope européen géant (E-ELT pour European Extremely Large Telescope) de la classe des 39 mètres qui observera dans le visible et le proche infrarouge. L'E-ELT sera « l'œil le plus grand au monde tourné vers le ciel ». 

 

Liens

- La recherche sur la tache sombre dans NGC 1999 dont il est question ci-dessus est présentée dans un article de T. Stanke et al., A&A 518, L94 (2010), également disponible en preprint.

 

Source : ESO http://www.eso.org/public/france/news/eso1304/

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


 

Bételgeuse se prépare à une collision : Sur la nouvelle image de l'observatoire spatial Herschel de l'ESA, de multiples arcs se révèlent autour de Bételgeuse, la supergéante rouge la plus proche de la Terre. L'étoile et ses boucliers incurvés pourraient entrer en collision avec un intrigant mur de poussière dans 5000 ans.

 

Choisir les bonnes personnes pour aller sur Mars : Lorsque les humains partiront enfin à destination de notre proche voisine, le voyage n'en restera pas moins long et difficile. Les résultats de l'étude Mars 500, à laquelle a participé le Français Romain Charles, montrent que le régime alimentaire et le repos seront des ingrédients essentiels au succès de la mission. Ces découvertes bénéficieront à l'ensemble des Terriens, quelle que soit la longueur de leurs voyages.

 


21 Janvier 2013

Comètes P/2013 A2 (Scotti), P/2012 WA34 (Lemmon-PANSTARRS), P/2005 YQ127 = 2013 A3 (LINEAR), P/2006 K2 = 2013 B1 (McNaught)

 

Nouvelles du Ciel

 

P/2013 A2 (Scotti)

Une nouvelle comète a été découverte par J. V. Scotti sur les images CCD obtenues le 06 Janvier 2013 avec le télescope de 0,9-m f/3 du Steward Observatory, Kitt Peak. La nature cométaire de l'objet a été confirmée par les observations de J. V. Scotti et T. H. Bressi (LPL/Spacewatch II), et de celles de N. Howes et E. Guido obtenues le 08 Janvier via le Ritchey-Chretien de 2.0-m f/10.0 du Haleakala-Faulkes Telescope North, après publication sur la page NEOCP du Minor Planet Center. Peter Phelps (Hazelmere School, UK) a utilisé le Faulkes Telescope South un peu plus tard dans la journée pour aider à confirmer la nature de l'objet.

 

Les éléments orbitaux préliminaires de la comète P/2013 A2 (Scotti) indiquent un passage au périhélie le 16 Mai 2013 à une distance d'environ 1,9 UA du Soleil, et une période d'environ 10 ans.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K13/K13A45.html (MPEC 2013-A45)

 

Les observations supplémentaires indiquent un passage au périhélie le 07 Février 2013 à une distance d'environ 2,1 UA du Soleil, et une période d'environ 8 ans.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K13/K13C52.html (MPEC 2013-C52)

http://scully.cfa.harvard.edu/cgi-bin/returnprepeph.cgi?d=c&o=PK13A020

http://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=P%2F2013%20A2;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem 

http://remanzacco.blogspot.it/2013/01/new-comet-p2013-a2-scotti.html

 

 

P/2012 WA34 (Lemmon-PANSTARRS)

Un objet ayant l'apparence d'un astéroïde a été découvert le 26 Novembre 2012 dans le cadre du Mt. Lemmon survey, répertorié comme tel sous la dénomination de 2012 WA34, et le 07 Janvier 2013 par l'équipe du programme de recherche Pan-STARRS (Panoramic Survey Telescope & Rapid Response System), quand des caractéristiques cométaires ont été notées par M. Micheli (Mauna Kea) lors d'observations de confirmation de l'objet après publication sur la page NEOCP du Minor Planet Center. Des observations supplémentaires de Pan-STARRS datant du 26 Septembre 2011 ont également été identifiées.

 

Les éléments orbitaux de la comète P/2012 WA34 (Lemmon-PANSTARRS) indiquent un passage au périhélie le 24 Janvier 2013 à une distance d'environ 3,1 UA du Soleil, et une période d'environ 10,5 ans.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K13/K13A66.html (MPEC 2013-A66)

http://scully.cfa.harvard.edu/cgi-bin/returnprepeph.cgi?d=c&o=PK12W34A

http://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=P%2F2012%20WA34;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 

 

P/2005 YQ127 = 2013 A3 (LINEAR)

La comète P/2005 YQ127 (LINEAR) a été retrouvée les 07 et 18 Janvier 2013 par Jim V. Scotti (LPL/Spacewatch II).

Découvert initialement le 28 Décembre 2005 par le télescope de surveillance LINEAR, et répertorié en tant qu'astéroïde sous la dénomination de 2005 YQ127, cet objet avait montré par la suite des caractéristiques cométaires. La comète P/2005 YQ127 (LINEAR), qui était passée au périhélie le 04 Novembre 2005 à une distance de 1,9 UA du Soleil, avait été observée pour la dernière fois le 19 Mars 2006.

 

Les éléments orbitaux de la comète P/2005 YQ127 = 2013 A3 (LINEAR) indiquent un passage au périhélie le 05 Juin 2013 à une distance d'environ 1,9 UA du Soleil, et une période d'environ 7,58 ans.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K13/K13B18.html (MPEC 2013-B18)

http://scully.cfa.harvard.edu/cgi-bin/returnprepeph.cgi?d=c&o=PK05YC7Q

http://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=P%2F2013%20A3;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 

Satisfaisant aux conditions requises, la comète P/2005 YQ127 = 2013 A3 (LINEAR) a reçu la dénomination définitive de 277P/LINEAR en tant que 277ème comète périodique numérotée.

 

 

P/2006 K2 = 2013 B1 (McNaught)

La comète P/2006 K2 (McNaught), découverte initialement par Rob McNaught le 22 Mai 2006 dans le cadre du Siding Spring Survey et observée pour la dernière fois le le 20 Août 2006, a été retrouvée les 19 et 20 Janvier 2013 par J. V. Scotti (LPL/Spacewatch II).

 

Les éléments orbitaux de la comète P/2006 K2 = 2013 B1 (McNaught) indiquent un passage au périhélie le 02 Août 2013 à une distance d'environ 2,1 UA du Soleil, et une période d'environ 7,1 ans.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K13/K13B58.html (MPEC 2013-B58)

http://scully.cfa.harvard.edu/cgi-bin/returnprepeph.cgi?d=c&o=PK06K020

http://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=P%2F2013%20B1;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 

Satisfaisant aux conditions requises, la comète P/2006 K2 = 2013 B1 (McNaught) a reçu la dénomination définitive de 278P/McNaught en tant que 278ème comète périodique numérotée.

 

 

Date des PASSAGES au PERIHELIE des COMETES Date, Périodes de révolution, Distance au Soleil 

COMETES - Magnitudes prévues pour les prochains mois

Liste des comètes potentiellement observables - éléments orbitaux

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


17 Janvier 2013

Reull Vallis : une rivière courait à travers elle

 

Crédit : ESA/DLR/FU Berlin (G. Neukum)

 

Mars Express de l'ESA a imagé l'an dernier l'étonnante partie supérieure de la région de Reull Vallis de Mars avec sa caméra stéréo haute résolution.

 

Crédit : ESA/DLR/FU Berlin (G. Neukum)

 

Reull Vallis, la structure ressemblant à une rivière dans ces images, est soupçonnée de s'être formée lorsque l'eau s'écoulait dans le lointain passé martien, coupant un canal encaissée à travers les montagnes de Promethei Terra avant de revenir vers le fond du vaste bassin Hellas.

 

Cette structure sinueuse, qui s'étend sur près de 1500 km à travers le paysage martien, est flanquée de nombreux affluents, dont l'un peut être clairement vu coupant la vallée principale vers le haut (nord).

 

Crédit : ESA/DLR/FU Berlin (G. Neukum)

 

Les nouvelles images de Mars Express montrent une région de Reull Vallis à un endroit où le canal fait près de 7 km de large et 300 m de profondeur.

 

Les côtés de Reull Vallis sont particulièrement nets et raides dans ces images, avec des caractéristiques longitudinales parallèles couvrant le sol du canal lui-même. Ces structures sont censées être causées par le passage de débris et la glace au cours de la période « Amazonie » (qui continue à ce jour) en raison de l'écoulement glaciaire le long du canal.

 

Les structures ont été formées longtemps après qu'elle fut sculptée à l'origine par de l'eau liquide au cours de la période Hesperian, qui est censée avoir pris fin entre 3,5 milliards et 1,8 milliard d'années.

 

Des structures similaires alignées, considérées comme riche en glace, se retrouvent dans de nombreux cratères environnants.

 

Crédit : NASA MGS MOLA Science Team

 

Dans l'image de contexte plus large, l'affluent coupant le canal principal semble faire partie d'une bifurcation de la vallée principale en deux branches distinctes en amont avant de fusionner en une seule vallée principale.

 

La partie droite (nord) de l'image principale est dominée par les montagnes de Terra Promethei avec leurs montagnes hautes et arrondies montrées dans ces images, s'élevant à environ 2.500 m au-dessus des plates plaines environnantes.

 

La vue en perspective ci-dessous montre l'une de ces montagnes aux environs des cratères d'impact remplis de sédiments.

 

Crédit : ESA/DLR/FU Berlin (G. Neukum)

 

Cette région présente une ressemblance frappante avec la morphologie trouvée dans les régions de la Terre affectées par la glaciation. Par exemple, nous pouvons voir des structures circulaires en escalier sur les parois internes du cratère rempli de sédiments à l'avant-plan de la seconde vue en perspective. Les planétologues pensent qu'elles peuvent représenter d'anciennes hautes crues ou des niveaux glaciaires, avant que la glace et l'eau se subliment ou s'évaporent par étapes à des moments différents.

 

La morphologie de Reull Vallis suggère qu'elle a connu une histoire complexe et diversifiée, avec des analogies observées dans l'activité glaciaire sur la Terre. Ces analogies donnent aux géologues planétaires un aperçu intéressant d'un passé sur la planète rouge pas trop dissemblable aux événements sur notre propre monde d'aujourd'hui.

  

http://www.esa.int/Our_Activities/Space_Science/Reull_Vallis_a_river_ran_through_it

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


17 Janvier 2013

Du gypse identifié sur Mars par ChemCam, une zone à forer pour le rover Curiosity

 

Crédit image: NASA / JPL-Caltech / LANL / CNES / IRAP / LPGNantes / CNRS

 

Grâce aux récentes analyses de l'instrument franco-américain ChemCam, réalisées avec la participation des laboratoires de planétologie de Toulouse et Nantes notamment, le rover Curiosity arpente en ce moment une zone faite de sédiments et traversées par des filons clairs épais de quelques millimètres pour procéder aux premiers forages. ChemCam focalise un laser sur la roche ce qui la volatilise et permet d'analyser sa composition chimique élémentaire. En parallèle, une caméra prend une image pour déterminer le point de contact du laser. Les spectres obtenus par ChemCam sur les filons sont très différents des compositions martiennes habituelles (basaltiques) et montrent une composition de sulfates de calcium, dont le minéral le plus typique est le gypse. Or sur Terre le gypse est fréquent sous la forme de veines et se forme par circulation de fluides et précipitation dans les fractures du sous-sol. Cette découverte de ChemCam serait la première preuve minéralogique de la présence d'eau trouvée par le rover sur le site de Gale crater. En l'occurrence il s'agit d'eau dans le sous-sol lors d'épisodes aqueux passés. Cette découverte a fortement influencé la décision du projet de procéder au premier forage dans cette unité parcourue de veines de gypse.

 

Cette série d'images montre la similitude des veines riches en sulfate vues sur Mars par le rover Curiosity et celles présentes sur Terre.

Crédit image: NASA / JPL-Caltech / LANL / CNES / IRAP / LPGNantes / CNRS / LGLyon / Planet-Terre

 

Note(s) :

 

Les laboratoires français participant au projet CHEMCAM (Mars Curiosity) :

 

- Commissariat à l'Energie Atomique et aux Énergies Alternatives (CEA)
- Géoressources (CNRS/Université de Lorraine, Nancy),
- Géosciences Environnement Toulouse (CNRS/Université de Toulouse)
- Laboratoire d'Astrophysique de Bordeaux (CNRS/Observatoire Aquitain des Sciences de l'Univers/Université Bordeaux 1)
- Laboratoire de Géologie de Lyon, Terre, Planètes, Environnement (CNRS/Université Claude Bernard, ENS Lyon),
- Laboratoire de Minéralogie et Cosmochimie du Muséum (CNRS, Muséum National d'Histoire Naturelle),
- Laboratoire de Planétologie et de Géodynamique de Nantes (CNRS/Université de Nantes/Université d'Angers/Université du Maine/CNES/Université de la Rochelle),
- Institut d'Astrophysique Spatiale (CNRS/Université Paris Sud, Orsay),
- Institut de Physique du Globe de Paris (CNRS/Université Paris Diderot/Sorbonne Paris Cité/Université de la Réunion)
- Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie (CNRS/Université de Toulouse; UPS-OMP),
- Institut des Sciences de la Terre (CNRS/Universités de Savoie/Université Joseph Fourier, Institut Français des Sciences et Technologies des Transports, de l'Aménagement et des Réseaux, Grenoble)

 

Pour en savoir plus : 

 

L'instrument ChemCam effectue ses premiers tirs lasers, communiqué de presse du CNRS, 24 août 2012

http://www.msl-chemcam.com/index.php
http://marsprogram.jpl.nasa.gov/msl/
http://www.jpl.nasa.gov/news/news.php?release=2013-020#6

 

Source : INSU/CNRS http://www.insu.cnrs.fr/node/4115

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


16 Janvier 2013

La lumière venue de l'ombre

 

Crédit : ESO/F. Comeron

 

Une nouvelle image évocatrice de l'ESO montre un nuage sombre dans lequel de nouvelles étoiles se forment avec un amas d'étoiles brillantes qui ont déjà émergé de leur nurserie stellaire de poussière. Cette nouvelle image a été prise avec le télescope MPG/ESO de 2,2 mètres à l'Observatoire de La Silla au Chili. Il s'agit de la meilleure image jamais réalisée en lumière visible de cet objet peu connu.

 

Le nuage sombre Lupus 3 et les jeunes étoiles chaudes qui y sont associées - Crédit : ESO/F. Comeron

 

Sur la gauche de cette nouvelle image, il y a une colonne sombre ressemblant à un nuage de fumée. Sur la droite brille un petit groupe d'étoiles lumineuses. Au premier regard, ces deux structures ne pourraient pas être plus différentes l'une de l'autre, mais elles sont en fait étroitement liées. Le nuage contient une quantité considérable de poussière cosmique froide. Il s'agit d'une nurserie où de nouvelles étoiles sont en train de naître. Il est probable que le Soleil s'est formé dans une région de formation stellaire similaire, il y a plus de quatre milliards d'années.

 

Ce nuage est appelé Lupus 3. Il se trouve à environ 600 années-lumière de la Terre dans la constellation du Scorpion. La zone montrée ici fait environ cinq années-lumière de large.

 

Lorsque les parties les plus denses de ce type de nuages se contractent sous l'effet de la gravité, elles se réchauffent et commencent à briller. Au début, ce rayonnement est bloqué par les nuages de poussière et ne peut être vu qu'avec des télescopes observant dans des longueurs d'onde plus longues que celles de la lumière visible, comme l'infrarouge. Mais, alors que les étoiles deviennent plus chaudes et plus brillantes, leurs radiations intenses et les vents stellaires dissipent peu à peu les nuages qui les entourent jusqu'à émerger dans toute leur splendeur.

 

Les étoiles brillantes, à droite du centre de cette nouvelle image, forment un exemple parfait d'un petit groupe de ce genre de jeunes étoiles chaudes. Une partie de leur brillante lumière bleue se réfléchie sur la poussière subsistant autour d'elles. Les deux étoiles les plus lumineuses sont suffisamment brillantes pour être vues facilement avec un petit télescope ou des jumelles. Ce sont de jeunes étoiles qui n'ont pas encore commencé à briller par des réactions de fusion nucléaire déclenchées dans leur cœur et sont toujours entourées de gaz brillant [1]. Elles ont probablement moins d'un million d'années d'existence.

 

Bien qu'au premier regard ils sautent moins aux yeux que les lumineuses étoiles bleues, des campagnes d'observation ont mis à jour beaucoup d'autres objets stellaires très jeunes dans cette région qui est l'une des nurseries stellaires de ce type parmi les plus proches du Soleil.

 

Les régions de formation d'étoiles peuvent être gigantesques comme la nébuleuse de la Tarentule (eso0650) où des centaines d'étoiles massives sont en train de naître. Toutefois, on suppose que la plupart des étoiles dans notre galaxie, comme dans d'autres, se sont formées dans des régions beaucoup plus modestes comme celle que nous voyons sur cette image, où seulement deux étoiles brillantes sont visibles et où aucune étoile très massive ne se forme. Pour cette raison, la région Lupus 3 est à la fois fascinante pour les astronomes et une magnifique illustration des premières phases de la vie des étoiles.

 

Notes

[1] Elles sont appelées « étoiles Herbig Ae/Be » du nom de l'astronome qui les a identifiées pour la première fois. Le A et le B font référence aux types spectraux des étoiles, un peu plus chaudes que le Soleil. Le « e » indique que des raies d'émission sont présentes dans leur spectre, à cause du rayonnement du gaz qui les entoure. Elles brillent en convertissant l'énergie potentielle gravitationnelle en chaleur en se contractant.

 

Plus d'informations

L'ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 15 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Brésil, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages. VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est le plus grand télescope conçu exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est le partenaire européen d'ALMA, un télescope astronomique révolutionnaire. ALMA est le plus grand projet astronomique en cours de réalisation. L'ESO est actuellement en train de programmer la réalisation d'un télescope européen géant (E-ELT pour European Extremely Large Telescope) de la classe des 39 mètres qui observera dans le visible et le proche infrarouge. L'E-ELT sera « l'œil le plus grand au monde tourné vers le ciel ».

 

Liens

- L'article scientifique

- Photos du télescope MPG/ESO de 2,2 mètres

- Autres photos prises avec le télescope MPG/ESO de 2,2 mètres

 

Source : ESO http://www.eso.org/public/france/news/eso1303/

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


16 Janvier 2013

Première mesure fine du « brouillard cosmique » dans l'Univers proche

 

© H.E.S.S. Collaboration.

 

Des chercheurs du Laboratoire Leprince-Ringuet (CNRS/École Polytechnique) ont effectué la première mesure de l'intensité de la lumière extragalactique diffuse dans l'Univers proche, véritable brouillard de photons dans lequel baigne l'Univers depuis sa formation. Utilisant des sources gamma parmi les plus brillantes de l'hémisphère sud, cette évaluation a été conduite à partir de mesures effectuées par le réseau de télescopes HESS [1], installé en Namibie, auxquels contribuent le CNRS et le CEA. Elle est complémentaire de celle réalisée récemment par l'observatoire spatial Fermi-LAT [2]. Ces résultats apportent des éléments nouveaux pour appréhender la taille de l'Univers observable en rayons gamma et pour mieux comprendre la formation des étoiles et l'évolution des galaxies dans l'Univers. Ils sont publiés le 16 janvier 2013 sur le site de la revue Astronomy & Astrophysics dont ils font la couverture.

La lumière émise par tous les objets de l'Univers (étoiles, galaxies...) depuis sa naissance emplit l'espace intergalactique d'un « océan » de photons appelé « lumière extragalactique diffuse ». La luminosité ambiante de notre galaxie empêche de mesurer directement cette trace fossile de l'activité lumineuse de l'Univers. Pour contourner ce problème, les astrophysiciens s'appuient sur le rayonnement gamma [3] (d'une énergie plus de 500 milliards de fois plus importante que celle de la lumière visible), qui offre une méthode alternative et indirecte pour sonder cette lumière.

 

Vue du réseau de télescopes HESS en Namibie © H.E.S.S. Collaboration, Clementina Medina

 

En effet, un faisceau de rayons gamma issu d'une galaxie lointaine, à plusieurs centaines de millions d'années-lumière, est atténué lors de son voyage vers la Terre, du fait d'interactions avec la lumière diffuse. Plus précisément, au « contact » d'un photon diffus, un photon gamma peut « disparaître » en donnant naissance à un électron et à son anti-particule, un positron, ce qui a pour effet d'atténuer l'intensité du faisceau. Plus le brouillard de photons diffus est épais, plus l'atténuation est importante, réduisant la taille de l'Univers observable en rayons gamma. Finalement, l'absorption par l'atmosphère de la Terre des rayons restants engendre une cascade de particules subatomiques, qui génère un éclair lumineux détectable depuis le sol par HESS, un réseau de télescopes majoritairement franco-allemand. Il repère les rayons gamma de très haute énergie (de l'ordre d'un million de millions d'eV), tandis que ceux de plus basse énergie sont détectés directement par le Large Area Telescope (LAT) de l'observatoire spatial Fermi Gamma-Ray Space Telescope.

Dans cette étude, les chercheurs se sont intéressés à des galaxies particulières appelées blazars [4] distantes de plusieurs milliards d'années-lumière. En mesurant avec HESS les spectres en rayons gamma émis par des blazars relativement proches, ils ont évalué l'effet de l'interaction des rayons gamma très énergétiques avec la lumière extragalactique diffuse dans une sphère d'un rayon de 3 milliards d'années-lumière. La collaboration Fermi-LAT a fait de même dans l'Univers plus lointain, entre 5 et 10 milliards d'années-lumière. Ces mesures ont permis d'en déduire, pour la première fois avec une précision de l'ordre de 20 %, l'intensité de la lumière stellaire contenue dans l'Univers, dans la gamme des longueurs d'onde allant du proche infra-rouge à l'ultra-violet, en passant par le visible.

 

Histoire cosmique et mesure de l'opacité aux rayons gamma à différentes époques par HESS et Fermi-LAT. L'axe vertical du graphique montre l'opacité normalisée à un modèle de référence (Franceschini et al. 2008) et l'axe horizontal indique les distances, en années-lumière, auxquelles sont situés les blazars utilisées pour les mesures. Le point bleu à gauche indique la gamme dans laquelle la mesure de Fermi est statistiquement significative et le point rouge à droite montre la mesure réalisée par HESS dans l'Univers proche. © H.E.S.S. Collaboration.

 

Une meilleure connaissance de cette lumière diffuse, véritable « mémoire » de l'Univers lumineux, nous révèle des informations sur les premières étoiles. Elle permet ainsi de mieux comprendre leur formation ainsi que l'évolution des galaxies. Cette nouvelle donnée pourrait être intégrée dans certains modèles cosmologiques pour mieux décrire la vitesse et les processus de formation des étoiles depuis la naissance de l'Univers. Ces résultats permettent également de définir la taille de l'Univers observable en rayons gamma et d'envisager l'étude de signatures de mécanismes plus fondamentaux, liés aux champs magnétiques intergalactiques ou bien de phénomènes de physique « exotique ».

 

Note(s) :

[1] HESS : « High Energy Stereoscopic System ». La collaboration internationale HESS réunit actuellement 180 chercheurs issus de 28 laboratoires de 12 pays différents, principalement en Allemagne et en France.

 

[2] The Imprint of the Extragalactic Background Light in the Gamma-Ray Spectra of Blazars. Ackermann et al., Science, publié en ligne le 1er novembre 2012 et en papier le 30 novembre 2012 (Vol. 338 no. 6111 pp. 1190-1192). DOI: 10.1126/science.1227160.

 

[3] Le rayonnement gamma est constitué de photons, comme la lumière visible ou le rayonnement X, mais il est beaucoup plus énergétique.

 

[4] Les blazars sont des galaxies dont les centres sont rendus brillants en rayons gamma par l'influence de trous noirs supermassifs et dont les jets de particules sont orientés dans notre direction.

 

Pour en savoir plus: 

 

En savoir plus sur H.E.S.S.

 

Les laboratoires français impliqués dans H.E.S.S. :

- Laboratoire « Astroparticule et cosmologie » (CNRS/Université Paris Diderot/CEA/Observatoire de Paris)

- Centre d'études nucléaires de Bordeaux Gradignan (CNRS/Université Bordeaux 1)

- Institut de planétologie et d'astrophysique de Grenoble (CNRS/Université Joseph Fourier)

- Institut de recherche sur les lois fondamentales de l'Univers (CEA)

- Laboratoire d'Annecy-le-Vieux de physique des particules (CNRS/Université de Savoie)

- Laboratoire Leprince-Ringuet (CNRS/École polytechnique)

- Laboratoire de physique nucléaire et de hautes énergies (CNRS/UPMC/Université Paris Diderot)

- Laboratoire Univers et Particules de Montpellier (CNRS/Université de Montpellier 2)

- Laboratoire « Univers et théories » (Observatoire de Paris/CNRS/Université Paris Diderot)

 

Référence : 

Measurement of the extragalactic background light imprint on the spectra of the brightest blazars observed with H.E.S.S., Collaboration HESS, Astronomy & Astrophysics, en ligne le 16 janvier 2013.

 

Source : INSU/CNRS http://www.insu.cnrs.fr/node/4113

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


14 Janvier 2013

Des fusées de poussière sur Mars

 

© LMD / Aymeric Spiga

 

L'un des aspects les plus exotiques de l'atmosphère de Mars est la présence de microscopiques grains de poussière en suspension, qui jouent un rôle crucial dans le climat de la planète rouge. Cependant, se pose la question du renouvellement continuel de ces poussières. Une équipe de chercheurs de l'IPSL [1], vient de lever le voile sur ce mystère en découvrant dans l'atmosphère de Mars un phénomène extrême baptisé « fusées de poussière ». Ces travaux ont été effectués au LMD [2], avec une participation du LATMOS [3], et sont publiés dans le Journal of Geophysical Research.

 

Les chercheurs ont eu recours à une démarche inédite en employant leur nouveau modèle informatique, qui permet de prédire la météorologie à très fine échelle dans une région particulière de Mars. Ils ont étudié l'évolution d'une violente tempête de poussière capturée par la mission européenne Mars Express [4]. Les chercheurs de l'équipe de Aymeric Spiga, premier auteur de la publication, étaient loin de se douter des surprises qui les attendaient ! Si une tempête de poussière se développe d'abord par soulèvement de poussière depuis le sol martien, les chercheurs ont découvert qu'ensuite peut se développer une colonne de poussière en ascension spectaculairement rapide, une « fusée de poussière ». Sont alors injectées des quantités considérables de poussière jusqu'à 30 à 50 kilomètres au-dessus de la surface de Mars.

 

Modélisation numérique du développement du nuage de poussière détecté par Mars Express. On voit ici l'évolution temporelle de la quantité de poussière dans l'atmosphère martienne. En 4 heures, le nuage se développe jusqu'à 35 km d'altitude. Le nuage finit par s'effilocher horizontalement en une couche subsistant à haute altitude, qui sédimente pendant la nuit mais remonte le jour suivant. © LMD / Aymeric Spiga

 

Le mécanisme qui provoque les fusées de poussière sur Mars est appelé convection profonde. Il est également responsable de la formation de puissants nuages d'orage sur Terre, les cumulonimbus [5]. L'énergie qui alimente les mouvements verticaux n'est cependant pas la même sur les deux planètes. Sur Terre, il s'agit de l'énergie relâchée par la condensation de la vapeur d'eau en gouttelettes d'eau nuageuses. Sur Mars, les grains de poussière emportés par une tempête de poussière chauffent intensément la mince atmosphère en absorbant le rayonnement incident du Soleil. La planète rouge étant dépourvue de stratosphère, qui limite sur Terre la hauteur des cumulonimbus, les fusées de poussière sur Mars peuvent alors atteindre des altitudes très importantes.

 

Ces découvertes permettent d'avancer la première explication solide des énigmatiques couches enrichies en poussière observées à haute altitude sur Mars par la sonde Mars Reconnaissance Orbiter [6]. Le renouvellement permanent des poussières dans l'atmosphère de Mars est également mieux compris. Les fusées de poussière ont de nombreuses autres implications sur la dynamique atmosphérique, le cycle de l'eau, la chimie sur Mars. De plus, connaître leur potentiel danger permet de garantir le succès de l'envoi vers Mars de futures missions robotiques et humaines.

 

A gauche, la quantité de poussière dans l'atmosphère martienne est représentée en fonction de la longitude et de la pression qui diminue avec l'altitude. Une pression de 10 Pascal correspond approximativement, sur Mars, à une altitude de 30 km. Bien que les sources d'énergie qui permettent aux cumulonimbus sur Terre et aux fusées de poussière sur Mars de se décelopper soient différentes, ils sont tous deux gouvernés par le phénomène de convection profonde. © LMD / Aymeric Spiga et Jim W. Lee.

 

Note(s): 

[1] L'Institut Pierre Simon Laplace (IPSL) regroupe 6 laboratoires (LATMOS, LISA, LMD, LOCEAN, LPMAA, LSCE) dont les thématiques de recherche concernent l'environnement global. Ces laboratoires élaborent une stratégie commune pour l'étude du « Système Terre » dans sa globalité ainsi que pour l'étude d'autres objets du Système solaire.

 

[2] Laboratoire de Météorologie Dynamique (LMD-CNRS/École Polytechnique/UPMC-Pierre et Marie Curie/École Normale Supérieure)

 

[3] Laboratoire Atmosphères, Milieux, Observations Spatiales (LATMOS-CNRS/UPMC-Pierre et Marie Curie/Université Versailles Saint Quentin)

 

[4] Plus d'informations sur la sonde de l'ESA Mars Express

 

[5] Les différences et similitudes avec les cumulonimbus sur Terre ont d'ailleurs conduit les chercheurs à inventer le terme « conio-cumulonimbus » (konios signifiant poussière en grec ancien) pour désigner les fusées de poussière.

 

[6] Plus d'informations sur Mars Reconaissance Orbiter de la NASA

 

Source(s): 

A.Spiga, J. Faure, J.-B.Madeleine, A. Määttänen, F. Forget. Rocket dust storms and detached dust layers in the Martian atmosphere, Journal of Geophysical Research, décembre 2012

 

http://www.insu.cnrs.fr/node/4087

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


 

Les incendies forcent l'évacuation du plus grand observatoire australien : Les feux qui ravagent l'Australie depuis deux semaines n'épargnent pas les chercheurs. L'Observatoire de Siding Spring, le plus important du pays et un des plus sophistiqués au monde avec douze télescopes, a dû être intégralement évacué dimanche et a subi quelques dégâts suite à un feu de brousse. Situé dans les montagnes Warrumbungle en Nouvelle-Galles-du-Sud, Siding Spring n'a donc pas été épargné par un feu provoqué par des orages et des températures caniculaires de plus de 40 degrés. Des vents de 60 km/heure ont fait s'étendre l'incendie sur un front de quatre kilomètres. Pour rappel, en janvier 2003 l'Observatoire de Stromlo près de Canberra avait été détruit par un incendie.

 


11 Janvier 2013

La NASA exclut un impact terrestre en 2036 pour l'astéroïde Apophis

 

Crédit : UH/IA

 

Les scientifiques de la NASA au Jet Propulsion Laboratory (JPL) de l'agence, à Pasadena, Californie, ont effectivement exclu la possibilité que l'astéroïde Apophis percutera la Terre au cours d'un survol rapproché en 2036. Les scientifiques ont utilisé les dernières informations obtenues par les télescopes soutenus par la NASA en 2011 et 2012, ainsi que de nouvelles données du moment précédent le lointain survol de la Terre par Apophis le 09 Janvier.

 

Découvert en 2004, l'astéroïde, qui a la taille de trois et demi terrains de football, a recueilli l'attention immédiate des scientifiques de l'espace et des médias quand les calculs initiaux de son orbite ont indiqué une possibilité de 2,7 pour cent d'un impact avec la Terre lors d'un survol rapproché en 2029. Les données découvertes lors d'une recherche d'anciennes images astronomiques ont fourni des renseignements supplémentaires nécessaires pour écarter le scénario d'impact pour 2029, mais restait une vague possibilité d'un en 2036 - jusqu'à hier.

 

"Avec les nouvelles données fournies par les observatoires optiques de Magdalena Ridge [New Mexico Institute of Mining and Technology]  et Pan-STARRS [Univ. Of Hawaii], ainsi que des données très récentes fournies par le Goldstone Solar System Radar, nous avons effectivement exclu la possibilité d'un impact de la Terre par Apophis en 2036", a déclaré Don Yeomans, directeur du Near-Earth Object Program Office de la NASA au JPL. "Les chances d'impact telles qu'elles existent actuellement sont inférieures à une sur un million, ce qui nous met à l'aise pour dire que nous pouvons effectivement exclure un impact avec la Terre en 2036. Notre intérêt pour l'astéroïde Apophis sera essentiellement pour son intérêt scientifique pour l'avenir prévisible."

 

Le 13 Avril 2029, le survol de l'astéroïde Apophis sera un record mondial. Ce jour-là, Apophis va devenir le survol le plus proche d'un astéroïde de cette taille quand il viendra à moins de 31.300 km au-dessus de la surface de la Terre.

 

"Mais beaucoup plus tôt, une approche au plus près par un astéroïde peu connu va se produire dans le milieu du mois prochain lorsqu'un astéroïde d'une taille de 40 mètres, 2012 DA14, survolera la surface de la Terre sans danger à environ 27.735 km", a déclaré M. Yeomans. "Avec les nouveaux télescopes mis en ligne, la mise à niveau des télescopes existants et l'amélioration continuelle de notre processus de détermination orbitale, il n'y a jamais un moment d'ennui à travailler sur les objets géocroiseurs."

 

La NASA détecte et suit les astéroïdes et les comètes passant à proximité de la Terre en utilisant à la fois les télescopes au sol et spatiaux. Le Near-Earth Object Observations Program, communément appelé "Spaceguard", découvre ces objets, caractérise un sous-ensemble d'entre eux et trace leurs orbites afin de déterminer si ceux-ci pourraient être potentiellement dangereux pour notre planète.

 

L'astéroïde Apophis a été découvert le 19 Juin 2004 - Crédit image : UH/IA

  

http://www.jpl.nasa.gov/news/news.php?release=2013-017

 

Nouvelles du Ciel : Herschel intercepte l'astéroïde Apophis [09/01/2013]

Nouvelles du Ciel : La NASA peaufine la trajectoire de l'astéroïde Apophis vers la Terre [08/10/2009]

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


 

Galex révèle la plus grande galaxie spirale connue : La spectaculaire spirale barrée NGC 6872 se classe parmi les plus grands systèmes stellaires depuis des décennies. Maintenant, une équipe d'astronomes des États-Unis, du Chili et du Brésil l'a couronné la plus grand spirale connue, basée sur des données d'archives de la mission GALEX (Galaxy Evolution Explorer) de la NASA. Mesurée d'un bout à l'autre entre ses deux bras en spirale hors normes, NGC 6872 s'étend sur plus de 522.000 années-lumière, soit plus de cinq fois la taille de notre galaxie, la Voie Lactée. La taille inhabituelle et l'apparence de la galaxie proviennent de son interaction avec un beaucoup plus petit disque galactique nommé IC 4970, qui a seulement environ un cinquième de la masse de NGC 6872. Le couple bizarre est situé à 212 millions d'années-lumière de la Terre dans la constellation australe du Paon (Pavo). Les astronomes pensent que les grandes galaxies, dont la nôtre, ont augmenté grâce à des fusions et acquisitions -- s'assemblant sur des milliards d'années par l'absorption de nombreux systèmes plus petits. Curieusement, l'interaction gravitationnelle de NGC 6872 et IC 4970 a peut-être fait le contraire, engendrant ce qui peut se transformer en une nouvelle galaxie de petite taille.

 


10 Janvier 2013

Un fouillis d'étoiles exotiques

 

Crédit : ESO/M.-R. Cioni/VISTA Magellanic Cloud survey

 

VISTA réalise un nouveau cliché de l'amas d'étoiles 47 Tucanae

 

L'amas globulaire 47 Tucanae - Crédit : ESO/M.-R. Cioni/VISTA Magellanic Cloud survey.
Acknowledgment: Cambridge Astronomical Survey Unit

 

Cette image infrarouge réalisée avec le télescope VISTA de l'ESO montre l'amas globulaire 47 Tucanae de manière extrêmement détaillée. Cet amas contient des millions d'étoiles et un bon nombre de celles nichées en son cœur sont des étoiles assez exotiques aux propriétés peu communes. Etudier les objets des amas tels que 47 Tucanae devrait pouvoir nous aider à comprendre comment ces objets « excentriques » se forment et interagissent. Cette image est très profonde et très précise du fait de la taille, de la sensibilité et de l'emplacement de VISTA, installé à l'Observatoire de Paranal au Chili.

 

Les amas globulaires sont de vastes nuages sphériques de vieilles étoiles maintenues ensemble par la gravité. Ils tournent autour des cœurs galactiques tout comme des satellites en orbite autour de la Terre. Ces boules d'étoiles ne contiennent que très peu de poussière et de gaz – on suppose que la grande majorité a été soit expulsée de l'amas par les vents et les explosions d'étoiles, soit évacuée par du gaz interstellaire en interaction avec l'amas. Tout le matériel restant a fusionné il y a plusieurs milliards d'années pour former des étoiles.

 

Ces amas globulaires attisent grandement l'intérêt des astronomes – 47 Tucanae, également appelé NGC 104, est un énorme et vieil amas globulaire situé à environ 15 000 années-lumière de la Terre. Il est bien connu pour abriter un grand nombre d'étoiles et de systèmes bizarres et intéressants.

 

Situé dans la constellation australe du Toucan, 47 Tucanae est en orbite autour de notre Voie Lactée. Avec ses 120 années-lumière de large environ, il est si grand que malgré son éloignement il apparaît pratiquement aussi gros que la pleine Lune. Hébergeant des millions d'étoiles, c'est un des plus gros et des plus massifs amas globulaires connus et il est visible à l'œil nu [1]. Parmi la masse d'étoiles grouillantes en son cœur, on trouve de nombreux systèmes qui attisent la curiosité comme des sources de rayons X, des étoiles variables, des étoiles vampires, des étoiles « normales » d'une luminosité inattendue appelées traînardes bleues (eso1243) et des objets minuscules appelés pulsars milliseconde, de petites étoiles mortes qui tournent sur elles-mêmes de manière étonnamment rapide [2].

 

Les géantes rouges, des étoiles qui ont épuisé l'énergie de leur cœur et dont la taille a gonflé, sont réparties sur cette image de VISTA et sont faciles à repérer, brillant d'une couleur orange foncée sur l'arrière-plan d'étoiles jaunâtres. Le cœur dense contraste avec les régions périphériques plus clairsemées de l'amas et en arrière-plan on peut voir un nombre très important d'étoiles du Petit Nuage de Magellan.

 

Cette image a été réalisée avec le télescope VISTA (Visible and Infrared Survey Telescope for Astronomy) de l'ESO dans le cadre d'une campagne d'observation de la région des Nuages de Magellan (survey of the region of the Magellanic Clouds), deux des galaxies les plus proches de la Terre connues. 47 Tucanae, bien que beaucoup plus proche des Nuages, se trouve par chance au premier plan, devant le Petit Nuage de Magellan (eso1008) et a été photographié pendant la campagne.

 

VISTA est le plus grand télescope au monde dédié à la cartographie du ciel. Installé à l'Observatoire de Paranal de l'ESO au Chili, ce télescope infrarouge, avec son grand miroir, son grand champ et ses détecteurs très sensibles, révèle le ciel austral sous un nouveau jour. En combinant des images infrarouges très fines – telle que celle ci-dessus réalisée par VISTA – et des observations dans le visible, les astronomes peuvent étudier le contenu et l'histoire d'objets comme 47 Tucanae de manière extrêmement détaillée.

 

Notes

[1] Il y a plus de 150 amas globulaires en orbite autour de notre Galaxie. 47 Tucanae est le deuxième des plus massifs après Omega Centauri (eso0844).

 

[2] Les pulsars milliseconde sont des versions des pulsars normaux qui tournent de manière incroyablement rapide sur eux-même, très fortement magnétisés, le reste d'une étoile effondrée en rotation qui émet des bouffées de rayonnements au cours de sa rotation. Il y a 23 pulsars milliseconde connus dans 47 Tucanae – plus que dans tous les autres amas globulaires à part Terzan 5 (eso0945).

 

Plus d'informations

L'ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 15 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Brésil, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages. VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est le plus grand télescope conçu exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est le partenaire européen d'ALMA, un télescope astronomique révolutionnaire. ALMA est le plus grand projet astronomique en cours de réalisation. L'ESO est actuellement en train de programmer la réalisation d'un télescope européen géant (E-ELT pour European Extremely Large Telescope) de la classe des 39 mètres qui observera dans le visible et le proche infrarouge. L'E-ELT sera « l'œil le plus grand au monde tourné vers le ciel ».

 

Liens

- Photos de VISTA

- Photos de l'Observatoire de Paranal

- Autres images prises avec VISTA

 

Source : ESO http://www.eso.org/public/france/news/eso1302/

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


09 Janvier 2013

Les télescopes spatiaux voient des modèles météorologiques dans la naine brune

 

Crédit : NASA, ESA, and JPL-Caltech

 

Des astronomes utilisant les télescopes spatiaux Hubble et Spitzer ont sondé l'atmosphère orageuse d'une naine brune nommée 2MASSJ22282889-431026, créant la "carte météo" le plus détaillée à ce jour pour cette catégorie de corps froids resemblant à une étoile. La météo montre des nuages de dimension planétaire poussés par le vent, enveloppant ces mondes étranges. Les naines brunes se forment à partir de la condensation de gaz, comme font les étoiles, mais manquent de masse pour fusionner des atomes et produire de l'énergie. Au lieu de cela, ces objets, que certains appellent des étoiles ratées, sont plus semblables aux planètes gazeuses avec leurs atmosphères complexes et variées. La nouvelle recherche est un tremplin vers une meilleure compréhension non seulement des naines brunes, mais aussi de l'atmosphère des planètes hors de notre Système solaire.

 

Hubble et Spitzer ont simultanément regardé la naine brune lorsque sa lumière a varié dans le temps, augmentant et s'atténuant environ toutes les 90 minutes lorsque le corps a tourné. Les astronomes ont trouvé que le moment de ce changement de luminosité dépendait de s'ils ont regardé en utilisant différentes longueurs d'onde de la lumière infrarouge. Les variations sont le résultat de différentes couches ou des plaques de matériau tourbillonnant autour de la naine brune dans les tempêtes de vent aussi grande que la Terre elle-même. Spitzer et Hubble voient différentes couches de l'atmosphère, car certaines longueurs d'onde infrarouges sont bloquées par les vapeurs d'eau et de méthane en haut, tandis que les autres longueurs d'onde infrarouge émergent de couches plus profondes. Daniel Apai, l'investigateur principal de l'étude de l'Université d'Arizona, à Tucson, a présenté les résultats lors de la réunion de l'American Astronomical Society le 08 Janvier à Long Beach, en Californie. Une étude décrivant les résultats, dirigée par Esther Buenzli, également de l'Université de l'Arizona, est publiée dans Astrophysical Journal Letters. Pour plus d'informations sur cette étude, visitez http://www.nasa.gov/spitzer .

 

Image Credit: NASA, ESA, and JPL-Caltech

Science Credit: NASA, ESA, and D. Apai and E. Buenzli (University of Arizona)

 

 

http://hubblesite.org/newscenter/archive/releases/2013/02/

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


09 Janvier 2013

Hubble révèle une orbite planétaire dévoyée pour Fomalhaut b

 

Crédit : NASA, ESA, and P. Kalas (University of California, Berkeley)

 

Les images récemment publiées du télescope spatial Hubble d'un vaste disque de débris encerclant l'étoile proche Fomalhaut, et d'une mystérieuses planète l'encerclant, peuvent fournir la preuve médico-légale d'une perturbation planétaire titanesque dans le système. Les astronomes sont surpris de constater que la ceinture de débris est plus large que précédemment connue, s'étendant sur un fossé d'espace de 22,5 milliards de kilomètres à près de 32 milliards de kilomètres de l'étoile. Plus surprenant encore, les dernières images de Hubble ont permis à une équipe d'astronomes de calculer que la planète suit une orbite elliptique inhabituelle qui l'amène sur une trajectoire potentiellement destructrice à travers le vaste anneau de poussières.

 

La planète, appelée Fomalhaut b, se balance aussi près de son étoile que 7,5 milliards de kilomètres, et le point le plus éloigné de son orbite est à 43,5 milliards de kilomètres de l'étoile. L'orbite a été recalculée à partir de la dernière observation de Hubble en 2012. L'équipe de Fomalhaut dirigée par Paul Kalas (University of California, Berkeley) considère cette preuve circonstancielle qu'il peut y avoir d'autres corps analogues à la planète dans le système qui a gravitationnellement perturbé Fomalhaut b pour la placer dans une orbite très excentrique. Son équipe présente leurs conclusions à la 221ème réunion de l'American Astronomical Society à Long Beach, en Californie.

 

Crédit : NASA, ESA, and P. Kalas (University of California, Berkeley)

 

 

http://hubblesite.org/newscenter/archive/releases/2013/01/

 

Le Meilleur du télescope spatial Hubble

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


09 Janvier 2013

Herschel intercepte l'astéroïde Apophis

 

Crédit : ESA/Herschel/PACS/ MACH-11/MPE/B.Altieri (ESAC) and C. Kiss (Konkoly Observatory)

 

 

L'observatoire spatial Herschel a fait de nouvelles observations de l'astéroïde Apophis lorsqu'il s'est approché de la Terre ce week-end. Les données montrent que l'astéroïde est plus gros qu'estimé de prime abord, et moins réfléchissant.

 

Vue en trois couleurs d'Herschel de l'astéroïde Apophis

Crédit : ESA/Herschel/PACS/MACH-11/MPE/B.Altieri (ESAC) and C. Kiss (Konkoly Observatory) 

 

Catalogué comme astéroïde (99942) Apophis (précédemment 2004 MN4), il est souvent surnommé «l'astéroïde apocalyptique» dans les médias populaires, après les premières observations faites après sa découverte en 2004 lui ayant donné une chance de 2,7% de percuter la Terre en Avril 2029.

 

Avec des données supplémentaires, cependant, un impact en 2029 a été rapidement écarté, bien que l'astéroïde passera à moins de 36.000 km de la surface terrestre, plus près encore que les orbites des satellites géostationnaires.

 

L'astéroïde sera de retour dans le voisinage de la Terre à nouveau en 2036, mais à quel point il va venir près est encore incertain, car l'approche de 2029 est prévue pour modifier son orbite de façon substantielle. L'obtention de paramètres physiques améliorés pour Apophis et son orbite est donc d'une grande importance pour être en mesure de faire de meilleures prévisions de sa future trajectoire.

 

Herschel a eu une bonne occasion ce week-end, en observant l'astéroïde pendant environ deux heures lors de son approche auprès de la Terre, avant sa plus proche rencontre d'aujourd'hui à un peu moins d'un dixième de la distance de la Terre au Soleil : environ 14,5 millions de km. Les observations ont été faites dans le cadre du programme de temps garanti Herschel MACH-11.

 

"De même que les données sont scientifiquement importantes en elles seules, la compréhension des propriétés clés d'astéroïdes fournira des détails essentiels pour les missions qui pourraient éventuellement visiter des objets potentiellement dangereux", explique Laurence O'Rourke, chercheur principal du programme d'observation MACH-11, de l'European Space Astronomy Centre (ESAC), près de Madrid, en Espagne.

 

"Apophis est seulement le deuxième astéroïde géocroiseur observé par Herschel, et celles-ci étaient les plus rapides observations suivies par le télescope spatial - l'astéroïde se déplaçait à une vitesse de 205 secondes d'arc par heure comme vu du point de vue de Herschel."

 

Modèle de température d'Apophis

Crédit : ESA/Herschel/MACH-11/

T.Müller MPE (Germany)

 

Herschel a fourni les premières observations dans l'infrarouge thermique d'Apophis à différentes longueurs d'onde, lesquelles avec les mesures optiques ont contribué à affiner les estimations des propriétés de l'astéroïde. La fourchette des estimations antérieures donnait un diamètre moyen de l'astéroïde de 270 ± 60 m, les nouvelles observations d'Herschel ont retourné un diamètre plus précis de 325 ± 15 m.

 

"L'augmentation de 20% en diamètre, de 270 à 325 m, se traduit par une augmentation de 75% dans nos estimations du volume de l'astéroïde ou de masse», explique Thomas Müller du Max Planck Institute for Extraterrestrial Physics à Garching, en Allemagne, qui est à la tête de l'analyse des nouvelles données.

 

En analysant la chaleur émise par Apophis, Herschel a également fourni une nouvelle estimation de l'albédo de l'astéroïde - une mesure de la réflectivité - de 0,23. Cette valeur signifie que 23% de la lumière du Soleil tombant sur l'astéroïde est réfléchie, le reste est absorbé et réchauffe l'astéroïde. L'estimation précédente d'albédo pour Apophis était de 0,33.

 

La connaissance des propriétés thermiques d'un astéroïde indique comment son orbite pourrait être modifiée en raison du subtil réchauffement par le Soleil. Connu sous le nom d'effet Yarkovsky, le cycle de réchauffement et de refroidissement d'un petit corps lorqu'il tourne et lorsque sa distance par rapport au Soleil change peut susciter des changements à long terme de l'orbite de l'astéroïde.

 

"Ces chiffres sont les premières estimations basées sur les mesures d'Herschel seul, et d'autres campagnes au sol en cours pourraient produire des éléments d'informations supplémentaires qui nous permettront d'améliorer nos résultats», ajoute Müller.

 

"Bien qu'Apophis a d'abord capturé l'intérêt du public comme un possible impacteur de la Terre, ce qui est maintenant considéré comme hautement improbable dans un avenir prévisible, il est d'un intérêt considérable à lui seul, et comme un exemple de la classe des objets proches de la Terre», explique Göran Pilbratt, responsable scientifique du projet Herschel de l'ESA.

 

«Nos mesures uniques d'Herschel jouent un rôle clé pour la caractérisation physique d'Apophis, et permettront d'améliorer la prévision à long terme de son orbite."

 

http://www.esa.int/Our_Activities/Space_Science/Herschel_intercepts_asteroid_Apophis

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


09 Janvier 2013

Les étoiles binaires à grande séparation sont un danger pour les sytèmes planétaires

 

Crédit : Nathan Kab

 

Une équipe internationale d'astronomes, dont un chercheur du LAB [1] (CNRS/Université Bordeaux 1), a montré que les systèmes planétaires avec des étoiles binaires à grande séparation sont particulièrement sensibles aux perturbations violentes et favorisent l'éjection d'une ou de plusieurs planètes gazeuses (comme Jupiter et Saturne) dans l'espace interstellaire. Ce résultat sera publié le 17 janvier dans la revue Nature.

 

Images extraites du film montre deux simulations du bouleversement d'un système planétaire d'étoiles binaires à large séparation, sous l'effet de perturbations galactiques. A gauche, une vue de l'extérieur montrant l'orbite autour de notre système solaire d'une étoile binaire hypothétique de 0,1 masse solaire, avec une séparation initiale orbitale de 10 000 UA. A droite, une vue rapprochée des orbites de Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune. Lorsque l'orbite de la binaire devient excentrique, cela peut éventuellement exciter les orbites de planètes et Uranus et Neptune sont alors éjectées du système solaire. - Crédits : Nathan Kab

 

Pour arriver à ce résultat, les chercheurs ont réalisé plus de 3000 simulations numériques de l'évolution orbitale de ces systèmes, qui représentent environ un système stellaire sur dix. Ils ont démontré que les orbites d'étoiles binaires dont la séparation dépasse environ 1000 UA [2] changent dans le temps à cause de perturbations externes au système telles que la gravitation des autres étoiles dans la Galaxie. Le changement comprend une augmentation de l'excentricité du système binaire, ce qui conduit à diminuer la distance minimale entre les deux étoiles. Dans des phases de très haute excentricité, la binaire stimule des instabilités dans les systèmes planétaires. Cela peut avoir des conséquences désastreuses pour les planètes dans ces systèmes. En effet, l'influence de la gravité d'une étoile qui passerait très proche de planètes, peut changer radicalement les orbites de celles-ci autour de l'autre étoile. Ce sont ces instabilités qui brisent l'architecture orbitale des systèmes et qui éjectent des planètes dans l'espace. Les instabilités créées par des étoiles binaires éloignées se déroulent de 100 millions à plusieurs milliards d'années après la formation des planètes.

 

Simulation d'une instabilité provoquée par l'ajout d'une étoile binaire dans notre système solaire. La périhélie et l'aphélie sont tracées pour Jupiter (rouge), Saturne (or), Uranus (cyan) et Neptune (bleu). Le demi grand axe (ligne noire en pointillés) et le péricentre du système binaire (ligne noire continue) sont également représentés (crédits S. Raymond).

 

Les grandes excentricités de planètes que l'on observe autour d'autres étoiles que le Soleil sont des "cicatrices" de leur passé. Comme prédit par ce nouveau modèle, les excentricités des planètes géantes dans des systèmes avec une binaire à forte séparation sont statistiquement plus élevées que les planètes orbitant autour d'étoiles uniques (ce qui n'est pas le cas pour les planètes dans des systèmes avec une binaire stellaire à faible séparation).

 

Vidéo : 

simulation_of_wide_binary_stars_planetary_disruption.mp4

 

Note(s) :

[1] Le Laboratoire d'Astrophysique de Bordeaux (LAB-CNRS/UniversitéBordeaux 1) joue un rôle important au niveau instrumental dans deux projets technologiques majeurs : l'interféromètre millimétrique ALMA (Atacama Large Millimeter Array) et le satellite Herschel qui travaille dans le domaine submillimétrique jusqu'à l'infrarouge lointain. Le LAB participe aissi à IVS (International Very long baseline interferometry Service). Il est notamment chargé de la cartographie radio à très haute résolution angulaire des sources extragalactiques qui constituent le système de référence céleste. Il est aussi impliqué dans la préparation de la mission d'astrométrie spatiale GAIA. Le LAB est une composante de l'Observatoire Aquitain des Sciences de l'Univers (OASU).

 

[2] Cf. la nouvelle sur la définition de l'Unité Astronomique ou UA

 

Référence : 

Planetary System Disruption by Galactic Perturbations to Wide Binary Stars,
Nathan A. Kaib, Sean N. Raymond et Martin Duncan, Nature, 17 janvier 2013.

 

Source : INSU/CNRS http://www.insu.cnrs.fr/node/4096

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


 

Les télescopes de la NASA et de l'ESA trouvent des preuves d'une ceinture d'astéroïdes autour de Véga : Des astronomes ont découvert ce qui semble être une grande ceinture d'astéroïdes autour de l'étoile Véga, la seconde plus brillante étoile dans le ciel nocture du nord. Les scientifiques ont utilisé les données du télescope spatial Spitzer de la NASA et de l'Observatoire spatial Herschel de l'ESA, dans lequel la NASA joue un rôle important. La découverte d'une bande de débris ressemblant à une ceinture d'astéroïdes autour de Véga rend l'étoile similaire à une autre étoile observée appelée Fomalhaut. Les données sont en accord avec deux étoiles ayant des ceintures intérieures chaudes et des ceintures extérieures froides séparées par un espace. Cette architecture est similaire aux ceintures d'astéroïdes et de Kuipter dans notre Système solaire. Qu'est-ce qui maintient le vide entre les ceintures chaudes et froides autour de Véga et de Fomalhaut ? Les résultats suggèrent fortement que la réponse est de multiples planètes. Notre ceinture d'astéroïdes du Système solaire, qui se trouve entre Mars et Jupiter, est maintenue par la  gravité des planètes terrestres et les planètes géantes, et la ceinture externe de Kuiper est sculptée par les planètes géantes.

 

Des modèles météo dans les naines brunes : Les astronomes utilisant les télescopes spatiaux Spitzer et Hubble ont sondé l'atmosphère orageuse d'une naine brune, créant la plus détaillée « carte météorologique » à ce jour pour cette classe de corps froids resemblant à une étoile. La météo montre des nuages de dimension planétaire poussés par le vent, enveloppant ces mondes étranges.

 

Cassini suggère de la glace sur un lac : Un nouveau document par les scientifiques de la mission Cassini de la NASA constate que des blocs de glace d'hydrocarbures peuvent décorer la surface des lacs existants et des mers d'hydrocarbures liquides sur la lune Titan de Saturne. La présence de la banquise pourrait expliquer en partie les lectures mixtes que Cassini a vu dans la réflectivité de la surface des lacs sur Titan.

 

Pulsar de Vela : Un nouveau film de Chandra du pulsar de Vela montre qu'il peut être "en précession", ou oscille lorsqu'il tourne.

 


08 Janvier 2013

Comète C/2013 A1 (Siding Spring)

 

Nouvelles du Ciel

 

Une nouvelle comète a été découverte sur les images CCD prises par Rob H. McNaught le 03 Janvier 2013 dans le cadre du Siding Spring Survey. Après publication sur la page NEOCP du Minor Planet Center, la nature cométaire de l'objet a été confirmée par le observations de A. Chapman et N. D. Diaz (Observatorio Cruz del Sur, San Justo), C. Colazo, R. Melia et C. Willemoes (Cordoba-Bosque Alegre), H. Sato ( via iTelescope Observatory, Siding Spring), A. Hidas (Arcadia), A. Asami et N. Hashimoto (Bisei Spaceguard Center--BATTeRS), M. Urbanik (via iTelescope Observatory, Siding Spring), J. Lacruz (La Canada), T. Linder, R. Holmes et H. Tanquary (via Cerro Tololo), et C. Colazo (Observatorio El Gato Gris, Tanti). L'objet a également été identifié sur des images antérieures à la découverte, datant du 08 Décembre 2012, prises par Richard A. Kowalski dans le cadre du Catalina Sky Survey.

 

Les éléments orbitaux préliminaires de la comète C/2013 A1 (Siding Spring) indiquent un passage au périhélie le 25 Octobre 2014 à une distance d'environ 1,4 UA du Soleil. La comète pourrait atteindre une magnitude proche de 8,6 au plus près du Soleil. Lors de son passage à proximité de la Terre, début Septembre 2014, la comète pourrait avoisiner la magnitude 7,6.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K13/K13A14.html (MPEC 2013-A14)

 

Les observations supplémentaires indiquent un passage au périhélie le 25 Octobre 2014 à une distance d'environ 1,4 UA du Soleil. Sa trajectoire actuelle l'amène auprès de la planète Mars. La distance angulaire minimale entre la planète Mars et la comète C/2013 A1 (Siding Spring) a lieu le 18 Octobre 2014 à 21h50 UTC, et les deux astres ne seront séparés que de seulement 0°10'.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K13/K13B90.html (MPEC 2013-B90)

http://scully.cfa.harvard.edu/cgi-bin/returnprepeph.cgi?d=c&o=CK13A010

http://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2013%20A1;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 

Lost - Les Disparues... ou les comètes périodiques non revues

 

Date des PASSAGES au PERIHELIE des COMETES Date, Périodes de révolution, Distance au Soleil 

COMETES - Magnitudes prévues pour les prochains mois

Liste des comètes potentiellement observables - éléments orbitaux

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


 

Kepler découvre 461 nouvelles candidates planètes : La mission Kepler a annoncé la découverte de 461 nouvelles candidates planètes. Quatre des potentielles nouvelles planètes sont de moins de deux fois la taille de la Terre et orbitent dans la "zone habitable" de leur soleil, la région dans le système planétaire où l'eau liquide peut exister à la surface d'une planète. Sur la base des observations conduites de Mai 2009 à Mars 2011, les résultats montrent une augmentation régulière du nombre de candidates planètes de plus petite dimension et du nombre d'étoiles avec plus d'une candidate. Depuis que le dernier catalogue Kepler a été publié en Février 2012, le nombre de candidates découvertes dans les données de Kepler a augmenté de 20 pour cent et s'élève maintenant à 2740 potentielles planètes orbitant 2036 étoiles. Les plus spectaculaires augmentations sont observées dans le nombre de découvertes de candidates de la taille de la Terre et de super-Terre, qui ont augmenté de 43 et 21 pour cent respectivement. La nouvelle donnée augmente de 365 à 467 le nombre d'étoiles découvertes pour avoir plus d'une candidate planète. Aujourd'hui, on observe que 43 pour cent des candidates planètes de Kepler ont des planètes voisines. Le télescope spatial Kepler identifie les candidates planètes en mesurant à plusieurs reprises le changement de luminosité de plus de 150.000 étoiles à la recherche de planètes qui passent devant, ou transitent, leur étoile hôte. Au moins trois transits sont nécessaires pour vérifier un signal en tant que planète potentielle. Les scientifiques ont analysé plus de 13.000 signaux ressemblant à des transits pour éliminer l'instrumentation de vaisseau spatiaux connue et les faux positifs astrophysiques, des phénomènes qui se font passer pour des candidats planétaires, pour identifier les nouvelles planètes potentielles. Les candidats nécessitent des observations de suivi supplémentaires et des analyses pour être confirmées comme planètes. Au début de 2012, 33 candidates dans les données de Kepler avaient été confirmées en tant que planètes. Aujourd'hui, il en existe 105.

 

L'éclat de rayons gamma de la galaxie éclate loin de son trou noir : En 2011, une explosion d'énergie durant des mois lancée par un énorme trou noir il y a presque 11 milliards d'années a balayé la Terre. En utilisant une combinaison de données provenant du télescope spatial de rayons gamma Fermi et du VLBA (Very Long Baseline Array) de la National Science Foundation, le plus grand radiotélescope du monde, les astronomes ont mis le doigt sur la source de cette antique explosion. Les théoriciens s'attendent à ce que les explosions de rayons gamma se produisent uniquement à proximité du trou noir central d'une galaxie, le moteur responsable en fin de compte de l'activité. Quelques observations rares suggérent que ce n'est pas le cas. L'éclat de 2011 d'une galaxie connue sous le nom de 4C +71.07 donne maintenant aux astronomes la preuve la plus claire et la plus éloignée que la théorie a encore besoin de quelques travaux. L'émission de rayons gamma se trouvait à environ 70 années-lumière du trou noir central de la galaxie.

 

L'explosion massive dans la galaxie voisine étonne les astronomes : La découverte surprenante d'une explosion massive dans une galaxie voisine donne aux astronomes un aperçu alléchant de ce qui est probablement un jet puissant par un trou noir se gavant au centre de la galaxie. Les scientifiques effectuaient une étude à long terme des molécules dans les galaxies, lorsqu'une des galaxies a montré un changement radical. Les scientifiques ont utilisé le télescope William E. Gordon de 305 mètres de la National Science Foundation (NSF) à Arecibo pour leur étude quand ils ont découvert l'explosion dans NGC 660, une galaxie spirale à 44 millions d'années-lumière dans la constellation des Poissons. L'explosion a été dix fois plus lumineuse que la plus grande supernova, ou explosion d'étoile. Ils ont rapporté leurs résultats lors de la réunion de l'American Astronomical Society à Long Beach, en Californie. Après avoir détecté l'explosion, l'équipe a continué d'observer NGC 660 avec le télescope d'Arecibo, et a cherché à déterminer la cause de l'explosion à l'aide d'un réseau international de télescopes pour faire une image détaillée de la galaxie. "L'explication la plus plausible est qu'il y a des jets provenant de la base, mais ils sont en précession ou vacillant, et les points chauds que nous voyons sont où les jets ont percuté le matériau près du noyau de la galaxie", a déclaré Chris Salter, de l'observatoire d'Arecibo. "Pour confirmer cela, nous allons continuer à observer la galaxie avec le High Sensitivity Array (HSA) au cours des prochaines années», a t-il ajouté. Si l'idée de jet est correct, l'explosion a probablement été causée par des matériaux attirés dans le trou noir supermassif au centre de la galaxie. Le matériel pourrait former un disque tournant rapidement autour du trou noir avant de finalement tomber dedans, et le disque produirait des jets de particules projettés vers l'extérieur à une vitesse proche de la lumière.

 


04 Janvier 2013

Découverte récente d'une météorite martienne unique, riche en eau

 

Crédit : NASA

 

Une météorite martienne de 2,1 milliards d'années découverte récemment en Afrique du nord diffère de toutes celles trouvées jusqu'alors par sa richesse en eau et sa similitude des roches analysées par les sondes de la Nasa sur Mars, selon une étude publiée jeudi.

 

Photo de la Nasa montrant la météorite martienne "Beauté noire" (Black Beauty), découverte récemment en Afrique du Nord - Crédit: NASA

 

"La Roche basaltique --lave refroidie-- contenue dans cette météorite est similaire à la composition de la croûte martienne", explique Carl Agee, de l'Université du Nouveau Mexique (sud-ouest des Etats-Unis), un des auteurs de cette recherche parue dans la revue Science datée du 4 janvier.

 

Et l'abondance de molécules d'eau dans cette météorite, qui en contient environ dix fois plus que dans les autres météorites martiennes connues, fait penser qu'elle se trouvait sur la surface de Mars il y a 2,1 milliards d'années, selon ce scientifique.

 

La météorite, appelée NWA (Northwest Africa) 7034 et surnommée "Beauté noire" (Black Beauty), qui pèse 320 grammes, "raconte comment étaient les volcans sur Mars il y a 2 milliards d'années", résume M. Agee.

 

"Elle nous donne aussi un aperçu de l'ancienne surface et des conditions d'environnement sur Mars comme jamais l'a fait une autre météorite", poursuit-il dans un communiqué de l'Agence spatiale américaine (Nasa).

 

La météorite contient notamment des isotopes de l'oxygène dont le mélange est "différent" de celui trouvé sur les autres météorites martiennes et "qui pourrait provenir d'une interaction avec l'atmosphère de Mars", explique la Nasa.

 

L'eau a pu provenir d'une source volcanique ou d'un aquifère proche de la surface, ce qui laisse penser qu'une activité aqueuse a persisté à la surface de Mars au début de sa première période géologique --l'ère de l'Amazonien, qui a débuté il y a 3 milliards d'années.

 

"Nos analyses du carbone montrent également que la météorite a subi une seconde transformation à la surface de Mars, ce qui explique la présence de macro-molécules de carbone organique", relève Andrew Steele, de la Carnegie Institution, autre auteur de l'étude.

 

Pour ce scientifique, "il s'agit de la météorite martienne la plus riche géochimiquement jamais trouvée et les analyses qui se poursuivent vont probablement révéler d'autres surprises".

 

"Le contenu de cette météorite pourrait remettre en question beaucoup de notions connues de la géologie sur Mars" et peut être "une référence importante pour le robot Curiosity" actuellement en mission sur Mars, avance John Grunsfeld, à la direction des sciences de la Nasa.

 

Au total, une centaine de météorites d'origine martienne ont été retrouvées à ce jour.

 

Il a fallu attendre les années 1980 pour que la science puisse déterminer l'origine de ces météorites à partir de l'étude des gaz atmosphériques piégés à l'intérieur des roches.

 

Curiosity, la sonde la plus sophistiquée jamais envoyée sur une autre planète, se trouve depuis début août dans le cratère de Gale sur l'équateur martien pour déterminer si la Planète Rouge a été propice à la vie microbienne dans son passé.

 

Les météorites d'origine martienne et lunaire sont rares. La plupart proviennent de la ceinture d'astéroïdes, région du système solaire située entre Mars et Jupiter. En 2012, la Meteoritical Society avait répertorié plus de 42.000 météorites, un nombre qui augmente d'environ 1.500 chaque année.

 

Source : http://actu.voila.fr/actualites/sciences/2013/01/04/astronomie-decouverte-recente-d-une-meteorite-martienne-unique-riche-en-eau_4763871.html

 

http://www.nasa.gov/home/hqnews/2013/jan/HQ_13-001_Mars_NWA_Meteorite.html

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


04 Janvier 2013

Un immense disque de galaxies naines autour de la galaxie d'Andromède

 

© Rodrigo Ibata

 

La galaxie d'Andromède, la galaxie géante la plus proche de nous, est entourée d'un disque formé par une multitude de petites galaxies naines. Cette structure, extrêmement aplatie, s'étend sur plus d'un million d'années-lumière et semble tourner autour de la galaxie. Elle vient d'être découverte par une équipe internationale à laquelle appartiennent Rodrigo Ibata, de l'Observatoire astronomique de Strasbourg (CNRS/Université de Strasbourg)… et son fils, un lycéen âgé de quinze ans. Leur publication est en couverture de la revue Nature du 3 janvier 2013.

 

La présence de nombreuses galaxies naines autour de grandes galaxies, comme celle d'Andromède ou notre propre Voie Lactée, est connue depuis longtemps : il s'agirait des restes de galaxies plus vastes peu à peu dévorées par leur encombrantes voisines, et que les astronomes imaginaient indépendantes les unes des autres. Cette étude révèle qu'en fait, autour de la galaxie d'Andromède, la majorité d'entre elles sont organisées en une gigantesque structure aplatie de plus d'un million d'années-lumière de long, en rotation sur elle-même.

Cette découverte a été réalisée grâce au relevé PAndAS (Pan-Andromeda Archaeological Survey [1]), effectué par une équipe internationale entre 2008 et 2011, avec le télescope Canada-France-Hawaï (CFHT) mais aussi le télescope américain Keck. Ce relevé leur a permis de découvrir et de caractériser un très grand nombre de nouvelles galaxies naines autour d'Andromède. Pour cela, les chercheurs ont utilisé une nouvelle technique qui consiste à étudier de façon simultanée la brillance et la position des étoiles dans les galaxies naines, ainsi que des modèles de distribution de luminosité des étoiles dans ces galaxies.

La découverte met à mal les différentes théories de formation de galaxies, car celles-ci prévoient que les galaxies grandissent par accumulation de matière noire venant de galaxies naines accrétés de directions aléatoires.

Fait rarissime, l'un des signataires de la publication de Nature est âgé de… quinze ans ! Signataire principal de la publication, Rodrigo Ibata avait fait venir son fils Neil à l'Observatoire astronomique de Strasbourg, où il travaille, pour un stage sur le langage de programmation Python, utilisé pour les modélisations de cette étude. Neil a alors travaillé sur le projet de son père et c'est lui, le premier, qui a mis en évidence la rotation du disque de galaxies naines.

 

© Rodrigo Ibata

L'image en haut à gauche de la galaxie d'Andromède en lumière visible a été prise avec le télescope Canada-France-Hawaii. Elle montre également deux galaxies satellites (des galaxies beaucoup plus petites, qui peuvent contenir jusqu'à un milliard d'étoiles). L'étude a permis la mesure des distances et vitesses radiales (selon la ligne de visée) de 27 galaxies naines : leurs positions tri-dimensionnelles sont indiquées par des boules rouges dans les autres parties de la figure. En haut à droite, on montre comment elles apparaissent vues de la Terre ; en bas à gauche, on représente leur structure vue de côté. Cet immense ensemble tourne dans le sens indiqué par les flèches.

 

Vidéo :

https://www.dropbox.com/s/z5dkn55qut230st/Nature_animation.mov

Notes :

[1] Consulter le site web

 

Références :

"A Vast Thin Plane of Co-rotating Dwarf Galaxies Orbiting the Andromeda Galaxy", Ibata, Lewis, Conn, Irwin, McConnachie, Chapman, Collins, Fardal, Ferguson, Ibata, Mackey, Martin, Navarro, Rich, Valls-Gabaud and Widrow, Nature, 493, 62-65 (2013).

 

Source : Communiqué de Presse du CNRS http://www2.cnrs.fr/presse/communique/2929.htm

 

http://keckobservatory.org/news/surprise_pancake_structure_in_andromeda_galaxy_upends_galactic_understandin

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


03 Janvier 2013

ALMA fait la lumière sur les écoulements de gaz formant des planètes

 

Crédit : ALMA (ESO/NAOJ/NRAO)/M. Kornmesser (ESO)

 

Des signes flagrants d'écoulements alimentant des planètes géantes gourmandes en gaz

 

Pour la première fois, des astronomes utilisant le grand réseau d'antennes millimétrique/submillimétrique ALMA (Atacama Large Millimeter/submillimeter Array) ont pu observer un moment clé de la naissance des planètes géantes. D'importants écoulements de gaz se déversant à travers un espace vide dans le disque de matière qui entoure une jeune étoile. Il s'agit des premières observations directes de tels écoulements, que l'on suppose être engendrés par l'alimentation en gaz des planètes géantes au cours de leur croissance. Le résultat de ces observations est publié dans l'édition de la revue Nature du 2 janvier 2013.

 

Vue d'artiste du disque et des écoulements de gaz autour de HD 142527

Crédit : ALMA (ESO/NAOJ/NRAO)/M. Kornmesser (ESO)

 

Une équipe internationale d'astronomes a étudié la jeune étoile HD 142527, située à plus de 450 années-lumière de la Terre. HD 142527 est entourée d'un disque de gaz et de poussière cosmique, restes du nuage à partir duquel cette étoile c'est formée. Le disque de poussière est divisé en une partie interne et une partie externe séparées par un espace vide que l'on suppose avoir été creusé par des planètes géantes gazeuses récemment formées, nettoyant leurs orbites au cours de leur révolution autour de l'étoile. Le disque interne s'étend de l'étoile jusqu'à une distance correspondant à l'orbite de Saturne dans le système solaire alors que le disque externe commence environ 14 fois plus loin. Le disque externe n'entoure pas l'étoile de manière uniforme, mais il a plutôt une forme de fer à cheval, probablement à cause de l'effet gravitationnel des planètes géantes en orbite.

 

Selon la théorie, les planètes géantes grossissent en absorbant le gaz du disque externe par des écoulements qui forment des ponts au travers de l'espace vide du disque.

 

« Les astronomes avaient prédit l'existence de ces écoulements, mais c'est la première fois que nous avons pu les observer » explique Simon Casassus (Universidad de Chile, Chili), responsable de cette nouvelle étude. « Grâce au nouveau télescope ALMA, nous avons été capables de réaliser des observations directes confirmant les théories en vigueur sur la formation des planètes ! »

 

Casassus et son équipe ont utilisé ALMA pour regarder le gaz et la poussière cosmique autour de l'étoile, l'observant de manière plus détaillée et à plus grande proximité de l'étoile que ce n'était possible avec les précédents télescopes de ce type. Les observations d'ALMA, dans les longueurs d'onde submillimétriques sont également insensibles à la lumière éblouissante de l'étoile qui pose problème aux télescopes observant dans le visible ou l'infrarouge. L'espace vide dans le disque de poussière était déjà connu, mais ils ont également découvert du gaz diffus subsistant dans cet espace, et deux écoulements plus denses de gaz se déversant du disque externe vers le disque interne en traversant cet espace.

 

« Nous pensons qu'il y a une planète géante cachée là et qu'elle est la cause de ces deux écoulements. Les planètes grossissent en absorbant le gaz du disque externe, mais elles mangent vraiment comme des sagouins : le reste du gaz déborde et alimente le disque interne autour de l'étoile » précise Sebastián Pérez, un membre de l'équipe qui fait aussi partie de l'Universidad de Chile.

 

Ces observations permettent également de répondre à une autre question à propos du disque qui entoure HD 142527. L'étoile centrale étant encore en formationet absorbant de la matière dans le disque interne, ce dernier aurait déjà dû être englouti s'il n'était pas réalimenté d'une manière ou d'une autre. L'équipe a découvert que la vitesse à laquelle le reste de gaz s'écoule dans le disque interne est juste ce qu'il faut pour le maintenir rempli et pour alimenter l'étoile en train de grossir.

 

La détection du gaz diffus dans le trou constitue également une « première ». « Les astronomes ont observé ce gaz depuis longtemps, mais jusqu'à présent, nous n'avions que des signes indirects de son existence. Maintenant, avec ALMA, nous pouvons le voir directement, » explique Gerrit van der Plas, un autre membre de l'équipe de l'Universidad de Chile.

 

Ce gaz résiduel est plus une preuve que les écoulements sont causés par les planètes géantes plutôt que par des objets encore plus gros comme une étoile compagne. « Une seconde étoile aurait bien plus nettoyé cet espace vide, ne laissant aucun gaz résiduel. En étudiant la quantité de gaz restant, nous devrions pouvoir déterminer la masse des objets faisant le ménage » ajoute Sebastián Pérez.

 

Et, qu'en est-il des planètes elles-mêmes ? Simon Casassus explique que, bien que l'équipe ne les ait pas détectées directement, il n'est pas étonné. « Nous avons cherché les planètes avec des instruments infrarouges à la pointe de la technologie sur d'autres télescopes. Toutefois, nous supposons que ces planètes en formation sont toujours profondément enfouies dans les écoulements de gaz, qui sont presque opaques. Par conséquent, il n'y a que peu de chance de repérer ces planètes directement. »

 

Cependant, les astronomes cherchent à en savoir plus sur ces supposées planètes en étudiant les écoulements de gaz ainsi que le gaz diffus. Le télescope ALMA est toujours en construction et n'a pas encore atteint ses pleines capacités. Quand il sera terminé, sa vision sera encore plus fine et de nouvelles observations des écoulements devraient permettre à cette équipe de déterminer les propriétés des planètes, y compris leur masse.

 

Plus d'informations

Cette recherche est présentée dans un article intitulé «Observations of gas flows inside a protoplanetary gap» publié dans la revue Nature du 2 janvier 2013.

 

L'équipe est composée de S. Casassus (Universidad de Chile, Chili; Millennium Nucleus for Protoplanetary Disks — Ministry of Economy, Chilean Government), G. van der Plas (Universidad de Chile, Chili), S. Pérez M. (Universidad de Chile, Chili), W. R. F. Dent (Joint ALMA Observatory, Chili; European Southern Observatory, Chili), E. Fomalont (NRAO, USA), J. Hagelberg (Observatoire de Genève, Suisse), A. Hales (Joint ALMA Observatory, Chili; NRAO, USA), A. Jordán (Pontificia Universidad Católica de Chile, Chili), D. Mawet (European Southern Observatory, Chili), F. Ménard (CNRS / INSU, France; Universidad de Chile, Chili; CNRS / UJF Grenoble, France), A. Wootten (NRAO, USA), D. Wilner (Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics, USA), A. M. Hughes (U. C. Berkeley, USA), M. R. Schreiber (Universidad Valparaiso, Chili), J. H. Girard (European Southern Observatory, Chili), B. Ercolano (Ludwig-Maximillians-Universität, Allemagne), H. Canovas (Universidad Valparaiso, Chili), P. E. Román (University of Chile, Chili), V, Salinas (Universidad de Chile, Chili).

 

ALMA (Atacama Large Millimeter/submillimeter Array) est un équipement international pour l'astronomie. Il est le fruit d'un partenariat entre l'Europe, l'Amérique du Nord et l'Asie de l'Est en coopération avec la République du Chili. ALMA est financé en Europe par l'ESO (Observatoire Européen Austral), en Amérique du Nord par la NSF (Fondation Nationale de la Science) en coopération avec le NRC (Conseil National de la Recherche au Canada) et le NSC (Conseil National de la Science à Taïwan), en Asie de l'Est par les Instituts Nationaux des Sciences Naturelles (NINS) du Japon avec l'Académie Sinica (AS) à Taïwan. La construction et les opérations d'ALMA sont pilotées par l'ESO pour l'Europe, par le National Radio Astronomy Observatory (NRAO) pour l'Amérique du Nord et par le National Astronomical Observatory of Japan (NAOJ) pour l'Asie de l'Est. L'Observatoire commun ALMA (JAO pour Joint ALMA Observatory) apporte un leadership et un management unifiés pour la construction, la mise en service et l'exploitation d'ALMA.

 

L'ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 15 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Brésil, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages. VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est le plus grand télescope conçu exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est le partenaire européen d'ALMA, un télescope astronomique révolutionnaire. ALMA est le plus grand projet astronomique en cours de réalisation. L'ESO est actuellement en train de programmer la réalisation d'un télescope européen géant (E-ELT pour European Extremely Large Telescope) de la classe des 39 mètres qui observera dans le visible et le proche infrarouge. L'E-ELT sera « l'œil le plus grand au monde tourné vers le ciel ». 

 

Liens

- L'article scientifique

- En savoir plus sur ALMA à l'ESO

- L'Observatoire commun ALMA

 

Source : ESO http://www.eso.org/public/france/news/eso1301/

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


02 Janvier 2013

Comète C/2012 Y3 (McNaught)

 

Nouvelles du Ciel

 

Rob McNaught a découvert le 30 Décembre 2012 une nouvelle comète sur les images CCD prises avec le télescope Uppsala Schmidt de 0.5-m dans le cadre du Siding Spring Survey. Après publication sur la page NEOCP du Minor Planet Center, la nature cométaire de l'objet a été confirmée par les observations de J. Spagnotto (Observatorio El Catalejo, Santa Rosa), T. Linder et R. Holmes (via Cerro Tololo), A. Chapman et N. D. Diaz (Observatorio Cruz del Sur, San Justo), H. Sato (via iTelescope Observatory, Siding Spring), K. Hills (via RAS Observatory, Moorook), M. Urbanik (via iTelescope Observatory, Siding Spring), M. Masek, J. Cerny, J. Ebr, M. Prouza, P. Kubanek et M. Jelinek (Pierre Auger Observatory, Malargue), A. Hidas (Arcadia), E. Guido, N. Howes (via iTelescope Observatory, Siding Spring).

 

Les éléments orbitaux préliminaires de la comète C/2012 Y3 (McNaught) indiquent un passage au périhélie le 26 Août 2013 à une distance d'environ 1,7 UA du Soleil.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K13/K13A03.html (MPEC 2013-A03)

 

Les observations supplémentaires indiquent un passage au périhélie le 25 Août 2012 à une distance d'environ 1,7 UA du Soleil.

http://www.minorplanetcenter.net/mpec/K13/K13A85.html (MPEC 2013-A85)

http://scully.cfa.harvard.edu/cgi-bin/returnprepeph.cgi?d=c&o=CK12Y030

http://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=C%2F2012%20Y3;orb=0;cov=0;log=0;cad=0#elem

 

Avec la découverte de cette nouvelle comète, Rob McNaught compte désormais 75 comètes à son actif (63 comètes découvertes en tant qu'unique découvreur et 12 découvertes partagées).

Les Grands Chasseurs de Comètes 

 

Lost - Les Disparues... ou les comètes périodiques non revues

 

Date des PASSAGES au PERIHELIE des COMETES Date, Périodes de révolution, Distance au Soleil 

COMETES - Magnitudes prévues pour les prochains mois

Liste des comètes potentiellement observables - éléments orbitaux

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


 

Si vous appréciez PGJ et si vous souhaitez voir votre site préféré continuer d'évoluer et de se développer, n'hésitez pas à m'apporter votre soutien sous forme de donation.

Merci d'avance à tous les éventuels généreux donateurs. 


 

Dans la majorité des cas, la "Nouvelle" est un texte composé à partir d'une ou plusieurs sources ou une traduction "libre" du texte d'origine. Chaque "Nouvelle" est accompagnée de la provenance exacte des informations au moyen d'un ou de plusieurs liens conduisant vers les pages servant de support à l'élaboration de la "Nouvelle". Ces liens peuvent vous être utiles pour approfondir le sujet.

 

Ceux-ci sont identifiés selon le code suivant :

Sources ou Documentations non francophones

Sources ou Documentations en langue française

 

Les liens proposés vers d'autres sites sont communiqués à titre indicatif et ne sauraient engager la responsabilité de PGJ, tant en ce qui concerne les contenus que les conditions d'accès.

 

Les articles de la rubrique "Nouvelles du Ciel" peuvent être librement reproduits à condition d'indiquer sur votre page :

Source : PGJ - "Nouvelles du Ciel" avec un lien vers la "Nouvelle" concernée ou vers la page d'accueil de PGJ

 

Toutefois, un petit nombre d'articles proviennent de sources extérieures. Dans ce cas, le lien figurant au bas de l'article conduisant vers la page d'origine est précédé de la mention "Source :" indiquant le réel auteur de l'information.

exemple : Source : http://...........

 

De même, les photos illustrant ces articles sont accompagnées des mentions de "Crédit" ou de "Copyright" correspondantes.

 

L'utilisation de ces photos est soumise à certaines règles, propres à chaque auteur, mais que l'on peut résumer ainsi :

- utilisation non-commerciale

- respect des mentions de "Crédit" ou de "Copyright".

 

Il vous appartient toutefois de vérifier auprès des auteurs si celles-ci peuvent être reproduites librement ainsi que les conditions spéciales d'utilisation.

 

Retour à l'accueil

Contact : Gilbert Javaux